Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

Lettre ouverte à

Lettre ouverte à M. Eric Lombard, directeur général de la Caisse des Dépôts et Consignations, Paris, France

Monsieur le Directeur Général,

Je vous adresse cette lettre en ma qualité de président du mouvement
Un Autre Avenir, appartenant à l’opposition sénégalaise.
J’ai en effet appris avec stupéfaction l’accord de coopération bilatérale
que vous avez signé avec M. Aliou Sall, directeur général de la Caisse
des Dépôts et Consignation du Sénégal portant sur la période 2019-
2021 concernant le développement économique et l’appui aux territoires
français et sénégalais.
Il n’entre pas dans mes intentions de contester l’opportunité et l’intérêt
d’un tel partenariat entre nos deux pays dans la perspective d’une
exploitation de solutions innovantes, en particulier dans le cadre de
projets portés par des acteurs territoriaux. En revanche je m’interroge
sur le bienfondé d’un tel engagement au moment où, au Sénégal, se fait
jour un scandale dénommé le « PetroGazGate » qui met en cause la
personne même du directeur général de la Caisse des Dépôts de
Consignations, en l’occurrence votre homologue M. Aliou Sall.
Si l’on se reporte à un article récent du « Monde Afrique » qui relaie lui-
même un reportage réalisé par la BBC, ce dernier aurait profité d’un pot-
de-vin en contrepartie de l’attribution de concessions pétrolières et
gazières. Vous admettrez qu’il s’agit d’accusations très graves, sans
vouloir préjuger de la présomption d’innocence de l’intéressé.
Néanmoins, si les faits étaient avérés ils relèveraient du délit de
corruption et impliqueraient la société Pétro Tim, bénéficiaire de permis
de recherche et d’exploration des hydrocarbures. Permis ayant été
obtenu à la suite d’un décret signé par le frère de M. Aliou Sall, à savoir
M. Macky Sall actuel président de la République du Sénégal.
En outre, il se trouve que M. Aliou Sall est « Country manager » de la
société Pétro Tim et pour cela, toujours selon l’enquête de la radio
Britannique BBC, serait rémunéré mensuellement à hauteur de 25 000
dollars. Par ailleurs il bénéficierait d’une promesse de parts dans la
compagnie à hauteur de trois millions de dollars.

Ne croyez-vous, Monsieur le Directeur général, qu’au vu de ces divers
éléments il aurait été plus raisonnable de sursoir provisoirement à la
signature d’un tel accord entre vos deux Caisses dans l’attente que des
éclaircissements soient apportés dans cette affaire et que les soupçons
qui visent M. Aliou Sall soient levés ?
La population Sénégalaise attend que toute la lumière soit faite sur ces
révélations et que si des agissements frauduleux ont effectivement eu
lieu ils soient sanctionnés dans la transparence la plus complète. Pour
autant je ne m’explique pas qu’à ce stade des accusations portées
contre lui, M. Aliou Sall puisse encore être considéré par votre institution
comme un interlocuteur légitime.
Je vous prie de croire, Monsieur le Directeur Général, à l’expression de
mes sentiments respectueux.

P.S : Copie adressée à M. le Directeur général de l’AFD

Ibrahima Thiam
Président du mouvement Un Autre Avenir

Lettre ouverte à Monsieur le directeur général de la Police, M. deux fois MAL !

Le Remplaçant du footballeur Policier contre le Peuple (Omar MAL)
Le Sénégal est une grande Démocratie et pour preuve, nous avons commencé à voter bien avant les Français et beaucoup d’autres pays qui se donnent comme exemple de Démocratie aujourd’hui. Contrairement à l’ancien DG de la Police Nationale au temps du Président SE Me Abdoulaye WADE, Nous attendions quelle chose de nouvelle au niveau de la police Nationale surtout sur les violences et bavures policières et nous avons constaté que ce n’est pas du tout le cas(K) mais le Q. Le Peuple Sénégalais qui vit dans la misère totale et manque de tout, ne croyait en aucun cas que des membres haut placés de la police nationale aurait accepté de suivent des Politique corrompus et malhonnêtes vis-à vis des maux de la Société Sénégalaise.
Le pire est que tous les Sénégalais contre le Régime de Macky SALL sont des ennemis à abatte sans le moindre scrupule et n’ont droit à rien.




Un homme comme Macky SALL qui véhiculait partout les questions d’éthique et de d’déontologie…. se retrouve aujourd’hui au beau milieu de nul part dans un champ de mensonges et de promesses non tenues, je pense que le peuple Sénégalais souverain, ouvert, discipliné et suffit……….ne le mérité en rien.
Comme la rue est quadrillée par vos hommes nuit et jour, ils ne nous restent que les réseaux sociaux pour se défendre et aujourd’hui nous avons constaté avec le complicité de l’ADIE que l’internet est devenue lente dans tout le pays car vous avez peur des directes de nos journalistes aguerris(seneplus, seneweb, senews, senego, ….) en même temps des publications des jeunes internautes dénonçant tous les comportement du Régime en place, les grés à grés, j’en passe et la violence policière et Mr le DG comme vous n’étaient pas un chef si vous croyait que vous êtes à la tête d’une entreprise comme sonatel ou Sénélec et que tout est permis pour faire voler les Elections à Macky, je vous dis que vous vous trompez largement car on ne vous laissera pas le morceau, nous allons continuer de combattre l’injustice que nous vivons sous toute ces formes. Les réseaux sociaux que vous tentez de blocquer ont permis la publication des extraits de projets de lois qui violaient la Constitution du Sénégal et les droits fondamentaux des citoyens sénégalais. Ils ont permis de révéler les pratiques d’hommes et de femmes de tous bords politiques mélangeant allégrement intérêts privés et publics. Ils ont sorti des vidéos de marches pacifiques brutalement réprimées par les forces de l’ordre, de traitements inhumains et dégradants de citoyens sénégalais par des agents publics, ou encore de faits de corruption d’agents publics sur la circulation. Donner ces informations au public, est-ce un délit ? Pire, peut-être, un crime contre la démocratie ?
En analysant vos propos, les réseaux sociaux seraient les fossoyeurs, conscients ou inconscients, de la démocratie sénégalaise. Bref, la crise de la démocratie sénégalaise, ce serait la faute aux citoyens exerçant librement leurs libertés fondamentales sur les réseaux sociaux.
Nous voudrions attirer votre attention sur le fait que nous sommes contre cette diabolisation des nouveaux outils d’exercice de nos libertés, qui ne vise qu’à restreindre nos libertés fondamentales. Les réseaux sociaux font circuler des faits, des événements, des paroles, des images ; ils rendent publics des informations sur les conditions de vie différentes des sénégalais et de leurs Gouvernants, sur les nouvelles façons de s’entraider dans les banlieues ou dans le monde rural, par exemple, sur la situation des personnes vulnérables ; ils donnent à penser en ouvrant des controverses sur un livre, un film, une exposition, une opinion scientifique, morale ou politique… Bref, les réseaux sociaux donnent à voir ce que les puissants voudraient parfois laisser hors des yeux du public, ils favorisent la délibération sur la chose publique et mettent les citoyens en situation d’exercer un contrôle sur leurs gouvernants en dehors des moments électoraux. En ce sens, nous tenons à vous rappeler que la liberté d’informer est le droit constitutionnel le plus précieux parce qu’il est à la fois la base et la garantie de tous les autres droits.
Sans doute, nous sommes conscients de certaines dérives sur internet et nous sommes les premiers à condamner toutes sortes de dérives sur internet, mais le souci de plaire au Président ne doit pas vous conduire à essayer de restreindre nos libertés. La réponse n’est pas dans la restriction arbitraire des libertés fondamentales. Elle se trouve dans le respect de l’éthique de la communication portée sur des droits et des devoirs de chaque citoyen, et qui peut se résumer dans l’impérieuse exigence de ne jamais confondre sa liberté avec celle des autres.
Que force reste au libre exercice des libertés ! La République aux citoyens et la démocratie au Démocrates ! Hommage à SE Me Abdoulaye WADE le Libérateur !
Bien à vous bien que vous êtes deux fois MAL



Mr Bougar DIOUF
Président du Mouvement Patriotique pour la République(MPR)
b.diouf622@mprlespatriotes.org
b.diouf622@gmail.com

Lettre ouverte à tous les candidats pour un débat présidentiel 

Je veux m’adresser à tous les hommes et femmes politiques sénégalais. Opposition et parti au pouvoir. C’est un citoyen lambda qui vous parle. Celui qui cherche désespérément à faire le lien entre politique au Sénégal et Engagement avec un grand E.





Le 27 Aout 2018 fût la date d’ouverture de la campagne de parrainage en vue des élections présidentielles : déjà plus de 100 candidats à la candidature.

 

Mesdames, Messieurs, je pense sincèrement que la politique ne doit pas être aussi facile. Agir sur la vie de plus de 15 millions de personnes ne peut pas être pris à la légère. C’est énormément de responsabilités. Beaucoup plus que celle qui vous oblige à vous lever chaque jour pour subvenir aux besoins de vos enfants biologiques. C’est dire qu’elle est lourde!

 

J’ai entendu l’un de vous se prononcer lors d’une émission télévisée sur ces mots : « je ne suis pas un politicien ! ». L’être serait donc devenu péjoratif ? Cher Monsieur, sachez que vous êtes tous politiciens.

Seulement, j’en considère 4 sortes:

celui qui fait des promesses et qui ne les respecte pas,

celui qui fait des promesses et qui se tient à ses engagements,

celui qui ne fait pas de promesses mais qui agit,

celui qui ne fait pas de promesses et qui ne fait rien.

Ce dernier type de politicien n’a souvent jamais produit à son échelle, encore moins impacté de par ses actions l’avenir commun. Sa parole peut être belle, fédératrice. Cela s’arrête souvent là. Au Sénégal nous en avons beaucoup malheureusement.

Et vous, mesdames, messieurs les candidats, dans quel groupe de politicien vous revendiquez-vous?

Êtes-vous de ceux qui théorisent ou plutôt de ceux qui ont réellement un Plan, à la fois concret et adapté pour le Sénégal ?




Vous voulez toutes et tous devenir Président de la République, s’assoir sur le trône, avoir le salaire et les privilèges qui vont avec, MAIS que représentons nous (le peuple) réellement pour vous ?

 

Qui parmi vous, Mesdames Messieurs les 100 prétendants à la couronne, s’est distingué pour ses actions concrètes auprès des jeunes gens qui meurent dans l’océan? Auprès des femmes enceintes dans les villages reculés qui risquent leurs vies en donnant la vie par faute d’hôpitaux et de routes ? Auprès des ménages qui n’ont jamais connu d’électricité? Des enfants de la rue qui n’ont aucun espoir d’avenir ?

 

Pensez-vous peut-être que nos capacités intellectuelles se limitent à répondre à vos appels à la manifestation et venir mourir dans la rue pour votre intérêt personnel? Non ! Nous avons maintenant compris. Les sénégalais veulent qu’on leur dise concrètement comment faire pour régler le problème de l’assainissement qui dure depuis que le Sénégal existe, mais qui semble nous surprendre à chaque période hivernale.

 

Nous voulons qu’on nous explique comment à jamais régler la situation de l’emploi. Quel est votre projet pour les handicapés ? Comment pourriez-vous financer tout cela ? Nous ne pouvons plus emprunter car nous sommes déjà asphyxiés par plus de 3000 milliards de dette extérieure donc cette alternative est épuisée. Avez-vous un autre plan qui soit crédible et que vous pourriez nous présenter ?

 

Le système éducatif est à terre : comment allez-vous assurer à mon petit neveu que dans 10 ans il n’aura plus à songer à rejoindre l’Europe ou les Etats Unis pour espérer réussir ?

L’état des prisons et la condition de vie de ses locataires qui en parle ? Les villageois au fin fond de Matam qui peinent à avoir de l’eau potable? Qui a un projet pour l’écologie ou encore le rayonnement de notre culture? Et nos relations diplomatiques avec le monde? Comment vont-t-elles évoluer?

 

Avez-vous une pensée pour le casamançais qui est obligé de se déplacer jusqu’à Dakar pour se faire délivrer un extrait de naissance alors que la technologie permet de régler cela ? Là où n’importe quel informaticien en BTS aurait pu coder la solution adéquate ! Avez-vous un programme pour l’ensemble de notre pays puisque le Sénégal ne se limite pas à Dakar, Thiès et Diourbel ! A Kédougou aussi il manque terriblement d’infrastructures.

 

Tous ces sénégalais participent tout autant que les dakarois au rehaussement de notre Produit Intérieur Brut.

 

Oui chers candidats, Mesdames et Messieurs, nous avons énormément de questions pour vous. Avez-vous des réponses claires à nous apporter ?

 

La liste est longue. Nous peinons à nous y retrouver avec autant de questionnements qui coexistent. Paradoxalement, en face nous avons une liste interminable de politiciens qui ont décidé qu’ils étaient aptes à prétendre à la gouvernance de notre pays, sans que nous sachions s’ils ont réellement compris nos attentes, nos urgences !

 

Politiquement, je pense qu’il est temps qu’on change de façon de faire.

 

Un débat présidentiel entre les candidats est le meilleur moyen de passer votre « entretien d’embauche ». Nous devons dépasser les critiques, les insultes et les reproches venant de part et d’autres. Nous n’avons pas envie de croire que le Sénégal ne dispose pas d’idéologues et d’intellectuels capables d’avoir une vision qui tienne la route. Que vous ne seriez pas en mesure de participer à un débat d’idées, structuré et rigoureux, d’échanger avec retenue et bonne foi, et ce devant tous les sénégalais. Passer outre les manifestations à n’en pas finir à chaque approche d’élections.

 

Un débat présidentiel me semble capital ! Comme cela se fait déjà dans toutes les grandes démocraties. Inutile de réinventer la roue. Reproduisons exactement le modèle d’organisation de débat qui se fait ailleurs. De préférence en français et wolof, afin de permettre à la majeure partie du peuple sénégalais de se faire une idée du réel mérite des candidats à recevoir notre délégation pour décider de notre avenir.

 

Allez-vous vous y engager personnellement ? Ou bien craignez-vous que l’on découvre que tout ceci est une grande mascarade ? Allez-vous vous murer dans le silence et ignorer cette attente oh combien légitime des sénégalais ? Votre réponse est attendue avec impatience.

 

Mesdames et Messieurs, chers prétendants à la présidence, je vous respecte tous autant que vous êtes. Mais de grâce, prenez nous au sérieux.



Alioune SECK, fondateur de sunuvote.com

 

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR