Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

Khalifa Ababacar Sall

Message de Khalifa Ababacar Sall aux Lions de football du Sénégal  

Message de soutien et d’encouragement

de Khalifa Ababacar SALL aux Lions de football du Sénégal

 

Chers Lions,

 

 

A la veille de votre entrée en lice dans le Mondial de football 2018, je reste confiant sur votre capacité à vous surpasser et à porter haut les couleurs de notre pays pour revenir de Russie auréolés de gloire au terme d’une brillante campagne.





A l’instar du peuple sénégalais tout entier, je formule des prières ferventes pour le succès de notre équipe nationale et invite tous les Sénégalais à une vaste communion autour des Lions de football, identité remarquable de la Nation.

 

Chers Lions du football, vivez votre rêve et faites nous rêver en tirant notre onze national vers le haut et en défendant, avec honneur et patriotisme, le drapeau du Sénégal.

 

Khalifa Ababacar SALL

Maire de la Ville de Dakar

Député à l’Assemblée nationale

L’avocat malien de Khalifa Sall prévient le juge Lamotte contre les hommes politiques

YERIMPOST.COM Venu du Mali pour défendre Khalifa Sall dans le procès de la Caisse d’avance de la mairie de Dakar, Me Mamadou Ismaëla Konaté a regretté les charges retenues contre son client. L’ancien Garde des Sceaux malien pense que les infractions retenues contre l’édile de la Ville de Dakar sont « violentes ». Elles « violent » l’honneur, « offensent » l’intégrité et « violent » le statut du député-maire.

Dans sa plaidoirie, ce 19 février, Me Konaté a rappelé que les Collectivités locales bénéficient d’une libre administration. Ce qui signifie, à ses yeux, que l’Inspection générale d’Etat (Ige), contrôlée par le président de la République, n’avait aucune compétence pour inspecter la Ville de Dakar. Le bâtonnier malien a conclu en invitant le juge Malick Lamotte à ne pas tomber dans le jeu des politiciens. Me Konaté a lancé au magistrat: «Les hommes politiques font leur bagarre, lorsque celle-ci n’a plus d’issue, ils vous demandent d’arbitrer.»

Polémique entre Serigne Bassirou Guèye et Khalifa Sall autour d’une facture téléphonique de… 400 millions de la Ville de Dakar

YERIMPOST.COM La facture téléphonique de la Ville de Dakar a été abordée au procès de la Caisse d’avance. C’est le procureur, Serigne Bassirou Guèye, qui a interpellé le percepteur de la mairie sur une facture de 400 millions de FCfa. En lieu et place du percepteur, c’est le maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, qui a répondu à l’interpellation du procureur. Appelé à la barre, le maire de Dakar a demandé au président du tribunal l’autorisation d’apporter des éclaircissements sur cette facture. Selon lui, ce sont deux services de la Sonatel rendus à la Ville de Dakar qui justifient cette facture salée. Le premier concerne l’informatique à l’école, un projet qu’avait initié la mairie dans certains établissements de la capitale. L’autre service concerne les feux tricolores sur les grands axes de la capitale.

À en croire le maire, aucun agent de la Ville de Dakar n’a de ligne téléphonique portable pris en charge par la mairie.

www.yerimpost.com




Khalifa Sall révèle la scandaleuse proposition d’Amadou Ba à propos de l’emprunt obligataire de la mairie de Dakar

YERIMPOST.COM L’affaire de l’emprunt obligataire qui opposait l’Etat du Sénégal à la mairie de Dakar, et qui portait sur la somme de 20 milliards de FCfa, a été ressuscitée au tribunal où se déroule le procès de la Caisse d’avance. Elle a été soulevée par Khalifa Ababacar Sall. Appelé à la barre, ce matin, le maire de Dakar est revenu sur les détails de cet emprunt. Selon lui, l’Etat lui avait, à trois reprises, servi un avis de non-objection. Ce qui lui donnait un quitus  au niveau de l’Umeoa pour le décaissement de ces 20 milliards.

Mais, à sa grande surprise, la veille de l’obtention de cet emprunt, la ministre de l’Economie et des Finances, Amadou Ba, l’a appelé pour une renégociation. Ce que le maire dit n’avoir pas compris. Néanmoins, Khalifa Ababacar Sall avait accepté de rencontrer le ministre, chez lui, pour renégocier sous la supervision du représentant de l’Usaid qui était le garant de la Ville de Dakar pour cet emprunt.

La réunion n’avait toutefois pas permis de décanter la situation. « J’étais outré par ce qu’on m’avait proposé », a déclaré, devant le juge, Khalifa Ababacar Sall. Et le maire de Dakar de poursuivre : « Je ne révélerai jamais la teneur de nos discussion. Parce que j’ai une certaine culture républicaine ». Ces 20 milliards, d’après le maire, devraient aider à restructurer Dakar.

À signer que Khalifa Sall avait introduit un recours pour excès de pouvoir devant de la Cour suprême. Mais, il n’avait toujours pas obtenu gain de cause.

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR