Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

dialogue

Retour de Karim Wade: à quitte ou double

YERIMPOST.COM Exit la présidentielle à laquelle il devait être le challenger de Macky Sall, mais toujours pas l’ombre de Karim Wade. L’espoir de ses partisans est ranimé par cette énième annonce de son retour au bercail. Après la prestation de serment du président réélu, le 2 avril prochain, l’ancien pensionnaire de Rebeuss, terré à Doha depuis son élargissement, fera son come back au risque de se voir interpellé à sa descente d’avion au nom d’une contrainte par corps s’il ne débourse pas l’amende de 138 milliards. A moins d’une loi d’amnistie votée par l’Assemblée nationale avant son retour et qui effacera totalement le délit pour lequel il est toujours poursuivi. L’espoir est d’autant plus permis que lors de son adresse à la Nation suite à sa réélection, le chef de l’Etat avait tendu la main à toutes les forces vives pour un dialogue avec l’implication de ses prédécesseurs dont Wade-père. Dans ce climat d’apaisement, Karim peut-il prendre le risque de fouler le sol sénégalais ? Time will tell…

Dialogue de poètes: Notre pays n’est pas dans l’urgence des vautours ! (Amadou Lamine Sall, Sidy Ady Dieng)

MON PAYS N’EST PAS UN PAYS MORT
(Auteur : Amadou Lamine Sall, Poète, Lauréat des Grands Prix de l’Académie Française)
Mon pays n’est pas un baobab nocturne
une herbe noire une fleur froide
un fruit anémique une terre agenouillée

Mon pays n’est pas une route coupée
une chaussée pourrie un ciel boueux

Mon pays n’est pas dans l’urgence des vautours
il est dans la foulée des tigres et
le lion a encore la mâchoire qui brûle et le ventre en flammes

Mon pays n’est pas un pays mort
mais elle est pourtant morte la mémoire
mort le sang dans la case des hommes pressés
et le rêve de ceux qui ont cru dompter l’alphabet court nu dans les rues
et les enfants ne jettent même plus des pierres à ce lambeau de rêve…

Mon pays n’est mort que dans la hâte de ceux qui marchent
sur les chemins de mirage les yeux glauques l’horizon cupide

Mon pays n’est mort que dans les fils de l’impatience
les fils malicieux de la politique les sidéens du pouvoir dans
la malaria et le paludisme des urnes
les fils arqués de la politique les bergers à venir mais si fatigués déjà comme de vieilles Peugeot des années de jazz

Mon pays n’est mort que dans les rois de midi et
les princes des oracles qui mûrissent le trône en eux avant le maïs et l’arachide
les terrasses d’or avant la paille de chaume des toits du Saloum
la chaise de satin avant le tabouret de termitière…

Mon pays n’est mort que dans les fils surdoués des feux de brousse
qui dévorent jusqu’aux refuges des lépreux aux portails fastes des banques
Ce pays mon pays n’est mort que chez les morts d’avant les lampes
car elles arrivent elles arrivent les grandes lampes arrivent les fauteuils de soie les canapés de laine
dans les taudis des banlieues
arrivent les rideaux rouges et pourpres
arrivent les bronzes rares les toiles des enfants d’Oussouye les livres des enfants du Fouta
arrivent les sourates les chants grégoriens les libations
arrivent les femmes les hommes d’un siècle nouveau
d’un temps d’espérance

Mon pays n’est pas un pays mort
malgré les fourmis les fatigues et les cafards
les sommeils lents les réveils taraudés
les souliers usés les chaussettes soumises aux
faims des rats les orteils au vent

Mon pays n’est pas mort
malgré les journaux aux manchettes de fin du monde
l’Afrique décrétée inapte jusqu’à la fin du monde mais enfin
si enceinte de vergers rares
la France comptable de sa tendresse et vivant seule son dépit amoureux
l’Amérique la frousse pleine les yeux mais triomphant dans l’acier de ses bras
Mon pays n’est pas un pays mort
malgré les cuisines vides dans la solitude d’un oignon
d’un sac de riz affaissé à deux grains
d’une bouteille d’huile infidèle à deux cuillères
d’une pomme de terre verdâtre comme d’un méchant quolibet

Mon pays n’est pas un pays mort
une cargaison puante mais une marée haute d’épices et d’encens
il vit ce pays se tourne et se retourne et danse et pleure et chante
dans l’angoisse pourtant infinie que masse une foi infinie
que consolent une cloche un minaret le regard velouté d’une maman infinie

Mon pays n’est pas un pays défunt
il ne porte comme la vie que les pas lourds
d’un soldat endeuillé d’un enfant amputé mais son cœur est de soleil
il ne porte comme la vie que le sourire au gingembre d’une
femme que la beauté honore
il est bien debout mon pays grave beau et fort
Mais il est vrai que les fleurs si belles meurent toujours
un soir… ou est-ce un matin… je ne sais plus…

Reste alors le parfum qu’elles ont laissé
mais puisse ce parfum habiter la nostalgie des aisselles irriguer le vertige
être le remontoir de nos sens de nos vies nourrir l’avenir sinon

Sinon elles seront vraiment mortes les fleurs mortes pour toujours
mortes pour rien mort aussi le triomphe des jours de gloire
et l’oubli monstrueux se lèvera tragique
comme une tendresse décapitée
une malédiction brutale dressée comme une lance…

Mon pays n’est pas un pays mort mon pays n’est pas un murmure
son peuple au front d’étoiles et à la bouche de sel
est un océan qui ne s’annonce plus
une mer haute féconde navigable pour toutes les fraternités du monde

Chacun sait désormais ici pourquoi nous serons toujours vivants
Amadou Lamine SALL

TON PAYS N’EST PAS UN PAYS MORT
(Auteur : Sidy Ady DIENG, Poète, Lauréat 2004 du BSDA, Prix Birago DIOP)
Il n’est pas une fausse et sombre perspective
Une dernière lueur d’une nuit monotone et sinistre
Une lanière usée sur les flancs d’un cheval décharné
Ton pays ne s’embourbe guère au fond des caniveaux
Il s’est érigé depuis longtemps en joyau pur
Ornant la poitrine des majestueuses lingeer

Et derrière le verbe stimulant du griot
Le sang du ceddo bouillonne comme toujours
Ton pays n’est pas un pays mort
Et pourtant l’héritage s’est fané
Perdu dans le courage qui s’effondre
Et l’élégance jetée comme une eau usée
Sur les ruelles boueuses des Parcelles Assainies
Et sur toutes les artères et quartiers se bousculent des hommes
Qui n’ont faim que de bénéfices et de profits sans sueur écoulée
Ton pays n’est pas un pays mort
Il n’est mort que dans les rêves de gloriole
Mort dans ses fils aux bras croisés et à la langue fourchue
Ses fils qui continuent à rouler fiévreusement les dés du pari
Dans les bureaux de vote érigés en casinos
Ce pays n’est mort que pour les caméléons du pouvoir
Ceux qui retournent leur veste avec la prestance du prestidigitateur
Ces hommes qui ont foulé du pied toute mémoire Pour ne s’illustrer que dans le verbe nécessiteux
Ton pays mon pays n’est pas mort
Car il est trempé de la hargne du lion
Et le baobab géant reste gonflé de sève
Je le savais déjà mais je comprends à présent
Pourquoi alors« nous serons ici toujours vivants»
Sidy Ady DIENG

Couplage des élections, dissolution de l’Assemblée: Babacar Gaye intraitable

YERIMPOST.COM Un avis tout tranché sur le débat du couplage des élections locales et législatives. Babacar Gaye, le porte-parole du Parti démocratique sénégalais soutient mordicus qu’il s’agit d’une stratégie du camp présidentiel pour distraire l’opposition et tenter ainsi de faire oublier la présidentielle qu’il qualifie de frauduleuse, gagnée par le président Macky Sall. « Ces déclarations de Me Aïssata Tall Sall et Aymérou Gningue ne sont que des ballons de sonde envoyés par le camp présidentiel qui applique le théorème de Pasqua en ajoutant à l’affaire de la réélection frauduleuse de Macky Sall, une autre affaire pour distraire l’opposition. Ils tentent par ces incongruités de faire oublier le traumatisme post-électoral », souligne t-il. Avant d’ajouter: « Même si le président de la République a des pouvoirs constitutionnels de dissoudre l’Assemblée nationale après 2 ans de législature, ou lorsque celle-ci adopte un motion de censure contre le gouvernement, rien ne justifie une telle décision politique ». Et Babacar Gaye de s’expliquer davantage  dans Vox Populi: « D’abord, le président élu dispose d’une très confortable majorité qui n’est pas prête à se saborder. Ensuite, Macky Sall ne prendrait jamais de risque de cohabiter avec son opposition 1 an après sa réélection… Enfin, aucune élection ne devrait plus se tenir dans ce pays, sans une réforme en profondeur du système électoral. C’est d’ailleurs les raisons qui me font croire que même les locales ne pourraient se tenir en décembre 2019, si l’appel au dialogue du président de la République procède d’une réelle volonté de décrispation… Attendons l’offre de dialogue du président et la réaction de la classe politique significative au lieu de scruter le sexe des anges. »

Dialogue avec l’opposition: TAS dit niet à Macky

YERIMPOST.COM La « République des valeurs » veut rester libre de constater, de dénoncer les dérives du pouvoir et d’apporter des propositions. Pour ces différentes raisons, la formation portée par l’ancien ministre de l’Energie refuse la main tendue du chef de l’Etat. Thierno Alassane Sall ne répondra pas à l’appel au dialogue aussi parce qu’il continue à dénoncer l’élimination injuste des candidats à la présidentielle de février dernier par la grâce de « cette loi antidémocratique qu’est le parrainage. Macky Sall veut, aujourd’hui, nous parler d’un soit-disant appel au dialogue. »

Ousmane Tanor Dieng lance un message solennel à l’opposition

YERIMPOST.COM Pour Ousmane Tanor Dieng, l’opposition doit répondre au dialogue sur les ressources naturelles. « C’est un dialogue particulièrement important et il s’agit de questions sur lesquelles on doit construire un consensus. Car, jusqu’à présent, il n’y a pas d’exploitation de ces ressources », a déclaré le président du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct). Seulement, son appel risque de tomber dans l’oreille d’un sourd. Parce que l’opposition dite significative a déjà déclaré son boycott.



Dialogue entamé entre le gouvernement et les professionnels de la santé

YERIMPOST.COM Lundi 12 février, une rencontre entre le gouvernement et les syndicats des travailleurs de la santé été présidée par le Premier ministre. Au sortir de la réunion, le porte-parole du gouvernement a déclaré que Mohammed Boun Abdallah Dione a proposé une feuille de route pour la mise en œuvre des protocoles signés. Du côté du Syndicat autonome des médecins du Sénégal (Sames), le mot d’ordre de grève est maintenu pour, disent-ils, ne pas tomber dans le piège du gouvernement. Rendez-vous est pris dans quinze (15) jours pour une évaluation globale.




° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR