Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

Mame Mbaye Niang

Nomination de Mame Mbaye Niang: Où est le décret ?

YERIMPOST.COM Avec ce dernier remaniement, la mésentente des proches collaborateurs du président de la République a été complètement mise à nu. Si, durant le septennat du chef de l’Etat, ils se supportaient, l’on ne peut parier pour ce quinquennat qu’ils vont continuer à faire semblant. Des éclats de rire s’échappaient des couloirs du palais de l’Avenue Léopold Sédar Senghor à l’annonce de la nomination de Mame Mbaye Niang, chef de cabinet du président de la République. « Demandez-lui de vous montrer le décret de sa nomination dûment numéroté, signé par le président de la République, contresigné par le Premier ministre daté du 9 avril 2019 », s’est esclaffé une source du journal L’As, proche du chef de l’Etat. A l’en croire, l’ancien ministre du Tourisme a lui-même diffusé cette information pour mettre la pression sur le président Macky Sall.

Mame Mbaye Niang, quant à lui, jure sur tous les Saints ne s’être confié à personne depuis 2 semaines et s’interroge sur l’identité de « sa taupe ».

Le décret de sa nomination en remplacement de Moustapha Diakhaté n’a pas été publié dans le journal officiel. Du moins, jusqu’au moment où nous nous mettons sous presse.

Dernière minute: le président de la République case Mame Mbaye Niang

YERIMPOST.COM   Ministre, chef de cabinet politique du président de la République. Mame Mbaye Niang remplace ainsi Moustapha Diakhaté qui occupait jusque-là ce poste. L’information est de nos confrères de la Rfm. Nous y reviendrons…

Exploitation du fer de la Falémé: Mame Mbaye Niang balance

YERIMPOST.COM Le ministre-conseiller à la présidence de la République, Elhadj Hamidou Kassé, avait, il y a de cela quelques jours, révélé qu’un opposant avait été démarcheur pour le compte d’une société, dans l’exploitation des mines de fer de la Falémé. Aujourd’hui, c’est au ministre du Tourisme d’enfoncer le clou, en annonçant qu’il s’agit en réalité de deux opposants, tous signataires de la lettre adressée au chef de l’Etat pour le dissuader de signer le contrat avec Tosyali.

« Ce que ces gens là ne disent pas, c’est que, parmi les signataires de cette pétition contre l’arrivée des Turcs, il y a des démarcheurs, des courtiers qui encourageaient des sociétés qui voulaient exploiter le fer… Il y a deux parmi eux qui étaient venus pour avoir cette autorisation d’exploitation. Ils n’ont pas été retenus dans les discussions qui ne sont pas encore finalisées et ils cherchent à créer cette cacophonie », balance Mame Mbaye Niang.

Mame Mbaye Niang dézingue Me Mame Adama Guèye

YERIMPOST.COM Derrière son initiative de fédérer les coeurs afin de sécuriser le processus électoral, se cache en réalité une incapacité à réunir 1000 personnes. C’est ce que pense Mame Mbaye Niang de la démarche actuelle de Me Mame Adama Guèye. « Nous avons fini de prouver nos capacités, l’adhésion des Sénégalais a aussi fini de les prouver. Ces fausses illusions de vol des élections relèvent de l’utopie ou de la méchanceté. Le fichier qu’ils critiquent aujourd’hui est le même qu’on avait lors des législatives… Notre objectif c’est que le président Macky Sall puisse continuer le travail entamé durant les 5 prochaines années, mais également que le Pse demeure le plan de référence jusqu’en 2035 », a déclaré le ministre. Avant d’ajouter: « Au Sénégal, on peut tout falsifier sauf des élections. »

Vidéo- Réponse au ministre Mame Mbaye Niang









Parrainage du Mrds à Sonko: Mame Mbaye Niang démenti par son père

YERIMPOST.COM Mame Mbaye Niang rétorquait au secrétaire général du Mouvement de la réforme pour le développement social (Mrds) que c’était archi-faux de dire que Imam Mbaye Niang, leader dudit parti, avait décidé de parrainer Ousmane Sonko. Il n’est pourtant pas membre de cette formation politique, mais estimait avoir son mot à dire puisque Imam Mbaye Niang est son père.

Dans un communiqué rendu public, le Mrds explique que ce choix du candidat Sonko n’a souffert d’aucune contestation au sein du parti. C’était le week-end dernier, le Comité directeur présidé par Imam Mbaye Niang a, dans sa majorité absolue, porté son choix sur l’ancien inspecteur des impôts. Telle est la position officielle du Mouvement de la réforme pour le développement social. A souligner également que ledit parti avait quitté la coalition Benno Bokk Yakaar au lendemain du renoncement du président Macky Sall à sa promesse de réduire son mandat de 7 à 5 ans.



Le MRDS dément Mame Mbaye Niang, persiste et signe pour Sonko…

MOUVEMENT DE LA REFORME  POUR LE DEVELOPPEMENT SOCIAL

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU MRDS

SUR LE PARRAINAGE POUR L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2019

 

 

 

 

Suite à la sortie du Secrétaire Général du MRDS sur les ondes de la RFM, le lundi 1er octobre 2018,   relayant la position officielle du parti sur le parrainage,  une certaine confusion serait provoquée par les déclarations du ministre Mame Mbaye NIANG.  Le MRDS apporte les précisions suivantes.





D’abord, il faut rappeler qu’au MRDS l’éthique demeure une préoccupation permanente; son credo, « Pour une véritable éthique en politique », est sans jambages. C’est cela qui explique notre sortie de la coalition Benno Bokk Yakaar, dès le lendemain matin du renoncement du Président Macky SALL à réduire son mandat de 7 à 5 ans.

 

Pour le MRDS les leaders dont le Sénégal et l’Afrique ont besoin, pour sortir nos populations des multiples difficultés qui les assaillent, doivent, au-delà des compétences et de l’engagement patriotique, être imbus, nécessairement, de certaines valeurs  dont l’éthique est au centre.  Ainsi, le choix porté sur le candidat déclaré Ousmane SONKO se justifie.

 

Pour rappel, le samedi 22 septembre 2018, le Comité Directeur du MRDS, en présence Président dudit Comité Imam Mbaye NIANG, du Secrétaire Général Dr Mohamed SALL et des représentants régionaux, s’est réuni afin d’examiner la question relative à l’élection présidentielle de 2019 ; aux termes des échanges, Imam Mbaye NIANG, qui a dirigé la séance, se fondant sur l’avis d’une écrasante majorité, a prononcé la décision consistant à parrainer Ousmane SONKOIl est bien de noter que cette décision n’a souffert d’aucune contestation.

 

Ceci étant, le MRDS se tourne résolument vers la mise en œuvre de cette décision partout au Sénégal et dans la diaspora avec ses militants et sympathisants. Il les appelle tous à rester mobilisés, vigilants et concentrés sur le sujet de l’heure et à ne pas céder, en aucune manière, aux tentatives de diversion.





Fait à  Dakar, le 2 octobre 2018

 

 

                                                                                             Le Bureau exécutif national du MRDS

 

 

 

 

Grand Yoff Arafat – Dakar, Immeuble N°121, route Hyacinthe THIANDOUM, en face de la BICIS, Appart: 2ème étage, 1ère porte à droite. Tels : 77 446 2854 / 76 391 16 52

Affaire Prodac: Mame Mbaye Niang se justifie à nouveau

YERIMPOST.COM Mame Mbaye Niang refuse toute comparaison de l’affaire Prodac à celle de la Caisse d’avance de la mairie Dakar. Invité à l’émission ‘’Rfm Matin’’, l’ancien ministre de la Jeunesse déclare qu’aucun rapport ne l’a épinglé, contrairement à Khalifa Sall. «Aucun rapport ne m’a épinglé (…). Il n’y a pas mon nom dans ce rapport. Je n’ai jamais été ordonnateur de dépenses dans l’affaire du Prodac», s’est-t-il défendu, tout en invitant les journalistes à donner de bonnes informations aux populations. Selon lui, Khalifa Sall, maire de Dakar, condamné à 5 ans de prison ferme, n’a jamais nié avoir détourné de l’argent. «Je ne l’ai jamais entendu dire que ce n’est pas moi qui ai pris de l’argent. Toujours il se met à dire que mes droits ne sont pas respectés. Alors que les faits sont têtus», a-t-il indiqué.



Prodac: Mame Mbaye Niang tente à nouveau de se disculper et se défausse

YERIMPOST.COM Il l’avait déjà dit, mais Mame Mbaye Niang ne se lassera jamais d’orienter les regards vers son collègue des Finances. Le contrat de 29 milliards du Programme des domaines agricoles communautaires (Prodac) a été avalisé par Amadou Bâ et les services de la Dcmp et de l’Armp, dit-il. Lui, il n’a signé que le contrat technique avec la société Green 2000. Invité de l’émission Grand jury sur la Rfm, le ministre du Tourisme, cité dans ce scandale financier, s’est dit prêt à répondre devant la justice des accusations qui pèsent contre lui.



A la suite de son passage à Grand Jury, Birahime Seck répond à Mame Mbaye Niang

YERIMPOST.COM Ci-dessous son texte tiré de sa page Facebook…

  1. Monsieur le Ministre Mame Mbaye Kan Niang, vous avez gravement fauté.
  2. Monsieur le Ministre Mame Mbaye Kan Niang, votre ordre de service illégal de quatre lignes n°0000151/MEJCC/SG/CAB/SP, signé le 24 mars 2016 a déclenché le carnage financier.
  3. Monsieur le ministre Mame Mbaye Kan Niang, vous êtes bien cosignataire de la Convention de financement avec Locafriqiue de Khadim Ba.
  4. Monsieur le ministre Mame Mbaye Kan Niang, vous êtes bien signataire aussi du contrat technique en date du 20 Aout 2015.
  5. Monsieur le Ministre Mame Mbaye Kan Niang, revoie l’article 2 du contrat que vous avez signé, il est bien mentionné que : « LOCAFRIQUE s’engage à payer, pour l’exécution des Ouvrages, le montant de Vingt-neuf milliards six cent millions cinq cent trente-six mille (29 600 536 000) francs CFA TTC. Ce montant n’est pas sujet à augmentation ».
  6. Monsieur le Ministre Mame Mbaye Kan Niang, pour un seul DAC (pas encore fini) sur 4 dac, plus de 14 milliards sont décaissés, presque la moitié de l’enveloppe prévisionnelle.
  7. Monsieur le Ministre Mame Mbaye Kan Niang, même en vous accordant l’autorisation de contracter une entente directe illégale, l’ARMP vous dit ce qui suit : « l’autorité contractante (MEJCC) n’a pas fourni les arguments prouvant que seule l’entreprise ciblée (Green 2000) est en mesure de répondre à ses besoins » voir : décision n°198-15/ARMP/CRD du 15 juillet 2015.




PRODACisation du Fonds touristique: Mame Mbaye Niang sur un autre scandale

Le projet de domiciliation du fonds touristique dans le cabinet de Mame Mbaye Niang n’agrée pas Leral Askan Wi. Il n’est pas question de remettre ce fonds au ministre du Tourisme alors qu’il est actuellement empêtré dans le scandale du Prodac dont les Sénégalais attendent toujours des éclaircissements. Comme le fonds de promotion génère des milliards, Mbaye Prodac veut tout faire par la mise en place d’un nouveau code, capturer cette manne financière. Ce que les Sénégalais n’accepteront pas et particulièrement les acteurs du secteur qui sont sur le pied de guerre. Voudrait on confier de la viande à Bouki l’hyène que l’on ne s’y prendrait pas.autrement. Trop c’est trop, dans un vrai pays de droit, Mbaye Prodac serait devant les tribunaux pour s’expliquer sur ce scandale de 29 milliards qui n’a pas encore livré tous ses secrets. Ce qui est inexplicable dans cette situation est le fait que les voleurs de poule et de bétail sont traqués et sévèrement châties par la Justice alors qu’au même moment des voleurs de milliards sont célébrés, chouchoutés et protégés. C ‘est inacceptable ! Dans quel pays sommes nous finalement ? De mémoire de Sénégalais, il n y a jamais eu un ministre aussi incompétent, ignorant et arrogant. Son seul mérite est d’être un insulteur public. Il est loin d’être un modèle pour la jeunesse de ce pays. Ace rythme, il sera incontestablement l’un des fossoyeurs de ce régime car son image ne passe plus au sein d’une bonne frange des populations indignées par l’impunité dont jouit cet individu. Finalement c’est à se demander si le chef de l’État et son Pm n’auraient pas de Mbaye Prodac. Connaît il des secrets qui, dévoilés éclabousseraient la République ? Parce que la logique voudrait qu’un ministre accusé soit demis et traduit devant les tribunaux. Non seulement il n’a pas été demis mais il a été reconduit dans ses fonctions après sa vrai fausse démission, déposée un dimanche pour amuser la galerie. D’ailleurs une pétition est en gestation avec toutes les forces vives de ce pays pour faire la lumière sur la destination des 29 milliards du Prodac ainsi que la publication des noms des bénéficiaires de cet argent destiné aux jeunes du Sénégal. Au delà de la décision de la Cedeao, le rapport qui accable Mame Mbaye Niang suffit à relâcher Khalifa Sall emprisonné pour moins que cela le




LE PRESIDENT

OMAR FAYE

Cette nouvelle décision de Mame Mbaye Niang qui n’agrée pas le monde du tourisme

YERIMPOST.COM La décision du ministre du Tourisme de loger le Fonds touristique dans son cabinet fait jaser. Cette décision n’agrée pas tous les acteurs du monde touristique. Ils sont sur pied de guerre pour empêcher sa mise en oeuvre. Seulement, ce combat contre la décision de Mame Mbaye Niang, les acteurs du Tourisme vont le partager avec le mouvement politique Léral Asakan Wi. « Il n’est pas question de remettre ce fonds au ministre du Tourisme alors qu’il est actuellement empêtré dans le scandale du Prodac dont les Sénégalais attendent toujours des éclaircissements. Comme le fonds de promotion génère des milliards, Mbaye Prodac veut tout faire par la mise en place d’un nouveau code et capturer cette manne financière », a déclaré le leader de mouvement, Omar Faye, dans un communiqué.


Vidéo- Omar Faye pousse Mame Mbaye Niang jusqu’à ses derniers retranchements








Oumar Faye de Leral Askanwi incendie Mame Mbaye Niang

YERIMPOST.COM La sortie de Mame Mbaye Niang à l’émission Faram Facce, pour tenter de se disculper, n’a pas vraiment convaincu. Une semaine après l’émission, des voix s’élèvent encore pour réclamer d’autres explications plus claires que celles servies par le ministre du Tourisme sur le plateau de Pape Ngagne Ndiaye. Oumar Faye, leader de Leral Askanwi, a pris la parole pour dénoncer ce qui, pour lui, est le signe d’une justice à deux vitesses. « Mbaye Prodac a une nouvelle fois prouvé qu’il ne sait qu’insulter. Sa sortie n’a convaincu personne ! Tout ce qu’il a dit, ce sont des balivernes. Il nous doit des explications sur les 29 milliards. Ce qui se passe dans ce dossier donne raison à ceux qui disaient que l’affaire Khalifa Sall est purement politique. »



Affaire Prodac: Ce que réservent les jeunes de Rewmi à Mame Mbaye Niang

YERIMPOST.COM Le scandale de Prodac fait sortir les jeunes de Rewmi de leurs gonds. Ils comptent pousser le ministre du Tourisme, Mame Mbaye Niang, jusqu’à ses derniers retranchements. Face à la presse, les poulains d’Idrissa Seck qualifient l’affaire Prodac de «carnage financier». Selon eux, toute la procédure de passation du marché entre le ministère de la Jeunesse et l’entreprise Green 2000 a été biaisée dans le seul souci de détourner de l’argent. C’est pourquoi Mory Guèye et ses camarades demandent au procureur de la République de s’auto-saisir. À défaut, ils se disent prêts à lancer une pétition pour que des poursuites judiciaires soient enclenchées contre Mame Mbaye Niang.

Le scandale du Prodac porte sur un marché de 29.600.536.000 TTTC FCFA attribué sans appel d’offres à la société israélienne GREEN 2000. « Sur la consistance des travaux, il a été fait mention de la mise en place de 4 cœurs de DAC de 130 ha et non de DAC complets : cette nuance incompréhensible sur le libellé des clauses contractuelles est une stratégie utilisée pour surfacturer l’offre financières du projet », ont-ils asséné.



Les déclarations mensongères qui enfoncent le ministre Mame Mbaye Niang

Lors de l’émission télévisée FARAM FACCE du 20 juin 2018, le Ministre Mame M’Baye NIANG s’est livré à un pathétique spectacle d’autojustification, sur les faits de délinquance financière qui l’accablent lourdement dans l’énorme scandale du PRODAC. Interrogé par le journaliste Pape Ngagne N’Diaye sur sa fausse-vraie et rocambolesque démission, le Ministre Mame M’baye NIANG a tenu des propos vaseux. Jugez-en par vous-même : « le dimanche, j’ai écrit ma lettre de démission puis je me suis dirigé vers la primature où j’ai trouvé les portes closes. Ensuite, je me suis dirigé au domicile du Premier Ministre pour lui faire part de ma démission ».


S’adressant aux 14 millions de sénégalais, le Ministre Mame M’Baye NIANG a affirmé publiquement qu’il ignorait que les services de la Primature étaient fermés le week end. C’est donc l’homme que Macky Sall a nommé Ministre du Tourisme qui ne sait même pas comment fonctionne une administration car, dans une République, une lettre de démission n’est jamais déposée au domicile personnel du Premier Ministre.
Les bailleurs internationaux et les partenaires du Sénégal apprécieront cette tragique farce ! La gravité des déclarations de Mame M’Baye NIANG révèle au grand jour le degré d’incompétence du Président par défaut Macky Sall, capable de nommer n’importe quel saltimbanque à la tête d’un Ministère. Un ministre qui confond contrat technique et marché public, et qui a passé plus d’une heure à raconter des mensonges auxquels lui-même ne croit pas, ne bénéficie d’aucune crédibilité. Rester au gouvernement dans ces conditions, c’est ressembler à une loque humaine. En avouant à demi-mot que le Ministre de l’économie et des Finances, Amadou Ba est tout aussi responsable que lui, Mame M’Baye Niang aggrave son cas. Sa déclaration « je suis ministre de tutelle…TECHNIQUE » a définitivement fini de l’enfoncer.



Le duo de choc, le Procureur de la République Bassirou Gueye, et le Doyen des Juges Samba Sall, spécialistes des arrestations arbitraires d’opposants politiques pour le compte de Macky Sall, ont l’occasion de prouver qu’il n’existe pas une justice à 2 vitesses au Sénégal. Au vu des indices graves et concordants, et des preuves irréfutables du pillage des fonds publics corroborées par le rapport de l’IGF, l’inculpation et l’arrestation des délinquants et Ministres Mame M’Baye NIANG et Amadou BA relèvent d’une obligation. A défaut, plus aucun citoyen sénégalais ne doit être arrêté pour quelque motif que ce soit.
Pour le FPDR France, la justice partisane sera tenue responsable de l’anarchie au Sénégal, consécutive au règne de l’arbitraire et du MAA TEY affiché par les membres du régime. Tous les magistrats complices du pouvoir en place devront rendre compte après le départ de Macky Sall.

Sidy Fall, Coordonnateur du FPDR France Fait à Paris, le 21 juin 2018
E-mail : msufrance@hotmail.com

Urgent: Jeu de cache-cache entre Mame Mbaye Niang et les khalifistes à l’entrée de la TFM

YERIMPOST.COM Mame Mbaye Niang a failli ne pas pouvoir entrer à la TFM pour honorer l’invitation de Pape Ngagne Ndiaye, animateur du talk show politique Faram Facce. Les jeunes partisans de Khalifa Sall, le maire de Dakar que Mame Mbaye Niang a beaucoup attaqué depuis son incarcération, ont pris d’assaut l’entrée principale de la télé pour empêcher le ministre du Tourisme d’y pénétrer.

Informée de cet impair, la direction de la TFM a pris des dispositions pour le faire entrer par une porte dérobée. Mame Mbaye Niang est décidément dans la tourmente depuis l’éclatement du scandale Prodac.



La Cojer des Parcelles assainies accable Mame Mbaye Niang

YERIMPOST.COM Restons avec Mame Mbaye Niang pour parler cette fois de la réplique des jeunes souteneurs du ministre des Finances au ministre du Tourisme. Au lendemain de l’éclatement de cette affaire de gros sous, Mame Mbaye Niang avait dénoncé un complot orchestré depuis le ministère qu’occupe son collègue Amadou Ba. Une accusation que les jeunes partisans du ministre de l’Economie, des Finances et du Plan ont du mal à digérer.

Selon eux, si le ministre du Tourisme est cité dans cette affaire dite Prodac, il ne peut s’en prendre qu’à lui même pour avoir demandé dans une lettre datée du 8 novembre 2016 à Amadou Ba d’envoyer une mission de l’Inspection générale des finances (Igf) au Prodac. Une autre correspondance sera également envoyée par Mame Mbaye Niang himself à Jean Pierre Senghor afin qu’il s’explique sur les manquements notés dans l’exécution du contrat avec Green 2000. Alors, si le ministre du Tourisme se retrouve au coeur de ce scandale, il ne peut en vouloir qu’à lui-même, diront ces jeunes de la Convergence jeunesses républicains (Cojer) des Parcelles assainies.



Ministère du Tourisme: Mame Mbaye Niang de retour

Mame Mbaye Niang, ministre du Tourisme un jour, ministre pour toujours, sommes-nous tentés de dire. C’est aujourd’hui que le poulain du président Macky Sall retrouvera son cabinet, si l’on se fie aux dires du quotidien l’AS. A en croire le journal, le chef de l’Etat n’avait pas accepté la lettre de démission du ministre du Tourisme cité dans un scandale financier. A la dernière réunion du Conseil des ministres, Mame Mbaye Niang avait brillé par son absence mais cela ne saurait se reproduire.



Vidéo- Sa démission a tardé… Mame Mbaye Niang humilié par Macky Sall en conseil des ministres





Contribution: Mame Mbaye Niang, un délinquant financier symbole de la mal gouvernance

Pour lister tous les scandales et crimes économiques sous le magistère de Macky, une saga de 10 tomes ne suffirait pas. Il y a eu le scandale BICTOGO qui a vu l’Etat du Sénégal dédommager pour un montant de 12 milliards de F CFA la société SNEDAI, de l’homme d’affaires ivoirien, attributaire du juteux marché de production des visas biométriques, grâce à convention de concession conclue de manière illégale et irrégulière. Ensuite, vint l’affaire Abdoulaye Daouda Diallo, avec le contrat pour la production des cartes biométriques ; un énorme scandale à 50 milliards de F CFA, qui n’a pas permis à ce jour à près de 2 millions de sénégalais de disposer de leur carte d’identité CEDEAO, faisant office de carte d’électeur. Pour couronner le tout, les sénégalais ont eu droit à la spectaculaire affaire Petrotim, où 3 hommes sont partie prenante du deal du siècle réalisé au détriment des intérêts du Sénégal : Macky Sall en donneur d’ordre, Aly N’Gouille N’Diaye en négociateur et Aliou Sall en courtier, chargé de récupérer les dividendes pour la dynastie Faye Sall.



Mame Mbaye Niang en digne hériter de ses prédécesseurs est l’auteur de la casse du siècle, dans une histoire de grand banditisme qui fait penser au film du réalisateur Sergio LEONE « le bon, la brute et le truand » : violation du code des marchés publics, décaissement de fonds avant l’exécution du contrat, détournements d’objectifs, surfacturation, vol de deniers publics, concussion, clientélisme, tout y est ou presque dans l’affaire Mame Mbaye Niang. Pour le FPDR France, le détournement d’objectifs du PRODAC, un programme censé favoriser l’emploi des jeunes en milieu rural et l’enrôlement d’environ 300 000 jeunes dans les Domaines agricoles communautaires est un acte de pillage des deniers publics d’une gravité exceptionnelle. Le FPDR France exige, que dans les plus brefs délais, l’ex Ministre Mame Mbaye Niang lourdement incriminé par un rapport circonstancié de l’Inspection Générale des Finances et passible de la Haute Cour de Justice soit jugé, sanctionné et condamné à la hauteur du carnage financier. Le FPDR France exige un audit complet la gestion de Mame Mbaye Niang, concernant le budget alloué à Youssou N’Dour lors de l’animation des vacances citoyennes et souhaite que toute la lumière soit faite sur les conditions du financement des caravanes politiques initiées par Youssou N’Dour et Mame Mbaye Niang. Champion toutes catégories de la mal gouvernance, le régime de Macky Sall se singularise par la signature de contrats nébuleux, le pillage systématique des ressources, la corruption à ciel ouvert, le népotisme et la prévarication. Le FPDR France demande que le Procureur de la République si prompt à s’autosaisir pour un oui ou pour un non, prenne pour une fois, ses responsabilités et se saisisse de l’affaire Farba NGOM, un ex griot, devenu milliardaire avec le régime de Macky Sall, et dont les actes de délinquance financière ont été révélés dans la presse, par un des membres fondateurs de l’APR Moustapha Cissé Lô. Le FPDR France dénonce avec vigueur le crime barbare commis contre l’étudiant Fallou SENE, et demande que l’auteur de ce lâche assassinat connu, et parfaitement identifié soit radié de la gendarmerie, traduit en justice et condamné à perpétuité, avec une peine de 30 ans incompressible. Le FPDR France dénonce avec vigueur une justice à 2 vitesses au Sénégal, une justice politique et partisane avec la prison arbitraire pour les opposants qui ne bénéficient d’aucune présomption d’innocence et l’impunité totale pour les proches du régime (Mame Mbaye Niang ayant pillé et volé les milliards du PRODAC). Le FPDR exige la libération sans conditions des deux Maires, Khalifa Sall et Barthélémy Diaz, ( prisonniers politiques ), et demande la jonction de toutes les forces vives de la Nation pour faire face à un régime de prédateurs, dont la chute est programmée en 2019.

Sidy Fall, Coordonnateur du FPDR France

Fait à Paris, le 12 juin 2018

E-mail : msufrance@hotmail.com

Le gouvernement nie tout interrogatoire de Mame Mbaye Niang par Macky Sall en conseil des ministres

La demande de Mame Mbaye Niang à Macky Sall

YERIMPOST.COM Blanc comme neige, Mame Mbaye Niang veut le redevenir. Pour ce faire, il a demandé au chef de l’Etat d’envoyer une mission de l’Inspection générale d’Etat (Ige) au Prodac pour un contre-audit. Ce lundi 11 juin, alors que le gouvernement était réuni au palais de la République, sous la présidence de Macky Sall, la chaise de Mame Mbaye Niang est restée vide. Malgré l’insistance du chef de l’Etat et du Premier ministre pour le faire revenir à de meilleurs sentiments et l’amener à abandonner l’idée de quitter son poste de ministre du Tourisme, l’inspecteur en aviation civile est resté droit dans ses bottes, nous dit le quotidien l’AS.



Mame Mbaye Niang « liquidé » par ses frères ?

YERIMPOST.COM 24h après la démission du ministre Mame Mbaye Niang du gouvernement, les commentaires vont bon train et chacun y va de ses arguments. Dans l’entourage du ministre, l’on évoque même un complot politique. Certains, qui se sont confiés au quotidien Enquête, se demandent comment le rapport de l’Inspection générale des finances, qui est en cours de finalisation, a pu se retrouver dans la presse si ce n’est dans le but de nuire à Mame Mbaye Niang. Une tentative de liquidation politique orchestrée au sein même de l’Alliance pour la République, allèguent-ils ! Un crime fratricide, se convainquent d’autres !



Mame Mbaye Niang reçu au palais après minuit

YERIMPOST.COM Après l’annonce de sa démission, le désormais ex-ministre du Tourisme a eu un tête-à-tête avec le chef de l’Etat. C’est le quotidien l’AS qui, dans sa livraison du jour, fait cette révélation. D’après le journal, à peine revenu du Canada où il prenait part au sommet du G7, le chef de l’Etat a convoqué son poulain au palais. L’entretien s’est tenu loin des yeux et oreilles indiscrets peu après minuit. Cependant, aucune information n’a filtré de la rencontre.



(Urgent): Mame Mbaye Niang démissionne du gouvernement

YERIMPOST.COM Jusqu’ici ministre du Tourisme, Mame Mbaye Niang a adressé sa lettre de démission au Premier ministre, Mahammed Boun Abdallah Dionne. L’ancien ministre de la Jeunesse évoque des convenances personnelles pour justifier sa décision de quitter le gouvernement.




Nous y reviendrons….

Ce qu’un touriste français m’a dit de Mame Mbaye Niang

J’aurais pu titrer mon article par une simple provocation : Khadim Mbaye fait la leçon à Mame Mbaye Niang. Pourquoi ne l’ai-je pas fait ? Par ce que ce serait une attaque personnelle, inutile, un tapotage qui diluerait certainement le sens de ma pensée.  Pour dire vrai,  je n’ai rien contre la personne de notre ministre du tourisme.  D’ailleurs, d’après ce qu’on  m’a dit de lui,  il se trouve être un ami de la première de la dame, Marieme Faye Sall, et un sympathique bras droit du président de la République.  Qu’est ce qu’il en à faire du bavardage d’un journaliste débutant? Seulement, je tenais quand même à lui faire parvenir une requête formulée par un touriste français que j’ai rencontré en ce début du mois de mai à El Jadida, plus précisément au Pullman mazagan royal golf & spa.




J’aimerais visiter le Sénégal mais…

Un véritable paradis niché au fond de la superbe baie de la ville côtière du Maroc, situé à 96 km de Casablanca. Ne me demandez surtout pas qu’est ce que je faisais dans cet endroit si paradisiaque, moi fils de paysan. Tout ce que je sais c’est que j’y étais, à trois reprises d’ailleurs pour ceux qui oseraient en douter. Alors, qu’est ce que ce visiteur français m’a dit sur Mame Mbaye Niang?  En réalité,  il n’a rien dit sur le militant de l’APR. Il s’est adressé plutôt à notre ministère du tourisme. Qu’est qu’il a dit à ce propos ? Rien de grave, il a juste fait  une simple requête. Laquelle ? Il m’a dit ceci alors qu’on était dans une pleine discussion sur le tourisme en Afrique de manière générale, « j’aimerais bien visiter le Sénégal ». « J’aimerais ? », (j’aime les relances, c’est un reflexe chez moi). Il me répond « oui, j’aimerais visiter votre pays, ce qui veux dire que je l’ai pas encore fait.  Et pourquoi donc (relance légitime non) ?

« …vous avez un très mauvais ministre du tourisme »

Je dois vous avouer que j’ai failli passer à côté de sa réponse, complètement pris dans le piège. En patriote blessé, je me lance dans d’un interminable discours pour laver immédiatement l’affront que cet idiot de touriste vient de me faire subir, en ayant osé comparer le Sénégal avec les autres pays du continent en guerre, ravagés par la famine et le choléra…Et là, il m’assène un coup sec pour me calmer: « inutile de me dire tout cela  car je sais que  le Sénégal est un pays sûr, une nation démocratique, un exemple unique en Afrique. Mais moi ce n’est pas ce à quoi je m’attends quand je décide de partir en vacances. Pensez-vous que le Sénégal est plus sûr que la France ? » Sommé de répondre,  je tente de formuler une réponse: non mais… « Il n’y a pas de non mais…(il me coupe encore la parole) le problème chez vous,  c’est que vous avez du feu et des œufs mais vous ne savez pas faire des omelettes ». Ah oui ? Il poursuit tout confiant et tout sourire,  « Moi quand je pars en vacances, je suis toujours accompagné par ma famille, et une fois, on voulait partir au Sénégal mais on s’est rendu compte qu’il n’y avait pas de terrain de golf chez vous alors que ma petite fille, elle, aime les parcours et les vues superbes, choses qui n’existent pas au Sénégal. Vous en êtes sûr ? Oui à 100% ! Je pense que vous vous êtes trompés de pays, car nous avons quatre golfs, je crois, dont le golf de Saly,  un parcours très « Out of Africa » et son jardin d’Eden de 18 trous, ai-je tenté de me défendre.  Et là, il me sort une autre salve, «  dans ce cas, vous avez un très mauvais ministre du tourisme ». Pourquoi il ne fait pas la promotion de tout cela ? De plus, ajoute–t-il, il n’y pas que ça. Dis-moi tout alors ? Il me raconte une histoire que quelqu’un d’autre lui a  racontée. Un ami m’a dit que pour aller en Casamance, précisément à Kédougou, raconte-t-il, les touristes sont obligés de s’encastrer dans des cercueils volants, de vieux aéronefs !

Dakar-Kédougou à bord d’un cercueil volant

A ce stade de la discussion, j’ai pris la décision de mettre mon patriotisme en Berne. Non pas pour dénigrer mon pays face à ce blanc qui se moque carrément de notre ministre, mais pour avouer enfin une vérité que j’avais du mal, jusqu’ici, à masquer. Effectivement, l’histoire est vraie. Je me rappelle de mon premier voyage de presse au sud du pays à bord d’un avion affrété par un riche proche du président de la République.  Il y  avait en réalité deux petits avions. Un pour le big boss et un autre pour les journalistes qui devaient l’accompagner. Alors qu’est ce qui s’est passé ? C’est que les deux avions ont pratiquement les mêmes références mais ils ont fait le même parcours  en deux temps. L’un a fait seulement 45 mn pour manger le trajet Dakar-Kédougou  alors que pour la même distance, il a fallu, à notre vieil appareil, plus d’une heure et demi dans les airs avant d’atterrir.  Ce voyage a été la plus longue aventure de ma vie. D’ailleurs à un certain moment du vol, je n’avais plus peur par ce que je savais pertinemment que j’aillais mourir ce jour là. Et malgré tout, je ne voulais pas révéler « ce crash » à personne de peur de passer pour un traitre, un saboteur. Mais là, ce n’est plus le cas. Il faut que le ministre du tourisme nous rassure, sur ce cas précis, et tant d’autres maux du secteur (qu’on ne saurait lister ici),  à condition qu’on lui raconte cette même histoire.

Khadim Mbaye




Pape Gorgui Ndong donne une leçon de tenue à Mame Mbaye Niang

YERIMPOST.COM Le ministre de la Jeunesse, de la Construction citoyenne et de la Promotion du volontariat ne croit pas à un 23 juin bis avec le projet de loi instituant le parrainage. Pape Gorgui Ndong faisait face à la presse hier. Interrogé sur la réponse à apporter face à la menace de l’opposition qui veut empêcher le vote de cette loi en investissant l’Assemblée le 19 avril, le ministre prend à contre-pied son homologue du Tourisme. « Ma posture de ministre m’empêche de faire des déclarations incendiaires. Je suis et je demeure républicain. Chaque citoyen a le droit de montrer sa désapprobation. Mais qu’il le fasse dans les règle de l’art», a-t-il déclaré, donnant une leçon de tenue à Mame Mbaye Niang.



Contribution: Y a-t-il quelqu’un pour sauver Mame Mbaye Niang ?

Il a encore grillé un gros fusible. Il faut juste espérer que cela sera sans conséquence et surtout souhaiter que ce soit  le dernier. Car à  ce rythme, c’est le compteur de la démocratie sénégalaise que Mame Mbaye Niang menace de faire sauter avec un risque d’extinction de toutes les  lumières de la République. Quel Sénégalais n’a pas eu envie d’éteindre son poste ? Quel téléspectateur n’a pas été sonné ? Quel démocrate n’a pas reçu une décharge d’affliction en l’écoutant  lors de sa dernière conférence de presse, annoner avec son phrasé digne d’une cour de récréation de case des tout-petits, son nauséeux catéchisme mackyste,  avec une sémantique en parfaite synchronie avec sa vacuité intellectuelle. Beaucoup de tympans ont dû abondamment saigné à force d’entendre tonner  les déflagrations grammaticales  et syntaxiques ministérielles. Juste tragique et tout simplement pitoyable.

 

Macky Sall et Mame Mbaye Niang, même syndrome 

 

Le fossé entre ses capacités intrinsèques et ses charges ministérielles est si abyssal qu’il a beau se draper de son plus joli costume républicain, se mettre devant le plus présidentiel des pupitres, tenter de se forger une «ministérialité» même en toc, rien y fait, ça coince à tous les coups. Mame Mbaye Niang et la République, c’est comme Gouye Gui et la grammaire, ça ne peut pas aller ensemble. Le ministre souffre du même syndrome que le président. Ils sont sincèrement persuadés d’être les meilleurs d’entre eux et il ne font pas semblant.  Le problème est qu’ils ne sont que deux à être au courant. Ce sont eux, toujours le même binôme.  Et cela crée forcément des liens..

 

Sinon, comment Macky Sall peut-il, alors que le pays est au bord du précipice, laisser Mame Mbaye Niang, se dresser face caméra, pour nous abreuver de ses versets erratiques du genre «…force restera à la loi, nous ferons face, la loi passera de gré ou de force…» ou nous enivrer de diatribes aussi dangereuses  qu’«effarantes» selon le mot d’Alioune Tine. Momar Diongue,  autre observateur tout aussi avisé, n’a pas hésité  à le comparer à Charles Blé Goudé, ce proche de l’ancien président Laurent Gbagbo, qui, avec les mêmes mots, a enflammé la Côte d’Ivoire et sapé durablement sa démocratie. Et dire que le clone sénégalais du pyromane ivoirien siège au conseil des ministres, penser que c’est nous qui payons le plus gros incubateur de bêtises de la République , il y a de quoi désespérer un peu plus de la gouvernance Sall.

 

De n’importe quoi à n’importe qui

 

On se demande encore qu’est ce qui a bien pu pousser le président à  infliger encore une fois aux Sénégalais, un tel outrage, en envoyant Mame Mbaye Niang, défendre en conférence de presse,  une réforme aussi complexe que la loi sur le parrainage lorsqu’on sait que la seule légitimité  intellectuelle du ministre du Tourisme est sa proximité affective avec la Première dame. Il a beau avoir le sens du sacrifice, une conception aiguë du devoir et de la reconnaissance, mais le fait constant est qu’il  n’est ni outillé, encore moins apte à ce genre d’exercice. En défiant le peuple du Sénégal avec une arrogance aussi mal millimétrée que la durée de son face à face avec les journalistes, Mame Mbaye Niang n’aura fait qu’enfoncer les derniers clous dans le cercueil du projet de loi sur le parrainage.

 

Sa capacité à dire n’importe quoi a certes fait qu’il n’est plus n’importe qui. Tout ministre de plein exercice qu’il est, si Macky Sall n’a que «mame mbaye» en stock  pour lui servir de bouclier, le couple présidentiel peut sérieusement commencer à préparer ses cartons et penser à ne pas oublier d’éteindre les lumières du Palais en partant.

 

Il est encore temps d’appuyer sur le bouton d’arrêt d’urgence 

 

Plus sérieusement, il y a vraiment lieu de s’interroger sur le choix de Mame Mbaye Niang pour s’adresser aux Sénégalais « en ces heures si graves » pour reprendre la formule de Thierno Alassane Sall. Est-ce tout simplement une grossière erreur de casting ou une pénurie réelle de  samouraïs marrons beige, prêts à se faire hara kiri pour le triomphe du chef ? Plus grave encore, le ministre, représente t-il tout simplement ce que le Président ou la Première dame ne peuvent pas faire faire ou faire dire à quelqu’un d’autre?

 

Une chose est sûre, il est plus que temps pour Macky Sall,, à quelques jours de l’examen du plus que controversé projet de modification constitutionnelle, de redescendre sur terre, c’est-à-dire revenir au Sénégal où son peuple est à cran et prêt à en découdre avec lui. Il doit stopper sa vertigineuse et dangereuse course à l’armement constitutionnel, judiciaire et électoral pour assouvir son désir irrépressible de réélection. L’obsession présidentielle  du second mandat risque de condamner le Sénégal à un naufrage certain car le chef de l’État  est en train de méthodiquement dynamiter  toutes les digues : constitutionnelles ( loi sur le parrainage),  judiciaires (affaires Karim Wade, Khalifa Sall et Barthélémy Dias) confrériques (fractures chez presque toutes les «tarikhas»), religieuses (les graves événements survenus entre militants APR lors d’une cérémonie religieuse dans le Fouta), politiques(implosion du PS, de l’AFP, de la LD…), sociales (des grèves dans tous les secteurs),  et économiques ( guéguerre entre secteur privé national et étranger). C’est tout le Sénégal qui est sous tension. C’est tout le pays qui est aujourd’hui fracturé. L’ horizon politique n’a jamais été aussi anxiogène. Le virus de la haine et de la division est entrain de se propager dans les cœurs et les esprits. Chacun s’arc-boute derrière ses certitudes. Entre le président et une large majorité de son peuple, les rapports ont quitté le registre de la simple défiance pour inexorablement migrer vers un autre  pôle : l’exécration. C’est l’une des très rares réussites de Macky Sall, d’avoir dressé presque tout un pays contre lui.  La rançon de six années d’incompétence et de trahison de la parole donnée.

 

Le risque est réel de voir notre démocratie sombrer à cause d’un homme, Ismaila Madior Fall, constitutionnaliste, ministre de la Justice, militant de la 25ème  heure du parti présidentiel et arme de modification massive du président. Il est l’hémisphère droit du Palais sur tout ce qui touche les questions institutionnelles. Intronisé tout au sommet de l’État, il a l’oreille du président. Mais le moment est venu pour  Macky Sall d’arrêter de suivre son « cascadeur constitutionnel » et écouter le Peuple du Sénégal s’il veut se sortir de ce dangereux tourment  politique dans lequel la nation sénégalaise est engluée. Lui seul détient  le pouvoir constitutionnel d’appuyer sur le bouton d’arrêt d’urgence. Alors appuiera, appuiera pas,  ou laissera t-il les Sénégalais le faire à sa place ? En général lorsqu’un train déraille, il s’arrête. Et vous Monsieur le Président ?

 

Malick SY 

Journaliste

 

Mame Mbaye Niang menace l’opposition !

YERIMPOST.COM Le risque d’un 23 juin bis est bien réel. L’opposition compte bloquer le projet de révision de la Constitution qui englobe le parrainage. Mais le pouvoir compte faire face. Et c’est le ministre du Tourisme qui annonce la couleur. « Nous avons les moyens et nous ferons face », a-t-il déclaré.




Mame Mbaye Niang reconnait les manquements du régime

« Tout ne marche pas au Sénégal ». C’est le mea-culpa du ministre du Tourisme, Mame Mbaye Niang, qui était au Théâtre Sorano, pour présider le lancement officiel du Collectif des jeunes leaders pour le développement (CJLD). «Je ne peux que dire la vérité et la vérité c’est qu’il y a des Sénégalais qui encore des problèmes d’eau, de santé et d’électricité, on ne peut pas le nier », a-t-il souligné. Seulement, ajoute le ministre, « la majeure partie de ceux qui critiquent les actions du gouvernent ont dirigé le pays et ils n’ont pas fait autant que nous ».




Audio: Sortie de Youssou Ndour: Réaction de Mame Mbaye Niang

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR