Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

De l’eau

Contrat d’affermage de l’eau: la Sde perd à nouveau devant Suez

YERIMPOST.COM Le contrat d’affermage de l’eau continue de susciter de l’intérêt. Suspendue pour réévaluation des différentes offres des candidats par l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp), suite à des manquements notés, l’attribution provisoire semble aller tout droit entre les mains de Suez. C’est Libération qui révèle l’information du choix du Comité d’évaluation des offres du ministère de l’Hydraulique. La Sde, qui voyait cette suspension en sa faveur, est en passe de perdre définitivement le contrat. Toutefois, le journal souligne qu’une validation de la Direction centrale des marchés publics (Dcmp) est un préalable avant publication.

Contrat d’affermage de l’eau: l’Armp stoppe tout

YERIMPOST.COM Un coup de tonnerre auquel personne ne s’attendait ! Le contrat d’affermage du liquide précieux qui semblait être une équation définitivement résolue, après que le marché a été confié à Suez, vient d’être cassé par le policier des marchés publics. L’Autorité de régulation des marchés publics (Armp) a tout bonnement annulé l’attribution et a demandé que tout le processus d’évaluations financières soit repris. Les hommes de Saër Niang ont observé plusieurs irrégularités dans les prix proposés par la multinationale française. On rembobine donc la pellicule, au grand bonheur de la SDE qui avait déjà commencé à plier bagage.

Contrat d’affermage de l’eau: l’argument béton de Mansour Faye servi à l’ARMP contre la SDE

YERIMPOST.COM C’est à croire que le choix porté sur Suez pour la distribution de l’eau a été mûrement réfléchi par le ministère de l’Hydraulique. Sommés d’apporter des arguments justifiant ce choix au détriment de la SDE (qui visiblement offrait le prix le plus bas) par l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp), les services de Mansour Faye ont listé les motifs. A en croire Libération, dans ce mémorandum, le ministère de l’Hydraulique ont dénoncé le procédé de la Sénégalaise des eaux (SDE) qui, semble t-il, a employé des moyens peu recommandables pour maquiller son offre et faire croire qu’elle proposait moins cher que ses concurrents. Mis face à ces graves accusations, la SDE a demandé à l’organe de contrôle un délai de 2 semaines pour apporter « sa » réponse. En attendant, le contrat d’affermage de l’eau attribué provisoirement à Suez reste suspendu, la SDE continue d’assurer la distribution conformément à l’avenant de 6 mois demandé par l’Etat.








Contrat d’affermage de l’eau: pourquoi l’Armp tarde à livrer son verdict ?

YERIMPOST.COM Le compte à rebours pour la présidentielle lancé, le temps donne l’impression de s’être arrêté pour les autres affaires courantes. C’est du moins le constat du quotidien Enquête qui, dans sa livraison du jour, donne l’exemple du hautement stratégique contrat d’affermage de l’eau. Mise en suspens par l’Autorité de régulation des marchés publics qui, pourtant, se doit de livrer ses conclusions dans un bref délai, l’attribution de la gestion du liquide précieux reste un mystère. A 5 jours de la fin officielle du contrat de la SDE, et malgré un avenant de 6 mois entre cette dernière et l’Etat, la gestion du service public de l’eau est visiblement épineuse.







Contrat d’affermage de l’eau: la SDE rit sous cape

YERIMPOST.COM Le contrat arrivé à expiration depuis le 1er décembre, la Sénégalaise des eaux (SDE) va poursuivre le travail pendant les six prochains mois. Et ce, quelle que soit la décision de l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp). La gestion du liquide précieux retiré de ses mains au profit de SUEZ, la SDE avait saisi l’Armp pour contestation. Le nouveau contrat d’affermage suspendu, le ministère de l’Hydraulique s’était retourné vers la SDE afin qu’elle continue le travail le temps de la transition. La Sénégalaise des eaux a répondu favorablement à la requête des services de Mansour Faye. L’accord signé constitue le 9ème avenant au contrat qui lie la SDE à l’Etat du Sénégal depuis 20 ans.
Alors, admettons que l’Armp maintienne SUEZ, cette dernière va poiroter pendant 6 mois avant de pouvoir installer ses quartiers et dérouler. Dans l’autre cas de figure, si l’Armp penche en faveur de la SDE, celle-ci va non seulement terminer ce 9ème avenant conclu avec l’Etat, mais elle va déballer ses cartons.







Gestion de l’eau: La SDE jette l’éponge mais formule une demande…

L’Armp ne s’est pas encore prononcée sur sa requête contestant l’attribution à Suez du marché de gestion de l’eau, que la SDE demande à la tutelle de rallonger d’un an son contrat avec l’État, qui expire le 31 décembre prochain.

Le Quotidien, qui donne l’information, précise que la demande a été effectuée par Eranove, actionnaire majoritaire de la SDE. Elle est motivée, selon le journal, par un souci de « préparer une bonne passation de services avec le nouveau concessionnaire ».
« Les services du ministère de l’Hydraulique déclarent étudier cette proposition », rapporte Le Quotidien. Qui s’empresse d’informer que, cependant, « des personnes proches du cabinet du ministre se disent assez sceptiques quant à la faisabilité de la mesure »
Ces « sceptiques » signalent, selon le journal du groupe Avenir communication, qu’ « il n’est pas garanti que Suez accepte de gaieté de cœur de devoir attendre une année supplémentaire avant de prendre les commandes de la nouvelle société dont elle vient de prendre le contrôle ».







Contrat d’affermage de l’eau: l’Armp suspend tout

YERIMPOST.COM L’Autorité de régulation des marchés publics (Armp) vient de prendre une décision qui ouvre la foire aux arguments. L’attribution provisoire du marché d’affermage de l’eau à Suez vient d’être suspendue. Saisie par la SDE, l’Armp a pris cette mesure qui va conduire le ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement à s’expliquer sur les motivations du choix de Suez. Reste à savoir si la décision finale confortera Suez dans son fauteuil ou pas. L’affaire continue…







Affermage de l’eau: le Dg buté de la SDE y croit encore

YERIMPOST.COM « Nous sommes sereins, attendant tranquillement la suite des événements. Nous sommes absolument confiants et sûrs que nous allons continuer à gérer l’eau au Sénégal », dixit Abdoul Baal, directeur général de la SDE. Au sortir d’une rencontre avec le khalife général des tidianes, en prélude au Gamou, le sieur Baal s’est adressé aux journalistes pour minimiser l’appel d’offres qui le déboulonne au profit de Suez. Une attribution provisoire certes, mais la tutelle, à savoir le ministère de l’Hydraulique, a clairement signifié les manquements qui ont valu à la SDE d’être dessaisie du contrat et n’entend pas se dédire. Le bras de fer est engagé, Abdoul Baal se refuse de voir la réalité et continue d’y croire encore comme au tout début du lancement de l’appel d’offres.







Contrat d’affermage de l’eau: la SDE continue le combat…

YERIMPOST.COM La SDE ne décolère pas. Elle espère toujours garder le contrat d’affermage de l’eau qui la lie à l’Etat du Sénégal après que ce dernier a décidé de confier ledit contrat à une nouvelle société, en l’occurrence Suez. Après avoir été déboutée par la commission d’attribution des marches du ministère de l’Hydraulique, la SDE compte saisir, dès lundi prochain, l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp), nous apprend la Rfm.

Ainsi, la SDE ne compte pas faciliter la tâche à l’Etat qui semble tourner la page de cette société, avec laquelle il a cheminé pendent plus de deux décennies.







Contrat d’affermage de l’eau: Nouveau revers pour la SDE et Véolia

YERIMPOST.COM La guerre de l’eau est loin de connaître son épilogue. La SDE et Véolia, qui ont été déboutés au profit de Suez, pour le contrat d’affermage de l’eau, avaient saisi la Commission d’attribution des marchés du ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement pour contestation. Mais ces deux sociétés perdantes ont reçu, hier mercredi, la note de ladite commission. La réponse qui leur a été fournie est toute simple. En substance, Suez présente la meilleure offre, selon les membres de la commission.

Toutefois, SDE et Véolia ont d’autres voies de recours, comme l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp). Vont-elles saisir cette instance pour obtenir gain de cause ?

Contrat d’affermage de l’eau: le ministère de l’Hydraulique s’explique sur le choix de Suez

YERIMPOST.COM La Sénégalaise des eaux (SDE) a perdu le contrat d’affermage au profit du groupe français Suez. S’il en est ainsi, c’est parce que Suez a présenté la meilleure offre. «Nous sommes dans le cadre d’une délégation de service public. Et Suez a présenté l’offre la plus avantageuse», a déclaré, sur les ondes de la Rfm, le Dage du ministère de l’Hydraulique. Et Mamadou Diokhané d’ajouter: «Nous avons communiqué notre choix à la Dcmp qui nous a répondu par un avis de non objection».
Toutefois, M Diokhané estime que les autres candidats, à savoir la Sde et Véolia, peuvent faire recours s’ils le désirent.







Distribution de l’eau: la Sde clouée au poteau

YERIMPOST.COM En ce qui concerne le contrat d’affermage de l’eau potable, la Sde risque d’être bernée. C’est ce qui aurait justifié la sortie de son directeur, hier. Pour le renouvellement de ce contrat, les autorités sénégalaises, en particulier le ministre en charge de l’Hydraulique aurait jeté son dévolu sur Suez au détriment de la Sde qui gère depuis 15 ans. Suez, la société française de gestion de l’eau, qui construit l’usine de Keur Momar Massar, serait en pole position pour gagner l’appel d’offres lancé par l’Etat du Sénégal. Pourtant, elle a fait l’offre la plus chère, selon nos sources. Ce que la Direction centrale des marchés public (Dcmp) ne comprend pas.








PROPOS DE MERCREDI: L’au-delà de la bataille de l’eau

Samedi dernier, des milliers de Dakarois ont protesté aux Parcelles assainies contre les pénuries d’eau. Le succès populaire de cette marche marque un tournant significatif. La brutalité policière, utilisée pour intimider l’opposition et apeurer les citoyens, a pris l’eau. C’est une défaite de la tentative d’étouffement des droits et libertés en œuvre depuis 2012. Et une première victoire conférant un avantage psychologique indéniable aux démocrates en lutte pour une présidentielle 2019 sans exclusion ni fraude.



Les marcheurs ont proposé et réclamé les mesures politiques minimales devant permettre de résorber le déficit structurel d’approvisionnement en eau de Dakar. Car les diagnostics et solutions techniques brandis par le gouvernement ne sont que poudre aux yeux et mauvais ptétexte. Le secteur de l’eau a besoin d’investissements conséquents que M. Bouygues et les groupes financiers qui contrôlent la Sde ne consentiront pas, leur seul souci étant de gagner du temps pour tirer le maximum de profit de l’exploitation qui leur est confiée. La solution de cette carence commence donc, comme l’ont dit les marcheurs, par le départ immédiat de M. Beau-Frère, visiblement dépassé par la situation, la remise en cause du contrat de la Sde et un schéma innovant de gestion du secteur rompant avec les paresses de la privatisation tous azimuts.
Il y a dans cette crise une leçon urgente à tirer pour éviter une catastrophe qui s’annonce dans nos campagnes. En effet, le schéma mis en place au profit de la Sde est en train d’être étendu à l’ensemble du monde rural dans le cadre du Pepam, le programme-phare de la Banque mondiale au Sénégal. Dans les régions où cette privatisation des forages a déjà commencé comme Diourbel et Thiès, le prix de l’eau a doublé voire triplé. Les paysans de Léona, Ngohé, Ngoundiane, Lambaye,… ont déjà exprimé leur colère par des marches. Ils ont bien compris que les prix exorbitants qui leur sont imposés provoqueront des coupures d’eau fréquentes et massives, pour défaut de paiement, au grand dam de leur santé et de leurs activités maraichères et pastorales.



L’attribution des contrats de l’exploitation de ces forages soulève de pertinentes interrogations. A ce propos, les organes de la Banque mondiale chargés de la surveillance éthique sont interpellés. Si, comme on le révèle, des experts deviennent par la suite des opérateurs et tirent un bénéfice économique de la mise en œuvre de leurs propres recommandations, une suspicion de délit d’initié ne serait-elle pas légitime ? Les milliards générés par les forages ruraux ont mis l’eau à la bouche d’adeptes de l’enrichissement facile. Quant à la Sde, elle a fini de calculer les profits juteux à engranger en vendant l’eau à Touba. Et M. Beau-Frère piaffe d’impatience.
Plus que le pétrole, l’eau est le nouveau produit stratégique international. Elle sera le grand enjeu des prochains conflits mondiaux. En attendant, au Sénégal, un pouvoir sans vision ni ambition brade à tout va cette denrée de souveraineté.
01/08/18

Mamadou Bamba NDIAYE
Ancien député
Secrétaire général du Mps/Selal

Le problème de l’eau: pénurie ou drame

Chers compatriotes,
L’heure est grave, encore une fois ce régime vient de nous démontrer qu’il n’a aucun respect et aucune considération pour les populations, que de tâtonnements et d’incohérences dans le Management Publique. Il n’est là que pour ses propres intérêts basés sur des calculs politiques, à la limite politiciens avec l’insulte à la bouche, l’arrogance ainsi que des guerres de positionnement pour plaire au chef qui se trouve être Macky Sall, ni inventif ni créatif, aucun talent et aucune stratégie, un lion qui dort perd « ses forces et son esprit » bien évidemment. Son bilan se résume à l’exil forcé de Wade fils et à l’emprisonnement de Khalifa Sall, aucune préoccupation des aspirations du peuple, les populations sont laissées à elles-mêmes du vrai pilotage à vue.
Une telle situation est inadmissible et inacceptable voire insupportable. Comment peut-on vivre sans eau depuis plusieurs mois à Dakar et presque dans tous le Sénégal d’ailleurs ? Ce qui prouve naturellement le manque de vision et d’orientation du régime qui peine à abréger les souffrances des Sénégalais, un régime qui ne comprend pas le sens de la priorité et de l’anticipation.



Où sont les forces vives de la nation? Lorsque nous vivions cette même situation en 2011 avec le problème de l’électricité, certaines associations consuméristes à l’image de « ASCOSEN « avec Momar Ndao ainsi que le collectif des Imams dirigé par Youssoupha Sarr criaient partout jusqu’à initier des marches pour faire pression sur le gouvernement pour que cette situation cesse en portant la voix du peuple, ce qui a contribué à l’époque à l’accélération de la chute du régime Wade qui avait fini de montrer ses limites et ses faiblesses.
Mais aujourd’hui personne ne comprend, ils sont tous aphones. Étaient-ils des politiciens encagoulés? Ont-ils peur d’être réprimés? Puisse que celui qui est à la tête du pays est tout sauf démocrate. De grâce aidez-nous à retrouver notre dignité en nous assurant suffisamment d’eau au quotidien. Nos mamans, nos épouses, ainsi que nos enfants sont tous malades, ils sont dans le pétrin.
Il est inconcevable que ce régime ait un second mandat ils sont en train de nous faire vivre le pire. Comment quelqu’un qui n’est pas capable de nous assurer un approvisionnement correct en eau peut oser nous demander un second mandat ? Chers compatriotes réveillez-vous, si vous vous amusez à le lui accorder, vous le regretterez amèrement, je n’ai rien contre la personne du Président mais il a montré ses limites il ne peut pas, il a beau essayé mais Dou Dem, il a du feu, il a des œufs mais il ne sait pas faire des omelettes, les Sénégalais sont fatigués y’en a marre.




Mamadou Lamine Niasse
niasse.manager@gmail.com

Pénurie d’eau à Dakar: France Dégage va puiser de l’eau au palais !

YERIMPOST.COM « Ndox mba gnu roti palais ! », l’opération est lancée par le Front pour une révolution anti impérialiste populaire et panafricaine/France dégage. Guy Marius Sagna et ses compagnons ont trouvé là une manière de mettre un coup de pression sur les autorités pour un retour à la normale dans la fourniture du liquide précieux. La pénurie d’eau qui sévit dans la capitale sénégalaise depuis plusieurs mois maintenant va bientôt connaître son épilogue, d’une manière ou d’une autre.



De l’eau à Touba: un «Triangle des Bermudes» qui perd les navigateurs au pouvoir

Le Triangle des Bermudes est censé déboussoler les navigateurs dans les airs ou sur mer au point que des navires entiers, de toutes tailles, perdent le contrôle de leurs instruments de navigation et le nord, par là même, à jamais. L’on peut se demander s’il y a une similitude avec la privation de Touba en eau.
Pour ceux qui l’ignorent l’actuelle résidence du défunt khalife Serigne Abdoul Ahat Mbacké est bâtie sur un grand terrain jouxtant celle d’un autre défunt et deuxième khalife, Serigne Fallou Mbacké.
Sur ce terrain, jadis, se dressaient des dizaines de grandes citernes de mêmes tailles que celles utilisées par les pétroliers, notamment dans la zone de Hann. Il s’agissait du seul dépôt d’eau dont disposait Touba et que remplissaient des navettes de camions citernes tout au long de l’année pour étancher la soif des « Magalisants ».
Une fois au pouvoir l’anti mouridisme primaire se déclenche par le biais de l’ancien Président du Conseil, Mamadou Dia, qui dit que Touba n’a pas droit à ce traitement. Déclarant que c’est une faveur indue. Il a purement et simplement fait démonter ce dispositif pourtant nécessaire à la cité, faisant, ipso facto, le même sort à son régime. Perdant, par là même, le pouvoir et la notoriété à nos jours. Subissant, aussi, un effet « Triangle des Bermudes ».



Ceux qui réitèrent le même discours de Mamadou Dia ont-ils cette information ?
Touba est une « Ville Sainte » comme il y en a sur les cinq continents. Aucune de ces dites villes ne paie ni l’eau, ni l’électricité.
Jusqu’à présent ce « kheweul » est respecté depuis prés de soixante ans.
Créer un cercle géographiquement « saint » au sein de la cité horizontale est certainement nécessaire. A moins que le contrôle des instruments ne soit déjà effectué par ceux qui, chez nous, exercent le pouvoir. Y compris le pouvoir de l’eau.
Tout crime a un mobile. Le vote de Touba est-il le mobile ?

DR AHMED KHALIFA NIASSE

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR