Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

le procureur

Affaire Mariama Sagna : Le procureur de Pikine donne les détails de l’assassinat…

YERIMPOST.COM Les choses se précisent dans l’affaire Mariama Sagna, du nom de la responsable du parti Pastef à Keur Massar tuée samedi dernier dans son domicile. Les autorités judiciaires écartent tout mobile politique. Face à la presse, le procureur de Pikine a donné les détails du meurtre. « À la fin de la manifestation, aux environs de 20 heures, Ousseynou Diop et Saliou Boye ont ramené les fauteuils chez la victime. À leur arrivée, ils ont trouvé la dame Mariama Sagna à moitié nue dans sa chambre en train de se divertir. Ce qui n’a pas manqué de leur donner des idées. Les mis en cause l’ont attaquée et violée tout en l’étranglant pour l’empêcher de crier, causant ainsi son décès.» Amadou Seydi a poursuivi: «Avant de quitter les lieux du crime. Ousseynou Diop et Saliou Boye ont subtilisé le poste téléviseur et un téléphone portable appartenant à leur victime. Les investigations subséquentes menées par les éléments de la gendarmerie territoriale de Keur Massar, en collaboration avec leurs collègues de la brigade de recherches de Faidherbe, ont permis l’arrestation du premier charretier Ousseynou Diop qui a reconnu avoir participé à la commission des faits.»







Le Pds ne veut pas de plan B, le procureur de la Crei en impose un

YERIMPOST.COM Au moment où le Parti démocratique sénégalais (Pds) s’entête à imposer Karim Wade comme candidat, le procureur spécial près de la Cour de répression contre l’enrichissement illicite a un autre plan. Abdoulaye Diagne a signé des réquisitions d’incarcération contre Karim Wade et tous ses co-accusés. Après des ordres de contrainte au maximum qui se sont avérés infructueux, le procureur passe à une autre étape, nous dit Libération. Ainsi, la Direction de la police judiciaire (Dpj), qui coiffe la Division des investigations criminelles (Dic) et le Bureau national d’Interpol, a été mis à contribution pour procéder à l’arrestation immédiate des mis en cause. Une nouvelle qui vient pour ne rien arranger dans la situation déjà un peu trop compliquée de Karim Meïssa Wade.



Le procureur du Qatar de nouveau à Dakar. La raison de sa visite ?

YERIMPOST.COM Le procureur du Qatar, Dr Ali Bin Fetais Al Marri, est à Dakar, depuis hier mardi. Le journal Dakar Times qui donne l’information, note que le maître qatari des poursuites est arrivé dans la capitale sénégalaise à bord d’un avion spécial. Il devrait rencontrer le chef de l’Etat, Macky Sall, pour évoquer l’affaire Karim Wade.


Affaire Yakham Mbaye: le procureur corse le dossier et parle de tentative de meurtre

YERIMPOST.COM Serigne Fallou Mbacké Dione a été inculpé et placé sous mandat de dépôt par le doyen des juges d’instruction ce vendredi 27 juillet. Les faits sont graves. Le jeune partisan du président Macky Sall, et non moins responsable du Cojer à Dakar-Plateau, est poursuivi pour tentative de meurtre sur le directeur de la SSPP Le Soleil. Mais, selon le quotidien Libération, Fallou Dione ne sera pas seul dans sa descente aux enfers puisque le procureur de la République a ordonné une information judiciaire contre X pour coups et blessures volontaires. D’autres interpellations vont donc suivre dans les prochains jours. Le 22 juillet dernier, au cours d’une réunion des membres de l’Alliance pour la République, des gros bras s’étaient introduits dans la salle qui abritait la rencontre entre apéristes. Des heurts ont éclaté, occasionnant des blessés. Yakham Mbaye a été exfiltré de la salle, ce qui lui a sauvé la vie. Désigné comme l’instigateur de cette violence, Fallou Dione a été cueilli au domicile de l’ancien ministre où il était venu présenter ses excuses plus tard dans la même soirée.


Affaire de l’arène nationale: Thiate attend que le procureur s’auto-saisisse

YERIMPOST.COM La polémique sur les 32 milliards de l’arène nationale ne fait que commencer. À en croire Thiate, du mouvement Y en a marre, des députés sont en train de travailler pour que cette affaire soit tirée au clair. En attendant, le « y en a marriste » demande à Serigne Bassirou Guèye de prendre ses responsabilités. « Qu’est-ce le procureur de la République attend pour s’auto-saisir sur ce dossier ?», se demande-t-il. Selon lui, cette histoire prouve que « ceux qui nous dirigent sont des voleurs ».


Un pavé dans la mare: le procureur demande… l’annulation du PV d’enquête préliminaire

YERIMPOST.COM Cette fois, c’est clair. Ses propos ne souffrent d’aucune ambiguïté. Lansana Diabé Siby, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a fait son deuxième réquisitoire dans le procès en appel du maire de Dakar, Khalifa Sall. Après avoir demandé, lors de son premier réquisitoire, le respect de la décision de la Cour de justice de la CEDEAO, des propos qui avaient soulevé de vives polémiques, le procureur général près de la Cour d’appel de Dakar a demandé, ce mardi, l’annulation du Procès-verbal (PV) d’enquête préliminaire sur la base de ladite décision. «Dès l’interpellation, l’avocat doit être présent. Ce débat est terminé. Le procès-verbal d’enquête préliminaire de la procédure doit tout simplement être écarté parce que les interpellés n’ont eu droit à la présence d’avocat», a-t-il explicité.


Aziz Ndiaye devant le procureur

YERIMPOST.COM Les choses se corsent pour l’ex-promoteur de lutte Aziz Ndiaye. Il sera déféré au parquet après le délai légal de sa garde-à-vue à la Section de recherches de la gendarmerie de Colobane. Il est reproché au patron de l’huile « j’adore » d’avoir dépoté une huile de mauvaise qualité dans des bouteilles et d’y avoir apposé sa marque. Dans sa livraison du jour, le journal Libération nous donne plus de détails et informe que les enquêteurs ont du solide contre le businessman. Après qu’ils ont reçu l’information faisant état de ce trafic douteux, les limiers ont filmé la scène et pris Aziz Ndiaye et sa société la main dans le sac. D’ailleurs, l’entrepôt de la société a été mis sous scellé après le passage des gendarmes. Son avocat a déclaré que ce qui est reproché à son client est d’une valeur inférieure à 500 000 francs. A noter que Aziz Ndiaye reste inculpé dans une autre affaire de recel de riz.



Lamine Ndoye tué par « Aladji Kourouss »: le procureur de St-Louis cité dans l’affaire

YERIMPOST.COM Lamine Ndoye était un jeune footballeur qui venait de signer dans un club portugais. En vacance à Dakar, il devait retourner au Portugal dans la soirée de ce jeudi 21 juin. Mais, hélas, Dieu avait un autre programme pour lui. Parti récupérer son chapelet qu’il avait commandé auprès d’un vendeur surnommé ‘Aladji Kourouss », le jeune homme a trouvé que sa commande n’était pas encore prête. Le vendeur n’avait pas respecté le délai. Une violente dispute s’en est suivie entre les deux et le vendeur de chapelets s’est saisi d’une arme blanche (d’aucuns disent que c’est un couteau et d’autres parlent d’une paire de ciseaux) et l’a plantée au cou de son adversaire. Transféré d’urgence à l’hôpital Philippe Maguilen Senghor de Yoff, le jeune homme n’a pas survécu et l’annonce de son décès a été faite peu après son admission dans le centre hospitalier. Dans sa parution du jour, le quotidien Les Echos révèle un peu plus sur le défunt. Et figurez-vous qu’il est le jeune frère du procureur de Saint-Louis, Ibrahima Ndoye. Quant à Aladji Kourouss, il doit son salut à la gendarmerie qui est intervenue et a empêché les populations de se faire justice. Il a été interpellé et placé en garde-à-vue à la brigade de gendarmerie de la Foire.



Le procureur Alioune Ndao s’exprime pour la première fois après son éjection de la Crei

YERIMPOST.COM Le procureur général près la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei), rendu célèbre par le procès de Karim Wade, est revenu sur cet épisode de sa carrière où il a été sous les feux de la rampe malgré lui. Ce qui est resté encore dans les mémoires reste ce moment où, en pleine audience, il a été dessaisi du dossier. La cérémonie d’installation des sept (7) juges consulaires de la Chambre commerciale d’appel de Dakar a été l’occasion pour lui de s’exprimer sur cet événement. Alioune Ndao dit n’avoir aucun regret suite à cet épisode. Il est magistrat et continue de l’être. Mais, pour lui, « la page de la Crei est est tournée. C’était un moment de ma carrière et j’estime que j’ai fait mon travail conformément à la loi. Je ne me sens pas instrumentalisé et j’estime que je ne le suis pas tout comme d’autres collègues qui ne le sont pas non plus. »



Makhtar Diokhané descend en flammes le procureur

YERIMPOST.COM La fin est proche et les accusés seront bientôt fixés sur leur sort. C’est le 19 juillet que le délibéré sera rendu. La journée d’hier, jeudi 31 mai, a été l’occasion pour les 29 accusés de faire leur dernière déclaration. Le principal accusé, Makhtar Diokhané, a tenté de disculper ses épouses qui, selon lui, ont été impliquées dans cette affaire alors qu’elles n’ont rien fait. « Je suis convaincu que je n’ai rien fait », dira-t-il devant la barre.

Makhtar Diokhané a saisi l’occasion pour féliciter le président de la Chambre spéciale, Samba Kane, et ses deux accesseurs qui, selon lui, ont fait preuve de sincérité et de sérénité tout au long du procès. Quant au procureur Aly Ciré Ndiaye, l’accusé présenté comme le recruteur de l’Etat islamique en Afrique de l’Ouest ne pense pas autant de lui. « Le procureur est comme un pharaon qui croyait qu’il était le plus fort alors que tel n’est pas le cas », déclarera ouvertement Makhtar Diokhané. Avant de conclure: « Les terroristes, on les connaît mais on n’en parle pas. Ceux qui m’accusent sont dans leurs bureaux climatisés et c’est grave ! Vous n’avez pas la preuve de ma culpabilité ! »


Assassinat de malades mentaux: le Procureur prouve la culpabilité de l’Etat.

Communiqué de presse

Assassinat de malades mentaux :

le Procureur prouve la culpabilité de l’Etat.

L’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM), avait porté plainte auprès du Procureur de Rufisque, le mercredi 09 mai 2018, contre l’Etat du Sénégal. A cet effet, son Président, Ansoumana DIONE a été reçu au Commissariat urbain de Rufisque, ce mardi 22 mai 2018. Mais, sa grande surprise, le Secrétaire du Commissaire lui a fait comprendre que le Procureur a classé le dossier sans suite, pour absence de preuves et l’Etat étant une personne morale, ne peut pas être responsable. Ainsi, pour le défenseur des malades mentaux, le Procureur n’a fait que prouver la culpabilité de l’Etat du Sénégal et c’est pourquoi, l’ASSAMM va poursuivre ce dernier auprès d’autres de la Cour pénale internationale, avec toutes les preuves à l’appui, pour les divers délits suivants ;

  • Assassinat d’une dizaine de malades mentaux errants, à Dakar et Tambacounda, entre 2014 et 2018;
  • Confiscation et fermeture depuis 2013, du Siège de l’ASSAMM à Kaolack, construit en 2004, avec l’appui de l’Etat du Sénégal, sous le régime du Président Abdoulaye WADE;
  • Blocage et sabotage pendant six (06) ans, du projet de l’ASSAMM pour la prise en charge médicale gratuite et la réinsertion sociale de malades mentaux errant au Sénégal;
  • Non assistance à personnes en danger, détournement d’objectif et modification de nom de structure, rebaptisée feu Imam Assane CISSE, initialement appelée, Contre d’Encadrement et de Traitement de Malades Mentaux et dont l’ASSAMM est bénéficiaire.

Pour Ansoumana DIONE qui condamne avec la dernière énergie cette attitude du Procureur de Rufisque, la Justice sénégalaise devait pouvoir trancher cette affaire pour que, au moins, force puise rester à loi. Toutefois, après dix-huit (18) ans de lutte en faveur des malades mentaux errants, au nombre de près de trois mille au Sénégal, tous inconscients, jusqu’ici, de ses multiples sacrifices et privations, Ansoumana DIONE ne compte jamais baisser les bras pour atteindre son objectif pour le bonheur du peuple sénégalais.

Rufisque, le 22 mai 2018,
Ansoumana DIONE, Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM) 

 

URGENT: Le procureur Ibrahima Ndoye fait des révélations

YERIMPOST.COM L’enquête sur la mort de Mouhamadou Fallou Sène sera bouclée très rapidement, en fin de semaine au plus tard, affirme le procureur de la République de Saint-Louis. Ibrahima Ndoye, qui faisait face à la presse, a annoncé que les auditions des témoins a commencé et tout l’escadron qui était présent ce mardi 15 mai à l’Université Gaston Berger sera entendu. Il a également révélé les résultats de l’autopsie qui concluent à une mort par balle. Fallou Sène a reçu une balle au niveau pelvien.



Dernière minute: le procureur Ibrahima Ndoye va parler

YERIMPOST.COM Le procureur de la République de Saint-Louis avait prévu de faire face à la presse ce mercredi 16 mai. Une rencontre reportée sine die et, pour l’heure, on ignore les motifs. Dans les heures voire les jours à venir, le procureur Ibrahima Ndoye va se prononcer sur les événements survenus le mardi 15 mai à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis. La rédaction de Yerimpost suit de près.



Le procureur Aly Ciré Ndiaye et le « Ndawtal » des présumés terroristes.

YERIMPOST.COM Le procès pour terrorisme devant la Chambre criminelle spéciale du tribunal de Dakar tire à sa fin. Bientôt le dénouement de cette affaire qui a créé une onde de choc chez bon nombre de Sénégalais qui, jusque-là, étaient dans le déni que des compatriotes ont rejoint les rangs de combattants sur le théâtre des exactions et que d’autres étaient candidats au djihad. Me Moussa Sarr qui, dans son bon rôle, a crié sur tous les toits que son client (Imam Ndao) n’a rien à faire dans le box des accusés, accusant même parfois la presse d’être la main armée du procureur, a soutenu mordicus qu’aucun des accusés n’a témoigné à charge contre Imam Ndao.

Au cours de son réquisitoire de ce lundi 14 mai, le procureur Aly Ciré Ndiaye est revenu sur ce dernier point. « On a eu à soutenir hors de la salle devant la presse qu’Imam Alioune Ndao n’a été chargé par aucun des accusés… On a eu à dire que c’est comme au baptême où ne connaissant ni le bébé ni la mère du bébé, on lui imputait la paternité du bébé », a-t-il souligné. Le représentant du ministère public a poursuivi: « Si Alioune Ndao ne connait ni le bébé, ni la mère, ni les tantes et oncles du bébé, mais c’est lui qui recevait les Ndawtaal du bébé. Alioune Ndao a reçu 9 millions de francs cfa en guise de Ndawtal ».



Procès Imam Ndao et cie: le procureur prouve son accusation

YERIMPOST.COM Aly Ciré Ndiaye est depuis ce matin devant la barre de la Chambre criminelle spéciale pour faire son réquisitoire. Depuis l’ouverture de la séance qui marque le 18ème jour, le procureur se base exclusivement sur les faits reprochés aux prévenus. Association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, apologie du terrorisme, financement du terrorisme, blanchiment de capitaux, actes de terrorisme par menaces ou complot… Le procureur démontre que ces prévenus, dont 11 ont été dans les bastions de la filière de l’Etat islamique en Afrique de l’ouest, notamment Boko Haram, avaient l’intention de perpétrer des attentats sur le sol sénégalais. L’occasion pour le procureur de féliciter les renseignements généraux qui ont permis de stopper net cette entreprise qui risquait de plonger le Sénégal vers des lendemains incertains. « M. le président, on l’a échappé belle ! Penser que notre pays est à l’abri de ce qui se passe en Afrique et ailleurs dans le monde relève d’une illusion dangereuse », a noté le maître des poursuites.



Khalifa Sall attaque le procureur, celui-ci lui assène une réponse assassine

YERIMPOST.COM Cet échange qui suit est pour le moins houleux. Yerimpost l’a extrait pour vous des minutes du procès…

Agacé par les questions du chef des poursuites, le maire de Dakar perd patience et attaque: « Quel est votre problème ? »
Et là, le chef du parquet réplique et dérape gravement. « Je n’ai pas de problème. Celui qui a un problème, c’est celui qui a détourné de l’argent destiné à la population », jette Serigne Bassirou Guéye à la figure du prévenu.
Les avocats de la défense se lèvent de leur box et dénoncent l’attitude du représentant de l’Etat: « M. le procureur, ce n’est pas à vous de dire si  Khalifa Sall a détourné de l’argent ou pas », disent-ils.
Le juge Malick Lamotte intervient et recadre Serigne Bassirou Guéye: « Je n’ai pas demandé que le procureur soit passé par moi. Je vous retire la question tous les deux. Mais calmez-vous. Depuis le début, je ne vous ai pas vu vous comporter ainsi ».
Le procureur explique son comportement: « C’est le prévenu qui m’a m’a posé des questions et le tribunal n’a rien dit. »



Ziguinchor: le procureur face à la presse

YERIMPOST.COM Silencieux depuis le début de cette enquête sur les meurtres de 14 bûcherons dans la forêt de Bourofaye, le procureur de la République près le tribunal de grande instance de Ziguinchor a décidé de sortir de sa réserve. Alioune Abdoulaye Sylla fera face à la presse ce jeudi 25 janvier. Un compte rendu détaillé sera fait des éléments de l’enquête sur le massacre qui s’est déroulé le 6 janvier dernier et des différents chefs d’accusation qui pèsent sur les 24 suspects placés sous mandat de dépôt.

Qu’attend le procureur pour interroger Pierre Goudiaby Atépa ?

YERIMPOST.COM Pour la morale, pour que les victimes puissent reposer en paix, pour que les familles puissent faire leur deuil, pour que ce répit observé depuis un certain temps ne soit pas escamoté, pour que le monde puisse mettre un visage sur ces assassins… Pour toutes ces raisons évoquées et bien plus encore, le procureur de la République doit agir. Au lendemain du massacre du 6 janvier 2018, le président du Collectif des cadres casamançais annonçait en conférence de presse qu’il détenait les noms des auteurs de ce crime collectif. Une confession qui a suscité beaucoup de réactions. L’ancien porte-parole du Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC) s’est demandé comment des gens établis à Dakar pouvaient savoir ce qui se passait en Casamance. Abou Elinkine Diatta est allé plus loin dans son raisonnement, se demandant s’ils (Atépa et cie) n’en sont pas les commanditaires.

14 bûcherons tués de sang-froid dans une forêt, n’est-est-ce pas suffisant pour que Pierre Goudiaby Atépa en dénonce les auteurs ? Pourquoi attendre une convocation du procureur pour « balancer » des assassins qui menacent le processus de paix en Casamance ? Au nom de la sécurité nationale, Pierre Goudiaby Atépa doit être interrogé afin d’éclairer la lanterne des Sénégalais. Mieux, les familles des victimes, avec la nation toute entière à leurs côtés, exigent de M. Atépa qu’il dénonce cette bande de tueurs.

www.yerimpost.com

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR