Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

IDY

Vidéo- Silence assourdissant sur le dossier du pétrole: Idy reprend la parole

YERIMPOST.COM Idrissa Seck est conscient de son silence assourdissant. Le leader de Rewmi est réapparu dans une courte vidéo tournée chez lui avec un ami, Assane, venu de Thies lui rendre visite dans sa résidence à Dakar. « J‘ai dit à Assane que je sais que les Sénégalais me réclament, mais que je vous demande de rester calmes et sereins. C’est vrai, ça fait longtemps que je n’ai pas fait de sortie. Mais, quand on est un homme de parole, on ne peut pas la prendre à tout-va. Il faut attendre l’heure H pour le faire », a dit Idrissa Seck à l’endroit des Sénégalais qui l’attendent beaucoup sur les questions d’actualité.

Retrouvailles Idy/Macky: Serigne Modou Kara donne la formule

YERIMPOST.COM Une alliance Macky Sall-Idrissa Seck installera inéluctablement le Sénégal dans une stabilité sociale. C’est la conviction de Serigne Modou Kara qui indique que les deux hommes ont une expérience pouvant profiter à l’émergence du pays. Le patron du Parti de la vérité pour le développement (PVD) prône des retrouvailles entre les deux frères « ennemis ». Le général de Bamba, qui se confiait au journal L’As, propose au président de la République de faire d’Idrissa Seck son vice-président.

Dialogue national: le oui mais d’Idy, Sonko, Madické et Issa Sall

YERIMPOST.COM    « Mettre en œuvre toutes les décisions qui seront issues de la concertation». Ils demandent aussi à ce que le dialogue national soit mené «sous la conduite d’une Commission cellulaire composée de plusieurs personnalités crédibles et neutres. » Telles sont les conditions posées par les 4 candidats malheureux de le présidentielle dernière, pour participer au dialogue lancé par le président Macky Sall. Idrissa Seck, Me Madické Niang, Pr Issa Sall étaient en conclave ce mardi au domicile de Me Madické Niang. Ousmane Sonko, qui était absent à la réunion, a néanmoins marqué son accord sur toutes les décisions qui allaient être prises au sortir de cette rencontre. La journée nationale du dialogue devant être célébrée le 28 mai prochain, les quatre (4) opposants y participeront.

Révision de la Constitution: Idy, Sonko, Madické et Issa Sall se prononcent

Les Présidents Idrissa Seck, Ousmane SONKO et Maître Madické NIANG se sont réunis le jeudi 25 avril 2019 au domicile de ce dernier.

Le Président Issa Sall, absent du territoire national, après avoir échangé avec le Président Madické NIANG, a marqué son accord sur la position des trois autres candidats.
Les candidats de l’opposition ont examiné la situation nationale particulièrement l’introduction, par voie parlementaire, d’une nouvelle réforme constitutionnelle par le pouvoir en place.

Ils réprouvent le fait que des modifications aussi substantielles de la Constitution aient été initiées en l’absence de toute forme de concertation.
Ils estiment aussi que des réformes d’une si grande ampleur ne seraient légitimes que si elles sont effectuées par voie référendaire.

En effet, pour une Constitution modifiée par référendum seulement en 2016, l’initiative de supprimer le poste de Premier Ministre exige une nouvelle consultation du Peuple souverain, d’autant plus que ce projet n’a été mentionné dans aucun des programmes proposés aux sénégalais lors de l’élection présidentielle du 24 février 2019.

En conséquence, ils condamnent la démarche entreprise pour modifier à nouveau la Constitution, sans concertation préalable et par voie parlementaire.
S’agissant des autres aspects de cette question et d’autres sujets d’actualité nationale, les candidats de l’opposition ont décidé de poursuivre ultérieurement leurs discussions.

Fait à Dakar, le 25 avril 2019

Idy vs Sonko (Amadou Dieng)

En ce qui me concerne, il y a eu deux camps tout au long de ces élections. Dans les discours on pouvait facilement les distinguer : les pro-systèmes et les anti-systèmes.

Les pro-systèmes étaient pour un changement d’homme mais pour le maintien du Système et les anti-systèmes proposaient a la fois un changement d’homme et de système. Sonko était un anti-système et Idy un pro-système. Lors de la formation des coalitions on a vu Idy signer des accords et accepter toutes les propositions qui lui ont été soumises en réalité Idy 2019 était la saison 2 de BBY. Idy vient du système et le connait bien, donc il ne doit surprendre personne qu’il réunit ses anciens frères de compagnons, du Sopi, de Rewmi et de Benno Bokk Yakaar; cependant la seule surprise c’est peut-être ses fiançailles politique avec Bougane (chose sur laquelle nous reviendrons ultérieurement).

En ce qui concerne Sonko, son discours est resté le même en ensemble, même si la fougue et “le manque d’expérience politique” ont dû dérailler le train à quelques reprises. Le discours mal interprété ou mal conçu sur l’affaire de la frontière entre le Sénégal et la Mauritanie, et le “piège” de Wade sur lequel s’est laissé aller.

Tout ceci dit, pendant la campagne, je m’attendais à voir des confrontations Idy vs Sonko. Malheureusement, les deux ne se sont pas taillés l’un à l’autre, ayant décidé de se concentrer sur l’ennemi commun.

Néanmoins ce que j’attendais de Sonko, c’est qu’en tant qu’anti-système, qu’il s’attaque à Idy en lui reprochant son expérience gouvernementale et sa participation à la construction du système qu’il dénigre tant. Il devait aussi être plus agressif sur la coalition Idy2019  et dénoncer de manière très claire “le jeu” de Idy qui consistait à accepter de diverse propositions qui à la limite même se contredisent.

Sonko a-t-il été indulgent face à idy parce qu’il espérait un deuxième tour qui les forcera à travailler ensemble ?

Sonko est-il tombé sur un piège de Idy ?

Ce qui est clair est que Idy a beaucoup subi en 2018 avec le fameux conte “maka walla baka”, donc il se peut qu’il aille figurer que la dernière chose qu’il aurait besoin est une attaque venant de Sonko. Ce qui le poussera à la jouer douce avec lui. Certainement Idy ne gagnerait rien en attaquant Sonko; par contre Sonko en aurait beaucoup gagné d’une attaque sur lui.

“At the end of the day”, la politique c’est de l’addition, et pour ajouter à son compte il est impératif d’en soustraire à son adversaire !

Amadou Dieng

Chronique Politique

#lettrecitoyenne

Arrêt sur image: Idy et Madické ensemble chez Serigne Mountakha

Touba: Idy rend visite au khalife et aux populations

YERIMPOST.COM Touba lui a offert la victoire sur un plateau. Idrissa Seck, candidat malheureux à la présidentielle, va remercier les populations de la cité religieuse. Une visite du président de Rewmi est prévue ce jour, vendredi 1er mars à Touba où, flanqué de ses lieutenants, il sera reçu par le khalife général des mourides, Serigne Mountakha Bassirou avant d’aller vers ces milliers d’hommes, de femmes et jeunes qui l’ont plébiscité le 24 février.

A Touba, devant une foule immense, Idy évoque la doctrine sociale de Serigne Bamba

YERIMPOST.COM A Touba, cet après-midi du 19 février, devant une immense foule de ses partisans venus par milliers l’accueillir, Idrissa Seck s’est permis des versets en arabe qu’il s’interdit depuis l’ouverture de la campagne électorale. Sans doute pour faire la différence avec Macky Sall, qui a eu de la peine dans un passé récent à réciter deux vers d’un poème de Cheikh Ahmadou Bamba, le candidat de la coalition Idy 2019 a tenu à partir d’écrits du saint homme, cités dans le respect de la phonétique arabe, pour démontrer qu’on peut fonder une société performante selon le modèle de l’action construite sur le savoir. Voila pourquoi, poursuit Idy, il va accorder une priorité, s’il est élu, au parachèvement de l’université de Touba.

Le candidat a également promis à ses militants de régler définitivement la question de l’accès à l’eau potable dans la cité religieuse.

A Thiès, Macky a défié Idy sur ses terres !

YERIMPOST.COM C’est une déferlante humaine ! Macky détrône-t-il Idy à Thiès ? Thiès est-il en train de basculer aux couleurs de la coalition Benno Bokk Yaakaar ? C’est le cas de se le demander, au vu de la marée humaine qui a envahi la Promenade des Thiessois à la venue du président sortant. Le pari de la mobilisation a été remporté ! Thiès remporte la palme en cette fin de campagne pour le candidat Macky Sall. Aucune statistique ne le prouve mais, du Rond-point Nguente jusqu’à l’emblématique place où avait lieu le meeting, les Thiessois ont jalonné les rues. Des projets, une ambition pour redonner à Thiès son lustre d’antan, le président Sall en a et il a profité de son temps d’antenne pour lancer un appel aux populations à faire le bon choix en l’élisant le 24 février prochain afin que ces projets plein la tête, qu’il a pour cette région et dont le financement est déjà bouclé, se concrétisent.

Présidentielle: Idy refuse de participer à Sunudébat sans Macky Sall

YERIMPOST.COM Si Macky Sall n’y participe pas, cela n’a aucun intérêt pour Idrissa Seck de prendre part au débat prévu le 21 février entre les différents candidats. Le candidat de la coalition Idy 2019, qui avait pourtant donné son accord, s’est désisté après avoir été informé que le président sortant ne participera pas à ce tour de table qui aurait éclairé la lanterne des Sénégalais afin de pouvoir faire un choix lucide le 24 février. « Sunudébat » se fera donc sans Macky Sall et Idrissa Seck. A qui le tour ?

Vidéo- Idy très faiblement accueilli à Podor

Vidéo- Les vérités crues d’Aminata Touré à Wade, Idy et autres…

En présence de Pape Diop, à Madina Yéro Foulah, Idy prend un engagement fort

YERIMPOST.COM Arrivé à Médina Yéro Foulah après minuit, dans la nuit du 10 au 11 février, Idrissa Seck a été visiblement requinqué par la foule qui l’attendait jusqu’à cette heure tardive. En présence de Pape Diop, représentant pour l’occasion les leaders de la coalition Idy 2019, il a développé son programme sur l’environnement, décliné ses propositions pour la protection des forêts et présenté un plan d’occupation des sols qui laisse une place aux aires de jeu. « L’objectif, a-t-il poursuivi, consiste à permettre à nos jeunes d’exprimer leurs grands talents sportifs. » Et Idrissa Seck de prendre un engagement fort: « Mon objectif, au cours de mes deux mandats, est d’amener le Sénégal à remporter la Coupe d’Afrique de football et à progresser notoirement en Coupe du monde. »

24h avant l’arrivée de Wade, Decroix rallie Idy: le sens d’un geste politique

YERIMPOST.COM On peut tout dénier à Mamadou Diop Decroix, sauf d’être politique voire trop politique. Ce vieux crocodile du marigot politique sénégalais, vétéran de la gauche, adepte d’un militantisme forcené qui lui valut bien des déboires sous Léopold Sédar Senghor, a posé, ce mercredi 6 février 2019, un geste politique fort significatif.

A 24 heures de l’arrivée à Dakar de Me Abdoulaye Wade, avec qui il chemine en politique depuis 2000, le secrétaire général d’Aj-Pads, qui anime de façon ininterrompue tous les fronts de l’opposition depuis l’arrivée de Macky Sall au pouvoir, en 2012, a fait une option politique qui tranche nettement d’avec celle annoncée par Wade.

Alors que, depuis sa luxueuse résidence de Versailles, dans la banlieue chic de Paris, l’ex-chef de l’Etat a annoncé son intention, une fois au Sénégal, de s’opposer à l’organisation d’une élection à laquelle son fils, Karim Wade, n’est pas candidat, Decroix s’est démarqué de cette ligne de conflit.

Comme pour mieux placer Wade devant le fait accompli, il a choisi de soutenir un candidat à cette élection devenue irréversible. Et, pas n’importe lequel. Mamadou Diop Decroix a jeté son dévolu sur Idrissa Seck, porte-étendard de la coalition Idy 2019. Il a, de ce fait, anticipé le choix le plus logique que Wade pourrait faire. Fils spirituel du pape du « sopi », fruit de la formation politique de Wade, Idy, qui fut son directeur de cabinet puis son Premier ministre, est le substitut naturel à la candidature avortée du Parti démocratique sénégalais (Pds).

C’est ce message que le très politique Decroix a passé à Wade à travers son geste. S’il n’a pas attendu, à 24h près, que ce dernier arrive pour franchir le Rubicon, c’est pour davantage marquer la logique implacable de son geste. Nul doute que le vieil animal politique, auquel on n’apprend nulle grimace, saura déchiffrer le message…

Sokone: Idy décroche le maire

YERIMPOST.COM Avec ce soutien qu’il vient de décrocher, Idrissa Seck met Sokone dans la poche. Petit Guèye, le maire de la commune située dans le département de Fatick, a décidé de soutenir le candidat de la coalition Idy 2019. A noter que le leader de Rewmi était en campagne dans la zone, ce mardi 5 février.

Idy, Sonko, Madické et Issa: L’équation du bon voisinage ?

Historique cette année ces élections de présidentielles de février avec un pacte de non agression entre opposants validés jusqu’à la der.  et point de départ de la campagne proprement dite. C’est du presque jamais vu ce pacte dans l’histoire politique de Sunugal, ce gentlemen agreement entre leaders   de l’opposition à l’image du pacte de Varsovie lors de la fameuse guerre froide face à l’OTAN nous revient  à l’esprit. C’est un record que de se tolérer de cette sorte et de s’accepter et de se fréquenter et même tenir un quasi même discours : La preuve les différentes coalitions qui se font,se défont, évoluent et glissent au gré de la donne politique du moment avec toujours les chefs de file de l’opposition en bandoulière et en 1ère ligne. C’est vrai que la cible principale c’est le macky qui a réussi l’exploit de limiter les courants (que dis-je ! ) les candidatures à 4 (que dis-je ! ) à 5 aidé en cela (en préméditation avec rires sous cape ! ) par le filtre à la Sabadola du parrainage. Cet état de fait a su sédimenter ce chorus autour, ce bloc contre et même dévier ou biaiser le message politique et le réduire autour de ce tamis de macky. Que de bronca et surtout après la mare des invalidés (22 recalés sur 27), c’est énorme et beaucoup d’ambitions remises à plus tard et de fonds engloutis dans cette pêche aux signatures. Toujours est-il que et en dépit des contre nature et des divergences  idéologico-programmatiques profondes, la face se maintient et le bloc opposition ne se fissure pas  ou pas comme tout le monde s’y attendait. Ils se gèrent pour reprendre un terme générique ravalant leurs divergences (il y en a) et les repoussant encore, encore et encore. La question… c’est jusqu’à quand ! Maintenant que c’est la dernière ligne droite avec le demi marathon avant le 24 février, la question qui taraude c’est le coaching de ce trajet et le comportement des uns et des autres pour se ménager et continuer à filer le parfum amour jusqu’ à la date fatidique du 24 février 2019. Le 1er test majeur très attendu est pour bientôt : Voir et lire le comportement verbo-tonal et les allusions  pour faire tilt et se positionner comme 1er outsider devant conduire au second tour est très guetté par les politologues et autres adeptes de « wax sa xalat ». Sur le macky, pas de demi mesure sûrement des tirs seront groupés (feront-ils mouche ?!) mais entre leaders de l’opposition, le front va-t-il encore tenir …et jusqu’à quand ! Idy contre madické , un PUR face à Pastef ! Que de jolies affiches pour assaisonner les 20heures de la TV ! Un débat de forme et de fond pour alimenter les plateaux et plaines de la chaîne mère ! Si cela devait…irait-on vers des dérives verbales ou se ménagera-t-on jusqu’à délester les confrontations de leur substance ! va-t-on jouer à la comédie ou serait-ce le prix à payer pour bouter le macky : Sacré Sénégal, terre des sciences po. où la doctrine se réécrit !

                                         IBOU SENE KAOLACK

                                                                          

 

Me Wade, soutenez Idy et sauvez votre peuple (Par Sheikh Alassane Sène)

« Assumer l’histoire, quelle qu’elle soit » Abdoulaye Wade

Honorable père,

l’honneur m’échoit de vous adresser cette lettre pour vous rendre les vœux conférés à votre illustre rang d’homme d’Etat sage, altruiste, profondément panafricain, doté d’une fine intelligence.

Le Sénégal vous écoute. Chaque sénégalais dans son intime conviction pense vous devoir reconnaissance. Et à juste titre. Vous avez donné votre jeunesse, votre carrière, votre vie, à notre nation. Vous vous êtes élevé par votre glorieux parcours au statut d’icone politique africaine, au même rang que Mandela.

Je voudrais à travers cette correspondance, écrite avec humilité, vous rafraîchir la mémoire aux frais de l’histoire. En effet, lorsque je vous avais proposé, au lendemain des législatives truquées, de créer un bouclier autour de votre éminente personne, pour sauver notre République, vous me disiez, satisfait, que ce sont les idées qui mènent le monde. Ensuite, vous m’aviez envoyé voir tous les leaders de l’opposition dont Idrissa Seck. L’ex-PM d’un sourire nostalgique, se rappelait d’ailleurs des grands moments de votre compagnonnage d’une si profonde intensité.

Le temps, à ses épreuves, quelques parsemées de blessures, de dérives et d’injustices, ne doit pas nous ôter l’idée d’élever ceux qui les ont subies à tort et qui les ont endurées avec dignité; et de sanctionner, à la hauteur de leurs fautes, avec intelligence, ceux qui les ont causées par vice et par désir excessif de pouvoir.

Le lobby qui a provoqué votre séparation, a aussi emprisonné votre fils, a tenté de détruire votre famille et votre image, je ne fais que parler les sombres pages de notre histoire politique. Il a usé des mêmes subterfuges pour m’emprisonner, et hypocritement, au nom de la justice, priver de liberté Khalifa Ababacar Sall. C’est ce même lobby qui a privé les femmes de parole pour cette élection si cruciale. Dès lors, un boycott serait dangereux pour le pays et pour son avenir. Il serait plus favorable à Macky Sall, qui ne cherche qu’à vous le faire dire, alors qu’il a perdu toute légitimité à la tête du pays, au lendemain de son fameux référendum de mars 2016. Et je suis persuadé que vous ne tomberez jamais dans son piège.

Honorable père,
Il nous faut aller vers une alternative à cette alternance usurpée, et au-delà de regrouper votre famille libérale, rassembler tout le peuple sénégalais autour d’un idéal, le même pour lequel vous vous êtes battu avec force et courage près d’un demi-siècle, et pour lequel vous continuez de vous battre encore.

L’histoire nous impose en effet de la réhabiliter, son galvaudage a assez duré, faites-nous cher Maître, l’honneur d’être aux côtés de votre fils Idy comme ce fut le cas en 2000, quand il fut votre directeur de campagne. Vous le présentiez au peuple comme un petit génie, plein d’avenir, surtout que le temps comme ses péripéties vous ont encore donné raison. La lumière qui est entre vos soyeuses mains ne se transformera jamais en flamme dévastatrice, j’en suis profondément convaincu.

Cher père,
les portes du palais vous sont grandes ouvertes à nouveau. En 2012, vous les aviez franchies avec dignité, aisance et élégance, sans même vous retourner. Devant l’histoire et face au rétablissement de la vérité, ne déclinez pas ce cadeau merveilleux que le Seigneur, plein de mansuétude, vous tend encore une nouvelle fois.

Je vous demande en toute solennité, cher père et ami, de réfléchir à ma sollicitation, quand bien même elle n’aurait aucun impact sur votre décision.

Nous ne cessons de prier pour vous. Je serai à l’aéroport pour vous accueillir, aux côtés du peuple, dans la masse. Je vous renouvelle en même temps mes amitiés, ma fidélité et cette grande estime que j’ai à votre égard.

Respectueusement
Shasty

Communiqué du mouvement Démocratie et République: Hadjibou soutient Idy

Après avoir consulté sa base et ayant obtenu carte blanche de ses militants et alliés des 557 communes du Sénégal et de la diaspora, Le président du mouvement Démocratie et République Monsieur Cheikhe Hadjibou Soumaré informe ses militants et alliés qu’il va soutenir la candidature de Monsieur Idrissa Seck (coalition Idy 2019), en vue de l’élection présidentielle du 24 février 2019.

Dr Mohamed Diallo
Secrétaire général et porte parole
Fait à Dakar, le 1er février 2019

Alliance électorale: Guirassy soutient Idy et l’explique

YERIMPOST.COM Idrissa Seck a décroché le soutien de Moustapha Mamba Guirassy. « Un bilan a toujours deux colonnes: l’actif et le passif. Dans le cas d’Idrissa Seck, l’actif l’emporte largement. Son programme, son discours, ses actes, sa vision, son ambition pour le Sénégal, son envie de faire, sa détermination et son courage sont autant de paramètres qui nous renforcent dans notre conviction de le soutenir », a déclaré Guirassy qui est persuadé que le leader de Rewmi « sera ce grand homme d’Etat au service exclusif des intérêts supérieurs du peuple sénégalais. »

Avec Gakou, Khalifa, Hadjibou, Pape Diop et d’autres, Idy est devenu un candidat XXL

YERIMPOST.COM Dans la soirée d’hier, 30 janvier 2019, Malick Gakou, candidat recalé de la Grande coalition de l’espoir/Suxxali Senegaal, a rendu publique une déclaration dans laquelle il indique avoir reçu mandat de ladite coalition pour soutenir Idrissa Seck à l’occasion de l’élection présidentielle du 24 février 2019.

Homme de réseaux, trait d’union de l’opposition, maître d’oeuvre de la coalition Mankoo Taxawou Senegaal en 2017, Gakou travaillait tous ces derniers jours, depuis le rejet définitif de sa candidature par le Conseil constitutionnel, à construire un large rassemblement autour du champion de la coalition Idy 2019. En un temps record, il a réussi à convaincre y compris les plus sceptiques.

Au moment où ces lignes sont écrites, l’ex-président de l’Assemblée nationale puis du Sénat, Pape Diop, l’ancien Premier ministre, Cheikh Hadjibou Soumaré, et lui-même, Malick Gakou, forment l’ossature d’Idy 2019. Ils vont être rejoints dans les jours à venir par Khalifa Ababacar Sall, détenu à la prison de Rebeuss, recalé par le Conseil constitutionnel, qui a confié à ses proches son intention de soutenir celui qui lui laissa la tête de liste de la coalition Mankoo Taxawou Senegaal qu’ils partagèrent lors des élections législatives du 30 juillet 2017.

En dehors de ce noyau dur, presque tous les autres candidats éconduits par le juge des élections (à l’exception de quelques-uns comme Aïssata Tall Sall et Aïda Mbodj qui ont ou vont rejoindre Macky Sall) ont déjà ou sont en cours de donner leur accord pour soutenir Idrissa Seck.

Vieux crocodile du marigot politique sénégalais, directeur du cabinet du président de la République puis Premier ministre sous Abdoulaye Wade, « Idy », comme le surnomment les Sénégalais, se retrouve donc, à la faveur d’un parfait alignement des planètes, dans la position de challenger du président en exercice, candidat à sa propre succession. Ce n’est que logique politique ! De tous les quatre candidats de l’opposition à cette échéance cruciale de février prochain, Idrissa Seck est en effet celui qui est revêtu de la plus forte légitimité historique.

Patron politique de Macky Sall au sein du Parti démocratique sénégalais (Pds, la formation de Wade dont ils sont tous deux issus), et son supérieur hiérarchique jusqu’en avril 2004, Idy a subi une longue traversée du désert depuis sa défenestration de la primature. Soutien de Macky lors du 2e tour de la présidentielle de 2012 remporté par celui-ci, il a pris ses distances, un an plus tard, avec le nouveau président élu pour basculer dans une opposition radicale. Idrissa Seck est, au regard de leur histoire commune, l’adversaire légitime de Macky Sall à l’occasion de cette présidentielle.

D’autant qu’Abdoulaye Wade, leader d’un Pds sans candidat, dont l’électorat est donc à prendre, va sinon se résoudre à l’adouber, du moins observer une neutralité bienveillante à son égard. Aucune autre posture de Wade ne se comprendrait, lui qui est en conflit ouvert avec Madické Niang (lequel a osé une candidature dissidente au sein du Pds, défiant le mot d’ordre « Karim Wade candidat ou rien ») et qui a des liens forts avec Pape Diop et Cheikh Hadjibou Soumaré, deux soutiens engagés d’Idy.

S’il tire les leçons de ses erreurs passées de communication, mène une campagne électorale humble et audible par les électeurs, Idrissa Seck va être un sérieux prétendant au trône de Macky Sall. A 60 ans, cet homme robuste à la tête de félin est une bête politique arrivée à pleine maturité. Un candidat XXL…





Cheikh Yérim Seck

Présidentielle: Idy drague Me Elhadji Diouf

YERIMPOST.COM Le temps de la drague avant le grand saut ! Sans tambour ni trompette, Idrissa Seck place ses pions en vue de former une grande coalition autour de lui afin de convaincre les Sénégalais de lui faire confiance. Ce vendredi 25 janvier, le leader de Rewmi était au domicile du président du Parti des travailleurs et du peuple (PTP). Au sortir de la rencontre, il n’est pas à exclure que les deux hommes cheminent ensemble, dans l’intérêt de la Nation. Me Elhadji Diouf s’est dit heureux de recevoir « un ami, un frère, un grand homme d’Etat ». Il a promis qu’avec son parti, ils exploreront toutes les pistes de convergence pourvu que ce soit dans l’intérêt du peuple sénégalais.







Idy annoncé chez Sonko

YERIMPOST.COM Idrissa Seck compte apporter son soutien à Ousmane Sonko, suite aux attaques perpétrées contre le siège de son parti sis à Yoff. Le leader du parti Rewmi est annoncé, cet après-midi, au siège du Pastef…







Les « Sages » rendent leur verdict: 5 qualifiés d’office, Idy, Madické et Gakou « admis » au 2nd tour du parrainage

YERIMPOST.COM Comme prévu, les 7 « Sages » du Conseil constitutionnel ont rendu leur verdict sur le parrainage. Après vérification, seuls 5 dossiers ont été validés. Idrissa Seck, Malick Gakou et Me Madické Niang devront régulariser leur dossier dans les 48h. Ci-dessous la liste des candidatures.

– El Hadji Issa Sall (PUR) : 63 262 parrains

– Macky Sall (BBY) : 62 689 parrains

– Ousmane Sonko (Pastef) : 61 791 parrains

– Khalifa Sall (Taxawu Sénégaal au Khalifa) : 57 758 parrains

– Karim Meissa Wade ( Karim Président 2019) : 55 047 parrains

Dossiers à régulariser dans 48 h

– Idrissa Seck

– Malick Gakou

– Madicke Niang








Parrainage: Idy bloqué par un déficit de 8 parrains à Ziguinchor

YERIMPOST.COM Idrissa Seck fait partie de la liste des rejets susceptibles de régularisation pour le parrainage. Tout comme d’autres, le président du parti Rewmi a été prié d’apporter un complément de parrains dans la région de Ziguinchor pour voir son dossier validé. Conformément aux textes, il est exigé aux candidats d’obtenir au minimum 2000 parrains dans au moins 7 régions. Dans la capitale de la Verte Casamance, 8 parrains d’Idrissa Seck avaient déjà signé pour d’autres candidats. C’est ainsi que dans cette région, le patron de Rewmi s’est retrouvé avec 1992 signatures valides. Il devrait être difficile pour Idy de combler ce gap.







Idy: De challenger principal à candidat banal ?

La trajectoire politique du Président du parti Rewmi est une preuve que le Sens de l’Histoire est marqué du sceau des actes manqués. Idrissa SECK est indubitablement un homme brillant. Il est souvent assez bien entouré, intellectuellement parlant. La question qui peut émaner à l’esprit est comment un esprit aussi brillant entouré d’un certain talent peut, en une dizaine d’années, passer de challenger principal à candidat banal ?
Car, il faudrait vouloir cacher la vérité à Idrissa SECK ou prendre ses propres désirs pour une réalité que de ne pas reconnaitre que son standing électoral est passé, en une décennie, de probable vainqueur à potentiel vainqueur. Cette conviction est nourrie par la manifestation qui a fait office de congrès d’investiture pour le Candidat de la coalition Idy2019. Des erreurs d’appréciation manifestes, à notre avis, ont jalonné l’élaboration de cette rencontre et qui banalisent la candidature d’Idrissa SECK, présentant l’impétrant sous les traits d’un candidat de plus et rien d’autre.
La première erreur d’appréciation semble être le portage médiatique du Congrès d’investiture du candidat Idrissa SECK par les FDS du Dr Babacar DIOP. Tout se passe comme si dans ce pays, en dehors du parti Rewmi, la principale force politique et sociale qui soutient la candidature de Idrissa SECK à la présidentielle de 2019 est le parti FDS. Cela est peut être faux mais c’est l’impression qui se dégage. Or, la réalité du terrain est là : les FDS, c’est une dizaine d’individus recensés lors de leur tentative de manifestation politique devant le Ministère de l’Intérieur le 12 Octobre dernier. Peut-être qu’entre-temps ils sont devenus une force de mobilisation populaire exceptionnelle mais faire de cette formation politique le porte étendard du congrès d’investiture du Président du Rewmi avec la présence d’Idrissa SECK himself c’est inviter au scepticisme quant à la véritable force de la coalition Idy2019.
La deuxième erreur d’appréciation semble être le portage politique de la rencontre entre Idrissa SECK et la Jeunesse du pays par les FDS. C’est un secret de polichinelle que le Candidat Idrissa SECK est un candidat par défaut pour les FDS. Le premier choix des FDS était le Candidat Khalifa SALL mais des problèmes de positionnement lors des législatives de 2017 ont entraîné la rupture. Leur deuxième choix était le Candidat Ousmane SONKO mais des problèmes d’égo ont entraîné la rupture. Le candidat Idrissa SECK est leur 3éme choix et encore c’est parce que la proximité de terroir a facilité les choses. Mais en matière idéologique, programmatique ou de combat politique, il n’existe aucun lien connu entre les FDS qui se définissent comme un mouvement de gauche et Idrissa SECK, libéral affirmé et assumé. Le seul lien est celui d’une élection qui s’approche. Or, en voulant parler à la Jeunesse contemporaine si regardante sur la cohérence à travers un canal incohérent, le candidat Idrissa SECK se coupe en réalité de cette jeunesse et obtient le contrecoup de l’effet recherché.
La troisième erreur d’appréciation semble être le lieu et le moment. Pour un candidat à l’élection présidentielle, mobiliser à la place de la Nation fin décembre 2018, c’est risquer d’être comparé à SONKO et le PUR. Or, il ne fallait pas être un ancien de Princeton pour deviner qu’en fin Décembre, à Dakar, à la Place de la Nation, un congrès d’investiture de Idrissa SECK allait moins mobiliser que le candidat SONKO au même endroit en Septembre ou le candidat SALL du PUR au même endroit début Décembre. Le danger pour Idrissa SECK est que les dynamiques victorieuses se font et se défont autour d’impression. En politique les anticipations sont autoréalisatrices. En prêtant le flanc en termes de mobilisation vis-à-vis de ses concurrents directs dans l’opposition, le Candidat Idrissa SECK donne des arguments à ceux qui sont convaincus que sa courbe de dynamique descendante va croiser la courbe de dynamique ascendante de SONKO et du PUR, scellant définitivement son ambition présidentielle.
J’en reviens, en conséquence, à ma question de départ. Comment un esprit aussi brillant entouré d’autant d’atouts peut-il passer en une dizaine d’années de challenger principal à candidat banal ? Des erreurs dans le choix de certains hommes, probablement. Des erreurs dans le choix de certaines décisions, sûrement. Des erreurs dans l’appréciation des situations, certainement.
PS : Il n’y a qu’au Sénégal où on retrouve des candidats à l’élection présidentielle cités dans des histoires de meurtres. J’ai vérifié. Nulle part ailleurs cela n’existe. Dans un pays normal, ces individus devraient passer le reste de leur existence à devoir laver leur Honneur devant le tribunal des Hommes, en attendant celui de DIEU. Au Sénégal, ils se pointent devant les électeurs, sans vergogne, sollicitant leur suffrage, l’insulte à la bouche.








Baye Abdallah TRAORE
Plateforme G21
plateforme.g21@gmail.com

(Urgent) – Le Conseil constitutionnel élimine 10 000 parrains d’Idy

YERIMPOST.COM Les premiers résultats des vérifications des signatures des parrains par le Conseil constitutionnel tombent. Sur les sur 66 000 parrains déposés par le parti Rewmi, seuls 56 000 ont été validés soit 10 000 parrains rejetés.
Seulement, il n’y a pas de quoi s’inquiéter. Parce que, estime le mandataire d’Idrissa Seck, il ne manque que 8 parrains à compléter pour la validation de leur candidature. Et ils ont jusqu’à mercredi pour combler ce gap. Ce qui ne devrait pas poser de problème avec leur stock disponible.







Macky, Idy, Sonko… Cheikh Oumar Anne tranche le débat

Place de la Nation: Place à la jeunesse, Idy dessine les contours du nouveau Sénégal

Le discours est campé, la posture au rendez-vous et les idées en bonne place ! Pour alléger voire soulager les « souffrances » de ses compatriotes, Idrissa Seck a proposé trois axes principaux dont la gouvernance, en tête, l’économie, et la sécurité. Une vision moderne qui épouse parfaitement les contours des réflexions contemporaines les plus pointues et en vogue dans les grandes instances internationales où le développement et la sécurité sont intrinsèquement liés avec une forte relation de conditionnalité ; l’économie étant le point nodal en tant qu’élément de régulation lorsque les critères de bonne gouvernance sont respectés.

S’adressant à une jeunesse venue étancher sa soif de briller au service de son pays, Idy dessine ainsi les contours d’un Sénégal où « les meilleurs en compétence et en vertu occuperont les stations de responsabilité ». Tout est dit, sans aucune critique du candidat sortant qu’il juge désormais « inutile » en se passant même de diagnostic de la « mal gouvernance » qui gangrène la gestion actuelle. Une jeunesse en masse, galvanisée à bloc et aux anges à qui le Président de Rewmi s’est adressé à « cœur ouvert ».

Même pour ses détracteurs qui disent souvent qu’il ne faut « jamais l’écouter si l’on ne veut point l’apprécier et l’admirer», le style est tout simplement séduisant d’un homme si rigoureux toujours intransigeant en démonstration, chiffres à l’appui d’un discours toujours cohérent.

Les commentaires vont déjà bon train suite à ce meeting d’investiture du candidat Idrissa Seck organisé par les Forces démocratiques du Sénégal, un important allié parmi tant d’autres.

Avant même la date fatidique du 20 janvier 2019 qui sera celle des plus surprenantes recompositions politiques de l’histoire du Sénégal, les alliés se bousculent, déjà, chez le Président du Rewmi qui, selon un proche du parti, « n’avait même plus le temps d’assurer l’animation de sa propre formation politique tandis que le travail de terrain se faisait sans couverture médiatique. Mais, c’est cela même l’esprit du Rewmi, le rassemblement le plus large au service du Sénégal ».

Au moment où le talentueux et très critique journaliste Adama Gaye, connu pour sa vaste culture politique et géopolitique, parle sans réserve de « comeback kid », certains évoquent un « nouveau Idy » qui est arrivé alors que d’autres voient à travers le discours historique de la Place de la Nation un « leader constant qui, en un temps et en lieu, face à une jeunesse en un seul bloc vient de dessiner les contours du Nouveau Sénégal ».

Tout est rupture dans ce « nouveau » discours qui reprend les constantes convictions d’un Idy décidé à « cheminer avec la jeunesse en qui il place toute sa confiance pour le Sénégal du futur à construire ensemble ».

Livrant les piliers d’un programme à tout le moins alléchant, après des tournées d’écoute auprès de toutes les couches du pays, voila qu’Idrissa Seck promet les détails d’une vision qui, à l’entendre parler, se voudra la plus participative possible et qui place déjà la jeunesse au cœur.








Soukeyna Fall. Journaliste, Analyste politique. Leiden (Pays Bas)

Vidéo- Idy donne les raisons de son mutisme…









Investi dimanche, Idy refait surface… 

YERIMPOST.COM Les Forces démocratiques du Sénégal (Fds) vont officiellement désigner Idrissa Seck candidat à la prochaine présidentielle. Ça sera ce 23 décembre 2018 à la place de l’Obélisque, nous apprend un communiqué. Des milliers de jeunes venus des 45 départements du Sénégal et une délégation de la Diaspora sont attendus à cette manifestation, poursuivent Docteur Babacar Diop et ses camarades. À cette occasion, Idrissa Seck fera une importante adresse à la jeunesse. Parallèlement au congrès d’investiture, les Fds feront aussi une importante déclaration.







Tivaouane: Idy sollicite la prière du khalife pour la stabilité du pays

YERIMPOST.COM « Le Sénégal va vers des échéances électorales lourdes de tensions. C’est pourquoi nous vous demandons de prier pour que l’élection présidentielle se passe dans la paix, le calme et sans trouble. » Tel a été le discours prononcé par Idrissa Seck face au khalife général des tidianes, à Tivaouane où il s’était rendu pour le traditionnel ziar à la veille du Gamou. En homme très pondéré, le khalife Serigne Babacar Sy Mansour a répondu au leader de Rewmi en ces termes: « De votre discours et de vos actes, dépend la stabilité du pays. Tenez-en compte ! Vous êtes un homme politique incontournable pour la paix au Sénégal car vous êtes très écouté. Nous, en tant que guides religieux, nous prions, mais à vous, acteurs politiques, de faire preuve de responsabilité dans cette quête de stabilité. »







Réunion de l’Internationale libérale: Macky Sall ignore Idy et Me Wade

YERIMPOST.COM Macky Sall prépare bien la rencontre de l’Internationale libérale. L’organisation de cette rencontre des Libéraux du monde a été abordée, hier mardi, lors de la réunion du secrétariat exécutif de l’Alliance pour la République (Apr) qu’il a lui-même présidée. Le président Macky Sall a confirmé la venue à cette rencontre de ses homologues de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, de la Gambie, Adama Barrow, du Bénin, Patrice Talon, et du Premier ministre luxembourgeois, Xavier Bettel.

Pour Macky Sall, la décision de boycotter cette réunion prise par Me Abdoulaye Wade et Idrissa Seck ne changera rien à l’organisation. Les responsables du Pds estiment qu’ils sont «persécutés par le pouvoir de Macky Sall». Quant à Idrissa Seck et son parti, Rewmi, ils assènent: «Pour la première fois depuis sa création à Oxford en 1947, l’Internationale libérale sera reçue par un gouvernement composé d’éminents membres de l’Internationale socialiste».







Sécurisation du processus électoral: Idy bénit la démarche de Me Mame Adama Guèye et propose

YERIMPOST.COM Il a troqué ses ambitions présidentielles contre cette volonté de sécuriser le processus électoral. Me Mame Adama Guèye poursuit son projet de fédérer les coeurs pour éviter un hold-up qu’il soupçonne le candidat à sa propre succession de vouloir commettre. C’est dans cette logique qu’il a rencontré ce vendredi le président de Rewmi, Idrissa Seck, qui, selon Me Mame Adama Guèye, adhère totalement au projet.

Au sortir de ce tête-à-tête, le désormais ex-candidat à la candidature a déclaré: « Le président Idrissa Seck nous a fait une suggestion très intéressante qui est que, dans la communication, nous ciblions également tous les acteurs politiques. Il ne faut pas que ça soit perçu uniquement comme une démarche ciblant que les candidats à l’élection présidentielle. Tous les acteurs qui se sentent concernés par le respect des principes démocratiques, concernés par les fondamentaux de la République, même les acteurs de la société civile, tous les Sénégalais, sont concernés… Nous connaissons la capacité de résistance des Sénégalais et cette capacité peut mener à des conflits. Et, donc, c’est la paix sociale qui est en jeu… »







En visite à Touba, Idy refuse de parler de politique…

YERIMPOST.COM En prélude du grand Magal de Touba, Idrissa Seck s’est rendu, ce lundi, dans la ville sainte. Le leader de Rewmi, après s’être entretenu avec le khalife Serigne Mountakha Bassitou Mbacké, a fait face à la presse. Et, comme l’année dernière, « Idy » a tout bonnement refusé de parler de politique. «Je voudrais tout d’abord rendre grâce à Dieu de l’opportunité qui m’est offerte de venir à nouveau à Touba célébrer le Magal en compagnie de l’ensemble de la communauté mouride et de l’ensemble des musulmans d’ici et d’ailleurs», dit-il d’emblée. Avant de poursuivre: «Je voudrais tout d’abord présenter mes vœux et mes prières de longévité et d’excellente santé à Serigne Mountakha Mbacké, le khalife général des mourides. Et aussi prier pour que le Magal soit également l’occasion pour tous les êtres humains, pour toutes les créatures, de bénéficier des retombées du travail de Serigne Touba Khadim Rassoul».

Et Idy de finir: «Je voudrais prier et faire des vœux pour que ce Magal soit l’occasion pour l’ensemble du peuple sénégalais d’ici et de la diaspora de bénéficier également de ces retombées et que l’ensemble des problèmes qui submergent les populations sénégalaises puissent trouver solutions à l’occasion de la prochaine consultation électorale de 2019. Et ce sera le seul aspect politique que j’évoquerai.»







Aliou Sow parraine Macky Sall et déçoit Idy…

YERIMPOST.COM Ancien membre du Parti démocratique sénégalais (PDS), Aliou Sow, nommé par décret présidentiel membre du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct), a choisi de parrainer la candidature de Macky Sall à l’élection présidentielle de 2019. Pourtant, l’homme était très virulent contre ce dernier ces temps passés. Certains observateurs lui prédisaient même un avenir à côté d’Idrissa Seck. Invité à l’émission Rfm Matin, Aliou Sow déclare le contraire, en proclamant soutenir, pour la présidentielle de 2019, celui qui l’a mis au Hcct.



Hamidou Sabaly quitte Macky pour Idy

YERIMPOST.COM En perspective de la présidentielle de 2019, les alliances se nouent, les coalitions se forment, les soutiens aux candidats se manifestent. C’est ainsi que Hamidou Sabaly et son mouvement ont décidé d’apporter leur soutien à Idrissa Seck. Ils ont officialisé leur soutien au leader de Rewmi, ce weekend.

Ce mouvement, fort de 5488 membres et bien ancré dans le Vélingra, a été créé en mars 2018. À l’époque, ses responsables avaient décidé d’accompagner le président Macky Sall. Mais las de voir d’autres responsables promus à des postes de responsabilité à leur détriment, ils ont décidé de tourner le dos au président de la République, candidat à sa propre succession, pour un de ses principaux challengers, Idrissa Seck.



Présidentielle: Idy à l’assaut de Senegaal Bi Nu Beug

YERIMPOST.COM Idrissa Seck tisse sa toile en direction de la présidentielle. Au regard de cette visite au siège de « Senegaal Bi gnu beug », force est de noter que le leader de Rewmi ne compte rien laisser en rade. Reçu par le coordonnateur et des membres de la plateforme, Idy a clairement dévoilé ses ambitions au Dr Cheikh Tidiane Dièye. Une deuxième rencontre est prévue dans les jours à venir.





Idy convoque Al-Maktoum pour appeler Macky à la pacification de l’espace politique

Profitant de la célébration de la Korité le Président de Rewmi est revenu sur la situation nationale avec une particulière insistance sur la nécessité de pacifier l’espace politique pour laquelle il interpelle le chef de l’Etat Macky Sall.




Précisant d’emblée que s’il ne dialogue pas avec le Président Macky Sall c’est parce que «la parole de celui-ci n’avait plus aucune valeur et ce, depuis très longtemps au regard des nombreux engagements qu’il n’a jamais tenus au vu et au su de tous les Sénégalais»

Pour Idrissa Seck, afin de donner un sens au dialogue et à la concertation auxquels il appelle, Macky Sall devrait d’abord «se réconcilier avec le Président Abdoulaye Wade et cela ne pourrait être possible que s’il règle le cas Karim Wade pour ainsi soulager l’ancien Président qui a beaucoup fait pour le Sénégal »

Evoquant des démarches récentes entreprises par une haute personnalité très proche du Président Macky Sall, le Président du Conseil départemental de Thiès est revenu sur l’anecdote, racontée par Al-Maktoum, où Iblis demandait à être réconcilié à Dieu qui lui a rappelé que la seule condition était de faire, sur la tombe d’Adam, la prosternation qu’il avait refusée de son vivant.

Pour l’ancien premier Ministre, cette réconciliation devrait commencer par un acte de générosité et de dépassement envers Karim Wade pour que « Abdoulaye Wade reprenne enfin sa vie normale de chef d’Etat dont la CEDEAO et l’Union africaine voire le monde entier a besoin des conseils face aux problèmes du continent et du monde ».

Dans ce même élan de plaidoyer, le Président de Rewmi a appelé Macky Sall à plus de justice envers Khalifa Sall dont la seule faute est d’avoir «des ambitions pour le Sénégal », « sachant qu’il a été inculpé sur la base de nouvelles règles qu’on a voulu exclusivement lui appliquer dans une réelle volonté de mettre l’appareil judiciaire au service de calculs politiciens visant à éliminer un adversaire sérieux de la course présidentielle».

Mais Idy ira plus loin pour demander au Président Sall de travailler pour un consensus national plus large en dissolvant Benno Bokk Yaakar pour créer «Benno Bokk Sénégal» qui sera un cadre élargi conformément à l’esprit d’unité nationale qui l’avait poussé à fonder le Rewmi. Pour l’ancien Premier Ministre, Rewmi est l’expression d’un désir d’unité autour de l’essentiel: l’intérêt supérieur du Sénégal.

Faisant un clin d’œil à l’ensemble des Sénégalais qui ont grandement besoin de ce sursaut en ces temps de coupe du monde où les Lions sont engagés en Russie, Idrissa Seck dit nourrir l’espoir d’un succès éclatant si l’on parvenait à cette parfaite union des cœurs et des esprits le temps de la Coupe du monde.



Soukeyna Fall Journaliste

Analyste politique Leiden (Pays Bas)

Vidéo- « Idy a-t-il parlé sous l’influence de Jacques Attali ? » (Cheikh Yérim Seck)





Vidéo en wolof- « Serigne Moussa Nawel sauve Idy » (Cheikh Yérim Seck)





Idy s’explique et s’excuse, le pyromane à deux vitesses réplique et désobéit au khalife

Pyro, l’interprétation est libre et varie d’une personne à une autre. Il ne s’agit pas de dire:  il a raison ou il a tord mais d’aller au delà et essayer de comprendre toute la philosophie des propos, voir s’il a intérêt à nuire (ce que je ne pense pas, en toute objectivité, vu ses ambitions dans un pays comme le Sénégal) ou voir s’il a réussi son marketing diplomatique (une suite logique de campagne médiatique post-électorale). Et dans ce dernier cas de figure l’on ne peut que dire, l’intention est louable mais il s’est mal exprimé, à nous maintenant d’être de bonne foi et ériger l’adage Olof «waax bu doffë, nop yi kooy dëgg ño wara wër» en règle ici. Par ailleurs, la proportionnalité voudrait dans cette affaire, surtout après des excuses publiques, une rectification et non une correction (sanction). Voilà pourquoi, je  douterai toujours de la bonne foi de tous ceux qui ont agis et continuent d’agir sous un prétexte d’ordre religieux dans l’intention et/ou l’intérêt ou l’inconscience de nuire.




Votre allumette doit redevenir le journal de référence qu’il a été et ne peut l’être que sur l’intégrité et l’objectivité, sortir du cadre diffamatoire et personnel. Et arrêtez de confondre investigation et acharnement.

 

Les propos de M. SECK éclairés par lui même :

 

Question du Journaliste : Bamba NDIAYE était un ancien ministre donc, militant du PDS donc…

 

A M. SECK de répondre : «Vous savez, on m’en a fait part mais je ne voudrai pas polémiquer avec l’ancien patron du journal le Messager. Vous vous souvenez de cette série de journaux que Macky Sall avait crée au Palais : xiibar, Messager, «il est midi» avec un objectif politique très précis. Bein, ce monsieur que vous citez en faisait partie. D’abord, il a dit des contre-vérités. Quand même! J’ai appris le coran. Je n’ai jamais dit nulle part que le mot Maka n’apparaissait pas dans le coran tout entier. Le mot Maka bien sûr est dans la Sourate Al-Fatkh. Y a absolument aucun problème mais il est en mission. Il m’a l’air de quelqu’un qu’on a envoyé en mission. Maintenant, je vais dire ce que j’ai dit pour que ce soit clair pour vous les citoyens mais je ne veux pas polémiquer avec lui ou avec les autres. Qu’est ce que j’ai dit ? Je me suis retrouvé dans un hôtel à la Mecque à l’occasion de ma dernière Umrah; le directeur de l’hôtel vient me voir et me dit: y a l’un des Imams de la mosquée de la Mecque qui est dans l’hôtel et ce serait bien que vous le saluez pour qu’il puisse prier pour vous. Je lui dis OUI, s’il est disponible, je veux bien descendre le saluer. Il va voir l’Imam, l’Imam lui dit : » je suis pressé, mon avion est déjà en place, je suis attendu, je peux lui accorder une minute au Parking, au moment de prendre ma voiture ». Je me suis dit « très bien ». Mais je vais lui dire quelque chose qui fera qu’il ne soit plus pressé. Je descend donc au Parking, je lui dis : voilà, j’ai deux questions à vous poser. La première, c’est que dans le verset où Dieu parle de la première maison du premier temple installé, IL parle de Baka et pas de Maka dans ce verset là, Il parle de Baka pas de Maka. A quoi ça renvoi selon vous?  Est-ce que c’est ici? Est-ce que c’est là-bas ? C’est quoi ? Il me fait non non xaaram c’est ici bien sûr hiii c’est la Kaba etc. Je lui dis : Dieu , il donne des indications, il dit : c’est un lieu où Abraham s’est tenu debout. Abraham, le prophète s’est tenu debout dans ce lieu mais il s’est tenu debout là, il s’est tenu debout ailleurs. Mais c’était surtout pour l’inciter à une réflexion et l’inviter à une réflexion. Mais quand ses gardes corps lui ont dit : l’avion attend. Il leur a dit : « non non, je vais terminer la discussion avec lui ».  Il a fait attendre. Donc je lui dis : moi je sais où s’est mais je ne vous le dirais pas à vous seul. Je vous le dirais quand vous et les Israéliens qui vous battaient tout le temps là et qui faites la guerre tout le temps et qui vous massacraient tout le temps, vous ferez la paix. Et ça, ça doit se passer au Sénégal. Donc si vous voulez connaître la réponse, venez au Sénégal, vous et les israéliens puisque le Sénégal est le patron de la commission Al-Khoodsh  aux Nations unis. Donc le Sénégal doit jouer un rôle et doit pouvoir parler à tout le monde. C’était ça le but de l’opération. C’était une opération Marketing pour l’inciter à avoir envie de venir entendre ma version. Puisque dire ça aux gens de la Mecque, c’est quand  même énorme. En suite, je lui ai dit : vous, vos recettes là du pèlerinage, moi je ne suis pas d’accord que vous nous envoyiez juste des carcasses de moutons hein à l’occasion… NON, on doit partager parce que lorsque l’Islam a été menacé, la première mission diplomatique que le prophète a envoyé, IL l’a envoyé en Éthiopie, en Afrique chez un roi Chretien qui les a accueillis. Donc une partie du pèlerinage revient à l’Afrique. Vous ne devez pas nous donner des aumônes, des sarakhs. Vous devez mettre les recettes sur la table et nous donner notre part. Puisque ça appartient à tous les musulmans. Au lieu de ça, vous gardez ça dans des banques américaines, suisses etc. Et d’ailleurs ces gens là vous contrôlent totalement. Je ne suis pas d’accord, moi je suis un Musulman, le prophète est mon prophète. Et le prophète a dit quelque chose de très clair: « Ana zaddu kulu takhï’oun wa’law kana habassï’oun wa an’na barï’oun min koulii sakhï’oun wa law kana quraysh ». Mom nëna : Bokkom, sa parenté, c’est le Taqwā, c’est la piété, c’est la foi en Dieu même si tu es Habass c’est à dire si tu es un negre d’Éthiopie mais il est contre toi, même si tu es Quraysh si tu n’as pas cette foi en Dieu. Et j’ai expliqué que la querelle palestinienne et Israélienne doit trouver une solution par le Sénégal, pas par les États Unis, pas par l’Europe, par le Sénégal. Et j’ai voulu les amener à venir ici pour qu’on en parle. Le président de la république Macky SALL, malheureusement, n’a pas cette compréhension. Il est là comme un lion qui dort, qui attend que Trump règle les problèmes ou que Macron règle les problèmes. Non, c’est nous et je leur ai dit : c’est une querelle de demi-frères puisque ils, tous ses deux peuples la viennent d’Abraham. Yonëte ya Allah Ibrahim dont le prophète dit que c’est un modèle, c’est une communauté. Ce prophète Abraham là avait une épouse Sarah qui ne pouvez pas avoir d’enfant. Et Sarah lui a donné son … sa servante Agar et il a eu Ismael. Et la branche Mouhamédienne dérive de la branche de Ismael mais tous les autres prophètes qui ont suivis Is-Hakk sont dans la branche Juive jusqu’à Jesus qui est un Rabin juif. Donc j’ai dit que lorsque Mouhamed est apparu (Salla Allah’ou alayhi wa Salam) chez les arabes en disant je suis le Khatimou nabiii’in wa imamin moursaline, c’est moi le patron de tous les Envoyés et je suis le sceau  qui authentifie le message de tous les porteurs de nouvelles. Bein, les juifs se sont dit: comment est-ce possible? .….. Donc voilà la question que je soulève. Mais je n’ai jamais dit comme le prétend ce monsieur là. Khamnga Serigne Cheikh Tidiane Al-Maktoum daf madoon waax ni : wërënté borom xam-xam thi diné, wërënté borom xam-xam thi diné Yiiiw la. Wanté amna co khamné bouthia taabé mou yakkou, moy borom your gou touti ak lamigne bou yattou. Bou taabé si waxtaan bii rek mou yakkou. »





A M. SECK de s’excuser en «Français» : “Devant mes frères en religion et en humanité Sidy Lamine Niasse et Bamba Ndiaye, devant mon Oncle Serigne Mbaye Sy Mansour, comme devant le peuple sénégalais tout entier et la Oumma islamique, je m’incline à nouveau et sollicite leur pardon. Non point d’avoir dit ou fait quelque chose contre l’Islam mais d’avoir imprudemment laissé sortir un débat que je mène depuis deux ans avec des exégètes des trois religions révélées sur ce que» l’Ethique, le Mystique et le Politique ont en commun ». Mon pardon leur est assuré.

Salam. “

 

Soyez fort et donnez raison à M. Gandhi qui disait que, “Le faible ne peut pardonner. Pardonner appartient aux forts.”

 

  1. Idriss, «Mesure tes paroles à la capacité de ceux devant qui tu parles. »

 

Pyro, Cessez le feu!

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR