Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

lycée

Vidéo – Défilé 4 Avril 2019: Prestation Des Majorettes du lycée John Fitzgerald Kennedy

Urgent! Le lycée Malick Sy de Thiès verse dans la violence

YERIMPOST.COM Le lycée Malick Sy de Thiès est depuis ce matin le théâtre d’affrontements entre élèves et forces de l’ordre. Les premiers cités exigent l’arrêt des grèves des enseignants et battent le macadam. C’était sans compter sur la détermination des limiers à faire régner l’ordre dans la cité du rail. Au cours des heurts, un élève a été évacué à l’hôpital. Selon la Rfm, une caméra de la Télé futurs médias a été endommagée.


Vidéo- La magnifique prestation des majorettes du Lycée John F. Kennedy…





Contribution: Nominations des intendants de lycée: Serigne Mbaye Thiam tient son «quota sécuritaire»

 

Vous êtes enseignants diplômés ou non, vous êtes prêts à pendre la carte du PS…c’est bon, vous devenez Intendant. Le Ministre de l’éducation national détient ainsi son quota sécuritaire et déroule son plan de prise du PS dans le dos de Macky.

Dans la comédie politicienne bien de chez nous, je veux dire bien Sénégalaise, voici l’épisode 1 d’une série machiavélique, avec comme principal acteur, un « narrateur », Serigne mbaye thiam, Ministre de l’éducation. Il déjoue les orientations de son « metteur en scène et réalisateur », Macky Sall, pour satisfaire son obsession de prendre les reines du Parti Socialiste, en jouant sur la scène de l’éducation son propre fiche technique.

Jetons un regard dans le rétroviseur pour respecter le cadre spatio-temporel du narrateur, afin de se rappeler. N’est-ce pas c’est Serigne Mbaye Thiam qui était le plus féroce critique des quotas sécuritaires, arguant que c’est le régime de Abdoulaye, à l’poque, qui est le principal responsable des problèmes que vivent l’école sénégalaise. Ajoutant, on se le rappelle, que même le bas niveau des élèves a comme seul et unique cause le quota sécuritaire. Si on sait tout de même que le quota sécuritaire n’existait plus dans le système, et cela bien avant que le metteur en scène Macky, ne le propulse sur le podium de l’éducation.

Cependant, il y’a problèmes ! Plus féroce critique du quota sécuritaire hier, Serigne Mbaye Thiam est entrain de faire pire aujourd’hui. Commençons par les nominations des intendants. Le Ministre de l’éducation nous a toujours chanté, et continue de le faire, son fameux PAQUET, un programme dédié à l’amélioration de la qualité, de l’équité et de la transparence. Mais les actes qu’il pose sur le terrain sont justement le contraire de ce que le  « narrateur » nous vend dans son PAQUET. En effet, les enseignants quittent les classes pour devenir intendant, sans diplôme professionnel. Seul critère de sélection : être ou prêt à rejoindre le PS. Pourtant c’est lui qui nous avait promis en ces termes : « Avec le PAQUET, c’est fini les nominations d’enseignants aux postes d’intendant sans que ces derniers n’aient le CAP et un diplôme de gestion financière ». Où est la qualité dans son PAQUET. Les intendants nommés, sans concours ni appel à candidature, souvent de bons enseignants, quittent les salles de classe sans être remplacés, faute de recrutement par son Ministère. Où sont l’équité et la transparence dans son PAQUET ? Au moment où la FASEG continue de former des chômeurs diplômés et  spécialistes de la gestion financière. Démarche qui ne favorise pas d’ailleurs la lutte contre le chômage. Au moins le quota sécuritaire, qu’il ne cesse de critiquer, en son temps, avait pu donner du travail et un salaire à des milliers de jeunes sénégalais.  A ces éléments perturbateurs de notre « narrateur », Ministre de l’éducation nationale, s’ajoutent le manque de communication avec les syndicats presque voulu par le Ministre et les élèves de Karang qui brulent leurs blouses, refusant de composer avec des gendarmes entre les rangs de la classe.

Finalement, toutes ces démarches contraires à la gestion sobre et vertueuse du « metteur en scène », ont pour objectif, selon le « narrateur » Ministre : avoir des partisans dans le son département, un réseau au niveau régional et nation afin d’être le successeur de Tanor à la tête du parti de Diouf, légué par le père Senghor.

Monsieur le président, à l’heure des prochaines joutes électorales, ne pas parler à ces milliers d’enseignants qui peuvent avoir chacun, minimum 4 électeurs potentiels, serait une faute grave.

Episode 2… à suivre, avec d’autres parties plus pétillantes les unes des autres grâce à Yerimpost.com

Pape Modou Guéye

 

 

 

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR