Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

mairie

Mairie de Dakar: ses deux valets battus à plate couture, le camp présidentiel dégage sa responsabilité

YERIMPOST.COM L’élection du nouveau maire de la Ville de Dakar suscite encore des réactions et frustrations. C’est un secret de polichinelle de dire que les deux adversaires de Soham Wardini courent droit vers le camp présidentiel. Une élection de Moussa Sy ou de Banda Diop aurait été le schéma le mieux approprié pour l’un et l’autre pour officialiser leur soutien au président Macky Sall. Hélas, leur putsch ayant échoué, les deux hommes politiques se terrent dans un mutisme qui en dit long sur leur état d’âme. Du côté du pouvoir, on se lave les mains de cette débâcle. Seydou Guèye, porte-parole de l’Alliance pour la République (Apr), jure sur tous les saints que le pouvoir n’était mêlé ni de près ni de loin à cette élection du nouveau maire de Dakar. Invité sur la Rfm ce dimanche, le non moins secrétaire général du gouvernement a dit: « Il n’y avait pas de candidat du pouvoir. »



Mairie de Dakar: Seydou Guèye freine les appétits de ses frères de parti

YERIMPOST.COM Le parti présidentiel, Alliance pour la République (Apr), n’a pas de candidat pour la succession de la Khalifa Sall à la tête de la mairie de Dakar. Elle n’en a pas les moyens, parce qu’étant minoritaire à la municipalité. C’est, en substance, ce que dit le porte-parole. Seydou Guèye, qui était l’invité de l’émission « Objection » sur la radio Sud fm, trouve que le remplaçant de Khalifa Sall à la tête de cette institution est une affaire des conseillers de la Ville de Dakar. « Mon point de vue est qu’il faudrait laisser les conseillers choisir un remplaçant. La révocation du maire ne remet pas en cause le mandat des élus de 2014 », a-t-il laissé entendre.



Le maire condamné, quel sort pour la mairie de Dakar ?

YERIMPOST.COM En cas de condamnation définitive de Khalifa Sall, Dakar ne sera pas placée sous délégation spéciale, selon l’avis d’un spécialiste en décentralisation. Interrogé sur la question par le quotidien l’Observateur,  Amadou Sène Niang a expliqué que les délits qui sont reprochés à Khalifa Sall ne sont pas imputables au Conseil municipal qui n’a pas été condamné. Le sieur Niang d’aller plus loin dans ses explications : « C’est la révocation qui est possible dans ce cas précis. Si le maire de Dakar est révoqué, c’est un conseiller élu par le Conseil municipal qui le remplace. La délégation spéciale est la sanction prévue en cas de faute du Conseil. Il y a une période intérimaire pendant laquelle dirige le premier adjoint au maire ou, à défaut, un conseiller pris dans l’ordre du tableau du Conseil municipal. A la fin de cette période qui va durer un (1) mois, le Conseil municipal va se réunir pour élire un maire qui aura la plénitude des fonctions du maire révoqué. »




Bamba Fall mi-figue mi-raisin au rassemblement des pro-Khalifa à la mairie de Dakar

YERIMPOST.COM Bamba Fall dans la cour de la mairie de Dakar. C’était hier, mercredi 7 mars marquant l’an 1 de la détention de l’édile de la capitale sénégalaise. Le maire de la Médina, qui a répondu présent, était l’attraction du jour. Dans son discours très attendu, Bamba Fall s’est défoulé sur le régime de Macky Sall. Il estime que si Khalifa Sall est en prison, c’est parce qu’il fait peur. «L’acharnement du régime actuel sur Khalifa Sall est pire que l’Apartheid… Mais le verdict des Sénégalais est déjà sorti et, après le 30 mars, nous n’accepterons plus son emprisonnement», a déclaré Bamba Fall tout en restant très évasif sur son potentiel ralliement à la cause de l’actuel locataire du palais. Le maire de la Médina promet d’aviser le moment venu. Mais, pour l’heure, il clame son khalifisme.

Les potentiels successeurs de Khalifa Sall à la tête de la mairie de Dakar s’il est condamné

YERIMPOST.COM En plus de courir le risque d’une inéligibilité à la présidentielle de 2019, Khalifa Ababacar Sall encourt également une révocation de son poste de maire, en cas de condamnation définitive à l’issue de son procès. La bataille pour sa succession semble être ouverte. Dans sa livraison du jour, Enquête étale les positionnements de ses adjoints dont le maire de la Médina Bamba Fall, troisième adjoint derrière celui des Parcelles-Assainies, Moussa Sy, et Soham Wardini, première adjointe de la Ville de Dakar. Chacun d’eux peut lui succéder.

Mairie de Dakar: l’autre scandale découvert par l’IGE au cours de son enquête

YERIMPOST.COM Un scandale peut cacher un autre ! Dans sa livraison du jour, Libération nous apprend que l’IGE a été intriguée par un virement disparu entre la mairie de Dakar et la SGBS qui aurait mis les fonds dans le compte d’une autre structure par erreur.

L’IGE avait communiqué au ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche un extrait du pré-rapport relatif à la convention de partenariat signé le 13 septembre 2013 entre la mairie de Dakar et le chef du département de Biologie végétale de la Faculté des Sciences et techniques. La mairie aurait versé 65 millions de FCFA sur un compte à la SGBS. Ce que le ministère a démenti dans la réponse fournie aux vérificateurs. Cette réponse du ministère de l’Enseignement supérieur est apparue surprenante aux yeux des vérificateurs dans la mesure où, parmi les pièces justificatives annexées à l’extrait du pré rapport, figure la décision du 24 février 2015 autorisant le mandatement des 65 millions de FCFA.

Immédiatement, les vérificateurs ont saisi le Récepteur-Percepteur municipal. Ce dernier leur a indiqué l’effectivité du virement qui date du 2 juillet 2015 sur le compte indiqué à SGBS. La banque aurait viré « par erreur » l’argent dans le compte d’une autre structure. Erreur ou manoeuvre délibérée ? Où est passé finalement cet argent ?

Khalifa Sall révèle la scandaleuse proposition d’Amadou Ba à propos de l’emprunt obligataire de la mairie de Dakar

YERIMPOST.COM L’affaire de l’emprunt obligataire qui opposait l’Etat du Sénégal à la mairie de Dakar, et qui portait sur la somme de 20 milliards de FCfa, a été ressuscitée au tribunal où se déroule le procès de la Caisse d’avance. Elle a été soulevée par Khalifa Ababacar Sall. Appelé à la barre, ce matin, le maire de Dakar est revenu sur les détails de cet emprunt. Selon lui, l’Etat lui avait, à trois reprises, servi un avis de non-objection. Ce qui lui donnait un quitus  au niveau de l’Umeoa pour le décaissement de ces 20 milliards.

Mais, à sa grande surprise, la veille de l’obtention de cet emprunt, la ministre de l’Economie et des Finances, Amadou Ba, l’a appelé pour une renégociation. Ce que le maire dit n’avoir pas compris. Néanmoins, Khalifa Ababacar Sall avait accepté de rencontrer le ministre, chez lui, pour renégocier sous la supervision du représentant de l’Usaid qui était le garant de la Ville de Dakar pour cet emprunt.

La réunion n’avait toutefois pas permis de décanter la situation. « J’étais outré par ce qu’on m’avait proposé », a déclaré, devant le juge, Khalifa Ababacar Sall. Et le maire de Dakar de poursuivre : « Je ne révélerai jamais la teneur de nos discussion. Parce que j’ai une certaine culture républicaine ». Ces 20 milliards, d’après le maire, devraient aider à restructurer Dakar.

À signer que Khalifa Sall avait introduit un recours pour excès de pouvoir devant de la Cour suprême. Mais, il n’avait toujours pas obtenu gain de cause.

Exclusif! L’intense lobbying de la mairie de Paris en faveur de Khalifa Sall

YERIMPOST.COM C’est connu: le maire de Dakar, Khalifa Sall, entretient d’excellents rapports avec la majorité socialiste qui dirige la mairie de Paris. La maire, Anne Hidalgo, qui ne s’encombre pas de fioritures diplomatiques pour exprimer sa désapprobation de l’incarcération de son homologue dakarois, a fait une déclaration publique dans laquelle elle qualifie de cabale politique ce qu’il est convenu d’appeler l’affaire de la caisse d’avance de la mairie de Dakar.

L’édile de la capitale française ne s’arrête pas là. Elle s’emploie, depuis l’éclatement de cette affaire, à inculquer aux officiels français, à commencer par le président Emmanuel Macron, sa position sur ce dossier. Non sans succès. Yerimpost est en mesure d’écrire que même le Quai d’Orsay voit d’un mauvais oeil ce qu’il perçoit comme une manoeuvre pour empêcher Khalifa Sall d’être candidat à la présidentielle de 2019.

En dehors d’Anne Hidalgo, ses collaborateurs s’investissent. Adjoint à la maire de Paris chargé des relations internationales et de la francophonie, l’avocat Patrick Klugman (cabinet Pk avocats) a constitué un pool d’avocats parisiens (Jean-Pierre Mignard, Mario Pierre Stasi et Christian Saint-Palais) pour défendre Khalifa Sall. Klugman (sur la photo) ne s’est pas arrêté là. Ce juif connecté, homme de réseaux, a insufflé au Conseil de Paris, en décembre 2017, l’idée de la mise sur pied d’un Observatoire international des maires en danger. Un organe destiné à protéger des personnalités qui, comme Khalifa Sall et l’ex-maire de Cotonou, Léhady Soglo, sont brimées par la justice de leur pays.

Khalifa Sall a des alliés sûrs à Paris…

www.yerimpost.com



Caisse d’avance: la mairie balance des noms

YERIMPOST.COM Une balance, Khalifa Sall ne veut pas l’être pour ceux qui ont bénéficié de la caisse d’avance. Tout au long de ce procès, le maire de Dakar a refusé de livrer des noms. La ville de Dakar, qui s’est constituée partie civile a, elle, déposé une liste sur la table du président du tribunal. C’est ainsi que le maire des Parcelles assainies, Moussa Sy, Doudou Wade, Habib Sy et huit autres personnes ont été mentionnées sur la liste.




Le juge Lamotte engueule Khalifa Sall qui lui présente ses excuses…

YERIMPOST.COM Passe d’armes, hier, au tribunal, entre le juge Malick Lamotte et le principal prévenu du procès dit de la caisse d’avance de la mairie de Dakar. Yerimpost revient sur cet incident qui restera l’un des moments forts de ce procès. Voici les minutes où la séquence est relatée…

Le juge poursuit et indique au prévenu Khalifa Sall: « Avant que le débat ne se poursuive, je veux que nous soyons clairs: vous avez dit que vous ne voulez pas citer de noms alors que, moi, j’ai reçu la liste des bénéficiaires. Je vous demande si vous voulez que ces gens-là soient pris comme des témoins »
Khalifa Sall de répondre: « J’ai dit que je ne vais pas citer de noms, mais s’il y a des personnes qui se portent volontaires et qui veulent témoigner, je m’oppose pas à cela. »

Le juge Malick Lamotte se fâche contre le maire de Dakar: « Dans votre déclaration, vous n’avez cité aucun nom des bénéficiaires et vous osez citer comme exemple le père d’un magistrat qui viendrait vous solliciter en tant que malade. Est-ce que c’est nous respecter ? »
Khalifa Sall demande pardon: « Excusez-moi, M. le président, je retire mes propos »;

Dont acte…



Procès Khalifa Sall: Yaya Bodian, gêné, assume les fausses factures

YERIMPOST.COM Trouver des justificatifs au décaissement de la caisse d’avance, cela ne date pas d’hier. Si l’on se fie aux déclarations de Yaya Bodian, cette pratique est d’avant Khalifa Sall. Conseillé par un percepteur à l’époque, l’agent comptable de la mairie avait demandé à la dame Farou Traoré de lui produire chaque mois une facture. Le second de Mbaye Touré, qui répond aux questions de la cour, est visiblement très mal à l’aise. Peu fier certainement de cette pratique qui l’a conduit devant la barre…

Procès Khalifa Sall et cie: Me Elhadji Diouf interdit d’officier par le juge

YERIMPOST.COM Me Elhadj Diouf ne sera plus avocat dans le procès dit de l’affaire de la Caisse d’avance. C’est le président du tribunal de grande instance de Dakar qui vient de le lui signifier. Selon Malick Lamotte, conformément au règlement intérieur, Me Elhadj Diouf ne peut plaider contre l’Etat du Sénégal et ce, pendant une durée de 3ans après la cessation de ses fonctions de député. Commis par la mairie de Dakar après qu’on lui a refusé de se constituer pour Khalifa Sall, Me Elhadj Diouf vient d’essuyer une seconde éviction dans ce dossier.

 

 

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR