Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

de Wade

Présidence du Groupe parlementaire Liberté et démocratie: le calcul politique de Wade

YERIMPOST.COM Serigne Abdou Bara Dolli Mbacké, président du groupe parlementaire « Liberté et Démocratie » en remplacement de Me Madické Niang, un choix purement politique hautement réfléchi par Me Abdoulaye Wade. C’est l’analyse faite de cette nomination qui a surpris plus d’un. Mais qui connait Abdoulaye Wade sait que chez lui tout est stratégie. A Touba, bastion naturelle du Parti démocratique sénégalais, hors de question de laisser le champ libre à Madické Niang qui est candidat à la présidentielle et qui risque de faire mal à celui du Pds dans la ville sainte. Serigne Abdou Bara Dolli Mbacké traîne des limites intellectuelles qui tranchent d’avec le niveau qu’incarnait Me Madické Niang à ce poste, mais l’électorat de Touba en vaut la peine.







Me Madické Niang répond à la diatribe de Wade contre sa candidature

Suite au communiqué fait à Dakar le 04 octobre 2018 et signé par le Frère Secrétaire Général National du PDS, relatif à ma candidature à l’élection présidentielle de 2019, je me dois de faire à l’opinion publique la genèse de cette candidature et de prendre les décisions que mon honneur m’impose face à cette situation regrettable à tout point de vue.

Je voudrais rappeler que c’est le Président Wade lui-même qui, la première fois, a suscité en moi cette ambition de me mettre en première ligne au service des Sénégalais, lors de la Oumra que nous avons effectuée en 2012, suite à la perte du pouvoir, en me disant en substance que, dans son entourage, j’étais la personne la mieux indiquée pour reconquérir le pouvoir.




Il s’y ajoute qu’à l’issue des dernières législatives, je me rappelle ces paroles poignantes qui m’ont été adressées par le Président WADE : « Madické, tu m’as démontré que tu es l’unique personne sur qui je peux compter totalement, je n’oublierai jamais ce que tu as fait pour moi. Ton engagement sans limite dans ces élections législatives m’amène à dire que je t’expose trop alors que tu as une famille à préserver. »
J’avais alors répondu que : « il en sera toujours ainsi, je ne lésinerai jamais sur mes moyens physiques comme matériels pour combattre et faire partir Macky SALL. C’est le sens que je donne à mon combat à vos côtés en dehors de l’amitié qui nous lie»

Que me valent alors subitement ces accusations graves, gratuites et infondées contre ma personne alors que j’avais toujours été considéré comme l’ami, le frère et le militant le plus fidèle ? Qu’est ce qui a pu changer si subitement entre-temps ? Ai-je eu tort d’avoir posé la question de la candidature alternative alors que beaucoup de Sénégalais, surtout les frères de parti, ont considéré que ma proximité avec Wade devait me permettre de jouer ce rôle ? Je laisse aux Sénégalais le soin de répondre à ces questions.

Je rappelle que j’ai fait l’objet de toutes formes d’intimidation et d’humiliation de la part du pouvoir sans vaciller un seul instant.

Je tiens aussi à dire aux Sénégalais que je n’ai aucun dossier judiciaire en instance devant aucune juridiction.

Je prends à témoin les Sénégalais pour leur dire que : si Macky SALL pouvait faire pression sur moi, je ne serais pas resté avec le Président WADE alors que beaucoup de ses proches l’avaient quitté ; si Macky SALL avait les moyens de pression sur moi, je n’aurais jamais pu défendre Karim WADE avec autant de détermination et d’opiniâtreté durant ces six dernières années ; si Macky SALL avait des moyens de faire pression sur moi, je n’aurais pas pu me mettre en face de lui pour faire gagner largement le PDS à Touba. C’est important de relever que, lors de ces élections législatives de juin 2017, mon arrestation avait été ordonnée, car beaucoup de responsables du pouvoir avaient pensé, qu’en me neutralisant, ils auraient pu empêcher la victoire du PDS ; si Macky SALL avait des moyens de pression sur moi, je n’aurais pas pu exercer à l’Assemblée Nationale avec tant d’engagement, mes fonctions de Président du groupe parlementaire. Combien de Sénégalais ont apprécié ma détermination, mon sens des responsabilités et, surtout, le dur combat pour empêcher que des lois scélérates soient votées.

Cependant, la seule pression forte que j’ai subie depuis deux ans vient de mes frères de parti mais aussi de Sénégalais de tous bords, pour me pousser à poser la question de la candidature alternative alors que j’avais, par amitié, volontairement tu toute ambition pendant toutes ces années.

Au surplus, concernant les accusations de « collusion » avec Macky SALL dont je suis l’objet, je défie quiconque de pouvoir en apporter le moindre indice, encore moins la plus petite preuve. Je laisse aux Sénégalais le soin d’en juger sur la base de mes actions concrètes au profit du PDS et pour le bien de la nation pendant les sept années de calamité de ce régime.

Au regard des faits, pour moi, le véritable « suicide » politique serait, pour le PDS, de ne pas avoir de candidat à l’élection présidentielle de 2019.

S’agissant de ma candidature, le Président Wade a dû oublier que je lui ai écrit pour lui préciser qu’elle ne saurait entrer en compétition avec celle de Karim WADE. En effet, elle ne pourrait prospérer que si, et seulement si, le Conseil Constitutionnel rejette la candidature de Karim WADE.
Où est donc le mobile qui peut servir Macky SALL en affaiblissant le suffrage du candidat investi par le Parti alors qu’une fois de plus, ma candidature est une candidature alternative et non de substitution.




Concernant mes responsabilités à l’Assemblée Nationale, je dis d’ores et déjà, sans ambages, que jamais je n’engagerai un bras de fer avec le Président Wade sur quoi que ce soit. Ainsi, avant que le parti ne se saisisse de la question, j’ai décidé, pour le mettre à l’aise, de remettre en jeu immédiatement mes fonctions de Président du groupe parlementaire car mon honneur ne me permet pas de m’accrocher à des responsabilités que le Président WADE m’a confiées.

Je ne le remercierai jamais assez pour, d’abord, l’honneur qu’il me fait de me considérer comme frère et ami mais aussi, pour m’avoir confié d’importantes responsabilités. Toutefois, je souligne que j’ai la conscience tranquille pour avoir donné le meilleur de moi-même à Abdoulaye WADE, à sa famille et au PDS.

En tout état de cause, il restera toujours ma référence politique, mon ami et mon frère.
Contrairement aux accusations qui sont portées contre moi, j’ai voulu redonner espoir à tous les militants désemparés face à l’éventualité d’une élection présidentielle sans un candidat du PDS. Combien de membres de l’opposition radicale se sont ouverts à moi sur l’absence éventuelle d’un candidat du PDS en 2019, estimant qu’elle permettrait à Macky SALL de gagner facilement.

Ainsi, j’invite tous ceux qui, dans le Parti comme en dehors, sont convaincus de la nécessité d’une candidature alternative, à me rejoindre pour mener ce combat.

Enfin, je m’en remets au Tout Puissant tout en ayant la conviction forte que la vérité finit toujours par triompher.

Maître Madické NIANG

Le dernier combat de Wade

LE DERNIER COMBAT DE WADE

Karim neen bunu xoli la, Wade bëgul kuko taxal suuf !

 

En lisant la lettre de Wade en réponse aux responsables parlant de plan B, j’ai eu mal dans ma chair. Très mal même !

Pour le seul fait d’avoir réfléchi et d’avoir exposé sa réflexion dans une lettre, Me Madické a été insulté par le pape du Sopi. Il l’a traité de traître et de quelqu’un qui poignarde ses amis dans le dos.

Je ne prends pas la défense de Madické mais je me dis que trop c’est trop.

Wade est en train de mener en bateau tous les militants du PDS et tout simplement pour les beaux yeux de son fils Karim. Les autres, il n’en a cure !

Il avait mené un mortal combat à Idrissa Seck afin de faire de l’espace pour son fils. L’ancien premier ministre nous avait pourtant avertis. Il avait bien alerté que le fils biologique est le centre d’intérêt de Wade.

Ensuite ce fut le cas de Macky Sall qui a osé dit-on convoquer le prince à l’Assemblée nationale. On connaît la suite. Il a été traîné dans la boue et « excommunié ».



Wade pense avoir droit de cité sur tous ces gens qui sont avec lui. Personne ne doit regarder ailleurs que la direction que lui-même montre. Ceux qui ont semblé ignorer cette règle en ont fait les frais. C’est le cas de Modou Diagne Fada, Farba Senghor, Souleymane Ndéné, Pape Samba Mboup….ils font foison les victimes de Karim.

Au PDS ce n’est plus du « moute mba moote » mais c’est du « Karim la mba moote ».

Il les manipule tous et le dommage c’est qu’ils le savent et semblent l’accepter. Il dit lui-même que c’est un congrès qui a choisi son fils comme candidat. Mdr ! De quel congrès parle-t-il ? Wade convoque un comité Directeur et s’adresse à une assistance médusée pour leur dire que la rencontre est transformée en congrès. Il le fait en prenant le soin de berner certains en leur demandant de se présenter pour la candidature afin de respecter la forme et de se désister ensuite au profit de son fils.  Ils y ont tous cru !

Quand certains ont commencé à crier au scandale, il leur a fait savoir que c’était juste pour mettre la pression sur le pouvoir à quelques jours du procès de Karim. Espiègle qu’il est, il a réussi à copté au sein du comité directeur du PDS des anciens de la Génération du concret et de nouveaux « karimistes » à qui il a donné des responsabilités afin de « contrebalancer » les humeurs contestataires qui pourraient naître d’anciens responsables. Il a bien réussi son coup !

Maintenant croire que Wade n’envisage pas un plan B c’est mal connaître l’homme. Il y pense bien et mieux, il y travaille. Wade réfléchit pour son fils et mène les combats à sa place. Objectivement quel est le vrai combat politique qui a été porté et mené jusqu’au bout par Karim ? AUCUN !

Karim n’a pas d’ambition politique c’est son père qui en a : voir son fils diriger les quatorze millions de sénégalais. Pour cela il est prêt à tout ! A tout !

Son premier plan, c’est d’essayer d’imposer la candidature du fils biologique en imposant un rapport de force au pouvoir de Macky Sall. Le seul obstacle est qu’il est conscient qu’avec la contrainte par corps Karim risque de retourner en prison s’il met les pieds au Sénégal. Ce qu’il ne sait pas encore c’est jusqu’où peut aller le Président de la République s’il s’engage dans cette voie. C’est pourquoi, Pa Wade est en train de voir comment faire entrer Wade fils sur le territoire national pour ensuite s’ériger en bouclier autour de lui avec ce qui lui reste de militants.

Si cela ne prospère pas, il y’a bien un plan B: choisir de soutenir un candidat qui accepte d’amnistier son fils une fois au pouvoir et lui permettre d’être candidat en 2024. La piste Idrissa Seck a été agitée un temps mais très vite refermée car Wade n’a pas totalement confiance en lui et il n’a pas reçu toutes les garanties de ce dernier.

Wade a besoin pour arriver à mener à terme cette stratégie d’un candidat politiquement vierge et bien manipulable par ses soins. L’homme sur qui il est en train de jeter son dévolu est Hadjibou Soumaré même s’il est conscient que la tâche risque d’être rude s’il fait ce choix.

Une fois cette étape dépassée, Wade lui-même descendra sur le terrain pour battre campagne pour le candidat d’emprunt. Il y mettra toute son énergie et ses moyens pour qu’enfin son fils soit libre de toute poursuite à partir de 2019.




La seule chose qui désole dans tout cela c’est comment de hauts responsables du PDS arrivent à montrer tant de frilosité devant ce qu’ils considèrent tous comme une forfaiture. Aucun responsable ne croit à la candidature de Karim et je pèse bien mes mots. Certains mêmes sont devenus aphones depuis que les choses sont devenues bien claires dans leur tête. Au demeurant où est Omar Sarr de Dagana ? Il semble s’être fait une religion sur cette affaire.

Wade n’a pas besoin de responsables ou de militants qui réfléchissent ou qui posent un débat autre que celui qui va dans l’intérêt de son fils. C’est cela la vérité.

Wade peut pour son fils insulter Madické Niang de la plus vile des manières faisant fi de toute l’amitié et de la sympathie que ce dernier a toujours témoignées à son endroit.

A Wade on a juste envie de dire que Madické a aussi un fils, et qu’on a tout compris !

Souleymane Ly

Spécialiste en communication

Julesly10@yahoo.fr

 

 

Réponse de Madické Niang à la lettre d’apaisement de Wade

A Maitre Abdoulaye WADE

Ancien Président de la République

Secrétaire général national du Parti Démocratique sénégalais (PDS)

 

Monsieur le Président, cher frère et ami

Je prends acte de votre lettre de ce jour parue dans la presse et vous en remercie vivement.

Je rends grâce à Allah, au Prophète Mouhamed (SAW), à notre vénéré Guide Cheikh Ahmadou Bamba et à tous les Saints du Sénégal en raison du fait que ma prière, par laquelle j’ai demandé au Tout Puissant de vous éclairer sur mon compte, a été exaucée.

Soyez sûr que je considère, comme vous, que ce regrettable incident est derrière nous.

Je profite de l’occasion pour exprimer toute ma gratitude et ma compassion à l’endroit de ces nombreux sénégalais qui ont été profondément meurtris par cet incident malheureux.




Dakar le 12 septembre 2018

Maître Madicke NIANG

Avocat à la Cour

Président du Groupe parlementaire Liberté et Démocratie

 

 

Correspondance de libéraux pour un Plan B: la réaction de Wade, Me Madické Niang cité comme instigateur

YERIMPOST.COM Nous restons au Parti démocratique sénégalais (Pds) avec cette correspondance envoyée à Me Wade pour lui demander de désigner un plan B pour la présidentielle. Selon le quotidien Les Echos, après l’avoir lu, Me Abdoulaye Wade l’a fait parvenir à ses proches collaborateurs. Des sources du journal d’aller plus loin en affirmant que le fait que Wade ait envoyé cette lettre à ses proches pour demander leurs avis signifie que sa position sur le « Karim ou rien » pourrait évoluer. D’autre part, certains responsables du parti sont convaincus que la lettre n’est pas le produit de l’imagination de ses signataires. Un homme tapi dans l’ombre, en l’occurrence Me Madické Niang, en serait l’instigateur. On lui prête l’ambition de briguer les suffrages des Sénégalais, mais le concerné entretient toujours le mystère.



Audience accordée au Rapel: les termes dans lesquels Macky Sall a parlé de Wade

YERIMPOST.COM Dans les colonnes de votre blog préféré, nous révélions en exclusivité les échanges entre le président Macky Sall et les membres du Rassemblement pour la pérennisation du libéralisme (Rapel) qu’il recevait au palais. Une audience entre ex-collaborateurs du président Abdoulaye Wade au cours de laquelle le chef de l’Etat s’était démarqué des propos aigres-doux que ses nouveaux souteneurs prennent le plaisir de balancer contre leur ex-mentor. Jamais, leur avait dit Macky Sall, on ne l’entendra parler d’Abdoulaye Wade en mal. Il a assuré ne l’avoir jamais fait en public ni en privé. Le chef de l’Etat s’est dit convaincu qu’un jour, tous les libéraux du Sénégal qu’ils sont, Abdoulaye Wade y compris, se retrouveront.


Cette gâterie de Wade à Blaise Compaoré

YERIMPOST.COM 2002 mètres carrés de terrain, c’est le cadeau que le président Wade avait gracieusement fait à son homologue de l’époque, Blaise Compaoré. C’est le quotidien Libération qui, dans sa livraison du jour, nous apprend que le terrain se trouve sur une zone dite « Front de mer » dans le cossu quartier des Almadies. Le journal souligne cette affaire, en espérant que l’Etat du Sénégal reprenne ces terres à l’ancien chef de l’Etat du Burkina Faso.



Le Wadiste Éternel réagit à la visite de l’huissier à la maison du Point E de Wade

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

C’est avec indignation et amertume que j’ai appris par un communiqué daté du 26 mai 2018 la saisie des clés de la mythique maison du Point E de l’ancien Président de la République du Sénégal, Maître Abdoulaye WADE, par un huissier de justice pour une somme de 550 millions de francs CFA.





Cette maison du Point E qui a été acquise par notre père spirituel après de dures années de labeur , au delà de sa fonction sociale, a servi de champ de batailles politiques pour asseoir une démocratie enviable au Sénégal et permettre à beaucoup d’hommes et de femmes, y compris l’actuel Président de la République, de se hisser au plus haut sommet de la pyramide politique et étatique.

 

Je soutiens, solennellement que, quels que soient les mobiles évoqués pour la saisie des clés de cette maison par voie judiciaire, le Président de la République , Macky SALL, devrait prendre toutes les dispositions idoines pour faire éviter une telle situation à notre père spirituel, à son bienfaiteur qu’il ne cesse de harceler depuis qu’il lui à succédé à la magistrature suprême.

 

Les valeurs qui caractérisent la nation sénégalaise parmi lesquelles l’honneur aux anciens et la reconnaissance de l’Etat à ses serviteurs pour services rendus devaient empêcher une telle bourde voire humiliation.





C’est pourquoi, je lance un appel solennel à toutes les sénégalaises et à tous les sénégalais convaincus de l’apport de Maître Abdoulaye WADE dans l’édification d’un Sénégal démocratique et en voie de développement ainsi qu’à ses fils et filles spirituels de mutualiser leurs ressources financières pour la récupération des clés de cette mythique maison du Point E dans les 15 jours qui suivent.

 

Enfin, au Président de la République, Macky SALL, je lui demande d’arrêter la persécution de celui qui a beaucoup fait pour lui et d’en faire une référence nationale pour la postérité.

 

Dakar, le 28 mai 2018

 

 

SAMUEL AMETH SARR Candidat à l’élection présidentielle de 2019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

C’est avec indignation et amertume que j’ai appris par un communiqué daté du 26 mai 2018 la saisie des clés de la mythique maison du Point E de l’ancien Président de la République du Sénégal, Maître Abdoulaye WADE, par un huissier de justice pour une somme de 550 millions de francs CFA.

 

Cette maison du Point E qui a été acquise par notre père spirituel après de dures années de labeur , au delà de sa fonction sociale, a servi de champ de batailles politiques pour asseoir une démocratie enviable au Sénégal et permettre à beaucoup d’hommes et de femmes, y compris l’actuel Président de la République, de se hisser au plus haut sommet de la pyramide politique et étatique.

 

Je soutiens, solennellement que, quels que soient les mobiles évoqués pour la saisie des clés de cette maison par voie judiciaire, le Président de la République , Macky SALL, devrait prendre toutes les dispositions idoines pour faire éviter une telle situation à notre père spirituel, à son bienfaiteur qu’il ne cesse de harceler depuis qu’il lui à succédé à la magistrature suprême.

 

Les valeurs qui caractérisent la nation sénégalaise parmi lesquelles l’honneur aux anciens et la reconnaissance de l’Etat à ses serviteurs pour services rendus devaient empêcher une telle bourde voire humiliation.

 

C’est pourquoi, je lance un appel solennel à toutes les sénégalaises et à tous les sénégalais convaincus de l’apport de Maître Abdoulaye WADE dans l’édification d’un Sénégal démocratique et en voie de développement ainsi qu’à ses fils et filles spirituels de mutualiser leurs ressources financières pour la récupération des clés de cette mythique maison du Point E dans les 15 jours qui suivent.

 

Enfin, au Président de la République, Macky SALL, je lui demande d’arrêter la persécution de celui qui a beaucoup fait pour lui et d’en faire une référence nationale pour la postérité.

 

Dakar, le 28 mai 2018

 

 

SAMUEL AMETH SARR Candidat à l’élection présidentielle de 2019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

C’est avec indignation et amertume que j’ai appris par un communiqué daté du 26 mai 2018 la saisie des clés de la mythique maison du Point E de l’ancien Président de la République du Sénégal, Maître Abdoulaye WADE, par un huissier de justice pour une somme de 550 millions de francs CFA.

 

Cette maison du Point E qui a été acquise par notre père spirituel après de dures années de labeur , au delà de sa fonction sociale, a servi de champ de batailles politiques pour asseoir une démocratie enviable au Sénégal et permettre à beaucoup d’hommes et de femmes, y compris l’actuel Président de la République, de se hisser au plus haut sommet de la pyramide politique et étatique.

 

Je soutiens, solennellement que, quels que soient les mobiles évoqués pour la saisie des clés de cette maison par voie judiciaire, le Président de la République , Macky SALL, devrait prendre toutes les dispositions idoines pour faire éviter une telle situation à notre père spirituel, à son bienfaiteur qu’il ne cesse de harceler depuis qu’il lui à succédé à la magistrature suprême.

 

Les valeurs qui caractérisent la nation sénégalaise parmi lesquelles l’honneur aux anciens et la reconnaissance de l’Etat à ses serviteurs pour services rendus devaient empêcher une telle bourde voire humiliation.

 

C’est pourquoi, je lance un appel solennel à toutes les sénégalaises et à tous les sénégalais convaincus de l’apport de Maître Abdoulaye WADE dans l’édification d’un Sénégal démocratique et en voie de développement ainsi qu’à ses fils et filles spirituels de mutualiser leurs ressources financières pour la récupération des clés de cette mythique maison du Point E dans les 15 jours qui suivent.

 

Enfin, au Président de la République, Macky SALL, je lui demande d’arrêter la persécution de celui qui a beaucoup fait pour lui et d’en faire une référence nationale pour la postérité.

 

Dakar, le 28 mai 2018

 

 

SAMUEL AMETH SARR Candidat à l’élection présidentielle de 2019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

C’est avec indignation et amertume que j’ai appris par un communiqué daté du 26 mai 2018 la saisie des clés de la mythique maison du Point E de l’ancien Président de la République du Sénégal, Maître Abdoulaye WADE, par un huissier de justice pour une somme de 550 millions de francs CFA.

 

Cette maison du Point E qui a été acquise par notre père spirituel après de dures années de labeur , au delà de sa fonction sociale, a servi de champ de batailles politiques pour asseoir une démocratie enviable au Sénégal et permettre à beaucoup d’hommes et de femmes, y compris l’actuel Président de la République, de se hisser au plus haut sommet de la pyramide politique et étatique.

 

Je soutiens, solennellement que, quels que soient les mobiles évoqués pour la saisie des clés de cette maison par voie judiciaire, le Président de la République , Macky SALL, devrait prendre toutes les dispositions idoines pour faire éviter une telle situation à notre père spirituel, à son bienfaiteur qu’il ne cesse de harceler depuis qu’il lui à succédé à la magistrature suprême.

 

Les valeurs qui caractérisent la nation sénégalaise parmi lesquelles l’honneur aux anciens et la reconnaissance de l’Etat à ses serviteurs pour services rendus devaient empêcher une telle bourde voire humiliation.

 

C’est pourquoi, je lance un appel solennel à toutes les sénégalaises et à tous les sénégalais convaincus de l’apport de Maître Abdoulaye WADE dans l’édification d’un Sénégal démocratique et en voie de développement ainsi qu’à ses fils et filles spirituels de mutualiser leurs ressources financières pour la récupération des clés de cette mythique maison du Point E dans les 15 jours qui suivent.

 

Enfin, au Président de la République, Macky SALL, je lui demande d’arrêter la persécution de celui qui a beaucoup fait pour lui et d’en faire une référence nationale pour la postérité.

 

Dakar, le 28 mai 2018

 

 

SAMUEL AMETH SARR Candidat à l’élection présidentielle de 2019

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR