Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

de Macky

Vidéo- Cheikh Bakhoum, conseil en informatique de Macky, vient de dire que mathématiquement Macky ne passera pas en 2019









Un peuple abusé face à des opposants complices de Macky (Bougane Guèye Dany)

Autant Macky Sall a eu l’outrecuidance de voter sans carte nationale d’identité, autant il a su trahir sans conséquence aucune « ses » camarades de l’opposition d’alors pour sillonner le pays en 2012, battre campagne et s’emparer de la palme pendant que les adversaires de Wade inhalaient les grenades lacrymogènes de son néo protégé d’aujourd’hui, le ministre de l’intérieur d’alors, Me Ousmane Ngom. Ces faits étaient les signes avant-coureurs du comportement d’un stratège machiavélique et futé aujourd’hui candidat à sa propre succession. En six années de règne, Macky a déroulé sans tambour ni trompette son plan de conservation du pouvoir. Que de choses se sont passées sans que personne ne bronche. Rien que des marches réussies de l’opposition et des conférences de presse bien médiatisées. Hier, les jeunesses des partis de l’opposition ont pilonné leurs leaders de jets de pierres, au siège de Bokk Guiss Guiss, pour montrer leur désaccord face à la passivité contre les multiples agressions subies par notre démocratie sous Macky Sall.
Aujourd’hui, force est de reconnaître que les véritables alliés de Maky sont tapis dans l’opposition. Certains ne veulent pas frustrer le prince paradoxalement ils veulent rester digne. Bon la CREI n’est pas loin. D’autres lui souhaitent un second mandat pour mieux se repositionner en 2024 parce qu’il y’aura inéluctablement une redistribution des cartes. Donc, acceptons tout et faisons semblant de nous opposer, cinq ans ça passe vite. Telle semble être la consigne secrète d’opposants du zénith et collabos de la lune.
Pourtant Bougane a toujours été accusé, à tord d’ailleurs, de rouler pour Djimbory: « Pion maky Sall leu », claironnaient certains opposants dans leur salon et les cyber-militants le relayer machinalement sur la toile. Demain il fera jour !

Avec le parrainage, Maky a réussi à diviser l’opposition avec d’un coté les recalés et de l’autre ceux qui ont réussi à se faufiler entre les mailles des filets, parfois avec la complicité même des gouvernants. Pour faire face au monstre, les opposants adoptent une démarche unitaire hypocrite. Les admis, comme des vautours, attendent et courtisent les recalés espérant grossir leurs rangs pour conforter leur score au soir du 24 février.
Peine perdue, Maky est toujours dans sa logique de dispersion des forces réelles de l’opposition. Il a fini d’écarter ses adversaires sérieux avec un potentiel certain : le PDS, les khalifistes, Bokk Guiss Guiss, le Grand Parti et Gueum Sa Bopp en plus d’autres personnalités font au moins 50 % de l’électorat. Pourquoi ces recalés ayant réussi à bousculer Macky Sall dans ses fiefs devraient-ils rejoindre des opposants complices du système machiavélique de légitimation d’une victoire soporifique et illégitime.
Tous les candidats injustement recalés gagneraient à unir leurs forces et choisir un seul candidat. Cette logique unitaire des ajournés logés par Maky au banc de touche aura l’avantage de créer un tir groupé contre le locataire du palais et ses affidés pour enfin les battre.
Face à un bouc qui choisit ses émissaires et ses adversaires sur des aires de jeu minées, le calvaire des joueurs commence dans les vestiaires et c’est là, en l’absence d’arbitres corrompus, que les vrais adversaires doivent s’unir pour casser le glaive de leur bourreau.
Cette situation rappelle, l’histoire du lion et du gibier : chaque fois que le lion s’approche du troupeau, on n’ignore qui sera la proie mais ce qui est sûr, l’unique objectif du lion affamé qui s’est subitement réveillé, c’est d’attraper le gibier».
Maky a réussi à polariser l’attention des « opposants » sur le parrainage alors que les vraies questions tournent autour du fichier électoral, de la carte électorale taillée sur mesure par les services du ministre de l’intérieur et non moins membre de l’APR, des électeurs décrétés non électeur, des électeurs déplacés injustement à leur insu et enfin la rétention volontaire des cartes d’identité nationale de plusieurs citoyens sénégalais.
Macky est un joueur froid. Ses affidés sont des calculateurs obnubilés par leur gain quotidien. Certains opposants refusent de combattre. Ils se contentent de donner du temps au temps dans l’espoir de ramasser le pouvoir en 2024. Le peuple, conscient des manipulations d’une opposition « civilisée », rumine sa colère. Il refuse de servir de chair à canon à l’opposition puisque les 12 morts de 2012 ont servi une caste de politiciens subitement devenus des gras sahéliens de par leur richesse immense.
En m’engageant dans ce combat citoyen, je pensais à l’avenir de mon peuple, à ces enfants désireux de jouer leur partition au banquet mondial de demain mais avec une opposition complice et des leaders-collabos j’ai encore plus mal pour mon pays.

Bougane Gueye Dany
Président du mouvement Gueum Sa Bopp

Quand la réélection de Macky sécurise pour de bon le Sénégal !!!

Notre cher pays le Sénégal gagnerait plus si nous plaçons au coeur de nos préoccupations les défis qui nous interpellent à savoir l’emploi des jeunes, les contraintes de l’économie mondiales, la lutte contre la pauvreté, la protection sociale. Il est plus essentiel de se concentrer sur ces questions de développement que de s’attarder sur des sujets qui ne feront que nous retarder.
Depuis son accession à la magistrature suprême le président Macky Sall ne cesse de travailler à améliorer les conditions de vie des populations sénégalaises dans ses différents segments à travers ses ambitieux programmes articulés autour du Plan Senegal Emergent (PSE). Parmi ceux ci on peut citer entre autres le PUDC, CMU, PUMA, PRACAS, PRODAC ou les bourses de sécurité familiale qui sont des réponses pertinentes contre la pauvreté et les inégalités sociales
En 2013, le taux de croissance du PIB était de 3.5%, 4.3% en 2014 ; 6.5% en 2015 ; 6.6% en 2016; 6.8% en 2017 et 7,2% en 2018, une première dans l’histoire économique du Sénégal, qui n’a jamais affiché un taux de 6% sur quatre années consécutives. Le président Macky Sall a très tôt pris conscience que seul le temps de l’action peut assurer un avenir radieux à la génération future. Il est l’initiateur de cette nouvelle stratégie de croissance qu’est le Plan Sénégal émergent 2035. Les 1.225,2 milliards de FCFA injectés en 2017 dans les dépenses d’investissement pour accélérer la transformation structurelle de l’économie auront bientôt un impact positif sur les conditions de vie des populations surtout rurales. A cela s’ajoutent les investissements sur la santé, l’éducation, l’environnement, l’agriculture, la recherche, la formation professionnelle et la protection sociale.
Le Sénégal est sécurisé pour de bon donc promu a un bel avenir si le président Macky Sall est réélu en 2019. Il faut une mobilisation générale pour accompagner les orientations du président de la République et de patienter pour voir venir les résultats. C’est pourquoi c’est un impératif voire une nécessité pour toutes les forces vives de la nation mais plus particulièrement celles de la majorité présidentielle de se focaliser sur comment renforcer la deuxième alternance incarnée par le président Macky Sall. Et cela passe inévitablement par l’éveil des consciences sur la pertinence de continuer à accompagner le président Macky Sall avec son PSE qui a finit de faire tâche d’huile puisque prenant en compte l’ensemble des préoccupations et aspirations des populations sans exclusive
Mais comme toujours une certaine opposition nihiliste doutera de la maturité du peuple Sénégalais qui à chaque consultation électorale atteste par les urnes que le Président Macky Sall est l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. Dés lors il est primordial de réélire le président Macky sall en 2019 pour sécuriser le Sénégal et assurer un bel avenir aux générations futures








Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Ce que Africa WorldWide retient des 7 ans de Macky… (Partie 1)

Cet article sur la Gouvernance socio-économique, est le premier d’un triptyque- (1) Gouvernance socio-économique- (2) Gouvernance politique et institutionnelle- (3) Diplomatie et Relations internationales, qui fonde un angle d’attaque et d’évaluation-évolution des 7 ans de mandat du Président Macky Sall.
A cet effet et sous ce rapport, l’amélioration des revenus de ceux d’en-bas et la réduction de l’inéquité territoriale, (nous les preferons à la Lutte contre la pauvrete) , a été le marqueur le plus présent dans la politique économique et sociale sur ces 7 dernières années. Dans un pays en transition et en mutation, comme le nôtre, le Social est emminément Economie (la nouvelle Economie,l’économie des services à la personne), et l’Economie (réelle) est  »Social » (l’économie populaire urbaine et l’économie auto-entretenue).
Que l’Economie et le Social sont indissociables et intimement lies parcequ’ils se nourissent et se completent harmonieusement. Le déphasage entre Economie et Social , est toujors à la longue, destructeur du pacte social sans lequel la notion de démocratie n’est qu’un décor formel. Que cela, il fallait le comprendre dés le début, avant de formuler et de mettre en oeuvre une Politique publique majeure à forte intensité économico-sociale, le PSE, qui comme toute oeuvre humaine, comporte certes des ratés qu’il importe d’analyser, et sans doute beaucoup de réussites qu’il importe de partager, et d’élargir.
Dans un contexte international assez perturbé (ralentissement de l’économie mondiale et retrécissement de l’apport de la Diaspora) et dans une situation nationale de mutation et de transition dans la plupart des pays africains (choc des économies, choc démographique), la politique économico-sociale sur ces 7 dernieres années, peut se lire en termes d’analyses et d’insertion des  »oubliés » dans le champs des forces socio-économiques, aussi bien dans le plan de l’Agriculture (agriculture, élevage et pêche) que dans le plan de la Santé, de l’Education/Formation que sur le plan des Infrastructures (eau, électricite, routes).
Ce qu’autorise la politique économico-sociale sur ces 7 dernières années, c’est une possible reprise de notre destin en main, grâce aux moyens d’informations, aux systèmes d’organisation et aux technologies de première urgence, peu couteuses mais suffisamment efficaces, qui nous permettent d’accroitre la productivité des efforts et la réduction de la pénibilité des tâches. Dans le monde rural comme dans le monde urbain et péri-urbain.
Fondamentalement, la politique économico-sociale en maturation depuis 7 ans, inverse les polarité du dogmatisme économique du  »développement standard » qui veut que le reclassement économico-social est d’abord (I) une linéarité au sens de succession d’étapes obligées; (II) le postulat selon lequel la contrainte fondamentale du développement réside dans le capital financier.
Globalement, c’est à partir de là que l’on peut-pour les cinq prochaines années, par exemple- envisager de poursuivre sur certaines lignes d’actions et d’insister sur quelques priorités, et sur l’essentiel: la réduction des inégalités de revenus et l’iniquité territoriale. C’est le moment, aussi, de cerner de plus prés les stratégies possibles et les moyens nécessaires pour les mettre en oeuvre. Car, sur le plan économico-social, nous n’avons pas tout à fait échoué et nous n’avons pas encore tout à fait reussi. Nous sommes en route. Pour parler comme le philosophe danois, Karl Jaspers. Tout dépendra alors de la direction, du rythme et du tempo tant que le rythme restera la cadence du tempo et la mélodie qui en découle.








Sire SY, Président du Think Tank Africa WorldWide Group
NB: le prochain papier de  »Ce que Africa WorldWide retient des 7 ans de Macky », portera sur la Gouvernance politico-institutionnelle.

Quand les réalisations de Macky indisposent l’opposition au point qu’elle les remette toutes en cause !!!

Depuis le 02 Avril 2012 le président Macky Sall ne cesse de travailler à améliorer les conditions de vie des populations sénégalaises dans ses différents segments à travers ses ambitieux programmes articulés autour du Plan Senegal Emergent (PSE). Parmi ceux ci on peut citer entre autres le PUDC, CMU, PUMA, PRACAS, PRODAC ou les bourses de sécurité familiale qui sont des réponses pertinentes contre la pauvreté et les inégalités sociales.
Mais malgré ces ambitieux projets du président Macky Sall qui prennent en compte le vécu quotidien des sénégalais il y’aura toujours une opposition sceptique pour demander qu’il soit remplacé par des prétentieux présidentiables qui n’ont que seul viatique le verbiage, et la calomnie. Les plus grandes réussites de ce régime à savoir le taux de croissance, les infrastructures et la maîtrise de l’électricité ne pourront convaincre cette opposition nihiliste.
Il serait aussi peine perdue d’illustrer par des chiffres les milliards de francs investis par le régime du Président Macky Sall pour réaliser des milliers de kilomètres de routes, d’autoroutes de pistes de productions et de pont. Même l’ambitieux projet du Train Express Régional (TER) ou du pole urbain de Diamnadio ne réussiront point à convaincre cette opposition en perte de repère qui affirmera sans aucune preuve que nous allons vendre notre économie aux étrangers oubliant les milliards perdus chaque année par notre économie à cause des problèmes liés à la mobilité urbaine. 
Le président macky Sall avez promis une gestion sobre et vertueuse, il l’a fait en annulant des dépenses jugées non prioritaires d’un montant de 61,2 milliards FCFA diminuant ainsi le train de vie de l’Etat. Le président Macky Sall avait promis 500 000 emplois durant son magistère, il l’a fait en créant en six ans 411 000 emplois nets mis à part les emplois non-salariés et emplois de l’informel. Et pour cette dernière année de mandat du président Macky sall la création de 80 000 emplois est attendu avec la DER. Enfin le président Macky Sall a verrouillé la Constitution de façon à ramener le mandat présidentiel à cinq ans renouvelable une seule fois.
Et comme à son habitude l’opposition désorientée affirmera avec fermeté que le président Macky Sall n’est pas un homme qui respecte ses promesses alors que tout montre le contraire.
C’est à se demander qu’est ce que veut cette infirme minorité si ce n’est qu’assouvir ses ambitions politiques au détriment des préoccupations des populations.
Mais comme toujours l’opposition boiteuse doutera de la maturité du peuple Sénégalais qui à chaque consultation électorale a attesté par les urnes que le président Macky Sall est l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. Et qu’il est primordial de le renforcer pour lui permettre d’avoir un deuxième mandat au premier tour de la présidentielle de 2019.

Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Ces classements du Sénégal qui montrent l’efficacité de Macky !!!

Depuis l’accession du président Macky Sall à la magistrature suprême celui ci ne cesse de travailler à améliorer les conditions de vie des populations sénégalaises à travers le Plan Senegal Emergent (PSE). Les performances enregistrées en si peu de temps ont permis au Sénégal d’occuper des places privilégiés dans les différents classements qui sont considérés comme des indicateurs clé de la situation économique des pays africains . Pour étayer la lanterne des sénégalais et mettre à nu les affabulations de l’opposition sénégalaise voici quelques classements parmi tant d’autres qui montrent à suffisance que ce pays bouge dans la bonne direction

– Classement des 10 pays les plus endettés d’Afrique : Le Sénégal n’y figure pas !
La Banque mondiale a dévoilé son classement des pays africains les plus endettés en 2018 qui s’établie ainsi : Afrique du Sud ( 450.000 milliards de FCFA.), Soudan ( 300.000 milliards de FCFA), Égypte ( plus de 170.000 milliards de FCFA), Maroc ( 40.000 milliards de FCFA), Tunisie ( plus de 10500 milliards de FCFA), Angola (plus de 10.000 milliards de FCFA), République démocratique du Congo (7584 milliards), Côte d’Ivoire (6500 milliards de FCFA), Nigeria (619 milliards de FCFA), Kenya (445 milliards de FCFA)








– Classement des 10 pays les plus pauvres d’Afrique en 2018. Le Sénégal n’y figure pas !
Chaque année l’Afrique domine le classement des pays les plus pauvres dans le monde. Il est plus facile d’utiliser le PIB (produit intérieur brut) par habitant pour déterminer le statut d’un pays. Le PIB est l’indicateur principal des économies saines ou fragiles. Le PIB montre la valeur des services et des biens en dollars, et ces biens sont produits sur une période donnée (par exemple, pour un trimestre ou un an).Le classement ci-dessous est basé sur le PIB par habitant fourni par la Banque mondiale. 1. Burundi 285 dollars de PIB, 02. Malawi 300 dollars de PIB, 03. Niger 64 dollars de PIB , 04. Mozambique 382 dollars de PIB, 05. République Centrafricaine 382 dollars de PIB, 06. Madagascar 401 dollars de PIB, 07. Somalie environ 434 dollars de PIB, 08. La République Démocratique du Congo 444 dollars de PIB, 09. Liberia 455 dollars de PIB,10. Gambie 473 dollars de PIB.
– Classement des pays les plus attractifs: la position du Sénégal !
Selon le rapport « Africa Investment Index 2018 » le Sénégal fait partie des 10 pays les plus attractifs d’Afrique pour les investissements.
Le Maroc est à la tête du classement juste devant l’Egypte et l’Algérie. Le Botswana chute à la quatrième place. La Côte d’Ivoire se place à la cinquième position. L’Afrique du Sud, l’Ethiopie, la Zambie, le Kenya et le Sénégal ferment les marches du TOP 10.
– Classement des 10 pays les moins corrompus en Afrique selon Transparency International
Ce rapport annuel compte au total 180 pays qui ont été au centre de ces études et 06 pays africains figurent au top 10 des pays les plus corrompus.
Le top 10 des pays les moins corrompus en Afrique s’établit comme suit : le Botswana au premier rang suivis de Seychelles, du Cap Vert, du Rwanda, de la Namibie, de l’Île Maurice, de Sao Tomé-et-Principe, du Sénégal, de l’Afrique du Sud et du Burkina Faso qui ferme la marche.








Mame ousmane diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Investiture de Macky: You chante, TFM interdite d’accès, tapis rouge pour… SenTV au moment où Bougane dézingue le pouvoir

YERIMPOST.COM Une présidentielle aux allures de combine ! Ce samedi 1er décembre, le candidat à sa propre succession se présentait officiellement aux Sénégalais pour briguer leurs suffrages. La coalition Benno Bokk Yaakaar, qui l’a désigné comme candidat, n’a pas lésiné sur les moyens. Diamniadio était, le temps de l’investiture de Macky Sall, le centre du Sénégal. Pour une large diffusion de ces moments, le pool organisation de la coalition présidentielle a acheté un temps d’antenne aux chaînes de télévision privées 7TV, TFM et SenTV pour faire vivre un direct à leurs téléspectateurs.

Pour la chaîne de Youssou Ndour, la transmission se faisait avec le signal de la SenTV. Programmée et certainement payée pour diffuser en direct la cérémonie, la TFM s’est vue refuser l’accès de Dakar Arena. Pendant ce temps, le PDG du groupe Futurs médias régalait le public avec le tube « Sall Ngari » qui sera assurément la musique de campagne de Macky Sall.

Ce n’est pas la seule curiosité de ce 1er décembre. A quelques heures d’intervalle, le patron de D-média, Bougane Guèye Dany, annonçait sa candidature au stade Amadou Barry de Guédiawaye devant les partisans de Geum Sa Bopp. Comme cela s’est fait un peu plus tôt, ce mouvement s’est attaché les services d’au moins une chaîne de télévision.

TFM, à laquelle on avait interdit l’accès pour couvrir l’investiture de Macky Sall, était en live pour Bougane. Osons poser la question: Que se passe t-il véritablement entre Macky Sall et Youssou Ndour pour que la chaîne de télévision de ce dernier soit indésirable à l’investiture du premier cité ? Une dernière question pour la route: Bougane Guèye Dany, pourtant adversaire déclaré de Macky Sall, est-il mieux toléré que l’allié ? La forme de ces non-dits est tellement bavarde…







Guirassy, un discours qui fait peur au régime de Macky (Par Assane Touré)

On dit en wolof : « ki bour gueuna ragal moy kiy yéé askane wi » (les discours qui éveillent les consciences font peur au roi). Partant de ce postulat on comprend alors pourquoi Guirassy fait si peur au régime de Macky Sall.
En effet, il suffit simplement d’une à deux sorties médiatiques du leader de S-U-D pour que le régime SALL commence à trembler et lui envoie ses répondeurs automatiques. Ainsi donc, après Khafor Touré, et bien d’autres responsables de la mouvance présidentielle, c’est Mme Fatou THIAM qui se croit obliger (pour plaire ?) de tirer sur Moustapha GUIRASSY. Fatou THIAM se trompe de cible. C’est parce que nous respectons la femme, et l’humain – tout simplement – comme nous l’enseigne le président Guirassy que nous refusons de descendre dans les caniveaux. Non Mme, on ne vous rappellera pas votre passé politique. Non Mme, on ne vous rappellera vos mots durs contre le régime de Macky SALL. Ce terrain là n’est pas le notre.
Depuis le début de cette précampagne, le président Guirassy n’a parlé que du Sénégal, des problèmes de notre pays et des solutions qu’il propose. Et quand vous aurez des idées à opposer à celles avancées par le président Guirassy vous reviendrez et à ce moment là nous débattrons. Comme on l’a dit plus haut, on comprend donc – de plus en plus – le pourquoi depuis le début de la précampagne le pouvoir fait tout pour noyer les interventions du Président GUIRASSY. Mais c’est peine perdue, le discours de GUIRASSY sera entendu et sans aucun doute tout sénégalais sensé l’adoptera.

Assane Touré

Vidéo- Touba: Serigne Mountakha à Macky: « Je vous confie à Serigne Touba »









Bilan de Macky à Touba: Ce qu’en pense Serigne Bass Abdou Khadre en dépit des critiques

YERIMPOST.COM Serigne Bass Abdou Khadre se veut clair. Tant que Macky Sall effectuera des réalisations à Touba, il le dira, n’en déplaise aux mauvaises langues. Le porte-parole du khalife des mourides, qui recevait le ministre des Infrastructures, Abdoulaye Daouda Diallo, a tenu à rassurer son hôte sur les réalisations du chef de l’Etat dans la cité de Bamba. «Force est de constater que Macky Sall a fait des réalisations pour la Ville sainte et je vais continuer à le dire même si certains rechignent», a-t-il déclaré.

Aux disciples qui lui « reprochent » de défendre le bilan de Macky Sall, il répond qu’il est « la voix de tous les disciples et (qu’il) ne fera pas moins que les khalifes de Touba qui ont toujours eu de la reconnaissance pour les bienfaits à l’endroit de Touba ».



Secrets d’audience: Les mots touchants de Macky à l’endroit de Wade, Ndéné, Papa Samba Mboup, Serigne Mbacké Ndiaye…

YERIMPOST.COM Au cours de l’audience qu’il a accordée, dans la nuit du 17 août, aux transfuges du Pds réunis au sein du Rapel, le président de la République, Macky Sall, a multiplié les amabilités à l’endroit de ses hôtes. Une source ayant pris part à la rencontre s’est confiée à Yerimpost. Voici la restitution qu’elle nous en a faite.

A Serigne Mbacké Ndiaye, Macky Sall a lancé: « Je te remercie pour tes multiples initiatives en faveur de la stabilité du pays. Je n’ignore rien de toutes les démarches que tu as entreprises pour réconcilier notre famille politique. En 2013, lorsque tu m’as dit que tu allais me soutenir, certains doutaient mais j’en étais, moi, convaincu. »

A Souleymane Ndéné Ndiaye, Macky a dit: « Souleymane, tu es un frère et un ami de longue date. Nous avons tant partagé pendant tant d’années. Ce qui nous lie est plus important que la politique. Nous ne pouvions que nous retrouver. »

A Papa Samba Mboup, le président a rappelé: « Grand, je me souviens de ton rôle au sein du Pds pendant les années de braise, notamment en 1988. Tu as beaucoup fait pour l’accession du Pds au pouvoir. A présent, l’ère Wade est terminée, un nouveau cycle s’est ouvert autour de ma personne. Nous devons continuer ensemble. Notre génération doit assurer la relève. Tu dois venir à l’APR. »

Avant de terminer par Abdoulaye Wade: « Nous devons beaucoup à Wade. L’idée n’est pas de le critiquer, mais il a fait son temps et la vie politique nous a séparés de lui. Il est temps pour nous de bâtir ensemble. »

Tanor Dieng commente la candidature de Macky et celles des autres

YERIMPOST.COM Si ça ne dépendait que d’Ousmane Tanor Dieng, Macky Sall pourrait dormir tranquille. Le secrétaire général du Parti socialiste (Ps) a sommé ses camarades de Benno de peaufiner des stratégies d’animation politique et de veiller à l’unité entre les différents responsables. Selon le patron du PS, le seul objectif devrait être « la réélection du président Macky Sall au 1er tour ». Le président du HCCT a ajouté: « Macky Sall est le meilleur candidat du point de vue de son profil, de son cursus et, en plus, il a un bilan. Lui, on sait ce qu’il peut faire. Est-ce que, sachant lui ce qu’il peut faire, on va laisser le pays entre des mains de gens qui ne savent pas ce qu’ils veulent faire ?».


Après l’appel de Macky, celui du peuple

Son excellence a récemment lancé un appel aux sénégalais pour un don de sang.Apparemment,nos hôpitaux en manquent. En tant qu’humains et citoyens , de tous bords, nous ne pouvons que répondre à cet appel. Toutefois, il est aussi à noter que dans plusieurs localités où la faim sévit ,selon des rapports, trouver du sang sera très difficile. Neanmoins,les citoyens bien portants, bien que très peu en donneront. Les hôpitaux manquent de sang car les sénégalais n’en n’ont que peu et très peu même. Nous répondrons tout de même à votre appel et nous vous lançons le notre.

Renseignez nous sur nos 26 milliards sur l affaire Prodac parce que le procureur serait à Moscou pour les besoins du 12 eme gainde.

Renseignez nous parce que le maire de Dakar croupit pour une somme vingt sept fois plus petite.

Renseignez car le procureur voudrait « mériter son salaire » en donnant sa langue au chat sur ce sujet

Renseignez nous parce que 715 chantiers sont aux arrêts par manque de moyens dans ce Sénégal où les caisses sont pleines.

Nous vous lançons un appel afin que vous élucidiez les milliers de scandales décriés et dénoncés sous votre magistère car la justice paraitrait  malade de ces hommes.

Une justice corrompue si nous nous fions aux propos d’un haut dignitaire de votre monarchie et élu de l’assemblée nationale : « tous les magistrats sont corrompus ».J oubliais car il jouirait ne immunité « fayesalyenne ».

L’homme n’ a jamais été inquiété en caressant ainsi les magistrats avisés à déceler les outrages.

Encore un appel sur la gestion de la balance ,symbole de justice et d équilibre sociale.

Ousmane SY

 

 

Clair dans la tête de Macky: il s’en fout

Le Sénégal apparait vraiment comme un ilot avec ses spécificités uniques au monde. Un ilot où vit un peuple que presque rien ne heurte. Avec autant de scandales, avec autant d’injustice, avec autant d’iniquité et roublardises, il est difficile de comprendre le silence de ce peuple.




Quelques voix ca et là pour dénoncer avec force les dérives d’un régime qui a fini d’ériger le « je m’en foutisme » en principe de gouvernance. Un principe qui n’est pas fortuit car il reposerait sur la connaissance du sénégalais en général.

D’une part, on aurait des intellectuels de faible  probité morale, et d’aucune étique. Des intellectuels qui ne penseraient qu’à satisfaire des désirs bestiaux dont la ceinture symbolise la frontière : manger,boire,s’accoupler, le seul sens que le transhumant donne à sa vie. Un amour ardent et avide de ces désirs inhibent la raison et corrompt le bon sens. Tous les moyens sont bons pour être du cote du régime pour s’arroger et jouir à tout prix des privilèges. L’ame, au diable.

D’autre part, la justice ne daignerait lever le petit doigt pour mettre un terme aux comportements et aux actes malveillants qui sont devenus quotidiens et familiers. L’IGE,l’Igf,l’Ofnac et tant d’autres structures ne sont ni de l’APR, ni ni de Benno Bokk Yakaar. Ces structures de contrôles sont bien senegalaises.Leurs rapports ont inquiété des sénégalais et promus d’autres avec le silence complice ou impuissant de la justice. Dans une telle perspective, l’être se soumet ou se démet selon sa probité et son état d’esprit.




Par ailleurs, loin de cette sphère intellectuelle, nous du bas peuple, attendons avec impatience les aumônes de la corruption pour mettre une croix sur notre avenir et l’hypothéquer à jamais. Tout est alors bafoué sans état d’ame.

Dans cette atmosphère amorphe où les âmes se vendent, le seul leitmotiv qui vaille pour le président serait tout naturellement : je m’en fous.

Ousmane SY

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR