Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

Macky Sall

Moussa Sy au Palais: Macky Sall exulte

YERIMPOST.COM La transhumance de tout les buzz ! Moussa Sy est la meilleure prise du président de la République, Macky Sall, qui dit de lui-même qu’avec ce ralliement du maire des Parcelles Assainies, Dakar est désormais dans sa poche. C’était ce dimanche, au palais de la République, que le chef de l’Etat a reçu en audience Moussa Sy et quelques 400 de ses militants et dignitaires de sa commune. Pour symboliser « ce trophée », Macky a promis la construction d’un hôpital, et la poursuite des travaux de pavage aux parcellois.

Boubacar Camara: « Macky Sall cherche à me liquider comme il l’a fait avec Khalifa Sall et Karim Wade »

YERIMPOST.COM Sa candidature à la présidentielle n’étant pas prise au sérieux par certains, Boubacar Camara s’est vu dans l’obligation de rassurer ses sympathisants et potentiels votants. L’idée selon laquelle c’est Karim Wade qui est derrière sa déclaration de candidature, l’ancien directeur de la Douane sénégalaise y voit la main du régime actuel. Selon lui, celui-ci cherche à le liquider, comme il l’a fait avec Karim Wade et Khalifa Sall. Le leader du mouvement « Jengu » balaie ces accusations portées contre sa personne et promet de redresser le pays si les Sénégalais le choisissent pour présider à leurs destinées.







Scandale Iaaf: Sébastian Coe demande à Macky Sall de faciliter l’extradition de Pape Massata

YERIMPOST.COM Pape Massata Diack devra redoubler d’efforts pour surveiller ses arrières. Profitant du séjour du président de la République en Argentine, le patron de l’Iaaf, Sébastian Coe a câblé le président Macky Sall afin qu’il intervienne dans l’extradition de l’ancien consultant en marketing de l’Iaaf. « A ce jour, le Sénégal est le seul pays à avoir refusé de participer à l’enquête et nous aimerions voir ce changement s’opérer… » a déclaré Sébastian Coe à l’issue de la cérémonie d’approbation de Dakar ville hôte des Jeux olympiques de la jeunesse en 2022. Le fils de Lamine Diack qui refuse de répondre aux convocations de la justice française, reste cloîtré au Sénégal alors que son père est depuis 2015 soupçonné et interdit de quitter le sol français.

Scandale Iaaf: Sébastian Coe demande à Macky Sall de faciliter l'extradition de Pape Massata

YERIMPOST.COM Pape Massata Diack devra redoubler d’efforts pour surveiller ses arrières. Profitant du séjour du président de la République en Argentine, le patron de l’Iaaf, Sébastian Coe a câblé le président Macky Sall afin qu’il intervienne dans l’extradition de l’ancien consultant en marketing de l’Iaaf. « A ce jour, le Sénégal est le seul pays à avoir refusé de participer à l’enquête et nous aimerions voir ce changement s’opérer… » a déclaré Sébastian Coe à l’issue de la cérémonie d’approbation de Dakar ville hôte des Jeux olympiques de la jeunesse en 2022. Le fils de Lamine Diack qui refuse de répondre aux convocations de la justice française, reste cloîtré au Sénégal alors que son père est depuis 2015 soupçonné et interdit de quitter le sol français.

Réélire Macky Sall: Yes we must do it !

Le Sénégal est à la croisée des chemins grâce au travail d’un homme .Le président Macky Sall a hérité d’un pays à genou et tous les signaux étaient au rouge. En 2012 ,le Sénégal avait une croissance économique de 1% .La situation tellement morose a également poussé le Président wade ,imminent économiste ,à dire que d’ici deux mois ,sans moi ,on ne pourra plus payer les salaires. Ces deux exemples montrent la situation d’extrême dans laquelle ,le pays de la téranga était plongé dans un abîme sans fin.




Cependant, par la persévérance d’un homme,par son ingéniosité ,notre cher pays a fait un virage à 180 ° atteignant ainsi un taux de croissance de plus de 7% plus que le Rwanda qui est un exemple en Afrique du Sud du Sahara. Aujourd’hui tous les indicateurs sont au vert .Le Sénégal brille de mille feux par ses performances dans tous les secteurs vitaux de l’économie nationale:
-L’agriculture:Le PRACAS (Programme d’accélération de la cadence de l’agriculture sénégalaise)a atteint ses objectifs pour l’arachide 1,411 millions de tonnes et l’ognon. Pour l’autosuffisance en riz ,le Sénégal a produit 1 million de tonnes sur un objectif de 1 million
L’élevage: le chef de l’Etat a pris des mesures pour le renouveau du secteur et des productions animales :la valorisation et la sauvegarde durables des ressources pastorales .Ainsi parmi les réalisations,on peut évoquer le renforcement de la résilience avec la mise à la disposition pour la période 2012 2015 de plus 42000 tonnes d’aliments de bétail d’un montant global de 11 milliards.D’autres réalisations ont été faites par son excellence notamment:lacquisition du matériel de transformation et de commercialisation,des forages et le financement de nombreux projets et programmes d’un montant global de plus de 70 milliards.Le Président Macky Sall a également institué une journée de l’élevage qui est un moment fort d’échanges et de partages sur les questions existentielles au développement de ce secteur.



La pêche Le Président de la République Macky Sall a accordé beaucoup d’importance au secteur de la pêche, à savoir la transformation structurelle de l’Economie vers une croissance inclusive, des subventions pour l’acquisition de moteurs, la modernisation du secteur à travers la construction de quais de pêche dans certaines localités, la modernisation des ailes de transformation pour les femmes qui évoluent dans ce secteur et la protection des pêcheurs par le port des gilets de sauvetage .Chaque année le gouvernement subventionne les pêcheurs à hauteur de 8 milliards de francs Cfa pour leur permettre de s’approvisionner en carburant.
L’éducation:Le chef de l’Etat mise beaucoup sur l’éducation. En effet il a injecté plus de 116 milliards,dans ce secteur ,depuis son accession à la magistrature suprême de notre pays.
116 713 milliards FCfa ont été investis pour la réalisation d’infrastructures scolaires dans toutes les régions du Sénégal. 69 milliards sont consacrés à la construction et à l’équipement d’infrastructures scolaires et d’ouvrages annexes dont 8777 salles de classes, 821 blocs administratifs et 1388 blocs d’hygiène avec 487 points d’eau a fait savoir le chef de l’Etat qui traçait son bilan dans ce secteur .47,5 milliards pour la construction et l’équipement de 20 blocs scientifiques et technologiques ; 158 collèges, 316 écoles élémentaires, 11 lycées, 7 inspections d’académie, 5 inspections de l’éducation et de la formation et 5 centres régionaux de formation des personnels de l’éducation ont été construits. Il y a aussi la réhabilitation complète de la maison d’éducation Mariama Ba de Gorée et du lycée Ahmet Fall de Saint-Louis pour les jeunes filles.
Ces efforts n’ont pas été vains d’autant plus que grace à ces efforts soutenus.Le taux d’abris provisoires est ramené de 18% en 2011 à plus de 35 % en 2018. Ces investissements démontrent,sa volonté de booster ce secteur sur lequel il fonde un espoir infini :Tout cela pour dire que le secteur éducatif reste une de ses priorités quotidiennesLe Président de la république a fait également d’énormes réalisations dans le secteur des infrastructures avec 1295 km de routes ,12 ponts ,des autoroutes,des pistes de production,Dakar-aréna,Arène nationale,CIAD,citée ministérielle etc.Le bilan est élogieux et je dirai « su yemon sakh mu nekh ».Mais l’homme du 25 Mars 2012 ,le rêve est plus grand. Ainsi ce don de Dieu ,le pétrole et le gaz (il est aussi un porte bonheur)la barre est placée très haut:L’EMERGENCE.Yes we can mais lui en homme d’expérience,imbu des valeurs patriotiques,qui de lui le Président idéal pour mener notre « sunugal »vers l’île paradisiaque du développement économique et social durable et inclusif.
Au regard de ces performances (le bilan n’est pas exhaustif),la nouvelle dynamique,avec à sa tête le DG du COUD,Dr Cheichou Oumar Hanne ,des hommes et des femmes de valeurs,s’engage au triomphe des couleurs:marron -beige au soir du 24fevrier 2019.




Vive le Président Macky Sall.
Vive la nouvelle dynamique.
En avant vers l’émergence.
Bocar Coulibaly enseignant à N’dioum.

Message de Macky Sall devant le Comité international olympique + Photos

République du Sénégal

Un Peuple-Un But-Une Foi

 

 

Message de Son Excellence Monsieur Macky Sall, Président de la République du Sénégal, devant le Comité international olympique

 

 

 

 

 

 

Buesnos Aires, 08 octobre 2018

Merci, Président Thomas Bach, chers amis du Comité exécutif du CIO et du mouvement olympique, pour votre aimable invitation.

Je remercie également les autorités argentines pour leur accueil.

Le Sénégal et sa jeunesse sont fiers de l’honneur que vous nous faites, en confiant à notre pays l’organisation des Jeux olympiques de la Jeunesse de 2022.




Votre décision est une première dans l’histoire de l’Olympisme. Elle honore notre pays et notre continent.

C’est pourquoi je tiens à rendre hommage au Botswana, au Nigeria et à la Tunisie qui avaient présenté leurs candidatures en même temps que le Sénégal. Chacun de ces pays frères aurait mérité d’accueillir les Jeux.

En définitive, c’est toute l’Afrique, berceau de l’humanité par l’histoire et plus jeune continent par sa démographie, qui donne rendez-vous à la jeunesse sportive du monde en 2022.

Je me réjouis de savoir que dans le package de la candidature sénégalaise, le CIO a pris en compte le Plan Sénégal Emergent (PSE), notre stratégie de développement économique et sociale.

La jeunesse reste au cœur du PSE ; par l’éducation et la formation qui valorisent le capital humain ; et la construction d’infrastructures offrant à chaque jeune la chance de réaliser son potentiel sportif.

C’est le sens de l’Arène nationale et du Dakar Arena, deux complexes sportifs modernes et polyvalents, dont l’un est bâti à 30 km de Dakar, sur le nouveau pôle urbain de Diamniadio, qui abritera, avec Dakar et la ville balnéaire de Saly, les compétitions de 2022.

Et avant 2022, nous construirons un stade olympique de 50 000 places, en plus de la réfection du stade Léopold Sedar Senghor d’une capacité de 60 000 places.

Je renouvelle mes vives félicitations à toute l’équipe qui a porté la candidature sénégalaise, sous la direction dynamique de Mamadou Diagna Ndiaye, Président du Comité national olympique et sportif sénégalais. Merci Diagna, pour ton excellent travail !

L’Etat et les trois villes d’accueil des Jeux travailleront, ensemble, et en partenariat avec le CIO, pour que le rendez-vous de 2022 se déroule dans les meilleures conditions.

Ce faisant, nous gardons à l’esprit que, par l’idéal de la Trêve olympique, le sport ne se limite pas à la compétition. Le sport cherche à rassembler et à favoriser l’amitié et la coexistence pacifique des peuples pour un monde meilleur. Je sais combien ces idéaux sont chers au Mouvement olympique. Ils sont également chers au Sénégal.

Alors, nous avons hâte de les célébrer avec vous en 2022 ; ensemble avec la jeunesse sénégalaise ; ensemble avec la jeunesse africaine ; ensemble avec la jeunesse du monde.

Citius, Altius, Fortius !  Vive le mouvement olympique !

Je vous remercie.
















Pourquoi Macky Sall fait le déplacement sur l’Argentine

YERIMPOST.COM C’est le 7 septembre dernier que les membres du CIO avaient recommandé le Sénégal pour l’organisation des Jeux Olympiques de la Jeunesse de 2022. Cette décision devrait être officialisée ces 8 et 9 octobre 2018, à Buenos Aires, en Argentine. En compagnie d’une forte délégation, le président de la République, Macky Sall, sera l’invité de marque de cette réunion des responsables du CIO. Il devra prononcer un discours devant les 15 membres de l’instance suprême de l’athlétisme mondial pour montrer son engagement à ne ménager aucun effort pour la réussite de cet événement sportif de dimension mondiale.

À signaler aussi que cette rencontre sera, sans nul doute, le premier contact officiel entre le nouveau maire de Dakar, Soham Wardini, et le chef de l’Etat. En effet, Soham Wardini devrait recevoir, ce lundi, du Comité international olympique (Cio), la flamme pour l’organisation de ces Jeux olympiques de la jeunesse.







Pourquoi Macky Sall fait le déplacement sur l'Argentine

YERIMPOST.COM C’est le 7 septembre dernier que les membres du CIO avaient recommandé le Sénégal pour l’organisation des Jeux Olympiques de la Jeunesse de 2022. Cette décision devrait être officialisée ces 8 et 9 octobre 2018, à Buenos Aires, en Argentine. En compagnie d’une forte délégation, le président de la République, Macky Sall, sera l’invité de marque de cette réunion des responsables du CIO. Il devra prononcer un discours devant les 15 membres de l’instance suprême de l’athlétisme mondial pour montrer son engagement à ne ménager aucun effort pour la réussite de cet événement sportif de dimension mondiale.
À signaler aussi que cette rencontre sera, sans nul doute, le premier contact officiel entre le nouveau maire de Dakar, Soham Wardini, et le chef de l’Etat. En effet, Soham Wardini devrait recevoir, ce lundi, du Comité international olympique (Cio), la flamme pour l’organisation de ces Jeux olympiques de la jeunesse.







Macky Sall, l’Université et les Hallucinés ! (Cave de l’APR)

Le 04 Octobre 2018, pour la seconde fois en 06 ans de magistère, le Président Macky Sall s’est rendu à l’Université Cheikh Anta DIOP de Dakar. En dépit des augures de quelques Cassandre politiques et médiatiques alarmistes, quant au « caractère risqué » et « de tous les dangers » de la visite, le Président Macky Sall est allé à la rencontre d’une partie de l’élite intellectuelle de notre jeunesse dans l’antre de Dakar dont la seule évocation du nom, renvoie à ce qu’il y a de meilleur en Afrique.
En décidant d’inaugurer de nouveaux Pavillons avec de nouveaux lits et autres matériels indispensables à l’amélioration qualitative des conditions de vie de nos Etudiants, le Président Macky Sall a témoigné de son profond attachement à la Cause et aux intérêts de ces derniers, miroirs et tunnels d’espérances fortes, pour notre pays en marche vers l’Emergence.
De fait, le Président Macky Sall, rénove et, surtout, innove dans l’approche et la gestion des « questions estudiantines ».



D’abord, en accordant une oreille attentive aux doléances et attentes des Etudiants, au travers d’un débat public, libre et démocratique, le Président Macky Sall améliore la perception et la pratique de la Gouvernance au Sénégal.
Ensuite, de manière claire et sans équivoque, après avoir distingué le « souhaitable » du « possible », en des termes remarquables par leur franchise, le Président Macky Sall a combiné responsabilité et courage, pour assurer et rassurer les Etudiants sur le contenu de son action et sur les perspectives qu’il construit pour le monde estudiantin et l’Université.
Convaincu qu’un peuple non instruit est inéligible à l’Histoire et que la féroce compétition internationale place en première ligne le Savoir dans toute sa complexité, le Président Macky Sall n’a de cesse de considérer les Etudiants et les Elèves, comme les racines et les garants de l’accès de notre pays à l’Emergence et au Développement.
Ce faisant, le Président Macky Sall incarne et assume, de la plus belle des manières, la Fonction Présidentielle, surtout qu’aucun de ses prédécesseurs n’a pu, n’a su ou n’a voulu dialoguer de cette manière et autant de fois, avec les Etudiants, de surcroît dans leur espace de vie et d’Etudes !
Le formidable accueil que les Etudiants lui ont réservé, était à la hauteur de la confiance qu’il leur inspire et un indicateur de leur reconnaissance sans fard, des immenses efforts consentis par le Gouvernement du Sénégal dans le Secteur de l’Enseignement Supérieur.
Pourtant, comme pour masquer cette exceptionnelle prouesse du Président Macky Sall, l’ancien Président de la République, fondateur et propriétaire privé d’un Parti qu’il dirige depuis bientôt un demi – siècle, renoue avec ses pratiques favorites et éculées.
Incapable d’expliquer la grave crise que traverse leur Parti, autrement que par la commode rengaine faisant du Président Macky Sall, l’alpha et l’oméga de tous leurs maux, de toutes leurs crises, Wade, son fils et la ronde de leurs courtisans, regardent sciemment, dans la mauvaise direction.
Faire de Macky Sall, un épouvantail pour freiner les élans d’autonomie ou de franche indépendance de quelques Responsables, ne saurait prospérer durablement. Car, en dépit des explications ineptes et par trop tirées par les cheveux, servies par des Mercenaires de la plume et des relais médiatiques de déférence, c’est bien dans la volonté de construction d’une « néo – monarchie partisane », qu’il faut chercher les fondements premiers de la crise du PDS.



Etranger à cette situation très éloignée des préoccupations de nos Compatriotes, le Président Macky Sall s’applique à trouver des réponses aux questions sociales et économiques qui se posent et à intensifier la marche irréversible de notre pays vers l’Emergence.
En portant le Budget national, à 4000 milliards CFA, c’est – à – dire à un niveau jamais atteint dans notre Histoire, principalement orientés vers le Secteur Social, le Président Macky Sall, confirme, si besoin en était encore, son statut d’Homme d’Etat majeur plaçant les intérêts et les aspirations des Sénégalais, au centre de son engagement politique et les élevant au rang de boussoles de toutes ses Actions.
LA CELLULE D’APPUI A LA VEILLE STRATEGIQUE (CAVE) DE L’APR

Macky Sall, l’Université et les Hallucinés ! (Cave de l'APR)

Le 04 Octobre 2018, pour la seconde fois en 06 ans de magistère, le Président Macky Sall s’est rendu à l’Université Cheikh Anta DIOP de Dakar. En dépit des augures de quelques Cassandre politiques et médiatiques alarmistes, quant au « caractère risqué » et « de tous les dangers » de la visite, le Président Macky Sall est allé à la rencontre d’une partie de l’élite intellectuelle de notre jeunesse dans l’antre de Dakar dont la seule évocation du nom, renvoie à ce qu’il y a de meilleur en Afrique.
En décidant d’inaugurer de nouveaux Pavillons avec de nouveaux lits et autres matériels indispensables à l’amélioration qualitative des conditions de vie de nos Etudiants, le Président Macky Sall a témoigné de son profond attachement à la Cause et aux intérêts de ces derniers, miroirs et tunnels d’espérances fortes, pour notre pays en marche vers l’Emergence.
De fait, le Président Macky Sall, rénove et, surtout, innove dans l’approche et la gestion des « questions estudiantines ».



D’abord, en accordant une oreille attentive aux doléances et attentes des Etudiants, au travers d’un débat public, libre et démocratique, le Président Macky Sall améliore la perception et la pratique de la Gouvernance au Sénégal.
Ensuite, de manière claire et sans équivoque, après avoir distingué le « souhaitable » du « possible », en des termes remarquables par leur franchise, le Président Macky Sall a combiné responsabilité et courage, pour assurer et rassurer les Etudiants sur le contenu de son action et sur les perspectives qu’il construit pour le monde estudiantin et l’Université.
Convaincu qu’un peuple non instruit est inéligible à l’Histoire et que la féroce compétition internationale place en première ligne le Savoir dans toute sa complexité, le Président Macky Sall n’a de cesse de considérer les Etudiants et les Elèves, comme les racines et les garants de l’accès de notre pays à l’Emergence et au Développement.
Ce faisant, le Président Macky Sall incarne et assume, de la plus belle des manières, la Fonction Présidentielle, surtout qu’aucun de ses prédécesseurs n’a pu, n’a su ou n’a voulu dialoguer de cette manière et autant de fois, avec les Etudiants, de surcroît dans leur espace de vie et d’Etudes !
Le formidable accueil que les Etudiants lui ont réservé, était à la hauteur de la confiance qu’il leur inspire et un indicateur de leur reconnaissance sans fard, des immenses efforts consentis par le Gouvernement du Sénégal dans le Secteur de l’Enseignement Supérieur.
Pourtant, comme pour masquer cette exceptionnelle prouesse du Président Macky Sall, l’ancien Président de la République, fondateur et propriétaire privé d’un Parti qu’il dirige depuis bientôt un demi – siècle, renoue avec ses pratiques favorites et éculées.
Incapable d’expliquer la grave crise que traverse leur Parti, autrement que par la commode rengaine faisant du Président Macky Sall, l’alpha et l’oméga de tous leurs maux, de toutes leurs crises, Wade, son fils et la ronde de leurs courtisans, regardent sciemment, dans la mauvaise direction.
Faire de Macky Sall, un épouvantail pour freiner les élans d’autonomie ou de franche indépendance de quelques Responsables, ne saurait prospérer durablement. Car, en dépit des explications ineptes et par trop tirées par les cheveux, servies par des Mercenaires de la plume et des relais médiatiques de déférence, c’est bien dans la volonté de construction d’une « néo – monarchie partisane », qu’il faut chercher les fondements premiers de la crise du PDS.



Etranger à cette situation très éloignée des préoccupations de nos Compatriotes, le Président Macky Sall s’applique à trouver des réponses aux questions sociales et économiques qui se posent et à intensifier la marche irréversible de notre pays vers l’Emergence.
En portant le Budget national, à 4000 milliards CFA, c’est – à – dire à un niveau jamais atteint dans notre Histoire, principalement orientés vers le Secteur Social, le Président Macky Sall, confirme, si besoin en était encore, son statut d’Homme d’Etat majeur plaçant les intérêts et les aspirations des Sénégalais, au centre de son engagement politique et les élevant au rang de boussoles de toutes ses Actions.
LA CELLULE D’APPUI A LA VEILLE STRATEGIQUE (CAVE) DE L’APR

Vidéo- Khalifa Sall, Macky Sall, la Cour suprême, Moussa Sy, Banda Diop… Barth dit tout









Inauguration de nouveaux pavillons: Macky Sall se réjouit de l’accueil

Le président de la République s’est réjoui de l’accueil que les étudiants de l’Ucad lui ont réservé cet après-midi, à l’Ucad. Macky Sall y était pour inaugurer de nouveaux pavillons. Contrairement à son accueil de juillet 2015, cette fois-ci, les étudiants n’ont pas déconné. «Cette fois-ci, les étudiants m’ont bien accueilli», a déclaré le président Macky Sall.





Toutefois, il faudrait reconnaitre que cette visite du Chef de l’Etat dans le campus social a été placée sur une très haute sécurité. Les forces de l’ordre n’ont pas lessivé sur les moyens pour que rien ne bouge. Des engins blindés, pour éviter toute manifestation ou heurts, ont été déployés. Même au niveau de la tente officielle, des agents de sécurité en civil veillaient au grain. Pour dire que les étudiants n’avaient aucune chance à manifester un quelconque mécontentement.



Inauguration de nouveaux pavillons: Macky Sall se réjouit de l'accueil

Le président de la République s’est réjoui de l’accueil que les étudiants de l’Ucad lui ont réservé cet après-midi, à l’Ucad. Macky Sall y était pour inaugurer de nouveaux pavillons. Contrairement à son accueil de juillet 2015, cette fois-ci, les étudiants n’ont pas déconné. «Cette fois-ci, les étudiants m’ont bien accueilli», a déclaré le président Macky Sall.





Toutefois, il faudrait reconnaitre que cette visite du Chef de l’Etat dans le campus social a été placée sur une très haute sécurité. Les forces de l’ordre n’ont pas lessivé sur les moyens pour que rien ne bouge. Des engins blindés, pour éviter toute manifestation ou heurts, ont été déployés. Même au niveau de la tente officielle, des agents de sécurité en civil veillaient au grain. Pour dire que les étudiants n’avaient aucune chance à manifester un quelconque mécontentement.



Révélations: Comment Macky Sall a pris Aliou Sow à Idrissa Seck

YERIMPOST.COM Ce texte que Yerimpost a commandé à un responsable de premier plan du parti d’Aliou Sow décrit étape par étape le processus qui a conduit son leader au choix de Macky Sall au détriment d’Idrissa Seck…

 

Depuis quelques jours des politiciens qui cherchent le pouvoir aussi reprochent à notre parti et à son Président d’avoir parrainé le candidat Macky SALL et d’autres invoquent notre supposée alliance avec REWMI.

Sur le choix du candidat du parti à l’élection présidentielle du 24 février 2019, la résolution adoptée librement et à l’unanimité par le Conseil national patriotique tenu le samedi 22 septembre 2018 est claire comme l’eau de roche et nous n’avons aucune leçon à recevoir de nos concurrents ou adversaires encore moins de nos ennemis affichés.

Au sujet de l’imaginaire alliance politique entre le MPD Liggeey et REWMI, le parti tient à rappeler la vérité des faits que voici :





LES FAITS:

Les relations exécrables entre le leader de REWMI et le Président de notre parti étaient connues de tous avant de prendre une tournure positive quand M. SECK s’est rendu avec une forte délégation au domicile de notre Président pour lui présenter ses condoléances suite au décès de sa mère. En reconnaissance de ce comportement fraternel hautement appréciable, le Président SOW décida de le traiter désormais en grand frère avec la courtoisie requise et même dans le domaine politique et lui fit la promesse de lui rendre une visite de remerciements après son deuil devant témoins.

À la veille des élections législatives passées, le Premier Ministre Idrissa Seck le contacta pour envoyer à son domicile une délégation composée de Déthié FALL, son vice-président, et de Thierno BOCOUM, son responsable des jeunes et chargé de la communication. Ils étaient porteurs d’un message d’offre d’alliance aux élections législatives. La rencontre fut cordiale et empreinte de fraternité et leur leader ne manqua pas de lui confirmer au téléphone tout le bien qu’il pense de lui. Il avait pris acte sans jamais prendre un engagement.

Le lendemain, le quotidien L’Observateur le contacta au sujet d’un communiqué de REWMI rapportant cette rencontre pour une confirmation. Les preuves sont encore disponibles. Sa réponse dans le journal était la confirmation de la rencontre avant d’ajouter qu’il n’existait plus de problème personnel avec le Premier Ministre Idrissa SECK à son niveau et que pour leur l’alliance politique, RIEN N’EST DÉCIDÉ, RIEN N’EST EXCLU. Les archives de L’Observateur peuvent l’attester.

Ensuite, comme promis, il lui rendit visite par le canal d’un responsable de REWMI, Dr MAR en lui offrant ses trois premiers livres, y compris celui politique dans lequel il avait écrit sur leurs relations politiques antérieures et l’opinion qui en découle et qui avait déchaîné la polémique. Ses propos élogieux et fraternels sur notre Président ont été prononcés devant témoin avant leur entretien à deux.

Auparavant, le Président SOW avait parlé de lui fraternellement lors d’une émission et il l’en remercia vivement. À la proposition d’une visite nocturne, le Président SOW décida d’une visite assumée, car étant un homme libre qui ne saurait laisser personne lui choisir ses fréquentations encore moins ses amis. En plus, il nous attesta à l’époque que le coeur y était et son sentiment fraternel pour Idy allait grandissant pour plusieurs raisons qui restent intactes encore.





Suite à cette rencontre, plusieurs appels téléphoniques d’Idy s’en suivirent. Le Mouvement des jeunes de REWMI dirigé par le très courtois et respectueux Calixthe SAGNA vis à vis de notre Président avec qui je me suis entretenu part la suite, car partageant avec lui la même région, Kaffrine, lui rendit une visite de courtoisie et de travail en présence d’une dizaine de responsables des jeunes du MPD LIGGEEY.

D’autres responsables de REWMI furent reçus par le Président SOW après en avoir formulé la demande en présence toujours d’un membre du parti au moins.

Quelques jours après, Dr Babacar DIOP, un respecté jeune frère et collègue de notre Président,  nous invita au Congres de son parti, les FDS,  dans un contexte marqué par le débat sur le système de parrainage. Au présidium étaient installés Dr DIOP, Dr SOW et Idy. Le discours d’Idy ouvrit la porte à diverses interprétations en sa défaveur et son témoignage sur Dr DIOP fut manipulé dans la presse comme une apologie qu’il aurait faite sur Idy. À quelle fin? Il fut obligé de recadrer le débat. Ce jour, à la fin du congrès, Idy fit la proposition de rendre visite au Président SOW ou de le recevoir pour une discussion sur les perspectives politiques possibles en présence du porte parole de notre parti, Me Abdy Nar NDIAYE, Dr DIOP, entre autres. Par courtoisie, la proposition du Dr SOW fut de faire le déplacement lui-même en jeune frère au nom du droit d’ainesse. Il promit de l’appeler le lendemain pour une rencontre dans sa ferme et n’est réapparu pour donner de ses nouvelles qu’un mois et demi après.

Lors de ce congrès, la position de notre parti et de son Président sur le parrainage comme une bonne partie de la classe politique a été défendue vigoureusement. Le MPD Liggeey est contre toute forme de réforme des règles du jeu électoral sans de larges concertations avec comme objectif un consensus et des éclairages sur tous les points pouvant paraître comme des pièges. Des pièges, nous en  avions notés et en ma qualité de chargé des affaires électorales du parti que j’ai représenté à diverses rencontres organisées par le Ministère de l’Intérieur, j’ai toujours produit des fiches à l’attention du Président du parti pour l’aider à préparer les positions du parti. Puisque la dénonciation n’a pas empêché la loi d’être adoptée, notre leader et les militants comme tous les candidats à la candidature et leurs partisans qui rivalisent d’ardeur dans la collecte de signatures de parrains, décidèrent de s’y conformer en citoyens respectueux des lois et règlements du Sénégal.

L’initiateur du système de parrainage, le Président de la République le reçut au Palais en plein jour avec la présence de son nom sur la fiche d’audience. Ce fut l’occasion pour lui d’aborder avec lui ses préoccupations et ceux du parti sur le parrainage et de partager ses propositions sur la question entre autres sujets abordés. L’ouverture d’esprit et le sens de l’écoute du Président de la République ont été vivement salués par les responsables du parti.

 

Et le fameux feuilleton BAKKA -MAKKA éclata dans ce contexte et fit sa longue marche. L’écrasante majorité du parti en fut choqué, mais par courtoisie et refus de prendre part au lynchage médiatique, le Président s’est abstenu d’en dire un seul mot et nous invita d’agir de la même manière : la neutralité du dégoût qui ne signifie pas approbation.

 

Une grande Assemblée générale d’information et de concertations fut organisée dans sa circonscription électorale sur les questions d’alliance électorale pour consulter sa base puis le parti. Les positions des uns et des autres au sujet de ce qui ressemblait à une alliance en chantier avec REWMI furent dans leur écrasante majorité défavorables pour des raisons que nous tairons pour le moment.

Un mois et demi après l’engagement pris pour une séance de travail qui n’a jamais eu lieu, après BAKKA-MAKKA, le Président SOW reçut un appel de l’étranger qui dura presque une demie heure: une séance d’explications fraternelles relative à la démarcation progressive du Président à cause des impairs notés plus haut. Cependant, la décision de se rencontrer une fois au Sénégal fut prise et tout au long du processus, chacun des deux parla à de précieuses personnes qu’ils ont  en partage en termes d’affection et de respect.

Pendant ce temps, certains Rewmistes qui ignorent tout de tout et non des moindres, attaquaient de mille et une manières notre Président dans les réseaux sociaux, ce qu’il ne manqua pas de condamner auprès de Idy qui s’en est démarqué et a promis d’y mettre un terme après l’avoir vivement condamné. Se croyant déjà au pouvoir, ils accusaient le Président SOW de positionnement opportuniste s’ils ne lui reprochaient  pas carrément de se servir d’eux pour se rapprocher du Président Macky SALL, ce même Macky SALL qui l’avait déjà nommé par décret et reçu à plusieurs reprises.

En effet, qui a véritablement proposé le premier une alliance politique à l’autre? Thierno Bocoum et Déthié Fall sont encore en vie, eux les porteurs du message de leur leader confirmé par l’appel téléphonique de ce dernier dès leur arrivée au domicile du Président SOW.

Une série d’appels et de messages de la part du Président et de ses envoyés, alors qu’il était dans ses activités politiques en région, suivirent. Il est resté courtois en dépit de son dégoût.

La vérité des faits démontre clairement qu’il n’y a jamais eu d’accord politique entre REWMI et le MPD LIGGEEY. Cependant, des démarches ont été entamées dans ce sens.

Pour avoir reçu les orientations du Président SOW de pas avoir une nouvelle part de responsabilité dans une nouvelle inimitié débordante avec son grand frère Idrissa SECK, nous nous en limitons là pour le moment. Mais, si on y contraint le parti par des accusations fallacieuses, des méthodes politiques inacceptables et des propos mensongers et calomniateurs, le parti prendra toute ses responsabilités et son Président en tête.




IL N’Y A JAMAIS EU D’ALLIANCE POLITIQUE ENTRE LE MPD/Liggeey et le REWMI.

Nous avons porté notre choix sur la candidature du Président Macky SALL, nous l’assumons et travaillons pour sa réélection au premier tour au soir du 24 février 2019 avec UNE VICTOIRE SANS APPEL.

 

 

 

  1. Ahmadou NDIAYE, dit Ameth NDIAYE

Co-coordonnateur du Comité national de Pilotage et d’Animation des Enseignants Patriotes, CNP-Enseignants Patriotes.

Secrétaire national aux Affaires intérieures et électorales du MPD Liggeey.

Me Elhadj Amadou Sall: « Macky Sall veut la guerre, on lui donne le feu ! »

YERIMPOST.COM C’est sans gants que Me Elhadj Amadou Sall s’est attaqué au président Macky Sall qui, selon lui, est l’unique responsable du rejet de Karim Wade sur les listes électorales. Face à ce qu’il est convenu d’appeler un affront de Macky Sall, le chargé de communication du Parti démocratique sénégalais promet le feu. « Si Karim Wade est définitivement disqualifié de la présidentielle, Macky Sall n’a qu’à marcher sur nos cadavres ou nous mettre en prison », a défié Me Sall qui, au cours de l’émission à laquelle il était invité, a balayé toute idée de boycott par le Pds de l’élection. Selon Me Elhadj Amadou Sall, cette question de validation de l’inscription de leur candidat sur les listes électorales est une question politique qui trouvera une réponse politique.







Diffusons les Grandes Oeuvres du Grand Timonier Macky Sall: Son bilan est notre seule et bonne réponse.

En réalité, l’opposition n’a pas de projet de société alternatif et aussi credible que le Pse et les faits le prouvent. Les rares qui s’essaient à la formulation d’une offre politique crédible, n’arrivent vraiment pas à convaincre nos concitoyens. Que sont devenus le Pass de l Malick Gakou et solutions de arrogant Sonko?Face à la pertinence du Pse, ces intentions utopiques sont vite rangées aux calendes grecques ! Les résultats du Pse à Fatick, ziguinchor, kaolack, thies, louga, Matam, saint Louis, Dakar, kedougou, tamba, Diourbel, kolda , Sedhiou et kaffrine ont réduit à néant les utopies révolutionnaires de tous ces leaderons qui aspirent à diriger ce pays. Cette opposition n’a pas non plus une coalition aussi durable et unie que Bby. Ces alliances( Taxawu Dakar, Manko, disparaissent immédiatement au lendemain de conférence de presse de baptême ou d’exécution de manifestation et ou de joutes électorales. Pendant ce temps, Bby demeure plus forte que jamais et s’agrandit pour donner naissance à la majorité présidentielle en perspective de 2019. Parallèlement, les réalisations se multiplient et se diversifient( Pudc, Puma, Prmoville,Dakar Arena, Arène nationale, Ila Touba et le magal 2019 en perspective , le pont de foundiougne, la croissance qui augmente , l’inflation maîtrisée, la ville intelligente Diamniadio qui confirme le savoir-faire sénégalais , le train express régional et Afrique Dem Dikk dont les bus sont en route et le tout couronné par le pont senegambien inauguré en Décembre prochain.
On ne peut pas se prévaloir d’un bilan aussi elogieux, reconnu par tous les sénégalais et suivre cette opposition dans des querelles de personne. Diffusons les Grandes Oeuvres du Président Macky Sall partout , en toute circonstance et en tout lieu , et dans tous les domaines de l’activité économique, politique ,culturelle et sociale et refusons le débat de faits divers qui nous éloignent des préoccupations du peuple. Opposons aux invectives et autres attaques déplacées des opposants, le redoutable bilan du Pse et le débat sera clos.




Cheikh NDIAYE Conseiller Technique Présidence de la République
Responsable politique Apr Grand yoff
Conseiller Municipal

Ces attaques directes de Me El Hadji Amadou Sall contre Macky Sall

YERIMPOST.COM Me El Hadji Amadou Sall a remis ça. L’avocat, qui ne rate jamais l’occasion de tirer sur le régime de Macky Sall, est revenu à charge. Invité à l’émission « Objection », à la radio Sud Fm, l’ancien ministre de la Justice de Me Wade a accusé directement le chef de l’Etat d’être responsable du rejet de l’inscription de Karim Wade des listes électorales. Une pilule que les « Libéraux » ne comptent pas avaler. Macky Sall « marchera sur des cadavres » si le fils de Wade, candidat du Pds, est définitivement disqualifié de la prochaine présidentielle. Me Sall d’ajouter : « Macky Sall est à la manœuvre d’une justice aux ordres. Karim Wade n’a pas un problème avec la Justice mais il en a avec Macky Sall ».



Macky Sall apprend le décès de Bruno Diatta, annule son voyage et fait de grandes annonces

Sur le départ pour Bamako, où il devait prendre part à l’investiture de son homologue, Monsieur Ibrahim Boubacar Keita, S.E.M. Macky Sall a été informé du rappel à Dieu, ce vendredi 21 septembre 2018, du Ministre Bruno DIATTA, Chef du Service Protocole de la présidence de la République.

Le Chef de l’Etat, dont l’avion était sur le point de décoller à destination de Bamako, a aussitôt annulé ce déplacement.

Le Président de la République exprime sa profonde tristesse pour la disparition de ce grand serviteur de l’Etat dont il magnifie la fidélité, la discrétion, la loyauté et la compétence.



Vidéo- Macky Sall: «Le pays va rendre à Bruno Diatta l’hommage qu’il mérite»









Macky Sall fait une confidence sur Bruno Diatta: «Lors du dernier voyage…»









Ousmane Sonko est-il une menace pour Macky Sall ?

A la recherche de solutions, des sénégalais se sont rués ce dimanche sur la place de la nation pour la présentation du livre-vision : «Solution», pour un Sénégal nouveau de l’ancien inspecteur des impôts et domaines Ousmane Sonko.
Un livre qui résume un peu les démarches politiques pour le développement du Sénégal du candidat déclaré à la présidentielle de 2019.
Le leader du Pastef a réussi le pari de la mobilisation dans un contexte politique marqué par le démarrage de la campagne de parrainage.



Au moment où la plupart des candidats déclarés à la présidentielle sont partis à la quête de signatures dans les coins les plus reculés du Sénégal, Sonko choisit de partager sa vision pour un Sénégal du futur avec ses militants, sympathisants et d’autres curieux.
Une innovation avec une tribune à l’américaine qui reprend les ficelles de communication de Barack Obama.
Podium, Stand up en bras de chemises, humour et diatribes etc.
Répondant pendant plus de quatre tours d’horloge aux questions des journalistes Cheikh Yérim Seck, Pape Alé Niang et Maimouna Ndour Faye, de l’économiste Khadim Bamba Diagne et du sociologue Cheikh Tidiane Mbaye, le leader des patriotes du Sénégal s’est livré à un exercice périlleux d’explication de ses solutions pour le départ de l’actuel chef de l’Etat Macky Sall.
Une originalité politique que s’est imposée l’ex inspecteur des impôts en vue de soumettre ses orientations et stratégies aux critiques des Sénégalais et ceci à quelques encablures de la présidentielle.




Malgré son faible taux lors des élections législatives du 30 juillet, Ousmane Sonko continue de faire sa route avec une cote de popularité qui s’accroit de jour en jour.
L’ascension de ce jeune leader qui semble avoir une vision peut-elle empêcher Macky Sall de dormir ? En tout état de cause, Ousmane SONKO est une candidature à ne pas sous-estimer.

Ahmadou Demba Lô

Aliou Sow parraine Macky Sall et déçoit Idy…

YERIMPOST.COM Ancien membre du Parti démocratique sénégalais (PDS), Aliou Sow, nommé par décret présidentiel membre du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct), a choisi de parrainer la candidature de Macky Sall à l’élection présidentielle de 2019. Pourtant, l’homme était très virulent contre ce dernier ces temps passés. Certains observateurs lui prédisaient même un avenir à côté d’Idrissa Seck. Invité à l’émission Rfm Matin, Aliou Sow déclare le contraire, en proclamant soutenir, pour la présidentielle de 2019, celui qui l’a mis au Hcct.



Gouvernance de Macky Sall: De la corruption à ciel ouvert au népotisme exacerbé

« La loi est la loi. Et nul n’est au-dessus des lois. Pas même le président » Barack OBAMA
Dans un discours historique au peuple africain, tenu le 28 juillet 2015 à Addis ABEBA, Barack Obama fustigeait le cancer de la corruption qui ponctionne des milliards de dollars à des pays dont les économies sont structurellement faibles. Surtout, l’ex Président américain pointait les déviances de certains dirigeants africains qui changent les règles du jeu pour rester au pouvoir, au risque d’engendrer instabilité et conflits. Une vidéo récente, largement relayée par les médias et les réseaux sociaux, illustre parfaitement, l’un des traits de la gouvernance de Macky SALL : la corruption à ciel ouvert. En plein jour, un élu local (Maire de Touba) corrompt publiquement des chefs de quartier à qui il promet 50 000 F CFA pour chaque fiche de parrainage recueillie. Nous sommes au Sénégal, l’un des pays les plus pauvres de la planète. Les partenaires économiques du Sénégal apprécieront ces images d’un Maire pris en flagrant délit de corruption active, et qui, à ce jour, vaque tranquillement à ses occupations. Le coup d’envoi de telles pratiques nauséabondes a été donné par le Président de la République himself, qui, depuis sa tour de contrôle, a transformé le palais présidentiel en un supermarché de la corruption.



A l’approche de l’échéance présidentielle, des dizaines de mouvements de soutien, et des de partisans de l’APR affluent au palais, comme dans une foire au bétail où « chacun affiche son prix », ressortent avec des millions de F CFA et inondent le pays avec de l’argent SALE. Pendant ce temps, le Procureur de la République fait le mort. Celui qui a diligenté une enquête ayant conduit à l’arrestation de Bamba Fall et de plusieurs militants socialistes sur la base d’images (vidéo) suite au saccage du siège du parti socialiste est invisible. Alors que la famine guette dans plusieurs localités (750 000 sénégalais risquent de mourir de famille selon une alerte du Programme alimentaire mondial), que des dizaines de milliers de sénégalais sont tenaillés par la soif, que de simples ruissellements de pluies transforment la ville de Dakar en une mare, que des milliers de jeunes désespérés prennent le chemin de l’exil au péril de leur vie, que le système éducatif est au bord de l’implosion ; Macky SALL verse dans le laxisme, l’insouciance, la gabegie, et la prévarication. Sans coup férir.
Avec la nomination de son frère, Aliou SALL comme Directeur Général de la Caisse des dépôts et Consignations, il parachève son magistère par un népotisme abject. Une lecture attentive de la Loi n° 2017-32 du 15 juillet 2017 fixant les règles d’organisation et de fonctionnement de la « Caisse des Dépôts et Consignations » permet de savoir qu’il s’agit d’une loi taillée sur mesure pour le frère du Président de la République. L’introduction de l’immunité d’exécution (cf article 17), au simple motif de l’exercice d’une mission d’intérêt général, relève d’un détournement du principe d’intérêt général qui en l’espèce, est applicable à de nombreuses entités publiques qui ne bénéficient pas d’une telle immunité (agences ou organismes personnes morales de droit public dont l’activité est financée majoritairement par l’État ou une collectivité locale dans le cadre d’activités d’intérêt général). Par ailleurs, l’article 25, constitue une entorse majeure au principe de transparence et de bonne gouvernance car il dispose que « Les membres de la Commission de Surveillance sont, astreints à l’obligation de discrétion pour les informations, faits et actes dont ils ont connaissance dans l’exercice de leurs fonctions ». En cas de manquements graves ou de malversations financières dans le fonctionnement de la CDC, les membres de ladite Commission de surveillance ne pourraient porter ces informations à la connaissance du public. Pour comprendre la dangerosité du libellé de l’article 25, il faut se référer à l’article 40 qui précise que « Les conditions dans lesquelles le contrôle de la Cour des comptes s’exerce sur les opérations de la Caisse des Dépôts et Consignations sont fixées par décret ». Autrement dit, c’est Macky SALL qui détermine les conditions dans lesquelles son frère Aliou SALL doit être contrôlé. Un mélange des genres. Du jamais vu dans une République !



Résumons les articles 25 et 40 de la Loi n° 2017-32 du 15 juillet 2017 (double verrouillage) :
1. Les membres de la Commission de surveillance sont astreints à l’obligation de discrétion,
2. C’est Macky Sall qui précise les conditions dans lesquelles son frère Aliou Sall est contrôlé.
Mais le mieux est à venir avec l’article 34 de la CDC qui soustrait frauduleusement Aliou Sall des dispositions du code des marchés publics (Décret 2014-1212 du 22 septembre 2014 portant code des marchés publics). En effet, l’article 34 de la CDC dispose que « Les règles de passation des marchés de la Caisse des Dépôts et Consignations sont fixées dans un manuel de procédures qui détermine les règles applicables aux marchés conclus. Le manuel de procédures et tout amendement y afférent ne sont applicables qu’après approbation de la Commission de surveillance ». Les dispositions contenues dans l’article 34 relèvent d’un scandale absolu et suscitent l’effroi : c’est la Caisse des dépôts et Consignations qui détermine elle-même les règles de passation de ses marchés, via un manuel de procédure qu’elle valide. Or l’article 2 du Décret 2014-1212 du 22 septembre 2014 portant code des marchés publics ne laisse place à aucune forme d’ambigüité :
Article 2 : Les dispositions du présent décret s’appliquent aux marchés conclus par les Autorités contractantes suivantes :

a) L’État, y compris ses services déconcentrés et les organismes non dotés de la personnalité morale placés sous son autorité
b) Les collectivités locales, y compris leurs services déconcentrés et les organismes non dotés de la personnalité morale, placés sous leur autorité ainsi que les groupements mixtes et les établissements publics locaux,
c) Les établissements publics,
d) Les agences ou organismes personnes morales de droit public ou privé autres que les établissements publics sociétés nationales ou sociétés anonymes à participation publique majoritaire dont l’activité est financée majoritairement par l’État ou une collectivité locale et le cadre d’activités d’intérêt général…

Il est donc clairement établi que la CDC est soumise au Décret 2014-1212 du 22 septembre 2014 portant code des marchés publics, et n’entre pas dans le champ des dérogations prévues à l’article 3 dudit code. En réalité, l’article 34 de la CDC constitue une véritable prime à l’impunité pour le frère du Président qui draine des milliards de F CFA, qu’il peut utiliser comme bon lui semble, dans le cadre de marchés qui n’obéissent à aucune règle (sauf celles fixées par la CDC dont il est le Directeur), et sans aucune possibilité de rendre compte (ni à la Direction Centrale des Marchés Publics, ni à L’Autorité de Régulation des Marchés Publics). Au Sénégal, il y a le code des marchés publics qui est la règle de droit commun et le Manuel des procédures pour Aliou SALL (le frère du Président). Il convient de signaler que le Manuel des procédures n’est rien d’autre qu’un document intitulé « Guide des procédures », comme il en existe dans la quasi-totalité des entreprises ou des entités publiques. Un tel document n’a aucune valeur juridique, car il se borne à faire des recommandations pour la bonne marche de la structure (sous forme d’instructions). Alors qu’il passe le plus clair de son temps à emprisonner des opposants sénégalais dont le seul tort est de s’opposer à sa politique et d’afficher une ambition légitime de briguer le suffrage des citoyens sénégalais, Macky SALL modifie la loi fixant les règles d’organisation et de fonctionnement de la « Caisse des Dépôts » et Consignations dans l’unique but de protéger son frère Aliou SALL des foudres de la Justice. En lui conférant une immunité totale (d’une part, Macky Sall détermine les modalités de contrôle de son frère via un décret (non publié), et d’autre part, il est destinataire de tout rapport concernant la gestion de ce dernier). Par ailleurs, le fait que le montant de la caution aux présidentielles de 2019 soit versé au frère du Président de la République démontre que le Sénégal est une vraie République bananière (les SALL sont juges et partie) !
Entre la corruption à ciel ouvert (le Maire de Touba), le pillage des deniers publics (affaire PRODAC), et le népotisme (nomination de son frère à la tête de la CDC), Macky SALL a étalé toute une gamme de pratiques aux antipodes d’une gouvernance sobre et vertueuse. Il ne fait aucun doute que pour le clan « SALL », l’univers des malversations est quasi « infini ».



Seybani SOUGOU – E-mail : sougouparis@yahoo.fr

Macky Sall décime le parti d’Abdoulaye Baldé

YERIMPOST.COM C’est le site Dakaratcu qui nous l’apprend. 30 conseillers municipaux de l’Union centriste du Sénégal (Ucs), avec à leur tête le directeur de cabinet du maire de Ziguinchor, ont été reçus au palais par le président Macky Sall. Cette saignée dans l’Ucs va continuer. Parce que, selon toujours la source, une 2ème vague de démissions concernera 13 personnes membres du Bureau national du parti d’Abdoulaye Baldé, dont le chargé des relations internationales, Alioune Sy, la responsable nationale de la Jeunesse féminine et deux de ses vice-présidentes, ainsi que le responsable national des étudiants.



Le secrétariat exécutif national du PS félicite Macky Sall et valide la révocation de Khalifa Sall

YERIMPOST.COM Ci-dessous son communiqué…

1) Le Parti socialiste se félicite de la désignation de son Excellence, le Président Macky SALL, à l’unanimité des 53 états d’Afrique et de la Chine, à la coprésidence du Forum sur la coopération sino-africaine, pour un mandat de six ans.



Ce succès diplomatique démontre la qualité de notre politique étrangère et de notre diplomatie ainsi que le leadership du Président Macky Sall sur la scène internationale et la qualité des relations multiformes qui unissent la Chine et le Sénégal.
A cet égard, le Parti socialiste note, avec satisfaction, l’engagement de la Chine à octroyer 60 milliards de dollars US supplémentaires pour le développement économique de l’Afrique; ce qui traduit la volonté du Président Xi Jinping et du gouvernement chinois d’accompagner l’émergence des états africains.

2) Le Parti socialiste salue également la visite récente, au Sénégal, de la Chancelière fédérale allemande Angela MERKEL, à la suite des présidents Emmanuel MACRON et Recep Tayyip ERDOGAN, visites qui prouvent, à suffisance, que le Sénégal est un pays respecté, ouvert sur le monde.

3) Sur un autre registre, le Parti socialiste se réjouit de la reprise des pluies, après une longue pause, source d’inquiétudes pour le monde rural, et appuie fortement les mesures d’adaptation et d’atténuation prises par le gouvernement, à travers l’introduction de variétés culturales hâtives, permettant d’entrevoir une bonne campagne agricole.

4) Au plan politique, le Parti socialiste réprouve la volonté manifeste d’une certaine opposition, en perte de soutien populaire et en mal d’offre politique crédible, d’installer le désordre dans notre pays à des fins simplement électoralistes. Que cette opposition sache que son entreprise déstabilisatrice est naturellement vouée à l’échec.

5) Par ailleurs, au sujet de la révocation du maire de la ville de Dakar, le Parti socialiste, après avoir rappelé qu’en application de la loi, les différents pouvoirs exécutifs qu’il a eu à porter avaient, en son temps, révoqué des maires, sur la base de rapports définitifs de corps de contrôle, note que la décision prise à l’encontre du maire de la ville de Dakar est conforme aux dispositions du Code général des collectivités territoriales et, de surcroît, a attendu d’être confortée par la confirmation en appel du jugement de première instance.

6) Le Parti socialiste salue le choix porté sur le Sénégal, par la Commission exécutive du Comité international olympique, pour organiser les Jeux olympiques de la jeunesse en 2022. Cette décision historique et symbolique qui fait du Sénégal le premier pays africain à accueillir ce rendez-vous de la jeunesse mondiale, fait honneur à notre nation.
Le Parti socialiste félicite son Excellence le Président Macky SALL dont le leadership a été déterminant, dans l’appui de la candidature de notre pays et salue le travail remarquable fait par le Comité national olympique et sportif sénégalais.




7) Enfin, le Parti socialiste se réjouit du bon démarrage de la campagne de parrainage politique du candidat de BBY, dans l’ensemble des communes. Il exhorte tous ses responsables et militants à jouer pleinement leur rôle, dans ce cadre, en parfaite entente avec les partis et organisations de la coalition ou alliés.

Macky Sall piégé par un désir de Lamtoro du gaz au Sénégal (Mamadou Lamine Diallo)

Le 12 mai 2002, Macky Sall, Ministre des Mines, de l’hydraulique et de l’énergie, a violenté le Président de son bureau de vote pour voter sans sa carte d’identité aux élections locales, régionales, municipales et rurales. Ce fait extrêmement grave, qui aurait dû amener la justice à le condamner et lui enlever ses droits civiques et politiques a été passé en pertes et profits par Maître Wade qui a pourtant bien lu Emile Rousseau. Il a accoutumé Macky Sall à satisfaire facilement ses désirs croissants.



Le résultat est là. Celui qui aurait dû quitter la classe politique et exercer un métier de géologue de base est devenu Président de la République. Il rêve de devenir Lamtoro du Sénégal à la tête de la dynastie Faye Sall issue de l’alliance politique Fatick Fuuta France avec comme base économique nos ressources pétrolières et gazières.
Les Grands de ce monde de la frontière technologique qui lui rendent visite le confortent dans cette idée : le Sénégal est un futur géant des hydrocarbures de l’Afrique de l’Ouest. Le Professeur Moustapha Sourang de Touba en sait quelque chose.



Pour cela, il faut assurer la fermeture démocratique du Sénégal en préservant la façade ou la vitrine. Un plan bien pensé est mis en œuvre : renonciation aux engagements pris devant les Assises Nationales et le M23, référendum pour créer les bases légales de la confiscation du pouvoir, instrumentalisation de la justice pour neutraliser les opposants, domestication de la presse, infiltration de l’Opposition, division des partis politiques, corruption de la société civile et enfin pour couronner le tout, parrainage anarchique dit citoyen.
Macky Sall est soutenu par les binationaux tardifs qui ont profité de leur position dans l’appareil d’Etat pour chercher des nationalités étrangères. Ces derniers sont heureux lorsque la police réprime et humilie les leaders de l’Opposition. Dans ce combat, il faut isoler les binationaux tardifs, et repérer les candidats à la présidentielle sponsorisés par Macky Sall. Je me propose de mettre fin au présidentialisme autocratique. Et alors, rira bien qui rira le dernier.

Macky Sall: Contingence et/ou incertitude d’être réélu par le peuple souverain

1.1. Première Partie : La démarche boiteuse conseillée au  Président de la République du Sénégal, puis empruntée par son Excellence Macky Sall.

1.1.1. Contingence et/ou Incertitude d’être réélu par le peuple souverain.                                                                                                                                                                                                                           

Le Management au rabais du PSE, n’a pas répondu aux aspirations du peuple, ni à leurs attentes en terme d’amélioration de vécu quotidien. Non plus, il n’est le reflet ou la traduction  des  promesses électorales. S’agissant de l’exercice d’une bonne gouvernance sobre et vertueuse annoncé en grande pompe : ledit plan est aux antipodes  d’une voie stratégique, génératrice de revenu ; en vue d’une redistribution équitable.

 

Le PSE est à l’opposé d’une stratégie de création de richesse  et  de redistribution inclusive  de revenu, au bénéfice du Sénégal. Notre pays est toujours en état de crise lamentable et sans perspective de s’en sortir. La gestion éthique n’est point la référence depuis la mise en place du PSE.





 

Dans  le contexte politique  en  effervescence  et mis  en ébullition par  les  parties  prenantes  du rendez-vous  fixé dans la journée  du 24 février  2019 : que de bouillonnement  d’idée, de stratégie aiguisée, d’agitation pèle  mêle, d’échauffement  des  uns, irruption de nouveaux  acteurs, énervement des autres,  insécurité totale, embrassement de  tension de toute nature, excitation  des  leaders de l’opposition, manquement grave de sobriété, floraison de prétendants.

 

Le tohubohu  dans  le  landerneau  qui  s’est  à présent dessiné , montre  déjà  ses signes de heurt frontal, avant  coureurs d’une  pression politique, ajustée  de tension sociale.

 

Lesquelles  exhortations et excitations combinant la chaleur et l’incitation  des appels  de  détresse politique, sont  à l’opposé  du  calme,  du  repos,  de  la  quiétude. Les stimulants sont inscrits dans la logique de  la  négation  de  la  sérénité, du refus de la  paix  ou de la concorde nationale, de l’encontre du bien être social et de la douceur de  bien vivre. Toutes les activités s’exercent dans un climat social de nervosité, loin d’être apaisé. Le peuple a les nerfs très tendu avec une note de méfiance sans commune mesure partagée. Et l’intention des tenants du régime actuel, c’est de bloquer, c’est de bloquer l’accès à internet jusqu’au lendemain du scrutin de 2019.

 

Des sociologues  de  référence cruciale reconnue , des universitaires réputés , des chercheurs  d’envergure académique approuvée et de statut professionnel apprécié, des islamologues bien côtés,  des membres de la société civile  crédibles,  des associations  de jeunes épris  de  bonne  gouvernance  et  de justice, des syndicats pétris de liberté , des  regroupements  de femme, d’homme d’obédience  diverse, engagés  dans  la transparence  du processus électoral, des jeunes désirant voter avec transparence et sans heurt, parce qu’imbus de citoyenneté à part entière, soucieux  de  l’avenir  du  pays,  se sont directement  mêlés avec frénésie à  la nouvelle  donne  électorale  à  venir.

Leur inquiétude  et méfiance justifiées sont au paroxysme.  Le contenu  des  articles  de presse  jugé de  haute  teneur intellectuelle  et  de portée pédagogique  se référant  au parrainage  citoyen, ont énoncé tous les  maux .

 

Le traumatisme découle de cette  démarche boiteuse suscitée par l’Etat pris sous l’ambigüité. Laquelle voie, non droite, est empruntée  par les autorités officielles en charge de la régularité, de la sincérité, de la clarté de tout le  processus électoral.  Les empreintes sur tous les supports et applications, sont à l’extrême nuisibles à la démocratie républicaine. Les résultats de cette manœuvre  sont  non viables et déstabilisateurs. L’allure  dans sa quintessence est  une mise en scène  de politique politicienne. Ceux qui ont maladroitement tracé cette destination en terme de parrainage citoyen sont  aux abois et en mal de légitimité. Le sens indiqué et imposé aux  candidats prétendant à la charge de Président de la République  est dénué  de substance  civique et dépouillé d’anatomie patriotique.

 

Les bases de motivation et mobile sont à la fois biaisées et partisanes .Elles  ne  reposent sur aucun socle juridique. Les étapes de sa mise en route  dénudées de scrupule, sont conjuguées à une option manifeste d’exclure  tous compétiteurs au long cours. La protection des données personnelles est déséquilibrée  consciemment et sans retenue.

 

A ces identités remarquables, s’additionnent, entre autres aspects négatifs et nuisibles, une preuve de recul notoire d’acquis démocratiques et de libertés individuelles : « A court terme, cette loi proposée en plénière ce lundi 18 juin va consacrer un danger pour notre république. Cela apparaitra clairement quand les électeurs  dans leur ensemble ne voudront plus  parrainer aucune personne, ni aucune liste pour se protéger eux-mêmes. C’est de toute évidence un recul démocratique qu’il faut stopper  au plus vite. » dixit un interlocuteur digne de respect et avisé  sur la problématique dudit parrainage.

 

L’état de méfiance politique qui nous ceinture est non viable. Il est encore moins envisageable mais déplorable, dans la vie d’une République. Le Sénégal  jadis, avait gagné des galons dans le concert des pays africains démocratiques. Il est alors question d’ajuster les équilibres rompus par la mouvance présidentielle.

 

L’environnement politique en fermentation,  a  installé  une  atmosphère  de  suspicion, de trouble psychologique, d’anxiété, de phobie, d’aliénation, de contradiction majeure et de prolepse. Les appréhensions sont douteuses, les  craintes restent ouvertes.

 

La contestation, la réfutation, la réplique, la riposte marquent le rythme du temps du processus de mise en place du parrainage citoyen. L’objection soutenue ou combinée à la réaction et à la polémique populaire est  le terrain d’exercice  au quotidien  des  patriotes. Les interpelés sont  frustrés par cette manigance électorale. La  mascarade anti constitutionnelle, qui n’a pas encore dévoilé ses principales orientations discontinues  ne peut se guère se positionner chez nous.  L’aval du pouvoir en place, commanditaire de ce diktat  non valeureux sera peine perdue. Les tergiversations sans fondement, ni soubassement éthique seront écartées d’un revers de la main. Les précipitations d’annonce dénaturées, à la place d’élément appréciable, de justification crédible  relative  au bien fondé de ce parrainage  n’ont  point convaincu le peuple tout entier.




La matière grise, le degré spirituel, la notoriété, le leadership, incarnés par les  auteurs  des opinons bien fondées à ce sujet, de s’accorder  en commun sur les dérives  qui naitront  et finiront  d’entrelacer et de tresser  tout  le Sénégal. Un pays en quête d’un nouveau type de gouvernance politique porteur : « le parrainage citoyen dont  se  vantent particulièrement les alliées du pouvoir est porteuse de perturbation. Aucune couche sociale ne sera épargnée, encore moins  d’y être exclue »  selon les avis des experts mentionnés.

 

 

Serigne Saliou Fall,

Consultant international en Management de projet-Expert en Finance. 

Candidat  indépendant à la Présidentielle de 2019. Président du mouvement sociopolitique dénommé : Convergence Citoyenne pour la Démocratie-le Développement Durable et l a Paix au Sénégal (2C-3D-PS).

Macky Sall a droit au respect…

Dès le départ, Macky SALL a fait face à un incroyable procès en illégitimité de la part d’une opposition faiblarde (On ne demande pas à un amateur du désastre ce qu’il préconise, on s’en tient à sa capacité d’indignation). Ce dénigrement permanent met à mal toutes les institutions de la République et la fonction présidentielle. Il perdure encore aujourd’hui malgré la stature d’homme d’État que Macky SALL a parfaitement incarnée, tant dans les crises africaines que lors des épouvantables tragédies que notre pays a traversées.




C’est comme si, en plus de 06 ans, on n’avait jamais entendu parler ni retenu tout ce qui a été accompli: les créations de postes dans l’Éducation nationale, le Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC) dans le monde rural, qui constitue des emplois d’avenir, le soutien à l’apprentissage, la couverture maladie universelle, la lutte contre le désenclavement (autoroutes, pistes de production, constructions de ponts à travers le pays), les mesures sociales pour gommer les inégalités: le plan de solidarité nationale, la délivrance de 50 000 cartes d’égalité des chances par année à des personnes souffrant de handicap, la Cmu (Couverture maladie universelle), la gratuité des soins pour les enfants de zéro à cinq ans et les porteurs de maladies chroniques, la transformation des titres précaires en titres fonciers gratuitement…,

la sanctuarisation du budget des sports et la construction de nouvelles infrastructures sportives de dernière génération, le renforcement de capacités pour les artisans , une meilleure protection des femmes contre les violences et le harcèlement sexuel, l’augmentation du montant des bourses étudiants et de la capacité de logements universitaires, l’octroi de financement aux jeunes et aux femmes sans taux d’intérêts, l’appui logistique aux pêcheurs avec la subvention des gilets de sauvetage et des moteurs,

la mise en œuvre concrète de la transition énergétique, la modernisation des cités religieuses etc…

Ajoutons un taux de croissance passé de plus de 7 % en 2018 traduisant ainsi les efforts du Gouvernement à maintenir une croissance forte et durable. Plus de compétitivité, et plus de marges pour les entreprises pour favoriser les embauches, plus de pouvoir d’achat pour les ménages, moins d’impôts et enfin la diminution amorcée du chômage avec les domaines agricoles communautaires(DAC), la DER, les investissements dans les projets agricoles et de l’élevage…

Les ressources du budget général sont programmées en 2018 à 3709,10 milliards de frs CFA contre 3360 milliards frs CFA l’année dernière.

Tout cela est ignoré, tout cela est déformé, gommé, remplacé par un procès quotidien, instruit à charge par des injures et des mensonges ignobles.

Nous dénonçons cet acharnement indigne qui entraîne le débat politique dans une dérive dangereuse pour la démocratie.

Macky SALL a droit au respect comme tout citoyen, et comme président de notre ­République.




LASS BADIANE

Président Mouvement DIEUM KANAM

Secrétaire élu BBY Commune de Grand-Yoff

Ansoumana Dione demande à Macky Sall la restitution des clés du Palais

Pour la restitution immédiate des clefs du Palais de la République

.

Après avoir saisi le Conseil Constitutionnel pour l’annulation de la candidature du chef de l’Etat au parrainage et exigé la démission du Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, pour la mauvaise rédaction de la loi sur le parrainage, Ansoumana DIONE, candidat à la candidature pour l’élection présidentielle de 2019, demande au candidat Macky SALL de restituer immédiatement les clefs du Palais de la République, puisqu’il n’est plus le Président du Sénégal. Voici la lettre :



Monsieur le candidat,

 

 

 

Nous venons, par la présente, vous faire remarquer que vous n’êtes plus le Président de la République du Sénégal, depuis le lancement de votre campagne de collecte de signatures pour le parrainage.

 

 

 

En 2012, le peuple sénégalais vous avait fait l’honneur, en vous choisissant pour présider à ses destinées, jusqu’en 2019. Aujourd’hui, vous recherchez soixante-cinq mille parrains, pour être candidat à l’élection présidentielle de 2019 à laquelle vous étiez déjà candidat.

 

 

 

D’ailleurs, votre objectif est d’atteindre trois millions de signatures alors que vous devriez rester le Président de la République de tous les sénégalais. En clair, vous avez démissionné de votre fonction de chef d’Etat, Gardien de la Constitution.

 

 

 

Pire, vous avez trahi le peuple, en violant ainsi notre Constitution qui vous impose le respect strict de notre unité et de notre cohésion nationale. C’est pourquoi, nous vous demandons de restituer immédiatement les clefs du Palais de la République, puisque vous n’êtes plus le Président du Sénégal.

 




En attendant une suite favorable à nos attentes, veuillez agréer, Monsieur le candidat, à l’expression de notre parfaite considération.

 

 

 

Rufisque, le 07 septembre 2018,

 

Ansoumana DIONE, Jaamu Askan wi, le Serviteur du Peuple, candidat à la candidature pour l’élection présidentielle de 2019

Le MEER National lance l’opération 300.000 parrains élèves et étudiants pour le candidat MACKY SALL !

Chers Camarades Etudiants du MEER
Chers Camarades Etudiants de « BENNO » et de la Majorité Présidentielle
Chers journalistes
Nous nous retrouvons aujourd’hui ici dans ce haut lieu du savoir à l’occasion du « Jeudi marron » du MEER National pour procéder au lancement de nos activités du mois de septembre et les opérations de collecte de parrains pour le candidat Macky SALL.
Avant tout, nous tenons à féliciter le Président de la République Macky SALL pour sa désignation grâce à son leadership mondial fort comme co-président du Forum pour la Coopération entre l’Afrique et la Chine (FOCAC) qui sera organisé à Dakar en 2021. En outre nous nous félicitons de la récente visite de Chefs d’Etat, tels que la chancelière ANGELA MERKEL, le Président XI JIPING, le Président ERDOGAN etc. ces visites de ces éminentes personnalités témoignent de la place importante de notre pays, le Sénégal sur l’échiquier mondial et également du rayonnement de notre diplomatie active.



Ainsi, pour revenir à notre programme du mois de Septembre, un mois marqué par la fermeture des campus universitaires, le MEER National a décidé de sortir de sa tour d’ivoire, des quatre murs pour se rendre dans le Département de Mbacké pour des activités sociales et politiques en lançant « LA CARAVANE DE L’EMERGENCE » du 08 au 15 Septembre 2018. Le MEER compte aussi s’investir pleinement dans la collecte des parrains avec un objectif clair de 300.000 parrains pour le candidat Macky SALL. Pour atteindre cet objectif, nous allons activer les 45 coordinations départementales et les MEER universitaires qui sont la cheville ouvrière du MEER. Nous sommes conscients que la collecte est un travail de proximité c’est pour cela la descente dans nos bases est une nécessité absolue.
Pour terminer, nous demandons à l’opposition de faire preuve de lucidité car le Sénégal avance réellement sur le chantier de la modernisation de notre démocratie avec la rationalisation des candidatures aux différentes élections via le parrainage citoyen. C’est pour cela que pour nous le parrainage citoyen n’est pas seulement une nécessité, c’est aussi une chance pour le Sénégal de rejoindre le cercle restreint des grandes démocraties. Donc je demande aux candidats de l’opposition d’arrêter leurs critiques infondées et de chercher des parrains au lieu de tergiverser.




Vive le MEER National !
Ensemble pour la réélection du Président Macky SALL au premier tour !
Mamadou NIANG Coordinateur du MEER National

Vidéo- Bamba Fall menace Macky Sall: « Il va remplacer Khalifa en prison si… »









L’APR se félicite du titre obtenu par Macky Sall en Chine

C O M M U N I Q U E

 

 

Dakar, le 04 septembre 2018

 

 

 

L’Alliance pour la République (APR) se félicite du choix porté sur le Président Macky SALL, comme co-Président du 3ème Forum de coopération entre la Chine et l’Afrique. Cette distinction internationale traduit, encore une fois, le leadership incontesté du Président de la République qui a su imprimer une nouvelle tonalité au rayonnement diplomatique de notre pays sur la scène internationale. Mieux, cette consécration confère au Président Macky SALL un impressionnant potentiel en matière de mobilisation de ressources pour poursuivre, aux côtés de la Chine et du Président Xi Jinping, les efforts communs déployés pour réécrire les termes du partenariat sino-Afrique. Car, en choisissant d’élargir la sphère partenariale du Sénégal à la Chine, le Président Macky SALL a très tôt compris que le Sénégal partageait avec la grande nation chinoise, une communauté de destin, gage d’un partenariat mutuellement profitable.




 

Par ailleurs, l’Alliance pour la République (APR) fustige l’amnésie organisée autour de l’origine de la condamnation de Khalifa Sall, par les juridictions de première instance et d’appel du Tribunal hors classe de Dakar, siégeant en matière correctionnelle et sa révocation par décret présidentiel n°2018-1701 du 31 août 2018. Les interprétations erronées et tendancieuses faites à ce sujet, ne sauraient écarter la véracité des faits ayant permis au juge de se faire son intime conviction.

 

De même, au-delà de la révocation du Maire de Dakar, l’APR rappelle que toutes les accusations d’acharnement contre Karim Wade, par la voie d’une justice sélective à son endroit, ne pourraient prospérer, eu égard au respect effectif de ses droits à chaque étape des procédures judiciaires.

 

Incontestablement, toute l’armature idéologique qui sous-tend cette communication de persécution n’est rien d’autre qu’une invite à justement une justice à deux vitesses. Alors que toute prétention à servir la Nation sénégalaise doit s’adosser à la Vertu.

 

Par ailleurs, l’Alliance pour la République se réjouit de la dynamique de mobilisation engagée par la nouvelle majorité en direction de la présidentielle de 2019 après le lancement officiel de la campagne de collecte des signatures pour le parrainage de son candidat, le Président Macky SALL.

Enfin, l’Alliance pour la République demande à toutes les forces militantes de la grande coalition gagnante autour du Président Macky SALL de réussir le pari du parrainage dans une démarche de transparence, de cohérence et de cohésion au service exclusif d’une victoire éclatante au soir du premier tour, le 24 février 2019.





Le Porte-parole national

Seydou GUEYE

Vidéo- Le Front national de résistance (FNR) qualifie Macky Sall de « criminel »

Vidéo-Le Front de Résistance Nationale (FRN) qualifie Macky Sall de criminel

Le PUDC, ce cheval gagnant du président Macky Sall.

Le programme d’urgence du développement communautaire initié par le chef de l’état, commence à se matérialiser dans le département de podor. En effet dans le volet construction d’infrastructures, des réalisations ont été faites:
Ainsi entre N’dioum et Bombodé, une piste de 35,5km fait le bonheur des populations de plusieurs villages de cette zone sylvo-pastorale. Le PUDC a également réalisé la piste Aéré lao-yaré lao distant de 48,5km dont 25 kmde reconstruction .Si le coût du lot 2 N’dioum- Bombodé est estimé à 470 millions de francs CFA,le lot 3 ,Aéré lao -yaré lao a coûté 422 millions soit une enveloppe globale de 892 millions de nos francs.
En sus de la construction de pistes qui participent au désenclavement de ces populations, le PUDC du Président Macky a raccordé 8 villages au réseau électrique sur une distance de 62 km entre Aéré et Bano. Les travaux d’électrification ont été réalisés dans d’autres localités du département de Podor. Ce programme de son excellence qui a l’ambition de réduire le gap entre les zones rurales et les zones urbaines, pour promouvoir un développement économique et social durable inclusif, a permis la construction d’un forage d’un débit de 40 mètres cube par heure à Bano. Ce forage va servir, en eau potable, aux 2.450 habitants répartis dans 8 villages autour de Bano .Cette eau de qualité va certainement impacter positivement sur la santé des populations en particulier et sur leur niveau de vie en général. Un réseau d’adduction d’eau de 30 km est prévu dans les mêmes villages, ainsi que la construction de 3 abreuvoirs, de 14 bornes fontaines et d’une prise à charrette. Tous ces ouvrages vont fonctionner à l’électricité.
Fort de ce constat, la nouvelle dynamique avec à sa tête le DG du COUD Cheichou Oumar Hanne soutenu par des leaders comme l’incontestable Mamoudou Dème de Golléré, le lion du département ,Djiby Mbaye de pété,Mamadou Bachir Sall de Dodel ,le maire Gamadji saré etc, décide de travailler à la réélection du président Sall ,au premier tour au soir du 24fevrier 2019.




Vive la nouvelle dynamique
Vive le Président Macky Sall

Recours au Conseil constitutionnel contre la participation de Macky Sall au parrainage

Monsieur Ansoumana DIONE, Jaamu Askan wi,                      Rufisque, le 03 septembre 2018

le Serviteur du Peuple, candidat à la candidature

à l’élection présidentielle de 2019

Adresse : Citée Filaos – Villa 14 Bis – Rufisque

Tel : 77 550 90 82 – 70 745 88 47

 

 

A

Monsieur le Président du Conseil constitutionnel

 

Objet : recours contre la participation du Président de la République au parrainage

 

Monsieur le Président,

 

Je viens, en ma qualité de candidat à la candidature à l’élection présidentielle de 2019, vous saisir, par la présente, pour statuer sur le cas du chef de l’Etat Macky SALL, son Excellence Monsieur Macky SALL, par rapport à l’application de la loi sur le parrainage.





En tant que Président de la République, Gardien de la Constitution, il est déjà candidat à cette élection. Par conséquent, il ne peut pas être concerné par cette disposition dont l’objectif est de filtrer les candidatures qui s’élèvent à près d’une centaine, d’où la pertinence de cette loi.

 

En 2012, il a été choisi pour gouverner le pays jusqu’en 2019. Durant cette période, il doit rester obligatoirement le Président de la République de tous les sénégalais. Mais, en allant recueillir les signatures de soixante-cinq mille sénégalais, pour être candidat à cette élection à laquelle il est de fait, le candidat sortant, il rompt volontairement le contrat qui le lie avec le peuple, ce que la Constitution ne lui permet pas.

 

D’ailleurs, si sa candidature est invalidée, par exemple, seulement à cause de cette loi sur le parrainage, ses droits seraient ainsi bafoués, puisqu’il ne pourrait plus organiser cette présidentielle, pour obtenir un second mandat ou féliciter son vainqueur, au cas où il la perdrait.

 

Pour toutes ces raisons, entre autres, je viens vous adresser ce présent recours, pour le respect des droits du Président de la République et ceux du peuple sénégalais. En clair, la loi sur le parrainage ne doit concerner que nous autres candidats qui aspirent à lui succéder et il serait très injuste de vouloir enrôler le chef suprême de la Magistrature dans cette chasse aux signatures.

 

Espérant une suite favorable à ma requête, veuillez agréer, Monsieur le Président, à l’expression de ma parfaite considération.





 

L’Intéressé      

 

 

Alioune Tine: « Plus rien ne peut arrêter Macky Sall »

YERIMPOST.COM Secrétaire exécutif d’Amnesty international en Afrique de l’Ouest, Alioune Tine n’a pas été insensible au décret de révocation du maire de Dakar signé des mains du président Macky Sall. Aussitôt après la publication dudit décret, il a réagi en ces termes: « Le Sénégal traverse probablement l’un des moments les plus sombres de son histoire politique avec des événements qui ressemblent à une brutale sortie de la démocratie avec une justice et un parlement assujettis et un président que plus rien ne peut arrêter. »



Macky Sall a quitté Dakar pour un long séjour qui va être rempli en Chine

Le chef de l’Etat Macky Sall a quitté Dakar vendredi en début de matinée pour Beijing (Chine), où il doit prendre part au sommet du Forum sur la coopération sino-africaine prévu lundi et mardi, annonce la présidence sénégalaise.




Le Forum sur la coopération sino-africaine, créé en 2000, se veut « un cadre intergouvernemental de dialogue politique et de coopération économique entre la Chine et l’Afrique ».

Après Beijing, le président Sall va participer jeudi à Hangzhou, capitale de la province chinoise du Zhejiang, à un sommet sino-africain dédié au secteur privé et visant à encourager les échanges économiques entre la Chine et l’Afrique, annonce un communiqué reçu du pôle communication de la présidence sénégalaise.

Il prendra ensuite part vendredi à Chengdu, capitale de la province chinoise du Sichuan, à une rencontre économique organisée par ladite province dans le cadre de la promotion des échanges et de l’investissement entre la Chine et le Sénégal, poursuit le communiqué.

Au cours de son séjour, le président Sall s’entretiendra également avec son homologue chinois et d’autres personnalités, avant de quitter Chengdu pour Dakar le 7 septembre, selon la même source.


Macky Sall, Mon choix ! J’ASSUME

 

Liberté, choix, démocratie !

Aujourd’hui, je trempe ma plume non pas dans l’encre de mon cœur mais dans celle de mes yeux. Ce que j’ai vu !

J’écris un texte qui en dessous risque d’avoir le plus de commentaires désobligeants à mon endroit, mais je l’écris quand même au nom de la LIBERTÉ, celle de CHOISIR.

Celui-ci est avec Macky, celui-là est pour un candidat de l’opposition. L’un s’offusque du manque d’eau à Dakar, l’autre s’émerveille de l’autoroute Ila Touba. Chacun réagit selon sa sensibilité et c’est l’addition de ces réactions qui, dans une société libre, forme le lit de la DEMOCRATIE.

Voilà pourquoi, au lieu de reprocher à mon voisin de ne pas partager mon soutien à Macky, je me réjouirai de le voir avoir la même attitude à mon endroit. Ce pluralisme, c’est la démocratie du cœur politique.

Le tollé soulevé quand quelqu’un soutient le candidat Macky révèle, chez certains, des cœurs hémiplégiques, que l’a priori des convictions mobilise d’un côté et paralyse de l’autre, des cœurs que les aspirations n’irriguent qu’à moitié. Il y’a pas obstruction partisane, des infarctus de la générosité. Je veux parler de cette générosité d’accepter que quelqu’un ait un choix autre. Seulement « les braves gens n’aiment pas que l’on suive une autre route qu’eux » (Brassens).

Il faut bannir du cœur, qui n’est déjà pas si grand, la réduction de son espace à la moitié estimée bien-pensante des sénégalais, et tant pis pour l’autre. « Na kou nekk faral kouko neekh ».

L’important c’est d’être disponible. C’est ce que nous essayerons d’être pour le candidat que nous avons choisi, en tenant boutique jusqu’au soir du 24 Février 2019 et cela sans nous en cacher ni baisser la tête !

C’est étrange que l’on ne veuille pas accepter cette liberté que l’on s’accorde, aux autres. Je dis « étrange » car ce qui paraît naturel ne l’est pas à certains qui voudraient nous voir regarder le Sénégal avec leurs lunettes d’astigmates. Etre objectif vous expose à la sanction de ceux qui ne le sont pas. Alors même que vous refusez l’engagement dans aucun camp, vous êtes accusés, si vous déplorez ce qui se passe dans l’un, d’appartenir à l’autre.

« Bo défé lii gnou ni la leulé, nga def leulé gnouné la lii mognou gueuneu neekh ».

J’assume mon choix pour Macky et dans cette cause, je ne suis pas seul, Dieu merci.

J’ai eu la chance depuis 2009 de fréquenter les hommes politiques et de tracer pour certains comme consultant les contours de leurs plans stratégiques. Qu’ils soient, ces hommes, du pouvoir ou de l’opposition. J’en ai rencontré un nombre incalculable et discuter avec eux me réconforte dans mon choix d’aujourd’hui. Ils sont nombreux à ne pas pouvoir te décliner une vision claire et comme des princes, ils refusent d’accepter qu’on les oriente. Quand tu leur parles de sujets constructifs ils te sortent des phrases du genre « deuk bi dokhoul« . Tu leur rétorques « oui d’accord mais qu’est-ce que vous proposez ? » Ils te disent « qu’on m’élise d’abord et après on verra« . J’ai refusé tellement de contrats pour ce genre de réponses. 

D’autres, j’avoue qu’ils sont animés de bonne volonté mais méconnaissent objectivement l’intérieur du pays. 

Cette chance inouïe que j’ai eue, de faire le tour du pays plusieurs fois depuis huit ans déjà, en visitant les villages les plus éloignés allant de Oubadji à Ibel en passant par Médina Baffé, Dindi Felo, Ndouloumadji Dembé et Founébé, les différents Agnam (Civol, Lydoubé, Goli..), le Gandiolé, l’île à morphile, Patar Lya…m’a permis de me rendre compte que la renommée de beaucoup de candidats ne dépasse pas Dakar et certaines grandes villes.

J’ai pratiqué ces routes et sentiers qui mènent à ces villages avant 2012 et après, pour me rendre compte que énormément d’efforts a été consenti par le gouvernement en place. Pour aller de Linguère à Ranérou par exemple, il me fallait faire plusieurs heures. Plus maintenant ! Et les exemples sont très nombreux dans ce domaine.

Sur le plan social, des femmes avec qui je travaille pour leur autonomisation sont bénéficiaires des bourses familiales. Je sais l’intérêt qu’elles portent à cet appui. Au moment de recevoir cette bourse, elles prennent d’assaut le bureau de poste le sourire aux lèvres. Avec cet argent certaines femmes, membres de groupements, ont développé des activités génératrices de revenus qui leur permettent de relever la tête et de s’affranchir des affres de la pauvreté.

Loin de moi l’idée de vouloir comparer le bilan de Wade a celui de Macky Sall. L’insigne honneur que j’ai eu de travailler sur le document bilan de Me Wade, de 2000 à 2012, m’as permis de comprendre que les chantiers du pape du Sopi ont commencé à voir le jour à partir de son second mandat (2007-2012) contrairement au Président Macky qui dès son premier septennat a eu à son actif des réalisations bien visibles. Ça c’est un fait !

Dans mes missions à travers le Sénégal, j’ai pu visiter les nouveaux centres de santé de Goudomp, Samine, Dianké Makha, Maka Coulibantang, Saraya, Médina Gounass, Pété, Koumpentoum, Kidira et Niakhar. Pour le seul cas de Koumpentoum, je sais que les malades étaient référés en nombre vers l’hôpital régional de Tambacounda. L’ouverture de ce centre de santé a grandement soulagé les populations de Kouthiaba, Payar, Bamba Thialène, Méréto…

Je peux en dire autant sur la situation de la fourniture en énergie qui a été bien chaotique avant 2012 créant même les plus sanglantes émeutes dans notre pays. On sent tous une nette amélioration dans ce domaine.

Rappelons pour l’histoire que tout juste avant l’alternance de 2012 bon nombre de véhicules de l’administration était banalisé pour ne pas subir la furie des manifestants.

En juin 2011, de jeunes sénégalais, bientôt rejoints par toutes les couches de la population, s’étaient rassemblés dans la prétention, comme disait Rimbaud, de changer la vie. Rien de moins. Une explosion spontanée, insoupçonnable, insoupçonnée, qui allait faire vaciller l’Etat et par contiguïté avec d’autres mouvements, dans d’autres pays, faire trembler le monde. Ce fut le début de tant de révolutions en Afrique. Aujourd’hui, on prie tous pour ne pas revivre ce genre de situations.

Certes, des contraintes sociales sont toujours là, mais désormais elles ont perdu leur caractère de fatalité. Mars 2012 n’a pas changé le Sénégal, mais il a changé la vie des sénégalais. Sentiment d’une plus-value de liberté. Au Sénégal, le pouvoir de l’Etat, un moment menacé, s’est rétabli. Mais la preuve a été faite qu’il n’est rien sans l’accord du peuple dont il tire sa légitimité. Le Président Wade a failli y perdre la sienne. Assis sur la loi, il n’a pas compris les prophètes. Il avait eu raison de Diouf et des socialistes, mais devant la moitié des sénégalais soulevée, il a baissé les bras. La situation lui échappait. Avant de la ressaisir en appelant son successeur et le féliciter, il l’avait abandonnée.

Son successeur en a tiré les leçons. Le soin que Macky Sall apporte à brancher son pouvoir sur le courant des aspirations populaires c’est l’effet de la correction apportée dans la conduite des affaires publiques après l’alternance de 2012.

Pour cette paix et cette continuité, je CHOISIS MACKY pour 2019.

Souleymane Ly

Spécialiste en communication

julesly10@yahoo.fr

Vidéo- Macky Sall: le Sénégal  »ne sera pas complice » d’une certaine forme d’émigration




Vidéo- 1100 Sénégalais en situation irrégulière: Macky Sall rassure Angela Merkel




Macky Sall démarre sa collecte de parrainages. Avec un objectif trop ambitieux.

YERIMPOST.COM Le président Macky Sall est de plein pied dans le parrainage. Candidat à sa propre succession, le leader de Benno Bokk Yaakaar (Bby) a donné le top départ de la collecte de ses parrains. C’est au Centre international de conférence Abdou Diouf (CICAD) qu’il a rassemblé ses souteneurs, ce matin, pour lancer officiellement sa campagne de pêche aux parrains. Il en vise des millions.


1 2 3 10
° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR