Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

electoral

Présidentielle 2019: Management du processus électoral (Serigne Saliou Fall)

Base de référence du titre : «Et ne mêlez pas le faux à la vérité. Ne cachez pas sciemment la vérité ». Extrait du Saint Coran Sourate 2(La vache) Verset 42.

1. Sujet : La fiche d’électeur du parrainage, nœud gordien de la sincérité des urnes.

1.1. Note introductive
La loi sur le parrainage est une loi sournoise fracassant entièrement la démocratie tout en en pourfendant le fondement de la République du Sénégal. Le parrainage a été et reste encore l’objet d’attaques bien réfléchies et justes par le peuple. L’opinion publique a cerné son but s’écartant de la transparence de l’élection Présidentielle 2019. Toutefois, le pivot central reste la fiche de parrainage qui en découle. Elle consolider la mise en œuvre de cette arnaque politique. Cet instrument aiguisé échappe à bien de regards, rivés pourtant sur la transparence des urnes mais surtout. Cette arme politique anticipe sur l’acceptation du verdict des urnes au soir du 24 février 2O19. Une opacité aveuglante a couvert de voiles de ténèbres sans clarté aucune, les vues de bien de candidats sérieux.







A l’aune de la préparation physique pour entrée dans l’arène présidentielle pour prétendants, ces derniers étaient invités au suicide politique en masse et même collectivement. Ils ont accepté de retirer la fiche de parrainage, partant de leur de leur statut de candidat et-sans crier gare. Ils n’ont point jugé judicieux de se concerter pour une lecture attentive du libellé et du contenu. Dans leur précipitation ils n’ont pas cerné les tenants et aboutissement, encore moins faire appel à des experts pour justement un avis juridique sur ce papier administratif délivré par les soins du Ministre de l’intérieur. Ce membre actif de l’APR est l’adversaire politique au premier rang de L’opposition partant de ses déclarations partisanes pour le succès de la présidentielle. Faire tout pour que Le Président Macky SALL soit reconduit dans ses fonctions de Président de la République nécessite une stratégie hors du commun. Dribbler, balle au pied, les adversaires politiques dés les premiers passes est une bonne direction vers le but recherché des commanditaires de la fiche de parrainage. Les hommes de Macky Sall ont délivré à l’adversaire une licence politique aux mentions trompeuses.
Quelle bavure politique de l’opposition sérieuse ! Ce comportement hâtif pour une bonne prise de décision historique est seulement digne de néophyte en matière politique en de quête de l’électorat.
La fiche de parrainage qui a été retirée des locaux du ministère dans toutes ses rubriques et colonnes ou mentions, revêt un caractère juridique international. Lequel cadre de justice circonscrit une nouvelle donne juridique planétaire : La protection des données à caractère personnel.
Dans ledit processus, la fiche d’électeur du parrainage doit être au cœur pour toute transparence escomptée, voire régularité recherchée de la quête présidentielle indexée et rattachée à la noble charge de gardien de la constitution à la date du 24 février prochain. Ce support analytique est le moteur vrombissant de fumée noire du parrainage. Laquelle fiche sous son format est en circulation entre différentes mains peu scrupuleuse de la teneur des renseignements et du danger en main. Le contenu de ce support du parrainage est une source des données à caractère personnel. Lesquelles d’importance capitale, doivent être protégées au nom de la loi nationale et celle internationale. » Voir sources ci-dessous ».
La fiche de parrainage est sans fondement juridique dans son élaboration et style. Elle est soumise à des disfonctionnements dans tout son processus arbitraire et agressif. Elle remet en cause nos valeurs ancestrales de dignité. L’achat de conscience est le signe que cache l’iceberg politique du pouvoir par le biais de la fiche laissée à la portée de tous les courtiers politiques. Elle ne fut point un exercice inclusif pour toute la société ; ni un partage ou une restitution au peuple. Non plus objet d’appropriation pour les parties prenantes de l’élection présidentielle de 2O19. Elle n’a aucun poids de transparence et de sincérité politique. Cette même fiche décriée dans tous ses aspects ou normes et dont se vante particulièrement les alliées du pouvoir est source de perturbation. Elle engendre des tensions sociales et de frustrations élargies dans toutes les couches sociales. Cette mascarade politique défie la vérité et épouse le mensonge à des fins politiques cripto-personnels.







Pour les initiateurs et managers peu consciencieux des externalités négatives de la fiche se vantent de leur produit bas de gamme.
La fiche en question est conçue à dessein d’identifier, de sélectionner et de retenir les prétendants choisis par le pouvoir. Elle demeure un terreau fertile pour les magouilleurs politiques dans sa vison antidémocratique et option détournée du Droit ». C’est la conclusion et l’avis pertinent des experts interrogés sur la problématique de la protection des données à caractère personnel. La fiche de parrainage comme cas d’étude. Leurs observations minutieuses et cliniques dans le processus de mise en œuvre de la dite fiche reposent sur des enquêtes sur le terrain et de l’analyse des faits concrets relayées par la presse.
1.2. Mise à niveau.
A la lueur des études précises et de recherches approfondies au sujet de la fiche de parrainage , des consultants experts de la nouvelle donne internationale relative à la problématique de la protection des données à caractère personnel souligne sans ambages que : « La conception toute entière et le mode opératoire dans tout le circuit politique de la fiche de parrainage est aux antipodes de la protection des données à caractère personnel (Voir sources de référence ici-bas).
Dés lors, s’interrogent-ils ? Comment accepter de s’aligner dans les rangs d’une compétition frauduleuse et viciée dés l’entame ? Pourquoi aller jouer sa vison politique du pays sur la base d’un terrain non propice à la loi ? Pourquoi avaliser voire parrainer un exercice foulant de pleins pieds la justice ? Pourquoi emballer le peuple sur du faux et au risque de le frustrer? Pourquoi accepter une manœuvre politique dont on est sur d’être perdant dés le premier coup de sifflet d’un arbitre compromis et partisan? Pourquoi reléguer au second rang l’éveil de la population s’agissant des abus sur les données à caractère personnel ? Pourquoi accepter la création d’un marché politique avec des produits avariés et dont la consommation indigeste heurte les consciences. Pourquoi tromper le peuple et l’entrainer sur une route Présidentielle cahoteuse? Pourquoi accepter d’être mêlé au faux et cachez sciemment la vérité? Telles sont en parie, les interrogations qui suivent de prés toutes les étapes du processus du parrainage. En pointe la fiche de recensement politique qui en est sortie des flancs du parrainage. Tout le sillage est semé d’embuches à des fins de brouillage et de faraude électorale prématurée : du jamais vue au Sénégal.

Les premières réponses adjacentes sont non exhaustives pour couvrir tant d’interrogations justifiées. Il reste qu’elles sont de haute portée. Elles concourent quand même, à expliquer la nature que revêt l’opacité juridique de cette fiche de parrainage, Elle est hors normes juridiques .Elle est donc à priori non acceptable pour une exploitation politique de valeur. La fiche de parrainage est un jeu de dupes à faire partager aux opposants sérieux. D’ailleurs les gains politiques attendus seront inéquitablement distribués entre les paries prenantes du jeu de dés pipés. Elle est la première dérivée de la fonction présidentielle de 2019. Elle est principalement, pleine de distorsions scabreuses et d’anormalités rudimentaires : elle est donc erronée dans toute sa conception hypocrite. Les appels et solutions pour la restauration de l’équilibre électoral déjà rompu dés le début de la compétition présidentielle est plus d’actualité dans ce contexte politique. C’est la seule bataille politico- juridique internationale qui vaille d’être menée. Elle peut prospérer. En ligne de mire, attaquer et rendre invalide la dite fiche de parrainage demeure d’actualité politique. C’est le premier jet pour le management éthique du processus électoral? Pour toute recommandation au premier degré issue de leur rapport est de mettre sur pied un projet dans ce contexte approprié un projet collectif dénommé :
Présidentielle 2O19 /Parrainage/ Coalition Offensive et de Riposte Politico- judiciaire contre les entorses et dérives de la fiche d’électeurs, aux règlements et lois internationales régissant le respect et la sauvegarde de la protection des données à caractère personnel.








1.2. Eléments d’appréciation du sujet :
« Les dérapages fâcheux de toute nature ou heurts indiscrets impressionnants et non calculables ; sans compter les dérives politico-judiciaires en amont et en aval du 24 février 2019 pointent à l’horizon. Lequel rendez-vous de la démocratie et de la transparence pour le bon choix, de la personne en charge de la bonne prise en mains du Sénégal n’écarte personne ; ni n’épargne quiconque. Des prières pour la Paix de haute teneur et portée multiple ont été relayées comme une comme une trainée de poudre en pleins vents par les médiats. Elles sont formulées par tous nos dignitaires religieux au leadership non contesté. Les prieurs toutes confréries confondues sont des décideurs aux expressions citoyennes ; Ils doivent être au premier rang pour la transparence du processus de l’élection présidentielle. Cette demande sociale nous interpelle. Ils sont respectés. Ils sont obéis en grande masse pour gagner cette course historique. La prise en mains des destinées du peuple Sénégal est de mise. Ces personnalités charismatiques connues et populaires, restent des leaders d’opinion et régulateurs sociaux à tous les niveaux. Elles demeurent les plus concernées pour un Sénégal paisible et droit : «Dieu est Paix et Droiture ».
Dés lors, ces êtres de bonne foi, ne restent-ils pas une partie prenante du bon Management du processus électoral inscrite sur toutes lèvres des populations anxieuses ? Nos chefs religieux doivent veiller à leur sécurité et droit légitimes adjacents à la protection des données liées à leur existence terrestre. La fiche d’électeur s’annonce comme un dispositif politique du parrainage issu du forcing. Elle est sortie de l’usine politique du pouvoir en quête du renouvellement de mandat de son mentor. La fiche est une articulation pour animer à bien, la loi scandaleuse et décriée du parrainage. Elle est inédite dés son adoption par une assemblée frileuse. Elle demeure insolite pour sa mise en œuvre. Des voix averties de ce déchet politique ont été entendues en pointant pour qui de droit cette mascarade préjudicielle à la démocratie et aux valeurs républicaines. Les générations présentes en sont les victimes et celles du futur en souffriront péniblement. L’alarme sonnant a les troubles ceinturant la fiche d’électeur du parrainage doit tirée.
1.3. Circonscription du sujet.
Au juste, cette loi du parrainage a défié la Constitution. Elle est passé à l’Assemblée Nationale sans consultation sérieuse, ni consensus populaire. Elle est trompeuse et pleine de vices dont surtout de nature juridique aux dires des experts. La fiche d’électeur du parrainage est la première étape à circonscrire et la plus importante priorité à cerner dans ses abus déjà répertoriés au détriment de la première richesse du pays. Les biens de la Nation sont les ressources humaines. Dés lors, la protection de leurs données personnelles dont elles sont fières et moralement liées est plus qu’un défi politique. La loi leur protège parce que ces données personnelles sont un capital pour le redressement et la reconstruction du pays dont elles sont les bras vigoureux.
La fiche qui est véhiculée à tord dans le parrainage est dans son contenu synoptique et sans commune mesure à l’opposé de la rectitude et discipline électorale. Elle s’écarte de la transparence des urnes partant la sincérité du verdict. Pour s’en convaincre, à force d’arguments juridiques irréfutables, sont à l’appui. Consultons les sources ci-dessous indiquées.
Tirons les enseignements de toute valeur juridique. Cette attention particulière portée sur les règlements et lois régissant la protection des données à caractère personnel est cruciale. Le résultat ’est une mesure de droit fort inclusive. Elle est valable pour tout état respectant les droits humains de ces citoyens. Le Sénégal à l’instar de beaucoup d’états républicains est partie prenante de ce socle international qu’est la convention 108 de l’Europe.
Osez prétendre méprendre et ne point respecter la teneur de cette loi est une attitude défectueuse vis-à-vis de la charte internationale des droits de l’homme .Cette loi mondiale ne permet pas l’atteinte à la vie privée du citoyen. La fiche du parrainage heurte de plein fouet la démocratie et agresse la républicaine. Nul n’est censé ignorer la loi. D’ailleurs, le législateur a prévu une haute protection lors de la récolte, le traitement, la transmission, le stockage et l’usage des données. Cette loi en vigueur met en place un dispositif juridique qui permet de lutter contre les atteintes à la vie privée susceptibles d’être engendrées durant tout le processus de collecte de données à caractère personnel. Elle veille à ce qu’il n’est point préjudice aux libertés individuelles ou publiques, notamment à la vie privée.
La fiche de parrainage, élément explicatif et porteur du parrainage est aux antipodes de cette Loi n° 2008 – 12 sur la Protection des données à caractère personnel.
1.4..Les sources de référence du sujet.

1.4.1 Source nationale :
 http://www.2bi.sn/senegal-situation-effective-de-la-protection-des-donnees- personnelles.
La Loi n° 2008 – 12 sur la Protection des données à caractère personnel : l’Assemblée nationale l’a adopté, en sa séance du vendredi 30 novembre 2007 ; Le Sénat l’a adopté, en sa séance du mardi 15 janvier 2008.
Le Sénégal est signataire de la Convention 108. Elle a été ratifiée par les 47 États membres du Conseil de l’Europe, ainsi que par l’Île Maurice, le Sénégal, l’Uruguay et la Tunisie qui énonce des principes essentiels sur la protection des données à caractère personnel. La validation de la demande d’adhésion du Sénégal par le Comité des Ministres du Conseil de l’Europe lors de leur 32ème réunion plénière au mois de juillet 2015 à Strasbourg en France, la réunion du Comité ad hoc sur la protection des données personnelles (CAHDATA) et la Conférence internationale portant sur la Convention 108 qui se sont tenues du 15 au 17 juin 2016 à Strasbourg, ont permis au Sénégal de réaffirmer son engagement à adhérer à ladite Convention.








En outre, au niveau national, le Conseil des Ministres qui s’est tenu le 08 juin 2016 a adopté le projet de loi autorisant le Président de la République à ratifier la Convention. Suite à cela, l’Assemblée nationale a voté la loi le 24 juin 2016, qui a permis la signature des instruments de ratification, le 03 août 2016.
 Ainsi, la Convention et son Protocole additionnel sont entrés en vigueur au Sénégal le 1er Décembre 2016. Dès lors, le Sénégal devint ainsi le 50ème Etat partie prenante de la Convention. Ainsi, en plus de l’Ile Maurice, ils sont les deux seuls pays africains à avoir ratifié cette dite Convention.
1.4.2. Source internationale :
https://rm.coe.int/convention-108-convention-pour-la-protection-des-personnes-a-l-egardd/16808b3726. https://rm.coe.int/convention-108-convention-pour-la-protection-des-personnes-a-l-egard-d/16808b3726
« Le traitement de données doit être proportionné à la finalité légitime poursuivie et refléter à chaque étape du traitement un juste équilibre entre tous les intérêts en présence, qu’ils soient publics ou privés, ainsi que les droits et les libertés en jeu ». Extrait de la dite convention.
Nota Bene : Partie 2 va suivre Inchallah.

Serigne Saliou Fall
Consultant international en Management de projet -Expert en Finance.
Candidat indépendant à la Présidentielle de 2O19.
Président du mouvement sociopolitique dénommé :
Convergence Citoyenne de Républicain pour la Démocratie -le Développement Durable et la Paix au Sénégal »2CR3DPS »
ssfallconsultant@gmail.com

Chamboulement électoral: report des locales

YERIMPOST.COM Le décret signé il y a de cela une dizaine de jours, l’information est passée presque sous silence. De quoi faire (encore) bondir l’opposition. Le calendrier électoral va connaitre un changement. Les élections locales initialement prévues en juin 2019 ont été repoussées jusqu’au mois de décembre 2019. Un report de six (6) mois que le quotidien Le Soleil explique par différentes raisons liées notamment à l’hivernage, aux investitures aux locales qui coïncident avec la campagne pour la présidentielle et à la prestation de serment du futur président de la République élu. Tous ces événements qui font que le président Macky Sall a jugé opportun de chambouler le calendrier électoral.



Document: Voici le projet de loi modifiant le Code électoral qui provoque la polémique !

YERIMPOST.COM Votre blog met ce document à votre disposition…






Election présidentielle 2019: Parrainage validé par le régime avant la remise du rapport général du CCPE

Communiqué – Alerte
Élection Présidentielle 2019
Alerte – Parrainage validé par le régime avant la remise du rapport général du CCPE au Chef de l’Etat
Nous regrettons qu’à 24H de la rencontre entre le CCPE et le Président MAcky SALL que la coalition BBY lance déjà ses activités de  parrainage.
Cela prouve que le parrainage tant redouté par les acteurs politiques a été même entériné.
Ceci prouve encore une fois que le chef d’état comme pour la CNRI, n’est intéressé que par les points qui lui permettrons de renforcer son pouvoir et d’éliminer d’éventuelles candidatures.
Je m’en veux pour preuve la communication déjà entamée par certains membres de sa coalition pour trouver des parrains à leur candidat avant l’heure. (voir photo)
Nous sommes désolé de constater que de telles pratiques n’honorent  ni la démocratie sénégalaise ni l’état de droit et ne facilitent pas le consensus.
Donc, à quoi bon de se concerter et de discuter pour trouver des  solutions afin de renforcer la démocratie, si la majorité  a décidé de trancher, en prenant  toujours des décisions fermes et unilatérales, avant même que le rapport général ne soit remis au chef de l’état.




Je rappelle que la remise du rapport général des travaux du Cadre de Concertation sur le Processus Électoral (CCPE) est prévue pour demain jeudi 15 mars.
La position de l’opposition est claire ,
Nous voulons une personnalité neutre pour organiser les élections;
Nous voulons que le bulletin unique soit adopté pour réduire les charges et dépenses de l’organisation des élections;
Nous voulons que le débat sur le mandat du Président soit définitivement clos ;
Nous voulons que tous les électeurs puissent disposer de leurs cartes avant la présidentielle de 2019.
Le CCPE a fait le travail qu’il fallait, il appartient maintenant au Chef de l’état de faire le nécessaire pour arbitrer, en toute objectivité,  afin que nous puissions avoir des élections libres et transparentes.
Modou FALL / Degg moo woor

Membre du CCPE

 

Me Wade tance les experts électoraux de l’Ue

YERIMPOST.COM Me Abdoulaye Wade sort de s réserve. Le chef du Parti démocratique Sénégalais (Pds) est loin d’être satisfait des experts électoraux qui ont été commis pour auditer le fichier électoral. Selon lui, le rapport produit par ces experts n’a aucune valeur scientifique. «  Scientifiquement parlant, ce document est une véritable tromperie pour ne pas dire escroquerie », a déclaré l’ancien président de la République dans une note rendue publique. Il estime que le régime de Macky Sall est le véritable commanditaire et responsable de ce piètre rapport.

Bennoo Bokk Yaakaar arrive à apprécier le rapport du… Cadre de concertation sur le processus électoral

YERIMPOST.COM Ci-dessous le communiqué de la coalition…

COALITION BENNOO BOKK YAAKAAR

SECRÉTARIAT EXÉCUTIF PERMANENT 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Réuni, le 27 février 2018, en séance ordinaire, le SEP de BBY a examiné, entre autres questions, la situation nationale marquée par la fin des concertations sur le processus électoral et l’inauguration, par le Président de la République, des infrastructures réalisées dans les régions de Fatick et Kaolack.

Appréciant le rapport du Cadre de concertation sur le processus électoral (CCPE) qui vient de terminer ses travaux, le SEP de BBY se félicite des résultats positifs auxquels ont abouti les acteurs politiques comme ceux de la société civile qui, malgré les différences de points de vue, ont participé à un exercice hautement démocratique de dialogue constructif, sous la conduite de son excellence, l’ambassadeur, Saidou Nourou Ba.

En effet, de l’avis de celui-ci, les acteurs ont réussi à construire « trois points d’accords, cinq points de convergences, deux points de divergences, cinq points de désaccords et sept recommandations ». Et, à dire vrai, les points de convergences constituent des points d’accord sur le principe entre les acteurs qui n’ont divergé que sur leurs modalités d’application. Cela signifie que l’écart entre les parties prenantes peut être résorbé facilement.

Pour le SEP de BBY, ces résultats sont encourageants et méritent d’être capitalisés, surtout dans un environnement fortement pollué par une opposition boycotteuse dont le caractère antidémocratique nourri par une suspicion maladive est patent, au regard de sa démarche consistant à aller devant la presse pour plaider sa cause et à occuper la rue pour se faire entendre, désertant les lieux de construction démocratique et pacifique des consensus sur les règles du jeu électoral.

C’est pourquoi, le SEP fait sienne l’appréciation du Président du CCPE, l’ambassadeur, Saidou Nourou Ba, qui a salué fortement « toute la courtoisie, la franchise et la preuve de maturité » des différentes parties prenantes de ces concertations et invite le Président de la République, son excellence Monsieur Macky Sall à recevoir personnellement les dits acteurs.

Revenant sur la visite présidentielle effectuée dans la période du 19 au 20 février dans les régions de Fatick et Kaolack, le SEP de BBY félicite le Président Macky SALL pour la réalisation des infrastructures routières qu’il a inaugurées à cette occasion. Il a ainsi marqué sa satisfaction dans la mise en œuvre par son gouvernement des politiques publiques en matière d’infrastructures qui contribuent à l’amélioration des conditions de vie des populations urbaines comme rurales.

Il s’agit, entre autres, de la route Fatick-Kaolack longue de 42 km réhabilitée par l’entreprise Jean Lefebvre Sénégal dont le coût des travaux est de 16,4 milliards FCFA, des routes Keur Wally Ndiaye-Passy-Sokone (10,7 milliards) d’un linéaire de 25,5 km et 30 km de piste et de Dinguiraye-Nioro Keur Ayip d’un coût de 14 milliards FCFA et un linéaire de 46 km comprenant 7 km de route à Nioro réalisée suivant l’approche Promovilles.

Dans le département de Nioro, plusieurs marchés, gares routières, écoles, postes de santé, équipements pour les femmes, centres de formation et 75 km de piste ont été aussi réalisés pour un montant de 3,6 milliards de FCFA. Il s’y ajoute le lancement des travaux de construction du Grand Pont à péage de Foundiougne-Dakhonga d’une valeur de 71 millions de dollars US soit 36 milliards de FCFA.

De l’avis des populations des zones indiquées, ces projets constituent des avancées majeures dans la création de meilleures conditions de mobilité et d’une plus grande efficacité économique.

Ainsi se construit, par des actes sans cesse renouvelés, le Sénégal de tous, le Sénégal pour tous !

 

Fait à Dakar, le 27 février 2018                                                                        Le SEP/BBY

Processus électoral: Thierno Bocoum vocifère

YERIMPOST.COM La refonte du fichier électoral oui, mais ce qui irrite le patron de l’Alliance générationnelle pour l’intérêt de la République (AGIR) c’est cette volonté manifeste des autorités de profiter du processus électoral pour avoir une longueur d’avance sur ses adversaires. Thierno Bocoum, à l’étape de Kaolack, en marge de sa tournée nationale et internationale, déclare qu’il trouve anormal que les opposants soient obligés de sortir dans la rue pour réclamer une personne indépendante pour organiser des élections. «Nous ne pouvons pas comprendre pourquoi le président Macky Sall veut nous inscrire dans une dynamique de recul démocratique alors que depuis longtemps, nous avons un acquis», a dénoncé l’ancien lieutenant d’Idrissa Seck.

Fichier électoral : un audit qui rassure

YERIMPOST.COM Le ministre de l’Intérieur a annoncé que six millions de Sénégalais ont été enregistrés. Ce mardi 13 février était l’occasion pour les experts de l’Union européenne de restituer les résultats de l’audit du fichier devant le ministre Aly Ngouille Ndiaye et des représentants de partis politiques. Les erreurs constatées se chiffrent entre 1,9 et 2%. En attendant le rapport final prévu au plus tard le 20 février, certains membres de la classe politique interrogés estiment que le débat sur le fichier électoral est définitivement clos.

Concertation sur le processus électoral: La majorité recule

YERIMPOST.COM L’idée du parrainage est abandonnée. En lieu et place, la rationalisation des candidatures et des partis politiques. Telle est la volonté des participants du Cadre de concertation sur le processus électoral. Le parrainage, qui avait été proposé par la majorité, constituait un blocage des discussions et avait motivé la sortie de plusieurs partis du dialogue. La majorité a cédé, reste à la Commission électorale nationale autonome (Cena) et aux différents pôles de proposer la meilleure méthode pour adopter cette nouvelle formule. Les différentes parties ont jusqu’à ce weekend pour soumettre leurs suggestions.

Le PUR rompt sa participation aux concertations sur le processus électoral et s’en explique

YERIMPOST.COM Ci-dessous le communiqué du parti…

Réuni ce Mardi 23 Janvier 2018 à son siège, le Bureau politique du PUR a pris la décision de rompre définitivement sa participation aux « concertations sur le processus électoral », suite au forcing du président Macky SALL pour instaurer le parrainage de tous les candidats. Ce mécanisme traduit la volonté manifeste de Macky SALL à vouloir éliminer tous ses adversaires politiques à la prochaine élection présidentielle de 2019.

Convaincu que Macky SALL n’est pas un homme de parole, le Bureau politique du PUR appelle les Sénégalais à constater l’incapacité du régime en place à dire la vérité sur une question aussi sérieuse que le droit des Sénégalais à disposer de leur carte d’électeur.

Au regard de ce constat, le PUR promet de révéler aux Sénégalais toute la vérité sur la situation des cartes d’électeurs.

Le PUR appelle tous les Sénégalais à soutenir la motion de censure qui sera bientôt déposée sur le Bureau du Président de l’Assemblée nationale pour la destitution du Gouvernement.

 

Fait à Dakar, ce 23 janvier 2018

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR