Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

l’opposition

Dialogue national: L’opposition doit être plus républicaine

Ramadan Mubarak, et quoi de mieux pour profiter de ce mois béni afin de lancer un dialogue national encore une fois. Va-t-on voir de nouveau une opposition figée dans ses pseudos idées sournoises ou enfin avoir le déclic d’une volonté saine de dialoguer?. Cette question a milles inconnues mais reste aujourd’hui celle qui doit être le socle d’un nouveau départ de la classe politique loin des railleries et autres coups bas électorales. Un dialogue en mode « Fast Track » ? Non car on a besoin d’acteurs forts et d’hommes lucides pour mener à bien les discussions sur un éventuel apaisement du climat politique. Il faut passer à autre chose oui mais quand on a une opposition qui est même opposée en son sein alors la tâche s’avère herculéenne mais impossible n’est pas sénégalais dans la politique. Une personnalité neutre comme blocus? Oui mais la vraie question est de savoir si vraiment on peut s’entendre et si les intérêts des citoyens est vraiment au cœur des soucis de ce dialogue. On a souvent tendance à se renvoyer la balle de nos responsabilités mais n’est-il pas temps aujourd’hui de se mettre autour d’une table et de laisser de côté la politique car oui il faut bien penser aux 15 millions de sénégalais pour une fois. Le contribuable est toujours loin des instances de décision mais si important pour la marche des institutions, doit-on en payer ou juste être enfin les juges de cette classe politique qui pour la plupart se voit en sauveur mais de qui, quoi exactement ?.
Ce texte est pleins de questions car justement étant un leader politique donc d’opinion, je me demande si vraiment le Sénégal est au coeur de ce dialogue si oui alors chers collègues ayez un peu de hauteur et faites l’histoire. A cette classe politique qui doute, à ce jeune qui a plein d’espoir dans son pays à tous les opprimés, je vous dit qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire et la foi reste le meilleur atout quand on est au dos au mûr. J’ai appris à avancer avec un ennemi et à plus me méfier d’un compagnon voici l’histoire trash de la politique et en réalité il nous faut tous dompter nos propres démons afin de donner une raison de plus aux citoyens Lambda que l’émergence est plus qu’un slogan. Dans un pays ou vivent en parfaite harmonie tellement d’ethnies, de gens issues d’univers différents mais qui ont fait du Sénégal ce qu’il est aujourd’hui, je me dis que je peux  espérer voir un dialogue sincère, pas désinvolte, un dialogue mâture et peut être voir un renouveau dans le champ politique des années à venir. Bonne chance et faites nous rêver pour une fois ensemble et non en solo. Dieuredieuf et que la paix soit sur le Sénégal.

Dëgg moo woor appelle l’opposition à prendre part au dialogue politique

Pensez que la production d’un livre « blanc » serait une contribution aux discussions, est une erreur. Je cite Thomas Vinau : « Un livre, ce n’est pas un dialogue. Ce n’est pas une réponse, ni une discussion. Un livre, c’est quelque chose qu’on te donne. Des mots qu’on te met dans les mains en te touchant l’épaule. Rien de plus. Rien de moins. Rien d’autre. »

Le bon sens doit pousser l’opposition (dans sa grande majorité) à répondre au dialogue. Autrement, elle perdra toutes les échéances à venir y compris la présidentielle de 2024.

Les partis politiques doivent dialoguer en permanence sur le processus électoral. Ce dernier  est composé des étapes essentielles suivantes :

  • Définition de la carte électorale (répartition des zones géographiques des lieux de vote
  • L’inscription sur les listes électorales
  • La publication des listes provisoires
  • Le contentieux des listes provisoires
  • La publication des listes définitives (le fichier électoral)
  • La production de cartes d’électeurs
  • La distribution des cartes d’électeurs
  • Le vote
  • La centralisation des résultats
  • La proclamation des résultats provisoires
  • Le contentieux des résultats provisoires
  • La proclamation des résultats définitifs

Toutes ces étapes sont importantes. En refusant de discuter de ces points, un mode de scrutin pour les différentes élections, l’opposition se tire une balle et creuse sa propre tombe (elle dira certainement qu’elle a été assassinée par celui qui incarne le pouvoir). C’est en participant aux discussions en 1991-1992 qu’est né le code « Kéba MBAYE », un texte consensuel.

La vérité est que la situation n’est pas si critique que ça mais nous devons toujours dialoguer pour nous donner la possibilité de stabilité et de rendre fiable le processus. Surtout dialoguer pour trouver un consensus sur les thèmes phares que sont :

  • Le mode de scrutin pour les locales, l’élection du maire et un président du conseil départemental
  • Les parrainages pour locales, il est clair qu’il faudra améliorer les modalités et le système de contrôle des signatures
  • Le fichier électoral, qu’il faut certainement rendre accessible tout le temps
  • L’institutionnalisation du dialogue avec un calendrier calqué sur celui des élections
  • Le statut de l’opposition (qui a été constitutionalisé) et de son chef, un point qu’il faudra évacuer nécessairement lors du prochain dialogue
  • La rationalisation et le financement des partis, aller vers le code des partis
  • ..

Un dialogue c’est forcément avec un contenu, des Termes de références (Tdr). Celui qui  va le lancer, le Président de la République, fournira ces Tdr en version draft et que les participants, de camps comme de celui de l’opposition, vont améliorer avec leurs amendements.

Un dialogue c’est forcément avec une forte autorité qu’il sera présidé.  Celui qui va le lancer, le Président de la République, choisira un « Kéba MBAYE bis » pour donner plus de crédits aux discussions qui seront menées. (Au vu des derniers appels)

Un dialogue c’est forcément des objectifs et des résultats. Celui qui va le lancer, le Président de la République, manifestera sa ferme volonté  de mettre en œuvre les conclusions consensuelles pour rendre sincère son appel.

Le Président Macky SALL n’a pas réduit l’opposition à sa plus simple expression. Elle s’est elle-même réduite à sa simple expression avec sa mauvaise démarche : son boycott et son désunion

 

Modou FALL

Président du Parti RV/ Dëgg moo woor

Vidéo- Front des étudiants: L’opposition aux abonnés absents









A Guédiawaye, Macky Sall avertit l’opposition…

YERIMPOST.COM «Force restera à la loi !», dixit Macky Sall. Le président de la République, qui procédait à l’inauguration de la Grande mosquée de Guédiawaye dédiée à feu Thierno Souleymane Baal, s’est voulu clair. Ceux qui ont décidé de perturber la paix sociale se heurteront à une réaction ferme de l’Etat qui a la responsabilité régalienne du maintien de l’ordre public, a dit le président Sall. Pour lui, ceux qui «protestent» ont le droit de le faire, mais ils n’ont pas le droit de «comploter» pour instaurer la violence dans le pays.







Quand les réalisations de Macky indisposent l’opposition au point qu’elle les remette toutes en cause !!!

Depuis le 02 Avril 2012 le président Macky Sall ne cesse de travailler à améliorer les conditions de vie des populations sénégalaises dans ses différents segments à travers ses ambitieux programmes articulés autour du Plan Senegal Emergent (PSE). Parmi ceux ci on peut citer entre autres le PUDC, CMU, PUMA, PRACAS, PRODAC ou les bourses de sécurité familiale qui sont des réponses pertinentes contre la pauvreté et les inégalités sociales.
Mais malgré ces ambitieux projets du président Macky Sall qui prennent en compte le vécu quotidien des sénégalais il y’aura toujours une opposition sceptique pour demander qu’il soit remplacé par des prétentieux présidentiables qui n’ont que seul viatique le verbiage, et la calomnie. Les plus grandes réussites de ce régime à savoir le taux de croissance, les infrastructures et la maîtrise de l’électricité ne pourront convaincre cette opposition nihiliste.
Il serait aussi peine perdue d’illustrer par des chiffres les milliards de francs investis par le régime du Président Macky Sall pour réaliser des milliers de kilomètres de routes, d’autoroutes de pistes de productions et de pont. Même l’ambitieux projet du Train Express Régional (TER) ou du pole urbain de Diamnadio ne réussiront point à convaincre cette opposition en perte de repère qui affirmera sans aucune preuve que nous allons vendre notre économie aux étrangers oubliant les milliards perdus chaque année par notre économie à cause des problèmes liés à la mobilité urbaine. 
Le président macky Sall avez promis une gestion sobre et vertueuse, il l’a fait en annulant des dépenses jugées non prioritaires d’un montant de 61,2 milliards FCFA diminuant ainsi le train de vie de l’Etat. Le président Macky Sall avait promis 500 000 emplois durant son magistère, il l’a fait en créant en six ans 411 000 emplois nets mis à part les emplois non-salariés et emplois de l’informel. Et pour cette dernière année de mandat du président Macky sall la création de 80 000 emplois est attendu avec la DER. Enfin le président Macky Sall a verrouillé la Constitution de façon à ramener le mandat présidentiel à cinq ans renouvelable une seule fois.
Et comme à son habitude l’opposition désorientée affirmera avec fermeté que le président Macky Sall n’est pas un homme qui respecte ses promesses alors que tout montre le contraire.
C’est à se demander qu’est ce que veut cette infirme minorité si ce n’est qu’assouvir ses ambitions politiques au détriment des préoccupations des populations.
Mais comme toujours l’opposition boiteuse doutera de la maturité du peuple Sénégalais qui à chaque consultation électorale a attesté par les urnes que le président Macky Sall est l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. Et qu’il est primordial de le renforcer pour lui permettre d’avoir un deuxième mandat au premier tour de la présidentielle de 2019.

Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Plan de sabotage de la visite de Macky Sall: L’Apr-France met en garde l’opposition

15 – Décembre – 2018
Nous avons appris de sources concordantes qu’une partie l’opposition sénégalaise en France, en perte de vitesse et de plus en plus violente, téléguidée et financée depuis Doha et Dakar, est en train de s’organiser en recrutant de « gros bras » à tour de bras pour perturber et saboter les travaux du Groupe Consultatif qui doivent se tenir à Paris les 17 et 18 décembre 2018.

Face à de tels agissements, la DSE – APR/France et toute la majorité présidentielle condamnent vigoureusement cette attitude irresponsable aux antipodes des valeurs républicaines et patriotiques.

Dès lors, elles tiendront pour responsables ces aventuriers et apprentis pyromanes de toute violence qui pourrait résulter de tels comportements et n’hésiteront pas à en tirer, au cas échéant, toutes les conséquences de droit.

Enfin, la DSE – APR de France invite l’ensemble des militants, sympathisants et responsables de la majorité présidentielle à venir participer massivement à la marche pacifique de soutien à l’action du Président Macky SALL qui se déroulera le lundi 17 décembre 2018 de 8 h à 15 h à l’avenue d’Iéna dans le 16e arrondissement.

Vive la République, vive le Sénégal : ensemble, pour réélire le Président MACKY SALL au premier tour en 2019.

Pour la DSE — APR/France
M. Moise SARR, Responsable du Secrétariat chargé de la communication, veille et riposte.







Paris: l’opposition met son « gilet jaune » au Groupe consultatif

YERIMPOST.COM Le financement de la phase 2 du Plan Sénégal émergent, qui va se jouer au pays de Marianne ces 17 et 18 décembre prochains, ne sera pas que du beurre pour le président de la République et son gouvernement. Des leaders de l’opposition ont réservé leurs vols pour se rendre à Paris où est prévue la réunion du Groupe consultatif. Une manifestation est prévue devant le siège de la Banque mondiale où l’Etat du Sénégal va rencontrer les partenaires financiers et tenter de renflouer ses caisses à hauteur de 2850 milliards. A quelques deux (2) mois de la présidentielle, l’opposition voit d’un mauvais oeil que le président Macky Sall veuille engager le Sénégal dans un emprunt aussi lourd.







Frn: l’opposition marche sur Aly Ngouille Ndiaye

YERIMPOST.COM « Nous demandons encore une fois, monsieur le ministre, le respect de notre droit d’inspecter le fichier général des électeurs comme le stipule l’article L48 de la loi portant code électoral. » Cette phrase est tirée de la correspondance des leaders réunis autour du Front de résistance nationale (Frn) à l’attention d’Aly Ngouille Ndiaye. Un énième rappel pour ces membres de l’opposition dont les représentants chargés de vérifier le fichier électoral étaient ressortis déçus de la Direction de l’autonomisation du fichier (Daf). C’était le 22 novembre dernier. Une manifestation est prévue le 29 novembre prochain et ça risque de barder…







Quand l’opposition se joue des Sénégalais !!!

Quand l’opposition se joue des sénégalais !!!
Il est clair que depuis que le président Macky sall est aux commandes notre opposition en perte d’initiative politique passe le plus clair de son temps à faire du saupoudrage médiatique sur tout ce qui se fait dans ce pays. Qui voudrait prendre au sérieux ces leaders de l’opposition qui ne cherchent jamais à jouer leurs rôles depuis l’avénement de la deuxième alternance.
Qu’ont-ils fait ou dit de positif depuis 2012 ?
Révélations inventées de toutes pièces, intoxications par des arguments fallacieux, n’ayant aucune idée de bonne gestion du pays.Normalement nos différences de visions politiques devraient contribuer de façon considérable à aller sûrement vers cette une émergence initiée par le président Macky Sall. Malheureusement, la politique du «ôte-toi que je m’y mette» surplombe vos discours de tous les jours. Au lieu de mettre en avant l’intérêt supérieur de la Nation en acceptant de jouer véritablement votre rôle d’opposition républicaine en posant de manière responsable tous les problèmes cruciaux de ce pays comme vous vous réclamez intelligents et patriotes, vous démontrez à chaque fois que vous ne voulez jamais être utile quand il s’agit de participer au rayonnement de ce pays.
Les Séné­galais sont loin d’être des dupes.
Si réellement vous avez des arguments de taille concernant la gestion de ce pays, faites-nous les savoir, nous saurons en faire bon usage ! Cultivez tant que possible à informer juste et vrai vos compatriotes sans fausseté, sans complaisance ni bassesse et servez à ce pays ce qu’il y’a de meilleurs pour son expansion ! Ne saoulez pas vos compatriotes par vos dérives politiciennes qui réduisent le débat politique à des propos dignes d’une pièce de théâtre ! Evitez de prendre part aux cabales, aux mensonges, aux calomnies, aux intrigues, et pensez à vous comporter sérieusement envers chaque Sénégalais ! Arrêter de vouloir refusez jalousement de communiquer ou de montrer aux Sénégalais qui vous suivent toutes les actions significatives du gouvernement que vous recevez au quotidien !
Mais du moment que vous êtes obsédés par vos prétentieuses ambitions présidentielles, vous continuerez à verser dans la politique politicienne pour vous positionner comme une alternative, au moment où le président Macky Sall s’ emmurera dans son silence légendaire parce que visiblement préoccupé par le quotidien des sénégalais. Messieurs de l’opposition quand les populations vous aurons encore une fois de plus sanctionné à la présidentielle de 2019, de grâce dites vous simplement qu’elles avaient découvert vos contrevérités parce que mûres et édifiées dans la profondeur de leur conscience par le bilan reluisant du président Macky Sall








Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Election présidentielle 2019/Parrainage: l’opposition sérieuse à la croisée des chemins

Base de référence du titre : «Et ne mêlez pas le faux à la vérité. Ne cachez pas sciemment la vérité ». Extrait du Saint Coran Sourate 2(La vache) Verset 42.

 

Le processus électoral de la présidentielle de 2019 restera un cas unique dans les annales politiques du Sénégal. Ce constat d’expert  n’est pas dû au  nombre exorbitant tel qu’il en ressort de la liste des candidats. Encore moins dans l’analyse de leur profil individuel. Non plus à l’examen du degré de motivation  respectif des uns et des autres.

 

Les vices juridiques qui entourent la nature légale des associations  ayant retiré les supports de parrainage et leurs candidatures sur  la liste des candidats à la présidentielle de 2019 est l’objet d’interrogation quant à leur validité juridique, à  quelques égards.

 

La question de leur légitimité doit être posée sous l’angle juridique. Il en est de même que les desseins inavoués des uns. Les raisons de cet alignement politique ont aussi un poids jurididique non négligeable dans  l’analyse des dites annales.

 

La majorité de ces candidats  sont inscrits sous la bannière de leur association et/ou coalition associative et non à titre personnel ou encore moins, à titre de candidat indépendant.   Ainsi, engagent-ils délibérément leur association respective comme candidat politique. Cette démarche politique est juridiquement invalide. Voici ce que dit la loi à ce sujet d’importance capitale : « Conformément aux dispositions statutaires du décret nº76040 du 16 janvier 1976, une association peut être crée au Sénégal .Article  3 des statuts juridiques se référant à l’association: « l’association  est ouverte à tous dans le respect des convictions individuelles, dans l’indépendance à l’égard des partis politiques et des groupements confessionnels. Toute discussion politique ou religieuse est interdite au sein de l’association ».                 Voilà que le Ministère de l’intérieur qui délivre tout récépissé juridique d’association  se permet d’  accueillir certaines dans ses locaux et leur délivre le titre de participation politique au nom de leur association dûment nommée. C’est la première entorse juridique et faute grave devant rendre invalide leur statut de prétendants à l’exercice politique de 2019. Quid du respect des statuts réglant les associations ?

Ces personnes retenues sur la liste des candidats à la présidentielle de 2019 ont-elles le droit de prétendre engager politiquement le nom de leur  association en dépit des règles juridiques et règlement intérieur régissant de droit leur association ?

 

Qu’en est-il de la responsabilité du Ministére de l’intérieur qui leur a permis de poser tel acte politique aux antipodes de la loi sénégalaise portant sur le statut d’association? Le bouillant Médiateur de la république peut il être interpelé à ce sujet d’importance capitale ? Maître Babou avocat hors pair pour la restauration des équilibres juridiques rompus, Maître El hadji Diouf défenseur du droit et tant d’autres juristes  au long cours et parmi  leurs pairs compétents doivent éclairer la lanterne du peuple, surtout l’opposition politique sérieuse sur cette dérive de justice.

 

Dans les faits, ces personnes recensées et  désignées bafouent le droit car les élections sont par essence  de nature politique. Pour des intérêts crypto personnels et sous l’œil non vigilant mais approbateur de leur tutelle, ces individus en quête de toutes prébendes politiques, portent un grand préjudice à l’association engagée. Ils peuvent entrainer certes, le retrait du récépissé ou même écarter l’association dans ses buts énoncés. Ces personnes irresponsables rament à contre courant du règlement de leur association apolitique au point de vue juridique. Ces nommées doivent,  de droit être extirpées de la liste des candidats. Partant rendre invalide leur position de candidats. Source: https://www.dakarmidi.net/actualite/presidentielle-2019-liste-des-coordonnateurs-ayant-retires-les-supports-de-parrainage-et-leurs-candidats.

 

Que l’on ne nous réponde pas que c’est en dépouillant leur fiche qu’on réglera la balourdise et la stupidité juridique ou après leur passage, à l’examen de contrôle que doit faire l’Etat. Sont-ils des candidats fantaisistes mandatés ? Leur exercice téléguidé a permis en tout cas aux autorités au plus haut niveau  de déclarer sans ambages en se positionnant ainsi : « Sans le parrainage, on assisterait à un nombre plus grand de candidats… ». Madame Aminata Touré, une haute personnalité de l’ETA, juriste de surcroit, n’a pas manqué cet angle de tir politique et de  souligner ce fait : la presse aidant. D’autres, dans le même sillage d’approbation, de déclarer que c’est la démocratie, la bonne gouvernance sobre et vertueuse.

 

Par ailleurs, un cabinet de consultant doté d’une expertise  multidimensionnelle et expérience avérée en Sciences politiques, manage scrupuleusement dans le contexte politique du Sénégal, un projet dénommé : « Election Présidentielle du Sénégal 2019/ Enjeux-lueurs et leurres politiques ».                            Leur étude d’impact, sur bien des aspects de la  liste des candidats prétendants à la présidentielle de 2019 est plus qu’édifiante. Ainsi, mentionnent ces consultants dans un rapport et en référence à la fameuse liste  que : «  Tout le contenu de ce schéma de la ladite liste pléthorique rentre dans un scénario politique posé savamment, en dépit du droit ou de la bonne gouvernance publique.                                             La partie prenante à qui on réclame un processus électoral non entaché d’irrégularité aucune et transparent est mise en relief comme responsable. Est-elle commanditaire de telle liste ou seulement le destinataire à des fins d’identification, de sélection et enfin de cooptation au rang de candidats à retenir pour la compétition politique » ?

 

L’opposition sérieuse dans son analyse de la liste des candidats de 2019 s’est fortement bien rendue compte que, la majorité des candidats sont parrainés par ailleurs. Ils jouent le jeu de leur parrain tapis sous les coulisses. Il  leur est seulement prescrit à priori et comme courtier politique, de semer la zizanie dans les rangs de l’opposition sérieuse. Leur intention non avouée est d’aggraver leur recherche ardue de parrainage, partant ouvrir des voies de rejet. Ils sont rémunérés dans cette étape du processus électoral en tant que figurant en nombre sur la liste. Ils défendent sciemment un ordre non rectiligne et maladroit mais aussi à tort. Comment justifier qu’un tel candidat, sachant les droits qui couvrent son association, ose se présenter sans crier gare, au nom de l’association et retirer une candidature politique aux yeux des employés de sa tutelle ? Pire, ils donnent un mandat à des coordinateurs pour accomplir tel forfaiture juridique et infidélité politique, à l’opposé du droit associatif.

 

Tel candidat  mandant et son mandataire sans scrupule, doivent être punis par la loi. Ils sont aiguillonnés et agissent par appétit de gain facile. Ils sont de véritables fauteurs de désordre. Ils demeurent les plus dangereux parmi les parties prenantes à l’élection présidentielle 2019. Ils agissent et trompent le peuple et portent des ennuis et préjudices l’opposition sérieuse.

 

D’autres énergumènes politiques de la même espèce et race sans éthique, côtoient cette horde politique sans moralité ou pire encore, sont  l’objet de recrutement en qualité de candidats devant servir de trouble et de semeur de désordre politique dans les rangs de l’opposition sérieuse.                             De concert, ils perturbent le peuple. Ils ont négocié leur ticket d’entrée pour la présidentielle de 2019. Il leur sera donné des parrains ou simplement retenus comme candidat partant.                                      Ces derniers jouent sous la dictée du maître. Il leur sera permis de parler du mal du parrainage mais dans le superflu. Jamais en profondeur. De véritables taupes tapis sous le couvert de l’opposition.                              Une impressionnante partie de ce marché politique est très éloigné de la concurrence pure et parfaite et de la démocratie électorale. Ils ne sont point imbus de valeur républicaine comme le souhaiterait Thierno  Alassane Sall Président de la République des Valeurs.

 

Sachant consciencieusement qu’il ne leur sera point donné l’envergure de satisfaire le pré requis du parrainage, ils côtoient discrètement le pouvoir pour être doublement alimentés. Dans cette démarche aux pas éhontés et cyniques, ils bénéficieront peut être, de parrains fictifs laissés à la discrétion des arbitres du dépouillement des fiches de parrainage. Ils sont susceptibles d’être aussi parrainés sur le plan financier et concourir au succès de leur patron tapis dans les coulisses. Ils seront  les ténors du brouhaha électoral avec des attaques sur mesure en l’encontre de leur bailleur de fonds. A présent, ils ne s’annonceront pas comme accompagnateur du candidat de l’opposition le mieux placé au second tour. Ils sont dociles dans leur position politique mi figue mi raisin.

 

A toute cette catégorie de prétendants non sérieux, il leur est instruit de s’activer sur la presse en dénonçant le mal du régime en place sous ses facettes les plus simples. Ils sont ainsi rétribués pour ce vague contestataire de second rang. Certains parmi eux gagneront par cette activité d’hypocrite des prébendes politiques. D’autres types sans vergogne, seront récompensés par une prise en charge de leur parrainage. On leur fournira le nombre de parrains nécessaires.  On leur cédera de quoi se mener une campagne présidentielle sans contenu attractif. Ils rejoindront  les rangs des maîtres dés le 24 février 2019. On leur dira que vous êtes des opposants préfabriqués et façonnés.                                     Dans cette catégorie, ci gît un nombre impressionnant qui interviennent sur le landerneau politique sachant qu’ils trichent en eux-mêmes  et trompent le pays. La plupart sont des complices. ILS trainent des dossiers lourds pour bien mal acquis.Ainsi pensent-ils sous le couvert de candidats le peuple oubliera leur passé peu glorieux. Dans cette course présidentielle ils sont de véritables pions. D’ailleurs, cette catégorie sans dignité politique ne m’intéresse pas dans cette contribution.

 

 

 

Par contre, la catégorie qui m’intéresse représente à peine 01%  des Prétendants aux dires de la presse écrite. A peine, huit dans le lot renchérit l’information allant jusqu’à les nommer individuellement. Ils sont à la croisée des chemins menant vers le premier test de sélection autrement. Le pré requis pour être prétendant à la course présidentielle de 2019 ne leur sera point favorable. Opposition sérieuse, ayez en tête que;

  • Vous n’êtes nullement certains d’être admis ou cooptés par les employés de Macky Sall, dès lors qu’en votre profil politique, se dégagent un charisme avéré et leadership confirmé avec une probabilité de détenir des voix appréciable en grand nombre. Vous n’êtes nullement certains d’être sélectionnés quelque soit votre liste concernant le nombre de parrains requis. Pour la simple raison que vous serez éliminé au premier tirage sur la base de calculs politiques et de critères sans teneur objective.                                                        Les sélectionneurs détiennent par devers eux et en secret, les déterminants de rejet de votre liste. Ils ont la latitude de manipuler à leur guise les variables en jeu.
  • Le recours sera très tard et nous connaissons à l’avance le sort réservé à vos doléances politico-judiciaires. Vous ne serez pas présents pour défendre votre liste de parrainage.
  • Les employés à la tâche de prospecter les candidats susceptibles de sortir gagnant  peuvent vous coller tous les motifs imaginaires et imaginables. Lesquels, tendant à rendre invalide votre brillant travail de recherche de parrains. Vous risquez d’être la risée de votre environnement immédiat dans cette aventure du parrainage. Vos parrains seront frustrés.
  • Aucun observatoire de veille pour le bon dépouillement de la liste des parrainages n’est mis en place par l’opposition sérieuse.
  • Maître Babou, brillamment, a donné une vision globale et nette s’agissant de la non faisabilité technique du parrainage. Ayons recours à ses compétences. Il sait de quoi il parle. Il est franc dans ses opinions juridiques. Il a la nette mesure des questions et réponses juridiques auxquelles s’adresse la fiche d’électeur, véhicule et support du parrainage.
  • A date, la seule bataille politique qui vaille d’être menée est celle-ci : Management de concert du projet intitulé : Présidentielle 2019 /Parrainage/ Coalition Offensive et de Riposte Politico- judiciaire contre les entorses et dérives de la liste d’électeurs, véhicule du parrainage. Laquelle fiche, file conducteur du parrainage est aux antipodes des règlements et lois internationales régissant le respect et la sauvegarde de la protection des données à caractère personnel. Source : https://rm.coe.int/convention-108-convention-pour-la-protection-des-personnes-a-l-egard-d/16808b3726.
  • C’est dans ce combat démocratique et de juridiction internationale que se mesurera l’élan de Me Mame Adama Gueye. Toute autre manifestation ne peut prospérer.

Serigne Saliou Fall

Consultant international en Management de projet -Expert en Finance.

Candidat  indépendant à la Présidentielle de 2O19.

Président du mouvement sociopolitique dénommé :

Convergence Citoyenne pour la Démocratie -le Développement Durable et la Paix au Sénégal »2C3DPS »

Email : ssfallconsultant@gmail.com

 

Audit du fichier électoral: l’opposition déterminée à exercer son droit, jeudi

YERIMPOST.COM La polémique qui oppose le pouvoir et l’opposition sur la mise à disposition du fichier électoral est loin de connaitre son épilogue. Le Front de résistance nationale, qui parle de bluff et d’un fichier tronqué, tient toujours à le faire auditer par ses experts, ce jeudi 15 novembre 2018.

«Il n’est pas question de faire des faveurs à qui que ce soit sur la question électorale puisque la loi est claire là-dessus», a déclaré, jeudi dernier, lors d’une conférence de presse, Seydou Guèye. Le porte-parole ajoutait: «On ne peut pas parler de faveurs quand il y a la loi. Nous ne sommes pas dans un régime où on donne des faveurs. Il n’est pas question que le fichier électoral se balade dans le pays avec des candidats à la candidature».

Des propos que l’opposition ne prend pas au sérieux car, vendredi dernier, le Front de résistance nationale dit avoir saisi le ministre de l’Intérieur pour l’informer de sa décision de vérifier le fichier électoral, ce jeudi prochain, par le biais de ses experts. «Samedi, incognito, ils (le ministre de l’intérieur et ses services, Ndlr) font semblant de mettre en ligne ce fichier qui s’avère tronqué. Le but manifeste est de faire croire que le fichier est déjà en ligne, mais c’est faux ! On voit où ils veulent en venir: refuser jeudi à nos experts d’accéder au fichier», informe la cellule de communication du Front dans un communiqué. Celle-ci affirme que «cette grossière manœuvre fait suite à la notification faite au ministre de l’Intérieur par le Front national de résistance de sa décision d’envoyer ses experts à la Daf, le jeudi 15, pour exercer son droit de regard et de contrôle sur la tenue du fichier électoral que lui confère la loi».







Ansoumana Dione: «L’opposition travaille pour le président Macky Sall»

Le leader de Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, fait une révélation. Selon Ansoumana DIONE, candidat à la candidature pour la présidentielle de 2019, l’opposition travaille pour la réélection du Président Macky SALL. En l’en croire, tout candidat qui déposera ses fiches de signatures au Conseil Constitutionnel, aux côtés de celles du chef de l’Etat, commettra un complot contre le peuple sénégalais. La seule chose qui les intéresse, c’est d’accéder au pouvoir, même si les règles devant organiser cette élection, sont fausses. A toute chose, malheur est bon. Maintenant, les sénégalais ont compris que ces candidats qui aspirent à gouverner le pays, ne sont pas justes. Donc, ils sont pires que le Président Macky SALL. Aujourd’hui, tout le monde sait que ce dernier qui est déjà candidat à sa propre succession, ne devait pas participer à la collecte des signatures. La loi sur le parrainage exige aux candidats de 0,1 à 1% des électeurs. Comment celui qui a été élu en 2012 à plus de 65%, peut-il être concerné par cette disposition ?








Rufisque, le 11 novembre 2018,

Ansoumana DIONE, Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à la candidature pour l’élection présidentielle de 2019

Le fichier électoral mis en ligne, l’opposition reste sur sa faim…

YERIMPOST.COM L’Administration a cédé à la pression de l’opposition en mettant le fichier électoral en ligne sur le site du ministère de l’Intérieur. Seulement, une partie de cette opposition continue toujours de douter de la fiabilité de ce fichier. C’est le cas du parti Rewmi. Les partisans d’Idrissa Seck renseignent qu’un fichier différent de celui mis en ligne existe et il est entre les mains du pouvoir. Même son de cloche chez Mamadou Diop Decroix. Invité de l’émission Le Jury du Dimanche, le coordonnateur du Front patriotique pour la défense de la République (Fpdr) déclare que l’opposition devrait avoir le droit de contrôle sur ce fichier. Ce qui ne serait pas le cas actuellement.







Vidéo- Seydou Guèye dézingue l’opposition









Aminata Touré tance l’opposition…

YERIMPOST.COM L’opposition accuse, sans fondement, le pourvoir de vouloir trafiquer les élections. C’est l’ancien Premier ministre, par ailleurs coordonnatrice du pôle parrainage de la coalition Benno Bokk Yakar (Bby), qui le dit. «C’est le même système électoral qui avait permis au président Macky Sall d’accéder au pourvoir en 2012 qui est reconduit pour les élections présidentielles de 2019. Et ce système n’est pas corruptible», indique-t-elle sur les ondes de la Rfm.

Et Aminata Touré de se demander comment est-ce possible de pré-fabriquer des résultats. Pour elle, les partisans de cette thèse sont les candidats en panne de programmes et d’arguments pour convaincre les Sénégalais.







Mort de Mariama Sagna: l’opposition tape du poing sur la table

YERIMPOST.COM La conférence des leaders du Front de résistance nationale (Frn) a publié un communiqué à l’annonce du décès de Mariama Sagna, responsable du parti d’Ousmane Sonko, assassinée samedi dernier à son domicile. Mamadou Diop Decroix et cie ont durci le ton, exigeant que lumière soit faite sur cette affaire et que les auteurs et éventuels commanditaires soient traduits en justice. Ils interpellent le chef de l’Etat et son ministre de l’Intérieur qui, selon eux, sont responsables de la sécurité de tous les Sénégalais, y compris d’eux, les opposants. Le communiqué souligne qu’aucun silence ne saurait être toléré de la part des autorités.







Mort de Mariama Sagna: l'opposition tape du poing sur la table

YERIMPOST.COM La conférence des leaders du Front de résistance nationale (Frn) a publié un communiqué à l’annonce du décès de Mariama Sagna, responsable du parti d’Ousmane Sonko, assassinée samedi dernier à son domicile. Mamadou Diop Decroix et cie ont durci le ton, exigeant que lumière soit faite sur cette affaire et que les auteurs et éventuels commanditaires soient traduits en justice. Ils interpellent le chef de l’Etat et son ministre de l’Intérieur qui, selon eux, sont responsables de la sécurité de tous les Sénégalais, y compris d’eux, les opposants. Le communiqué souligne qu’aucun silence ne saurait être toléré de la part des autorités.







Quand l’opposition prépare déjà sa défaite !!!

Au moment où tous les candidats à la candidature sont en plein dans le parrainage force est de reconnaitre que l’opposition sénégalaise prépare déjà sa défaite à l’élection présidentielle du 24 février 2019.
Au regard de toutes les réalisations de la gouvernance du président Macky Sall, de la pertinence du PSE et de sa concrétisation à travers le PUDC, CMU, PUMA, PROMOVILLES, PRACAS, PACASEN, PPDC, PRODAC, DER/FJ, TER, PNBSF, TER, la Nouvelle Ville de Diamnadio avec son Parc Industriel, l’Arène Nationale, l’Arena Dakar, Air Sénégal SA avec ses 04 avions, l’autoroute ILA Touba et Diamniadio- Saly, le Pont de l’Emergence de Foundiougne et de la Transgambien, le prolongement de la VDN, la stabilisation de l’Economie, un taux de croissance de plus de 7%, la réduction du coût de la vie, pour ne citer que celles ci, l’opposition sait qu’il n’y a plus rien à faire, les carottes sont cuites.



Dés lors la seule alternative pour l’opposition c’est de commencer à entacher la victoire éclatante au premier tour du Président macky Sall en essayant de faire croire aux sénégalais que le parrainage est une manière d’éliminer des candidats, que la justice est au solde de l’exécutif ou encore l’existence de trois fichiers électoraux que seul Macky Sall détiendrait pour préparer un hold up électoral.
Les principaux leaders de l’opposition, au lieu de mener le vrai combat du terrain comme l’avait fait le candidat Macky sall à travers des tournées dans toutes les localités du pays, optent pour la facilité en se focalisant sur des nullités, des discours ou lives fallacieux à travers les médias ou réseaux sociaux.
Tous ceux qui avaient initié des tournées à travers le pays ont vite déchanté au vu des innombrables réalisations du président macky sall dans le monde rural. La tournée brusquement écourtée de monsieur Idrissa Seck dans le monde rural pour montrer aux sénégalais que ce pays va mal peut en attester.
Pas un seul des candidats à la candidature ne nous a proposé un programme alternatif crédible en atteste le PASS de monsieur Malick gackou qui est un vaste programme chimérique parce qu’étant avant tout électoraliste.

Cette opposition a toujours dans ses prédictions souhaité voir le président Macky Sall échouer lamentablement.
Elle lui prédisait un magistère pénible, mais il a su apporter des solutions aux préoccupations des populations surtout les plus démunies durant les six ans de gestion du pouvoir.
Elle lui prédisait aussi un référendum remporté par le NON après avoir déroulé un vaste campagne de calomnie sur un certain pouvoir qu’il voulait donner aux homosexuels, il a gagné le pari avec un OUI massif.
Elle lui prédisait encore de perdre les législatives et de cohabiter avec l’opposition pour ouvrir d’éventuelles négociations en vu d’amnistier Karim Wade mais au finish il aura une majorité plus que confortable à l’Assemblée Nationale.
Elle lui prédisait toujours qu’il y’aura pas de parrainage mais plutôt un 23 Juin bis, il l’a fait adopté pour assainir l’espace politique sans tambour ni trompette.
Aujourd’hui, elle lui prédit comme à l’accoutumée qu’il ne sera même pas au premier tour de la présidentielle, il va passer au premier tour parce que nous avons un peuple mûr qui sait faire la distinction, entre celui qui travaille pour lui et ceux qui ne sont préoccupés que par leurs propres interêts ou carrières politiques.
Le président macky sall est une aubaine pour ce pays et l’opposition en est consciente alors inutile pour elle d’essayer d’atténuer sa défaite car elle sera cuisante




Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

« L’opposition est entrain de se laisser divertir et coiffer au poteau en février 2019 » (Cheikh Yérim Seck sur RFM)





YERIMPOST.COM Invité à l’émission Remue-Ménage sur RFM, ce dimanche matin, Cheikh Yérim Seck a livré, sur les manifestations de l’opposition, pareille analyse: « Je pressens un remake de 2012. Alors que toute l’opposition était entrain de manifester à la Place de l’Obélisque, Macky Sall avait pris la route des villes et hameaux du Sénégal pour revenir coiffer tout le monde au poteau à la surprise générale. Aujourd’hui, alors qu’on est à moins de six mois de la présidentielle de février 2019, les leaders de l’opposition se laissent distraire par Macky Sall, engagent des combats sur les rues de Dakar au lieu d’aller expliquer leurs projets alternatifs aux Sénégalais. Nous sommes en plein dans l’élection. L’opposition doit s’atteler à convaincre les Sénégalais. Ce ne sont pas les fenêtres de tir qui lui manquent mais elle les gâche. La pénurie d’eau, les inondations et d’autres problèmes sont des questions sur lesquelles ceux qui briguent la magistrature suprême devraient profiter pour faire des propositions alternatives. Mais ils se laissent divertir et risquent de se faire coiffer au poteau au soir du 24 février 2019. »


Arrêté sur le parrainage: la Cour suprême déboute l’opposition

YERIMPOST.COM L’arrêté numéro 20025 du 23 août dernier fixant le modèle de la fiche de collecte du parrainage signé du ministère de l’Intérieur et attaqué par le Front national de résistance (Frn) devant la Cour suprême a été béni par les magistrats. Un nouveau revers pour l’opposition. Pour justifier sa décision, la Cour suprême a écrit: « L’arrêté du ministre de l’Intérieur en charge des élections pris en application d’une loi modifiant le code électoral, suite à une réforme constitutionnelle introduisant le parrainage comme condition de recevabilité des candidatures, ne saurait encourir le grief d’atteinte grave et illégale à une liberté fondamentale… » Déboutée, l’opposition dénonce la précipitation avec laquelle la Cour suprême a rendu son délibéré.



Vidéo– Marche de l’opposition: Arrestation de Déthié Fall





Vidéo– Manifestation de l’opposition: Arrestation de Mamadou Diop Decroix





L’Ong 3D en phase avec l’opposition sur l’organisation de la présidentielle

YERIMPOST.COM L’Ong 3D prend fait et cause pour l’opposition sénégalaise. Moundiaye Cissé et ses camarades pensent que l’élection présidentielle de février 2019 devra être organisée par une personnalité neutre. Invité à l’émission Rfm Matin, le directeur exécutif de l’Ong 3D a lancé un « appel solennel » au chef de l’Etat afin qu’il réponde favorablement à cette doléance de l’opposition pour un scrutin apaisé. « Depuis 2000, les élections sont organisées par une personnalité neutre. À cette étape du processus électoral, il est important de restaurer la confiance entre les acteurs », a-t-il fait comprendre.


L’Afp critique sévèrement l’opposition

YERIMPOST.COM Moustapha Niasse a réuni ce jeudi le Secrétariat politique exécutif de son parti, l’Alliance des forces de progrès. Une rencontre qui a permis au président de l’Assemblée nationale de s’offrir les têtes des opposants au régime de Macky Sall qu’il qualifie de club circonstanciel de frustrés, de haineux et d’incompétents. Il faut dire que le numéro 2 de la République n’a pas fait dans la dentelle pour défendre son « bienfaiteur » Macky Sall contre ses adversaires. Dans le communiqué rendu public à la fin de la réunion, il est mentionné: « L’Afp ne saurait accepter qu’un club circonstanciel de frustrés, de haineux et d’incompétents avérés s’emploient à déstabiliser un pays qui a été pris, pendant douze années, dans l’étau d’une gouvernance malsaine et populiste avec toutes les conséquences engendrées aux plans économique, social et culturel, eu égard à l’érosion encouragée des valeurs… Ceux-là qui donnent sans sourciller des leçons de patriotisme, en faisant semblant d’être amnésiques, devraient se rappeler les émeutes consécutives aux coupures d’électricité qui avaient emmené un certain ministre « du ciel et de la terre » à solliciter l’intervention d’une puissance étrangère pour neutraliser des patriotes debout… » Dans le communiqué, l’Alliance pour la République a félicité le président Macky Sall pour son bilan des six années au pouvoir et lui réitère son soutien.



Aliou Sall nargue l’opposition

YERIMPOST.COM Si peu qu’il parle, c’est pour glisser une phrase qui va faire arracher les cheveux à l’opposition. Si c’était un art, Aliou Sall remporterait la palme du « meilleur lanceur de piques ». Interpellé sur la dénonciation faite par le Front démocratique de résistance nationale (Fdrn) le week-end dernier contre son cumul de fonctions, le maire de Guédiawaye a rétorqué: « L’opposition est dans le temps de la parole, moi je suis dans le temps de l’action ! »



L’opposition vilipende Macky Sall auprès de Paul Kagamé

YERIMPOST.COM L’opposition continue son périple de dénonciation du régime. Après les Etats-Unis, le Front de résistance nationale (Fnr), qui regroupe les leaders de l’opposition, compte vilipender Macky Sall auprès de Paul Kagamé via son ambassadeur résident à Dakar. Mamadou Lamine Diallo, Mamadou Diop Decroix et cie veulent attirer l’attention du président rwandais, qui est aussi le président en exercice de l’Union africaine, sur les dérives du régime.


Cheikh Bamba Dièye, typique de l’opposition sénégalaise

Cheikh bamba dieye : typique de l’opposition sénégalaise. Voila encore un monsieur qui veut se faire du buzz mediatico-politique en ces temps de vaches maigres d’une opposition qui a fini de friser le ridicule. Comment cautionner quelqu’un qui insulte nos institutions et qui refuse de répondre a une convocation pour ne dire fuite. On est a une période ou tout est bon a dire juste pour piquer le camp présidentiel mais doit-on y laisser des plumes juste pour quelques intérêts crypto-personnels? Je fais partie de cette jeunesse politique qui s’est battu pour un nouveau mode de gouverner et à l’heure actuelle malgré quelques couacs notés, je continue a croire que le Sénégal sera ce pays encore démocratique dans un siècle. Faut-il jeter des pierres sur la soupe qu’on a déjà mangé sans état d’âme et osé se positionner pour contrer cette même recette de cuisson qui nous a servit pendant des mois voir années?. Ce texte est une sorte d’interrogations sur l’échiquier politique sénégalaise qu’incarne notre opposition qui brûle même quand il n’y a pas de combustibles, oui j’ai peur de ces gens qui prennent en otage des citoyens perdus dans la marre médiatique. Course a l’intox plutôt qu’à l’info voila le climat auquel on est installé depuis le début du magistère du Président, Macky Sall. J’utilise plutôt le je car en ma qualité de politique je représente forcément une formation donc une prise de position mais axé sur le Sénégal avant l’homme. Doit-on continuer a nous mentir dans le plus grand des cynismes ou va-t-on juste prendre le taureau par les cornes et osé dire stop a ces agissements. Avec l’avènement des réseaux sociaux, tout le monde est quelqu’un mais n’est pas vraiment quelqu’un qui veut dans la vrai vie. Insulter et inciter au soulèvement populaire comme sacerdoce politique ? Monsieur Cheikh Bamba Dieye veuillez revoir votre pâle copie qui est en train de vous aveuglé et faire descendre au fonds des abysses. Respcetez le citoyen lambda svp même si vous faites de Macky Sall votre ennemi public numéro un, respectez le choix d’honnêtes gens et changer de cheval de guerre si je pu vous proposez un humble avis de jeune frère. On est plus dans les diffamations mais dans la confirmation, fini les allégations mais place a la confrontation et en bon politique comme vous le targuez si bien soyez un grand pour une fois et allez répondre de vos actes. L’histoire se répète toujours me dit-on et avec le temps on voit le vrai visage des gens alors le votre m’apparaît comme un mirage au fur et a mesure du temps. Non vous étes pas une entité car ce sera trop vous accordé de l’importance mais vous etes juste à l’image de cette opposition qui vous entoure et le 24 février prochain, l’histoire oui cette fameuse chimère qui vous a détruit se repetera au grand dam de votre camp. Une façon de communiquer aux antipodes et des raisons qui frisent le ridicule voilà comment se résume votre carrière politique. Coups pour coups et dents pour dents telle sera l’attitude a adopter face a un pyromane comme vous et j’espère que votre vision sera un jour moins flou afin de vous rendre compte que vous êtes devenu une bêtise et celle ci insiste toujours nous a appris l’adage.

Adama diaw Fara
Coordonnateur BAREM-2019




BANLIEUE EN ACTION POUR LA RÉÉLECTION DE MACKY EN 2019.
MAIL. diawfara85@gmail.com.

Ngouda Fall Kane met en garde l’opposition et promet de dénoncer

TERIMPOST.COM L’ancien inspecteur général d’Etat fraîchement débarqué dans l’arène politique n’épargne personne dans ses missives. Si ce n’est pas le régime actuel, ce sont ses camarades de l’opposition qu’il place dans son viseur. Le leader du parti « Jam ak Xeweul », qui était dans la capitale du mouridisme, a rencontré le khalife général, Serigne Mountakha Mback. A l’issue de son audience, Ngouda Fall Kane a dénoncé la démarche de quelques partis de l’opposition qui paient de potentiels parrains en échange de leurs signatures. « Aujourd’hui, je constate que certains partis de l’opposition ont emboîté le pas au régime… Si nous voulons sauver le Sénégal, nous devons bannir cela et revenir aux valeurs de dignité… Pour le moment, je m’arrête à l’étape de du constat. Le moment venu, je ne mettrai pas de gants pour dénoncer cela ! », a confié le candidat déclaré à la présidentielle à l’Observateur. Les politiciens n’ont qu’à se tenir à carreau !



Oumar Youm accuse gravement l’opposition sur le thème de l’argent

YERIMPOST.COM Interpellé sur sa lecture de la marche de l’opposition vendredi dernier, le coordonnateur départemental de l’Apr de Mbour a fait de graves révélations. Me Youm, qui a accordé une interview à nos confrères de l’As, a déclaré que les opposants reçoivent des financements étrangers pour déstabiliser le pays. Une mobilisation dont la démarche est fondée sur la violence, l’invective, le désarroi, croit-il savoir. Invité à en dire davantage sur cette accusation, le directeur de cabinet du président de la République a ajouté: « Il faut leur poser la question. Il y a Qatar, il y a Doha ! Pourquoi cette opposition multimilliardaire passe son temps à organiser des manifestations et appeler les populations à des marches ? » Avant de conclure: « Le Sénégal sera debout et les Sénégalais pour accompagner le président Sall pour sa réélection. »


Vidéo- L’opposition mobilise et maintient la pression sur Macky Sall








Images: L’opposition dans les rues de Paris

YERIMPOST.COM La protestation contre les dérives du régime de Macky Sall s’internationalise. La plateforme de Paris, qui regroupe les partis de l’opposition, a donné le ton. Comme le Fnr, qui a tenu une marche cet après-midi à la place de l’Obélisque, les responsables de cette plateforme ont été dans les rues de Paris pour protester. Images !





 




Marche de l’opposition: la position du PUR

YERIMPOST.COM Le Parti de l’unité et du rassemblement (PUR) va participer à la marche du Front national de résistance (Fnr) prévue cet après-midi. Le coordonnateur dudit parti, Pr Issa Sall, a appelé ses militants à cette manifestation de l’opposition. Voici son message : « La marche du front étant autorisée, les militants du PUR qui le désirent peuvent porter leur t-shirts et casquettes et se présenter à la Place de l’Obelisque à partir de 15 heures ».


L’opposition au Sénégal: la bêtise insiste toujours !

‘’Soyez fier d’être critiqué, c’est la preuve que vous devenez quelqu’un’’, disait cet adage, cette inspiration doit encore plus faire du Président Macky Sall celui qu’on ne cessera de critiquer afin bref par qui même et pourquoi ?

Depuis la victoire de Benno Bokk Yaakar lors des dernières élections législatives , on a assisté à une nouvelle forme de s’opposer celle qui rime avec manipulation, et manœuvres machiavéliques à l’encontre de la première institution du pays.




Si je prends le temps d’en parler non ce n’est pas par rancœur ou par appartenance politique mais par besoin d’éclairer l’opinion publique sur des gens et groupes de personnes qui ne cessent d’œuvrer dans le noir afin de mettre le pays dans le K.O et nous entrainer dans les abimes.

Comment peut-on faire confiance à cette pseudo opposition qui n’a jamais su s’allier dans l’intérêt du pays en lieu et place de pratiques politiciennes ?

La bêtise insiste toujours me dira-t-on, et oui s’il faut chercher le meilleur qualificatif de cette classe politique alors les mots me manqueront.

Un constat d’un simple citoyen lambda mais d’autres ne verront que mon appartenance politique et j’en suis navré, oui car dans un pays comme le Sénégal ou la démocratie et les institutions se sont consolidées avec Macky Sall alors je n’ai pas peur d’exprimer mes sentiments et si possible de me porter en garde-fou de la république.

Cette pseudo opposition qui ne crie au scandale que quand le vent leur est défavorable, cette chimère qui ne nourrit des derniers espoirs d’honnêtes citoyens, qui prétend que le pays est dans le noir ok à eux je dirais que c’est quand le soleil s’éclipse que l’on voit sa grandeur nous rappelait un certain Sénèque.

Mais bon à l’heure actuelle il faut avouer que les petits esprits triomphent des fautes des grands génies, comme les hiboux se réjouissent d’une éclipse de soleil.

Un conseil à me permettre à ces chers messieurs et madames, la vie ce n’est pas attendre que les oranges passent, c’est apprendre à danser sous la pluie comme l’a si bien compris son excellence le Président, Macky Sall.




Apres cinq ans d’une nouvelle ère au Sénégal, je suis d’avis que le Sénégal sera encore ce pays qui nous étonnera de par sa grandeur par son humilité mais aussi par son esprit de partage, son sens du pardon alors on me dira c’est qui ce Sénégal bien entendu et je répondrais sans trop de prétention c’est vous, nous et Macky Sall.

Puisque les rêves sont toujours des départs alors j’aimerais continuer à rêver mais ensemble ce sera mieux car le Sénégal nous appartient et le PSE encore plus.

En bon républicain je souhaiterais bonne chance à cette opposition dans sa quête utopique du pouvoir et j’espère que le Sénégal se réveillera encore sous une bonne Etoile lors des prochaines présidentielles.

Adama Diaw (Diaw Fara)

Coordonnateur BAREM-2019

Mail. Diawfara85@gmail.com

Fouta: Abdoulaye Daouda Diallo décime l’opposition

YERIMPOST.COM Mission accomplie pour le chef de cabinet du ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement qui était envoyé en éclaireur dans le Fouta. Au terme de sa visite, Kalidou Kane s’est mis en poche le coordonnateur départemental du Grand Parti de Malick Gackou et Aboubacry Thiam du Parti socialiste. Ces deux responsables ont décidé de déposer leurs baluchons à l’Alliance pour la République. Selon le Dr Alassane Ndiaye, un lieutenant d’Abdoulaye Daouda Diallo qui s’est confié à Enquête, ces ralliements tombent pile poil au moment où l’unique combat qui vaille est la réélection du président Macky Sall au premier tour de la présidentielle. Abdoulaye Daouda Diallo continue de ratisser dans les rangs de l’opposition et d’autres gros poissons vont suivre…



L’opposition brille par son absence à la Concertation sur le pétrole et le gaz

YERIMPOST.COM L’opposition dite significative a brillé par son absence à la Concertation sur le pétrole et le gaz qui de déroule présentement au CICAD. Une démarche que regrette le sociologue, Pr Malick Ndiaye. Prenant la parole devant le chef de l’Etat, Pr Ndiaye a déploré l’absence des leaders de l’opposition. Selon lui, ce cadre offert par le président de la République est une belle tribune pour répondre à leurs inquiétudes sur les ressources naturelles du pays. « Les questions d’Abdoul Mbaye, de Thierno Alassane Sall devraient trouver réponses ici. C’est pourquoi je ne suis pas d’accord sur leur absence. Une nation, c’est tout le monde. Pouvoir et opposition doivent discuter dans l’intérêt commun », a-t-il déclaré.



L’opposition se joint à la cause estudiantine

YERIMPOST.COM Les leaders de l’opposition se sont offusqués contre la mort de Fallou Sène durant les affrontements entre étudiants et forces de l’ordre. L’opposition réunie autour du Pds demeure convaincue qu’une telle situation n’est que le reflet de la faillite du régime sur tous les plans. Elle a annoncé sa participation à la marche nationale prévue le 24 mai prochain, à la mémoire de Fallou Sène.



Recours devant le Conseil constitutionnel: L’opposition lance l’offensive





YERIMPOST.COM La loi sur le parrainage votée mercredi 19 avril par l’Assemblée nationale fait encore parler.  Le Front démocratique et social de résistance nationale va déposer un recours devant le Conseil constitutionnel. Les leaders de l’opposition et membres de la société civile qui composent le Front comptent user de toutes les voies légales pour faire annuler cette loi.

Toute l’opposition fait bloc contre Macky Sall

YERIMPOST.COM Désormais, l’opposition va mener ensemble la bataille contre Macky Sall. Selon Ousmane Sonko, les partis de l’opposition ont décidé de faire bloc contre les dérives du régime. «Aujourd’hui, les discussions sont entamées pour mener ensemble toutes les actions. Nous venons de sortir d’une réunion où tout le monde a été représenté et un plan d’action établi. Tout le reste, ce sont des détails», révèle le leader du Pastef. Selon lui, les leaders de l’opposition ont mis de côté leur égo pour se mettre ensemble contre Macky Sall. «Aujourd’hui, l’opposition est dans une dynamique d’entente. Et, pour les 10 mois qui restent avant la présidentielle, qu’il s’agisse des actions nationales ou internationales, c’est toute l’opposition qui les déroulera ensemble», a-t-il ajouté.



Urgent: Macky Sall règle ses comptes avec l’opposition depuis Paris

On se serait cru en pleine campagne électorale à Paris, devant  une foule de militants de l’Alliance pour la République et de la coalition Benno Bokk Yakaar. Dans la soirée de ce jeudi, suite à l’adoption et au vote de la loi sur le parrainage, le chef de l’Etat a réagi. « Dans une démocratie, si des gens ne veulent pas dialoguer politiquement, il y avait toujours le moyen de le faire au parlement. Là aussi, ils n’ont pas voulu. C’est une minorité qui a voulu imposer sa loi à la majorité et ça, ça ne peut pas marcher. » a introduit d’emblée le président Macky Sall. Répondant aux plus récalcitrants de cette loi qui soutiennent que le parrainage est un moyen pour le président d’éliminer ses adversaires, il dira: »ce n’est pas moi, ni les partis de la mouvance encore moins le gouvernement qui gère le processus des dépôts. C’est le conseil constitutionnel ! Ils ont dit qu’ils vont mettre le feu au pays mais le peuple dans sa majorité, a déjoué ce qui a été une manipulation de longue date. Les députés de la majorité sont à féliciter : Ils ont fait un travail remarquable ! Ils ont su mener le débat jusqu’à son terme et ensuite voter cette loi qui va permettre à notre démocratie de se poursuivre et de poursuivre sa trajectoire. » Ensuite, c’était le discours galvanisant des troupes…



Contrats Etat-Total: Yerimpost dénonce la nullité de l’opposition





Cette proposition radicale de Mamadou Diop Decroix à ses camarades de l’opposition

YERIMPOST.COM Si les leaders politiques suivent Mamadou Diop de Decroix, le pays ira vers des lendemains incertains. Alors que le front social bouillonne, Decorix propose à ses collèges de rejoindre les enseignants dans leur grève. Une manière pour eux de paralyser le pays et de stopper les dérives de Mack Sall, dit le leader d’Aj. Decroix a émis cette idée à la conférence de presse des députés de l’opposition.




° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR