Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

Hcct

HCCT: Aminata Mbengue Ndiaye héritera-t-elle tout de Tanor ?

YERIMPOST.COM Suite au rappel à Dieu d’Ousmane Tanor Dieng, sa succession à la tête du Parti socialiste et à la tête du Haut conseil des collectivités territoriales (HCCT) suscite les convoitises. Déjà, Aminata Mbengue Ndiaye se signale en pôle position. Des sources du journal L’As confient que le chef de l’Etat a donné son accord de principe pour le maintien d’un socialiste à la tête de l’institution. D’ailleurs, souligne le quotidien, il est fort à parier que, dans les prochains jours, le président Macky Sall procède à un réaménagement de son gouvernement pour trouver un remplaçant à l’actuelle ministre de la Pêche et de l’Economie maritime. Le nom de Gorgui Ciss est supputé dans les chaumières socialistes pour relayer Aminata Mbengue Ndiaye qui fonce droit vers  le HCCT.

HCCT: Tanor souhaitait quitter ses fonctions

YERIMPOST.COM Ousmane Tanor Dieng savait que son état de santé ne lui permettait plus d’être à la tête du Haut Conseil des Collectivités Locales. Ainsi, il avait souhaité se retirer, confie un camarade socialiste parti lui rendre visite en France.

« Physiquement, je ne me sens plus à même diriger le Haut conseil des collectivités territoriales, eu égard à mon état de santé. C’est pourquoi, une fois de retour au Sénégal, je démissionnerai de mes fonctions », avait dit Tanor à ce haut responsable.

Un vœu que le bon Dieu a exaucé avec le repos éternel de son âme.

 

HCCT: Le dernier souhait non réalisé d’OTD

YERIMPOST.COM  A un proche collaborateur qui s’était rendu à Paris pour lui rendre visite, Ousmane Tanor Dieng s’était confié. Le défunt secrétaire général du Parti socialiste, nous dit Source A, ne se sentait plus en mesure de diriger le Haut conseil des collectivités territoriales (HCCT) et avait pris la décision de poser sa démission. « Une fois au Sénégal, je démissionnerai de mes fonctions parce que, physiquement, je ne me sens plus à même de diriger cette institution », confessait Tanor à ce collaborateur cité par ledit journal. Hélas, la mort ne lui a pas laissé le temps d’accomplir ce souhait, Ousmane Tanor Dieng a rendu l’âme tôt dans la matinée du lundi 15 juillet à Paris.

Ousmane Tanor Dieng se retire en France pour se soigner

YERIMPOST.COM Son absence lors du défilé du 4 avril dernier avait fait jaser. Pendant que les uns racontaient que le protocole présidentiel avait refusé l’accès à la tribune officielle au président du Haut conseil des collectivités territoriales arrivé sur les lieux après le chef de l’Etat, d’autres disaient qu’il n’avait pas fait le déplacement du fait qu’il était alité. Plusieurs jours plus tard, le temps semble donner raison aux seconds. A en croire Les Echos, Ousmane Tanor Dieng est présentement en France pour des soins. Le coup de fatigue dont semblait souffrir le secrétaire général du Parti socialiste est bien plus aigu. Prompt rétablissement à Tanor.

4 avril: Pourquoi Ousmane Tanor Dieng n’était pas de la partie ?

YERIMPOST.COM Une absence a suscité moult interrogations, laissant place aux rumeurs les plus folles lors du défilé du 4 avril à la place de la Nation. Le président du Haut conseil des collectivités territoriales (HCCT) n’était pas à la tribune des officiels aux côtés de Niasse, président de l’Assemblée nationale et d’Aminata Tall du Conseil économique, social et environnemental (CESE). Ousmane Tanor Dieng est arrivé après que le président de la République s’est installé avec ses hôtes, d’où l’interdiction à lui faite d’accéder à la tribune, se sont empressés de raconter certains. Pour d’autres, cette information est totalement erronée, puisque Tanor n’a même pas effectué le déplacement pour cause de maladie. Le président du HCCT serait même hospitalisé dans une structure sanitaire.

HCCT: Qu’est-ce qui a fait démissionner Aliou Sow ?

YERIMPOST.COM Aliou Sow était le président de la Commission spéciale No.1 des études, de la planification et du suivi de l’évolution des politiques de décentralisation, du développement et de l’aménagement du territoire au HCCT. Ex-président, devrions-nous dire, puisque l’ancien ministre sous Wade a démissionné de ce poste stratégique depuis déjà 3 mois. Le constat a été fait hier, mercredi 21 novembre, alors que le président de la République recevait le rapport 2017-2018 de l’institution dirigée par Ousmane Tanor Dieng. Contacté autour des raisons de cette démission, Aliou Sow a évoqué une convenance personnelle. Il n’en a pas dit davantage, préférant, pour l’heure, se concentrer sur l’essentiel qui est, pour lui, la réélection de Macky Sall au premier tour de la présidentielle. Passée cette étape, l’universitaire promet de revenir en détail sur cette affaire.







HCCT et CESE: A quoi bon ?

Question à Tanor et à Aminata et au Prince sur la pertinence de la mise en place de ces chambres (je vous laisse le qualif.) mais au moins  sur leur caractère budgétivore, c’est incontestable, ces trouvailles  de la 2ème alternance sont voraces, à la limite des criquets pèlerins. A l’époque, sous l’ancien régime le débat avait fait rage autour du défunt sénat et chorus autour de sa suppression pour une reconduite des fonds alloués vers d’autres priorités comme la lutte contre les inondations. Quoiqu’on puisse dire et quelle que soit  la beauté des habits pour une architecture institutionnelle plus radieuse ,l’effacement du sénat du parlement n’enlève en rien à la légitimité et à la légalité des règles de droit à voter par bi ou mono caméral : C’était un peu un bonus pour une meilleure cosmétique. Mais voilà que le sénat nous revient sous de nouveaux atours et plus coûteux car éclaté en 2 chambres : le conseil économique,social et environnemental (CESE) et le haut conseil des collectivités territoriales (HCCT). Pour le 1er nommé, fin de la 1ère mandature et début déjà de la 2nde et il faudra encore des arguments massue pour convaincre. Sur les 5 ans d’existence, c’est quoi le résultat ! Qui peut avancer un impact ou le plus apporté par ce machin de la grande royale de Diourbel dans quelque domaine que ce soit pour le pays dans un contexte de raréfaction et de rationalisation de ressources. On oublie même jusqu’à son existence tellement il manque de pertinence. Déjà ils sont combien…ces conseillers dits titulaires et associés (100…140…160…) et pourtant ils sont alignés au même régime indemnitaire que les députés. Il faut les voir en session ordi. ou extra. jouer à la comédie et donnant l’impression de plonger dans un travail sérieux et studieux : Vrai grand théâtre ce soir aux places chèrement et grassement payées ! Manquant de matière et pour vaincre l’oisiveté, des ministres en chômage technique et à l’agenda clairsemé sont invités à converser autour d’un verre de thé sur des dossiers périmés ou obsolètes. De qui se moque t-on ? Drôle de session pour justifier une consommation de liquidités mises à disposition, ce n’est pas loin d’un faux et d’une escroquerie de grande voltige. Les jetons tombent et les per diem n’en parlons pas : une auto saisine s’impose car et toutes proportions gardées, la pratique n’est pas loin de celle qui vaut des démêlés au 1er magistrat de Dakar. Et au finish et après la fin de cette session, de cet intermède… musical, des avis non sollicités et jamais consultés sont en souffrance dans les tiroirs du prince. Des solennités sont recherchées par un dépôt d’un rapport annuel  qui finira au crématorium du palais. C’est cela la vie de… sénateur du conseiller économique, social…et environnemental et depuis presque 5ans. A fortiori, quelle est la plus-value ? Le hcct, lui se cherche encore car en rajoutant à l’amalgame et au doublon institutionnel. On a beau disserter, ici aussi il faudra convaincre avec du béton en dépit du forcing opéré pour sa mise en place. A preuve depuis son installation pompeuse et budgétivore donc à coup de « sabars et de tamas » à Diamniadio chez Diouf (CICAD), aucun écho, véritable chômage technique pour ne pas dire vacances forcées malgré la présidence socialo tanor sinon… des fonds politiques à manipuler sans modération et sans reddition et des salaires indus : Des milliards sont votés pour le haut conseil et pour le patron de la maison du parti mais l’attente est encore là pour l’émergence de la pertinence et de la valeur ajoutée. Un an après, le hcct aussi s’oublie jusqu’à l’existence, du vrai virtuel, une arnaque dont les politiciens ont le secret pour engloutir des sommes faramineuses au moment où la marmite sociale, à force de bouillir a sauté. Le procureur (peuple), peut-être fera son travail et bientôt le réquisitoire et les peines requises sont attendues de même que le verdict en délibéré pour le 24 février 2019.








                                             IBOU SENE KAOLACK

 

Hcct: des Jeep fournis à tous les membres

YERIMPOST.COM C’est sans tambour ni trompette que le Haut conseil des collectivités territoriales a passé sa commande de véhicules pour ses membres. Depuis leur installation, ces hauts conseillers utilisaient leurs voitures personnelles pour accomplir les missions qui leur sont confiées. Le quotidien l’As nous informe que ce temps se conjugue désormais au passé. Ousmane Tanor Dieng et les 150 membres de l’institution ont réceptionné leurs automobiles. Selon le journal, ce sont des véhicules de type Jeep.



Le Hcct au secours de Tanor suite aux accusations de non-assistance au motard décédé

YERIMPOST.COM La une du journal Source À de ce vendredi 23 fevrier faisait état de la colère de la gendarmerie contre le président du Haut conseil des collectivités territoriales pour non-assistance suite à l’accident qui a coûté la vie à  Massar Diop, motard qui escortait le cortège d’Ousmane Tanor Dieng à Porokhane. Une information fausse, si l’on en croit les membres de ladite institution. En conférence de presse, Me Ousmane Sèye et cie ont dénoncé avec véhémence cet article qui, selon eux, a pour objectif de porter atteinte aux institutions de la République. À cet égard, les membres du Haut conseil des collectivités territoriales se réservent le droit d’user des voies et moyens légaux appropriés en de telles circonstances.
 
 
 
 
 
° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR