Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

formation

Gouvernement: le président se confie aux députés

YERIMPOST.COM Après la formation du nouveau gouvernement, le chef de l’Etat se met à gérer les frustrations  et les justifications n’en finissent plus dans le camp de la majorité. Recevant les députés de la coalition Benno Bokk Yakaar au palais, le président de la République s’est encore expliqué sur ses choix. « Ce fut très difficile pour moi car il fallait prendre en compte de nombreux critères. Il faut que les ministres qui n’ont pas été reconduits sachent qu’ils ne sont pas moins méritants que les nouveaux. Ils ont fait du bon travail et peuvent être utiles ailleurs. Qui dit choix, dit élimination! », a confié le président Sall à ses hôtes.

Suivez en Direct: Formation du nouveau Gouvernement

Le Président Macky Sall est arrivé au Palais de la république aux environs de 16 h 30 pour la publication de la liste du nouveau gouvernement. Il s’est retiré dans son bureau pour les derniers réglages. D’un moment à l’autre, on aura enfin les noms des nouveaux ministres qui vont l’accompagner pour son dernier quinquennat.

Remaniement: à l’heure où la peur change de camp

YERIMPOST.COM  Messieurs-Dames, faites vos jeux, rien ne va plus ! On empreinte l’expression des croupiers de casino pour décrire l’ambiance de ce vendredi 5 avril du gouvernement. Et effet, c’est aujourd’hui que le Premier ministre va rendre sa démission et celle de ses ministres au chef de l’Etat. La journée risque d’être la plus longue de l’année pour certains collaborateurs du président de la République. Si aucune pression ne se dégage du visage de Mahammed Boun Abdallah Dionne dont il se susurre qu’il sera reconduit à son poste, ce n’est pas le cas de tous. Les ministres du dernier gouvernement du premier mandat de Macky Sall doivent se ronger les ongles puis qu’à l’heure où ces lignes sont écrites, seul le président de la République sait qui sera maintenu ou pas. En revanche, ce qu’on peut se risquer à écrire, c’est que le Premier ministre du premier gouvernement de Macky 2 sera nommé cet après-midi.

A tout à l’heure….

Prochain gouvernement: le président Macky laisse ses hommes dans le doute

YERIMPOST.COM  Macky II acté, mais mystère et boule de gomme sur le premier gouvernement de ce second mandat. Son installation prévue le 2 avril prochain, le chef de l’Etat prend les airs ce mardi 12 mars pour des vacances bien méritées. La date de son retour n’a pas été communiqué, mais l’on peut déjà tabler sur une réapparition du président de la République au plus tard le 27 mars prochain, puisque ce sera la dernière réunion du Conseil des ministres avant la démission de tout le gouvernement de Mahammed Boun Abdallah Dionne. Le mystère est tout aussi entier sur les hommes et les femmes qui composeront la prochaine équipe gouvernementale. Le chef de l’Etat s’est envolé hier soir, laissant ses ministres dans le flou total. Qui partira, qui restera, qui fera son entrée ? Le président Macky Sall ne s’en est ouvert à personne.

« Je suis un géologue de formation, je préfère observer puis agir »: MLD analyse cette phrase de Macky

Moi MLD Tekki, je suis un ingénieur des mines de l’Ecole des Mines de Paris, j’observe, j’analyse, je discute et on agit ensemble.
Voilà toute la différence avec le régime de l’APR. Macky dirige seul, enfin il croît. Cette conception du pouvoir de Macky Sall soutenu par les autres membres du DSK (Dionne- Sall -Kane) et l’aristocratie de l’APR relève du présidentialisme absolu. C’est dangereux. Elle conduit irrémédiablement à la dictature familiale et à la malédiction des matières premières.
Il n’y a aucune raison que Macky Sall signe des contrats avec les compagnies minières, pétrolières ou gazières, tout seul sans consulter le peuple à qui appartiennent les ressources naturelles selon sa propre constitution de 2016.
Au lieu de nous proposer une révision de la constitution sur le mode d’élection du Président, ce qui viole la constitution, le peuple voudrait plutôt débattre d’une charte sur la bonne gouvernance des ressources minérales.




Dossier nouveau Le coût économique du parrainage, le nouveau pourcent bloquant
Ce problème est posé à dix mois de l’élection présidentielle par le candidat Macky Sall qui, selon certains analystes de la constitution, a de fait commencé un deuxième mandat sans l’accord du peuple, puisque l’absence des dispositions transitoires signifierait que le mandat de 2012 de Macky Sall s’est arrêté en 2017.
Dans l’exposé des motifs de sa loi inacceptable, il veut corriger une injustice faite aux indépendants par rapport aux partis politiques et s’assurer que les candidats à la présidence sont représentatifs, avec un pourcent de signatures. Dans leur propagande, BBY parle de coût financier des élections législatives de juillet 2017 avec 47 listes et de la nécessité de rationaliser les partis politiques et d’éliminer les candidatures fantoches. Quel mépris ! Etre représentatif dans la République, c’est être élu à l’Assemblée nationale ou aux assemblées locales.
Macky Sall estime que 47 listes pour des élections législatives dont le coût non audité est de 18 milliards, c’est trop. On sait bien qu’il a parrainé des dizaines de listes. Certaines listes l’ont reconnu.
Mais du point de vue économique il se trompe. Les dépenses pour les élections constituent un investissement pour renforcer le capital social, je répète le capital social, ce sont les règles que se fixe la société pour créer la confiance et les institutions chargées de les faire respecter. C’est déterminant pour l’activité économique. C’est ce que refuse de comprendre Ismaila Madior Fall et l’aristocratie de l’APR.
En Afrique, les conflits sociaux partent souvent de mauvaises élections. Au Sénégal, Il faut savoir qu’une journée économique perdue, c’est environ 5 milliards de perte pour l’Etat. Dans ces conditions, s’il faut investir 18 milliards et avoir des institutions légitimes et solides pour 5 ans, cela vaut la peine. Comparaison pour comparaison, la présidentielle de 2012 a coûté 9 milliards pour les deux tours et les législatives 6 milliards.
Après tout, c’est bien moins qu’un palais de 100 milliards. Le calcul est vite fait. Revenir à la case de départ pour notre président géologue observateur.



° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR