Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

donne

Vidéo- Serigne Modou Kara donne à Macky les secrets de Mafatihoul Bichri

Aly Ngouille Ndiaye donne les détails financiers de l’organisation de l’élection

YERIMPOST.COM 14 milliards de nos francs, c’est le budget dégagé pour l’organisation de la présidentielle. L’information est du ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, qui faisait face à la presse ce vendredi 25 janvier. Détaillant comment ce budget a été réparti, le ministre a souligné que la part des cartes d’électeurs fait à peu près 5 milliards. A l’en croire, l’impression des bulletins de vote a été confiée à des sociétés nationales. « Aucune société étrangère n’a été mêlée! », renseigne-t-il. Avant de soutenir: « A partir de lundi prochain, nous devrons envoyer les bulletins à l’extérieur et, d’ici à la fin de la semaine, les bulletins devraient être prêts pour être distribués à l’intérieur du pays. Nous voulons prendre suffisamment de recul pour que les bulletins soient acheminés dans les circonscriptions à temps. »







Macky Sall donne le prix réel du TER…

YERIMPOST.COM Dans son face-à-face avec les journalistes, après son discours à la nation, le chef de l’Etat est largement revenu sur le prix du Train express régional (Ter) qui soulève de nombreuses controverses. D’après les chiffres que le président Sall a livrés, le TER a coûté, jusqu’ ici, la somme de 656 milliards de F CFA répartie comme suit : 568 milliards d’option ferme après l’appel d’offres international, 88 milliards de plus suite à un avenant dont 50 milliards qui ont servi d’indemnités aux impactés.
Cette somme est loin des 1200 milliards annoncés par le leader du Pastef, Ousmane Sonko.







Election présidentielle 2019: Me Ousmane Ngom donne les clés du combat

Moins d’une semaine après avoir confirmé l’investiture du Président de la République, Macky Sall, comme candidat des Coalitions LCK et RES, Me Ousmane Ngom explique les raisons de ce choix. Invité de l’émission « Point de vue » de la RTS, l’ancien Ministre de l’intérieur est largement revenu sur les perspectives de performance du Sénégal.

Pourquoi réélire le Chef de l’Etat, Macky Sall ? Pour répondre à cette question, le leader des deux Coalitions Liberal ça kanam (LCK) et Rebâtir ensemble le Sénégal (RES), a décliné «les trois clés» de la pertinence d’un tel choix.

«La réélection du Président Macky Sall devrait être naturelle pour trois arguments que j’ai appelé les trois clés de la victoire : parce qu’il a un bilan élogieux, éloquent. A travers toute l’étendue du pays, on peut mettre la main sur les réalisations importantes du Président Macky Sall, dès son premier mandat. La mise en œuvre du PSE a été accélérée et touche toutes les régions. L’équité territoriale et régionale est devenue une réalité. Dans les régions vous verrez de nombreuses réalisations à tous les niveaux. Les infrastructures, plus de 3000 kilomètres de route sont en train d’être construit par le PUDC. Au niveau de l’hydraulique rural, nous étions à l’arrivée du Président Macky Sall à environ 1400 forages, nous sommes aujourd’hui à plus de 2000, c’est-à-dire plus de 600 ont été construit durant son premier mandat. Rien que le pont de Farafégny, qui sera inauguré, suffit pour le réélire. C’est une revendication de plus de 60 ans. C’est l’une des causes de la crise en Casamance, qui était enclavée. Aujourd’hui, on peut aller en Casamance par la route sans aucun problème. Ne serait-ce que pour ce pont, on peut le réélire. Je ne parle pas du secteur agricole où les succès sont éclatants. Toutes les productions ont été doublées ou triplées. Dans le secteur de la santé, dans le secteur de l’éducation, dans l’enseignement supérieur qui a été démocratisé. Les abris provisoires qui ont été un casse-tête pour tous les régimes, sont en train d’être réglés. 65 milliards ont été voté dans le budget pour réglé ce problème. Sans parler de la maîtrise de l’inflation, le problème de l’électricité qui a été réglé avec même la baisse du prix. Ça, c’est la première clé ».

Le Sénégal, un Emirats noir en Afrique

«La deuxième clé de la victoire, c’est d’avoir une vision stratégique pour le pays sur 35 ans. ET cette vision, non seulement elle a été partagée au niveau national, dans le pays, mais aussi au niveau international où elle a été sanctionnée par la communauté internationale. Récemment, au groupe consultatif de Paris, le Sénégal était parti pour chercher 2850 milliards, il a obtenu plus de 7700 milliards. C’est exceptionnel. Sans parler des perspectives ouvertes par les découvertes de gaz et de pétrole, qui vont faire du Sénégal un Emirats noir en Afrique de l’Ouest. C’est pourquoi d’ailleurs qu’il faut éviter de confier ce pays à des mains inexpertes ou à des aventuriers qui le conduisent directement à la catastrophe ou qui vont vendre le pays. Nous avons un homme d’expérience qui a déjà fait ses preuves, qui a déjà réalisé de grandes choses, qui est en train de faire de grandes réformes. Nous n’avons pas le droit de briser cet élan. Nous devons réélire le Président Macky Sall pour lui permettre de parachever son œuvre (…) Je pense d’ailleurs qu’il faut se fonder sur les perspectives. Il ne faut pas s’auto-satisfaire de ce bilan. C’est pourquoi, il a un plan stratégique jusqu’en 2035. Ce plan va construire le Sénégal pour tous et le Sénégal par tous. Il est déjà sanctionné par la communauté internationale, au groupe consultatif de Paris. Et vous savez que les bailleurs de fonds ne sont pas des enfants de chœur», a-t-indiqué.

«La dernière clé de la victoire, c’est l’adhésion populaire. Parce qu’en définitive, ce sont les sénégalais et les sénégalaises qui vont décider le 24 février 2019. Avec le baromètre de la population, l’on peut voir ce qu’elle pense du travail de Macky Sall. Ce qui se passe lors des tournées économiques est éloquent. La population sénégalaise est une déferlante vers le Président Macky Sall. C’est pourquoi, j’ai déclaré que cette élection sera une simple promenade de santé pour lui»

Vidéo- Idy donne les raisons de son mutisme…









Xuman refuse de chanter les louanges de Macky Sall et donne ses raisons

YERIMPOST.COM En 2019, Macky Sall ne pourra pas compter sur Xuman pour l’animation de sa campagne électorale. La raison est toute simple. Le rappeur veut rester crédible. «J’ai une position de quelqu’un qui dit ce qu’il pense du régime. Si demain je fais une chanson pro-Macky, ça va être contre-productif pour le chef de l’État. Et ils vont dire que je ne le fais pas par conviction, mais parce que j’ai besoin d’argent», a-t-il confié dans un entretien accordé à Vox Populi.
À en croire le rappeur, un «Monsieur» du régime l’a saisi pour lui demander d’écrire une chanson pour Macky Sall en vue de la présidentielle. Mais sa réponse a été claire. «Qui me connaît sait que je ne suis pas du genre à accepter ces genres de proposition», lui a-t-il indiqué. Et l’ancien membre de Pee Froisse d’ajouter: «Vous savez bien que je ne pouvais pas le faire. Si j’écris une chanson et que je me mets du côté de Macky Sall, je me décrédibilise, et je ne vais pas apporter un plus à Macky Sall; c’est le contraire qui va se passer».







Me Sidiki Kaba donne des nouvelles à propos du meurtre de Fallou Diack

YERIMPOST.COM Le dossier de Fallou Diack, du nom de ce Sénégalais tué au Brésil, est suivi de très près par les autorités sénégalaises. La plainte déposée en ce sens a été bien étudiée par la Justice brésilienne, a informé le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur. Selon Me Sidiki Kaba, l’assassin de notre compatriote, un certain Silva, a été condamné à 17 ans de prison.







Serigne Mbaye Sy Mansour donne Macky Sall en exemple aux leaders de l’opposition

YERIMPOST.COM Les acteurs politiques ont une lourde responsabilité sur la paix et la stabilité du pays. C’est, en substance, ce qu’a dit le khalife général des tidianes à la cérémonie officielle du Gamou de Tivaouane 2018. À l’approche de l’échéance électorale de février 2019, Serigne Mbaye Mansour Sy a voulu être clair avec les candidats en compétition. «La paix est entre vos mains», leur a-t-il lancé. Et Serigne Mbaye d’ajouter : «C’est vous qui cherchez le pouvoir. Vous en avez le droit. Mais, que cela se passe dans la paix. Evitez les propos incendiaires. Personne n’a jamais entendu Macky Sall en prononcer.»







Eliminatoires CAN 2019: Aliou Cissé donne le classement pour le match contre la Guinée Equatoriale

YERIMPOST.COM Pour la rencontre contre la Guinée Equatoriale, le onze de départ du Sénégal sera composé comme suit: Édouard Mendy dans les buts. En défense, on aura Youssouf Sabaly – Cheikhou Kouyaté – Kalidou Koulibaly – Lamine Gassama.

Au milieu de terrain, le trio Salif Sané – Gana Guèye – Assane Dioussé.

En attaque, Sadio Mané sera accompagné d’Opa Nguette et Mbaye Niang.

Aliou Cissé a opté pour cette rencontre, qui vise la première place du groupe, a un système en 4-3-3.







Crise au Pds: Modou Diagne Fada donne une opinion alarmante

YERIMPOST.COM La crise qui secoue le Parti démocratique sénégalais (Pds) fait parler. Modou Diagne Fada, ancien dudit parti et leader de Ldr/Yessal qui a décidé de soutenir Macky Sall pour la présidentielle prochaine, estime que ce qui se passe actuellement dans le parti de Me Wade était prévisible. Le non moins président du Conseil départemental de Kébémer dira: « Je ne reconnais plus mon maître en politique et ce parti qui a guidé mes premiers pas en politique. Tout ce cauchemar était inévitable, car il est impossible d’exprimer une ambition au sein du Pds en dehors de celle exprimée officiellement par le parti. »

Modou Diagne Fada, en pleine collecte de parrainages pour le candidat de la coalition Benno Bokk Yakaar, ajoute: « Ce parti s’est battu pour la sauvegarde des libertés dans notre pays. C’est pourquoi c’est très désolant de voir la situation qu’il est en train de traverser. C’est une situation extrêmement difficile pour nous tous qui nourrissons un profond respect pour le président Abdoulaye Wade. Mais, à force de vouloir tenter l’impossible, on finira par comprendre que l’impossible c’est tout simplement impossible. C’est pour cela que ce qui se passe actuellement avec Madické Niang était tout à fait prévisible… J’ai peur que les lendemains du Pds soient très difficiles. Je ne fais pas partie des gens qui vont se réjouir de voir le Pds en lambeaux. Je compte sur le génie politique du président Wade pour redresser tout cela, si ce n’est pas trop tard ! »







Affaire Oumar Watt: Indexé, l'hôpital de Fann donne une toute autre version

YERIMPOST.COM Poussées à bout par les multiples sorties de la famille d’Oumar Watt, les autorités sanitaires de l’hôpital Fann brisent le silence. Ce vendredi, c’est le directeur de l’hôpital, le Docteur Cheikh Tacko Diop, qui est monté au créneau. Quitte à dévoiler le secret médical, la direction du centre hospitalier soutient que le jeune homme qui avait été tabassé au cours d’une bagarre n’a jamais été dans le coma, contrairement à ce que sa famille disait jusque-là. « Quand il venait ici, il était bien conscient. Il était touché certes, mais bien conscient. Il est sorti ce jeudi dans un meilleur état », dit un responsable du service Neurologie de Fann.
Pour sa part, le professeur justifie sa décision de sortir Oumar Watt de l’hôpital par le fait que ses jours n’étaient plus en danger. Et ajoute: « Sur le plan neurochirurgical, Oumar Watt allait bien et ne posait plus de problème. On l’a sorti parce que son état clinique le permettait. Il faut savoir que, quand on a un traumatisme crânien, comme dans son cas, on a une désorientation spatio-temporelle qui ne peut pas se soigner à l’hôpital. Il peut récupérer à la maison. » Sur le scanner défectueux, ces professionnels de la santé et responsables de Fann ont ouvert les portes de la salle scanner où l’appareil est installé. « Cette machine date de moins de 2 mois, donc on ne peut pas parler de panne. Les allégations sur la panne de scanner sont totalement fausses », a martelé le Dr Cheikh Tacko Diop.







Affaire Mariama Sagna : Le procureur de Pikine donne les détails de l’assassinat…

YERIMPOST.COM Les choses se précisent dans l’affaire Mariama Sagna, du nom de la responsable du parti Pastef à Keur Massar tuée samedi dernier dans son domicile. Les autorités judiciaires écartent tout mobile politique. Face à la presse, le procureur de Pikine a donné les détails du meurtre. « À la fin de la manifestation, aux environs de 20 heures, Ousseynou Diop et Saliou Boye ont ramené les fauteuils chez la victime. À leur arrivée, ils ont trouvé la dame Mariama Sagna à moitié nue dans sa chambre en train de se divertir. Ce qui n’a pas manqué de leur donner des idées. Les mis en cause l’ont attaquée et violée tout en l’étranglant pour l’empêcher de crier, causant ainsi son décès.» Amadou Seydi a poursuivi: «Avant de quitter les lieux du crime. Ousseynou Diop et Saliou Boye ont subtilisé le poste téléviseur et un téléphone portable appartenant à leur victime. Les investigations subséquentes menées par les éléments de la gendarmerie territoriale de Keur Massar, en collaboration avec leurs collègues de la brigade de recherches de Faidherbe, ont permis l’arrestation du premier charretier Ousseynou Diop qui a reconnu avoir participé à la commission des faits.»







Narcissisme au sommet de l'Etat: Moussa Diop donne son nom à un poste de santé offert par DDD

YERIMPOST.COM Ce weekend, à Pikine, le nouveau poste de santé offert par la société Dakar Dem Dikk (DDD) a fait jaser. La raison ? La structure sanitaire porte le nom du directeur général actuel de ladite société, Me Moussa Diop. La nouvelle a vite fait le tour de la toile, provoquant une indignation générale. Dans la foulée, la direction de DDD s’est fendue d’un communiqué pour préciser que c’est un syndicat au sein de la boîte qui a érigé ce poste de santé et a décidé d’en donner le nom à Moussa Diop. Autrement dit, Me Moussa Diop n’a rien à voir dans cette affaire. Mais sans pouvoir mettre fin au scandale…
A Boké Dialloubé, où le maire n’est autre que Abdoulaye Daouda Diallo, même chose. Le ministre des Transports terrestres a baptisé le stade à son nom. Narcissisme, quand tu nous tiens…







Narcissisme au sommet de l’Etat: Moussa Diop donne son nom à un poste de santé offert par DDD

YERIMPOST.COM Ce weekend, à Pikine, le nouveau poste de santé offert par la société Dakar Dem Dikk (DDD) a fait jaser. La raison ? La structure sanitaire porte le nom du directeur général actuel de ladite société, Me Moussa Diop. La nouvelle a vite fait le tour de la toile, provoquant une indignation générale. Dans la foulée, la direction de DDD s’est fendue d’un communiqué pour préciser que c’est un syndicat au sein de la boîte qui a érigé ce poste de santé et a décidé d’en donner le nom à Moussa Diop. Autrement dit, Me Moussa Diop n’a rien à voir dans cette affaire. Mais sans pouvoir mettre fin au scandale…

A Boké Dialloubé, où le maire n’est autre que Abdoulaye Daouda Diallo, même chose. Le ministre des Transports terrestres a baptisé le stade à son nom. Narcissisme, quand tu nous tiens…







Affaire du jeune tabassé par des militaires français: l’Armée française donne sa version

YERIMPOST.COM Ce vendredi, on relatait une violente bagarre qui avait éclaté dans un restaurant des Almadies impliquant des jeunes sénégalais et des éléments français. Une bataille rangée au cours de laquelle Oumar Watt avait reçu plusieurs coups qui l’ont plongé depuis dans un coma. L’Armée française présente à Dakar s’est aussitôt fendue d’un communiqué de précision. Selon elle, c’est une tentative de vol avec violence dont les éléments français ont été victimes. Une plainte a d’ailleurs été déposée dans ce sens par les militaires.




Malick Gakou donne une position radicale sur la mairie de Dakar

Malick Gakou haussa sa voix. Selon le leader de Grand parti (Gp), il est hors de question de laisser le pouvoir confisquer la mairie de Dakar. En tournée politique dans la région de Kaolack, Gakou révèle que l’opposition est en train de s’organiser pour que l’équipe municipale que Khalifa Sall élue reste en place. « La forfaiture ne passera pas », a-t-il signalé.



Prise de fonction au Cnra: Babacar Diagne donne le ton

YERIMPOST.COM Ce lundi 10 septembre, la passation de service s’est faite au Conseil national de régulation de l’audiovisuel (Cnra). Babacar Diagne a officiellement remplacé Babacar Touré. L’occasion pour le nouveau président de lister les maux qui gangrènent la presse nationale et de promettre de rencontrer tous les concernés afin de mieux comprendre les difficultés pour une amélioration du paysage médiatique. Ceci étant, Babacar Diagne, qui ne se veut pas gendarme, compte réguler l’espace. « Nous avons des valeurs à respecter qui sont souvent malmenées. Il y a des choses graves qui se passent dans la presse comme la diffusion de films de charme sur des chaînes qui ne sont même pas cryptées », a t-il fait remarquer.



Vidéo- Le père de Gorgui Sy Dieng donne sa position sur la présidentielle de 2019





Vice de forme dans le dossier Khalifa Sall: la police donne une version contestée par le parquet

YERIMPOST.COM S’il y a vice de forme dans la procédure qui a abouti à l’arrestation de Khalifa Sall, la police n’y est pour rien. C’est la position défendue par les limiers dans le cadre de l’enquête sur ce dossier qui continue de faire polémique. « Les officiers de police judicaire qui se chargeaient de l’interrogatoire de Khalifa Sall ont respecté tous ses droits. C’est ce qui a justifié la présence de Me Elhadji Diouf dès les premières heures de l’interpellation du maire de la Ville de Dakar », explique une source policière qui a pris langue avec la Rfm.  Selon la police, s’il y a vice de procédure, on devrait la chercher du côté du parquet. « Les policiers enquêteurs avaient reçu un appel de Serigne Bassitou Guèye qui refusait la présence de Me Elhadji Diouf dans les locaux de la Dic à côté de Khalifa Sall », renseigne-t-elle.

Des propos battus en brèche par des collaborateurs du Procureur. « Serigne Bassirou Guèye n’a jamais appelé la police dans le cadre de cette enquête », révèlent-t-ils. Le Parquet signale, par ailleurs, que l’« on était dans le cadre d’une interpellation et non d’une arrestation ». En d’autres termes, à cette phase de la procédure, la présence de l’avocat n’était pas une obligation.


La Coalition Benno Bokk Yaakaar donne un satisfecit général à tout




Réunie le 12 juillet 2018, autour du Président Macky Sall, Président de la coalition BBY, la conférence des leaders a examiné, entre autres questions, la situation nationale et la vie de la coalition.

Appréciant le vote par l’Assemblée nationale de la Loi N°2018-22 du 04 juillet 2018 portant révision du code électoral intégrant les dispositions relatives au parrainage et à ses modalités d’application, la conférence des leaders salue l’engagement du Président de l’Assemblée Nationale, des députés du groupe parlementaire de BBY et la posture de tous les leaders de la coalition pour leur implication remarquable dans la prise en charge du débat public sur la question. Pour les leaders de BBY, la mise en place d’un tel dispositif électoral avec le système du parrainage permettra, à coup sûr, d’assurer à notre pays la tenue d’élections régulières, transparentes et démocratiques.




Sur un autre registre, la conférence des leaders salue la tenue de la concertation nationale sur la répartition des ressources issues de l’exploitation du pétrole et du gaz et félicite le Président Macky SALL, de cette initiative historique qui traduit encore une fois sa volonté de gouverner dans le dialogue et la concertation. Dans la même veine, les leaders de la coalition BBY se réjouissent de l’organisation de la conférence nationale sur l’aménagement et l’attractivité des territoires qui dessine très nettement l’option du Président Macky SALL d’inscrire irrémédiablement la réforme de la politique territoriale dans la constitution de pôles territoires capables de porter un développement durable.

La Conférence apprécie positivement les mesures prises par le Président Macky SALL pour soulager les éleveurs dont le cheptel a été décimé par les intempéries survenues dans la dernière période et salue les efforts consentis en direction des paysans par la mise à disposition des intrants de qualité.

En outre, partageant la souffrance des populations concernant la pénurie d’eau dans certains secteurs, la conférence des leaders encourage le gouvernement à renforcer toutes les mesures prises pour relever le défi du retard accusé dans la réalisation des infrastructures dans ce domaine afin de soulager les populations affectées, et rassure celles-ci sur la perspective du règlement durable de cette question avec l’achèvement des grands travaux de Keur Momar Sarr 3 (KMS3) et l’ouvrage de dessalement de l’eau de mer, ainsi que la mise en service très prochainement d’une batterie de forages à Bayakh, Thieudème et Tassètte pour combler le déficit actuel.

Considérant la décision rendue par la Cour de justice de la CEDEAO, la conférence des leaders, après avoir dénoncé les campagnes de désinformation et d’intoxication tendant à dénaturer le contenu et la portée de la décision rendue par ladite Cour qui n’a jamais demandé la libération et la cessation des poursuites des prévenus. La conférence des leaders encourage le Président Macky SALL à poursuivre les efforts engagés pour la reddition des comptes.

En perspective de la Présidentielle de 2019, la conférence des leaders, après avoir exprimé toute sa fierté à la coalition et à ses militants pour avoir toujours remporté toutes les élections auxquelles BBY a participé depuis 2012, appelle ceux-ci à la mobilisation pour préparer, dans la discipline et la détermination, les opérations de collecte des parrains dans les jours à venir.




Enfin, les leaders ont tous salué très fortement la prestation des Lions, lors de leurs différentes sorties à la coupe du monde de football et les encouragent à persévérer dans la voie ouverte de l’effort soutenu et continu qui, à n’en pas douter, nous vaudra des satisfactions certaines dans l’avenir.

 

VIVE BENNOO BOKK YAAKAAR !

Fait à Dakar, le 12 juillet 2018                                     La Conférence des Leaders de BBY

 

Polémique sur le «dessert» des tirailleurs: Iba Der Thiam, à qui Macky Sall a prêté le propos, donne des précisions

YERIMPOST.COM «Les tirailleurs sénégalais avaient droit à des desserts, alors que les autres Africains n’en avaient pas», avait lâché le président Macky Sall. Ces propos ont provoqué une vive polémique. Le Pr Iba Der Thiam, à qui Macky Sall avait prêté ces propos, persiste et signe. «Dans leur régime alimentaire, les tirailleurs sénégalais, à certaines dates, recevaient un dessert. Cela pourrait être de la cola, du manioc ou des cacahuètes», a indiqué l’historien sur les ondes de la Rfm. Et Pr Thiam de préciser que ce sont les tirailleurs ressortissants des 4 communes qui bénéficiaient de ces desserts, selon les archives qu’il a visitées.


Audio- Dr Abdourahmane Diouf donne des éléments de réplique dans ce document interne

Polémique autour de la Ka’aba: Cheikh Yérim Seck donne son point de vue

YERIMPOST.COM Pour le piètre musulman, gros pécheur que je suis, la Ka’aba revêt une signification particulière. C’est le sanctuaire de la purification, une sorte de confessionnal, où l’esclave de Dieu soucieux de son sort se réfugie, invoque son Seigneur, quémande son Pardon, purifie son âme…

Idrissa Seck le comprend si bien qu’il y va, avec d’ailleurs son épouse. Aucune personne censée soucieuse de la recherche de Dieu ne se rend dans un sanctuaire dénué de charge spirituelle. Sa parole doit donc avoir excédé sa pensée. Ce qui peut arriver à tout être humain. Il s’est excusé et a invoqué le contexte du mois de Ramadan pour implorer le pardon de tout musulman que sa déclaration a heurté.

Tous ceux qui continuent de le démolir ont donc d’autres visées que la défense de la Ka’aba. Il y’a, sans conteste, des calculs de destruction politique ou de vengeance personnelle derrière les multiples sorties contre lui.




La Ka’aba est posée sur l’épicentre du monde, c’est vers elle que les musulmans s’orientent cinq fois par jour pour prier. Tourner sept fois autour d’elle est l’une des obligations du pèlerinage, le cinquième pilier de l’Islam. Premier lieu saint de la religion révélée par le Prophète Mouhamed (Paix et Salut sur Lui), elle doit être le lieu de culte le plus fréquenté de la planète.

Une prière dans la mosquée qui entoure la Ka’aba équivaut à 100 000 prières effectuées ailleurs. C’est donc l’endroit qui a la plus forte charge spirituelle au monde. Et tous ceux qui, comme moi, ont demandé des choses à Dieu à cet endroit, ont vu leurs prières exaucées. Ce doit être le lieu qui secrète la plus forte hijaba. Il ne se compare à aucun autre sur le globe.

Aucun homme ni aucune femme ne doit s’y tromper. Chaque musulman, chaque musulmane, doit, en bonne place parmi les objectifs de sa vie, inscrire le voyage vers cette majestueuse bâtisse noire que Dieu a fait poser là par des anges et des prophètes. Aucune alchimie intellectuelle de qui que ce soit ne doit faire perdre de vue cet objectif stratégique. Quiconque dit le contraire est au mieux un ignorant et, au pire, un falsificateur.

Cheikh Yérim Seck




Babacar Ngom donne son avis pour le développement économique du pays

YERIMPOST.COM L’émergence commence par le développement du secteur privée national. C’est, en substance, ce que dit Babacar Ngom. Dans un entretien accordé au journal L’Observateur, le président du Groupe SEDIMA prône le renforcement du secteur privé sénégalais, seul gage de l’émergence économique. « Le secteur privée national représente l’armée économique d’un pays », a-t-il déclaré. Avant d’ajouter : « aucune véritable émergence n’est possible sans une armée forte, sans des champions nationaux ».



Causes du retard des bourses des étudiants: Birima donne des pistes à Macky Sall

YERIMPOST.COM Si Macky Sall écoute Birima Ndiaye, il n’ira pas loin pour situer les responsabilités concernant le retard des bourses des étudiants. Selon le chroniqueur de Jakaarlo, un gros «deal» alourdit le processus de paiement des bourses des étudiants. À en croire Birima, ce «deal» se situe entre le ministère des Finances et la Direction des bourses. Ente ces deux entités, il existe de grandes magouilles qui retardent le versement de l’argent des étudiants, a-t-il révélé. « J’appelle le président Macky Sall à mener son enquête entre la direction des bourses et le ministère des Finances. Une fois qu’il aura trouvé les coupables, qu’il les licencie tous », conseille-t-il au chef de l’Etat.
Birima intervenait dans l’émission Jakaarlo sur la mort de l’étudiant Mouhamed Fallou Sène.



Enquête sur les bourses des étudiants: Mor Ngom donne des gages

YERIMPOST.COM « Il y a des fautes et le chef de l’Etat devra prendre ses responsabilités. » Cette phrase est de Mor Ngom. Le maire de Nangalma et non moins responsable du parti présidentiel s’exprimait sur ce qu’il est désormais convenu d’appeler l’affaire Fallou Sène. Le ministre-conseiller du président de la République est d’ailleurs convaincu que ce dernier prendra des mesures. « Ce n’est pas simplement qu’on doit attendre qu’il y ait mouvement ou mort d’homme pour régler le problème des étudiants. Gouverner, c’est prévoir », indique Mor Ngom. Non sans souligner qu’il ne veut pas entrer dans les détails. « Je ne suis pas ministre des Finances, mais une enquête sera ouverte pour situer toutes les responsabilités, où qu’elles soient », conclut-il.



Christophe Bigot donne son avis sur le contrat controversé qui lie le Sénégal à Total.

YERIMPOST.COM Christophe Bigot a choisi la RFM pour sortir de sa réserve. Dans cet entretien avec nos confrères, l’ambassadeur de la France au Sénégal s’est prononcé sur le contrat pétrolier que le Sénégal a signé avec la société française Total. « Pour le secteur pétrolier et gazier, des contrats ont été passés avec le groupe américain General Electronics. Et Total, en dehors des stations services, d’une participation très minoritaire à la raffinerie nationale, s’est vue octroyer un périmètre d’exploration sur des endroits difficiles à explorer. On parle des zones qui sont à 2500 ou 3000 mètres sous l’eau. Dans l’exploration, il y a beaucoup d’incertitudes. Vous pouvez faire état des puits et ne rien trouver. Dans ce domaine, on est tous dans l’incertitude, peut-être que Total trouvera du pétrole et du gaz. Je n’en sais rien. La France s’efforce d’apporter de la formation. Dans le secteur pétrolier et gazier, ce qui est important, c’est d’avoir une part locale importante, des règles qui soient respectées, un Code minier ou pétrolier, d’avoir des ingénieurs qui soient formés, d’avoir des règles claires et transparentes. Dans tous les secteurs, il faut toujours regarder quelle est la part locale, l’effet sur l’emploi, l’effet en terme de fiscalité et ce, que la société soit nigériane, australienne, marocaine ou française. »



Talla Sylla donne à Macky Sall la recette pour battre Idrissa Seck à Thiès

YERIMPOST.COM Talla Sylla est sur la dynamique de faire perdre Thiès à Idrissa Seck. Les piques lancées à l’encontre du président de Rewmi, lors de la cérémonie de lancement du Forum des partenaires de la ville de Thiès, en attestent. «La voie la plus efficace pour le président Macky Sall pour avoir Thiès, c’est de faire en sorte que Thiès puisse l’avoir d’abord. Et, pour ce faire, il doit s’investir dans la prise en charge des besoins des Thièssois et refuser de répondre à qui que ce soit», a déclaré Talla Sylla devant le Premier ministre, Mahammed Boun Abdallah Dionne.




La Conférence des leaders de BBY donne un satisfecit sur tout et en tout

 

Réunie le 03 mai 2018, autour du Président Macky Sall, Président de la coalition de BBY, la conférence des leaders a examiné, entre autres questions, la situation nationale.

La conférence des leaders de BBY, appréciant positivement le vote de la loi sur le parrainage, exprime ses félicitations au peuple sénégalais pour sa maturité, salue les députés de la coalition qui ont su faire preuve de responsabilité dans l’unité et fait une mention spéciale au Président Moustapha Niasse dont la sagesse et l’expérience ont permis de conduire la session à son terme.

Abordant la crise scolaire, la conférence se réjouit du dénouement heureux de celle-ci intervenu à la suite des accords noués entre le gouvernement et les syndicats d’enseignants et salue l’esprit de responsabilité qui a prévalu au niveau de tous les acteurs pour l’intérêt exclusif de l’école sénégalaise.




La Conférence apprécie à leur juste valeur les efforts énormes consentis par le Président de la République en direction du monde du travail, dans le secteur de la santé, de l’éducation, entre autres, et les engagements pris, le 1er Mai, devant les centrales syndicales pour un apaisement durable du climat social.

Sur un autre registre, la Conférence des leaders réaffirme au Président de BBY toute sa satisfaction et son adhésion au programme agricole se traduisant par l’aménagement de 20.000 hectares dans la vallée du fleuve Sénégal, avec l’octroi de 1000 tracteurs et un lot de matériels de génie civil pour une transformation du monde rural.

Dans la même veine, la Conférence des leaders se félicite de la modernisation de l’administration avec l’érection de la sphère ministérielle du 1er arrondissement qui vient d’être inaugurée à Diamniadio.

Enfin, la conférence des leaders lance un appel aux responsables de BBY, à tous les niveaux (communes, départements), à renforcer la cohésion, resserrer les rangs et à s’impliquer activement dans la préparation de l’élection présidentielle du 24 février 2019 dans la discipline, la solidarité et l’unité, en portant devant les populations le bilan satisfaisant du Président de la République.

 

VIVE BENNOO BOKK YAAKAAR !

Ò

Dakar, le 03 mai 2018                                              La Conférence des Leaders de BBY

 

 

 

 

Pape Gorgui Ndong donne une leçon de tenue à Mame Mbaye Niang

YERIMPOST.COM Le ministre de la Jeunesse, de la Construction citoyenne et de la Promotion du volontariat ne croit pas à un 23 juin bis avec le projet de loi instituant le parrainage. Pape Gorgui Ndong faisait face à la presse hier. Interrogé sur la réponse à apporter face à la menace de l’opposition qui veut empêcher le vote de cette loi en investissant l’Assemblée le 19 avril, le ministre prend à contre-pied son homologue du Tourisme. « Ma posture de ministre m’empêche de faire des déclarations incendiaires. Je suis et je demeure républicain. Chaque citoyen a le droit de montrer sa désapprobation. Mais qu’il le fasse dans les règle de l’art», a-t-il déclaré, donnant une leçon de tenue à Mame Mbaye Niang.



Me Mame Adama Guèye donne un conseil précieux à Macky Sall

YERIMPOST.COM Le leader de «Senegaal bu bees», Me Mame Adama Guéye, conseille au chef de l’Etat de ne pas faire un forcing par rapport au projet de loi sur le parrainage. À Cambérène, où il était pour les besoins de la cérémonie d’ouverture de la 138édition de l’anniversaire de l’Appel de Seydina Limamou Laye, Me Mame Adama Guèye a appelé à la paix. «On ne peut rien construire sans la paix. Pour l’installer, il faut que chacun exerce sa responsabilité pour l’intérêt du Sénégal et ne pas mettre en avant son intérêt. En même temps, si le président Macky Sall met son intérêt en avant, ça ne va pas marcher», a-t-il fait savoir.




Mansour Elimane Kane, merci d’avoir donné suite aux demandes de Yerimpost

YERIMPOST.COM

Monsieur le ministre du Pétrole et des Energies,

Je vous remercie d’avoir rendu public les contrats de recherche et de partage de production liant l’Etat du Sénégal à Total dans le cadre des blocs pétroliers et gaziers Rufisque Offshore profond et Ultra Deep Offshore. Comme tous les citoyens, j’aurai mon regard sur ces documents. Je regrette tout simplement que vous ayez attendu que Yerimpost en déflore à trois reprises le contenu pour le publier. Mais il n’est jamais trop tard pour bien faire.

Monsieur le ministre, je vous présente mes regrets si mes nombreuses interpellations vous ont un tant soit peu heurté. Ce n’était nullement l’objectif de ma démarche de pure recherche de la transparence dans la gestion des ressources naturelles.

Recevez, M. le ministre, mes salutations respectueuses.

Cheikh Yérim Seck



Parrainage: Le PUR donne la base légale de l’inconstitutionnalité de la réforme

YERIMPOST.COM Le coordonnateur du Parti de l’unité et du rassemblement (PUR) reste intransigeant sur la question du parrainage. « Même avec 2 signatures, nous ne sommes pas d’accord », a dit Pr Issa Sall. Selon, le refus du système de parrainage est une question de principe. « Il n’y a pas d’arrangement que les gens peuvent faire car cette réforme est déjà anticonstitutionnelle. Si vous lisez l’article 103, il est mentionné quke la forme républicaine de l’Etat, le mode d’élection, la durée et le nombre de mandats consécutifs du président de la République ne peuvent faire l’objet de révision. Alors que le fait de parler de parrainage entre dans le mode d’élection. Les gens sont en train de faire la distinction entre le mode d’élection et le scrutin, alors que c’est la même chose. C’est un tout parce qkue c’est un processus qui va des inscriptions au scrutin, même au-delà du scrutin, même jusqu’au recours au niveau du Conseil constitutionnel », a-t-il rappelé. Le Coordonnateur du PUR ne demande ni plus ni moins que le retrait du projet de loi pour que la paix règne dans le pays.




Ismaëla Madior Fall donne une leçon d’histoire au Pr Abdoulaye Bathily

YERIMPOST.COM Le camp présidentiel va plus loin dans sa réplique contre le Pr Abdoulaye Bathily. Son point de vue émis sur le parrainage n’est pas du gout du ministre de la Justice, Ismaïla madior Fall. Invité à l’émission Le Grand Jury, il prend à contre-pied l’ancien leader de la LD. « Sans démonstrations ! Quand je l’ai entendu dire que le parrainage était anti-démocratique, j’aurais compris que le Pr Abdoulaye Bathily dise que le parrainage pose problème au regard de tel point ou tel point. Quand on était à l’université, quand on n’était pas d’accord avec un ami, on lui disait, tu es un réactionnaire. Ce genre de déclaration relève de l’infantilisme politique », a asséné le garde des sceaux. Selon le constitutionnaliste, le système de parrainage n’est pas nouveau dans le mode de scrutin au Sénégal. « On a introduit le parrainage pour la première fois au Sénégal sur loi constitutionnelle d’octobre 1991. C’était 10.000 signatures alors que le fichier électoral était à 2 millions 450 mille électeurs. Cela a changé depuis 1991 », a-t-il rappelé sur les ondes de la radio Rfm.




Khalifa Sall, parrainage, Idrissa Seck : Diouf Sarr donne des avis banals…

YERIMPOST.COM Ministre de la Santé et militant de la première heure de l’Alliance pour la République du président Macky Sall, Abdoulaye Diouf Sarr intervient sur l’affaire Khalifa Sall condamné en première instance à 5 ans de prison ferme. « En tant qu’acteur politique, nous avons beaucoup de peine à voir un acteur avoir une telle condamnation. C’est douloureux humainement, mais il faut reconnaître aussi que, du point de vue judiciaire, c’est un dossier éminemment technique et rien n’a été politique. Si on veut politiser la procédure dans le cas Khalifa Sall, c’est qu’on a rien compris », a confié Diouf Sarr au quotidien l’Observateur.

Par ailleurs, le maire de Yoff s’est prononcé sur le débat autour du parrainage. Selon lui, c’est trop de dire qu’il n’y a pas eu de consensus mais plutôt qu’il n’y a pas unanimité. « Quand on voit le candidat Idrissa Seck se prononcer, il est systématiquement contre tout ce que le gouvernement ou le président Macky Sall fait. Si vous attendez d’avoir un consensus avec quelqu’un qui est dans la logique d’une critique systématique, vous ne l’aurez jamais », dit-il. Leur entêtement à vouloir faire voter ce projet de loi par l’Assemblée nationale fait craindre un 23 juin bis, mais Diouf Sarr ne le voit pas de cette façon. A l’entendre, « penser ainsi, c’est prendre les Sénégalais pour un peuple qui n’a pas la capacité d’appréciation des situations… Le contexte du 23 juin était un contexte à un taux de croissance à 1,7%. Nous sommes actuellement dans un contexte où le pays vit avec un taux de 7,2%… Il n’y avait pas, le 23 juin, Diamniadio avec une ville qui est en train de naître et de se développer aujourd’hui sous Macky Sall. Il n’y a plus de bons impayés, de coupures d’électricité, d’inflation sur les prix des denrées… Nous ne sommes pas dans une gouvernance du contexte du 23 juin. Nous avons un pays directement dans l’émergence et c’est cela qui intéresse les Sénégalais. »

Réponses somme toute banales…



Contribution: Qui a donné au Premier ministre légal Boun Dionne le droit de décider qui est compétent dans ce pays ? (Mamadou Lamine Diallo)

Au détour de son passage à l’émission Grand Jury d’une pauvreté intellectuelle déconcertante, Boun Dionne a décidé que le ministre Sall de l’énergie est incompétent. Rappelons que qu’il a été remplacé par deux fois au gouvernement par le ministre Kane, membre du DSK du pétrole, quatrième dans le rang de ceux qui décident de notre avenir pétrolier derrière le jeune Kane de Cospetrogaz. En vérité, pour Boun Dionne, est compétent celui qui se soumet corps et âme à Macky Sall et Marième Faye Sall.
La démission de Thierno Alassane pose un débat sérieux qu’il faut connaitre. Le Bloc de Rufisque Offshore Profond se situe dans le prolongement géologique sud du bloc de Cayar dans le quel Kosmos a découvert du gaz naturel. Ce bloc de Rufisque Offshore Profond appartenait t à African Petoleum de Frank Timis, le patron de Alioune Sall, facteur de ce dernier devenu le patron de la Caisse des Dépôts et de Consignations.
Dès lors, la probabilité de découvrir du gaz naturel ou du pétrole dans le Rufisque Offshore Profond devenait très forte. L’engagement patriotique rappelé par la constitution exige une pause pour redéfinir la politique pétrolière de notre pays et voter un nouveau code pétrolier. Le code pétrolier de 1998 a été voté dans un cadre destiné à attirer le capital étranger pour pousser en avant l’exploration pétrolière.
La dynastie FayeSall en a décidé autrement dans un élan compradore sans précédent en violant sa propre constitution puisque désormais les ressources pétrolières appartiennent au peuple et non à l’Etat. Le Ministre Sall a dit Non. Boun Dionne a dit Oui.

Dossier nouveau La bonne économie, c’est d’abord les institutions
En toute modestie, au moment où le Président Macky Sall s’apprête à présider son dernier défilé de l’armée nationale à coup de centaines de millions, il faut rappeler à l’élite de BBY prompte à décerner des certificats de compétence et de meilleurs élèves, que l’économie ne connaît pas le concept de réalisations si cher aux idéologues de la dynastie FayeSall. Elle distingue quatre types de capital, le capital naturel, le capital humain, le capital technique (routes, ports, centrales électriques, etc.) et le capital social, les règles qui régissent la société de confiance et les institutions chargées de les faire respecter, la monnaie par exemple.
Ce que je défends depuis 25 ans, l’Afrique et le Sénégal avec sont sous développées par rapport aux pays de la frontière technologique à cause d’abord de la faiblesse de son capital social.
Pour renforcer notre capital social, la justice doit être forte et indépendante. Selon la charte de gouvernance démocratique des Assises Nationales que j’ai signée, le Président de la République ne doit plus être le Président du Conseil Supérieur de la Magistrature. Je soutiens les revendications de l’UMS pour rendre effective l’indépendance de la justice. La justice a pour fonction aussi de normer les comportements des citoyens et des Etats. Dans l’affaire Khalifa Sall, une justice rendue au nom du peuple aurait relaxé tout le monde et exiger une réforme des fonds politiques et la suppression des comptes « dépenses diverses » dans les collectivités locales.
L’autre institution est le pouvoir législatif ; l’Assemblée nationale ne doit pas être l’annexe du palais présidentiel. Au vu de la réaction de l’élite de BBY, il est incontestable que selon la constitution en vigueur depuis mars 2016, le Président de l’Assemblée Nationale doit être exclusivement de nationalité sénégalaise. Il n’y a aucune disposition légale qui permette de vérifier le respect de la constitution sur ce point.
Comme le Président de la République est à la fois le gardien de la constitution et le garant du bon fonctionnement des institutions, je lui écris pour veiller à l’exclusivité de la nationalité du Président de l’Assemblée nationale.

Mamadou Lamine Diallo



Lansana Gagny Sakho, DG de l’ONAS, donne un cours magistral à bâtons rompus





Démission du juge Dème: El Pistoléro donne son avis

YERIMPOST.COM La démission du juge Ibrahima Dème n’est pas fortuite. C’est l’avis de Moustapha Cissé Lô qui, invité à la Rfm, pousse plus loin la réflexion. A l’en croire, le magistrat est animé par une ambition politique, ni plus ni moins. Et le responsable de l’Alliance pour la République d’étayer sa conviction par le portrait très négatif que le juge a dressé du pays avec, à la tête, le président Macky Sall. Moustapha Cissé Lô a fini son propos par dire qu’il y a également des points positifs dans la gestion de son mentor qu’Ibrahima Dème a omis d’énumérer. Assez pour faire croire à El Pistoléro que cette démission a ses zones d’ombre.



Le Pm donne les raisons qui ont poussé Macky Sall à démettre Thierno Alassane Sall

YERIMPOST.COM Thierno Alassane Sall a-t-il démissionné ou a-t-il été démis de ses fonctions du ministre de l’Energie ? Cette question reste, jusque-là, confuse dans la tête des Sénégalais. Si le concerné défend urbi et orbi qu’il a démissionné, son ancien chef déclare tout à fait le contraire. « Il a été démis par le chef de l’Etat devant moi. Nous étions trois. Ça, je tiens à le dire. Ce monsieur n’a pas démissionné. Il a été démis pour des raisons non liées à des valeurs, mais pour des raisons de performances (…). C’est ça la réalité, la vérité historique, et il le sait», a déclaré  Mahammed Boun Abdallah Dionne sur les ondes de la Rfm.




Ziguinchor: le policier Maxime Sagna se donne la mort

YERIMPOST.COM C’est l’émoi total au commissariat central de Ziguinchor. La cause ? Un policier répondant au nom de Maxime Sagna a été retrouvé pendu dans sa chambre, hier, 18 mars, dans la matinée, à Kaguit, dans l’arrondissement de Nyssia. Les éléments de la brigade de gendarmerie et du commissariat se sont rendus sur les lieux du drame pour faire un premier constat. À la suite, les sapeurs-pompiers ont déposé le corps sans vie du policier à la morgue de l’hôpital régional de Ziguinchor pour les besoins d’une autopsie, nous informe L’As.




Décision de la Cour d’Appel de Paris sur l’affaire Karim Wade: l’Etat donne sa version

YERIMPOST.COM À chacun sa version sur la décision de la Cour d’appel de Paris sur l’affaire Karim Wade. Après la sortie des avocats de Karim Wade déclarant une nouvelle défaite de l’Etat du Sénégal, les avocats de celui-ci régissent. « Contrairement aux affirmations de M. Karim Wade,  la justice française ne l’a nullement innocenté, ce qu’elle n’avait d’ailleurs pas le pouvoir de faire », a précisé Me Yérim Thiam dans un communiqué rendu public. Selon l’avocat, si la justice française a débouté l’Etat du Sénégal, c’est du fait de «l’absence d’infraction assimilable en droit français à l’infraction d’enrichissement illicite ». Et Me Thiam d’ajouter : « Les premiers juges ont, à bon droit, faisant application des dispositions de l’article 713-37 1 du code  de procédure pénale, rejeté la requête tendant à l’exécution de a condamnation prononcée par la juridiction sénégalaise de ce chef à l’égard de Karim Wade ». « Ces dispositions ne permettent pas de dire que la justice française aurait refusé de reconnaître la décision de a Crei en lui niant toute valeur juridique. Le caractère définitif de l’arrêt de la Crei a bel et bien été reconnu par la Justice française », a conclu l’avocat.

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR