Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

guimba konaté

Décès de Sokhna Zeinab Fall: Elle est partie…

Sokhna Zeinab FALL chroniqueuse talentueuse de DTV est décédée samedi dernier d’une courte maladie nous dit-on. « Inna lilaahhi wa inna Ilaihy razyhoune : A Dieu nous appartenons et vers DIEU nous retournerons »  diront tous les croyants .

Sans connaître intuiti personae, la DAME, je m’associe au deuil qui frappe sa famille, ses collègues islamistes, et surtout ses nombreux élèves virtuels dont je vais partie et présente à tous et à chacun et à chacune, mes condoléances les plus attristées.




En effet, par la magie de la télévision, Sokhna Zeinab a su créer une grande, très grande école virtuelle qui la suivait pas à pas à chacune de ses interventions télévisées et portant surtout sur la Religion et le savoir-vivre sociétal plus généralement. Sa voix posée et très prenante captivait son auditoire qui buvait littéralement ses paroles axées surtout sur l’Islam et ses pratiques cultuelles, ses obligations,  ses interdits et ses bienfaits . Mieux et plus que beaucoup de nos prêcheurs enturbannés « bazinnisés » et autres « grands boubous yé » si imbus de leur érudition – spectacle et de leur mysticisme de façade, SOKHNA a su, avec une légèreté et une simplicité incroyables, intéresser nombre de nos compatriotes aux préceptes de l’Islam et à ses mystères cachés. Avec modestie, pédagogie, humilité et surtout humanité, elle a su distiller par doses homéopathiques, l’amour de la religion à nombre de nos compatriotes qui la suivaient régulièrement dans ses émissions religieuses et buvaient littéralement ses paroles , tellement elle avait réussi par une pédagogie rare et sans démagogie , à inculquer aux uns et aux autres des notions essentielles de la religion révélée. ALLAHOU AKBAR.

Elle est partie ZEINAB…

Sa mission sur terre bien que courte aura été de nous éveiller avec douceur , amour , empathie et condescendance toute maternelle, aux merveilles de la Religion. Jamais un mot plus haut que l’autre, le regard pudiquement baissé derrière un voile bien mis, elle a su intéresser ses compatriotes à s’intéresser à l’Islam . Son auditoire était hétéroclite et comprenait toutes les tranches d’âge : du vénérable vieillard au gamin pubère en passant par les filles nubiles et les dames austères , tous buvaient littéralement ses paroles tellement elle savait communiquer , captiver et …séduire. Tout le monde l’aimait parce qu’elle aimait tout le monde.

Dans ses prêches très attendues et très suivies, jamais de reproche, jamais de menaces de Géhenne, jamais de paroles doctes et sentencieuses , jamais de critiques ad hominem, ni de « garouwallé » ampoulé, jamais de condescendance théâtralisée ni de froufrou « bodio-bodio ». Rien que des conseils, des clarifications , des « leçons de choses » , des leçons de vie dans un débit calme , aéré, pudique et une didactique unique tout simplement. Sa vaste érudition dans l’exégèse coranique que tout le monde lui reconnaissait était mise à la disposition de tout le monde et partagée méthodiquement et régulièrement avec son auditoire attentif et dans une pédagogie rare.




N’est pas prêcheur qui veut deh…Dans notre Sénégal là beaucoup, après avoir assimilé plutôt mémorisé quelques hadiths et autres  hagiographies prophétiques,  s’arrogent le titre « d’Ouztaz » sans en avoir ni la carrure ni la posture ni la culture. Surfant sur des connaissances parcellaires et éparses, ils se pavanent avec leurs plus beaux atours –offerts souvent par des fans obscurs- dans les assemblées religieuses acquises à leur cause,  plus préoccupés par le cachet à percevoir que par les cœurs à façonner et les enseignements à inculquer aux fidèles qui veulent s’instruire. NON n’est pas PRECHEUR QUI VEUT …

Sur ce plan Sokhna ZEINAB aura été une VRAIE « OUZTAZE»  une vraie SAIDA qui aura cherché – par ses enseignements – à façonner des âmes sur la « siratal moustakhime » la voie du Salut.

OUI. Rien que pour cela, en âme et conscience, nous pouvons témoigner le saint Coran dans la main que SOKHNA ZEINAB FALL fut vraiment une Grande dame, une Houri et une MUSULMANE accomplies. BILLAAHHI…..

Elle est partie Sokhna et nous a rendus orphelins de son visage si doux, de sa voix si prenante, de son calme angélique et de ses leçons de vie. Le « NDEKAANE » s’est arrêté au moment choisi par le Maître du temps . Le terme de toute vie étant le grand départ, il ne nous reste qu’à faire notre deuil de Sokhna et prier comme elle nous l’a toujours seriné durant toute sa courte vie pour qu’ALLAH SOUBKHANAHU WATAALLA lui fasse Miséricorde et lui ouvre les portes de son Paradis éternel.




« NDEKKE NAGNOULA ALLAH» Sokhnassi… Et ensemble nous prions nous, tes élèves virtuels que tu as quittés sans crier gare pour qu’ALLAH te dise : « Yâ ayyatuhann nafsul mutma innah –irjii iilaa Rabbikki Radiyatam mardiyyah-fadkouly fii ibaadi – wad kouli jannati. » AMINE AMINE AMINE…

INNA LIL LAHI WA INNA ILLEYHI RAZIHOUNE…QUE LA TERRE DE THIAROYE TE SOIT LEGERE. AMINE AMINE AMINE.

DIEU  NOUS GARDE ET GARDE LE SENEGAL .

Dakar le  9/10/2018

Guimba  KONATE

DAKAR

guimba.konate@gmail.com

Bruno Le Magnifique et «Le Diola» maléfique

Pardonnez ce titre un peu provocateur qui peut prêter à controverse mais c’est juste pour lier deux évènements majeurs qui ont ébranlé notre pays dans une sorte de concomitance extraordinaire : La disparition brutale de son Excellence Monsieur le Ministre Chef du protocole de la Présidence de la République dans la même semaine de la commémoration du 16ème anniversaire de la catastrophe du bateau LE DIOLA survenu en 2002.
Deux événements incroyables dont la presque simultanéité de la survenue ne peut pas –de mon point de vue – être simplement le fait du hasard.




Bruno DIATTA Ministre Chef du protocole de la Présidence de la République du Sénégal depuis plus de quarante ans est mort après une vie de servitudes au plus haut niveau de la Nation sénégalaise. Tous les témoignages unanimes faits à son endroit par ceux là qui l’ont connu et pratiqué, ont fait la part belle à ses compétences profondes, sa connaissance et sa maîtrise des rouages de l’Etat, sa tenue et sa retenue, son professionnalisme sans concession ainsi que sa courtoisie légendaire entre autres qualités qu’on lui connaît. Il reste et demeure un parfait spécimen rare de l’Homme d’Etat qui tend de plus en plus à disparaître dans notre sphère nationale. Quarante ans dans le Saint des saints de la République avec tout ce qu’on y voit, y entend, y découvre, y pratique, y sent, y perçoit SANS JAMAIS MOUFTER. Il fallait être BRUNO pour le faire. Quand on connaît la propension malsaine du sénégalais à RACONTER, MENTIR, EXTRAPOLER, INVENTER et AFFABULER à qui mieux mieux, on ne peut qu’être ADMIRATIF devant BRUNO qui savait TOUT et qui n’a jamais RIEN DIT… C’est pourquoi de tous les hommages qui lui ont été rendus, tous d’égale dignité parce qu’écrits et prononcés  avec le cœur, celui du Président de la République aura assurément été le plus poignant. Prononcée par le Premier Magistrat du pays qui venait de perdre son plus proche collaborateur, cette adresse était plus qu’une oraison funèbre. C’était une élégie que dis-je une Homélie très didactique pour qui sait lire dans l’écrit. …Des voix et des plumes plus autorisées que la mienne ont déjà livré une analyse approfondie de cette merveilleuse prose présidentielle pour m’épargner d’y revenir.

Assurément, Il nous faudra apprendre de Bruno car il va falloir se lever de très bon matin pour trouver encore des sénégalais comme BRUNO LE MAGNIFIQUE.

Le spectacle pitoyable des comportements scandaleux que nous observons dans notre vécu quotidien avec « les révélations» très souvent fabriquées de toutes pièces, juste pour nuire, les insultes, philippiques, pancraces et autres empoignades physiques qui y sont devenus tellement fréquents qu’ils en deviennent banals et tendent à être le lot quotidien de  l’Homo sénégalensis. Et cela à toutes les stations de la vie publique, qu’elles soient politiques , religieuses, sociales et j’en passe. Le comportement ordurier et le mot n’est pas trop fort, est devenu une marque de fabrique de l’Homme Public sénégalais qui a tout du Voyou.

AH si BRUNO n’avait pas existé, la République serait dans la rue et dans les poubelles pour sûr. Car s’il y’a une chose que nos compatriotes du moins la plupart d’entre eux ne savent pas garder c’est le SECRET. La preuve, malgré BRUNO, certains secrets qui auraient dû rester d’alcôve sont étalés sur la place publique par ceux là mêmes qui auraient dû être les premiers à les taire. D’où vient le fameux : «nos soucis d’argent sont terminés» ?

Dans ce pays, les langues sont tellement fourchues que tout est mis en œuvre pour savoir quelque chose sur quelqu’un ou sur quelque chose pour s’empresser de le rapporter en s’en délectant avec moult extrapolations, pour démontrer sa « puissance » et donc …sa capacité de nuisance. Au point que c’est la chasse « aux scoops » qui régule quasiment tous les rapports publics entre nous. Certes, certains comportements ou agissements sont hautement condamnables et mériteraient souvent d’être dénoncés mais quand la délation systématique, le mensonge « loghorrique », l’insulte facile et l’indécence crasse dans les propos deviennent presque une NORME, cela devient INQUIETANT très inquiétant. Or la fin ne doit pas et ne peut pas  justifier tous les moyens. Ah ! Si chacun disait à tout le monde ce qu’il sait de chacun, où irions-nous ? Et c’est en cela que la vie des Hommes comme BRUNO nous interpelle. Savoir en toutes circonstances GARDER SON CALME ET TENIR SA LANGUE. Savoir se tenir, savoir se retenir, savoir s’entretenir, savoir détenir, savoir maintenir, savoir s’abstenir, savoir sans dire et dire sans contredire ni médire ni maudire. En un mot : avoir du SAVOIR VIVRE  adossé à une éducation de base solide et articulée sur des valeurs sociales, éthiques, déontologiques, dogmatiques et républicaines. C’est en fait cela LE PROTOCOLE. Et Bruno l’a incarné au plus haut niveau qui ne sera jamais égalé dans ce Sénégal devenu République des ragots. PAIX A SON AME AVEC LA RECONNAISSANCE ETERNELLE DE LA PATRIE.

L’autre évènement qui justifie le titre de cet article porte sur la commémoration du 16ème anniversaire du naufrage du bateau LE DIOLA disparu au large des eaux gambiennes un funeste soir de 26 septembre 2002. J’ai voulu lier les deux évènements parce que BRUNO était un DIOLA et le bateau éponyme s’appelait le DIOLA. Mais BRUNO était organisé, méthodique, consciencieux, patriote et …Républicain. Le DIOLA est une catastrophe inouïe qui n’a pas encore d’équivalent en termes de victimes dans le monde. Et tout cela par la faute de l’Homme . OUI. Des Hommes, des sénégalais, adeptes du rafistolage, cupides,  maîtres dans l’art du trafic, avides de gains faciles, inconscients parce qu’incultes ont, dans un bateau conçu pour cinq cent (500) passagers, vous avez bien lu et dans une insouciance criminelle totale,  osé embarquer plus de DEUX MILLE passagers et des tonnes de frets. Il fallait être sénégalais pour le faire.




La suite, on la connait et on continue à pleurer encore nos morts avalés par l’océan Atlantique qui n’en revenait pas tant de recevoir en une seule fois, toute sa livrée annuelle de victimes sacrificielles.

Passée la période de deuil et de douleur nationale qu’avons-nous retenu de cette catastrophe ? RIEN ou presque…Il suffit de voir nos Ndiaga Ndiaye et autres TATA bondés à l’extrême , nos camions hyper surchargés au-delà de toutes les normes requises et dans un état de décrépitude avancée , nos rues sales et encombrées par toutes sortes de détritus et d’agresseurs- vendeurs à la sauvette ; nos véhicules de transport en commun d’un autre âge et qui détiennent par devers eux, des visites techniques validées,  pour se rendre compte que nous avons dans nos gènes l’ADN du DESORDRE ORGANISE dans ce pays.. Rien ne se fait selon des règles établies et respectées par tout le monde. Chacun se complaît dans un laissez aller incroyable à tout point de vue et avec une indiscipline totale dans tous les secteurs de notre vie…

On trafique tout et sur tout (visas, permis, pièces d’état civil, diplômes, etc..), on rafistole tout (mécaniciens réparateurs en tout ), on salit partout (rues, murs, stade Amitié etc..), on détruit tout (forêt de Mbao, filaos de Guédiawaye, plages, places publiques etc..).

Bref , on revient à notre véritable nature de « boul faalé » quoi.

Un véritable appel à d’autres catastrophes si on n’y prend garde. Et pourtant le DIOLA a été une  véritable illustration de ce qu’il ne faut jamais faire en toutes circonstances. LE DESORDRE engendre toujours la catastrophe.  Mais il semble que l’amnésie est la chose la mieux partagée dans ce pays. On ne retient RIEN de nos malheurs et on se plaît à se « suicider » en permanence. Pourtant il suffit de peu, très peu pour éviter toutes ces catastrophes qui endeuillent régulièrement notre pays. Juste de l’organisation, de la méthode, de la discipline et le respect des normes et lois qui régissent la cité. Est-ce si difficile que çà ? 




Ah ! Si on pouvait «cloner» d’autres Bruno DIATTA dans tous les domaines de notre pays pour asseoir LE SURSAUT NATIONAL pour un Sénégal véritablement émergent …

 

DIEU  NOUS GARDE ET GARDE LE SENEGAL .

 

 

Dakar le  7/10/2018

 

Guimba  KONATE

DAKAR

guimba.konate@gmail.com

Pourquoi je porte plainte pour CRIME CONTRE L’HUMANITE

Mes chers amis,

 

Tout comme moi, Vous avez certainement lu sur les réseaux sociaux, la déclaration scandaleuse, inique et ignoble de Monsieur Yves-Marie Laulan  Président de l’Institut de Géopolitique des Populations en Europe qui expose avec  une délectation morbide les PLANS MACHIAVELIQUES ourdis selon lui, par les pays européens pour EXTERMINER autant que faire se peut, les populations africaines par divers procédés aussi ignobles les uns que les autres.

Pour ceux d’entre vous qui n’auraient pas vu cette déclaration incroyable de cruauté assumée et planifiée, je vous la livre ci-dessous, in extenso.

Monsieur Yves-Marie Laulan ci-devant Président de l’Institut de Géopolitique des Populations aurait selon le REVELATEUR KMT qui a publié le tweet, déclaré textuellement, ce qui suit : « Par crainte de voir notre civilisation européenne mourir à petit feu à cause de l’EXPLOSION DEMOGRAPHIQUE qui, ces dernières années crée un débordement migratoire des Africains vers l’Europe, nous avons engagé dès les années 70  dans un premier temps, un PLAN MARSHALL pour l’Afrique et pour son développement qui a consisté à STERILISER massivement les femmes africaines . LE SECOND PLAN est la création des maladies comme LE SIDA, EBOLA,  LES CANCERS ET LES AVC dont nous avons déversé LES VIRUS en Afrique depuis les années 70 et le 3ème plan  a été de faire LA PROPAGATION DE L’HOMOSEXUALITE pour rendre LESBIENNES les femmes africaines sachant qu’un couple de 2 lesbiennes égal à zéro enfant ».





Devant une telle IGNOMINIE assumée et l’aveu étant la reine des preuves, j’ai décidé de PORTER PLAINTE devant la CPI contre Monsieur LAULAN et les pays européens pour CRIME CONTRE L’HUMANITE envers l’Afrique et les Africains.

Je vous fais lire ma plainte ci-jointe pour partager et demander votre soutien à tous pour une pétition à faire parvenir à la CPI afin que cette affaire là soit tirée au clair par une enquête diligentée et approfondie afin de traquer les auteurs, planificateurs et exécutants d’une telle politique qui dépasse de loin toute forme de machiavélisme et de cruauté imaginable.

Saddam Hussein a été trucidé pour bien moins que çà sur des affirmations fallacieuses fabriquées de toutes pièces de possession d’Armes de Destruction Massive (ADM) . Khadafi a subi le même sort pour des accusations fausses d’extermination de son peuple. Laurent GBAGBO est actuellement entre les mains de la CPI pour des histoires de querelles ivoiro-ivoiriennes. DE même que l’affaire Katangba et d’autres encore.

 

Dans cette affaire, il s’agit de rendre JUSTICE à l’AFRIQUE et aux Africains, victimes d’une aussi sale politique d’extermination raciale dont les dommages sont incommensurables. Des milliers voire des millions de morts sans compter les maladies inoculées à dose homéopathique et la déstructuration du tissu social avec la dépravation programmée des mœurs (lesbianisme, homosexualité etc..).

Rien que EBOLA aura fait plus de 50.000 morts entre la Guinée, la Sierra Léone et le Libéria.

Il importe donc pour la CPI de faire son travail en ne pensant qu’à rendre la JUSTICE et à dédommager les pays africains victimes d’un aussi sale complot d’une telle envergure macabre.

Pour ce faire, votre soutien massif à tous devrait inciter la CPI à enrôler ma plainte.

TOUS ENSEMBLE POUR QUE JUSTICE SOIT RENDUE A L‘ AFRIQUE ET AUX AFRICAINS.

 

QUE DIEU VOUS GARDES ET GARDES L’AFRIQUE.

Dakar le 27/08/2018

 

Guimba  KONATE

DAKAR

guimba.konate@gmail.com




L’enfer du bac de Farafenni

Chers compatriotes !!!

Vous est-il déjà arrivé de voyager de Dakar à Ziguinchor en passant par le BAC de Farafénni ? Si OUI, Vous avez donc surement vécu comme moi L’ENFER DE FARAFENNI…N’est-ce pas ?

Pour ceux qui ne savent pas de quoi il peut s’agir , Suivez..

Or donc , touché par le décès brutal de mon beau frère, le lundi 30 juillet , il me fallait d’urgence rallier Ziguinchor pour assister aux funérailles du défunt. Pris au dépourvu, et ayant toujours voyagé par bateau, je m’entends dire que le bateau est plein jusqu’au 25 août . Je me résolus  à essayer l’avion et c’est le moment choisi par Air Sénégal pour augmenter son tarif qui passe de 66 000 Francs à 856O0 d’un seul coup pour un aller retour Dakar –Ziguinchor. Sans crier gare et sans aucune communication…Incroyable. Dépité, je me résolus à voyager par voiture. Mal m’en pris…Car je vais vivre un véritable enfer au propre comme au figuré…




Tout commence par la gare routière des Baux maraîchers. Qui n’a de gare que le nom tellement y règne un désordre organisé et entretenu par des transporteurs sans scrupules et d’une cupidité exaspérante . Dans cette gare, pourtant toute neuve et très très mal éclairée, fourmillent dans un maelstrom incroyable, chauffeurs, coxeurs, voleurs, maraudeurs, vendeurs, mécaniciens, dames de petite vertu , truands et j’en passe… Le tout, dans une insécurité totale censée être régulée par un poste de police niché dans un coin et dont les agents semblent être plus préoccupés à autre chose qu’à la quiétude des voyageurs. Bref, un monde lugubre et ..à part. Où le voyageur se sent agressé dès son arrivée par une nuée de rabatteurs ou « coxeurs » censés l’orienter vers la station dédiée à son itinéraire.

Une fois déclinée votre destination, c’est à peine si on ne vous kidnappe pas pour vous amener au pas de course  vers la voiture de leur choix qui… « serait en partance immédiate vers votre destination ». Et vous voilà installé presque de force dans un « sept places » attendant les autres clients.

Ah ! « les sept places ». Des véhicules de marque Peugeot et de modèle 505 de type familial. Des modèles d’anthologie qui datent de Mathusalem et qu’on ne fabrique plus depuis 1985 quand  l’usine Peugeot a livré le dernier exemplaire de ce type de véhicule. Et pourtant, ils  roulent ici au Sénégal et assurent même la quasi-totalité du transport inter urbain. INCROYABLE. Les voyageurs y sont entassés pire que des sardines dans leur boite car les sardines ont l’avantage d’avoir de l’huile qui lubrifie les interstices entre elles. Alors que dans ces véhicules d’un autre âge, les voyageurs sont tellement compactés que même le très léger vent de la flatulence trouve difficilement sa voie pour s’épandre.

L’attente des autres voyageurs pour faire le plein avant le départ  peut durer tant que la voiture n’a pas toutes ses places prises. Pour ma part, j’ai attendu de 20 Heures à 24H45 avant de voir mon « sept places » s’ébranler vers Ziguinchor. Si la sortie de Dakar en direction de la RN1 aura pris une heure , le trajet Dakar –Ker Ayib  a été avalé par le chauffeur en moins de cinq heures de route car le petit matin nous a trouvés à la frontière. Un véritable exploit lié à une maestria du jeune chauffeur qui connaissait bien la route.

Il fallait attendre l’ouverture du poste frontière pour traverser et entrer en zone gambienne. Cela se fera à huit heures tapantes, heure de reprise d’un nouveau jour de travail. Passons sur le petit racket des policiers qui réclament indistinctement mille francs à chaque voyageur aussi bien du côté sénégalais que du côté gambien. Le pire est à venir. Il commence à Farafenni où on doit prendre le bac pour traverser ce petit bras de fleuve. Tout d’abord, il faudra s’émouvoir de la longue queue des véhicules qui se suivent en rangs serrés sur une longueur de plus de trois cent mètres voire plus. Les gros porteurs et camions à droite, les véhicules de tourisme à gauche. Là, les gambiens ont mis en place un ingénieux système de rétention de personnes pour faire fructifier le marché attenant. Tout s’y vend et le pauvre voyageur retardé sciemment, va boire, va manger, va acheter des colifichets et autres babioles permettant aux vendeurs gambiens de faire du chiffre d’affaires.  Le Ferry lui-même fait l’objet d’un racket institutionnalisé avec des passe droit accordés à ceux des véhicules qui acceptent d’allonger une somme comprise entre 20000 et 30000 francs CFA pour les faire embarquer en priorité au mépris de leur position dans le peloton des véhicules. Ici, le calvaire des voyageurs est arrimé à l’humeur exécrable des gambiens qui ne se gênent pas du tout pour vous faire comprendre qu’ils sont chez eux avec toutes formes d’exactions, de rudesse, de manque de courtoisie, de cris et de vociférations dans un tumulte organisé accentué par une chaleur torride d’hivernage accompagnée de poussière rouge de latérite qui vous happe littéralement sans aucun abri , ni lieu de repos adéquat. L’attente va durer – en tout cas pour nous- de huit heures à dix sept heures trente, avant qu’on finisse par embarquer dans le Bac et d’aucuns disent que nous avons été chanceux car certains passent la nuit voire des nuits avant d’embarquer. INOUÏE…

Le plus écoeurant dans tout çà c’est que c’est une situation qui dure depuis plus de cinquante ans et nos gouvernants successifs n’ont jamais songé à y trouver une solution définitive laissant les sénégalais patauger dans cette fange gambienne juste pour pouvoir se rendre en Casamance. Plus de dix heures pour traverser un bras de fleuve en quinze minutes et parcourir un peu plus de dix kms en territoire gambien,  il faut le faire. Quel masochisme !!! Est-ce que nos Autorités sont vraiment conscientes de l’enfer que vivent les sénégalais pour rallier Ziguinchor par le Bac de Farafenni ? Le manque de volonté politique est patent ici et nos compatriotes du sud, peuvent à juste raison se sentir «abandonnés» devant une telle situation. Alors qu’il aurait été très bénéfique pour l’Honneur, pour la souveraineté nationale et le développement du terroir, de construire une bonne voie de contournement passant par Tambacounda pour se passer de ce calvaire gambien  qui nous humilie chaque jour et nous retarde d’autant. S’il faut attendre plus de cinq heures pour embarquer autant passer ces cinq heures à rouler sur une route praticable pour arriver à bon port sans devoir subir les exactions des gambiens. Le rallongement de la distance est un faux alibi car DAKAR –MATAM fait bien plus de cinq cent Kms et DAKAR KIDIRA et DAKAR –BAKEL et pourtant les véhicules s’y rendent régulièrement. D’aucuns pensent que le pont en construction va définitivement régler le problème de la Transgambienne. J’en doute fort. Je ne voudrais pas paraître un oiseau de mauvais augure mais je demeure très circonspect par rapport à cette certitude. Connaissant les gambiens avec leur système mafieux d’extorsion de sous sur le trajet Dakar-Ziguinchor, je crains fort qu’ils ne mettent en place d’autres stratagèmes de racket des sénégalais qui voudront emprunter le pont pour compenser le manque à gagner lié à la disparition programmée du commerce du Ferry. Attendons voir….

NON !! Il est grand temps que nos gouvernants fassent de la route TAMBA-ZIGUINCHOR, une SURPRIORITE si on veut vraiment EMERGER.





Sur ce chapitre, il serait très édifiant que le Ministre en charge des transports ou son directeur de cabinet ou même un haut fonctionnaire de son département fasse le trajet Dakar –Ziguinchor par Farafenni de manière anonyme pour se rendre compte du calvaire des sénégalais dans cette odyssée et donc de l’urgence à y mettre un terme.

Dans cette affaire, les transporteurs auraient du être les premiers concernés pour exiger fortement et fermement la construction de cette route TAMBA-ZIGUINCHOR. Mais comme ils ont presque tous –entre autres commodités-leur deuxième, troisième voire quatrième et cinquième bureau dans cette halte forcée de Farafenni, on comprend qu’ils ne soient pas trop pressés de CHANGER.

Justement à propos de changement, quand est ce que les sénégalais en général et les commerçants et transporteurs en particulier comprendront-ils qu’il faut CHANGER pour AVANCER ? Ici , on est adeptes de l’inertie et de la sclérose. ; RIEN NE DOIT BOUGER..Alors que le monde change .

Voyez moi ces vieilles guimbardes de 505 «sept places» qui ne sont plus fabriquées depuis belle lurette et qui continuent à assurer le transport interurbain. Ce qui veut dire que les pièces ainsi que les réparations sont pour la plupart des pièces «artisanales» ou bricolées par des tourneurs informels. NON !!! On est TROP FORT au Sénégal. Et pourtant ces transporteurs sont dans le circuit depuis plus de quarante ans. Incroyable… Ils ne se rendent même pas compte que tout bouge. En Mauritanie, le trajet ROSSO-Nouakchott est assuré par des véhicules 4X4 climatisés de neuf places pour une distance de presque mille Kms.  Nos transporteurs, eux restent dans leur petit cocon de «sept places» sans aucune perspective, cantonnés dans leur «sama auto». Alors qu’il aurait été plus gratifiant pour eux par exemple, de s’associer par groupe de sept chauffeurs ou propriétaires pour acheter un bus neuf climatisé de soixante dix places qui fera le transport interurbain à leur compte. Si cela était fait, chacun des propriétaires-transporteurs aurait dix places par bus ce qui est nettement plus profitable que «sept places». Ensuite, le bus faisant une navette par jour, chaque transporteur va conduire une journée par semaine et se reposer les autres jours ou faire autre chose. Les voyageurs aussi vont être dans de bonnes conditions de sécurité et de confort avec ces bus qui vont adopter des horaires de circulation concertés et portés à la connaissance des voyageurs. N’est ce pas bien meilleur que ces «sept places» mortifères qui ne font qu’encombrer les gares et les routes et surtout sont sources d’accidents fréquents et mortels liés à la vétusté des véhicules qui ne sont plus fabriqués ? Allez , Messieurs, l’idée est gratuite, aucun droit à payer. Accentuez la réflexion car vraiment il faut changer Waye…

Sinon un autre « Auchand » des transports va venir avec des véhicules neufs, confortables et des prix concurrentiels pour vous chiper toute votre clientèle. DEH..Dakar DEM DIKK a commencé non ? Bakhna daal..

Avertissement sans frais..A bon entendeur..





Que DIEU Nous gardes et gardes le Sénégal.

 

 

 

 

Dakar le 15/08/2018

Guimba  KONATE

DAKAR

guimba.konate@gmail.com

Affaire Demba Kandji: Le tourisme médical d’un Sénégalais pas comme les autres

L’Affaire n’en finit pas de faire le Buzz sur la toile . On y voit un haut, très Haut magistrat du Sénégal , se faire faire son bilan de santé dans une structure hospitalière privée en France . Jusque là , aucun problème , ils sont des centaines d’africains et surtout sénégalais à aller se faire soigner en Europe particulièrement en France sans gène d’aucune sorte. Mais là où cela devient incommodant c’est quand on précise que le sieur client a payé environ mille (1000 ) Euros pour quarante huit heures d’examens médicaux sans compter le billet d’avion aller –retour Dakar – Paris et en faisant abstraction des frais d’hôtel qui peuvent être économisés par un hébergement familial ou amical , on a une facture de plus d’un million (1.000.000) FCFA pour une virée touristique médicale en France.



Le degré de manque de considération ou d’inconséquence sera dépassé avec les commentaires «presque insultants» à l’adresse de la famille médicale sénégalaise accusée de manquer de plateau technique et d’expertise pointue pour être digne d’ausculter le corps de l’illustre homme de Loi. On note.. Le summum de l’indélicatesse sera atteint quand on se fait filmer sans gène, pour servir d’illustration publicitaire en fait, bien biaisée car dénigrant en filigrane une telle attitude d’un si haut responsable d’un pays comme le Sénégal. Le titre du spot «Tourisme médical» n’est pas innocent. « Toubab moo garawe ».
Eh OUI. Objection Monsieur le Juge. Objection !!! Avec votre position dans l’appareil d’Etat, vous n’auriez jamais du accepter de vous faire filmer pour cette affaire qui somme toute, relève de votre vie privée. En le faisant, vous avez manqué de discernement et de retenue- le comble pour un juge et vous avez écorné votre image de « gendre parfait » et donc prêté le flanc à nombre de sénégalais qui sans vraiment vous connaître, vont vous vouer aux gémonies, voyant en vous, un contre exemple parfait du patriotisme, de l’humilité , de la discrétion et j’en passe.
Car, avec cette VAR là, pour rester dans l’esprit de la Coupe du Monde de football, tout y est. Le m’as-tu vu, le voyeurisme, l’ostentation, la condescendance voire le mépris du nouveau riche vis-à-vis de ses compatriotes et de son pays et le complexe atavique du colonisé qui ne croit qu’en ses Maîtres français… La coupe vraiment est pleine… Que DIRE de plus ? RIEN… Sinon que les quatorze millions d’arbitres sénégalais vous ont jugé (tiens-tiens !) et décerné le carton Rouge !!!Tout çà pour çà . Est ce que çà en valait la peine? Assurément NON.

Pourtant, vous n’êtes pas le seul à adopter une telle attitude et à avoir un tel comportement. Loin de là. Car, Ils sont légions, nos compatriotes un tant soit peu fortunés qui- au moindre bobo, genre « céphalées intenses suite de séquelles d’un traumatisme crânien ancien » pour parler le langage ésotérique du monde médical, à aller dare-dare se faire soigner à prix d’or en France et ailleurs… Alors que le pays regorge de sommités médicales de très haut niveau dans toutes les spécialités de la santé humaine. Mais seulement, ils se gardent bien de se faire filmer comme vous l’avez fait.
L’argument du plateau technique est tout aussi irrecevable pour parler comme les juges car quand on accepte de payer plus d’un million de CFA pour quarante huit heures d’examens médicaux, on aide grandement la structure à s’équiper en matériels de dernier cri.
Pourquoi ne peut-on faire la même chose pour nos structures hospitalières privées qui ne demandent qu’à être financées pour s’équiper en conséquence ? On rechigne à payer ici, une hospitalisation à 200.000 francs la journée au motif que c’est trop cher et on va verser le multiple aux structures étrangères.
Quel patriotisme !!! « Sénégal dou dem, la wakh » .

Sur ce plan, il est bon de rappeler l’interpellation de Monsieur le Ministre A.T WONE qui –dans une contribution relative au manque de solidarité des pays arabes musulmans entre eux et de leurs folies dépensières dans les pays occidentaux, au mépris des urgences dans leurs propres pays , demandait « de trouver l’erreur »…
Ben !! Monsieur le Ministre…
Entre soixante cinq millions de dollars pour l’ensemble du peuple palestinien et un milliard de dollars pour UNE seule personne, l’erreur est toute trouvée, Monsieur le Ministre…
Elle se trouve dans l’incongruité d’une situation ubuesque où des arabes soi-disant Musulmans et …Frères, thésaurisent des dizaines voire des centaines de milliards de dollars pour leurs besoins personnels et laissent leurs frères de sang, de lait et de religion patauger dans d’inextricables problèmes de survie.
Elle se trouve dans l’inconscience atavique des nantis devant la misère chronique des pauvres. L’erreur se trouve dans la folie factice des Riches pour les excès de toutes sortes au détriment de l’aide à leurs frères démunis. Quand on dépense des centaines de millions de dollars pour aménager un boeing pour ses volatiles comme l’a fait un prince arabe. Ou pour acheter des colliers en or pour ses moutons quand les autres frères, coreligionnaires et autres humains simplement manquent du minimum vital, on peut se poser la question de savoir où est la fameuse solidarité humaine qu’on aime chanter sur tous les tons ? Il y’a véritablement de quoi désespérer de la race humaine. A quoi sert toute une fortune évaluée en milliards de dollars pour une seule personne ? Si elle ne lui permet pas d’en utiliser une partie pour soulager ses frères qui sont dans des difficultés énormes de survie ? Quels besoins extraordinaires peut-on avoir qui nécessitent de disposer en permanence de centaines voire de milliers de milliards de dollars quand on sait qu’un seul milliard égal à cinquante mille dollars par jour pendant cinquante ans et il en restera ..Alors ??? Assurément l’Homme riche est FOU et l’Homme très riche est DEMONIAQUE et MECHANT pour son prochain. Il faut avoir le cœur vraiment bien accroché pour oser s’empiffrer à mort –sans scrupule- devant des affamés qui vous regardent faire. Le malheur de nos pays en développement ou sous développés c’est selon, est que nos ploutocrates n’ont aucune fibre patriotique pour la grande majorité d’entre eux. Non seulement, ils spolient les deniers publics qui leur sont confiés pour gérer mais encore ils ne font aucun investissement digne de ce nom pour le bien public. Même pas participer à l’effort de financement de la nation en achetant par exemple des actions ou autres bons de trésor ou d’émission pour la levée de fonds pour leur pays .Rien que des futilités genre épouser plusieurs femmes avec des dépenses somptuaires, dans les baptêmes, les mariages et autres cérémonies de famille. Construire pour les plus dépensiers, des maisons au luxe tapageur et très souvent inhabitées si ce n’est que par à coups. Dépenser des fortunes à l’étranger pour avoir une santé de jeune homme qu’on ne retrouvera jamais car la vieillesse est dans les gènes. On n’y peut RIEN.




Et quand on y ajoute la publicité indécente comme cette vidéo du juge sénégalais pour y snober ses compatriotes et dénigrer les médecins de son pays, il y’a de quoi désespérer de nos pays et de ses dirigeants qui ne sont pas des modèles de citoyenneté et de patriotisme. Triste tout çà.
Qui disait que « l’Afrique Noire est mal partie ? ».On lui donnerait presque RAISON…

Que DIEU Nous gardes et gardes le Sénégal et l’Afrique.

Dakar le 24/07/2018

Guimba KONATE
DAKAR
guimba.konate@gmail.com

O.I.F: La Francophonie a-t-elle un avenir ?  

L’actualité de la très prochaine conférence de l’OIF (Organisation  Internationale de la Francophonie) prévue en octobre 2018 avec comme toile de fond, l’élection du nouveau secrétaire général de cette organisation qui devrait échoir –sauf imprévus- à Madame le Ministre des affaires étrangères du Rwanda , nous donne l’opportunité de la présente contribution sur l’avenir de la francophonie.

En effet, par delà la lutte de positionnement et de leadership entre la France et le Canada , les deux principaux bailleurs de fonds de l’organisation francophone, qui risque d’accentuer encore un peu plus les clivages entre les états membres avec la campagne électorale pour le Secrétariat général, les petits pays vont devoir choisir…leur camp. Tant il est vrai que quand deux éléphants se battent, c’est l’herbe qui en souffre le plus. Ce ne sera pas facile pour eux ni sans conséquence…- OUILLE !!!




Il devient donc, intéressant de se poser quelques questions légitimes à propos de cette organisation sensée aider- à travers le développement solidaire de ses membres-  à la vivification, la promotion et l’expansion de la langue et de la culture du français à travers le monde…Le constat n’est pas vraiment reluisant.

Plus de vingt ans après sa création en 1995, à la suite de l’ACCT (Agence de coopération culturelle et Technique ) mise sur les fonts baptismaux en 1970 à Niamey (Niger),  l’OIF peine toujours à justifier d’un bilan véritablement conséquent sur certains plans dont le moindre n’est pas celui de l’expansion de la langue française à travers le monde. L’échec est PATENT sur ce chapitre.

Car personne ne peut nier que le français perd de plus en plus de terrain par rapport aux autres langues de communication et d’affaires notamment  l’Anglais qui continue à imposer sa suprématie au reste du monde avec –comble de l’incroyable- l’aide des francophones eux-mêmes. C’est à ne RIEN y comprendre…

Comment en est-on arrivé là ?

La réponse coule de source : les francophones eux-mêmes ne croient pas trop au français et à la langue française comme vecteurs de valeurs communes à un espace partagé. AH OUI !!

Les premiers et vrais fossoyeurs du français sont les français eux-mêmes et les francophones.  La preuve par mille .

 

Quand partout ailleurs, au sein des grandes organisations internationales, des institutions mondiales et dans les rencontres planétaires, les délégués –tous les délégués – rivalisent d’ardeur pour montrer leur maîtrise de l’anglais dans leurs différentes interventions, on ne peut que se désoler de voir les francophones de souche, être aux premières loges de cette débauche d’anglophilie. Il faut les voir ces « ambassadeurs de la langue française » s’évertuer à démontrer à qui mieux mieux leur « maîtrise » de l’anglais dans un psittacisme puéril et ridicule dont ils n’ont même pas conscience. Alors que leurs pairs anglophones restent droits dans leurs bottes  ne se donnant même pas la peine de prononcer – par courtoisie-quelques mots de français à leur endroit. RISIBLE… Le spectacle est d’autant plus désolant que dans la plupart des organismes internationaux pour ne pas dire toutes, le français est UNE des langues de communication sinon la première langue de communication.

Au niveau de l’UIT-Union Internationale des Télécommunications – que je connais mieux, les textes fondamentaux de l’Union, notamment la Convention, mentionne noir sur blanc que l’UIT a six (6)  langues de communication et de travail que sont le Français, l’Anglais, l’Espagnol , l’Arabe, le Russe et le Chinois. Et qu’en cas de litige sur le sens d’un mot ou d’une phrase, la version française sera privilégiée. Pourtant et  malgré tout cela, on y trouve encore des francophones de souche qui répugnent à parler français préférant faire admirer leur « maîtrise de l’anglais » dans toutes leurs prises de parole. Il est vrai qu’à l’époque, comme  on avait devant soi, un SG francophone, malien de surcroit très prompt à ne parler qu’anglais ainsi que des délégués de la France qui ne s’exprimaient qu’en anglais, on mesure tout l’échec de la francophonie à s’imposer dans le concert des vecteurs de communication dans le monde . Et l’écart va continuer à s’amplifier parce que les francophones traînent un complexe rédhibitoire, vis à vis des anglophones au point de s’évertuer à bien parler anglais pour être « bien vus ». A preuve, pour les postes internationaux genre FMI, ONU, Banque Mondiale et autres, le critère de la maîtrise de la langue anglaise est PREPONDERANT. N’est ce pas Sarkozy qui s’extasiait sur la formidable diction anglaise de Christine LAGARDE au point de la proposer comme Directrice générale du FMI ? Et pourtant le Directeur général de la Banque Mondiale qui est toujours américain de nationalité ne parle qu’en Anglais et ne s’embarrasse pas de chichis pour le français parce que les francophones ne se sont pas préoccupés d’exiger le respect de leur langue partout où besoin est. Aussi, ne faut-il pas s’étonner que de plus en plus, tous les documents de travail au niveau de ces organisations internationales soient rédigés UNIQUEMENT en Anglais. Et tant pis pour tous les autres. Mieux ou pire, on accepte même d’accréditer dans les pays francophones, des Ambassadeurs étrangers qui ne parlent pas un traitre mot français. Ce qui est impensable pour un pays anglophone. Si on se manque de respect à soi même qui va vous respecter? Si bien que de plus en plus, l’anglais a fini de s’imposer en langue de communication et de travail dans presque toutes les agoras du monde.

Etre bilingue et même polyglotte c’est très bien et même souhaitable dans ce monde en pleine mutation. Mais aller jusqu’à vendanger sa propre langue « maternelle » au profit d’une autre, cela devient tout de même AFFLIGEANT.

Face à une telle situation, il est légitime de se demander « à quoi a véritablement servi l’OIF ? » . Si ce n’est pas servir de réceptacle de consolation pour  « anciennes gloires francophones » genre ex SG des Nations Unies (Boutros GALI), ex président du Sénégal (Abdou DIOUF), ex gouverneure du Canada (Michèle JEAN) et certainement future ex- ministre des Affaires étrangères du Rwanda et une bureaucratie inutile bien payée à Paris , on ne voit RIEN de vraiment consistant venant de cette organisation.




Pourtant, les pères fondateurs avaient en 1970, une vision idyllique du développement des liens très forts entre peuples et nations parlant français dans un commun vouloir de vie commune avec une langue vernaculaire partagée entre tous en mettant sur pied cette organisation de la francophonie.

Mais la politisation extrême est venue tout chambouler pour ne laisser prospérer qu’une coquille vide, enjeu de rivalités politiques de toutes sortes, incapable de promouvoir la langue française dans le concert des échanges internationaux. Le complexe d’infériorité aidant, les francophones sont les premiers fossoyeurs de leur langue, enclins qu’ils sont, à parler anglais à tout bout de champ pour « en mettre plein la vue » aux autres francophones et se faire admettre par les autres anglophones. Pitoyable.

Sur ce chapitre, s’il y’a véritablement un pays qui tient à la langue française comme à la  prunelle de ses yeux, c’est évidemment le CANADA. La province du Québec a réussi à valider le français comme langue officielle de tout le Canada au même titre que l’Anglais sans céder une once de son âme. Pourtant il est mitoyen du puissant voisin anglophone, les USA.

Sur ce plan, il faut aussi rendre hommage au Président Abdou DIOUF qui aura été jusqu’au bout, un francophone et un francophile de cœur, d’esprit et de posture. Ne tolérant pas la plus petite entorse dans la défense de la langue française partout et en toutes circonstances. Il avait institué des délégués de la Francophonie pour tous les grands évènements mondiaux (J.O., Mundial de Football, Grands festivals etc..) pour défendre la place de la langue française. Pour la petite histoire aussi, il n’avait  pas hésité à limoger vite fait, son ministre de la culture des années 90 qui s’était improvisé «interprète en français » d’un discours délivré en anglais  par un invité de marque lors d’une cérémonie au théâtre Daniel Sorano de Dakar. Comme quoi, lui au moins, il croyait en la francophonie et au français comme langue nationale officielle de communication et de travail au Sénégal. On ne peut pas en dire autant de certains de nos compatriotes comme les jeunes lycaons de la première alternance sous Wade avec à leur tête Ndaamal Kajoor qui, dès leur intronisation au palais, avaient commencé -parait-il -à communiquer en anglais pour éliminer « les indésirables » de leurs conversations au mépris de toutes les convenances républicaines qui avaient formalisé le français comme langue officielle de travail. La suite, on la connait…Passons…

 

La même tendance est observée au niveau de beaucoup d’intellectuels sénégalais dont le dada préféré est de faire étalage – à la moindre occasion- de leur «maîtrise»  de l’anglais pour snober la galerie. Et avec çà, on veut parler de Francophonie. Il faut arrêter la comédie qui a trop duré et admettre froidement que le Français vit ses derniers instants comme langue universelle. Condamnée qu’elle est, par la France elle-même qui –entre autres entraves-continue, sous la poussée du populisme et de la xénophobie galopante,  à fermer ses portes aux francophones d’Afrique. Résultats des courses : les jeunes africains francophones se tournent de plus en plus vers les pays anglophones ou parlant anglais comme les USA, le Canada, la Chine, le Japon, La Corée du Sud, la Malaisie, l’Indonésie, Singapour etc… pour poursuivre leurs études supérieures en ANGLAIS. Et la tendance va s’amplifier au grand détriment de la langue française qui y perdra encore plus de son influence déjà fortement érodée.  ABSOLUMENT…

 

 

 

L’autre aspect non moins bizarre de cette prochaine conférence de l’OIF est l’élection du prochain SG de l’organisation. Election qui se joue pour le moment entre l’actuelle titulaire du poste, la canadienne Michèle Jean qui veut rempiler et la Ministre rwandaise des Affaires étrangères, seule candidate déclarée. Cette élection va dévoiler au grand jour, une rivalité feutrée entre les deux grands pays de l’Organisation que sont la France et le Canada avec comme dégâts collatéraux les autres pays condamnés à choisir leur camp entre ces deux mastodontes. Ce qui ne sera pas sans conséquence pour le futur de l’organisation.

Ensuite, toujours sur cette élection, il est difficilement compréhensible d’accepter la candidature du Rwanda à ce poste car ce pays avait souverainement et avec fracas, quitté le giron francophone pour s’ériger en pays anglophone pur et dur. Faisant même naître par ci, par là, quelques velléités de suivi pour certains pays comme le Togo.

Qu’est ce qui a pu bien changer entre temps pour que brusquement le Rwanda décide de briguer le SG de l’OIF  et avec l’onction de la France en plus ?

D’aucuns parlent de rachat ou de rédemption pour les exactions du génocide rwandais de 1994. Très probable…




Ce sont justement des manœuvres politiques de ce genre qui vont tuer encore plus l’OIF qui ne serait plus qu’un instrument au service d’un grand pays, La France,  pour lui permettre d’orienter les pays membres surtout africains,  dans la direction voulue pour ses intérêts particuliers inavoués. Ainsi…EXIT L’IDEAL FRANCOPHONE des pères fondateurs…

Et PAIX A L’AME DE LA FRANCOPHONIE qui va accentuer sa descente aux enfers au profit de l’ANGLAIS CONQUERANT et SOUVERAIN.

 

Que Dieu nous gardes toujours des aventuriers de toutes sortes…

 

 

 

 

Dakar le 20/7/2018

Guimba  KONATE

DAKAR

guimba.konate@gmail.com

Affaire «AUCHAN, DEGAGE»: Wakhtaan wakh degg ci la

L’implantation des super marchés AUCHAN dans notre pays a suscité des réactions épidermiques de certains de nos compatriotes commerçants et marchands au motif que cela va tuer les marchés traditionnels dans le pays. BEN…

Sur ce chapitre, je joins ma voix à celles nombreuses, des sénégalais et sénégalaises qui- pour une fois- ne suivent pas du tout le mouvement d’humeur de nos commerçants contre AUCHAN.

Et dans cette posture, la merveilleuse contribution de la citoyenne sénégalaise malheureusement anonyme intitulée « Wakhtaan wakh degg ci là » qui circule dans les réseaux sociaux (whatshapp –Facebook et sites divers) et relative aux attaques contre l’implantation des super marchés AUCHAN dans notre pays, a vraiment TOUT DIT…

 

En effet, dans cette affaire, il convient de remarquer que nos commerçants se liguent contre un concurrent qui vient les trouver sur leur terrain d’activités avec des arguments très pertinents et dont les moindres ne sont pas : les produits de qualité, la propreté, le cadre d’évolution, les prix cassés, la courtoisie des vendeurs et j’en passe. Pour tout cela, ils ne doivent s’en prendre qu’à eux-mêmes pour avoir refusé le progrès.




AUCHAN ce sont des commerçants comme eux qui ont accepté d’investir pour évoluer dans un cadre attractif , sain ,propre avec des produits de qualité et à très bons prix.

Qu’est ce qui empêche nos commerçants avec leurs organisations UNACOIS –GES et autres , de faire de même ?

Depuis plus de cinquante ans, nos marchés n’ont pas évolué d’un iota. C’est le même capharnaüm avec ses bruits, ses odeurs, ses immondices, ses saletés, ses incroyables encombrements jusque sur les voies de passage et la route bitumée etc…Les commerçants tout comme les Mairies- se sont soucié de faire de l’argent à tout prix sans aucun souci d’assainissement, de propreté, d’organisation et de présentation appropriée des marchandises à leurs clients.

On vend , on vend ,on vend sans aucun respect d’aucune norme hygiénique ni de prix qui valsent au gré de leurs humeurs.  Sur ce chapitre, c’est au Sénégal seulement qu’on voit quelqu’un évoluer dans un secteur d’activités comme le commerce pendant des années et présenter toujours la même boutique brinquebalante dans laquelle les marchandises sont empilées dans un désordre incroyable faisant la joie des souris et autres rats qui ne se privent pas de grignoter régulièrement les boites et sachets de produits alimentaires. Passe encore pour les marchands dans les étals de marchés crasseux, puants, lugubres…

 

La même situation est à décrier au niveau des mécaniciens, menuisiers et autres . Ils peuvent travailler pendant plus de trente ans dans le même environnement fait de crasse, de désordre, de saleté, de bruits et s’y complaire sans aucun souci d’hygiène, de sécurité , de salubrité . C’est à ne rien y comprendre.

Le propre d’une activité  quelle qu’elle soit (commerce-artisanat- métiers divers) c’est de commencer par une petite affaire et de grandir, de se développer pour devenir au fil du temps une grande entreprise bien organisée , bien structurée. WALLA ? Ici, au Sénégal, les boutiquiers restent plus de trente ans dans la même boutique crasseuse quand bien même le chiffre d’affaires aura bien décuplé Tout au plus, verra -t-on certains ouvrir d’autres boutiques tout aussi crasseuses dans d’autres quartiers pour augmenter leurs profits mais jamais pour agrandir, assainir et embellir la première boutique qui restera toujours aussi crasseuse. Pourquoi ? La même attitude conservatrice, désinvolte et figée est notée dans presque tous les secteurs d’activités.

Pourquoi, diantre, Nous sénégalais , sommes-nous  adeptes de la désorganisation, du laisser aller , du désordre organisé et surtout de la scatophilie ? Dans nos marchés  tout est sale, très sale et  désorganisé. Dans les transports en commun on a des taxis, des « Tata, des Cars rapites, des Ndiaga Ndiaye » brinquebalants, de véritables cercueils roulants, sans confort ni sécurité. Dans ce domaine seuls les bus de Dakar dem dikk payent encore un tant soit peu, de mine,(pour combien de temps ?). Le reste ,tous les autres c’est du grand n’importe quoi. Voyez le transport Dakar-Bamako. Quand les maliens proposent des bus neufs, climatisés avec télévision et toilettes et un couloir de circulation libre ; les sénégalais présentent des bus vieillots, modifiés à l’extrême avec des « versailles » sur le couloir de circulation pour maximiser les places dans un inconfort total sur un trajet de 1200 Kms (Dakar-Bamako) . Il faut le faire !!!,  Et avec çà, nos transporteurs osent encore se plaindre quand les voyageurs préfèrent les bus maliens.

Cette attitude d’immobilisme et de frilosité alimentée par une forte dose de superstition qui ne dit pas son nom s’observe jusque dans certaines familles . En effet, il est fréquent de voir des membres majeurs d’une même famille préférer s’agglutiner dans la grande concession familiale en y occupant une ou deux chambres ,tout en étant propriétaires  d’une villa louée à d’autres dans le secret le plus absolu, histoire de ne pas dévoiler une certaine aisance financière qui, affichée,  risquerait de péricliter… Certes « Pour mieux vivre, vivons cachés » dit-on mais à ce point ; çà devient de la Paranoïa.  Heureusement que cette tendance commence à s’éroder de plus en plus.

De même , on peut observer que beaucoup de chauffeurs de taxi par exemple, vont conduire la même voiture brinquebalante pendant plus de vingt à trente ans refusant systématiquement d’acheter un véhicule neuf pour remplacer l’ancienne guimbarde qui n’en peut plus, par pure superstition. Que dire aussi des commerçants capables de commander des containers de légumes (oignons, pommes de terre) et refuser de prendre un magasin en location pour y entreposer leurs marchandises. Préférant tout déverser sur la voie publique pour les écouler sans état d’âme ? Les exemples de refus d’évoluer sont très nombreux et divers et se trouvent dans toutes les branches d’activités. Du boutiquier, au marchand de légumes en passant par le mécanicien qui peut rester plus de trente ans à ciel ouvert sans jamais penser à construire un atelier digne de ce nom.. Bref, le propre du Sénégalais c’est de se complaire dans un misérabilisme ambiant qui l’empêche d’investir pour changer, pour renouveler son outil de travail, assainir son environnement de travail, formaliser ses méthodes de travail pour progresser et faire progresser son affaire. Pourquoi ?

Il semble qu’il y’ait une certaine dose de superstition qui les pousse à ne RIEN CHANGER – la boutique, l’atelier, l’outil de travail, la maison familiale etc… sous peine de faillite due aux mauvaises langues..ALLEZ SAVOIR.

Cette culture de l’immobilisme, de la ferraille, de la Pagaille, de la crasse, du manque d’hygiène et de civilité à l’égard des clients qui nous est chevillée au corps finira par tuer tous les secteurs d’activités pour nos compatriotes s’ils ne changent pas leur façon de faire. En acceptant de renouveler autant que faire se peut, leur outil de travail et en investissant dans la modernisation et le changement de leur cadre de travail entre autres domaines.

Sinon d’autres étrangers comme AUCHAN  vont venir investir leurs créneaux d’activités avec de nouvelles offres plus séduisantes, plus sécurisantes et plus modernes pour leur chiper leur clientèle. Car le monde est devenu un village planétaire et les affaires se font partout où cela est possible. Alors il est grand temps pour nos acteurs économiques de sortir de leur immobilisme désuet qui les incite à ne RIEN CHANGER par paresse, désinvolture et surtout par superstition pour se mettre aux normes d’organisation, de salubrité, d’hygiène, de sécurité et de produits de qualité qui commandent le monde des affaires. .

En tout état de cause ,tant que les commerçants et plus généralement tous les corps de métiers en rapport avec une clientèle populaire, ne comprennent pas la nécessité de se soucier de leur environnement de travail et de la qualité de leurs produits ou de leur travail fait, il ne faudrait pas s’étonner de voir d’autres AUCHAN venir envahir leurs créneaux en proposant mieux sur le plan sanitaire et de la qualité des produits proposés et dans un cadre de travail plus attractif.

Nous sommes à l’heure de la mondialisation. Autant les sénégalais investissent certains créneaux dans d’autres pays, autant d’autres vont continuer à venir au Sénégal pour investir dans certains créneaux porteurs. Il ne sert à rien de s’indigner pour cela, c’est la loi de la concurrence qui est toujours au bénéfice des consommateurs que nous sommes.

Devant une telle perspective, plutôt que de vociférer contre AUCHAN et les autres, il est plus qu’urgent et salutaire pour nos compatriotes artisans, commerçants, détaillants, transporteurs et autres, de comprendre que le monde évolue et qu’ils doivent eux aussi apprendre à évoluer en adoptant les bonnes attitudes : Propreté- Bons produits-environnement sain- respect du client et des délais de livraison etc..sous peine de disparaître les uns après les autres .RIEN n’Y FERA..

Toute personne sensée aimerait acheter des bons produits dans un environnement sain et avec une courtoisie des vendeurs. Les sénégalais ne font pas exception. Et sous ce rapport, il est navrant de constater que nos commerçants et autres transporteurs n’ont aucun souci des gorgorlous. Sinon comment comprendre par exemple, qu’à chaque grand évènement national religieux ou autres, ils augmentent allégrement et sans état d’âme les prix des denrées et des transports sans sourciller.




Le plus désolant – parmi d’autres- c’est l’attitude des maraîchers qui, une fois que le gouvernement ajourne l’importation d’oignons pour leur permettre d’écouler leurs produits, ne se gênent pas pour imposer des prix scandaleux aux consommateurs qui ne seront levés qu’avec la reprise des importations. Ils n’ont aucune fibre patriotique et sont prêts à occire leurs compatriotes pour faire toujours plus de profits. Et avec çà, ils veulent qu’on les supporte dans leurs récriminations contre AUCHAN… NON c’est trop facile çà..

Messieurs , Dames battez vous contre AUCHAN en vous mettant aux normes de la propreté dans vos échoppes, étals, boutiques et tables, de la probité dans les prix , de la politesse envers les clients et en proposant autant qu’eux, des bons produits au bon prix et les sénégalais iront sans contexte vers vous…Sinon..le choix est vite fait DEH..

Vous en avez les moyens, seule la volonté d’EMERGER vous manque. La balle est donc dans votre camp. Plutôt que de pleurnicher, BOUGEZ VOUS ..BOUGEZ VOUS … LE MONDE EVOLUE…

 

 

Que DIEU vous gardes et gardes le SENEGAL.

 

 

Dakar le  11/07/2018

Guimba  KONATE

DAKAR

guimba.konate@gmail.com

«Affaire Idrissa Seck…»: Bienvenue au pays des tartuffes

Lors donc, pour avoir exprimé une opinion personnelle sur une question de dogme, Idrissa Seck s’est attiré les foudres les plus dévastatrices du landerneau politico-religieux de notre pays. Au fond, quelque part, on pourrait dire : c’est bien fait pour lui ; çà lui apprendra à « tourner sept fois la langue dans la bouche avant de parler ».  « La parole étant la seule chose qui enfante sa propre mère », dit-on, il est toujours bon de savoir quand parler, où parler, à qui parler et comment, pour éviter certaines philippiques qui ne nous ressemblent pas du tout.




Car au pays des tartuffes on ne dit pas toujours ce qu’on veut ou ce qu’on doit dire surtout dans le domaine ésotérique de la Religion. Les sentinelles auto-proclamées de la sauvegarde de la Vulgate coranique veillent . La volée de bois vert reçue par le ciboulot du Président de REWMI a revêtu des allures épiques de Djihad . Chacun y est allé de ses fatwas et autres admonestations pour critiquer, vilipender et condamner avec une virulence parfois inouïe, les propos de Mr SECK. La chasse à courre à Ndamal Kadjor a redonné vie à des rebuts sociaux et autres épaves politiques qui s’en sont donné à cœur joie, dans cette danse du scalp.

Au nom de la sauvegarde de la religion !!!.

HUM !!  FORMIDABLE… EXTRAORDINAIRE ..FANTASTIQUE…

Ainsi, nous aurions chez nous, des janissaires gardiens de la FOI qui ne souffrent pas qu’on égratigne seulement leur croyance. Même dans l’erreur. Car, çà ne peut être que de l’erreur qui est somme toute, une qualité HUMAINE. DIEU NE SE TROMPE JAMAIS…N’est ce pas ? N’a-t-on pas entendu parler aussi de  « statue des chrétiens » avec Abdoulaye WADE ? et même de « dessert des tirailleurs ? ». Qui peut se targuer de ne s’être jamais trompé ? Qui peut dire que sa langue sans être fourchue, n’a jamais fourché ? PERSONNE.

Mais,  des feddayins d’un genre nouveau ont profité de l’aubaine qui leur a été offerte par Mr.Seck pour exhaler leurs éructations putrides , étaler leur science infuse et très souvent parcellaire de la cosmogonie islamique pour châtier du IDY et aller pour certains, jusqu’à décréter  l’apostasie du pêcheur et son excommunication de la religion musulmane. Rien que çà ..Faut dire qu’ils étaient fâchés , vraiment fâchés …

On les comprend . Preux chevaliers d’une religion qu’ils adorent au plus profond de leur cœur, ils ne sauraient laisser passer un tel outrage sans réagir en rugissant fort et très fort même.




Cependant,  là où cela devient de la paranoï c’est quand, malgré les excuses très plates présentées par le fautif, on lui dénie le Pardon qui est encore du domaine de DIEU. Qui nous exhorte à toujours Lui demander PARDON pour qu’il nous accorde Sa Miséricorde Infinie.

Sur ce chapitre et pour le peu que j’en connais, je voudrais simplement rappeler à nos Doctes savants de la religion – qui le savent mieux que quiconque, du moins pour ceux qui savent vraiment- que même le Prophète Salalahou Aleyhi Wa Salam avait été « rectifié » par ALLAH avec l’histoire du pêcheur nécrophile qui était venu le voir pour s’amender et entrer dans la Religion. Le Prophète au regard de l’énormité des pêchés du bonhomme qui se complaisait à aller déterrer les cadavres des femmes pour les abuser sexuellement, l’avait déclaré perdu à jamais pour DIEU… Et l’homme découragé, alla errer dans la brousse attendant sa mort avec résignation. ALLAH dans Toute Sa Magnificence, admonesta son Envoyé bien aimé pour lui faire comprendre que LUI SEUL ,est en droit de PARDONNER et que donc Il a déjà pardonné à cet homme là…La suite, on la connait. Comme quoi, il n’y a point de péché que DIEU ne puisse pardonner à ses fidèles. Surtout aux fidèles repentants et repentis…Comme IDY l’a fait … Une leçon à méditer pour nos censeurs auto-proclamés dans cette affaire de BAKKA ou MAKKA et le Chapitre aurait dû être clos si tant est qu’on veut vraiment la PAIX dans ce pays, nôtre.

 

L’autre aspect de tout ce déchainement viral contre Idy ; c’est pourquoi Lui et pas les autres ? Car on ne compte plus les souillures de la religion perpétrées à longueur de temps par des individus sous couvert de guides religieux avec des attitudes et des déclarations aux allures de NEGATION, d’associationnisme, ou de parjure ou même d’Idolâtrie sans aucune réaction de nos Ayatollahs de salon..On voit dans ce pays des sectes qui dénaturent gravement la religion musulmane au vu et au su de tous avec des pratiques paganistes aux antipodes du Culte révélé  et personne ne dit RIEN surtout pas tous ces Islamologues et érudits indignés par les propos de Idrissa SECK . C’est de la pure TARTUFFERIE .Il faut le dire

Il est vrai que ces gourous ont des milices et autres hommes de mains redoutables, soudards et grognards, leur obéissant au doigt et à l’œil et qui sont très prompts à rectifier le portrait du premier qui oserait piper mot sur leur « Serigne ». En somme, de véritables ADM pour Armes de Dissuasion Massive qui donnent à bien réfléchir avant de seulement oser agir. Le Mollah de sacré cœur qui a lancé l’hallali contre Idy, en sait quelque chose . Lui qui, il n’y a guère, pour avoir seulement évoqué les faits et gestes d’un de ces marabouts « made in Sénégal » , a reçu la visite très musclée de ses hordes qui ont saccagé vite fait, toute sa station de radio télévision. Et en toute impunité.  C’est à dire sans aucune suite ni judiciaire, ni politique, ni sociale. Tout a été comptabilisé en pertes et profits. Surtout en profits .




Car il se susurre  qu’il aurait été indemnisé et grassement même, par le pouvoir d’alors. Et depuis, il se tient COI et stoïque devant toutes les déviances autrement plus répréhensibles que ce que Idy a dit.

Devant toutes ces dérives qui ont fini par être banalisées avec la passivité voire la complicité de ceux qui se donnent le titre usurpé d’Islamologues et autres Erudits, on se tait et on laisse faire au nom d’une lâcheté couarde qui ne dit pas son nom.

Ah Oui, c’est parce Idy n’a pas de fantassins acquis à sa cause qu’on peut l’attaquer si rudement, flamberge au vent. QUEL COURAGE !!!

Une telle posture a un nom en Islam :MOUNAFIKHOUNE…

 

Messieurs, vous auriez mérité notre admiration et notre reconnaissance si la même attitude d’indignation bruyante, véhémente et colérique vous animait devant toute forme de révisionnisme, de déviationnisme, de paganisme et de stupre infligée à l’Islam et par quiconque fut-il un « Serigne Lolou » …

Malheureusement ce n’est pas le cas….DOMMAGE…

 

QUE DIEU NOUS GARDE ET GARDE LE SENEGAL .

 

 Dakar le  05/06/2018

Guimba  KONATE

DAKAR

guimba.konate@gmail.com

«Situation universitaire…»: Fallou Sène, le bienheureux

Parce qu’il revendiquait avec ses camarades , le paiement de sa bourse, Mouhammadou Fallou SENE étudiant à l’Université Gaston Berger de Saint Louis a perdu la vie , tué par la balle d’un  gendarme « gardien de la Paix » chargé du « maintien de l’ordre ». Terrible Paradoxe  !!!

Sa mort aura été la goutte d’eau de trop et a donné matière à des radicalisations extrêmes des étudiants qui ont voulu solder les comptes, tous les comptes avec le pouvoir en place avec des exigences certes légitimes mais aussi assez burlesques parfois.




Face à leur furie dévastatrice, le Pouvoir fit des concessions de taille qu’il faut saluer : limogeage d’acteurs de premier plan ( Recteur, DG Crous ), augmentation des bourses, diminution des prix des repas, amélioration des sites universitaires ( nouveaux bâtiments, nouveaux lits etc ..etc..) Toutes choses qu’il faut saluer tout en déplorant que cela ne fut possible qu’après la vague  de colère des apprenants, ulcérés par la répression policière qui a abouti au sacrifice de Fallou SENE..Il faut peut-être souhaiter que la leçon aura été bien comprise par le gouvernement et qu’à partir de dorénavant jusqu’à désormais pour parler comme l’autre, les bourses seront payées en temps réel pour que plus jamais, une telle situation ne soit vécue à nouveau.

On croise les bras et on prie ..

Mais notre conviction profonde est que tant qu’il n’y a pas une véritable refonte du système d’enseignement supérieur dans notre pays relativement à son administration, à ses programmes et à ses modalités de déroulement, les problèmes demeureront entiers et ne tarderont pas à se manifester une fois l’accalmie nouvelle, digérée et dépassée.. Qu’on ne s’y trompe pas, le système universitaire doit faire sa mue ou disparaître. ABSOLUMENT.

Pour cela, il faudra  à la fois une volonté politique affirmée, une prise de conscience réelle des étudiants et la mise en place d’une méthodologie pédagogique innovante qui forme des hommes nouveaux pour le futur de notre pays. GROSSE REVOLUTION s’il en faut mais absolument IRREFRAGABLE…A quand le premier jalon de cette nouvelle réalité ? Vaste question qui interpelle tout le monde…

Pour l’heure, il convient seulement de déplorer le jusqu’au boutisme des étudiants qui, malgré toutes les concessions faites, réclament à cor et à cri des sanctions exemplaires comme l’arrestation du gendarme tireur, la démission hic et nunc des ministres et la justice pour Fallou entre  autres exigences…

Ben , sur ces chapitres,  il faut quand même savoir s’arrêter un peu, là..

Pour le cas du gendarme , l’affaire ne peut être tranchée que par la Justice qui s’en est saisie et est en train de faire son travail en prenant son temps, à elle.

Sur la démission des ministres, il faut savoir raison garder et laisser à Monsieur le Président, la gestion de ses collaborateurs. Il est insupportable que des étudiants encore en formation puisent donner des oukases pour décider du sort des Ministres de la République. Cela n’est pas loin de l’outrecuidance qui n’est pas une qualité pour un futur responsable.




Concernant Fallou, il faut dire ALHAMDOULILAH…Car avec sa perte , beaucoup de vos problèmes ont été réglés. N’est ce pas ? Il est donc mort en MARTYR pour vous permettre, vous étudiants,  d’avoir tout ce qui vous a été octroyé récemment en termes de bonus. Ensuite son sacrifice, au-delà de la perte d’un être cher – n’est tout compte fait que son destin auquel il ne pouvait échapper. La mort est  en fait, la destination finale  de chacun d’entre nous. « koulou nafssine za inkhata Mawti » . «  Toute Ame goûtera à la mort ».Nous apprend le Saint Coran. La mort est l’absente la plus présente de la vie. Et elle vient et survient quand elle veut comme elle veut où elle veut, sans souvent crier gare. .Dès lors , la préoccupation de chacun d’entre nous est de souhaiter vivre sa vie et réussir sa mort. Sur ce chapitre FALLOU est pour moi UN BIENHEUREUX..Car sa mort violente, lui prédestine INCH ALLAH , le PARADIS promis par ALLAH SOUBKHANAHOU WA TAALLA aux Martyrs, ceux qui meurent pour les autres..Ensuite les « nombreux miracles » qui ont suivi sa disparition me confortent dans ma conviction qu’Il a réussi sa mort. Car avec sa perte, les étudiants ont obtenu : augmentation des bourses, diminution des prix des restaurations, équipement et augmentation des disponibilités des campus universitaires etc…Avec sa perte, ses parents ont reçu DIX millions de francs CFA de « Diakhal » , Deux billets pour le Pèlerinage à la Mecque, . Avec sa perte, son épouse et son frère y ont gagné du travail dans la fonction publique., son enfant est pris en charge par la Puissance Publique comme pupille de la Nation jusqu’à l’âge de dix huit ans ; la maison familiale va être reconstruite par un donateur. Et cerise sur le gâteau, son petit village de Pattar est sorti de l’anonymat et a reçu la visite de tout le gouvernement, le PR en tête, des leaders politiques, des Chefs religieux et de l’Etat major de la gendarmerie . N’en jetez plus…

Ce que personne n’a jamais réussi à faire avant lui. De son vivant, Il serait resté certainement un étudiant anonyme khosslouman et …probablement futur cartouchard ou ..futur chômeur. Comme quoi, les voies du seigneur sont insondables.

 

 

La Justice, ce n’est pas toujours seulement châtier les coupables, mais c’est aussi et surtout, dédommager et bien dédommager les victimes. Et sur ce chapitre,  peut –on  dire honnêtement que Justice n’a pas été rendue à Fallou SENE ? Alors Messieurs les étudiants, du calme et balle à terre. Et reprenez le chemin des amphithéâtres pour…émerger…SVP.

 

Pour terminer et au regard de tous ces « Miracles » post mortem, peut-on douter de la « Sainteté » de FALLOU ?  Assurément, Fallou est bel et bien un BIENHEUREUX…

Qu’ALLAH l’accueille dans son Paradis Firdawsi et le comble de Sa Miséricorde.AMINE.

Reposes en Paix, Fiston.

QUE DIEU NOUS GARDE ET GARDE LE SENEGAL .

 

 

 

Dakar le  03/06/2018

 

 

 

Guimba  KONATE

DAKAR

guimba.konate@gmail.com

«Situation politique…» Les nouveaux chevaliers

Depuis quelque temps, il est apparu dans notre sphère sociale et politique, de nouveaux acteurs qui se singularisent par leur démarche colérique envers le pouvoir en place et ses tenants, accusés de tous les péchés d’Israél et qu’il faut dégager vite fait pour limiter –disent-ils- les dégâts déjà considérables par eux causés, dans tous les secteurs de notre vie politique, sociale , économique, religieuse …Rien que çà..

Et pour ce faire, chacun de ces preux chevaliers se propose d’être Le Président de notre  République en 2019. Ben, tout un programme !!!




Le Hic dans toutes ces démarches des uns et des autres c’est que presque  tous ces protagonistes qui s’étranglent de rage devant l’incurie supposée ou réelle des gouvernants actuels , ont eu chacun, à un moment donné et pendant une très longue période pour certains,  à bénéficier et à profiter de ces largesses du « Prince » aujourd’hui honni, sans piper mot. Il est vrai qu’on ne peut parler la bouche pleine mais est-il aussi bienséant de  le faire après avoir avalé la bouchée ? Et c’est justement ce qui heurte dans le comportement de certains de nos nouveaux chevaliers de la vertu …

La décence et la reconnaissance du ventre recommandent de savoir garder la mesure et la raison vis-à-vis d’un bienfaiteur qui vous aura tout donné dans votre vie professionnelle et contribué à réussir votre assise sociale par des privilèges dont il est le seul dispensateur dans l’organisation actuelle de nos Etats.

En effet, tous ceux qui s’agitent aujourd’hui ont – à quelques rares exceptions près – eu à fricoter avec le pouvoir ancien et actuel et à bénéficier de ses privilèges qui n‘étaient pas toujours dûs ni mérités. Il faut le dire. CQFD

 

Sous ce rapport et sans fixation particulière, il est bon de retenir que quand on vous nomme DG de banque Nationale à à peine 29 ans ou de la plus grande société des Télécommunications du pays à moins de 35 ans et tout cela au mépris des textes statutaires de l’époque, c’est dû,  moins à vos mérites personnels qui sont indéniables certes, qu’à des accointances fortes dont la moindre ne serait pas l’ombre tutélaire d’un Papa Immense.

De même, quand on vous choisit parmi d’autres sénégalais non moins sinon plus méritants, pour diriger une mégastructure comme la CENTIF, la Douane,  l’IGE ou d’autres entités, il y’a eu quelque part, une « recommandation », un « appui » qui n’est pas neutre..Car aucun de ces postes n’a fait l’objet d’appels à candidatures ouvertes et ont été pourvus par le pouvoir discrétionnaire du Prince sur les « conseils » d’un parent protecteur bien placé .Car le Président ne connait personne. Il y’a ceux qui connaissent… qui connaissent ..qui connaissent ..jusqu’au Président. J’ai l’habitude dire à mes étudiants qu’au-delà des profils pointus qu’il faut acquérir pour soi, par une formation de haut niveau ; il est indispensable d’avoir un PLUS qui est « un bon parent bien placé » pour émerger (c’est la mode non ?) . Si le parent est bien placé et n’est pas bon, il ne vous sert à rien. S’il est bon et qu’il n’est pas bien placé dans l’appareil étatico-politico-religieux, il ne vous sert à rien. Il faut donc qu’il soit « un bon parent et bien placé » pour vous aider à « atteindre les sommets ». N’est ce pas Karim ? .Nous sommes au Sénégal, Nul ne peut accéder à certains postes de prestige sans le petit coup de pouce d’un « consigliori » de l’ombre.




Dès lors, tous ceux qui s’agitent aujourd’hui pour s’insurger contre les malversations, magouilles, ou autres pratiques répréhensibles bien ancrées chez nous , sont-ils bien fondés à le faire après en avoir bénéficié et même à en user et à en abuser durant de longues périodes dans leurs activités professionnelles, politiques ou sociales sans jamais moufter.

C’est pourquoi, Adama Gaye pose à juste raison, des questions centrales à Mr CAMARA relativement à son récent engagement de preux chevalier de la vertu . Les mêmes questionnements peuvent être adressés à presque chacun des autres zélotes de la probité candide découverte sur le tard. Car ils ont presque tous attendu d’avoir bien fait leur beurre : très bonne carrière professionnelle ou politique faite de privilèges multiples, situation sociale bien assurée et progéniture mise à l’abri du besoin par des exils dorés dans les pays développés ou des planques juteuses  dans les structures qui comptent avec l’appui « d’amis » pour,  une fois à la retraite,  se rendre compte que.. « RIEN NE VA… »  Cherchez l’élégance dans tout çà…

 

Sur ce chapitre, seuls les jeunes comme SONKO , le juge DEME ou le Capitaine DIEYE qui ont choisi de brader leur carrière pour dénoncer leur mal vivre, sont dignes d’admiration de stupéfaction ou d’incompréhension, c’est selon. Encore qu’on pourra toujours épiloguer sur leurs démarches singulières.

Pour les autres, on rappelle seulement qu’il est indécent voire indélicat de cracher dans la soupe après s’en être bien rassasié.

Tous tant qu’ils sont, ont eu l’opportunité de détenir à diverses stations, une parcelle du pouvoir qu’ils vouent aujourd’hui aux gémonies. Qu’ont-ils fait pour  le changer, ou à défaut pour l’améliorer ? RIEN..Sinon , s’en servir pour bien se servir…

 

Dès lors, leurs engagements et professions de foi clamés orbi et urbi peuvent laisser dubitatifs dans leur sincérité, leur profondeur et leur constance. Mais comme « seuls les imbéciles ne changent pas » a-t-on coutume de dire. On peut toujours  leur laisser le bénéfice de la présomption du changement véritable , à charge pour eux de nous le démontrer par leurs attitudes, leurs actes et leurs comportements futurs dans une élégance langagière pour nos chastes oreilles. Il ne sert à rien de vitupérer, de s’écrier de vilipender voire même pour certains, d’insulter, pour dénoncer…  encore moins de menacer pour intimider.

Il s’agit surtout de convaincre, de séduire par des idées novatrices et faire adhérer à une vision et à une démarche cohérente et conquérante par des propos civilisés et des attitudes raffinées.




Sur ce plan, on pourra tout reprocher à Macky SALL, sauf de manquer d’élégance, de tenue et de retenue. Durant toute la période de sa guerre avec le PDS , il ne s’est jamais départi de sa courtoisie . Jamais de gros mots, ni d’insultes, ni de philippiques ni même de dénigrements véhéments envers WADE et ses anciens amis du PDS . Tout en finesse, politesse et respect des autres.

On ne vous demande que çà Messieurs…Est ce trop ?.

Pour l’heure, au regard de ce qui nous est donné à voir, la circonspection est de rigueur.

La balle est donc dans votre camp…

QUE DIEU VOUS GARDE ET GARDE LE SENEGAL .

Guimba  KONATE

DAKAR

guimba.konate@gmail.com

«Grèves des enseignants…» Prières et suppliques

CONTRIBUTION   L’U.A. « ce machin »

Chers enseignants..

 

Je joins ma voix à celle de tous ceux qui , nombreux, ont eu à s’exprimer sur votre mouvement de colère exacerbée qui ne finit pas de révolter, d’émouvoir ou de désoler  selon les sensibilités des uns et des autres.

Je joins ma voix pour vous faire part tout d’abord, de toute mon admiration à l’endroit du corps enseignant tout entier. Car s‘il y’a une personne que j’adore en plus de mes parents biologiques , c’est bien mon Maître Monsieur NGUIRANE Djibril qui m’a enseigné en classe de CM2 à l’école Ouagou Niayes Lions des HLM.. Je ne rendrais jamais assez hommage à cet enseignant hors pair pour TOUT ce qu’il m’a donné en termes de sollicitude, d’attention , d’égards , d’éducation , de culture , de tenue, de retenue, d’amour pour la connaissance et même à l’occasion, de petits châtiments corporels bien mérités de temps à autre pour m’apprendre à souffrir de mes fautes . Ah Oui « qui aime bien châties bien » N’est ce pas ?  Il m’aura donc Tout vraiment TOUT montré et Tout donné, MOUSSE. Comme nous l’appelions. Et aujourd’hui encore, après plus de cinquante ans, je continue toujours à visiter mon vieux Maître. Que DIEU me le garde encore longtemps..AMINE…

C’est pourquoi, j’ai une admiration béate pour les enseignants, tous les enseignants pour leur sacerdoce. Enseigner est le plus beau métier du monde parce que le plus difficile et surtout… le plus utile. Inculquer le savoir et l’amour du travail bien fait dans des têtes de linotte n’est assurément pas une sinécure . On ne pourra jamais vous payer à votre juste prix car l’enseignement est un sacerdoce. C’est pourquoi d’ailleurs on parle souvent d’HONORAIRES  -juste de quoi vous HONORER –pour qualifier vos revenus.

 

Ensuite, ce n’est pas un hasard si d’après la Vulgate Coranique, l’enseignement est le métier le plus aimé de DIEU le TOUT PUISSANT . qui est en fait, le Premier Enseignant avec Son Elu et Seul élève MOUHAMED (PSL) à qui IL a enseigné la Siratal Moustakhim à travers Son Livre Sacré LE CORAN.

Son premier mot à l’adresse de son Serviteur bien aimé n’est-il pas « IKHRAH » « LIS ».. ?

Cet élève Divin devint lui-même Enseignant Emérite pour toute l’Humanité avec le Livre du Maître du monde et son comportement (Suna) à lui qu’il se chargea d’inculquer aux autres, à tous les autres comme bréviaires de la SIRATAL MOUSTAKHIM, la voie du Salut…

Tout cela pour vous dire Chers enseignants qu’à partir du moment où ALLAH SOUBKHANA HOU WATAALLA, Lui-même, vous rend hommage en vous faisant condisciples de la Meilleure des Créatures, qu’avez-vous besoin de la bave des gueux ?

 

Depuis presque trois mois sinon plus, vous vous battez pour des Droits indéniables . Vous avez montré et démontré votre force, fait admirer votre solidarité réelle, étalé votre capacité  de mobilisation et réussi à faire plier le Pouvoir qui est allé même à Canossa . Le Président de la République soi-même ne vous a-t-il pas reçus en audience studieuse pour vous écouter et vous proposer des solutions pour certaines de vos revendications tout à fait légitimes ? QUE RESTE  T-IL MAINTENANT ?

Certes, vous n’avez pas eu TOUT ce que Vous voulez et à quoi vous avez Droit mais on ne peut raisonnablement nier qu’il y a eu tout de même quelques avancées significatives. En matière de gestion de conflit social ou autre, on n’obtient JAMAIS TOUT ce qu’on veut dans les négociations du  conflit. Il y’aura toujours de part et d’autre des concessions sur des aspects du conflit qui ne pourront jamais être satisfaits hic et nunc.

Mais la sagesse commande que dès qu’il y’a des avancées notables , l’armistice doit être signé et le cesser le feu entrer en vigueur pour signifier la fin des hostilités. Qui ne sera en fait que provisoire. Car le conflit est inhérent à la vie. En effet, quand bien même on vous aurait donné TOUT ce que vous réclamiez, cette satisfaction totale ne durera que le temps qu’il faut. Toute amélioration des conditions de travail n’est perçue que pour un temps limité dans l’espace et sera remise en question assez rapidement sous les effets  des changements économiques, sociaux ou politiques qui vont intervenir dans l’espace social . C’est dire qu’on ne peut pas faire l’économie des conflits sociaux . Mais tout conflit est appelé à être dépassé …pour avancer.

C’est pourquoi, mon adresse est aussi une prière et une supplique..

En effet, Vous avez déjà gagné Chers enseignants. Tout le monde reconnaît le bien fondé de votre lutte. Vous vous êtes fait respecter. « Ken yaber toulène ». Et surtout pas ces ignorants de politiciens qui n’ont qu’injures et mépris à la bouche à votre endroit parce que pour la plupart d’entre eux, ils n’auront fréquenté qu’une seule école : L’école de la politique. Qui est la seule au Sénégal qui n’a pas besoin d’enseignant et où les plus médiocres des médiocres sont admis car il n’est point besoin de prédisposition mentale  ou de diplômes ni Bac ni DEFM ni CEPE pour y entrer. Vous croyez que ces gens là méritent votre colère ? NON…Assurément NON…Alors, De Grace, Pouvez vous mettre balle à terre et ranger les armes ? Juste pour montrer Votre Grandeur et votre sens de la responsabilité ? Un vainqueur se doit d’être GRAND .. SOYEZ GRANDS Chers amis enseignants .. et acceptez de mettre fin à votre colère légitime . C’est une supplique que je vous adresse.

Méfiez vous du vedettariat des médiats qui vous pousse à rester Intransigeants et imperméables à toutes solutions de répit proposées par certaines instances et des Autorisées de tout bord. Un chef de grève c’est comme un Chef de guerre . IL faut savoir s’arrêter, ne serait ce que pour reprendre son souffle et évaluer ce qui est acquis.

Le jusq’au boutisme guerrier n’est jamais payant car on ne pousse pas à bout un Etat. Quand l’Etat est acculé, dos au mur, sa réaction devient brutale et risque de faire mal, très mal.

DIEU nous en garde.

L’Etat n’est pas non plus pour vous, un ennemi à abattre  c’est même plutôt, en plus d’être votre employeur, Votre PARTENAIRE avec qui Vous êtes obligés de composer. Alors…

SOYEZ RAISONNABLES..AVOIR RAISON SANS ETRE RAISONNABLE N’EST PAS CONCEVABLE NI RESPONSABLE . Sinon, vous risquez d’être les complices involontaires de ceux qui œuvrent insidieusement pour la liquidation de l’école publique qui les a pourtant Tous formés, du moins pour ceux qui ont eu la chance de la fréquenter.

 

Chers Enseignants, Vous êtes déjà bénis par DIEU, refusez de vous faire salir par ceux là qui ne se complaisent que dans le pancrace, les philippiques, la coprolalie et la pyromanie institutionnelle… RESTEZ GRANDS et de Grâce…Faites Vous violence et…REPRENEZ LA CRAIE. SVP. Je vous en supplie…à genoux..

MERCI POUR TOUT ET QUE DIEU VOUS GARDE ET GARDE LE SENEGAL .

 

 Dakar le  27/04/2018

Guimba  KONATE

DAKAR

guimba.konate@gmail.com

Contribution: «Rapport ARMP 2017…» De l’audit… Des audits

La publication du rapport 2017 de l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP) n’en finit pas de faire des vagues. Entre indignations et sentences populaires des uns, démentis véhéments et scandalisés des autres c’est selon, il y’en a pour tous les goûts et sur tous les tons.

Pour notre part, il nous donne l’opportunité de partager quelques remarques sur l’audit et les audits.

 

Tout d’abord c’est quoi un AUDIT ? Beaucoup en parlent sans savoir véritablement de quoi il s’agit.

L’AUDIT est un acte de management qui,  par une analyse objective d’une situation de l’entreprise, doit permettre de vérifier la régularité des procédures , des règles et des dispositions de gestion , l’adéquation entre les objectifs fixés et les résultats obtenus .

A la différence du CONTROLE qui est une fonction essentielle et PERMANENTE dans la vie d’un système,  l’Audit est PONCTUEL et s’intéresse certes au contrôle mais ne le fait pas. L’audit a une durée limitée dans le temps aussi bien pour son déroulement qui ne doit pas excéder généralement trois semaines sauf dans des cas spécifiques (très grosses entreprises par exemple ) que pour la période concernée par l’audit qui dépasse rarement les cinq ans.

L’AUDIT ne se substitue pas à la Hiérarchie et ne juge pas. C’est ce qu’a dit à juste titre le DG de l’ARMP pour faire le distinguo entre sa structure et les corps de contrôle de l’Etat comme l’Inspection Générale d’Etat (IGE) et la cour des comptes par exemple.




En fait , c’est le glissement sémantique populaire qui a fait apparaître l’audit comme étant une sorte d’inquisition avec des réquisitoires souvent violents contre les audités pour mieux les confondre..  Au point que dès qu’on parle d’audit tout le monde s’attend à  voir des cafards et autres « dialgatis » mis à nu pour s’en indigner et demander  hic et nunc des sanctions exemplaires.

En réalité, l’AUDIT, est une méthode d’observation de l’organisation d’une entreprise qui cherche à identifier les éléments significatifs de son fonctionnement  en les rapportant à un cadre de référence convenu.

Son objectif principal n’est pas de fouiner pour trouver coûte que coûte des « cafards » mais plutôt d’aider l’entreprise à se perfectionner sur tous les plans de la gestion , en préconisant des solutions correctives à certains manquements ou insuffisances constatés.

Ensuite , il faut noter qu’il existe trois (3) formes d’audit :

L’audit de régularité : pour voir si les règles édictées sont appliquées convenablement. C’est ce que fait l’ARMP qui va s’assurer si les règles en matière de passation des marchés publics ont été respectées comme il se doit par les structures ciblées.

L’audit d’efficacité : pour apprécier le fonctionnement des dispositions arrêtées et voir si les règles édictées sont bonnes et cohérentes. C’est un peu ce qui est arrivé à l’ARMP pour nécessiter la modification –tant décriée- de certaines dispositions du code des marchés publics pour rechercher une plus grande efficience dans ce domaine.

L’audit de management : pour voir si les règles édictées sont adaptées et ensuite si elles sont bien respectées . Règles financières, comptables, juridiques, informatiques, GRH, de production ( techniques ) ; règles commerciales etc….

 

Le déroulement pratique de toute forme d’audit – au-delà de quelques variantes mineures-se fait  généralement en trois phases .

PHASE 1 /  L’Enquête Préliminaire :  Premiers questionnements basés sur des entretiens et des recherches documentaires , l’Enquête  Préliminaire permet à l’Auditeur de disposer d’éléments pour reformuler  les problèmes, faire un premier DIAGNOSTIC à partir duquel il  peut déjà identifier les actes d’actions prioritaires et commencer à élaborer les PLANS D’ACTION correspondants  pour ETABLIR UN PROGRAMME DE VERIFICATION

qui sera la deuxième phase  du déroulement de l’Audit 

PHASE 2 / L’Enquête proprement dite . C’est tout un programme de vérifications sur le terrain . UN VERITABLE TRAVAIL DE FOURMI. Il s’agira pour l’auditeur  de procéder à des entretiens directs et indirects d’agents concernés, à une analyse approfondie des divers documents disponibles, à la vérification du contrôle interne dans son existence, son fonctionnement , sa pertinence etc… En la matière, la règle d’or pour l’Auditeur est  de VALORISER  ses audités.

En effet, l’Auditeur n’est pas là pour  alimenter  en « munitions » les protagonistes des guerres « crypto-personnelles » ni à rechercher vaille que vaille des coupables mais pour aider à améliorer l’efficacité de l’Entreprise .

Aussi Toute mission d’AUDIT ACCEPTEE doit aboutir à des RESULTATS TANGIBLES

sous forme de RAPPORT D’AUDIT qui sera la Troisième phase  du déroulement de l’Audit

PHASE 3 / LE RAPPORT D’AUDIT . C’ est un document qui récapitule les constats faits  à l’issue des enquêtes  menées, les analyses auxquelles l’Auditeur a abouti et qui présente   un PLAN d’ACTIONS qui  reformule les problèmes, amorce des solutions  et propose des moyens d’actions pour corriger les dysfonctionnements relevés..

 Contrairement à ce que pensent certains, en général, les observations, remarques et autres justifications des audités sont recueillies et sont commentées ou annotées par l’auditeur au fur et à mesure de l’élaboration du rapport d’audit et non pas à la fin de la rédaction du document. Aussi, est-il assez étonnant d’entendre des audités se plaindre de n’avoir pas reçu le rapport final pour y apporter leurs correctifs. C’est  une bien mauvaise foi qui est …de bonne guerre pour se dédouaner ou se « victimiser ».




Le RAPPORT d’AUDIT est ensuite remis au « Client  » c’est-à-dire au commanditaire de l’audit et dans le cas d’espèce au Président de la République, destinataire de tous les rapports d’audit des corps de contrôle de l’Etat. Ce dernier doit  en principe, le diffuser  ( les résultats d’un AUDIT font généralement l’objet de diffusion )  mais est LIBRE de suivre ou non  les recommandations contenues dans le rapport notamment les propositions de sanction quant à leur effectivité .  Cette liberté d’option fait partie de ses pouvoirs régaliens que lui confère son statut de clé de voûte de nos Institutions. Il faut que les gens comprennent cela et arrêtent de faire des injonctions pour « lever le coude » sur certains dossiers. Expression  d’ailleurs impropre. « Lever le coude », en bon français veut dire «se saouler la gueule,  boire plus que de raison» . Dans le cas d’espèce, il serait plus indiqué de dire « sortir les dossiers mis sous le coude «  par exemple…Passons… .

Maintenant qu’on en sait un peu plus sur l’Audit de manière générale qu’en est-il des Audits au Sénégal ?

Les audits au Sénégal  se suivent et se ressemblent. Ils donnent toujours lieu à des documents produits  par les corps de contrôle habilités et qui souffrent de quelques tares rédhibitoires.

Ils ne sont pas toujours PUBLIES. Cette confidentialité organisée donne libre cours à des élucubrations et autres interprétations souvent très fantaisistes assez loin de la réalité. Le manque ou la rétention d’informations alimente la rumeur qui enfle, qui enfle qui enfle…et qui ne s’arrêtera que lorsque la diffusion des rapports d’audit deviendra une pratique républicaine systématique. CQFD

Ensuite, ces audits relèvent presque toujours des manquements liés à la bonne gouvernance de nos entreprises et structures incriminées et qui ont noms : non respect sinon violation flagrante des procédures en vigueur, gabegie, détournements divers de numéraires, d’objectifs, recrutements népotiques etc…par les responsables épinglés qui, pour la plupart ne sont jamais inquiétés par l’Autorité Suprême. Et pour cause !!! C’est lui qui les a nommés et qui les a sommés de « faire de la politique » pour « massifier le parti » avec les moyens financiers de leur structure, mis à leur disposition. Tant que cette logique de positionnement politique demeurera la pierre angulaire des nominations à des postes de responsabilité de haut niveau à la tête de nos entreprises et structures publiques et para publiques, il ne faut pas s’étonner de vivre régulièrement des scandales récurrents dans la gestion desdites structures. On peut comprendre que la froide logique politique impose de placer « ses hommes » à la tête des grandes entreprises mais encore faudrait-il qu’ils aient le profil de l’emploi. Ce qui n’est pas toujours le cas pour certains d’entre eux qui ont fini de convaincre de leurs limites objectives dans le management de haut niveau.

Certes, l’idéal aurait été de disposer de politiques ayant le niveau requis à la tête des entités concernées. Mais tant que l’appartenance politique reste le critère le plus important au détriment du profil de l’emploi, nos DG politiques ont encore de beaux jours devant eux pour perpétuer impunément les scandales et autres « hauts faits d’armes » dans leur magistère. Comme on en voit tous les jours au Sénégal.

Il est quand même remarquable de voir de beaucoup de VIP n’entrent en politique qu’une fois nommées à des postes de haut niveau (Ministre ou DG) pour disposer des moyens financiers conséquents comme « armes de guerre » politiques. Pourtant,  le mélange des genres -politique et manager- ne fait pas toujours bon ménage.

Les entreprises et structures les plus performantes dans ce pays (SONATEL, Banques ..) sont celles qui sont confiées à des leaders charismatiques dont l’étiquette politique si elle existe, n’est pas trop visible ni bruyante comme ce qu’il nous est donné de voir avec nos DG politiques actuels.

Etre distingué par le Président de la République pour être nommé à un poste de DG est, certes un grand mérite . Aussi, nos DG propulsés se doivent de tout faire pour légitimer cette distinction en travaillant bien par « une gestion sobre et vertueuse » des structures à eux, confiées. Pour ce faire, il n’est jamais de trop pour certains d’entre eux,  plutôt que de se complaire dans la posture jouissive de leur station de DG, d’accepter de se recycler pour se mettre à niveau et combler leurs lacunes éventuelles dans le management des hommes et des structures. Un DG qui se respecte doit pouvoir lire et comprendre un budget d’entreprise entre autres, par exemple. Et pour cela, les séminaires thématiques, résidentiels et autres, foisonnent dans le pays et ne demandent qu’à les accueillir pour les formater à mieux assumer leurs hautes charges. Simples questions de volonté et de responsabilité personnelles

Sinon, encore et toujours, « bonjour les dégâts »….

 

 

DIEU NOUS GARDE ET GARDE LE SENEGAL .

 

 

 

Dakar le  27/03/2018

 

 

 

Guimba  KONATE

DAKAR

guimba.konate@gmail.com

Contribution: « Vous faites tout pour vous faire violer »: Merci Professeur !

Pour avoir osé affirmé dans une émission de « Jakarloo » que « les femmes font tout pour se faire violer », le professeur Songhe DIOUF que je salue au passage ,  fait l’objet d’attaques incroyables d’avocats du Diable prompts à se rallier à la meute bien « bienpensante » pour se donner bonne conscience et apparaître comme de preux chevaliers de la gente féminine..Quelle filouterie !!!

Pourtant, ce que dit le Professeur, sans être entièrement vrai, n’est pas totalement FAUX.

Et il faut vraiment être de mauvaise foi ou être un adepte de la tortuosité intellectuelle pour ne pas l’admettre.  Suivez..

Le viol est un acte abject totalement condamnable et INEXCUSABLE..CERTES…

Mais le viol , au delà des perversions psychiques de certains individus est très souvent le corollaire d’un désir sexuel mal assouvi. L’homme étant par nature, un animal sexuel, sa libido se manifeste à la vue d’une belle femme. Et DIEU sait qu’il y en a . OH Comme elles savent être belles nos femmes. ALHAMDOULILAH…Justement, parce qu’elles sont belles, très belles que nos femmes devraient éviter d’en rajouter pour ne pas réveiller le démon qui sommeille en tout homme normalement constitué. Or que voyons nous ?

Des femmes qui donnent l’impression , de ne vivre et exister que pour le SEXE..Tout en elles sent la sexualité poussée à l’extrême. De l’habillement j’allais dire plutôt de la nudité habillée à la démarche lascive en passant par les mimiques genre « ragajou, lamsal et autres gestuelles suggestives , tout tourne autour de l’attirance du MALE…Nos femmes sont passées maîtresses dans l’art de séduire-non plutôt d’exciter, les hommes. Sur ce chapitre la sénégalaise est IMBATTABLE INIMITABLE ET INEGALABLE .. Il faut les voir se dandinant lascivement dans les rues de nos villes avec des tenues aussi affriolantes les unes que les autres, qui ne laissent rien ignorer de leur anatomie atomique si elles ne les mettent pas carrément en valeur absolue comme arme de séduction massive, pour admettre que vraiment elles savent s’y prendre nos femmes pour émoustiller les Hommes. Car ne nous y méprenons pas tous ces artifices n’ont qu’un seul objectif, séduire et exciter les Hommes.

Devant de telles provocations permanentes quotidiennes et littéralement agressives faut-il s’étonner de voir des esprits détraqués s’en prendre à elles pour les violer ? il faut se poser la question froidement et non obéir à l’émotion ou vouloir jouer le bon samaritain pour ne pas y voir la grande part de responsabilité de beaucoup de nos femmes dans ce qui leur arrive souvent en termes d’agression sexuelle.

Le premier sens du désir est la vue. Alors, il faut éviter d’étaler impudiquement ses atours pour éviter d’enrager les Males en rut. Les femmes occidentales qui vous servent de repères ou de références paient le prix fort de leur dévergondage vestimentaire et comportemental avec des viols en série sans commune mesure .Et pire, leurs attitudes « libertaires » ont été à la base du développement des déviances comme l’homosexualité, le lesbianisme et autres LGBT dans ces pays. Ah oui, quand la femme à force de s’exposer impudiquement n’excite plus, on va chercher autre chose de plus piquant . C’est ce qui est arrivé aux sociétés occidentales. Dieu nous  gardes d’en arriver là .

Certes, l’éternel féminin prédomine chez chaque femme mais cela doit-il pousser celle-ci à déifier son corps pour en faire une machine de séduction massive qui martyrise les Hommes à longueur de journée sans répit, ni pudeur ni retenue… ? C’est pourquoi, n’étant pas un adepte d’un quelconque psittacisme, je dis MERCI PROFESSEUR d’avoir dit ce que Monsieur tout le monde pense tout bas,  n’en déplaise aux « chevaliers de la vertu » de la vingt cinquième heure » qui, au-delà des effets de manches en public, n’en pensent pas moins mezza voce. Nous sommes au Sénégal , un pays où la parole publique reflète rarement la pensée profonde..Passons.

L’accoutrement outrancier voire impudique de nos dames, leur port altier et leur féminité chevillée au corps n’excusent nullement le VIOL qui encore une fois est une ABJECTION IMPARDONNABLE. Mais qu’on se le dise, nos dames aussi se doivent de ne pas trop provoquer le Diable. Vouloir être belle à tout prix ne vaut pas d’élever la dépigmentation au rang de religion au point qu’il devient de plus en plu rare de trouver une femme au teint naturel dans nos grandes villes. Toutes « khessalisées » avec des peaux lustrées multicolores, parsemées de plaques , de croutes ou autres dermatoses évoluant toujours en prurit  cutané. Regardez nos présentatrices TELE, elles sont TOUTES devenues « BLANCHES » Quelle misère…

Vouloir être belle à tout prix  ne vaut pas cette épidémie de « cheveux naturels » qui a fini de contaminer toutes nos femmes et de les transformer en « négresses vertes » esclaves d’un mimétisme risible de la femme blanche avec ses gestes puérils de redressement capillaire factice faits de petits coups de tête et de doigts dans les cheveux intempestifs .RISIBLE…

Le complexe de la blanche avec ses cheveux lisses a fini de rendre nos femmes dénaturées et ridicules. Tant qu’à faire, autant aller épouser une blanche authentique plutôt qu’un succédané d’africaine au teint « jaunâtre » et aux «cheveux naturels postiches», pâle copie non certifiée conforme de la toubab.. TRISTE…

Vouloir être belle à tout prix ne vaut pas de troquer tout son habillement national pourtant bien mis en valeur par nos talentueux stylistes à base de wax , de camisoles, de béthios hautement suggestifs, de donkettes et autres robes « grand-mère » par une garde robe de pantalons, de vestons, chemisettes et autres body, strings  et leggings pour la plupart très obscènes et inappropriés à votre morphologie naturelle faite de rondeurs aux bons endroits que Nous apprécions tant. MaCHALLAH…

NON !!! MILLE FOIS NON !!! REVENEZ A VOUS MESDAMES . REVENEZ NOUS…

REDEVENEZ DES SENEGALAISES NOIRES, BELLES, AU TEINT NATUREL,AUX CHEVEUX NATTES PAR DES TRESSES savamment entrelacées et  arborant des donkettes nationales suggestives et pudiques et nous vous en aimerons encore plus et mieux.

 

 

DIEU VOUS GARDE, NOUS GARDE ET GARDE LE SENEGAL .

 

 Dakar le  11/03/2018

Guimba  KONATE

DAKAR

guimba.konate@gmail.com

Contribution: Objections ! Monsieur le commissaire. Objections !

CONTRIBUTION   L’U.A. « ce machin »

Monsieur le Commissaire…   J’ai lu avec beaucoup de plaisir mêlé d’admiration votre adresse à Monsieur le Président de la République sur divers manquements que vous avez relevés dans sa gouvernance du pays. Je voudrais vous féliciter pour la qualité de l’écriture et la maîtrise de la langue française qui transparaît dans votre article. Vous connaissant pour avoir partagé avec vous, la classe de CM2 à l’école Ouagou Niayes LIONS des HLM1 dans les années soixante sous la férule de Monsieur Djibril NGUIRANE , ce Maitre hors pair qui nous a inculqué l’amour du travail, des études et du bon français depuis cette époque, je ne suis pas trop surpris de votre plume. C’est le lieu de rendre encore hommage à cet enseignant émérite  et véritable éducateur : Merci MONSIEUR . Cela dit Commissaire, je n’enlèverai rien de votre réquisitoire qui a le mérite de traduire vos sentiments personnels et qui, tout compte fait  sans refléter la vérité absolue , n’est néanmoins pas  trop loin de la réalité que nous vivons. Toutefois, sans être un lycaon ni un répondeur automatique auxquels vous faites allusion dans votre texte et qui « ne tarderaient pas à foncer sur vous pour vous déchiqueter » (sic), je voudrais, en toute amitié et dans un esprit de partage d’idées vous faire part de mes objections.

OUI. OBJECTIONS ! MONSIEUR LE COMMISSAIRE. OBJECTIONS !… Tout d’abord, sans être un partisan zélé du Président de la République, Je ne partage pas du tout le qualificatif d’HOMME FAIBLE que vous vouliez lui coller. J’ai connu Macky SALL quand il était Premier Ministre et j’étais Conseiller Technique N°1 du Ministre de la Communication, des Postes et des Télécommunications de 2004 à 2014. Pour les quelques réunions interministérielles auxquelles j’ai eu l’occasion de participer, Je puis vous assurer que l’Homme a une autorité naturelle qui faisait qu’aucun de ses ministres de l’époque ne pouvait le regarder droit dans les yeux. Ce n’est pas pour rien d’ailleurs, qu’on l’affublait du surnom de NIANGAL qui n’était pas du tout usurpé. Ensuite vous avez certainement entendu l’anecdote selon laquelle Idrissa SECK alors Premier qui, le présentant à quelqu’un, aurait déclaré « mon ministre de l’Intérieur » et sa réponse sèche « je ne suis pas votre ministre, je suis un ministre de la République du Sénégal ». Ou encore sa réplique ferme à Barack  Obama sur l’Homosexualité etc… Des passes d’armes qui dénotent une personnalité trempée de l’Homme. Passons. Cet homme qui –pour maîtriser son parti- a réussi après les avoir affrontés, à dompter un grand trublion avec une sucette de Ministre d’Etat, à scotcher un fougueux rebelle « actionnaire majoritaire du parti » dans un rôle d’arbitre virtuel et à tenir en longue laisse africaine un bouledogue politique –ne suivez pas mon regard- entre autres faits d’armes, n’est pas UN FAIBLE. Loin s’en faut… Qu’il ait failli –encore faudrait-il relativiser ce jugement. Le mandat n’étant pas encore arrivé à terme pour qu’on en tire tout le bilan- il ne peut de mon point de vue, être tenu pour SEUL responsable de tous les manquements constatés et être affligé de tous les péchés d’Israël.  Et pour cause… Macky SALL n’est pas un MESSIE . Il est juste le Président ordinaire d’un pays appelé LE SENEGAL..Un pays singulier où certains, simples mortels, poussière animée, s’offusquent d‘être qualifiés «d’ordinaires». Seul DIEU est EXTRAORDINAIRE, Messieurs du Sénégal. On peut être animé des meilleures intentions et avoir les meilleures résolutions du monde pour bien faire mais on fait face à des pesanteurs et autres impondérables qu’on ne maîtrise pas toujours. Certes, Macky SALL a promis moult choses qu’il n’a pu ou voulu faire. C’est selon. Mais est-ce sa faute à lui SEUL? Je ne le pense pas. Nous tous et chacun avons à mon avis , notre part de responsabilité et une grande part même, dans tout ce qui se passe dans notre pays. Le Sénégal est un pays bizarre, une sorte de Mammouth englué dans des habitudes sclérosées qu’il est très très difficile de faire bouger. C’est pourquoi sans vouloir absoudre Macky SALL, il me semble que nous devons nous aussi ,sénégalais faire notre introspection pour changer, pour avancer, pour EMERGER tout simplement.  

Le  Sénégal ? Un pays où le patriotisme fait défaut. Macky SALL est né au Sénégal , a grandi au Sénégal , a étudié au Sénégal, a travaillé au Sénégal et dont tous les enfants sont au Sénégal. Sous ce rapport, c’est donc un sénégalais patriote. Ceux, parmi ses collaborateurs, thuriféraires , laudateurs et autres contempteurs qui peuvent en dire autant, ne sont pas légion. Tous tant qu’ils sont, du moins la grande majorité d’entre eux, petits parvenus en  politique ou dans les affaires  s’empressent de faire évoluer leurs enfants dans les grands pays étrangers au motif que « Sénégal Woroul ». Combien sont-ils qui vont faire accoucher leurs épouses dans les cliniques occidentales pour faire bénéficier leurs enfants de la nationalité des pays d’accueil ?  Macky Sall n’est pas dupe ,il sait..    

Le Sénégal ? Un pays où on vit de politique. Certains et ils sont nombreux dans ce pays n’ont jamais travaillé dans leur vie . « Politique rek » …Macky le sait .C’est pourquoi contrairement à Wade qui s’est aliéné tous ses anciens collaborateurs de Dansokho à Macky en passant par Niasse et Idy , Lui,  il les a tous factorisés, à l’exception de Idy. Dansokho est Ministre d’Etat . Niasse voulait entendre du « M. Le Président » ? Il est devenu Président de l’assemblée Nationale. Tanor voulait être Président ? Il devient Président du HCCT. Jusqu’à Feu Djibo KA qui aura été Président d’un « Machin » avec caisse d’avances et avantages multiples et protocolaires. On ne parle pas la bouche pleine. Comme çà, lui Macky est tranquille pour son PSE. Qui fait mieux ?

Le Sénégal ? Un pays de « Ndioublang » où tout est bon pour arriver à ses fins au mépris de l’éthique, de la Loi, de la morale et de la bienséance tout simplement. Le sénégalais est passé maître dans l’art de tromper son monde . Le petit mécanicien à qui vous faites confiance pour réparer votre voiture, vous taxera des faux frais relatifs à des pièces qu’il aurait changées. Le maçon qui construit, itou. Etc..Bref, tout le monde « marche » sur tout le monde . Et pire, s’en gargarise : « sama dofbi, raye nako ».  

Le Sénégal ? Un pays de manœuvriers sans foi ni loi. Où les gens sont de véritables virtuoses du trafic d’influence, du mensonge et de la délation pour arriver à leurs fins. On ment sur tout et de tout: sur son CV, ses diplômes, sa carrière, ses filiations etc…. On dénigre allégrement son semblable pour des dessins mesquins et sans vergogne surtout dans le monde politique. Un exemple ? L’honorable député SONKO évente un deal de 10 millions CFA par député concocté par l’Assemblée Nationale sur le dos du peuple et toute la camarilla des Honorables lui tombe dessus à bras raccourcis avec force dénégations ridicules. Même le dernier des ignorants sait que cette affaire là est vraie. Comment SONKO peut-il savoir cela lui, le néophyte de l’hémicycle si cela n’existait pas ? Voyez aussi le spectacle pitoyable de la transhumance qui ne fait plus rire personne dans ce pays. C’est pourquoi, j’ai une «admiration béate» pour les politiciens. « Dema leene fan koi ». Ils sont trop forts. Des gens capables d’avaler leur vomi sans sourciller, voire avec délectation.. Parjures invétérés et adeptes du «wakh wakhète» et de l’aporie qui se haïssent cordialement et se lancent des philippiques et autres joyeusetés à longueur de temps. Jamais de rapports civilisés  entre eux, rien que des propos acerbes, des pancraces et autres insanités « dagassantés » rek.  Des gens qui acceptent de voir étaler leur vie privée et rester stoïques devant les injures, les calomnies les plus viles sur leur personne, leur famille. Injures proférées par des personnes qui, n’eut été la politique et en temps normal n’oseraient même pas regarder dans la même direction que vous, à fortiori vous regarder dans les yeux. Et qui, comble du comble, au détour d’un deuil, (n’est ce pas Bamba Fall , tu quoque?), s’acoquinent sans vergogne avec leur « ennemi intime » pour « travailler ensemble ». TCHEUM !!! NON Ils sont vraiment TROP FORTS .  « Ay nganda lagnou la wakh » . Il faut être vraiment politicien pour le faire !!! Et çà Macky ne l’a pas inventé . Il l’a trouvé ici dans nos gènes et en bon stratège, s’en sert. Car il sait que « Gagni guemougnou dara ».Ils n’ont aucune conviction dans leur engagement politique. C’est tout.  

Le Sénégal ? un pays où on ne respecte aucunement l’Autorité. Farba Ngom n’est pas isolé dans son cas. J’ai été sidéré et profondément meurtri de voir un député marabout s’en prendre vertement au ministre de l’assainissement à l’Assemblée nationale sans être rappelé à l’ordre ni par le Président de l’Assemblée ni par celui du groupe parlementaire. C’est cela le Sénégal , on fait l’autruche devant des faits gravissimes quand il faut réagir fermement. Et Penda MBOW qui vient aussi – paraît-il- d’en rajouter une couche avec son intrusion violente à la police des HLM. En attendant le prochain quidam? Même les vrais et bons Marabouts n’osent plus remonter les bretelles à leurs talibés. Ils ont opté de se calfeutrer dans le confort douillet de leur retraite spirituelle ou Khalwa pour  mieux adorer la Face du Seigneur. Laissant ainsi leurs ouailles entre les fourches caudines des gourous et autres sectes bizarroïdes qui les transforment en zélotes ignares, grognards , soudards, trop zélés et si prompts au sacrilège ou au blasphème. Tout le monde se tait et on laisse faire. Triste tout çà…Macky Sall le sait.  

Le Sénégal ? Un pays où on ne travaille pas assez.  Le sénégalais, excellent travailleur quand il est émigré , devient sybarite dans son pays, hédoniste et partisan du moindre effort. On ne travaille pas, pas assez et surtout pas bien pour prétendre au développement. Macky le sait et l’a dit avec raison. Il y’a soixante ans à l’aube des indépendances DAKAR était la capitale de l’AOF et à ce titre, abritait toutes les infrastructures les plus structurantes de la sous région (industries, gares, Port, Aéroport, Administration etc..) . EN 2018, la plupart de ces infrastructures sont tombées en désuétude si elles n’ont pas été tout simplement détruites pour défaut d’entretien et de renouvellement. Au même moment des pays de l’hinterland complètement démunis, travaillent d’arrache- pied pour s’équiper sur tous les plans. Si l’on consentait à consacrer le centième de la formidable énergie déployée lors des Magal, Gamou et autres Ziarras pour travailler sérieusement dans les divers secteurs de la production, ce pays aurait pris son envol depuis belle lurette. WALA ?  

Le Sénégal ? Un pays où les gens sont adeptes du « contournement , de la courte échelle, et de la « laudation» pour parvenir à leurs fins. Ils sont nombreux ,très nombreux, les sénégalais qui passent  toute leur vie à adhérer à des mouvements, structures, partis ou associations sans aucune conviction juste par opportunisme pour avoir « leur part du gâteau » . Ils ne croient en rien si ce n’est qu’en leur ventre et leur bas ventre. Et ce sont souvent les plus bruyants et les plus remuants en termes d’agitations. Ils occupent l’espace médiatique jusqu’à la pollution. Experts en tout et connaisseurs en rien , ils « portent presse » et intimident leur monde par leur verve, leur culot et surtout par leur morgue pour se faire remarquer et …remorquer vers là, où l’herbe est plus grasse. On sait..  

Le Sénégal ? Un pays de «thiakhaneries» et de mendiants. Quand LEO- poête affublait Maître Wade du sobriquet de « thiakhaneries de Ndiombor» tout le monde se gaussait de son humour caustique. Force est de constater qu’aujourd’hui ,c’est tout le pays qui est devenu un pays de «thiakhane ». On chante, on danse à tout va…Au point que l’imaginaire populaire a tourné en dérision le système scolaire LMD (Licence –Master-Doctorat) en LMD (Lutte-Musique-Danse) . C’est dire…Dans ce pays tout est prétexte à la danse, aux chants , à la fête. On nous disait qu’il y’avait plus de Gamou, Magals et autres Ziarras que les jours de l’année. Mais on ne peut pas dire combien de soirées festives, anniversaires et autres grands et petits bals se tiennent au Sénégal , dans une année ,tellement le nombre est astronomique.!!! Et que dire de la propension à la mendicité éhontée qui fait florès dans ce pays ? Tout le monde demande, quémande : « Mayema » « Diokhma » « Dara amoul » « dimbalima » « japalema » Rek…Et si d’aventure par commisération, on donne une fois, l’assisté se croit en droit de prendre un abonnement pour faire pérenniser cette donation et revient constamment à la charge.  Une véritable mentalité de sangsues-parasites qui a fini de métastaser toute la société sénégalaise. A croire que certains doivent travailler pour d’autres. Çà aussi Macky  le sait.    

Le Sénégal ? Un pays adepte des ferrailleries et autres pacotilles volées. Partout, on étale à la vente, en occupant toutes les artères de la ville, des marchandises et accessoires ( bouteilles de gaz, jantes, garnitures etc..) dont la nature volée ne fait aucun doute. Et tout le monde achète. C’est pourquoi, les voleurs et autres cambrioleurs ont encore de beaux jours devant eux, tant que durera cette situation de recel formalisée et tolérée. Essayez d’y mettre de l’ordre et les Fatwas indignés vont vous tomber dessus comme pas possible !!! C’est çà le Sénégal et Macky le sait.   Vous voyez Commissaire, au regard de toutes les tares que nous trainons dans notre pays – et la liste n’est pas exhaustive- peut-on honnêtement dire que c’est Macky SALL qui en est RESPONSABLE ? ET Surtout SEUL ? Je ne le pense pas. Nous tous et chaque sénégalais, Vous Commissaire comme Moi comme tous les autres avons notre part de responsabilité dans l’état de déliquescence de notre pays. Il nous faut à tous et à chacun d’entre nous, un VERITABLE SURSAUT INDIVIDUEL sur nous-mêmes et au niveau national pour développer notre pays. Cela passera par des résolutions déchirantes, difficiles, dures mais salutaires  dont les moindres ne sont pas la culture du  civisme, le culte du patriotisme, le sens du bien public, le respect de l’Autorité sous toutes ses formes et l’ardeur au travail et au travail bien fait. DIEU NE CHANGE PAS LE DESTIN D’UN PAYS dont les habitants eux-mêmes ne changent pas.. Qui parlait de REDEMPTION POUR LE SENEGAL ? Merci Kane Cissé…  

Que DIEU VOUS GARDE, NOUS GARDE ET GARDE LE SENEGAL .      

Dakar le  18/02/2018      

Guimba  KONATE DAKAR guimba.konate@gmail.com

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR