Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

de l’APR

Réponse aux soit disant cadres de l’APR

Dans un communiqué daté du 7 juin 2019, la Bande à Abdoulaye Sarr s’invitant dans un débat dans lequel ils sont restés muets depuis des années, n’a trouvé rien de mieux que de demander d’amener en justice Mamadou Lamie Diallo, Abdoul Mbaye et Thierno Alassane Sall pour haute trahison et collision avec des forces extérieures pour déstabiliser le pays. Ceci traduit évidemment leur panique et leur désarroi, mais également leur caractère fascisant et anti démocrate. Ce n’est guère surprenant pour des membres d’une association de prédateurs de la République. Être cadre, c’est avoir une expertise dans un domaine précis et être patriote.

De la Collision avec des forces extérieures.

Les faits sont têtus. Ce qui est constant, c’est que le régime de Macky Sall est en collision avec Franck Timis de Petro tim et Timis Corporation. Franck Timis a intéressé Aliou Sall dans ses affaires en lui proposant une indemnité mensuelle de près de 15 millions par mois et des parts dans ses sociétés. Aliou Sall avait toujours nié ces faits mais la dynamique de la transparence l’oblige à le reconnaître ainsi que Macky Sall et son régime aux abois.

En outre, faut-il le rappeler, Franck Timis a reçu le soutien public du Premier Ministre Boun Dionne dans une conférence de presse en 2016 durant laquelle il a menacé l’Opposition qui avait dénoncé l’intrusion illégale de Franck Timis dans le secteur pétrolier de notre pays.

De la trahison des intérêts de la Nation.

Les faits sont clairs. Le Président Macky Sall a signé en juin 2012 lesdécrets octroyant les blocs de St Louis et Kayar en toute illégalité et en toute connaissance de cause des avis contraires de l’administration sur la base d’un faux rapport de présentation de Aly Ngouille Ndiaye. Par la suite, il a renouvelé les décrets et accepté de renoncer aux droits de préemption de l’Etat dans toutes les transactions ayant eu lieu jusque là.

Pourtant, le Gouvernement a toujours défendu que dans ces transactions incluant Timis Corporation, Kosmos et BP, il n’y a jamais eu de transfert d’argent. Et voilà que BBC nous informe sans qu’aucune partie n’ait démenti que :

Il y a eu bel et bien un contrat écrit entre Franck Timis et Aliou Sall lui octroyant au total plusieurs millions de dollars ;
BP a payé les actions de Timis Corporation à 250 millions de dollars ;
BP va payer des royalties à Franck Timis entre 9 et 12 milliards de dollars sur 40 ans.

De la déstabilisation du pays

C’est Macky Sall himself qui a décidé de scier la branche sur laquelle il était assis. Il a décidé de renoncer à la gouvernance vertueuse et à ses engagements de février 2012. D’abord en commençant par le wax waxett de 2016 à travers lequel il revient sur son engagement de ramener son mandat de 7 à 5 ans d’une part et d’autre part, il s’ouvre une fenêtre pour un troisième mandat présidentiel avec la nouvelle constitution. Ensuite, l a soutenu qu’il ne nommerait pas son frère par décret, il l’a nommé à la tête de la CDC.

Il est un fait bien connu que dans un pays à ressources minérales, la mauvaise gouvernance conduit à la malédiction des matières premières. C’est ce qui se passe au Sénégal. Alors qui a trahi le peuple sénégalais en défendant les intérêts de Franck Timis contre ceux du Sénégal ?

Le CRD ne se laissera pas distraire par des menaces ou des tentatives d’intimidation. Il travaillera sans relâche à l’alternative populaire pour mettre en pratique la gouvernance vertueuse abandonnée par Macky Sall et BBY. Le Mouvement Tekki, avec le CRD et les forces vives de la Nation, est prêt à faire face et appelle le peuple, seul propriétaire des ressources naturelles à identifier ses prédateurs. Pour défendre les intérêts du peuple Sénégalais, aucun sacrifice ne sera de trop.
Dakar le 9 juin 2019,

Synergie Tekki,

le Mouvement des Cadres

Grogne et révolte dans les rangs de l’APR

YERIMPOST.COM Macky Sall, en sapeur-pompier, a convoqué le secrétariat exécutif national hier lundi. Malgré le calme apparent, ça bouillonne à l’intérieur de l’APR. Pour remettre les choses à l’endroit, Macky Sall a tenu un secrétariat exécutif pour gérer les frustrations…

Communiqué du Secrétariat Exécutif National de l’APR: Vers la restructuration

Le Secrétariat Exécutif National de l’Alliance Pour la République s’est réuni ce Lundi 15 Avril 2019 sous la Présidence du Président Macky Sall . L’Ordre du jour de la rencontre portait sur 03 points : Informations, Vie du Parti et Questions Diverses.

Abordant le 1er point de la séance, le Président Macky Sall a tenu à féliciter vivement, tous les Responsables et Militants du Parti, de la Coalition Bennoo Bokk Yaakaar, toutes les Plateformes politiques et citoyennes et l’ensemble de nos compatriotes qui se sont mobilisés pour assurer sa victoire nette et sans bavure, lors du scrutin du 24 Février 2019.
Ce succès éclatant qui ne souffre d’aucune contestation, traduit le caractère transparent d’un scrutin, salué du reste, par tous les Observateurs nationaux et Internationaux et toutes les Organisations de la Société Civile impliquées dans le processus électoral.

Par ailleurs, le SEN, après avoir félicité le Président Macky Sall pour sa brillante réélection, se réjouit fortement de l’initiative prise par le Président du Parti d’engager un DIALOGUE NATIONAL qui mobilisera toutes les Forces Vives de la Nation dans un élan inclusif en vue d’une consolidation de l’Etat de Droit et de la stabilité politique de notre pays. C’est pour cette raison que le SEN de l’APR exhorte toutes les composantes de notre société, à répondre favorablement à cet Appel patriotique exclusivement destiné à garantir une meilleure respiration de notre beau système démocratique.

En outre, le SEN invite , tous les Responsables, tous les Militants du Parti, le Groupe Parlementaire de la Coalition Bennoo Bokk Yaakaar et tous nos compatriotes soucieux du devenir de notre Nation, à s’approprier et à soutenir les grandes Réformes engagées par le Président Macky Sall, notamment celle portant sur la suppression du poste de Premier Ministre pour répondre avec célérité, aux demandes des populations.

Au chapitre de la Vie du Parti, le Président Macky SALL engage les Responsables du SEN, en rapport avec tous les Responsables locaux et de la Diaspora, à une réflexion approfondie sur l’animation du Parti, son organisation pour une éventuelle structuration . Aussi, le Parti devra t il mener une profonde réflexion de concert avec tous nos Alliés de la Coalition Bennoo Bokk Yaakaar et de la Grande Majorité Présidentielle pour prendre en charge l’importante question relative aux prochaines Locales.

Urgent! Drame à Tamba: un militant de l’APR tué

YERIMPOST.COM La campagne électorale est en train de prendre une tournure dramatique. Ibou Diop, un jeune militant de l’Alliance pour la République, a été sauvagement tué à coups de couteau à Tambacounda. A l’origine, une bataille rangée entre militants de son parti contre ceux du PUR.
Nous y reviendrons…

Dahra: Le bilan de l’accident subi par des militants de l’Apr s’alourdit

YERIMPOST.COM Le bilan de l’accident subi par des militants de l’Apr, survenu ce lundi sur l’axe Dahra-Linguère, lors de l’accueil du président Macky Sall, s’est alourdi. Le nombre de personnes décédées est passé de 4 à 5. Un des 25 blessés, âgé d’une trentaine d’années, a succombé à ses blessures dans la nuit du dimanche au lundi, informe le directeur de l’hôpital Magatte Lô.

Le ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, à la tête d’une forte délégation, s’est rendu, ce lundi, à Thiéyéne, dans la commune de Boulal, pour présenter les condoléances du gouvernement aux familles des victimes. Les 5 personnes décédées ont été inhumées ce lundi vers 17h.







Des attaques de l’APR contre le président Guirassy et du sondage que Macky ne publiera jamais

Depuis quelques temps le pouvoir de Macky Sall commandite des attaques contre le président Guirassy. Ainsi donc, après Khafor Touré, un certain Cheikh Ndiaye s’est permit des coups en dessous de la ceinture pour atteindre le président Guirassy. Ce n’est qu’au Sénégal et seulement au Sénégal où un conseiller technique à la présidence a le culot de dénoncer de prétendus retards de salaire dans une entreprise privée au moment où le gouvernement ne peut même payer les bourses des étudiants ; des retards de paiement des bourses ayant même déjà entraîné mort d’homme. Et même s’il y avait des arriérés de salaires à l’IAM un gouvernement responsable et sérieux serait allé chercher les moyens pour aider cette entreprise privée à se mettre à niveau. Et pire encore, ce même gouvernement doit beaucoup d’argent à l’IAM. Qu’ils sont petits ces gens là.

Cependant, ce que les gens ne savent pas est que Macky SALL disposerait d’un sondage, sur le scrutin du 24 février 2019, qui placerait largement le Président en tête. Oui Guirassy a un profil, un discours, une vision… qui font peur. Aujourd’hui, incontestablement, Guirassy est dans les cœurs et il sera dans les urnes le 24 février 2019 et Macky le sait mieux que quiconque.

En fait, les sénégalais attendaient justement cette candidature pour clore définitivement la page des politiciens de métier. Macky SALL sait mieux que quiconque qu’il ne fait pas le poids devant Moustapha Guirassy. Les profils ne sont pas les mêmes, les cursus ne sont pas les mêmes. L’un est un produit du système, un homme qui s’est réalisé grâce à la politique et l’autre a eu le courage et le mérite de faire face à ce système pour le changer et le mettre au service des sénégalais. Non Monsieur Macky SALL, le Président Guirassy ne sera jamais comme vous, il a une vie, il ne vit pas que de politique. Alors, encore qu’il est temps, nous demandons au patron de l’APR de faire cesser les attaques contre le Président Guirassy car comme le dit l’adage « on ne peut pas arrêter la mer avec ses bras ». Enfin, que le président Macky SALL se rassure, le président Guirassy, homme pondéré et mesuré sera élu en 2019 pour fermer la page des règlements de comptes, pour réconcilier l’ensemble des fils de ce pays. Surtout, pas de panique !




Samba Fall

Citoyen sénégalais

Militant inconditionnel de Moustapha Mamba Guirassy

PASTEF riposte aux menaces de responsables de l’APR contre Ousmane Sonko

COMMUNIQUE PASTEF
COORDINATIONS DEPARTEMENTALES
DAKAR – PIKINE – GUEDIAWAYE – RUFISQUE

Depuis quelques jours, suite à la panique générale causée par les sorties du président Ousmane SONKO, dénonçant, entre autres, la souffrance des Sénégalais, la restriction des libertés démocratiques, les velléités de confiscation des suffrages en perspective de la Présidentielle 2019, de hauts responsables de l’Alliance Pour la République (APR) ont proféré des menaces claires ou voilées  contre le leader des PATRIOTES.

Les Coordonnateurs départementaux de PASTEF prennent le peuple sénégalais  à témoin et tiennent les auteurs de ces menaces pour responsables de tout ce qui pourrait arriver au Président Ousmane SONKO.

Les Coordonnateurs soussignés tiennent à redire à Macky Sall et à ses camarades de parti que les tentatives de bâillonnement ne passeront pas. Et que, plus jamais, les PATRIOTES restent déterminés à combattre l’injustice et la prévarication qui ont atteint les sommets depuis 2012.

Les coordonnateurs départementaux de PASTEF (région de Dakar) réitèrent leur engagement aux côtés du Président Ousmane Sonko pour le triomphe des idéaux de PASTEF et le félicite pour son indéfectible attachement  à la défense des intérêts du Sénégal et et du peuple Sénégalais.



Fait à Dakar, le 20 Août 2018

 

 

Force de mobilisation: aveu d’échec d’un responsable de l’Apr

YERIMPOST.COM Même la mobilisation pour l’accueil du président chinois est sujette à polémique à l’Alliance pour la République (Apr). Au moment où tous les efforts devraient se concentrer sur les voies et moyens d’assurer la réélection de leur leader à la présidentielle de février prochain, les apéristes se livrent à une guerre sans merci entre eux. Si ce ne sont pas les coups de poing qui pleuvent, les partisans du président Macky Sall s’adonnent à une escalade verbale par presse interposée.

C’est ce qui est constaté avec cette sortie du coordonnateur de la Cellule initiative et alerte du parti au pouvoir. Lamine Bara Gaye qualifie l’accueil du président Xi Jinping d’échec de ceux qui se disent hommes forts du parti à Dakar. Dans ses propos rapportés par le journal L’As, le responsable politique estime que l’Apr doit revoir son dispositif politique dans la capitale. Et pourtant, le président Sall a mis les moyens financiers pour assurer une forte mobilisation non seulement pour l’accueil du président chinois, mais aussi pour la cérémonie de remise des clés de l’arène nationale. Malheureusement, le constat est, pour Lamine Bara Gaye, chaotique.



Appel aux militants de l’APR: Nous ouvrir aux Forces Vives

(«Les plus grands adeptes de la division et de la dissidence ont toujours le mot unité à la bouche»)

 

Camarades de l’Alliance pour la République, nous sommes sortis victorieux, en 2012, d’un combat lourd en enjeux, risques et périls.

Le Sénégal aura montré, à la face du monde, qu’en démocratie seul le citoyen est détenteur de souveraineté.

Nous pouvons en même temps appréhender le sens du vote citoyen qui, au-delà des cloisons de partis, des différences idéologique ou programmatique, ont amené le candidat Macky Sall au pouvoir.

Ceci commande de nous Alliance Pour la République un respect pour la grandeur du peuple sénégalais et sa maturité démocratique, mais cela commande en même temps de nous mettre devant la responsabilité militante d’avoir porté un projet de société et un homme devant le choix et la sanction populaires .Autant nous respectons nos partenaires et tenons au choix qui nous ont porté vers d’autres, à entreprendre et réaliser un objectif commun, autant devons nous rester réalistes et envisager l’avenir avec lucidité et prospective. Il est vrai que le parcours atypique qui part de « Dekkal Ngor à la Méga coalition « Benno Bokk Yakaar » en passant par la Coalition Macky 2012, fut un agrégat évolutif de formations politiques différentes, de volontés individuelles et collectives objectivisées vers la Nation seule, au prix de sacrifices et d’ambitions personnelles dépassées qui ont abouti au rétablissement de la République. L’enjeu du moment était alors à la cohésion nationale, car nous assistions à plus d’un titre à une situation d’exception qui nous engageait d’abord à rétablir la République. Pour nous cet objectif est atteint.




Cependant nous devons comprendre lucidement qu’un programme, le PSE est choisi et un homme mandaté à sa réalisation.

La profession de foi est un engagement. Le mandat en soi, une charge comprise comme obligation de résultat, dans un espace-temps.

Notre parti en proposant le camarade Macky Sall à la magistrature suprême a choisi en même temps la responsabilité de l’accompagner et de lui donner les conditions d’exécution du mandat pour lequel il est élu.

Or depuis quelque temps, il est aisé de percevoir dans la déclaration de certains leaders, responsables ou groupes, des surenchères de prétentions, et des menaces à peine voilées ou même des velléités de dissidence. On assiste trop souvent sur les plateaux de télévision à des speeches de positionnement personnel, si ce n’est le self –branding en vue des locales .Nos activités politiques sur le terrain portent en filigrane l’empreinte de certains leaders fractionnistes qui instrumentalisent la base pour l’affaiblir ou de « successionistes » qui profitent de leur position de pouvoir pour noyauter les organes du Parti « d’entités dormantes » .Le marchandage pré-électoral est devenu une « foire à l’emploi ».

Les présidentielles ne peuvent être une Primaire pour les locales ; l’après-Macky ne pourra être toléré comme ordre-du-jour. Le projet de société en réalisation concrète est une projection sur 35 ans.

N’en déplaise, ces faits visibles et constatables, n’en sont pas moins tus, comme si l’omerta était la règle générale d’une agrégation politique. A moins de trouver les raisons dans notre culture et les fondements dans notre « sociologie de ‘‘l’être-ensemble’’ »

C’est un fait que la distance qui sépare le sénégalais au Sénégal est virtuelle mais cependant très longue : elle épouse sans la dépasser la géométrie des formations politiques, les contours des fratries féodales,claniques ou principautaires, et la configuration des obédiences confrériques et donc la contingence de leurs positions et mots d’ordre divers et fluctuants.

L’héritage que nous tenons de notre très long contact avec l’occident n’aura pas changé notre conception du pouvoir. Notre culture de la hiérarchie, notre philosophie de la liberté sont autant de paramètres qui « dressent les contours d’une réalité qu’ils ne contribuent pas à expliquer entièrement ». A preuve la pléthore de formations politique qu’a fini par régler l’instauration du parrainage qui vient à son heure. L’évolution de notre société et partant, les nouvelles formes d’approche et de perception inhérente à toute mutation sociale sont autant d’autres facteurs qui déterminent parfois tacitement, nos perspectivisations collectives et nos positions individuelles. Elles sont la base d’une grille de lecture de notre sociologie du pouvoir et une échelle de valeur des notions d’alliance et d’association. En somme des rapports avec l’autre vécus toujours sous l’angle de l’adversité, du challenge, de cette dynamique sociale de positionnement qu’Amadou Hampaté Ba appelle : le « ôte-toi que je m’y mette ». L’actualité récente est en la preuve éloquente.

La réalité au sein de l’Alliance BBY recoupe sous l’angle d’un prisme plus grand ce « complexe polygamique »

Cependant, au lieu de « syndicaliser » l’antagonisme des partis et acteurs politiques dans des cadres désormais de plus en plus implosifs, il faut mutualiser les rapports de forces et objectivement travailler à l’émergence d’une ‘‘citoyenneté participative’’ qui « a le mérite d’instaurer un lien civique » et « transforme une société d’individus isolés en corps politique, renouant ainsi avec l’imaginaire d’une société capable de s’autogouverner ».

Il faut se ressaisir. Les leaders et responsables devront se déterminer à sortir des positions toute-faites et sans fondement réel d’une représentativité à la base .Se résoudre à ne plus confondre le poste nominatif et le poids politique .Ils devront se défaire de leur panache affecté pour être « à-coté-du-Peuple » et plus humbles pour se faire comprendre de cette multitude qui pourtant « délègue et paie » leurs statut et condition .Ni original ni originels. La seule qualité est celle de « militant d’une Cause ».

Le PSE suit le format de cadrages réellement exécutoires à travers le PUDC, PROMOVILLE, PUMA etc .Le Plan social du PSE a lui seul plaide largement en faveur de notre candidat. L’adhésion des populations se prouve et s’éprouve au quotidien.

Il est dès lors évident que cet ambitieux programme a besoin de repousser les limites au-delà de 2019: concrétiser le rétablissement de la République et asseoir le développement durable ( Yokku ba Yeg ko) .

2019 C’est demain La nécessité d’un second mandat n’est pas un objectif strictement politique. C’est aussi une exigence pour parachever la construction nationale. Il nous faudra ensemble expliquer et partager avec les forces vives le concept, la réalité et les acquis de « Yokku Ba Yeg Ko »

L’économie de nos forces et faiblesses dicte l’impérieuse nécessité de construire dans l’urgence une force politique et une puissance électorale qui englobe et dépasse le cadre du Parti et de l’Alliance pour s’ouvrir aux segments des forces vives. Ceci demande une rupture d’avec la conception classique de parti. A l’Unité structurelle et monolithique de l’ensemble, substituer l’Union Organique de la diversité des Entités. Parce que les limites du Parti doivent sauter en même temps que les verrous de l’Appartenance, notre candidat devra être le candidat non des entités politiques mais celui des forces vives. Il sera alors possible par un partage de la vision, la vulgarisation des acquis et réalisations, l’explication des projets et perspectives, de rendre visibles UN HOMME, UNE IDEE et UN PROJET EN REALISATION.




                                                            Amadou Thierno DIOP

 

Responsable APR

Coordonnateur national Etendard Républicain

Etendard.republicain@gmail.com

Macky Sall inflige une sévère punition aux jeunes de l’Apr

YERIMPOST.COM Macky Sall a coupé le jus à « sa » jeunesse. Selon L’As, depuis six mois, aucune structure de jeunesse de l’Alliance pour la République (Apr) n’a reçu la subvention mensuelle de cinq millions que le chef de l’Etat allouait. Macky Sall refuse même de financer certaines manifestations de la jeunesse républicaine.

Le chef de file de l’Apr serait très remonté à cause des rebellions amplifiées des jeunes apéristes sur les réseaux sociaux où ils ne ratent jamais l’occasion de tirer sur lui.



La Convention internationale des Abcdaires répond avec vigueur aux menaces de l’APR contre ABC

 « Du Bon usage du Chantage »

L’actualité politique de ces derniers jours, empreinte de tirs groupés contre le Médiateur de la République laisse apparaitre une situation nauséabonde et des souvenirs que nous aimerions voir enfouis.

En effet, toutes les bassesses et manigances resurgissent comme il l’a été en 2013, pour essayer de décrédibiliser le Médiateur de la République Maitre Alioune Badara, mais c’est peine perdue !



On attribue à tort des textes au Médiateur de la République  et ce, par les hauts responsables de l’Apr, quel est donc le projet inavoué est-on tenté de se demander ? Est-on à nouveau en train de tomber dans les travers de 2013 pour montrer tout ce que la politique a de bassesses? La cabale a-t-elle repris sa place dans les plus hautes sphères de décision?

Cette énième sortie supplémentaire,  de Monsieur Seydou GUEYE après celles de tant d’autres, vient confirmer, s’il en était encore besoin, le manque de patriotisme et la faiblesse politique de certains de nos responsables tenant du pouvoir.

Quelle désolation et impertinence  de lire en ces termes le porte-parole national de l’APR, qui est porte-parole du gouvernement « A défaut, le Secrétariat Exécutif National de l’Alliance pour la République (SEN-APR) demande au Président de la République, d’en tirer toutes les conséquences et de mettre un terme à cette confusion de rôles ».

A nous ABCdaires, de refaire un rappel nécessaire à Monsieur Seydou GUEYE, pour lui dire que  la Médiature de la République, créée par une loi n°91-14 du 11 février 1991 instituant un médiateur de la république abrogée par la loi n° 99-04 du 29 Janvier 1999, a pour mission principale de veiller à la bonne adéquation entre le fonctionnement de l’Administration et les droits des citoyens.   En outre, l’article 2 de la même loi stipule qu’il a une « mission générale de contribution de l’environnement institutionnel et économique de l’entreprise, notamment dans ses relations avec les administrations publiques ou les organismes investis d’une mission de service public ».

Aux termes de la loi de 1999, le Médiateur de la République bénéficie d’un mandat de six (6) ans non renouvelable qui lui confère cette capacité de faire des recommandations à l’administration en toute indépendance et sa révocation est aussi encadrée par cette loi «( …) Il ne peut être mis fin à ses fonctions avant l’expiration de ce délai, qu’en cas d’empêchement constaté par un collège présidé par le Président du Conseil Constitutionnel et comprenant en outre, le président du Conseil d’Etat et le Premier  Président de la Cour de Cassation saisi à cet effet par le Président de République.  De grâce, chers amis, arrêtaient de jouer avec nos Institutions, même si nul n’est censé ignorer la loi! Cette posture telle une armée mexicaine ne vous honore guère ! Nous vous invitons à plus d’élégance républicaine à défaut de consistance argumentaire.

Ma foi, cessons cette forte propension à faire de nos institutions des instruments de lutte politique ou un patrimoine personnel jusqu’à donner injonction au Président  de la République d’en tirer les conséquences,  cela devient de l’inconscience  doublée d’une ignorance caractérisée.

Cher Camarade, Seydou GUEYE, les ABCdaires vous invitent, du haut de vos fonctions à savoir raison garder, à savoir faire la différence entre ce que Maitre Alioune Badara dit et fait, et ce qu’on veut bien lui attribuer, et nous ne doutons point que vous savez cela sans aucun doute, néanmoins il vous plaira d’emprunter sciemment la brèche de la confusion et de calomnie dans le seul et l’unique but de nuire. La médisance dit-on nait de la méchanceté et reflète le plus souvent le vide de l’esprit.

NO PASARAN !

« Devoir de réserve » ne signifie pas mutisme, « devoir de réserve » ne signifie pas être partisan et porter des œillères au détriment du peuple, « devoir de réserve » ne signifie pas non plus subjectivité et pour terminer, nous  vous invitons  à vous souvenir des fondements qui ont bâti l’Alliance Pour la République, être amnésique est devenu le sport favori de certains, par ailleurs, le peuple lui est conscient, et prenez garde !

Depuis 2015 le médiateur ne cesse d’œuvrer pour apaiser le climat social et cela au bénéfice autant des citoyens que du Président de la République, et vous le savez mieux que quiconque, la voix du Médiateur de la République compte pour beaucoup dans la stabilité de notre République.

Le communiqué de la Médiateur de la République  en date 1er mai 2018 aurait dû suffire et vous faire l’économie du vôtre en date du 3 mai. Abc a toujours agi avec un esprit solidaire, fraternel et amical tout au long de son compagnonnage avec Macky Sall , tout en gardant sa franchise et sa droiture au nom de la République et cela est bien antérieur à votre transhumance à l’APR, monsieur Seydou GUEYE. Il est temps de siffler la fin de la récréation.

 

Pour la Convention Internationale des Abcdaires
La Cellule Communication
Fait à Paris, le vendredi 4 mai 2018

 

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR