Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

les magistrats

Procès en cassation de Khalifa Sall: les magistrats devant siéger connus

YERIMPOST.COM Les noms des magistrats qui auront à siéger dans le cadre du dossier de Khalifa Sall, le 20 décembre 2018, sont connus. C’est le président Amadou Bal qui va présider l’audience. Il sera assisté par Waly Faye, Adama Ndiaye, Mbacké Fall, Ibrahima Sy et Fatou Faye Lecor.
Ces magistrats auront la lourde charge d’examiner le pourvoi de Khalifa Sall et devront faire preuve d’indépendance, d’objectivité, d’intégrité, et d’impartialité pour dire le Droit.
Le faire marquant est que le 1er Président de la Cour suprême, Mamadou Badio Camara, sera en retrait de ce procès.







Me Ousseynou Fall revient à la charge contre les magistrats

YERIMPOST.COM La réforme de la justice s’impose aujourd’hui plus que jamais sous nos cieux. Cet avis de l’avocat Me Ousseynou Fall est motivé par les nombreuses critiques de gens qui ne croient plus en cette justice. A l’en croire, le malaise dérange même certains magistrats vertueux, valeureux et honnêtes, à l’image de Souleymane Téliko qu’il cite comme étant un juge très courageux. Me Ousseynou Fall, qui s’est entretenu avec nos confrères de VoxPopuli, a proposé de « faire les états généraux de la justice comme on le fait dans certains secteurs… Lorsqu’on voit certains travers, on se dit que dans certains dossiers, on voit vraiment qu’il y a une main invisible… »



Moussa Taye tance Ismaïla Madior Fall et interpelle les magistrats sénégalais

YERIMPOST.COM « C’est encore une immixtion grave dans le fonctionnement de la justice. Il ne lui appartient pas de commenter la décision de justice encore moins de décider du sort qui doit lui être réservé. En tout état de cause,  le Sénégal a l’obligation de respecter et d’appliquer les décisions de la cour. Il a adhéré librement à cette juridiction, a participé à son financement, à l’élaboration des normes et à son fonctionnement en y envoyant ses juges. Il ne peut donc refuser d’appliquer les décisions de justice qui émanent de cette juridiction. En appel, j’espère que les juges auront la lucidité et le courage d’intégrer cette nouvelle donne et en tenir compte. La conséquence est simplement la régression du procès d’appel à la phase de l’information judiciaire et par voie de conséquence la libération des détenus. C’est pourquoi, j’interpelle ici et maintenant les organisations des droits de l’Homme et l’Union des magistrats afin qu’elles prennent leurs responsabilités devant cette situation. »




Moussa Taye

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR