Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

liste

Une si longue liste d’innocent(es)

Mes chers Compatriotes, Citoyen ! Soyons l’écho des sans voix pour donner sens à leur existence. L’horreur dans sa cruauté la plus abjecte. Une voilée respectueuse habitant le quartier Sara Guilèle de Tambacounda a été retrouvée violés puis assassinée. Nous avons appris avec amertume comme la plupart des Sénégalais l’assassinat de la jeune Bineta Camara au domicile de son Papa à Tamba. Ce drame qui vient s’ajouter pour une énième fois aux nombreux autres crimes qui ont eu lieu tous à un intervalle serrés si l’on se permet de faire un ressouvenir, nous laisse-t-il croire que satan est devenu maître-commandeur en qui nous sommes devenus esclaves au service de ses désirs abdominales. Toujours est-il que cela nous étonnent plus au pays de la Terranga de tuer ou de constater pareil recrudescences encore mieux cela est devenu pour tous une actualité dominante qui s’ajoute aux autres. Que faisons-nous si ce n’est se permettre d’en faire des commentaires caducs, insensés puisque nous ne faisons rien pour dévier la trajectoire macabre sous commandement de Seytan qui, désormais a fini d’élire demeure en chacun de nous. Nous l’avions dit et nous nous permettrons de nous saisir de cette occasion pour encore interpeler tous hommes et femmes de la responsabilité de chacun et de chacune sur cette recrudescence. Nous l’avions dit et le répétons; tant que l’éducation est négligée, loger dans les tiroirs de l’oubli, nous aurons toujours et encore à constater malheureusement la manifestation de ces actes qui, apparemment, n’étonne plus grand monde. On tue pour des futilités, on tue pour quelques billets, on tue pour un écran, on tue pour satisfaire un besoin quotidien, on tue parce qu’on désire être possesseur d’un corps pour une dure à l’éclair, on tue pour combler le manque d’argent de quelqu’un qui nous fait croire que nous sommes meilleur que tous, parce qu’elle est bovaryste pour ne pas dire matérialise, parce qu’elle accorde trop d’intérêt aux bien matériel oubliant les biens spirituels. On tue parce que « Avoir » prime sur « être » parce qu’il importe peu d’être bon, juste, honnête ou je dirai être humain et vivre humainement dans une humanité qui ne cesse de se perdre et de confronter ses fils et filles possédés par le diable de l’horreur. On tue tout simplement parce
qu’il n’y a de sens que de satisfaire cet instinct qui donne de la valeur « Avoir ». On tue parce qu’il importe peu d’être mais d’avoir. Avoir! Oui. Nous n’avons plus besoin d’un cœur satisfait, nous avons besoin d’un corps qui voit ses désirs satisfaits ou comblés. Et le comble est que notre esprit en spectateur impuissant ou inconscient se croise les bras n’intervenant nullement ne serait-ce que comme garde-fou pour dissuader la main qui exécute. Le Sénégal est aussi religieux que permissif, aussi moderne que traditionnel, pudique et à la fois pervers, regorge de saints, mais compte aussi des pervers de tout acabit. Et le pire est l’on se sent fier d’avoir et non d’être. Au Sénégal, on peut maintenant se permettre de violer une voilée en plein mois de ramadan avant de la tuer. On peut découper une pauvre dame en 13 morceaux (Fama Niane). On peut zigouiller une innocente femme et lui crever les yeux (Mously Lô). On peut dépiécer une pauvre dame de 62 ans, vendeuse de cacahuètes et enterrer ses boyaux sur place, après avoir empilé les parties de son corps dans des bassines en caoutchouc (Maïmouna Dione), le boutiquier handicapé de Saint-Louis, ceux qui ont violé tour à tour une épileptique de 80 ans à Thiaroye Guinaw-rail, le jeune boutiquier, qui n’a pas de vigueur aux pieds pour courir ou se défendre, la mère Ndioufa, une dame âgée, vivant seule dans des conditions misérables et malade de surcroit, encore moins la voilée Bineta Camara en plein mois béni de Ramadan
n’ont refroidi les ardeurs meurtrières et libidinales de ces affranchis. Tout ceci n’est pas sorti du synopsis d’un film d’horreur. Ce sont des horreurs « made in Sénégal », perpétrées par des guns sans foi, ni loi. Le comble, c’est que l’indignation des Sénégalais ne dure que le temps d’une rose, comme si plus rien ne nous étonne. Désolé de le dire, mais tous nos repères sont en vrils. C’est aussi ça le Sénégal. «Pays de la téranga» où les gens sont capables du meilleur, comme ils peuvent faire du mal aussi facilement que cela puisse paraître. Nous avons pourtant une mission trop simple comme nous le disions ce soir à un ancien élève qui nous remerciait d’avoir ancré à jamais en lui cet esprit de vainqueur, notre mission est simple. Oui. Il nous faut sensibiliser davantage. Parler alors à toutes et tous. Discuter avec eux. S’il faut crier pour que nul n’en ignore, cela vaut la peine tant qu’un seul oreille est attentif, il le faut. Car de relai à relai, la vulgarisation atteint des frontières insoupçonnées, l’information s’élargit, se diffuse à une circonférence large donnant ainsi à ma sensibilisation une dimension positive. La répétition étant pédagogique, il nous faut nous répéter et leur répéter l’intérêt de ne point négliger l’éducation des enfants car ce sont eux qui grandiront. Dis-moi quelle jeunesse tu as, je te dirai quel avenir tu auras. Accordons un intérêt de haute stature à l’éducation, enseignons à tous citoyens et citoyenne les valeurs d’une humanité humaine et humanitaire en cultivant en chacun l’amour de l’autre, le respect réciproque, l’entraide pour être le remède de l’homme, la solidarité pour partager le quotidien des autres quel qu’il ait, ce sens de servir au lieu de se servir des autres. Nous avons juste à le faire et si chaque homme et femme de cette nation se l’applique, alors satan ne pourra que déserter de nos concessions et rue. Alors ensemble unis pour bouter le mal hors de notre quotidien. Nous avons fait notre devoir, alors chers parents, Enseignants, policiers, politiques, gendarmes, douaniers, ……….! A vous tous de s’y mettre pour participer à cette sensibilisation car nous sommes tous responsables pour ce qui arrive à notre humanité. C’est simple ! Soit à l’instant le changement et aidons les inconscients à prendre conscience et à changer positivement pour un monde sans violence, un monde humainement humain. Cela commence par l’amour et le respect de son prochain. Je suis politique et président du MPR et avant tout Sénégalais, c’est pourquoi, je hausse ma voix pour défendre les sans voix». J’aime mon semblable. Je le respecte et lui veut que du bien et bonheur. Sois le bien car je suis le bien. Cela commence par les actes que nous posons. Cela commence par les paroles qui sortent de notre bouche. Rappelle-toi cher frère et sœur que les actes ne sont que la traduction de nos pensées. Alors pensons positivement et pensons le bien pour toutes et tous. Ayons une pensée positive, de bonnes paroles ainsi que de bonnes actions et soyons le bien.
Bonne lecture !
Bon Ramadan !
Bien de bonnes choses à vous!
Mr Bougar DIOUF
Président du Mouvement Patriotique pour la
République(MPR)
Membre Front de Résistance National
Tel : +221776458423/+221706301668
Coordonnateur Projet Jeunes Maires de 2019
https://web.facebook.com/mprsopeyiisenegal/

Vidéo: Cheikh Yérim SECK liste les attentes pour le second mandat de Macky SALL

Guirassy liste les maux de Kédougou à 24h de la visite de Macky Sall 

YERIMPOST.COM C’est à travers une lettre ouverte que le maire de Kédougou s’est adressé au chef de l’Etat qui prépare une visite dans cette localité. Moustapha Guirassy, dans sa missive, n’a pas manqué de souligner les problèmes cruciaux de sa ville. «C’est toujours un plaisir de recevoir chez moi le président de la République. J’espère que cette fois-ci il viendra avec les bonnes nouvelles. La première bonne nouvelle, c’est de dire aux communautés laborieuses que les fonds de péréquation et d’appui aux collectivités locales sont effectivement disponibles (…)», a écrit le député-maire.

Pour Moustapha Guirassy, la deuxième bonne nouvelle est l’annonce de la fin du calvaire pour l’accès à l’eau potable. «Nous osons croire que le président de la République, lui au moins, viendra avec des solutions toutes faites car son ministre en charge de ces questions (Mansour Faye) ne nous a pas dit la vérité. »

«Devrons-nous continuer à vivre de promesses aussi mirobolantes les unes par rapport aux autres pendant que la vie semble s’arrêter pour le bien de nos compatriotes vivant ici à Kédougou, car peinant à se procurer le liquide précieux ?», s’est interrogé Guirassy.







Rufisque: Omar Faye liste les graves dommages causés par Eiffage

YERIMPOST.COM Les dégâts collatéraux causés par les travaux de Eiffage aux populations de Rufisque ne sont pas pour plaire à Omar Faye. Dans un entretien accordé au journal Direct, le leader de Léral Askan attire l’attention des autorités sur les désagréments causés par la société de Gérard Senac. « Toutes les stations d’épuration de la zone autour de Rufisque ne sont plus fonctionnelles (…). Depuis le début des travaux du Train express régional (Ter), aucune disposition n’est encore prise par la société française. Les travaux ont chamboulé tous les ouvrages (ponts, assainissements et autres…). Un autre plan de circulation et un réseau d’assainissement devraient être proposés aux populations par Eiffage. Mais, jusqu’à présent, rien n’a encore été fait pour rectifier. À cause de cette situation, Rufisque est asphyxiée voire même rayée de la carte. 30 000 familles risquent de se retrouver sans toit », regrette Omar Faye. Selon lui, « La société Eiffage ne respecte pas les Sénégalais et le président Macky Sall qui doit s’en débarrasser ».


Henry Grégoire Diop liste les manques des juges

YERIMPOST.COM Ceux qui pensent que les juges voient la vie en rose ont tort. Ils sont confrontés à de nombreuses difficultés dans le cadre de l’exercice de leur fonction. Doyen des présidents de juridictions, Henry Grégoire Diop égrène le chapelet de doléances des juges. Ces problèmes d’ordre logistique sont, entre autres, le manque de matériels informatiques, l’absence de crédits suffisants, les problème de véhicule…




Me Seydou Diagne liste les nombreuses failles du dossier Khalifa Sall

YERIMPOST.COM Me Seydou Diagne est confiant sur la suite du procès de la Caisse d’avance. L’avocat de Khalifa Ababacar Sall a commencé sa plaidoirie, ce matin, par des observations sur le déroulement du procès. Les premières consistaient à magnifier la sérénité des débats, mais aussi, la capacité d’écoute du juge, Malick Lamotte. Devant la barre, Me Diagne a donné les raisons qui fondent sa confiance sur l’issue du procès. Selon lui, des vices de procédure ont été notées à plusieurs reprises dans le dossier. « Nous allons obtenir gain de cause dans ce procès », a-t-il plaidé. Et l’avocat de poursuivre : « Dès le début de cette affaire, un droit élémentaire a été refusé à Khalifa Ababacar Sall. C’est le droit d’être assisté par un avocat à l’enquête préliminaire».

L’autre élément, qui réconforte l’avocat de la défense, est l’absence d’éléments solides qui peuvent incriminer son client. « Jusque-là, ni l’Etat du Sénégal ni le Procureur n’ont apporté des preuves qui peuvent inculper le maire de Dakar. Pourtant, argue Me Diagne, ce n’est pas aux avocats de la défense de prouver l’innocence de Khalifa Sall». À l’en croire, dans cette affaire, la charge de la preuve incombe à l’accusation, c’est-à-dire le ministère public ou l’Etat du Sénégal.

Khalifa Sall liste les coups bas qu’il a reçus du pouvoir et dénonce l’instrumentalisation de l’Etat

YERIMPOST.COM L’instrumentalisation de l’Etat pour faire de la politique, c’est ce qu’a dénoncé le maire de Dakar Khalifa Ababacar Sall, ce lundi 12 février, devant le tribunal. A l’entendre, depuis qu’il a refusé l’offre qui lui a été faite en 2012 par les tenants du pouvoir, il a été écarté du protocole de l’Etat. Le maire a ajouté: « Quand on travaille pour Dakar, c’est pour tout le Sénégal… Nous travaillons pour les populations. Alors, il est évident que, dans des situations, une certaine intelligence aurait conduit les autorités à des discussions pour l’intérêt des populations. Nous avons beaucoup de programmes pour Dakar, mais nous avons en face un adversaire qui ne veut pas que l’on fasse un bilan.» Et Khalifa Sall de poursuivre: « Nous n’avons pas reçu les 115 milliards qui étaient prévus pour les 5 dernières années. C’est Dakar qui perd parce que ce montant aurait pu servir à réaliser certains projets dans la capitale. Mais tout a été bloqué. Ce qui est dommage, c’est qu’on utilise l’Etat pour faire des combats politiques. »




° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR