Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

Macky

Présidentielle: Macky en éclaireur dans les régions

YERIMPOST.COM Une campagne électorale déguisée en tournée économique dans les régions ! C’est ce que prépare le président Sall qui, à en croire l’As, va se rendre à Touba, à Ranérou, au Fouta, sur la Petite Côte, à Kaolack, à Tambacounda et en Casamance. C’est ce jeudi que le candidat à sa propre succession va entamer cette tournée aux arômes économiques mais qui, au final, va se transformer en une mini-campagne électorale pour la reconquête du pouvoir.







Pourquoi devons-nous parrainer Macky ?

A quelques mois de la compétition pour l’élection présidentielle, le brouhaha orchestré par les nombreux candidats à la candidature ne laissent malheureusement pas apparaitre une très bonne clairvoyance de l’offre politique. De tous ces innombrables candidats au fauteuil présidentiel, le candidat Macky sall est de loin le meilleur au vu de son parcours politique mais aussi de ses réalisations durant son magistère. Partant de ce constat nous allons donner quelques raisons parmi tant d’autres qui font que nous devons parrainer le candidat Macky Sall




– Nous devons parrainer la candidature de Macky Sall pour le sponsoriser afin qu’il puisse poser sa candidature et faire un deuxième mandat.
– Nous devons parrainer la candidature de Macky Sall parce que c’est le candidat de la coalition Benno Bokk Yakaar qui est différente des coalitions de circonstances qui se forment et se disloquent pendant et après les périodes électorales.
– Nous devons parrainer la candidature de Macky Sall parce que c’est lui le géniteur du PSE qui vise la promotion du capital humain, passant par une amélioration significative des conditions de vie des populations, une lutte plus soutenue contre les inégalités sociales tout en préservant la base de ressources et en favorisant l’émergence de territoires viables à l’horizon 2035.
– Nous devons parrainer la candidature de Macky Sall parce qu’il y’a nécessité de poursuivre ses programmes sociaux tels que les Bourses de sécurité familiales, la Couverture Maladie Universelle (CMU), les cartes d’égalité des chances, la gratuité des soins pour les enfants de moins de 5 ans, la gratuité de l’hémodialyse et de la césarienne.
– Nous devons parrainer le candidat Macky parce qu’il est impératif de continuer à combattre les disparités entre le monde urbain et le monde rural à travers les programmes structurants de créations d’opportunités comme le PUDC PROMOVILLE, PRODAC, PRACAS, PUMA, DER/FJ.

– Nous devons parrainer la candidature de Macky Sall parce qu’il a plongé ce pays dans l’ère de la modernité avec des infrastructures de dernière génération comme AIDB, l’autoroute Ila Touba, la ville neuve de Diamniadio, Dakar Arena, Palais des sports, le Pont Transgambien, le Train Express Régional (TER).
– Nous devons parrainer la candidature de Macky Sall, parce que c’est sous son magistère qu’on a vu une baisse considérable des prix de l’électricité, de l’Internet et des denrées de première nécessité.
– Nous devons parrainer la candidature de Macky Sall parce que c’est sous son magistère que la question de l’Energie a été réglée avec la réalisation des centrales solaires et éoliennes ,
– Nous devons parrainer la candidature de Macky Sall pour maintenir la croissance économique soutenue qui est passée de 1,7% en 2012 à 7, 2% en 2018.
– Nous devons parrainer la candidature de Macky Sall parce que c’est sous son magistère qu’on a assisté à la modernisation et la réhabilitation de toutes les cités religieuses
– Nous devons parrainer la candidature de Macky Sall parce que c’est sous son magistère que pour la première fois dans l’histoire du Sénégal la diaspora est représentée par 15 députés à l’Assemblée Nationale
– Nous devons parrainer la candidature de Macky SALL pour le réélire au premier tour en 2019 et lui donner un second mandat pour la stabilité du Sénégal.




Vu toutes ces raisons, il devient un impératif de parrainer la candidature de Macky Sall qui est par ailleurs le meilleur choix et lui permettre de réaliser son ambition pour le Sénégal.

Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Macky et Tivaouane, un contrat de Résidence

Percevoir la quintessence d’un discours révèle souvent de la capacité d’une écoute profonde. Souvent nos pensées nous trahissent quand on essaie d’allier sentiment et passion. Mame Cheikh Ahmed Tidiane Sy nous a enseigné que pour éviter d’être nui par le couple Passion et Sentiment il faudra impérativement l’arbitrage de la Logique. La parole est divine et quand on la porte il est important de saisir sa portée et son orientation. Et si la parole est divine celui qui la porte est un prophète car il représente toute une communauté.



Depuis presque 3 ans l’écho selon lequel Macky Sall a fait à Tivaouane mieux que tous les autres présidents retentit au quotidien. Mais cette assertion mérite une profonde réflexion de tout un chacun. Y-a-t-il un possible contrat qui lie le régime et la ville sainte ? La modernisation de la cité religieuse doit-elle être un prétexte pour soutenir le candidat Macky ? Je trouve qu’une assertion peut bien cacher une autre dans la mesure où Tivaouane avait déjà des infrastructures bien avant le régime de Macky. Il est vrai que le Président Macky a fait du palpable mais est-il vraiment une raison de balayer d’un revers de main tout ce que les autres ont fait dans la Cité religieuse ? Il est parfois déplorable de vouloir tout demander à l’Etat. Et nous alors… La main du politicien n’est qu’un appât qui se révèle souvent au grand jour. La triste réalité est que tous ceux qui bénéficient des largesses des gouvernants sont pour la plupart du temps des otages du pouvoir. Aujourd’hui force est de reconnaître que Tivaouane mérite plus de considération car ayant un potentiel intellectuel sans commune mesure. Cette considération ne sera possible que s’il y’a une prise de conscience des enjeux. Seydi Hadji Malick Sy a réussi à bâtir une cité basée sur la spiritualité donc il sera intolérable de voir des gens se laisser manipuler par le pouvoir temporel. Serigne Moustapha Sy nous a enseigné le Cercle du Pouvoir où chacune des trois composantes a hérité des attributs divins. Mame Cheikh avait raison de dire à Serigne Moustapha de ne jamais avoir complexe devant aucun intellectuel. Ce message est fort parce-que dès l’instant que l’on éprouve un sentiment de complexe envers quelqu’un on devient un irresponsable.



La vie ne se limite pas à une simple Résidence aussi belle et moderne soit-elle. Elle ne doit aucunement influencer sur les choix que nous faisons. Il est vrai que l’Etat a l’obligation de garantir la quiétude des populations de quelle que manière que celà puisse être mais souvent la réalité de l’heure doit occulter nos décisions. Tivaoune rayonne et rayonnera même sans la main de l’Etat. Prenons à titre d’exemple les Moustarchidines, avec tout ce dont on leur reproche, ont réussi à éviter les pièges de l’État grâce au concours de leurs seuls moyens. Tout ce qu’ils ont réalisé a été fait à partir de fonds propres sans le soutien d’aucune organisation ni gouvernementale ni non gouvernementale. C’est ça la liberté.

Khalifa NDIAYE

Macky, un « jeune » homme du passé

Malgré sa relative jeunesse, le président Macky Sall entouré de dinosaures pseudo-socialistes et quémandant le soutien des chefs religieux, symbolise de plus en plus, comme Miterrand en 1974, l’Homme du passé mais aussi celui du passif social et moral.
Sa démarche politique rappelle, en effet, celle du patriarche Senghor et son Parti-État unifié, à une époque où les militants de gauche étaient embastillés et torturés, où seuls les militants du parti au pouvoir pouvaient voter, car figurant dans le fichier électoral, où certains chefs religieux soutenaient ouvertement l’UPS-PS…
Rien d’étonnant alors à ce que le président Macky Sall désigne l’ancien directeur de cabinet et l’ancien conseiller diplomatique du président-poète, entre autres dinosaures, comme délégués régionaux pour la campagne de parrainage de sa candidature.



C’est dans ce contexte de retour au modèle politique senghorien qu’intervient ce ndigël désuet du clergé officiel de Tivaouane, quelques jours après la commémoration du 21ième anniversaire du décès du vénéré Mame Abdoul Aziz Sy Dabakh, régulateur social par excellence. Cette prise de position politicienne et partisane est loin d’être unanime au sein de cette famille religieuse, qui comprend certains des pôles les plus antagoniques au pouvoir de Macky (PUR, Bës Du Niakk). Mais plus grave, elle pourrait compromettre les chances des dirigeants officiels d’une des plus grandes confréries de notre pays, de jouer demain ce rôle de médiation et d’arbitrage tant attendu par le peuple, en cas d’exacerbation plus que vraisemblable de la crise politique actuelle.
Mais gageons que le président Macky Sall compte moins sur les prières et bénédictions d’un quelconque marabout que sur sa dynamique bien huilée de fraude électorale, qui consiste à écarter certains de ses adversaires politiques par l’emprisonnement, l’exil, le tripatouillage du code électoral et de la Constitution, sans oublier le parrainage diabolique !
Une autre indication de l’attirance qu’exercent les cheveux grisonnants et blancs sur les tenants de ce régime passéiste est fournie par la prolongation de l’âge de la retraite pour certains magistrats et hauts fonctionnaires ayant en charge la gestion de questions judiciaires et électorales très délicates, directement reliées aux prochaines élections présidentielles. Est-ce cela qui explique ces condamnations cruelles des rivaux du Président, le rejet de tous leurs recours par des juridictions suspectes, quand elles ne se déclarent pas tout bonnement incompétentes ?
Face au camp des vieillards dans le vent », bien décidés à jouir encore, au moins de cinq années de bamboula, aux frais du Prince, se dressent de jeunes quadragénaires, dont le dénominateur commun est le rejet de ces pratiques politiques perverses, qui polluent la scène politique depuis l’accession de notre pays à l’indépendance formelle, alors même que beaucoup d’entre eux n’étaient pas encore nés.
C’est ainsi qu’un ancien ministre démissionnaire, révolté par la soumission de notre pays aux intérêts étrangers et un magistrat fougueux, écœuré par une Justice aux ordres ont rejoint dans l’Opposition politique, Mr Ousmane Sonko qui, qu’on le veuille ou non, est celui qui pose les actes politiques les plus cohérents et les plus offensifs, ayant le don de faire sortir les thuriféraires du Président de leurs gonds.
Un autre de ses mérites est de se prononcer clairement, à travers son livre-vision, pour la refondation institutionnelle, une amélioration de la gouvernance politique, le renforcement de l’État de droit et la souveraineté monétaire et économique.



On ne peut cependant occulter le fait que malgré sa popularité croissante, PASTEF seul ne viendra pas à bout de l’hydre néo-libérale de Benno Bokk Yakaar et même si c’était le cas, ne pourra pas gérer la nécessaire transition politique vers une refondation institutionnelle bien comprise.
C’est pourquoi, il urge pour tous les patriotes dissidents des partis gouvernementaux ou réunis autour de diverses plateformes de gauche ou de la société civile (FIPPU/ Alternative citoyenne, collectif pour une alternative politique souveraine, COS/M23, Mouvement la Voie du véritable changement…) de se réunir autour de l’essentiel, dans le cadre d’accords programmatiques pour bouter Macky et ses affidés hors du pouvoir.

NIOXOR TINE

Macky parrainé par ses ambitieux projets et programmes !!!

A l’heure du parrainage, moment ne pouvait être mieux indiqué pour revisiter la pertinence des projets et programmes du président Macky Sall articulés autour du Plan Senegal Emergent (PSE) horizon 2035.
Ces projets et programmes vulgarisés voire expliqués aux populations comme il se doit sont une raison valable pour le président Macky Sall de se prévaloir de toutes les garanties d’atteindre l’objectif des 02 Millions de parrains fixé par la nouvelle majorité présidentielle.
Le modèle de développement pensé par le Président Macky Sall et décliné à travers des projets et programmes innovants, ouvre de nouvelles perspectives à tous les échelons de la société sénégalaise. Qu’il s’agisse du PUDC qui a su créer les conditions d’une nouvelle économie locale grâce à un investissement massif au profit des populations rurales, longtemps confinées à la périphérie des politiques publiques ; des Bourses de Sécurité Familiale qui ont permis de dérouler un filet de protection sociale au profit de 300.000 ménages étendu à 400 000 vulnérables ; ou encore de la Couverture Maladie Universelle qui vise à doter le Sénégal d’un système de protection sociale universelle à la fois performant et pérenne par une prise en charge médicale efficace des populations. Au 31 décembre 2017, le défi de la CMU était d’assurer un taux de couverture de 75% ; soit près de 11 millions de personnes.



Au regard des grands projets du septennat, le bilan d’étape est largement positif. Les réformes majeures ont abouti à des performances inédites et permis de mettre en œuvre des politiques sociales efficaces. L’ambitieux programme de 221 km d’autoroute à l’horizon 2019 adossé au projet de Train Express Régional (TER) va révolutionner la mobilité interurbaine. Les Pôles urbains qui participent d’une dynamique de renouveau territorial, devront élargir les bases d’un développement centré sur la modernité infrastructurelle. Avec le PUMA, PROMOVILLES, le Programme de modernisation des cités religieuses, le relèvement des plateaux techniques des hôpitaux, le Président Macky Sall est en train de dessiner la nouvelle identité d’un Sénégal équitable et solidaire, entreprenant et résolument tourné vers l’émergence.
Cet engagement au profit du Sénégal a permis de corriger les inégalités sociales et de révéler un horizon de possibilités pour tous les Sénégalais. La volonté inébranlable du Président Macky Sall de trouver des réponses efficientes et durables à la demande sociale, est traçable dans le budget 2017 arrêté à 3360 milliards de FCFA dont 1200 milliards mobilisés pour financer les investissements structurants annoncés lors des conseils des ministres délocalisés. L’objectif ultime réside dans la correction des déséquilibres socio-économiques.
Les impressionnants progrès dans le secteur de l’énergie viennent renforcer cette dynamique de compétitivité économique. Son ambition de consacrer le maximum de ressources à l’investissement, est soutenue par le Programme Triennal d’Investissements Publics (PTIP) 2017-2019 d’un coût global de 4 792 milliards de francs CFA. Ce plan comme l’a rappelé le Président Macky Sall va renforcer les performances du PSE à travers 772 projets. La mobilisation de son financement traduit la confiance des partenaires techniques. En cinq ans, le Gouvernement du Président Macky Sall a pu mobiliser 5 000 milliards de FCFA auprès des bailleurs de fonds contre 3 400 milliards en douze ans. C’est la preuve par quatre que le Sénégal est résolument sur la rampe de l’émergence.
Le président Macky Sall a un bilan élogieux qui augure des lendemains meilleur pour ce pays.
Au vu de tous ces projets et programmes innovants, le Président Macky Sall ne peut être que réélu en 2019 si l’on tient compte de son bilan. Il sera réélu pour les avancées significatives que le pays a connues ces sept dernières années. Il sera élu car confronté à une opposition qui n’a ni projet alternatif, ni propositions concrètes.




Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Vidéo– Depuis les États-Unis, Cheikh Tidiane Gadio fait sa première sortie et rejoint Macky









Macky passe au premier tour !!!

Le président Macky Sall, très sincèrement et en toute objectivité, dépassera largement au soir de la présidentielle de 2019 tous ses adversaires politiques avec un pourcentage de victoire jamais égalé depuis l’avénement de la première alternance à nos jours pour les raisons évidentes simples que voici:




– Le président Macky Sall sera candidat en 2019 avec un bilan visible et palpable et des perspectives claires que la majorité des Sénégalais voient et apprécient.
– Le Président Macky Sall de par la puissance de ses réalisations, l’efficacité de ses actions, son dynamisme interne et son degrés d’adaptation aux réalités du temps, aura inéluctablement un second mandat.
– Le président Macky Sall sait, de toute évidence, comment gagner une élection. Depuis la première Alternance à nos jours, Macky Sall n’a jamais enregistré une seule petite défaite électorale. Il a la baraka de la chose électorale.
– Le Président Macky et son régime en 07 ans de gestion du pouvoir ne faiblissent jamais en termes d’élections. Ils sont sur une pente ascendante. En atteste, la victoire sans bavure au soir du référendum constitutionnel de 2016 et la démonstration de force de 2017 pour la reconquête de l’Assemblée nationale.
– Le Président Macky Sall sera réélu car confronté à une opposition dispersée qui n’a que la calomnie à la bouche ni projet alternatif, ni propositions concrètes.
Nous avons un peuple intelligent mûr qui sait reconnaitre les efforts énormes que le président Macky Sall est entrain de consentir pour ce Sénégal en chantier.
Il s’agira, pour la nouvelle majorité présidentielle d’ici la présidentielle de faire bloc pour mieux faire comprendre le bilan et les perspectives qui sont deux choses qu’une opposition largement minoritaire essaiera de saper par des opérations occasionnelles de communication agressive et décalée dans le vide.
Chaque jour, les opposants rivaliseront dans le buzz et le vide. Chaque jour le Président Macky sera dans l’action, dans les réalisations et les perspectives pour hisser ce pays au rang des pays émergents avec son Programme Sénégal Émergent (PSE) horizon 2035.
En démocratie on compte les voix même si chacun peut élever trop la voix. L’opposition continuera à élever la voix au-delà de son poids réel. C’est son rôle.




La mission de la nouvelle majorité présidentielle est de porter le débat concret sur les réalisations palpables et les perspectives clairement en vue. Quelle que soit l’excitation des opposants chercheurs de buzz, la nouvelle majorité présidentielle mais plus particulièrement l’Alliance Pour la République (APR) qui est l’épine dorsale de cette nouvelle majorité doit imprimer la marque et rester sur le fil conducteur du débat concret, cet axe qui déconcerte les opposants frontaux.

Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Macky parrainé par sa politique sociale !!!

Le parrainage, passage obligé vers la présidentielle de 2019, est un moment bien choisi pour affirmer avec certitude que seule la politique sociale du président Macky Sall, expliquée comme elle se doit aux populations peut faciliter la collecte des 02 millions de parrains, objectif que s’est fixé la nouvelle majorité présidentielle.
Pour argumenter cette analyse voici quelques exemples parmi tant d’autres qui prouvent à suffisance que le président Macky Sall à considérablement amélioré les conditions de vie des populations dans toutes leurs diversités.



– Un budget de 120 milliards de francs CFA alloué au plan de solidarité national pour contribuer à la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale des ménages vulnérables depuis 2015.
– Les bourses de sécurité familiale ont permis de prendre en charge des milliers de familles vulnérables. Aujourd’hui plus de 400 000 familles bénéficient d’une allocation annuelle de 100.000 FCFA et d’une couverture médicale, avec des effets positifs sur l’éducation et la prise en charge sanitaire des enfants des familles bénéficiaires.
– La délivrance de 50.000 cartes d’égalités des chances par année á des personnes souffrant le handicap.
– La couverture maladie universelle avec la gratuité des soins pour les enfants de zéro á cinq ans, les porteurs de maladies chroniques et le plan sésame pour les personnes âgées et la gratuité de la césarienne ;
– Allocation dans le budget 2013 de 10 milliards FCFA pour la mise en place de la Caisse Autonome de Protection Sociale Universelle (CAPSU) dont les premiers transferts sont effectifs depuis 2013 ;
– 29 milliards de FCFA investis par l’Etat pour l’allégement de l’impôt sur le revenu des Sénégalais pour accroître leur pouvoir d’achat.
– Diminution des prix des denrées, du loyer et de l’électricité ;
– Bonification de la retraite : Revalorisation de 10% des pensions de retraite ;
– Nouveaux programmes comme le PUDC, le PRACAS pour améliorer les conditions de vie du monde rural ;
– 40.000 logements sociaux seront réalisés á long terme á Diamniadio pour faciliter l’accès à la propriété immobilière à toutes les populations.
– Modernisation des cités religieuses par la construction d’infrastructures nécessaires à leur rayonnement : Touba, Tivaoune, Medina Baye, Yoff, Popenguine et d’autres localités du pays.
– Dotation budgétaire annuelle de 27 milliards FCFA du Fonds de Soutien au secteur de l´Energie (FSE) pour soutenir les prix de l’électricité.



– Réduction sensible du billet d’avion pour le pèlerinage aux lieux Saints de l’Islam de 1.235.000FCFA en 2011 á 990.000 FCFA en 2012, soit une baisse de prés de 20%
– Baisse puis maintien du prix du gaz sur une longue période malgré une hausse continue des cours sur le marché international.
Au vu de toutes ces réalisations dans le volet social, on peut dire sans risque de se tromper, avec des chiffres à l’appui, que la consultation, l’hospitalisation et la vaccination des enfants de zéro à cinq ans sont effectives et gratuites dans les quatorze régions du pays.
Ainsi, parrainer le candidat Macky Sall signifie qu’à l’horizon 2022, 90% des Sénégalais auront une couverture maladie universelle, mais aussi que la bonification retraite s’acheminera progressivement vers une pension universelle.
Alors parrainons et faisons parrainer le candidat Macky Sall pour intensifier sa politique sociale qui a fini de faire tâche d’huile sur le vécu quotidien des sénégalaises et sénégalais




Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Si les Sénégalais votent en masse, Macky sera au second tour

Nous avons analysé les taux de participations de 2000, 2007 et 2012.
Partant du taux de 2007 ( 70,62% ) sur un fichier général de 6.682.075 inscrits.




Avec ce taux (70%) , les votants seront au nombre de 4.677.452. Ainsi les 50% représenterait 2.338.726
Donc pour le Président Macky SALL puisse gagner au premier tour, il lui faudra minimum 2.338.727 voix, le plus grand score du Président Macky SALL est 1.909.244 (65,80%) obtenu en 2012 au second tour.
Par la suite, même s’il a gagné les autres élections, il a eu respectivement 1.040.899 (législatives 2012), ensuite 1.367.592 (Référendum 2016) puis 1.637.761 (législatives 2017).

Si nous lui donnons son plus grand score, 1.909.244 (postulat de base), avec le taux de participation de 2007 environ 70%, le candidat Macky SALL aura 40,8% , le score arrondi à 1.900.000, lui donnera 40,6% au premier tour de la présidentielle 2019.

Par contre, si les sénégalais votent avec un taux égal à celui de 2000 , c’est à dire environ un taux de 60% (4.009.245 votants), il aura 47,39% des voix. Pour ce scénario aussi , il sera au second tour.
Si le taux de participation varie entre celui de 2012 ou encore celui des législatives de 2017 (entre 51%, 53% et 55%), disons avec un taux de participation 54% (3.608.320 votants) alors le Président Macky SALL passera au premier tour avec un pourcentage 52,65%.

Avec un taux de participation de 51% , le Président Macky SALL passera avec 55,7% .
En moyenne si la participation est entre 51% et 55% , Macky gagnera les élections avec un pourcentage de 54,2%. ( Et le score du sondage se justifie annoncé par Le Président Macky SALL)

Plus le nombre de votants augmente plus le pourcentage du candidat Macky SALL diminue.




Avec un taux de participation entre 60% et 65%, Macky sera au second. ( une forte probabilité de gagner au second)
Avec un taux de plus de 70%, Macky perdra le pouvoir.
Avec un taux de participation inférieur ou égal à 55%, le candidat Macky SALL gagnera les élections avec un score entre 52 et 55%.

———————————-
Modou FALL
Dëgg moo woor

Audience au palais: Macky et ABC assis côte à côte

YERIMPOST.COM Les rapports 2014-2017 ont été le prétexte pour le chef de l’Etat et le médiateur de la République de se retrouver. Ce lundi 27 août, le président de la République a reçu Me Alioune Badara Cissé et ses collaborateurs au palais. L’occasion pour les deux « frères » de dissiper les nuages qui assombrissaient leur relation depuis un bout de temps. Le président Macky Sall a salué le travail d’ABC dans l’évolution des rapports entre l’administration et les usagers. Est-ce à dire que la hache de guerre est définitivement enterrée ? Nous attendons de voir…



Pour un avenir radieux, parrainons Macky !!!

Et si nous arrêtions ne serait ce qu’un petit instant la politique politicienne pour réfléchir sur les défis de l’heure qui nous interpellent tous à savoir l’emploi des jeunes, les contraintes de l’économie mondiale et la lutte contre la pauvreté. Nous gagnerons plus à nous concentrer sur ces problématiques de développement que de perdre toute notre énergie sur des questions qui sont loin d’intéresser le commun des sénégalais.
En 2013, le taux de croissance était de 3.5%, 4.3% en 2014 ; 6.5% en 2015 ; 6.6% en 2016; 6.8% en 2017 et projeté à 7,2% en 2018. C’est une tendance progressive voire satisfaisante. Malgré les lourdes contraintes liées à l’environnement international en 2015, le Sénégal a fourni des efforts considérables pour relancer les activités socioéconomiques.



Le président Macky Sall a très vite compris sur quels leviers il fallait s’appuyer pour assurer un avenir radieux à la génération future. Il est le géniteur de cette nouvelle stratégie de croissance qu’est le Plan Sénégal émergent 2035. Les 1.225,2 milliards de FCFA injectés en 2017 dans les dépenses d’investissement pour accélérer la transformation structurelle de l’économie auront dans trois ans au maximum un impact réel sur le vécu quotidien des populations surtout celles du monde rural. A cela s’ajoutent les investissements sur la santé, l’éducation, l’environnement, l’agriculture, la recherche, la formation professionnelle et la protection sociale.
Le Sénégal est sécurisé pour de bon si le président Macky Sall est réélu en 2019.
Il est impératif dés lors que tous se mobilisent pour accompagner voire renforcer les orientations du président Macky Sall pour voir venir les résultats escomptés. L’accès à l’eau potable sera définitivement réglé dans deux ans au plus tard avec des investissements à hauteur de 500 Milliards pour la construction d’une usine de dessalement d’eau de mer sur les mamelles d’une capacité de 100.000 mètres cubes jour d’une usine de traitement des eaux venant du lac de Guiers.
Si tous cette efforts sont maintenus à partir de 2024, le Sénégal sera capable de s’autofinancer à hauteur de 2.000 milliards, commencer à créer plus d’un million d’emplois directs et indirects, atteindre l’autosuffisance alimentaire et avoir une industrialisation compétitive et moderne.
C’est conscient de tout cela que les populations doivent s’approprier la vision du président Macky sall articulée autour du Plan Sénégal Emergent (PSE) pour concourir à travailler à préserver ces acquis.
C’est fort de ces constats que les sénégalaises et sénégalais doivent dans leur majorité parrainer le président Macky Sall pour se prémunir d’un Sénégal promu à un avenir radieux avec le PSE horizon 2035




Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Macky imbattable à la présidentielle de 2019 !!!

A quelques mois de la présidentielle, une certaine opposition clame, qu’elle est majoritaire, basant cette théorie sur les résultats des élections législatives de juillet 2017. Cette même opposition, comme pour essayer de se faire une raison dit à qui veut l’entendre que le président Macky Sall ira inéluctablement vers un deuxième tour à la prochaine élection présidentielle de février 2019. Même si c’est sa certitude à elle, il n’en demeure pas moins que cette théorie fallacieuse de l’opposition n’existe que dans la tête de ceux qui politiquement n’influent sur absolument rien.



Il serait bien de préciser que rares sont les leaders de l’opposition qui contrôlent ne serait-ce qu’une collectivité. Et leur envergure ne dépasse guère les limites de leur territoire communal. Et pourtant certains membres de l’opposition gagneraient plus à être réalistes ou même modestes par rapport à leurs candidatures en évitant de se présenter uniquement pour se faire connaitre par les sénégalaises et sénégalais. Tous dans leurs démarches pensent qu’il suffit de mettre les pieds dans quelques localités du pays pour se décréter majoritaires aux yeux des populations. Il est clair qu’il y’a une pénurie de candidats sérieux pouvant faire mal au sein de l’opposition en 2019. L’opposition devait depuis longtemps revoir sa copie pour avoir une participation respectable à la présidentielle. La bataille de 2019 se prépare sur le terrain politique et non dans les réseaux sociaux ou supports audiovisuels.Et cela va s’en dire que la majorité a fini de s’approprier le terrain politique à travers des séries de mobilisations dans toutes les différentes localités du pays. Non content d’occuper l’espace politique et médiatique la majorité a un bilan élogieux à présenter aux sénégalaises et sénégalais. Elle n’a pas de problème de candidat. Du côté de l’opposition, ils ont accusé un retard que les délais ne peuvent pas combler. En dehors d’Idrissa Seck qui s’est un peu remué dernièrement à travers une tournée nationale vite écourtée par l’ampleur des réalisations du président Macky sall dans le monde rural, faut le dire, les autres candidats prétentieux trainent les pieds en se limitant à faire du théâtre ou cinéma à l’hémicycle ou des lives dans les réseaux sociaux substituant le terrain politique au buzz médiatique . Et ce n’est pas comme ça qu’ils parviendront à créer des difficultés à la majorité. Ils risquent d’avoir au sein de l’opposition de grosses déceptions ou pour certains d’anticiper leurs retraites politiques, au soir de cette présidentielle.
La participation du candidat de BBY, en l’occurrence le président Macky Sall, apporte une nouvelle donne à cette présidentielle. Et cette nouveauté est très à prendre au sérieux si l’on sait que les qualités du candidat Macky seront déterminantes pour beaucoup d’électeurs quand il s’agira de choisir un président de la République.
Les qualités telles que la capacité d’écoute, la pondération, le respect d’autrui, la bonne éducation, le leadership et l’expérience du candidat Macky capteront beaucoup d’électeurs parce qu’ils exprimeront leurs votes en fonction des qualités qu’un candidat incarne.
Il faut dire aussi que d’autres électeurs choisissent leurs candidats en privilégiant l’expérience.
Sous ce rapport, osons le dire le candidat Macky est bien loti et cela le positionne bien pour capter des voix parmi les indécis, et quand bien même dans l’opposition. Le candidat Macky bénéficie, aussi, de l’avantage d’un candidat à sa propre réélection. Cela va s’en dire qu’il maitrise le processus d’une élection présidentielle pour avoir gagné la présidentielle en 2007, en tant que directeur de campagne et, celle de 2012, en tant que candidat. Quelques uns de ses challengers pourraient s’aventurer à se prévaloir de ce parcours mais faut aussi préciser que Macky fut ministre de l’intérieur donc maitrise parfaitement la cartographie électorale. Donc, il est clair qu’il connait la bonne formule qui mène vers la présidence.
Dans cette foire d’empoignade où les challengers s’évertuent à paraitre devant le peuple comme des candidats idéals pour la magistrature suprême il y’a bien un favori qui ne peut être que le candidat Macky.
Effectivement en astreignant tous les candidats déclarés à cette fourchette de critères telle que l’expérience de la gestion de l’Etat, l’intégrité morale, la courtoisie et la fermeté sur les principes, le sens de la mesure, l’âge idéal, il est évident qu’il émergera du lot le candidat Macky au détriment de cette meute de challengers qui pour la plupart sont des hommes du serial à coté d’illustre inconnus New Comers et novices en la matière qui constituent la majorité des ténors de l’opposition.
Osons le dire dans cette bataille pour la présidentielle de 2019, le candidat Macky est imbattable à tout point de vue.




Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Sur le plan social, Macky dépasse Wade et Diouf !

Pendant les deux mandats du président Wade, le gouvernement avait attiré des capitaux de la part de nouveaux donateurs, mais malheureusement la transparence et la bonne gouvernance avaient toutefois connu un déclin significatif. Les secteurs de l’éducation, de l’énergie battaient de l’aile, et les prix des produits de base, avaient augmenté d’année en année.

Effectivement c’est à partir de 2008, que le prix des céréales, les prix de l’eau, de l’électricité, du gaz de cuisine, de l’essence, des transports et des loyers en ville avaient tous augmenté et les Sénégalais avaient de plus en plus de difficulté à joindre les deux bouts.




Le plan énergétique TAAKAL de Karim Wade devait en principe permettre de mettre un terme à ces coupures d’électricité, mais malheureusement force est de reconnaitre qu’il n’a jamais été viable, qu’il a absorbé les ressources financières d’autres ministères pour être finalement obsolète, car il n’avait pas du tout mis l’accent sur les énergies renouvelables.

Les coupures de courant incessantes et les prix variables et exorbitants pour beaucoup de sénégalais avaient conduit à des pillages dans l’ensemble du pays. Des bâtiments de la SENELEC avaient par ailleurs été incendiés par les populations qui souffraient de ces coupures intempestives d’électricité en juin 2011.

Le 25 mars 2012, le Sénégal a vécu sa seconde alternance politique au pouvoir, en élisant Macky SALL Six ans après son accession au pouvoir, le président Macky Sall a fait beaucoup plus dans le domaine social que ses trois prédécesseurs qui ont été à la tête du pays de 1960 à 2012. Ces progressions dans le domaine social ont directement impacté la condition de vie des populations à fortiori les couches les plus vulnérables de la société sénégalaise. Parmi ses avancées significatives dans le social on peut noter :

– Couverture maladie universelle et bourses de sécurité familiale
Le développement des mutuelles de santé a permis de porter le taux de couverture maladie de 6,8 % en 2013, à près de 20%, en 2016. En 2017 plus de 300 000 familles au Sénégal bénéficient d’une allocation annuelle de 100.000 FCFA et d’une couverture médicale dans le cadre des bourses de sécurité familiale. Présentement, 671 mutuelles de santé sont opérationnelles avec 2,3 millions d’adhérents. Faut préciser que les 300 000 ménages bénéficiaires de la bourse de sécurité familiale sont pris en charge dans le cadre de la Couverture Maladie Universelle. De même que les 17 000 personnes en situation d’handicap, titulaires de la carte d’égalité des chances. En réalité, plus de 5,3 millions d’enfants âgés de 0 à 5 ans sont pris en charge depuis 2013 dans le cadre des initiatives de gratuité des soins. Dans le même ordre d’idées, sur le plan de la protection sociale, les bourses de sécurité familiale ont permis de prendre en charge des milliers de familles vulnérables, avec des effets positifs sur l’éducation et la prise en charge sanitaire des enfants des familles bénéficiaires. Avec les 10 milliards ajoutés au budget de la protection sociale, les bourses de sécurité familiale pour l’année 2018 passeront de 300 mille à 400 mille bénéficiaires de définitive, c’est plus de 58,5 milliards de FCFA au total entre 2012 et 2016 qui ont été mobilisés pour les différentes régions.

– Baisse de la facture l’électricité de 15% du tarif
La compagnie en charge de la fourniture électrique (SENELEC), applique une baisse de 15 % pour les clients qui consomment moins de 150 kilowatt-heures. Ces derniers paient donc désormais 90,47 francs CFA le kilowatt-heure et non plus 106,44 francs. Concernant l’éclairage public et les concessionnaires d’électrification rurale, la baisse est de 10 % sur les tarifs et les primes fixes.
Cette baisse représente un gain de 30 milliards de FCFA en faveur des consommateurs. Et il est prévu d’autres baisses substantielles dans le futur.

– Réduction des loyers, du gaz et des prix des denrées alimentaires.
Le président Macky Sall a promulgué la loi prévoyant des baisses du prix des loyers de 4 à 29 % dans le pays. Cette loi sur la baisse des loyers permettra d’améliorer le pouvoir d’achat des Sénégalais. Les prix des denrées alimentaires diminués : le kilo de riz est á 280 FCFA au lieu de 325 FCFA. Le kilo du riz parfumé est à 435 FCFA au lieu de 475 FCFA, le kilo du sucre se vend à 580 CFA au lieu de 690 FCFA, alors que le litre d’huile est à 960 FCFA contre 1 200 FCFA ;

– Gratuité de la transformation des titres précaires en titres fonciers

Le Président Macky sall a pris une importante décision, le mercredi 22 février 2017, à l’occasion du Conseil des ministres, relative à la délivrance aux populations des titres de propriété sur des terrains à usage d’habitation relevant du domaine privé de l’Etat. Le Président de la République a demande au Gouvernement de diligenter la transformation gratuite des titres précaires en titres fonciers, par la simplification des procédures et la sécurisation des transactions. A travers cette résolution concernant 122.206 titres fonciers recensés au Sénégal, le président Macky Sall indique la nécessité et l’urgence de corriger ces anomalies qui freinent la dynamique de croissance et de progrès social, afin de permettre à toutes les personnes concernées d’accéder facilement et de manière gratuite, à la pleine propriété foncière.

– Renonciation de recettes fiscales de plus de 40 Milliards impliquant une hausse des salaires
Le gouvernement du président Macky sall a procédé à une renonciation consistante de recettes fiscales avec l’entrée en vigueur de la loi 2012-31 portant Code général des impôts, le 1er janvier 2013 avec la baisse de l’impôt sur le revenu des personnes physiques. Les prévisions initiales de baisses de recettes étaient de 29 milliards de FCFA. A l’arrivée, les renonciations de recettes fiscales ont dépassé 40 milliards de FCFA affirmant l’ampleur de l’effort consenti par le gouvernement qui de fait à redistribuer ainsi un important pouvoir d’achat aux travailleurs.

– Augmentation des pensions de retraite de 10%
Le président Macky Sall dés Juin 2012 a revaloriser les pensions de retraite, avec une augmentation de 10%, et fait passer la valeur annuelle du point, de 88,83 francs CFA à 174,90 francs CFA, au régime général de retraite et, au régime complémentaire des cadres, de 58,80 francs CFA à 115,80 francs CFA contre une revalorisation équivalent de 96,9% des pensions au cours entre 2000 et 2012
Ainsi l’augmentation des pensions de 10% estimée à 5,1 milliards de francs CFA, améliore le pouvoir d’achat des retraités donc est socialement justifiée

– Lancement de la première phase des financements de la DER
Le président Macky Sall l’avait dit dans son message à la Nation du 31 décembre 2017. Huit mois après, il a procédé à la remise symbolique pour 15000 femmes et jeunes venant des 45 départements du Sénégal, des premiers financements de la Délégation à l’Entrepreunariat Rapide Femmes et Jeunes (DER/FJ) chiffrés à 10 milliards francs CFA . Faut souligner que les 20 milliards restants sur les 30 prévus, seront donnés d’ici la fin de l’année.En réalité, ces financements permettront de donner du pouvoir aux femmes et aux jeunes, de libérer leurs énergies et leurs talents, tout en préservant la dignité de chaque famille, mais c’est aussi bien entendu investir dans l’entreprenariat, donc investir dans l’avenir.

– Réalisation à terme de 40 000 Logements sociaux à Diamnadio
Un projet de 40.000 logements sociaux seront réalisés á long terme á Diamniadio prés de Dakar. Ces logements sociaux visent à faciliter l’accès à la propriété immobilière à toutes les populations. Il s’agit ici de 40.000 logements de toutes catégories: habitat social, moyen standing et haut de gamme, dans l’esprit d’une mixité harmonieuse. Sur ces 40.000 logements, 15.000 sont déjà réalisés.

– Nouveaux programmes comme le PUDC, PRACAS, pour améliorer les conditions de vie du monde rural

Le président Macky Sall, avant même son arrivée au pouvoir, avait déjà une vision très claire de la situation du monde rural. Il avait compris que 55% des Séné­galais vivent en zone rurale où la pauvreté atteint une proportion de 57%. Le Président Sall croit fermement à la sécurité nutritionnelle et alimentaire et motive à travers le Programme d’accélération de la cadence de l’agriculture sénégalaise (PRACAS) à construire une agriculture compétitive, diversifiée et durable. Le PRACAS, est en train de transformer et de redynamiser l’économie rurale par l’augmentation des revenus, la création d’emplois et l’amélioration de la vie nutritionnelle des ruraux. Aujourd’hui, le riz, l’oignon, l’arachide, les fruits et légumes de contre-saison ont connu des rendements exponentiels exceptionnels.
Le Programme d’urgence pour le développement communautaire (PUDC) a réalisé à l’intérieur du Sénégal des infrastructures permettant l’accès aux services socioéconomiques de base où les femmes et les jeunes sont visiblement les plus affectés. Le PUDC devra à terme investir un coût global de 522 milliards entre juillet 2015 et 2019 pour construire et réhabiliter 3 048 km de pistes de production et 250 forages et châteaux d’eau, électrifier plus de 325 villages et installer au moins 5 000 équipements de transformation ( décortiqueuses, moulins, batteuses etc.).




Ces performances sur le plan social enregistrées sous le magistère du président Macky sall ont été possibles grâce au PSE qui a amplifié la mobilisation des ressources internes et externes. Faut préciser aussi que des marges budgétaires se sont dégagées grâce à la gouvernance sobre et vertueuse qui s’est traduite par une rationalisation des dépenses courantes et une augmentation des dépenses d’investissement.
Au vu de toutes ses progressions significatives dans le domaine social sous le magistère du président Macky Sall force est de reconnaitre que sur le plan social Macky dépasse de loin Wade et Diouf.

Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Déclarations de Jules Ndéné et cie, Me Wade, appel au Pds à rejoindre Macky: Elhadj Kassé se lâche

YERIMPOST.COM Le ministre chargé de la Communication de la présidence a abordé la sortie des ex du Parti démocratique sénégalais qui ont rejoint la mouvance présidentielle. Soutenant n’avoir pas suivi la conférence de presse des membres du Rassemblement pour la pérennisation du libéralisme, Elhadj Hamidou Kassé prend le contre-pied des déclarations de Souleymane Ndéné Ndiaye et cie contre Me Abdoulaye Wade. « Même s’il est notre adversaire politique, ne perdons pas de vue que nous sommes tous des Sénégalais. Nous respectons le président Wade, Macky Sall au premier chef… » Un bref commentaire que le ministre s’est autorisé tout en profitant de l’occasion pour lancer un appel aux membres du Pds. « C’est le moment d’ailleurs d’appeler les bastions du Pds à se mobiliser autour de Macky Sall pour que nous continuions ensemble à construire le pays. Cet appel s’adresse aussi à toutes les forces vives de la Nation conscientes des enjeux mais aussi des réalisations durant ce premier mandat. »




Macky, Marième Faye, Karim Wade: Samuel Sarr dit tout

YERIMPOST.COM En marge de sa visite aux familles religieuses de Tivaouane et Ndiassane, Samuel Sarr a parlé politique avec les journalistes qui étaient présents. Le candidat à la présidentielle, d’entrée de jeu, sonne l’alerte sur de supposés résultats que les tenants du pouvoir auraient déjà fabriqués donnant 56% à Macky Sall. A côté, souligne-t-il, ils oublient qu’il y a la contre-fabrique qui leur donne un taux entre 41 à 49% des suffrages.

Sa casquette d’opposant ne l’empêchant pas d’affirmer ses bonnes relations avec le chef de l’Etat et son épouse, Samuel Sarr ne cache cependant pas son amertume à propos du traitement que Macky Sall réserve à Me Abdoulaye Wade et à son fils Karim. Pour preuve, souligne l’ancien ministre, cette sortie de Souleymane Ndéné Ndiaye que Macky Sall a laissé faire. Sa proximité avec Karim Wade, Samuel Sarr ne s’en cache pas non plus. Soutenant que s’il était convaincu que la candidature de Karim Wade allait passer, il ne se serait jamais présenté.

D’ailleurs, il rappelle son séjour carcéral de 40 jours pour avoir défendu, au-delà de ce qu’il pouvait s’autoriser, Karim Wade. « J’ai été scandalisé, meurtri, outré quand Macky Sall a arrêté Karim », a-t-il confié. Avant de lâcher: « Karim et moi avons pu l’aider à gravir les échelons. » Lesquels ?



Hamidou Sabaly quitte Macky pour Idy

YERIMPOST.COM En perspective de la présidentielle de 2019, les alliances se nouent, les coalitions se forment, les soutiens aux candidats se manifestent. C’est ainsi que Hamidou Sabaly et son mouvement ont décidé d’apporter leur soutien à Idrissa Seck. Ils ont officialisé leur soutien au leader de Rewmi, ce weekend.

Ce mouvement, fort de 5488 membres et bien ancré dans le Vélingra, a été créé en mars 2018. À l’époque, ses responsables avaient décidé d’accompagner le président Macky Sall. Mais las de voir d’autres responsables promus à des postes de responsabilité à leur détriment, ils ont décidé de tourner le dos au président de la République, candidat à sa propre succession, pour un de ses principaux challengers, Idrissa Seck.



En fait, Macky en a fait son combat depuis !

Force est de reconnaitre qu’il a fallu que quelques jours au président Macky Sall pour rendre aphone cette opposition qui n’a que seul viatique le verbiage. Effectivement le président Macky sall et son gouvernement ont non seulement posé des actes majeurs qui montrent à suffisance que seules les préoccupations des populations sont leurs priorités mais ils ont aussi inéluctablement plongé ce pays dans la modernité. Parmi ces actes on peut noter :
– La mise en service d’ouvrages de production d’eau potable à Bayakh
Mis en service par Le Premier ministre, Mahammad Boun Abdallah Dionne ces ouvrages sont composés d’une station de pompage d’un réservoir de 15 000 m3 par jour d’une conduite de 18,6 Km entre Bayakh et Rufisque . Ces ouvrages hydrauliques entrent dans le cadre de la première phase du Programme spécial de renforcement de l’alimentation en eau potable de Dakar (PSDAK). Un programme dont l’objectif principal est de mobiliser 94 000 mètres cube d’eau supplémentaire par jour. Ce, pour résorber le déficit de 54 000 mètres cube/jour et faire face à la période de pointe de cette année. Son coût global est de 27,5 milliards de francs Cfa dont 13 milliards pour les ouvrages de Bayakh.



– Lancement de la première phase des financements de la DER/FJ.

Le président Macky Sall l’avait dit dans son message à la Nation du 31 décembre 2017. Huit mois après, il a procédé à la remise symbolique pour 15000 femmes et jeunes venant des 45 départements du Sénégal, des premiers financements de la Délégation à l’Entrepreunariat Rapide Femmes et Jeunes (DER/FJ) chiffrés à 10 milliards francs CFA . Faut souligner que les 20 milliards restants sur les 30 prévus, seront donnés d’ici la fin de l’année.En réalité, ces financements permettront de donner du pouvoir aux femmes et aux jeunes, de libérer leurs énergies et leurs talents, tout en préservant la dignité de chaque famille, mais c’est aussi bien entendu investir dans l’entreprenariat, dons investir dans l’avenir.

– L’inauguration de l’arène Nationale de lutte

Ce complexe multifonctionnel est à même d’accueillir tous les sports de combats et même des compétitions de hand-ball. Cette arène nationale d’un coût de 32 milliards de FCFA a une capacité de 22 000 places a un centre d’hébergement, une salle de musculation, des vestiaires, un parking intérieur de 450 places et un parking extérieur de plus de 1.000 places.

– L’inauguration du complexe sportif Dakar Arena
Le président de la République, Macky Sall, a inauguré, Dakar Arena, une infrastructure de basket de dernière génération. La construction de ce complexe sportif modulable et polyvalent de 15 000 places fait suite à un engagement que le chef de l’Etat avait pris en 2015 alors qu’il recevait les lionnes du Basket. Dakar Arena offre toutes les garanties pour accueillir des événements d’envergure qu’ils soient sportifs ou culturels, avec la même efficacité. Répondant aux normes internationales, il bénéficie d’équipements de dernière génération adaptés aux activités ciblées. Dakar Aréna, est le stade emblématique d’un Sénégal ambitieux, un stade qui devra contribuer au rayonnement du pays à travers les valeurs sportives et culturelles. Le président Macky Sall offre ce phénoménal complexe multisports flambant neuf et donne rendez-vous en 2020 pour l’inauguration d’un stade de football de 50 000 places.

Osons le dire, le président Macky Sall, en trouvant un début de solutions aux pénuries d’eau, en favorisant l’entreprenariat rapide des jeunes et des femmes, en dotant ce pays d’infrastructures sportives de dernières générations a montré à la face du monde que seules les priorités des populations fondent sa démarche. Cette prise en charge au quotidien des priorités et doléances de l’ensembles des populations montre à suffisance que sa réélection au premier tour a été en fait son combat de tous les jours. Et force est de reconnaitre que son deuxième mandat est dans sa poche.





Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop&gmail.com

Apéristes, qu’avez-vous contre Macky ?

Quand j’ai entendu le Maire de Thies dire que les ennemies du Président Macky Sall sont à chercher dans Benno Bokk Yaakar et dans l’APR, je me suis dit tout de suite qu’il a parfaitement raison.
Il a raison quand on considère l’ankylose profonde qui frappe ces deux structures qui, comme tétanisées, se morfondent dans l’attentisme.
Le malaise est grandissant chez les militants et une grande partie du peuple par contagion commence à se convaincre que ce sera impossible de faire passer le candidat Macky au premier tour.
Aucun responsable politique n’anime la base. Aucun !
Tous fonctionnent comme si ce mandat était le dernier pour le Président Macky. Personne ne l’aide et on le laisse seul face à ses détracteurs. Tous se comportent comme s’ils n’avaient rien à perdre si le pouvoir changeait de main.



Je tiens à tous leur rappeler qu’ils ont tout à perdre car si une alternance arrivait à se produire en 2019, ils seront nombreux à voir leur gestion passer au crible. Le sénégalais aime exiger que celui qui paradait avant, soit le premier à payer. L’on se rappelle que la traque des biens mal acquis était présentée en 2012 comme une demande sociale. « Baayi leen ci xel ».
Les responsables politiques autour du candidat Macky ne mouillent pas le maillot. Chacun cherche à avoir une audience avec lui et c’est cela qui mobilise tous leurs efforts. Une fois que l’accord est donné pour ce face à face, commence alors un fort lobbying pour être sur la liste des privilégiés qui devront voir le Président. Même au dernier moment des noms peuvent être biffés et remplacés par d’autres qui ne sont même pas militants. Tous y vont en se demandant combien ils vont recevoir pour le transport et à la sortie, bonjour les dégâts.
Quel est le jeune militant ou responsable politique qui capte notre attention dans les médias ? Que ce soit à la télévision ou à la radio, rien que des débats de personne ou des attaques au bas de la ceinture. Rien dans les réalisations du Président.
Rien pour expliquer le PSE, le PUDC, le PUMA…. Rien de rien !
Ils sont tous dans une guerre de positionnement qui ne dit pas son nom. Chacun y va avec ses propres initiatives comme s’il était seul dans ce parti. Les jeunes ne sont pas formés ; les femmes sont laissées à elles mêmes à moins qu’on ait besoin de les rassembler pour du saupoudrage ; les vieux « mom », ils ont fini d’être oubliés.
Tous ces responsables oublient qu’ils sont le prolongement du Président Macky Sall. Leur image dépeint fortement sur la sienne. Dès qu’ils font des fautes, l’on ne pense qu’à lui. Ils doivent soigner leur mise, leur posture et leurs paroles. Quand ils parlent c’est le Président qui prend le micro. Chaque fois qu’ils coupent le contact avec la base c’est comme si c’est le Président lui-même qui l’avait fait. Ils sont, ces responsables, le prolongement de toute l’action du Président mais malheureusement la grande majorité ne le sait pas.
Dans la mouvance, on s’attaque entre ministres, Directeurs, Maires…tout le monde y passe oubliant que pour gagner des élections il faut savoir enclencher une dynamique et rester dans les rangs. Il faut à chacun respecter une discipline même si on peut des fois la ressentir comme une contrainte. L’intérêt général doit primer sur celui de petites personnes.
Pour un parti politique réussir à conserver le pouvoir est plus glorieux que d’y accéder.




Souleymane Ly
Spécialiste en communication
julesly10@yahoo.fr

La Diaspora au coeur des préoccupations de Macky !

En 2012, les sénégalais dans leur majorité se sont librement choisis le candidat Macky Sall pour présider aux destinées de leur pays. En six ans de gestion du pouvoir, force est de reconnaitre que les réalisations du président Macky sall pour la Diaspora sont immenses. Pour prouver cette assertion voici quelques réalisations parmi tant d’autres qui montrent à suffisance que le président Macky Sall met au coeur de ses préoccupations la Diapora.
Démarrage d’études sur l’évaluation des conventions bilatérales et multilatérales pour la sécurité sociale de nos compatriotes émigrés ;



Etude pour la création d’un fonds pour le rapatriement des dépouilles des sénégalais décédés á l’étranger, l’aide aux familles endeuillées, les malades nécessitant une intervention chirurgicale lourde et le rapatriement des sénégalais en situation de détresse grave avec un budget de 800 millions de francs CFA en 2015;
Saisine de postes diplomatiques et consulaires pour le recensement de tous les sénégalais détenus dans leur juridiction, á l’effet de leur fournir l’assistance consulaire nécessaire ;
Politique sociale permettant aux sénégalais de l’Extérieur de bénéficier des logements ;
Quota de 30 % sur tout aménagement de terrains au profit exclusif des émigres
Entre 2014, date de son début de mise en œuvre et Octobre 2016, le FFD a décaissé 2.495.997.313 de francs CFA dans 23 pays pour booster et soutenir les efforts des Sénégalaises.
Plus de 3000 femmes ont été accompagnées pour consolider ou démarrer une activité génératrice à travers le monde : Cote d’Ivoire, Mali, Gambie, Mauritanie, Burkina-Faso, Gabon, Congo Brazzaville, Maroc, Guinée Conakry, Guinée Bissau, Togo, Italie, France, Espagne, Belgique, Allemagne, Turquie, Portugal, Arabie Saoudite, Dubaï, Chine, Etats-Unis et Canada.
En 2014, une enveloppe d’investissement de 602 780 958 francs CFA sur le budget du FAISE a servi à financer 122 projets de Sénégalais de l’extérieur.
En 2015, 800 millions FCFA avaient été affectés à 116 demandes de financements concernant des secteurs aussi divers que variés tels l’élevage, la pêche, les Tics, l’artisanat, les services et l’agriculture.
Pour la présente campagne, 850 millions FCFA serviront à appuyer 170 projets jugés innovants et porteurs de croissance.

Financement des projets par le Fonds d´Appui á l´Investissement des Sénégalais de l´Extérieur (FAISES) de 340 millions en 2012 á 1 milliards Cinq cent millions de FCFA en 2015 ;
Prise de mesures de baisse des prix sur les tarifs des appels téléphoniques entrants, á la suite de la suppression surtaxe qui y étaient appliqués ;
Décret 2012-444 du 12 avril 2012 relevant l’âge de l’importation des véhicules qui passe de 5 á 8 ans;
Modification du code de nationalité sénégalaise pour permettre aux femmes sénégalaises de transmettre la nationalité sénégalaise á leurs enfants ;
Election de 15 députés de la Diaspora ;
Création d’un guichet unique spécialement dédié é la Diaspora au niveau de l’APIX. Ce guichet unique a pour missions principales de partager, avec les sénégalais de la diaspora, les projets et les opportunités d’affaires existantes dans les différents secteurs porteurs et au niveau des différentes régions du Sénégal.




Au vu de toutes les grandes réalisations du président Macky Sall pour la Diaspora, force est de reconnaitre que la prise en charge des priorités de nos compatriotes est au coeur de ses préoccupations. Et ne serait ce que pour cela toutes les populations au premier plan desquelles la Diaspora doivent se mobiliser comme un seul homme pour lui donner un deuxième mandat bien mérité.

Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email: emodiop@gmail.com

Macky, encore champion en 2019!

Vainqueur de tous ses combats électoraux depuis 2002

Macky, encore champion en 2019!

 

«Je ne prétends pas avoir de l’infaillibilité pontificale, mais je pense que le Président sera réélu. C’est mon sentiment. Je vois pas mal de Sénégalais, je discute souvent avec eux au téléphone. Je m’attache beaucoup à ce qu’on dit. Je ne pense pas qu’il sera battu. Je pense qu’il fera un second mandat», paroles de Robert Bourgi. Je suis du même avis que l’avocat non parce que je suis « estampillé » Apériste, mais plutôt parce que j’ai perçu moult raisons objectives qui fondent ma conclusion.




Par la force de ses réalisations, la vitalité de ses actions, son dynamisme interne et son adaptation aux réalités du temps, l’actuel locataire du Palais de la République aura indubitablement son second mandat.

L’homme est né, de toute évidence, sous une bonne étoile. En matière électorale, Macky Sall n’a jamais essuyé le moindre revers.

De 2002, année de ses premières joutes électorales, jusqu’aux législatives de 2017, le natif de Fatick a toujours triomphé haut la main. Des victoires qui symbolisent son ascension politique mais aussi la marque d’affection, d’estime et de confiance que ses concitoyens ont placé en lui.

Tout jeune candidat du Parti démocratique sénégalais (Pds) pour la conquête de la municipalité de sa ville natale, Macky détrôna l’inamovible Mbagnick Diouf pour s’adjuger le fauteuil de Maire. Il poursuivit sa lancée, quand en 2007, tête de liste de la coalition «Sopi», Macky Sall assure une majorité confortable aux jaune et bleu. Au préalable, il avait été installé Directeur de campagne du candidat Abdoulaye Wade qui effectua une razzia sur la quasi-totalité de l’étendue du territoire pour décrocher un second mandat présidentiel.

Tombé en disgrâce deux années plus tard, du fait de complots et de campagnes de diabolisation orchestrés depuis le Palais, le nouvel opposant remet tous ses mandats électifs entre les mains de ses anciens camarades. Il ne regarda point dans le rétroviseur. Il maintint son cap victorieux en allant à la pêche aux voix des Fatickois lors des locales de 2009. Un nouveau succès qui le prépare pour 2012. Entre temps, il sillonna le pays, pausa des actes, convainquit les citoyens et prépara son accession à la Magistrature suprême.

La compétition présidentielle de 2012 le consacre chef de l’Exécutif Sénégalais. Il supplée son «père» politique et définit une nouvelle politique sur la base du «Yoonu Yokkute», devenu plus tard «Plan Sénégal Emergent».

il faut aussi retenir que l’application de ce programme a été rendue possible grâce à une nouvelle victoire, quelques mois plus tard, aux législatives avec une écrasante majorité au Parlement. Ensuite, arriva 2014 et la lutte pour les Collectivités locales. Ce fut pour lui un raz de marée pour s’emparer des trois quarts des communes.

retenons alors qu’ à ce jour, le Président Macky et son régime ne faiblissent jamais en termes d’élections. Ils sont sur une pente ascendante. En atteste, la victoire sans bavure au soir du référendum constitutionnel de 2016 et la démonstration de force de 2017 pour la reconquête de l’Assemblée nationale.

A cette occasion, le Premier ministre, Mohammad Boune Abdallah Dione, qui fit son baptême de feu politique, dirigea la liste Benno Bokk Yakaar. Il fut admirablement coaché par son patron depuis le Palais sur le chemin victorieux. Ce fut également un coup de maître.




Au-delà de toutes les raisons ci-dessus mentionnées, le Président Sall ne peut être que réélu en 2019 si l’on tient compte de son bilan. Il sera réélu pour les avancées significatives que le pays a connues ces sept dernières années. Il sera élu car confronté à une opposition qui n’a ni projet alternatif, ni propositions concrètes.

Alors disons-le haut et fort. Gagner telle est la devise de Macky Sall ! Il en fut toujours ainsi et il en est ainsi tout comme il en sera ainsi en 2019.

Tenez-vous le pour dit.

 

 

                                                                             Gandhi  Bâ

 

Macky puissance 2

Dans cette société, j’ai vu un homme qui a su montrer sa vision positive de l’entrepreneuriat. Un homme qui a su transformer nos faiblesses en forces et nous donner le goût du challenge et du travail bien fait. Un homme qui ne s’est jamais emporté, qui n’a jamais faibli. J’ai trouvé en vous un mentor, une personne qui a su me guider dans l’acquisition de mes compétences, dans les décisions à prendre, dans l’éthique professionnelle, dans la façon d’être humain dans un univers qui ne l’est pas toujours. Merci pour votre professionnalisme et votre humanité. Je dis oui Monsieur le président vous méritez un deuxième mandat. Après votre prestation de serment le 2 avril 2012 vous avait mis en œuvre le Plan Sénégal émergent (PSE) devenu le cadre de référence des politiques de développement visant à conduire le Sénégal sur la voie de l’émergence à l’horizon 2035.



L’on peut relever une vaste politique de développement des infrastructures routières, la création d’une nouvelle ville à Diamniadio dans la région de Dakar, la mise en service de l’aéroport international Blaise Diagne, le futur Train express régional (TER), la mise en œuvre de différents programmes : Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC), PUMA, PROMOVILLES. Je n’oublie pas le programme couverture maladie universelle et de bourses familiales, la carte d’égalité des chances pour les personnes vivant avec un handicap. Monsieur le président
« Les plus grandes réussites du régime sont sans doute le taux de croissance, les infrastructures et la maîtrise de l’électricité »vous avez promis une gestion sobre et vertueuse, vous l’avait fait en annulant des dépenses jugées non prioritaires d’un montant de 61,2 milliards FCFA diminuant ainsi le train de vie de l’Etat. Mon président vous avait promis 500 000 emplois durant votre magistère, vous l’avait fait en créant en six ans 411 000 emplois nets mis à part les emplois non-salariés et emplois de l’informel. Et pour cette dernière année de mandat du président Macky sall la création de 80 000 emplois est attendu avec la DER et enfin vous avait verrouillé la Constitution de façon à ramener le mandat présidentiel à cinq ans renouvelable une seule fois.




MOMAR TALLA APR THIÈS CHARGÉ DES TICS DE LA CRIC.

Robert Bourgi: Quand Macky s’entoure de mercenaires et de gangsters (Moussa Taye)

Le très versatile Robert Bourgi qui a touché à toutes les caisses d’Afrique est devenu le nouveau protecteur de Macky Sall. Ce dernier, non content de s’entourer de zélés et incompétents collaborateurs au niveau national, s’ouvre à l’international pour chercher des gangsters et des mercenaires afin de légitimer une éventuelle fraude à la prochaine présidentielle. Le tri national Bourgi doit garder ses leçons de science politique sur fond de combine et de reniement. Cet adepte de la tortuosité et de la manigance est un imposteur qui a mangé à tous les râteliers et participé à toutes les manœuvres de destabilisation des pouvoirs africains. Franchement, ce vil individu, à la verve sinistre, doit se taire. Les sénégalais ont compris son jeu depuis belle lurette.




Moussa TAYE

Vacances gouvernementales: Macky va libérer ses ministres

YERIMPOST.COM Tout travail mérite repos ! C’est ce qu’a compris le chef de l’Etat qui, à l’issue de la réunion du Conseil des ministres de ce mercredi 25 juillet, va accorder des vacances à son gouvernement. Tous les ministres vont donc vaquer à leurs occupations personnelles. Mais selon l’AS, la préoccupation principale des collaborateurs du président de la République est le retour dans leurs bases respectives afin de collecter le maximum de signatures pour parrainer leur candidat à la présidentielle.



Politiquement, Macky dépasse Wade et Diouf !

Au fur et à mesure que l’on s’approche des présidentielles de février 2019, toutes les attentions sont braquées vers un seul homme. Un président sortant, qui veut rempiler face à tous ses adversaires aux prochaines échéances électorales.
Macky, non content d’être sorti major de la promotion de l’école Wade est un génie politique. Le Pape du Sopi ou plus exactement maitre Wade a vu plus fort que lui en la personne de l’élève Macky. L’homme a très tôt pu déceler contrairement à Diouf quand et comment il fallait parler ou ignorer Wade . Qui aurait pu penser que Macky parviendrait à déboulonner Wade à la présidentielle de 2012, trois ans seulement après avoir créé son mouvement APR.
Une fois élu à la tête de ce pays, le président Macky Sall a par finesse politique et à plusieurs fois étouffer voire déjouer toutes les tentatives de Wade tendant à déstabiliser son régime.
Conscient que son parti l’APR ne peut pas diriger ce pays à lui seul, le président Macky Sall n’y va pas par quatre chemins pour priver certains membres de sa formation politique à certains postes stratégiques dans les institutions comme l’Assemblée Nationale et le Haut Conseil des Collectivités Territoriales.
Ces deux institutions seront confiées respectivement à Moustapha Niass et Ousmane Tanor Dieng. Qui aurait pu penser un jour que ces deux ténors socialistes, se jetteraient des fleurs sur le perron du Palais présidentiel ou encore voir ces deux ennemis politiques depuis longtemps s’asseoir ensemble autour d’une table pour contribuer à maintenir voire renforcer la cohésion da la majorité présidentielle . Seul Macky Sall pouvait réussir un tel fait avec brio. Faut préciser que même Diouf n’a pas réussi à concilier les deux hommes. Qu’est ce que Macky a de plus que Wade n’a pas, si l’on sait que ce dernier est pourtant décrit comme l’homme le plus généreux de tous ceux qui ont eu l’insigne honneur de diriger ce pays. La réponse semble être la sincérité dans sa promesse de gagner ensemble et gouverner ensemble.




Jamais dans l’histoire politique du Sénégal, une coalition aussi forte que BBY n’a pu tenir pendant aussi longtemps. Macky Sall, en homme de parole fédérateur mais aussi en fin politique, a su surmonter les humeurs des uns et des autres pour mettre à profit la survie de la dite coalition pour l’intérêt et la stabilité du pays. Car, malgré les soubresauts politiques, il ne fait aucun doute que la coalition BBY prouve aujourd’hui qu’elle est une addition de volontés sincèrement orientées vers un compagnonnage durable pour l’émergence de ce pays.
Le génie politique Macky ayant compris, la vulnérabilité de la presse, la précarité des journalistes, son accaparement par des hommes d’affaires qui ne sont mus que par les interêts de leurs propres business, réussit à nouveau à se passer de la méthode Wade pour museler la presse. Pas besoin pour Macky de distribuer des mallettes d’argent ou de créer des groupes de presse estampillés proche du Palais ou de la Primature. Il phagocyte certains d’entre eux par une méthode douce en les ignorant royalement. Il ne restait plus à certains que de se rabattre sur des lives ou posts à travers les réseaux sociaux. Et là aussi faut le reconnaitre les Marrons Beiges ou plus exactement les Mackystes ont rendu quasi inexistant les opposants et les activistes sur la toile.
Le président Macky Sall en bon ancien trotskyste et bon élève de Wade est loin d’être « un lion qui dort » en terme de stratégies politiques malgré ses discours taquins voire sympathiques qui peuvent le faire paraitre comme une personne qui n’a pas l’initiative politique.
C’est plutôt un lion vigilant et offensif qui ne laisse presque rien passer.
Force est de reconnaitre que Macky dépasse politiquement parlant Wade et Diouf pour avoir su maintenir intact la grande coalition BBY tout en conciliant les principaux ténors de la majorité présidentielle mais aussi en déjouant à temps tous les plans orchestrés par une certaine opposition visant à déstabiliser son régime




Mame Ousmane Diop
Responsable APR

Economiquement parlant, MACKY dépasse WADE !

A quelques mois des présidentielles moment ne pouvait être mieux choisi pour se pencher sur les performances économiques des deux derniers régimes de ce pays.

Au moment de la passation de pouvoirs le 02 avril 2012 entre les Présidents Abdoulaye WADE et Macky SALL, la situation économique du pays se présentait comme suit :

Malgré les allègements et annulations de dettes au titre des Initiatives Pays Pauvres Très Endettés (PPTE) et de l’Allègement de la Dette Multilatérale (IADM), le taux d’endettement du Sénégal était de 21,3% du PIB en 2006. Ce taux a plus que doublé six ans plus tard passant à 42,9% du PIB en 2012
Une croissance économique de 1,8% en 2011, inférieure au croît démographique ;
Le service de la dette totale rapporté aux recettes budgétaires était de 46,8% en 2012.
Un déficit public de 6,7% du PIB en 2011 mais aussi une inflation de 3,4% en 2011 ;
Un solde du Trésorier général de 20,969 milliards ;
Un solde négatif du compte courant de la balance des paiements qui avait atteint 10% du PIB ;
Une circulation fiduciaire qui est passée de 588,1 milliards de FCFA en 2010 à 584,6 milliards de FCFA en 2011, soit un repli de 3,5 milliards de FCFA ;
Un excédent de dettes de 166 Milliards de FCFA caractérisé par une Position Nette du Gouvernement (PNG)
Le Président Macky sall une fois au pouvoir a réalisé des performances économiques reconnues par l’ensemble des acteurs de la vie économique nationale comme internationale. A titre d’exemple voici quelques indicateurs macro-économique




Une reprise de l’activité économique dès 2012, avec un taux de croissance réel de 4,4%, un taux d’inflation de 1,4% et un déficit public ramené à 5,8% ;
Une croissance économique de 3,6% en 2013, établissant un déficit public en baisse à 5,5% du PIB, une inflation quasi nulle ;
Pour la première fois depuis 40 ans, le Sénégal a enregistré un taux de croissance supérieur à 6% trois années consécutives.
Le PSE a permis à l’activité économique de se revigorer avec une croissance économique de 4,3% en 2014 et un déficit budgétaire poursuivant sa tendance baissière pour se contenir à 5,1%. Il faut préciser également un accroissement de la circulation fiduciaire de 65 milliards en 2014, malgré les mesures prises par les autorités monétaires pour renforcer la bancarisation ;
Le Sénégal a enregistré en 2015 une série de records économiques et financiers, le taux de croissance a dépassé pendant trois années consécutives, la barre des 6% : 6,5% en 2015 ; 6,7% en 2016 et 6,8% en 2017.
Cette croissance s’est faite dans un contexte de maîtrise de l’inflation et de réduction constante du déficit budgétaire qui a été ramené à 4,2% en 2016 et 3,7% en 2017 ;
Le déficit du compte courant de la balance des paiements a continué à suivre sa baisse pour passer à 5,3% du PIB en 2015 et 4,4% du PIB en 2016.
Le service de la dette totale rapporté aux recettes budgétaires se situe à 33,7% en 2017 pour un déficit public de 3,7% en 2017
Le PSE initié par le Président Macky SALL a permis la mobilisation en 5 ans de 6851 milliards de FCFA, contre 3789 milliards mobilisés en 12 ans sous le magistère du Président Wade.
Confiance totale des partenaires internationaux confortée par le succès de l’Eurobond d’environ 250 milliards de FCFA émis en 2014 à un taux de 6,25%, contre 8,75% pour le précédent eurobond de 2011 sur une période de 10 ans. Le dernier Eurobond émis en 2017 a permis de lever un montant d’environ 660 milliards de FCFA, au taux de 6,25% sur une durée de 16 ans.
Ces performances économiques enregistrées sous le magistère du président Macky sall ont été possibles grâce au PSE qui a amplifié la mobilisation des ressources internes et externes. Faut préciser aussi que des marges budgétaires se sont dégagées grâce à la gouvernance sobre et vertueuse qui s’est traduite par une rationalisation des dépenses courantes et une augmentation des dépenses d’investissement.




Au vu de toutes ses performances économiques enregistrées par le régime du président Macky Sall force est de reconnaitre qu’économiquement parlant Macky dépasse Wade.

Mame Ousmane Diop

Responsable APR

Email : emodiop@gmail.com

Et si la péréquation était le challenger capable de battre Macky au premier tour ?

Dés l’arrivée du Président Macky Sall au pouvoir en 2012 , le prix du baril de pétrole a commencé à se mettre à genoux, pour finir à se mettre à plat. C’est-à-dire que le litre d’essence était vendu pour le prix de deux. Le prix de l’autre litre allait dans l’escarcelle de l’Etat. Et, ce, pendant les six ans de règne du Foutanke de Fatick.

Mais où est donc passé tout cet argent ?




Du temps de Senghor et de Diouf une Caisse était là pour mettre à l’abri la Péréquation positive sur les denrées de première nécessité : riz, sucre, énergie……..En d’autres termes, sans parler comme nos ingénieurs et autres techniciens pédants, si l’argent était gardé dans un lieu sûr les fonds seraient « redépensés » avec les émoluments adéquats pour garder les prix à leur niveau. Les acrobaties  que fait le Trésor actuellement en moins.

Une première question s’impose. Où sont passées ces sommes que j’estime à un trillion, c’est-à-dire mille milliards de nos francs CFA. Sept cent(700) milliards représentant les montants perçus en principal sur la différence du prix à la pompe. Et le prix du baril continuait à baisser jusque sous la barre de la moitié de son prix par rapport à 2012. A cela s’ajoute le taux d’intérêt annuel cumulé sur six ans. L’unité de caisse qui est la règle principale de notre Trésor est passée par là.

Il en résulte qu’aujourd’hui nous sommes devant une double locomotive poussant vers le haut le prix du baril additionné  au taux du dollar par rapport à l’euro. Nous avions un dollar vacillant entre 400 et 450 CFA contre un dollar à 600 ou 650 de nos francs. Et s’il arrive un jour que le Sénégal atteigne ce que j’appelle le double  dôme( DD) constitué par la conjonction d’un baril à 100 dollars et un dollar à mille francs ?

N’excluons pas cette éventualité aussi catastrophique qu’elle soit.

En tout cas la tendance est à la hausse et les indicateurs montrent une accélération de cette hausse.

La politique de l’Etat consiste à apporter des palliatifs dont les recettes consistent à bloquer le règlement de la dette intérieure qui s’enfle. Et le bombardement tous azimuts des impôts sur une Economie qui ne bouge pas. Produisant des faillites en cascades. Menaçant même le système bancaire censé être un régulateur pivot.

Toutes ces « acrobaties » ont atteint leur limite et l’heure de vérité s’approche.

Cela signifie qu’au mois de décembre, lors de la prochaine mi-temps avec le duo FMI Banque Mondiale,  le Sénégal sera devant un dilemme. Soit pratiquer la vérité des prix, une hausse du prix à la pompe, locomotive qui entrainerait celle généralisée des prix, c’est-à-dire une inflation galopante. Ou alors un clash avec le système de Brettons Wood. D’autant plus que le Sénégal a cessé de publier les résultats des fonds qu’il percevait de la péréquation que je qualifie de positive. Et, ce, depuis 2014.

D’où les réserves émises par les spécialistes en la matière quant au chiffre de 6%  de taux de croissance. Cet élément principal vient obérer ce chiffre pas tout à fait sacré.




Un mécontentement populaire résultant de l’effet d’un duo pénurie-inflation n’est pas ce que devrait souhaiter un candidat sortant à un suffrage qui risque de lui être fatale.

C’est cela le véritable challenger que devrait craindre notre ami de Président, monsieur Macky Sall.

Il s’agit bien de pouvoir dire,  cette fois-ci, ou ça passe ou ça casse.

 

DR AHMED KHALIFA NIASSE

 

Transhumance: Fada soutient Macky, c’est acté !

YERIMPOST.COM Les libéraux démocrates républicains (Ldr/Yessal) officialisent leur alliance avec le président Macky Sall. On y voyait clair déjà lorsque Modou Diagne Fada, tête de file de ce parti, avait été reçu en audience par le chef de l’Etat. Une annonce qui ne surprend pas vraiment les observateurs avertis qui, depuis longtemps, ont flairé le jeu du « oui mais non » de Fada. Ce dernier compte jouer sa partition pour la réélection du candidat Macky Sall dans la course présidentielle du 24 février prochain. Un de transhumant de plus !



Macky imbattable en promesses respectées !

Le président Macky sall est souvent présenté par l’opposition ou une certaine presse comme une personne qui ne respecte pas ses promesses. A quelques mois des présidentielles moment ne pouvait être mieux choisi pour se pencher sur les promesses du président Macky Sall.
– Macky avait promis 2998,745 milliards d’investissement dans les régions à travers les conseils des ministres décentralisés, il l’a fait parce que le taux d’exécution global d’investissement est de 82% chiffré à 2450,913 milliards excepté la région de Dakar. Les niveaux d’exécution par régions sont pour Saint Louis (111%), Matam (145%), Thiès (115%), Kolda (101%), Ziguinchor (86%), Louga (79%), Tambacounda (73%), Fatick (50%), Sédhiou (36%), Kaffrine (39%) Kédougou (46%).



– Macky avait promis la fin des délestages , il l’a fait en faisant passé les coupures d’électricité de plus de 900 heures en 2011 à 66 heures en 2017, avec un taux de disponibilité de l’électricité de 99% dans les maisons, soit 5,5 heures de coupure/mois, 1h/semaine, 19 minutes/jour sur toute l’étendue du territoire national.
– Macky avait promis d’acheter 3 machines de radiothérapie neuves, Il l’a fait parce que l’une est installée et fonctionnelle à l’hôpital LeDantec et les deux autres installées à Dalal Jaam sont en attente des réglages nécessaires pour leur mise en route.
– Macky avait promis un programme massif d’électrification rurale, il l’a fait en raccordant 283 villages au réseau MT/BT, en implantant 3641 poteaux électriques MT et 5743 poteaux BT, mais aussi le tirage de 234 Km de ligne BT, 393 km de ligne MT. Pour l’électrification par voie solaire, 09 centrales photovoltaïques ont été installées pour une puissance totale de 200 KVA.
– Macky avait promis 500 000 emplois durant son magistère, il l’a fait en créant en six ans 411 000 emplois nets mise à part les emplois non-salariés et emplois de l’informel. Et pour cette dernière année de mandat du président Macky sall la création de 80 000 emplois est attendu avec la DER
– Macky avait promis de verrouiller la constitution de façon à ramener le mandat présidentiel à cinq ans renouvelable une seule fois, il l’a fait
– Macky avait promis une gestion sobre et vertueuse, Il l’a fait en annulant des dépenses jugées non prioritaires d’un montant de 61,2 milliards FCFA diminuant ainsi le train de vie de l’Etat.
– Macky avait promis une agriculture compétitive diversifiée et durable, il l’a fait à travers le PRACAS avec des rendements records de l’arachide (1 411 574 tonnes), du riz (1 015 334 tonnes) du maïs (417 259 tonnes) du coton (20 000 tonnes), de la pastèque (801 417 tonnes) et du sésame (14 033 tonnes)
– Macky avait promis la Construction de logements sociaux, il l’a fait en réalisant 40.000 logements sociaux á long terme á Diamniadio pour faciliter l’accès à la propriété immobilière à toutes les populations
– Macky avait promis de ramener l’interdiction de l’importation des véhicule de cinq ans à huit ans, il l’a fait
– Macky avait promis de renforcer le pouvoir de la femme il l’a fait en modifiant le code de la nationalité, pour permettre à celle ci de donner la nationalité sénégalaise à son mari.
– Macky avait promis la représentation des Sénégalais de l’extérieur à l’assemblée nationale, il l’a fait
– Macky avait promis le Bac Arabe, il l’a fait en instituant le baccalauréat arabo-islamique, une doléance de plus de 50 ans
– Macky avait promis de baisser les prix des denrées de première nécessité, il l’a fait
– Macky avait promis d’augmenter la pension de retraite, il l’a fait en la revalorisant à 10 %
– Macky avait promis d’annuler définitivement la surtaxe des appels internationaux il l’a fait
– Macky avait promis de mettre fin aux inondations dans les banlieues, il l’a fait en investissant 39,5 Milliards pour la restructuration des quartiers inondables.
– Macky avait promis la construction du Pont de ROSSO et la reconstruction du Pont Emile Badiane il l’a fait
– Macky avait promis le désenclavement du Sénégal par la modernisation des principales routes, il l’a fait car il a réalisé un linéaire de 217 kilomètres d’autoroute, 2000 km de routes, 1000 km de pistes rurales et 12 ponts
– Macky avait promis la réhabilitation et modernisation des aéroports secondaires, il l’a fait
– Macky avait promis la rationalisation du voyage en 1er Classe pour les membres du gouvernement ainsi que des logements conventionnés, il l’a fait.
– Macky avait promis la rationalisation des Agences nationales, il l’a fait en supprimant 65 agences inutiles et budgétivores.



– Macky avait promis la déclaration du patrimoine des membres du gouvernement, des directeurs généraux et la rationalisation des salaires des dirigeants publics, il l’a fait.
– Macky SALL avait promis le désenclavement de la Casamance Il l’a fait en créant pour plus de 300 milliards de nouveaux réseaux de communication routiers dans la région.
Au vu de toutes ses promesses tenues, force est de reconnaitre que le président Macky Sall est un homme de parole contrairement à ce que veut véhiculer une certaine opposition pour essayer de le discréditer au yeux des populations.

Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Macky avait promis une politique sociale inclusive. Il l’a fait !

Le président Macky Sall bien avant d’accéder à la magistrature suprême avait promis aux sénégalaises et sénégalais une politique sociale inclusive. En six ans de gestion du pouvoir, force est de reconnaitre que cette promesse du président Macky Sall à été concrétisée. Pour argumenter cette réalité voici quelques exemples parmi tant d’autres qui prouvent à suffisance que le président Macky Sall à considérablement amélioré les conditions de vie des populations dans toutes leurs diversités.
– Un budget de 120 milliards de francs CFA alloué au plan de solidarité national pour contribuer à la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale des ménages vulnérables depuis 2015.
– Les bourses de sécurité familiale ont permis de prendre en charge des milliers de familles vulnérables. Aujourd’hui plus de 400 000 familles bénéficient d’une allocation annuelle de 100.000 FCFA et d’une couverture médicale, avec des effets positifs sur l’éducation et la prise en charge sanitaire des enfants des familles bénéficiaires.



– La délivrance de 50.000 cartes d’égalités des chances par année á des personnes souffrant le handicap.
– La couverture maladie universelle avec la gratuité des soins pour les enfants de zéro á cinq ans, les porteurs de maladies chroniques et le plan sésame pour les personnes âgées et la gratuité de la césarienne ;
– Allocation dans le budget 2013 de 10 milliards FCFA pour la mise en place de la Caisse Autonome de Protection Sociale Universelle (CAPSU) dont les premiers transferts sont effectifs depuis 2013 ;
– 29 milliards de FCFA investis par l’Etat pour l’allégement de l’impôt sur le revenu des Sénégalais pour accroître leur pouvoir d’achat.
– Diminution des prix des denrées, du loyer et de l’électricité ;
– Bonification de la retraite : Revalorisation de 10% des pensions de retraite ;
– Nouveaux programmes comme le PUDC, le PRACAS pour améliorer les conditions de vie du monde rural ;
– 40.000 logements sociaux seront réalisés á long terme á Diamniadio pour faciliter l’accès à la propriété immobilière à toutes les populations.
– Modernisation des cités religieuses par la construction d’infrastructures nécessaires à leur rayonnement : Touba, Tivaoune, Medina Baye, Yoff, Popenguine et d’autres localités du pays.
– Dotation budgétaire annuelle de 27 milliards FCFA du Fonds de Soutien au secteur de l´Energie (FSE) pour soutenir les prix de l’électricité.
– Réduction sensible du billet d’avion pour le pèlerinage aux lieux Saints de l’Islam de 1.235.000FCFA en 2011 á 990.000 FCFA en 2012, soit une baisse de prés de 20%
– Baisse puis maintien du prix du gaz sur une longue période malgré une hausse continue des cours sur le marché international.
Le président Macky sall au vu de toutes ces réalisations dans le volet social peut légitimement revendiquer mériter à plus d’un titre un deuxième mandat à la tête de ce pays pour le grand bonheur des sénégalais.




Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

«Ko Macky wadi Fuuta? Tus, tus» (Qu’a fait Macky au Fuuta ? Rien, rien)

Hier sur la 2stv,  depuis Guediawaye,on n a entendu que de Macky et du Fuuta narré par des griots.

Pour rappel, tous ces griots avaient chanté Diouf et Wade dans ce même tempo. Transhumants de première heure ,ces énergumènes portent mal et très mal le Fuuta.

Au Fuuta,à l heure où se paraphent ces lignes, le riz est introuvable. Si on le trouve, il est à un prix inaccessible dans une région supposée être un grenier. Il n y a aucune politique agricole viable dans cette région. Donner ça et là des tracteurs ne signifie pas politique agricole.




Au Fuuta,aujourd’hui encore, les paysans versent à l are leurs cotisations pour débuter une campagne agricole. En conséquence, les paysans n ayant pas les mêmes moyens débutent tardivement leurs campagnes et cela impacte les rendements.

En plus , un grand nombre de paysans n exploite que 20 ares par année car les moyens font défaut. 20 ares !!! qui peut vivre avec ?

Et très souvent, quand les récoltes sont bonnes, ils n ont pas où écouler leurs produits.

Si vous avez le toupet de parler du Fuuta, parlez au moins de cela.

Je plains ces leaders qui jettent le discrédit sur toute une région. Utiliser la culture ou la langue peul pour soutenir Macky montre bien une cupidité. « neddo ko banndum »signifie tout simplement que l homme est le remède de l homme. Le pulaar,vous ne le portez pas, sa culture  vous intéresse encore moins. Quelle est la place de l une des langues les plus parlées en Afrique( Swahili, Lingala et Pulsar) dans nos médias ou ailleurs ?




Arrêtez de tout mélanger. Ni pour les pros, ni pour les anti Macky,le PULAAR n est pas un machin.

Aujourd’hui, les Peuls vivent un génocide sans précédent au Mali, ils sont enterrés dans des charniers et pourtant, personne n en parle dans ce pays.

Chanter Macky pour vous remplir les poches et laisser mon Pulsar et mon Pulaagu « wiimi, mbiimi et mbiimaami » pur.

OUSMANE SY

Décès de Serigne Bara Maty Lèye: Macky perd un ami

YERIMPOST.COM A son retour à Dakar, le président de la République sera à Touba pour présenter ses condoléances à la famille de Serigne Bara Maty Lèye décédé le 16 juin dernier. L’annonce a été faite par le ministre d’Etat Mbaye Ndiaye qui a été dépêché ce mardi pour assister aux obsèques du défunt. Mbaye Ndiaye a rappelé a l’assistance les liens qui unissaient Serigne Bara Maty Lèye à Macky Sall. Des relations qui datent d’avant l’arrivée du chef de l’Etat à la magistrature suprême, nous renseigne le quotidien Enquête.



Idy convoque Al-Maktoum pour appeler Macky à la pacification de l’espace politique

Profitant de la célébration de la Korité le Président de Rewmi est revenu sur la situation nationale avec une particulière insistance sur la nécessité de pacifier l’espace politique pour laquelle il interpelle le chef de l’Etat Macky Sall.




Précisant d’emblée que s’il ne dialogue pas avec le Président Macky Sall c’est parce que «la parole de celui-ci n’avait plus aucune valeur et ce, depuis très longtemps au regard des nombreux engagements qu’il n’a jamais tenus au vu et au su de tous les Sénégalais»

Pour Idrissa Seck, afin de donner un sens au dialogue et à la concertation auxquels il appelle, Macky Sall devrait d’abord «se réconcilier avec le Président Abdoulaye Wade et cela ne pourrait être possible que s’il règle le cas Karim Wade pour ainsi soulager l’ancien Président qui a beaucoup fait pour le Sénégal »

Evoquant des démarches récentes entreprises par une haute personnalité très proche du Président Macky Sall, le Président du Conseil départemental de Thiès est revenu sur l’anecdote, racontée par Al-Maktoum, où Iblis demandait à être réconcilié à Dieu qui lui a rappelé que la seule condition était de faire, sur la tombe d’Adam, la prosternation qu’il avait refusée de son vivant.

Pour l’ancien premier Ministre, cette réconciliation devrait commencer par un acte de générosité et de dépassement envers Karim Wade pour que « Abdoulaye Wade reprenne enfin sa vie normale de chef d’Etat dont la CEDEAO et l’Union africaine voire le monde entier a besoin des conseils face aux problèmes du continent et du monde ».

Dans ce même élan de plaidoyer, le Président de Rewmi a appelé Macky Sall à plus de justice envers Khalifa Sall dont la seule faute est d’avoir «des ambitions pour le Sénégal », « sachant qu’il a été inculpé sur la base de nouvelles règles qu’on a voulu exclusivement lui appliquer dans une réelle volonté de mettre l’appareil judiciaire au service de calculs politiciens visant à éliminer un adversaire sérieux de la course présidentielle».

Mais Idy ira plus loin pour demander au Président Sall de travailler pour un consensus national plus large en dissolvant Benno Bokk Yaakar pour créer «Benno Bokk Sénégal» qui sera un cadre élargi conformément à l’esprit d’unité nationale qui l’avait poussé à fonder le Rewmi. Pour l’ancien Premier Ministre, Rewmi est l’expression d’un désir d’unité autour de l’essentiel: l’intérêt supérieur du Sénégal.

Faisant un clin d’œil à l’ensemble des Sénégalais qui ont grandement besoin de ce sursaut en ces temps de coupe du monde où les Lions sont engagés en Russie, Idrissa Seck dit nourrir l’espoir d’un succès éclatant si l’on parvenait à cette parfaite union des cœurs et des esprits le temps de la Coupe du monde.



Soukeyna Fall Journaliste

Analyste politique Leiden (Pays Bas)

Vidéo- Idrissa Seck: « Ce que j’avais dit à Wade et que Macky n’a pas fait. »

Lutte contre le cancer: Macky tape sur le Tabac

YERIMPOST.COM Le président Macky Sall ne fait pas dans la demi-mesure dans la lutte contre le cancer. Il a invité son Gouvernement en conseil des ministres à hâter, d’une part, le processus de modernisation des centres et équipements de dépistage du Cancer installés dans les structures sanitaires et, d’autre part, à améliorer significativement la prise en charge des malades avec l’accessibilité des traitements et médicaments. Macky Sall cogne dans le dur en a exhortant son gouvernement à mettre en application l’ensemble des dispositions de la loi anti-tabac votée en 2014.




Le chef de l’Etat dans ce combat contre le cancer vient de recevoir un appui de taille. La Corée du Sud vient de mettre 48 milliards de francs CFA à la disposition du Sénégal pour la construction et l’équipement du Centre national d’Oncologie.

Macky, le nouveau Faidherbe ! (Babacar Touré)

 » Les français ont toujours respecté les sénégalais, nos tirailleurs avaient droit à un dessert, pendant que d’autres africains n’en avaient pas . », ces propos ne sortent pas de la bouche d’un ancien administrateur de colonie mais émanent bien du président d’un pays indépendant, Macky Sall.

D’abord, il faut savoir que l’ignorance tue plus que la pauvreté, et que l’on peut avoir le Pouvoir sans aucun Savoir. M. Macky Sall, les Tirailleurs n’étaient pas seulement des sénégalais, ils étaient des colonisés, des chairs à canon qui n’avaient pas le choix. Les Tirailleurs étaient « La Force Noire » dont le colonel Mangin avait théorisé leur utilisation dans l’armée coloniale. Ils étaient déportés à des milliers de kilomètres sur des conflits dont ils n’étaient ni les auteurs ni concernés, une guerre des « Civilisés » blancs avec son corollaire meurtrière.




Ensuite ces propos sont indignes d’un homme noir qui loue les « Bienfaits de la colonisation ». Mais le Sénégal a été toujours la locomotive des oppresseurs en Afrique occidental, l’élève le plus docile, aujourd’hui encore il est la risée du continent à cause des élucubrations d’un chef d’État à la culture historique nulle. N’est ce pas Léopold Senghor, le premier président qui disait que: » La colonisation est un mal nécessaire. »

En plus, la malhonnêteté intellectuelle qui gangrène les sommités universitaires du pays est plus inquiétante. Dans la salle où ces énormités étaient dites, était aussi présent l’un des plus connus des historiens sénégalais en l’occurence le Pr Iba Der Thiam, qui par son silence volontaire approuve ces platitudes devant un public lèche-pied et idiot.

Aussi, le 1 décembre 1944 a eut lieu le massacre au Camp Thiaroye des Tirailleurs Sénégalais (maliens, ivoiriens, togolais, béninois, burkinabé…) alors qu’ils réclamaient leurs soldes après avoir combattu pour la France . Le nombre de morts, on le saura jamais peut être. Beaucoup de Tirailleurs qui ont combattu au front avec leur camarade français, mourront dans la grande indifférence, enterrés dans des fosses communes parce leur peau était noire, ils étaient des colonisés, des « sales nègres ».




En somme, le président Macky Sall et ses ouailles gagneraient à méditer les propos de Frantz Fanon sur le colonialisme :  » Le régime colonial est un régime instauré par la violence. C’est toujours par la force que le régime colonial s’est implanté. C’est contre la volonté des peuples que d’autres peuples plus avancés dans les techniques de destruction ou numériquement plus puissants se sont imposés. Violence dans le comportement quotidien, violence à l’égard du passé qui est vidé de toute substance, violence vis-vis de l’avenir. »

Macky, voyons ensemble la pyramide des âges au Sénégal

Monsieur le Président de la République, Son Excellence Macky Sall, voici une représentation en genre et en âge de la population sénégalaise. Nul doute que vous êtes le sénégalais le plus informé et le mieux outillé mais votre gouvernance court un risque. Je ne suis un géographe mais je me permets sous le visa de mes collégues enseignants, de mes amis etudiants et frères élèves de vous présentez cette pyramide des âges en le mettant en corrélation avec la crise actuelle et la date du 24 Février 2019 que le gouvernement dépend tant.

Avec une lecture rapide de la pyramide, on constatera que la population sénégalaise est jeune voire très jeune. Sans approfondir, l’évidence se montre plus d’un sénégalais sur deux (+1/2) a moins de trente-cinq ans (-35ans) d’où une main d’oeuvre en abondance. Malheureusement, l’offre est infime par rapport à la demande d’où la précarité galopante de la jeunesse.




L’analyse du groupe d’âge [15 – 19], nous donne une estimation de 0,8 million d’hommes et 0,8 million de femme que l’on retrouve généralement dans les collèges et lycées publics ou à l’abandon. Instruits, dynamiques et féroce, nous avons vu leurs capacités de se mobiliser à travers tout le pays pour réclamer leur droit d’étudier et de répondre à la brutalité des forces de l’ordre. Parmi eux, il y’a ceux que nous appelons en politique des primo-votants dont le vote est indécis et qui pourraient être influencé par les médias sociaux.

Grimpons et commentons le groupe d’âge [20 – 24] avec un cumul qui donnent prés de 1,5 millions sont des jeunes que je qualifie « Des Déterminés ». Cette période correspond à une tranche d’âge où l’homme et la femme commencent à voir des choix et s’initie à la prise de décision. Parmi eux, il y’a ceux qui observent leurs frères martyrisés et leurs soeurs violentées car réclamant leurs droits de se nourrir pour survivre dans le milieu universitaire ou carcéral.
Ensuite vient le groupe d’âge des ambitieux [25 – 29]. Période où l’homme dresse sa feuille de route à partir des convictions, commence à devenir un leader, exprime ses opinions et développe un regard critique de son environnement. Pour sa famille, son village et la communauté, il incarne l’espoir. Ils sont nombreux comme moi à la maison et dans la nation. Au lieu de les écouter, les soutenir et tirer le meilleur en eux, la politique veux user le maillon faible qui généralement est au chômage. L’éveil des consciences et riposte de ces 1,3 millions sénégalais risquent d’être fatidiques pour le magistère si des mesures d’accompagnement concrètes ne sont prises.

Enfin la dernière tranche d’âge des jeunes [30 – 34] que j’intitule « l’homme face à son destin ». Période où l’homme se met à l’évidence que le temps vaut de l’or et qu’il a en main sa dernière cartouche pour réussir dans sa vie. Généralement, c’est celui qui quitte dès l’aube son demeure pour suer toute la journée et revenir avec des maigres moyens pour assurer le repas du lendemain. Ils sont nombreux à être ce lot des marchands ambulants, des ouvriers d’ici ou de la diaspora et des diplômés à la recherche d’un emplois descends.

Les groupes d’âges restants sont ceux de nos papas, mamans et nos sages. Pendant que maman et papa carburent leurs dernières énergies pour le « tiébou dieune » du midi vous offrez le sage d’à côté qui est mon guide un lit en or car vous comptez sur l’influence de leur « Digueul » que la jeunesse est parfois soumise. Dans ce lot toujours, le villageois qui verra les pistes de désenclavement vous appréciera, l’éleveur qui verra l’eau de forage couler pour abreuver ses bétails vous estimera, le paysan qui verra l’aménagement des champs vous considérera, le citadin qui verra la maîtrise énergétique vous saluera… malgré tout Monsieur le Président ça reste. La jeunesse ne doit pas être le martyr de l’émergence du Sénégal.

La mort de Mohamed Fallou Séne m’a meurtri comme toute la jeunesse sénégalaise. En voulant se nourrir, Fallou va mourrir.
Je condamne fermement tous ceux qui ont participé de près ou de loin à cette crise qui a abouti à un mort d’homme. De l’administratif, en passant par la multinationale jusqu’aux forces de l’ordre, les coupables sont nombreux. Que les responsabilités soit départagés et que justice sois faite.
Paix à ton âme Fallou Séne, Jeune et Citoyen sénégalais, tu es allé rejoindre tes Confrères qui ont aussi souffert martyre.

Abdoulaye Daff Thiéne
Professeur de MSP
CEM Agnam Civol

Il faut réveiller Macky! Si non…

Macky Sall, « lion qui dort », s’est en plus mis des œillères .Ces dernières ne laissent entrevoir qu’une image de sept hommes, blottis dans leurs robes noires, lire ce qui est déjà écrit.
Hanté par la fin de ce scénario, la fin justifierait les moyens pour l’homme dont la seule raison d’exister est d’entendre lu, un soir de 2019, son texte de roitelet par des perroquets bien entraînés. Ainsi, Macky fâche et fait des dégâts partout où il passe. Le déséquilibre dans le traitement des agents de l’État a failli nous mener droit vers une année blanche. Dernièrement ,c’est cette prime pour une partie de l’armée qui crée encore son lot de mécontents. La grande muette pétarade.




Il faut réveiller ce loir qui traduit ses rêves du sommeil profond en décret au moment du sommeil paradoxal car son moment d’éveil est accidentel. . Ce moment qui permet la mure réflexion avant de passer à l’action lui manque fatalement. Conséquemment les décisions arbitraires ont fini d’exaspérer ce peuple qui, disait on, n’avait pas la culture de la démission. Pourtant, ce sont des agents de l’État, des cadres de tous bords, qui ont tourné le dos à ces pratiques peu orthodoxes qui assurent le Fonctionnement actuel du pays.
Réveiller cette mémoire de poule car deux conjonctions de coordinations ,« ou » et « et », avaient suffi pour transformer la Côte D’Ivoire en cimetières sous Henry Konan Bedié.
Aucune voix , aucun acte citoyen ne sera de trop .
Citoyens du Sénégal l’heure est venue de sauver ce qui reste de la république sénégalaise que des aïeuls nous ont transmise blanche comme le kaolin.
Filles et fils du Sénégal, votre nation a besoin de vous pour survivre, c’est votre devoir de génération.

Ousmane SY
Enseignant au lycée de Mboumba

Vidéo: Révélation troublante de Sheikh Alassane Sène sur Macky et….

Macky et Vulcain, le Dieu du Feu, Quitus ou Mulcifer ?

Dans la mythologie latine, Vulcain ou Vulanus est  le Dieu du feu et le patron des forgerons. Il est le symbole du feu bienfaiteur, source des industries. Il porte aussi le nom de Mitus ( le doux ) ou Quitus (le tranquille) et  est honoré chaque année au cours des vulcanias . Il est représenté en tenue d’ ouvrier, tenant les tenailles ( forceps ) d’ une main, et le marteau ( molleus ) de l’ autre,debout auprès de l ‘enclume. Il est le Dieu de l’ étain, de l ‘argent, de l ‘or. Il est celui qui crée les bijoux et les bagues. Il édifia  le palais des Dieux, fabriqua le char solaire  d ‘ Apollon, la ceinture de Vénus, la couronne d’ Ariane. Il protège sa ville des incendies, destructeurs. C ‘est un Dieu sage, travailleur, protecteur et un grand bâtisseur. D’ autant qu’ il est secondé dans sa noble mission par son épouse  Maïa, la déesse de la croissance qui symbolise  la stabilité du feu de foyer.
Cependant, Vulcain peut aussi être l’ instrument du démon. Il est en effet Mulcifer  ( celui qui manie le fer ), celui qui incarne la guerre, la foudre, les gaz enflammés qui sortent de terre, les orages. Il est le Dieu terrifiant qui ravage tout sur son passage, ne laissant que cendre, ruine et désolation.
Vulcain symbolise à merveille le pouvoir.
En effet, celui qui le détient a entre ses mains une force et une puissance incommensurables dont  il peut user, soit pour faire le bien ou au contraire faire du mal. Il peut user de sa puissance pour influer  positivement sur le destin de ses sujets en améliorant leurs conditions de vie ou au contraire mater toute velléité de contestation et de protestation en vue d’ asseoir un régime plus ou moins dictatorial et autoritaire.
C est malheureusement ce qui nous arrive depuis 2012.




Plutôt que de se donner corps et âme pour ce pour quoi il a été élu, c’ est à dire sortir les Sénégalais de  la pauvreté et de la précarité dans lesquelles ils sont embourbés depuis la nuit des temps, Macky Sall s’est mué en Mulcifer ( celui qui manie le fer ) qui décapite tout sur son passage. Il est le brasier qui ne laisse rien debout derrière lui: Opposants, société civile, justice, liberté d’ expression et aujourd’hui, notre constitution. Telle une boule de feu inextinguible, il ravage tout autour de lui.
Au lieu de faire preuve de sérénité et de hauteur en toute circonstance en vue de faire prévaloir le dialogue et le consensus, comme nous sommes tous en droit d’ en attendre de la part d’un chef d’ état, Macky,  à la moindre contrariété et tel Vulcain, s’ enflamme, s’ irrite, menace,invective, fulmine,vocifère et vitupère. Boule de nerfs qui ne souffre d’ aucune contestation, sa volonté fait loi et sa décision est parole d’ évangile. Honni soit qui mal y pense.
Dans le roman  » Sous l’ orage » un grand père qui entend son petit fils crier l ‘ appelle et lui demande calmement:
_ C ‘ est toi qui a crié Samou ? Ne crie plus, Un homme ne crie pas. Un homme qui crie pour se faire respecter sent qu’ il lui manque chose.
Vous manquerait-il quelque chose monsieur le président?
Son épouse, Marieme Faye Sall , qui en l ‘instar de Maïa aurait dû jouer son rôle de symbole de croissance et  de stabilité du feu de foyer,se révèle être une première dame sans envergure et sans consistance intellectuelle et cognitive qui se consume dans les parrainages de soirées au Grand Théâtre et les cérémonies folkloriques organisées au palais de la république même.
Certes, jusqu’à présent ses ailes présidentielles qui le portent haut vers le ciel, mettent Macky Sall à l ‘abri  du brasier, mais à l ‘image de celles d’ Icare, ce sont des ailes de cire, et comme Icare , à force de jouer avec le feu, il finira par se les brûler.
Serigne Mbacke Ndiaye
Ecrivain
serignembackendiaye897@gmail.com

« Je suis un géologue de formation, je préfère observer puis agir »: MLD analyse cette phrase de Macky

Moi MLD Tekki, je suis un ingénieur des mines de l’Ecole des Mines de Paris, j’observe, j’analyse, je discute et on agit ensemble.
Voilà toute la différence avec le régime de l’APR. Macky dirige seul, enfin il croît. Cette conception du pouvoir de Macky Sall soutenu par les autres membres du DSK (Dionne- Sall -Kane) et l’aristocratie de l’APR relève du présidentialisme absolu. C’est dangereux. Elle conduit irrémédiablement à la dictature familiale et à la malédiction des matières premières.
Il n’y a aucune raison que Macky Sall signe des contrats avec les compagnies minières, pétrolières ou gazières, tout seul sans consulter le peuple à qui appartiennent les ressources naturelles selon sa propre constitution de 2016.
Au lieu de nous proposer une révision de la constitution sur le mode d’élection du Président, ce qui viole la constitution, le peuple voudrait plutôt débattre d’une charte sur la bonne gouvernance des ressources minérales.




Dossier nouveau Le coût économique du parrainage, le nouveau pourcent bloquant
Ce problème est posé à dix mois de l’élection présidentielle par le candidat Macky Sall qui, selon certains analystes de la constitution, a de fait commencé un deuxième mandat sans l’accord du peuple, puisque l’absence des dispositions transitoires signifierait que le mandat de 2012 de Macky Sall s’est arrêté en 2017.
Dans l’exposé des motifs de sa loi inacceptable, il veut corriger une injustice faite aux indépendants par rapport aux partis politiques et s’assurer que les candidats à la présidence sont représentatifs, avec un pourcent de signatures. Dans leur propagande, BBY parle de coût financier des élections législatives de juillet 2017 avec 47 listes et de la nécessité de rationaliser les partis politiques et d’éliminer les candidatures fantoches. Quel mépris ! Etre représentatif dans la République, c’est être élu à l’Assemblée nationale ou aux assemblées locales.
Macky Sall estime que 47 listes pour des élections législatives dont le coût non audité est de 18 milliards, c’est trop. On sait bien qu’il a parrainé des dizaines de listes. Certaines listes l’ont reconnu.
Mais du point de vue économique il se trompe. Les dépenses pour les élections constituent un investissement pour renforcer le capital social, je répète le capital social, ce sont les règles que se fixe la société pour créer la confiance et les institutions chargées de les faire respecter. C’est déterminant pour l’activité économique. C’est ce que refuse de comprendre Ismaila Madior Fall et l’aristocratie de l’APR.
En Afrique, les conflits sociaux partent souvent de mauvaises élections. Au Sénégal, Il faut savoir qu’une journée économique perdue, c’est environ 5 milliards de perte pour l’Etat. Dans ces conditions, s’il faut investir 18 milliards et avoir des institutions légitimes et solides pour 5 ans, cela vaut la peine. Comparaison pour comparaison, la présidentielle de 2012 a coûté 9 milliards pour les deux tours et les législatives 6 milliards.
Après tout, c’est bien moins qu’un palais de 100 milliards. Le calcul est vite fait. Revenir à la case de départ pour notre président géologue observateur.



Parrainage: Macky se radicalise au Togo

YERIMPOST.COM En marge de la Session extraordinaire de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO, le président de la République, qui rencontrait ses militants sénégalais établis au Togo, a encore une fois défendu le parrainage. « Nous sommes prêts en tant qu’Exécutif… L’opposition veut bloquer l’élection… Mais on appliquera la loi de la démocratie! », a déclaré le président Macky Sall.



° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR