Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

mame ousmane diop

Messieurs de l’opposition, votre manipulation ne passera pas !!!

L’actualité politique du Sénégal a pris, ces temps ci, un tournant qui, si l’on n’y prend garde, peut prendre une proportion au précédent dangereux. La situation actuelle nous impose donc une réflexion sans complaisance, saine et sage de la part de tous les acteurs de la Nation sénégalaise. Une analyse impartiale de la situation qui prévaut dans ce pays permet de comprendre que plusieurs acteurs de la vie politique au lieu d’agir par conviction et sincérité, manoeuvrent en fonction de leurs propres intérêts, soit par souci de préserver leurs positions, soit pour remplacer ceux qui sont actuellement dépositaires de la légitimité populaire . Certains ont tendance à vouloir instrumentaliser les différents segments de ce pays parce que les préoccupations les plus minimes des populations ne les intéressent point.
Il serait bien de souligner qu’aucun homme politique, aucune organisation, aucune personnalité, ne vaut une instabilité nationale. Les pays dont les populations sont tombées dans ce piège l’ont appris à leurs dépens.
En démocratie on compte les voix même si chacun peut élever trop la voix. L’opposition continuera à élever la voix au-delà de son poids réel. C’est son rôle
Quelle que soit l’excitation des opposants chercheurs de buzz, la nouvelle majorité présidentielle doit imprimer la marque et rester sur le fil conducteur du débat concret, cet axe qui déconcerte les opposants frontaux.
Chefs religieux, étudiants, société civile, mouvements associatifs, presse et autres syndicats, vous êtes donc avertis. Vous ne devriez en fait pas tomber dans le piège de politiciens pleurnichards dont leur seule motivation est de revenir aux affaires pour mettre ce pays à genou. Alors qu’au temps de leur splendeur, ils ne s’occupaient que de leur clientèle politique, de leurs parents et amis, laissant les populations en rade.
Pourquoi devrait-on alors accepter d’être manipulés par nos propres bourreaux ?
Le Président Macky Sall sera réélu au premier tour au soir des élections présidentielles de 2019 parce qu’il sera sur la piste avec un bilan visible et palpable et des perspectives claires que la majorité des Sénégalais voient et apprécient. Mais aussi parce que nous avons un peuple intelligent mûr qui sait reconnaitre les efforts énormes que le président Macky Sall est entrain de consentir pour ce Sénégal en chantier.







Dés lors nous devons tous être lucides pour savoir raison gardée

 
Mame Ousmane Diop
Responsable APR

Quand la réélection de Macky sécurise pour de bon le Sénégal !!!

Notre cher pays le Sénégal gagnerait plus si nous plaçons au coeur de nos préoccupations les défis qui nous interpellent à savoir l’emploi des jeunes, les contraintes de l’économie mondiales, la lutte contre la pauvreté, la protection sociale. Il est plus essentiel de se concentrer sur ces questions de développement que de s’attarder sur des sujets qui ne feront que nous retarder.
Depuis son accession à la magistrature suprême le président Macky Sall ne cesse de travailler à améliorer les conditions de vie des populations sénégalaises dans ses différents segments à travers ses ambitieux programmes articulés autour du Plan Senegal Emergent (PSE). Parmi ceux ci on peut citer entre autres le PUDC, CMU, PUMA, PRACAS, PRODAC ou les bourses de sécurité familiale qui sont des réponses pertinentes contre la pauvreté et les inégalités sociales
En 2013, le taux de croissance du PIB était de 3.5%, 4.3% en 2014 ; 6.5% en 2015 ; 6.6% en 2016; 6.8% en 2017 et 7,2% en 2018, une première dans l’histoire économique du Sénégal, qui n’a jamais affiché un taux de 6% sur quatre années consécutives. Le président Macky Sall a très tôt pris conscience que seul le temps de l’action peut assurer un avenir radieux à la génération future. Il est l’initiateur de cette nouvelle stratégie de croissance qu’est le Plan Sénégal émergent 2035. Les 1.225,2 milliards de FCFA injectés en 2017 dans les dépenses d’investissement pour accélérer la transformation structurelle de l’économie auront bientôt un impact positif sur les conditions de vie des populations surtout rurales. A cela s’ajoutent les investissements sur la santé, l’éducation, l’environnement, l’agriculture, la recherche, la formation professionnelle et la protection sociale.
Le Sénégal est sécurisé pour de bon donc promu a un bel avenir si le président Macky Sall est réélu en 2019. Il faut une mobilisation générale pour accompagner les orientations du président de la République et de patienter pour voir venir les résultats. C’est pourquoi c’est un impératif voire une nécessité pour toutes les forces vives de la nation mais plus particulièrement celles de la majorité présidentielle de se focaliser sur comment renforcer la deuxième alternance incarnée par le président Macky Sall. Et cela passe inévitablement par l’éveil des consciences sur la pertinence de continuer à accompagner le président Macky Sall avec son PSE qui a finit de faire tâche d’huile puisque prenant en compte l’ensemble des préoccupations et aspirations des populations sans exclusive
Mais comme toujours une certaine opposition nihiliste doutera de la maturité du peuple Sénégalais qui à chaque consultation électorale atteste par les urnes que le Président Macky Sall est l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. Dés lors il est primordial de réélire le président Macky sall en 2019 pour sécuriser le Sénégal et assurer un bel avenir aux générations futures








Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Quand Macky crée une nouvelle ville futuriste à Diamnadio !!!

La capitale Dakaroise étouffe du fait qu’elle occupe à elle seule 0,3% du territoire national, concentre 25% de la population du pays. Un Sénégalais sur quatre vit à Dakar, soit une population de 2.500.000 âmes. Le président Macky sall savait que seule la création d’une nouvelle ville pourrait décongestionner Dakar, la capitale administrative et économique du Sénégal. C’est pourquoi le président Macky sall a choisi d’abriter cette nouvelle ville à Diamnadio qui est établie à 30 km au sud-ouest de la capitale, à 15 km au nord de l’aéroport international Blaise-Diagne et au carrefour des grands axes routiers menant vers l’intérieur du pays (RN1 et RN2).
La commune de Diamnadio a été complètement transformée par diverses infrastructures de dernières générations qui sont sorties de terre confortant ainsi sa renommée de nouvelle ville futuriste du Sénégal. Parmi celles ci on peut citer en exemple :
– Le Centre international de Conférences Abdou Diouf, un fleuron de classe mondial, avec une surface fermée de 14 700 m2, une salle principale d’une capacité d’accueil de 1500 personnes, de 6 salles VIP de 100 m2 chacune, 8 boites de traduction simultanée, un centre d’exposition, un équipement de dernière technologie audio/ vidéo/média, un restaurant VIP de 210 places, un restaurant public de 260 places, un centre média de 120 places, un parking de 200 places, etc ;
– 40 000 maisons et appartements économique pour accueillir 300 000 habitants et répondre à l’un des objectifs prioritaires du PSE : pallier au plus vite l’énorme déficit en logements de Dakar
– Une première sphère ministérielle qui est composée de 04 immeubles R+8, comprenant une infrastructure administrative de 42 000 m², de 44 salles de réunion équipées en audiovisuel, 4 salles de formation, 4 salles d’archive, un auditorium de 200 places. Ces sphères délocaliseront 20 ministères hors de Dakar avec 120 000 m2 de bureaux et de ce fait permettre à l’Etat d’alléger sa facture locative de 8 milliards de FCFA par an.
– Les deux plateformes industrielles intégrées qui feront de Diamniadio une ville industrielle avec une dizaine de bâtiments d’affaires, un parc numérique de 26 ha. La première plateforme, déjà terminée, est dotée d’un hangar de 7000 m2 et pourra recevoir 60 entreprises sur une superficie de 52 ha.
L’Arène Nationale est une infrastructure sportive construite sur une superficie de sept hectares. Elle a coûté 32 milliards de francs CFA. Cette édifice est la deuxième infrastructure du Sénégal, par sa taille, après le stade Léopold-Sédar-Senghor de Dakar. L’arène nationale sera une plateforme multifonctionnelle et polyvalente répondant aux normes en vigueur en matière de construction sportive.
– Un complexe sportif multifonctionnel Dakar Arena de 15 000 places avec des aires de basket-ball, volleyball, handball, boxe et patinage.
Le président Macky sall veut faire de Diamniadio une ville intelligente qui a pour vocation de devenir une smart city innovante et attrayante capable d’anticiper des besoins à moyen et long terme dans un esprit de développement durable.
Cette nouvelle ville de Diamnadio pensée et réalisée par le président Macky SallL montre à suffisance qu’il est le meilleur choix à la présidentielle de février 2019. C’est pourquoi nous devons tous nous mobiliser pour le réélire au premier tour afin de lui permettre de parachever son ambitieux projet de faire du Sénégal un pays émergent avec son PSE à l’horizon 2035 au grand bénéfice des populations.

Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Quand les réalisations de Macky indisposent l’opposition au point qu’elle les remette toutes en cause !!!

Depuis le 02 Avril 2012 le président Macky Sall ne cesse de travailler à améliorer les conditions de vie des populations sénégalaises dans ses différents segments à travers ses ambitieux programmes articulés autour du Plan Senegal Emergent (PSE). Parmi ceux ci on peut citer entre autres le PUDC, CMU, PUMA, PRACAS, PRODAC ou les bourses de sécurité familiale qui sont des réponses pertinentes contre la pauvreté et les inégalités sociales.
Mais malgré ces ambitieux projets du président Macky Sall qui prennent en compte le vécu quotidien des sénégalais il y’aura toujours une opposition sceptique pour demander qu’il soit remplacé par des prétentieux présidentiables qui n’ont que seul viatique le verbiage, et la calomnie. Les plus grandes réussites de ce régime à savoir le taux de croissance, les infrastructures et la maîtrise de l’électricité ne pourront convaincre cette opposition nihiliste.
Il serait aussi peine perdue d’illustrer par des chiffres les milliards de francs investis par le régime du Président Macky Sall pour réaliser des milliers de kilomètres de routes, d’autoroutes de pistes de productions et de pont. Même l’ambitieux projet du Train Express Régional (TER) ou du pole urbain de Diamnadio ne réussiront point à convaincre cette opposition en perte de repère qui affirmera sans aucune preuve que nous allons vendre notre économie aux étrangers oubliant les milliards perdus chaque année par notre économie à cause des problèmes liés à la mobilité urbaine. 
Le président macky Sall avez promis une gestion sobre et vertueuse, il l’a fait en annulant des dépenses jugées non prioritaires d’un montant de 61,2 milliards FCFA diminuant ainsi le train de vie de l’Etat. Le président Macky Sall avait promis 500 000 emplois durant son magistère, il l’a fait en créant en six ans 411 000 emplois nets mis à part les emplois non-salariés et emplois de l’informel. Et pour cette dernière année de mandat du président Macky sall la création de 80 000 emplois est attendu avec la DER. Enfin le président Macky Sall a verrouillé la Constitution de façon à ramener le mandat présidentiel à cinq ans renouvelable une seule fois.
Et comme à son habitude l’opposition désorientée affirmera avec fermeté que le président Macky Sall n’est pas un homme qui respecte ses promesses alors que tout montre le contraire.
C’est à se demander qu’est ce que veut cette infirme minorité si ce n’est qu’assouvir ses ambitions politiques au détriment des préoccupations des populations.
Mais comme toujours l’opposition boiteuse doutera de la maturité du peuple Sénégalais qui à chaque consultation électorale a attesté par les urnes que le président Macky Sall est l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. Et qu’il est primordial de le renforcer pour lui permettre d’avoir un deuxième mandat au premier tour de la présidentielle de 2019.

Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Le PUDC, entre exigence et opportunités de développement inclusif et solidaire des populations !!!

Le PUDC, entre exigence et opportunités de développement inclusif et solidaire des populations !!!
Le Programme d’urgence de développement Communautaire (PUDC), initié par le président Macky Sall a pour vocation la lutte contre les inégalités et les injustices sociales. Ce programme ambitieux du président Macky Sall a pu trois ans après son lancement afficher les résultats suivants :
– Volet Hydraulique
Pour le volet de l’hydraulique, 229 forages sont fonctionnels (pour un objectif de 238 forages), 153 châteaux d’eau ont été réalisés (pour un objectif de 159 châteaux d’eau) et 1734 km de linéaires de réseaux conçu. Faut aussi préciser que 211 système d’alimentation en eau potable sont mis en service, permettant d’alimenter plus de 318 257 personnes réparties dans 978 villages bénéficiaires sans compter les 224 abreuvoirs et 1298 bornes fontaines
– Volet désenclavement
Concernant le désenclavement le PUDC à enregistré 692 km de pistes sur un objectif de 800km avec l’ouverture à la circulation d’un linéaire de 550 km, facilitant l’accessibilité et la mobilité urbaine de plus de 550 000 personnes dans 735 villages définitivement désenclavés.
– Volet Electrification rurale
Pour l’électrification par raccordement au réseau Moyenne Tension/Basse Tension, 283 villages ont été implantés de 3641 poteaux électriques MT et 5743 poteaux BT, le tirage de 234 Km de ligne BT et de 393 km de ligne MT. Pour l’électrification par voie solaire, 77 centrales photovoltaïques sont en cours d’installation dont 40 finalisés et l’éclairage public allumé dans 29 sites sans compter les 08 villages par installation de 460 kits individuels et 78 lampadaires solaires.
– Volet Equipements de transformation Post récoltes
Pour les équipements de transformation, 5079 Equipements Post Récoltes et 1000 Machines de transformation ont été distribué. La mise en œuvre du volet va bénéficier directement à 2 187 967 personnes originaires de 2 525 villages. Pour la gestion et la maintenance des équipements, 1 921 comités de gestion ont été mis en place.
Dans la première phase, il y a des localités qui n’ont pas été touchés ou moins fournis. Il s’agit notamment de la Casamance, Ziguinchor, Kolda, Sedhiou, Kébémer, Mbacké, Malem Hodar et Birkilane. Pour la consolidation des acquis du PUDC, la phase 2 qui s’étale de 2019 à 2022 prévoit la réalisation pour un budget de 300 Milliards, la réalisation de 110 km de pistes rurales, la construction de 41 forages supplémentaires et l’électrification de 110 villages, 30 postes de santé et 284 équipements et plateformes.
Visiblement le PUDC initié par le président Macky Sall est une initiative qui répond à une exigence mais aussi à des opportunités de développement inclusif et solidaire, pour plus d’équité et de justice sociale des populations

 
Mame Ousmane Diop
Responsable APR








Quand le réalisme commande de choisir Macky !!!

Le Président Macky Sall a très tôt pris l’option d’être plus ambitieux que ses prédécesseurs en mettant sur pied le Plan Sénégal Emergent (PSE) horizon 2035. La pertinence du PSE, est justifiée par sa facilité à trouver son financement mais aussi au taux de croissance jamais égalé dans notre pays.
Le modèle de développement pensé par le Président Macky Sall et décliné à travers des projets et programmes innovants, ouvre de nouvelles perspectives à tous les échelons de la société sénégalaise. Qu’il s’agisse du PUDC qui a su créer les conditions d’une nouvelle économie locale grâce à un investissement massif au profit des populations rurales, longtemps confinées à la périphérie des politiques publiques ; des Bourses de Sécurité Familiale qui ont permis de dérouler un filet de protection sociale au profit de 300.000 ménages étendu à 400 000 vulnérables ; ou encore de la Couverture Maladie Universelle qui vise à doter le Sénégal d’un système de protection sociale universelle à la fois performant et pérenne par une prise en charge médicale efficace des populations.
Au regard des grands projets du septennat, le bilan est largement positif. Les réformes majeures ont abouti à des performances inédites et permis de mettre en œuvre des politiques sociales efficaces
L’ambitieux programme de 221 km d’autoroute à l’horizon 2019 adossé au projet de Train Express Régional (TER) va révolutionner la mobilité interurbaine
C’est pourquoi envisager un autre choix autre que le Président Macky Sall équivaut à mettre a néant ce projet économique révolutionnaire. Mais aussi ce serait engager ce pays dans une nouvelle aventure, avec un autre président qui, devra d’abord trouver ses repères, comprendre le fonctionnement de certaines institutions et trouver des partenaires économiques.
L’avantage de continuer avec le Président Macky Sall, c’est donc éviter d’accuser du retard dans le processus de mutation économique enclenché par ce dernier
Force est de reconnaitre en toute objectivité qu’il n’existe aucune alternative crédible dans l’opposition. Nous avons dans ce lot de prétendants au fauteuil présidentiel un nain politique qui est entré dans une hibernation totale pour masquer son aura qui s’effrite de jour en jour, un diffamateur hautain viré pour faute professionnelle, un candidat virtuel qui entretient un flou total sur son retour au pays, un prétentieux qui n’a jamais gagner sa base affective et deux haineux ayant été démis de leurs fonctions ministérielles. Tous leurs agissements sont synonymes de cacophonie sautant sur toute occasion pour survivre politiquement. Pas un seul de ses prétentieux n’est capable de présenter aux Sénégalais un projet politique plus crédible que le PSE sinon que d’essayer de semer le doute dans l’esprit des potentiels électeurs.
Le président Macky Sall a un bilan élogieux qui augure des lendemains meilleurs pour ce pays.
Dés lors il apparaît clair que le meilleur choix pour cette présidentielle à venir c’est le Président Macky Sall si bien qu’Il sera réélu pour les avancées significatives que le pays a connues ces sept dernières années. il va passer au premier tour parce que ce peuple mûr sait faire la distinction, entre celui qui travaille pour lui et ceux qui ne sont préoccupés que par leurs propres interêts ou carrières politiques.








Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Malgré la hausse du baril du pétrole, Macky préserve majestueusement la paix sociale !!!

L’environnement économique international a tellement changé, entrainant ainsi l’évolution de certains facteurs socio – économique ,qu’il s’imposait le vote à l’assemblée nationale de la loi n°22/2018 portant Loi de finances rectificative pour l’année 2018.. Ainsi, le déficit budgétaire va passer de 367 milliards de francs CFA, comme prévu dans la loi de finances initiale 2018, à 475,7 milliards, soit une hausse de 108,7 milliards en valeur absolue.
Cependant, pour faire face au renchérissement des factures d’électricité supportées par les populations, l’Etat a été obligé de verser, pour cette année 2018, la somme de 52 milliards de francs CFA à la Senelec au titre de la compensation tarifaire. Ceci, en plus de 14 milliards aux distributeurs de produits pétroliers au titre des pertes commerciales.
En définitive, le coût résultant directement de la hausse du prix du baril et devant être supporté par l’Etat en 2018 a été estimé à 166,2 milliards de francs CFA.
Sur le plan interne, faut noter que des décisions de haute portée sociale ont été prises en direction des travailleurs des secteurs de l’éducation et de la santé, ainsi que des étudiants, en vue de préserver la paix sociale sans laquelle aucun développement n’est possible. Ces décisions auront un impact sur la structure du budget 2018.
A titre des revendications syndicales du secteur de la santé, la Loi de Finance Rectificative les a prises en charge principalement, la révision à la hausse des heures de nuit, la régulation des heures supplémentaires, la sécurisation des salaires des contractuels et l’organisation du Comité régional de l’OMS. Ce qui correspond à un total de 4,1 milliards de francs CFA.
Ainsi, 23 milliards de francs par an, pendant une durée de 3 ans, seront déboursés en guise d’allocation supplémentaire au secteur de l’éducation. Ceci afin de régler définitivement la question des rappels dus aux enseignants. Sur ce, il a été prévu une augmentation, à partir de fin octobre 2018, de leur indemnité de logement qui va passer de 60 000 à 75 000 F CFA par mois. Ces dépenses, ajoutées à l’augmentation des bourses des étudiants et aides sociales des étudiants qui passent de 18 000 F CFA (demi-bourse), à 36 000 FCFA (bourse entière) et 60 000 F CFA (3e cycle) à respectivement 20 000 F CFA, 40 000 F CFA, 65 000 FCFA, auront un impact de 6,5 milliards de francs CFA sur la Loi de Finance Rectificative.
En définitive malgré le changement de l’environnement économique international, le président Macky Sall a travers cette Loi de finance rectificative est venu en aide aux revendications des étudiants, des acteurs de la santé, de la sécurité, des militaires, des travailleurs sociaux sans compter les subventions pour éviter aux sénégalais de subir la flambée du prix des denrées de première nécessité.

Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Macky et sa politique sociale gagnent la présidentielle !!!

Six ans après son accession au pouvoir, le président Macky Sall a fait tellement dans le domaine social que son bilan pouvait se limiter aux réalisations de ce secteur. Ces progressions dans le domaine social ont directement impacté la condition de vie des populations qui se sont vite appropriées le PSE, vision révolutionnaire du président Macky Sall. Parmi ses avancées significatives dans le social on peut noter à titre d’exemple :
– Couverture maladie universelle et bourses de sécurité familiale
Le développement des mutuelles de santé a permis de porter le taux de couverture maladie de 6,8 % en 2013, à près de 20%, en 2016. En 2017 plus de 300 000 familles au Sénégal bénéficient d’une allocation annuelle de 100.000 FCFA et d’une couverture médicale dans le cadre des bourses de sécurité familiale. Présentement, 671 mutuelles de santé sont opérationnelles avec 2,3 millions d’adhérents. Faut préciser que les 300 000 ménages bénéficiaires de la bourse de sécurité familiale sont pris en charge dans le cadre de la Couverture Maladie Universelle. Avec les 10 milliards ajoutés au budget de la protection sociale, les bourses de sécurité familiale pour l’année 2018 passeront de 300 mille à 400 mille bénéficiaires de définitive, c’est plus de 58,5 milliards de FCFA au total entre 2012 et 2016 qui ont été mobilisés pour les différentes régions.
– Baisse de la facture l’électricité de 15% du tarif







La compagnie en charge de la fourniture électrique (SENELEC), applique une baisse de 15 % pour les clients qui consomment moins de 150 kilowatt-heures. Concernant l’éclairage public et les concessionnaires d’électrification rurale, la baisse est de 10 % sur les tarifs et les primes fixes. Cette baisse représente un gain de 30 milliards de FCFA en faveur des consommateurs. Et il est prévu d’autres baisses substantielles dans le futur.
– Gratuité de la transformation des titres précaires en titres fonciers
Le Président Macky sall a demande au Gouvernement de diligenter la transformation gratuite des titres précaires en titres fonciers, par la simplification des procédures et la sécurisation des transactions. A travers cette résolution concernant 122.206 titres fonciers recensés au Sénégal, le président Macky Sall indique la nécessité et l’urgence de corriger ces anomalies qui freinent la dynamique de croissance et de progrès social, afin de permettre à toutes les personnes concernées d’accéder facilement et de manière gratuite, à la pleine propriété foncière.
– Renonciation de recettes fiscales de plus de 40 Milliards impliquant une hausse des salaires
Le gouvernement du président Macky sall a procédé à une renonciation consistante de recettes fiscales avec l’entrée en vigueur de la loi 2012-31 portant Code général des impôts. Les prévisions initiales de baisses de recettes étaient de 29 milliards de FCFA. A l’arrivée, les renonciations de recettes fiscales ont dépassé 40 milliards de FCFA affirmant l’ampleur de l’effort consenti par le gouvernement.
– Lancement de la première phase des financements de la DER
Le président Macky Sall l’avait dit dans son message à la Nation du 31 décembre 2017. Huit mois après, il a procédé à la remise symbolique pour 15000 femmes et jeunes venant des 45 départements du Sénégal, des premiers financements de la Délégation à l’Entrepreunariat Rapide Femmes et Jeunes (DER/FJ) chiffrés à 10 milliards francs CFA . Faut souligner que les 20 milliards restants sur les 30 prévus, seront donnés d’ici la fin de l’année.En réalité, ces financements permettront de donner du pouvoir aux femmes et aux jeunes, de libérer leurs énergies et leurs talents, tout en préservant la dignité de chaque famille, mais c’est aussi bien entendu investir dans l’entreprenariat, donc investir dans l’avenir.
– Nouveaux programmes comme le PUDC, PRACAS, pour améliorer les conditions de vie du monde rural
Le président Macky Sall, avant même son arrivée au pouvoir, avait déjà une vision très claire de la situation du monde rural. Il avait compris que 55% des Séné­galais vivent en zone rurale où la pauvreté atteint une proportion de 57%. Le Président Sall croit fermement à la sécurité nutritionnelle et alimentaire et motive à travers le Programme d’accélération de la cadence de l’agriculture sénégalaise (PRACAS) à construire une agriculture compétitive, diversifiée et durable. Aujourd’hui, le riz, l’oignon, l’arachide, les fruits et légumes de contre-saison ont connu des rendements exponentiels exceptionnels.
Le Programme d’urgence pour le développement communautaire (PUDC) a réalisé à l’intérieur du Sénégal des infrastructures permettant l’accès aux services socioéconomiques de base où les femmes et les jeunes sont visiblement les plus affectés. Le PUDC devra à terme investir un coût global de 522 milliards entre juillet 2015 et 2019 pour construire et réhabiliter 3 048 km de pistes de production et 250 forages et châteaux d’eau, électrifier plus de 325 villages et installer au moins 5 000 équipements de transformation ( décortiqueuses, moulins, batteuses etc.).
Ces réalisations sur le plan social articulées autour du PSE ont un impact réel sur le vécu quotidien des sénégalais qui plébisciterons le président Macky sall au soir du 24 février 2019








Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Quand Macky et son bilan demeurent invincibles !!!

A quelques mois de la présidentielle, reconnaissons que le bilan du président Macky sall est positif au vu des avancées significatives enregistrées dans tous les secteurs d’activité de ce pays en seulement 07 ans de gestion. Force est de reconnaitre que son bilan dépasse largement ceux des deux régimes précédents à savoir le dernier, en 12 ans et le premier en 40 ans.
Cependant, une opposition, composée pour la plupart de leaders qui n’ont que des problèmes de personnes avec celui que les sénégalais se sont librement choisis en 2012, tente vaille que vaille à masquer le bilan reluisant du président Macky Sall qui est là de visu, dans toutes les localités du Sénégal.
Effectivement, le bilan du président Macky Sall, reluisant de par la pertinence du PSE est très positif pour nous avoir permis de constater ce qui suit : autres la politique sociale dans les domaines de la santé (CMU, gratuité de certains soins), de l’éducation (construction de salles de classes, de blocs de laboratoires, de Campus …..), les bourses familiales, la formation des jeunes, l’électrification rurale, nous pouvons citer entre autres : le PUDC, CMU, PUMA, PROMOVILLES, PRACAS, PACASEN, PPDC, PRODAC, DER/FJ, TER, PNBSF, TER, la Nouvelle Ville de Diamnadio avec son Parc Industriel, l’Arène Nationale, l’Arena Dakar, Air Sénégal SA avec ses 04 avions, l’autoroute ILA Touba et Diamniadio- Saly, le Pont de l’Emergence de Foundiougne et de la Transgambien, le prolongement de la VDN, la stabilisation de l’Economie, un taux de croissance de plus de 7%.
Tous ces vastes projets et programmes mis en oeuvre par le président Macky Sall à travers le PSE améliorent de façon considérable le vécu quotidien des sénégalaiseS et sénégalais. Parmi les actions concrètes du président Macky Sall on peut aussi citer les baisses de la fiscalité sur les salaires, des loyers, de l’électricité, de l’internet et des denrées de première nécessité.
Les sénégalais, majoritairement préoccupés par leur vécu quotidien, approuvent la vision du président Macky Sall et le confirmeront le 24 Février 2019. La satisfaction que lui témoigne tous les chefs religieux à chaque occasion, prouve a suffisance que c’est le bon choix pour avoir le meilleur profil. En homme d’Etat calme, pondéré, serein, discipliné, poli, sage, le président Macky Sall a toujours montré à la face du monde qu’il sait prendre de la hauteur quand il le faut. Toutes les tentatives ou manoeuvres orchestrées par les leaders de l’opposition tendant à discréditer le président Macky sall aux yeux des sénégalais seront vaines parce que pendant qu’ils parlent tous du président Macky Sall, celui ci, sans tambour ni trompette, travaille pour alléger les souffrances de son peuple. Et c’est en cela que le président Macky Sall a été et restera toujours invincible avec son bilan plus que positif.
Les sénégalais ne sont pas amnésiques, ils savent bien discerner ce qu’ils vivent de ce qui fut avant l’avénement du président Macky sall à la magistrature suprême. A l’heure du choix ils s’auront sans aucune doute discerner le vrai de l’ivraie pour que ce pays en pleine mutation puisse se hisser au rang des pays émergent à l’horizon 2035








Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

SVP, Messieurs de l’opposition, arrêtez de nous prendre pour des demeurés !!!

Au fur et à mesure que l’on s’achemine vers la présidentielle de 2019, une certaine opposition minoritaire clame haut et fort qu’il faut changer le président Macky sall prétextant sans arguments valables qu’il est incompétent. Au vu des avancées significatives réalisées en si peu de temps sous le magistère du président Macky Sall comment pouvez vous demander aux populations de choisir contre leurs propres intérêts pour vous permettre d’assouvir vos ambitions présidentielles ?
En fait exhorter ce peuple mûr à choisir un candidat autre que le président Macky sall c’est exactement lui demander de montrer son désaccord sur :
– Le PSE qui vise la promotion du capital humain, passant par une amélioration significative des conditions de vie des populations, une lutte plus soutenue contre les inégalités sociales tout en préservant la base de ressources et en favorisant l’émergence de territoires viables à l’horizon 2035.
– La poursuite des programmes sociaux tels que les Bourses de sécurité familiales, la Couverture Maladie Universelle (CMU), les cartes d’égalité des chances, la gratuité des soins pour les enfants de moins de 5 ans, la gratuité de l’hémodialyse et de la césarienne.
– L’impératif de continuer à combattre les disparités entre le monde urbain et le monde rural à travers les programmes structurants de créations d’opportunités comme le PUDC PROMOVILLE, PRODAC, PRACAS, PUMA, DER/FJ.
– Les infrastructures de dernière génération comme AIDB, l’autoroute Ila Touba, la ville neuve de Diamniadio, Dakar Arena, Palais des sports, le Pont Transgambien, le Train Express Régional (TER) qui ont plongé ce pays dans l’ère de la modernité
– La baisse considérable des prix de l’électricité, de l’Internet et des denrées de première nécessité.
– Les centrales solaires et éoliennes qui ont réglé la question de l’énergie
– Le maintient de la croissance économique soutenue qui est passée de 1,7% en 2012 à 7, 2 en 201
– La modernisation et la réhabilitation de toutes les cités religieuse
– La représentation de la diaspora à l’assemblée Nationale par 15 députés qui est une première dans l’histoire politique du Sénégal.








– La révision de la Constitution soumise par Référendum avec 15 points forts pour consolider la démocratie avec la restauration du quinquennat pour le mandat présidentiel deux fois non renouvelable.
– Le projet de loi sur les parrainages pour assainir l’espace politique en limitant les innombrables candidatures á l’occasion des consultations électorales.
– La suppression de 59 structures dont 9 agences, 2 cellules, 1 office, 1 société nationale en phase de création, 1 fonds, 1 mission, 41 directions, 1 délégation et 2 directions générales
– La résiliation de toutes les lignes téléphoniques utilisées par ceux qui n’en avaient pas le droit et rationalisation de la gestion des lignes téléphoniques dans l’administration occasionnant la réduction de 1,2 milliards de FCFA des facteurs de téléphone ;
– La suppression de 358 polices d’abonnement de non ayants droit á l’eau dont la consommation était payée sur le budget de l´Etat occasionnant la réduction de 608 millions de FCFA des factures d’eau de l´Administration entre juillet et décembre 2012;
– La réduction de 7719 á 3791 polices à la SENELEC après audit du fichier d’abonnement ;
– Le retrait de plus de 35.000 boursiers non ayants droit de la base de données des bourses
– La suppression du SENAT occasionnant prés de 8 milliards de FCFA d’économies ;
– La rationalisation du voyage en 1er Classe pour les membres du gouvernement/administrations ainsi que des logements conventionnés;
– La rationalisation des effectifs et du nombre de missions diplomatiques et consulaires;
– L’annulation de dépenses jugées non prioritaires d’un montant de 61,2 milliards FCFA a été réalisé depuis 2012 diminuant le train de vie de l’Etat ;
– Réalisation d’audits des organismes publics;
– L’obligations de la déclaration du patrimoine des membres du gouvernement, des directeurs généraux des entreprises et des établissements et entreprises publics
– La révision de la Constitution soumise par Référendum avec 15 points forts pour consolider la démocratie avec la restauration du quinquennat pour le mandat présidentiel deux fois non renouvelabl
– Le projet de loi sur les parrainages pour assainir l’espace politique en limitant les innombrables candidatures á l’occasion des consultations électorales.
Messieurs de l’opposition quand les populations vous aurons encore une fois de plus sanctionné à la présidentielle de 2019, de grâce dites vous simplement qu’elles ont refusé de scier la branche sur laquelle elles sont assises parce que mûres et édifiées dans la profondeur de leur conscience par le bilan reluisant du président Macky Sall








Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Qu’on le veuille ou non, le PSE est une réalité économique !!!

Le Plan Sénégal Emergent (PSE) initié par le président Macky SALL est à coût sûr entrain de transformer de manière considérable ce pays. Toutefois une certaine opposition en manque d’initiative politique passe le plus largement de son temps à contester sans argument valable la pertinence de ce plan révolutionnaire du président Macky sall. Pour étayer la lanterne des sénégalais devant ce brouhaha médiatique tendant à discréditer le bilan du président Macky Sall, passons en revue quelques secteurs d’activités pour montrer à suffisance que le PSE est une réalité économique.
– Une économie performante
Le Sénégal est l’une des économies les plus performantes d’Afrique subsaharienne actuellement. Ce dynamisme est porté par les grands projets du Plan « Sénégal émergent » (PSE) et une économie diversifiée. Depuis 3 ans, la croissance se situe au-dessus de 6 % l’an. Elle est attendue à 6,8 % en 2017 et 7 % en 2018, soutenue par les investissements mais aussi par l’ensemble des secteurs de l’économie, de l’agriculture au tourisme en passant par les mines (phosphates et or). Au niveau macroéconomique, les indicateurs sont plutôt dans le vert. Le déficit de la balance commerciale a été ramené à -3,7 % du PIB en 2017, l’inflation augmente mais reste faible (2 %), le déficit de la balance commerciale a été ramené à -12,2 % du PIB.
– L’agriculture en hausse de 10 %
Le secteur de l’agriculture progressera de 10 % en 2017 avec la poursuite du Programme d’accélération de la cadence de l’agriculture sénégalaise (PRACAS). Si la production de riz progresse, le pays est en phase de parvenir à l’autosuffisance.
– Une industrie en expansion
La relance des Industries chimiques du Sénégal porte ses fruits. Toutefois, les stocks importants de 2016 (1,738 Mt) pèsent sur la production en 2017. De janvier à juillet, la production a été de seulement 758 000 t (956 000 t sur la même période en 2016). De bonnes performances sont réalisées dans la mine de zircon et d’ilménite à Diogo.
La production de zircon progresserait de plus de 40 % en 2017, à 73 000 t. En outre, le secteur du BTP et des matériaux de construction est soutenu par les grands chantiers publics ainsi que la construction des logements.
– Le pays de mieux en mieux éclairé
Les progrès dans le domaine de l’énergie électrique sont impressionnants. La capacité électrique nationale est passée de 660 MW en 2010 à 1 000 MW en 2016 et le nombre de délestages a fortement diminué avec un taux d’électrification qui a atteint 56,5 %. Cette montée en puissance a été réalisée en bonne partie par l’énergie solaire. Le Sénégal serait en passe de réaliser son objectif d’intégrer 20 % d’énergie renouvelable dans son mix énergétique. Les tarifs de l’électricité ont été abaissés de 10 % en moyenne début 2017.
En perspective notons que les aéroports régionaux de Saint-Louis, Matam, Ziguinchor, Tambacounda et Kédougou seront réhabilités sur 4 ans par le Tchèque Transco pour 100 Milliards de FCFA. Il est prévu aussi la construction du port minéralier de Bargny à Sendou, à une trentaine de kilomètres du port autonome de Dakar (PAD). Incluant la construction d’une ligne de chemin de fer de 750 km pour le transport du minerai de fer du Sénégal oriental, il devrait permettre une meilleure évacuation, outre du fer, des produits comme le phosphate de Thiès, de Taïba et de Matam.
L’opposition sénégalaise, critique, juge, vilipende et même maudit sans aucune raison valable le PSE pour se positionner à la présidentielle de 2019 mais rien n’y fera parce que le Président Macky les a déjà battu.








Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Quand l’opposition se joue des Sénégalais !!!

Quand l’opposition se joue des sénégalais !!!
Il est clair que depuis que le président Macky sall est aux commandes notre opposition en perte d’initiative politique passe le plus clair de son temps à faire du saupoudrage médiatique sur tout ce qui se fait dans ce pays. Qui voudrait prendre au sérieux ces leaders de l’opposition qui ne cherchent jamais à jouer leurs rôles depuis l’avénement de la deuxième alternance.
Qu’ont-ils fait ou dit de positif depuis 2012 ?
Révélations inventées de toutes pièces, intoxications par des arguments fallacieux, n’ayant aucune idée de bonne gestion du pays.Normalement nos différences de visions politiques devraient contribuer de façon considérable à aller sûrement vers cette une émergence initiée par le président Macky Sall. Malheureusement, la politique du «ôte-toi que je m’y mette» surplombe vos discours de tous les jours. Au lieu de mettre en avant l’intérêt supérieur de la Nation en acceptant de jouer véritablement votre rôle d’opposition républicaine en posant de manière responsable tous les problèmes cruciaux de ce pays comme vous vous réclamez intelligents et patriotes, vous démontrez à chaque fois que vous ne voulez jamais être utile quand il s’agit de participer au rayonnement de ce pays.
Les Séné­galais sont loin d’être des dupes.
Si réellement vous avez des arguments de taille concernant la gestion de ce pays, faites-nous les savoir, nous saurons en faire bon usage ! Cultivez tant que possible à informer juste et vrai vos compatriotes sans fausseté, sans complaisance ni bassesse et servez à ce pays ce qu’il y’a de meilleurs pour son expansion ! Ne saoulez pas vos compatriotes par vos dérives politiciennes qui réduisent le débat politique à des propos dignes d’une pièce de théâtre ! Evitez de prendre part aux cabales, aux mensonges, aux calomnies, aux intrigues, et pensez à vous comporter sérieusement envers chaque Sénégalais ! Arrêter de vouloir refusez jalousement de communiquer ou de montrer aux Sénégalais qui vous suivent toutes les actions significatives du gouvernement que vous recevez au quotidien !
Mais du moment que vous êtes obsédés par vos prétentieuses ambitions présidentielles, vous continuerez à verser dans la politique politicienne pour vous positionner comme une alternative, au moment où le président Macky Sall s’ emmurera dans son silence légendaire parce que visiblement préoccupé par le quotidien des sénégalais. Messieurs de l’opposition quand les populations vous aurons encore une fois de plus sanctionné à la présidentielle de 2019, de grâce dites vous simplement qu’elles avaient découvert vos contrevérités parce que mûres et édifiées dans la profondeur de leur conscience par le bilan reluisant du président Macky Sall








Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Quand s’opposer à Macky devient un vrai casse-tête !!!

Le président Macky Sall à force d’inaugurer des routes autoroutes pistes rurales ponts forages, postes de santé, infrastructures scolaires a fini par faire adhérer le peuple sénégalais dans sa majorité à son ambition d’un Sénégal émergent. L’opposition au lieu d’avoir une attitude républicaine ne voit dans ces avancées significatives qu’une supercherie visant à vendre notre pays au Français. Comment peut on reprocher dans un pays qui se respecte et qui aspire à émerger au président Macky Sall le fait de construire des infrastructures ou d’améliorer de façon considérable le vécu quotidien des sénégalais ?







sons le dire tout n’est pas rose parce que les chantiers à terminer sont là sans compter certains sénégalais qui peinent à joindre les deux bouts. Mais acceptons aussi que sur le plan social le PUDC a su créer les conditions d’une nouvelle économie locale grâce à un investissement massif au profit des populations rurales, longtemps confinées à la périphérie des politiques publiques ; des Bourses de sécurité familiale qui ont permis de dérouler un filet de protection sociale au profit de 300.000 ménages étendu à 400 000 vulnérables ; ou encore de la Couverture maladie universelle qui vise à doter le Sénégal d’un système de protection sociale universelle à la fois performant et pérenne par une prise en charge médicale efficace des populations. L’ambitieux programme de 221 km d’autoroute à l’horizon 2019 adossé au projet de Train Express Régional (TER) va révolutionner la mobilité interurbaine. Les Pôles urbains qui participent d’une dynamique de renouveau territorial, devront élargir les bases d’un développement centré sur la modernité infrastructurelle. Avec le PUMA, PROMOVILLES, le Programme de modernisation des cités religieuses, le relèvement des plateaux techniques des hôpitaux, le Président Macky Sall est en train de dessiner la nouvelle identité d’un Sénégal équitable et solidaire, entreprenant et résolument tourné vers l’émergence.

Devant ces avancées significatives pourquoi notre opposition se limite t’elle à une critique systématique anti Macky ? C’est à se demander si ce n’est pas parce qu’il a réussit là où tous ses prédécesseurs ont échoué.

Par essence, le vrai rôle d’une opposition c’est d’exprimer ses divergences et ses points de vue critiques par rapport à l’action du gouvernement, et incarner la possibilité d’une alternance politique. Alors pourquoi diable cette opposition n’est pas capable de faire des propositions constructives ? Il est maintenant clair que devant de tels discours archaïques préconçus avec peu de cohérence de notre opposition montre à suffisance qu’elle est dépassée au point qu’elle ne s’en rend même pas compte! Au lieu de nous servir à longueur de journée des discours qui présentent ce pays comme un pays qui croule sous l’endettement ou qu’on est dirigé par un incompétent conduisant ce pays vers un chaos économique, social et politique n’est il pas plus aisé d’adopter pour cette opposition une posture beaucoup plus constructive tout en respectant le président Macky. Pendant que cette opposition peine à s’opposer au président Macky Sall, la majorité présidentielle est en rangs serrés prête au combat. Le président macky sall nous a montré depuis 2012 qu’il se fortifie dans le combat politique parce que capable de rassembler des électeurs issus de toutes les franges de la population autour des idées de son parti et de la grande coalition qui l’accompagne.








Le seul arbitre demeure le peuple sénégalais qui, dans sa maturité et sa lucidité légendaires, saura le moment opportun séparer le vrai grain de l’ivraie en renouvelant sa confiance au Président Macky SALL.

 

Mame Ousmane Diop

Responsable APR

Email : emodiop@gmail.com

Macky assure et rassure avec son ambitieux PSE !!!

Le Plan Sénégal Emergent (PSE) initié par le président Macky SALL est à coût sûr un bon plan de développement socio- économique pour le Sénégal. Cependant, reconnaissons que le PSE souffre d’un problème de communication à l’endroit des populations quant à l’impact socio-économique des réalisations. D’où la nécessité impérieuse de passer en revue quelques secteurs d’activités pour montrer à suffisance que le PSE est une réalité économique.

– Le secteur de l’éducation
Le président Macky Sall et son gouvernement, entre 2012 et 2016, à part les programmes de réhabilitation, ont investi environ 132,6 milliards de FCFA pour construire et équiper 9 538 salles de classe, 333 écoles élémentaires, 162 collèges de proximité, 21 lycées, 20 blocs scientifiques et technologiques, et 12 Daaras modernes.
Dans le soucis de corriger les disparités régionales le gouvernement a construit et équiper 200 nouvelles écoles élémentaires dans les 25 départements les moins scolarisés de notre pays et la construction de 49 collèges clés-en-main au niveau des zones frontalières.
Notre école emploie plus de 90 000 agents pour 3 millions d’éléves. Elle absorbe presque 40 % du budget de l’Etat. Entre 2012 et 2016, les effectifs de personnels enseignants se sont accrus de 7 481 enseignants supplémentaires dans le public. Faut dire aussi que l’Etat va injecté entre 2017 et 2019 plus de 221,4 milliards de FCFA, en ressources additionnelles, pour la construction et l’équipement de 6 369 salles de classe, et 4 729 blocs administratifs, de 2 498 blocs d’hygiène, dans le cadre du programme national de résorption des abris provisoires dans les établissements d’enseignement élémentaire, moyen et secondaire général.








– Le secteur de l’agriculture
Dans le secteur agricole, les résultats satisfaisants tablent sur une production céréalière de 2 553 381 tonnes en 2017-2018, en hausse de 20,2% par rapport à la campagne précédente. Cette performance est directement liée à la bonne orientation de la culture du mil avec 891 069 tonnes. Les récoltes de riz et de maïs se sont, également, respectivement accrues de 7,4% et 20,6% pour s’établir à 1 015 334 tonnes et 417 259 tonnes. Au total, le renforcement de la production céréalière traduit les effets combinés d’une bonne pluviométrie et de l’augmentation des superficies cultivées à 1 701 046 hectares. Concernant les rendements, la culture du mil a atteint 947 kg/ha en 2017-2018, soit un gain moyen de 251 kg/ha, par rapport à 2016-2017. En revanche, les rendements de la riziculture sont restés quasi-stables.
En référence à l’objectif d’autosuffisance en riz du PRACAS (1 600 502 tonnes de riz paddy), un taux de 63,4% est atteint. S’agissant des cultures industrielles ou d’exportation, la campagne 2017-2018, comparée à la précédente, est marquée par de fortes hausses des récoltes pour l’essentiel des spéculations industrielles ou d’exportation. En effet, les productions arachidière, cotonnière, de pastèque et de sésame, se sont respectivement établies à 1 411 574 tonnes, 20 000 tonnes, 801 417 tonnes et 14 033 tonnes, se renforçant de 42,4%, 31,9%, 181,7% et 16,4% par rapport à 2016-2017. Par ailleurs, la récolte arachidiére à l’hectare a atteint 1,126 tonne (soit un gain de 308 kg/ha), favorisée par des semences de qualité et une bonne pluviométrie. Ainsi, l’objectif visé dans le cadre du PRACAS, à savoir 1 000 000 tonnes, a été largement dépassé. Quant à horticulture, les résultats préliminaires de la production 2017/2018 s’établissent à 1 520 191 tonnes, en hausse de 26,0% par rapport à la campagne précédente
– Le secteur de l’énergie
Dans le secteur de l’énergie le président Macky sall lance l’ère du mix énergique qui vise à assurer la couverture des besoins du pays et l’accessibilité d’un plus grand nombre de foyers à l’électricité surtout en zone rurale, à faire baisser les coûts de production et d’achat du kilowattheure (kWh). En terme de résultats, la capacité électrique installée est passée d’environ 660 MW en 2010 à 1 000 MW à la mi-2017 (avec un objectif de 1 260 MW en 2019). Sévèrement déficitaire jusqu’en 2014, la SENELEC exporte désormais son excédent au Mali, et le coût de production est passé de 97 F CFA/kWh en 2012 à 44 F CFA/kWh en 2016. Mieux, l’augmentation de la production d’électricité et en particulier de celle d’origine photovoltaïque a permis au gouvernement d’honorer la promesse faite par Macky Sall dans ses vœux aux Sénégalais pour 2017 de baisser le prix de l’électricité de 10 % pour les usagers de la Senelec.
Pour l’électrification par raccordement au réseau Moyenne Tension/Basse Tension, 283 villages ont été implantés de 3641 poteaux électriques MT et 5743 poteaux BT, le tirage de 234 Km de ligne BT et de 393 km de ligne MT. Concernant l’électrification par voie solaire, 23 villages et neuf (09) centrales photovoltaïques sont déjà installées pour une puissance totale de 200 KVA.
– Le secteur de la pêche
Dans ce sous-secteur des efforts considérable ont été consentis par le gouvernement du président Macky Sall qui ont donné des résultats forts encourageants pour le secteur de la pêche.
Pour la pêche artisanale il a été enregistré un total de débarquements de 372 548 tonnes de produits pour une valeur commerciale estimée à 119,69 milliards de FCFA. Ces chiffres rendent compte d’une baisse de 3% du volume de débarquement de 2015 en comparaison de 2014, avec, en revanche une hausse de 28% sur les valeurs commerciales. Faut aussi noter que 37142 tonnes de produits ont été transformés, dont 66 % ont été exportés principalement vers les pays de la sous-région ouest-africaine.
Même son de cloche pour la pêche industrielle qui enregistre 49 565 de tonnes de produits débarquées pour une valeur de 41,3 milliards de FCFA dont 39 344 tonnes par des navires sénégalais, 7 703 tonnes par des navires européens et 2 518 tonnes par des navires capverdiens.
En 2015, le secteur de la Pêche a occupé la première place des exportations avec prés de 195,6 milliards de FCFA, soit 20,87% des recettes d’exportation totales et participe à hauteur de 3,2% du PIB.

– Dans le secteur de l’hydraulique
Depuis 2012 date de l’accession à la magistrature suprême du président Macky Sall l’accès à l’eau potable est devenu une réalité pour les localités les plus reculés du pays. En effet il a été construits presque 300 forages, 175 châteaux d’eau, près de 3.700 km de réseau et au moins 1.760 bornes fontaines qui ont permis à 500 localités d’avoir accès à l’eau potable. Ces infrastructures hydrauliques ont permis à 200.000 personnes dans les régions de Louga, Fatick, Matam, Kaffrine, Kaolack, Tambacounda, Diourbel et de Kédougou pour ne citer que celles ci de bénéficier du liquide précieux avec à la clé, plus de 1.750 emplois directs créés. Le patrimoine de l’hydraulique rurale s’est densifié avec de nouveaux systèmes d’adduction d’eau. Au ce chapitre, entre 2012 et 2018, il a été aussi réceptionné, au moins 250 systèmes d’adduction d’eau.
Ces réalisations ont contribué à porter le taux d’accès à l’eau à un niveau jamais égalé au Sénégal. En outre, le taux d’accès de 79,1 %, enregistré dans le monde rural, se rapproche des standards internationaux. En milieu urbain, le Sénégal n’est pas à la traine en Afrique. Au contraire, le taux d’accès global est à 98,8 % alors que la proportion des branchements domiciliaires se situe à 90,3 %.
Les deux programmes phares, à savoir la troisième usine de Keur Momar Sarr (Kms3) et l’usine de dessalement des Mamelles , vont à court terme, nous permettre d’avoir un accès universel équitable et amélioré de l’eau potable à l’horizon 2021, avec une production additionnelle attendue de 300.000 m3 par jour.








– Le secteur des infrastructures
Dans le domaine des infrastructures des efforts ont permis à 69,5% de la population rurale d’être situés à moins de 2 km d’une route praticable. Quant au linéaire de routes revêtues réhabilitées, il a atteint 331,5 km en 2017, contre 107 km en 2014. Le linéaire de routes non revêtues construites a également connu une hausse sur la période en passant de 378 km en 2014 à 539,7 km en 2017.Ces réalisation viennent allonger la liste des projets récemment achevés : l’autoroute Diamniadio – AIBD – Sindia, Echangeur de l’Emergence, 3e section de la Voie de Dégagement Nord, Route des Grandes Niayes entre Rufisque-Bayakh-Notto-Diogo-Lompoul, la route Keur Wally Ndiaye-Passy-Sokone, le pont de Kédougou, le tronçon Tamba-Dialocoto, l’axe Touba-Dahra, la route Dinguiraye-Nioro-Keur Ayib à la frontière de la Gambie, le tronçon Fatick-Kaolack.
Au vu de toutes ces réalisations enregistrées dans tous les secteurs d’activités on peut dire sans risque de nous tromper que le PSE initié par le président Macky Sall est une innovation majeur qui à terme nous permettra d’atteindre l’émergence à l’horizon 2035.

Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Qui pour diriger ce Sénégal en pleine mutation ?

L’étalage médiatique des ambitions politiques cohérentes comme prétentieuses des candidats à la présidentielle de 2019 a tellement perturbé le débat politique que son niveau est proche de zéro. Confusion, agressivité destinée à exister médiatiquement, superficialité des propos, tout y est. Personne ne sait si ce sont les médias de masse qui entraînent certains leaders politiques dans ce spectacle de mauvais goût ou si ce sont eux qui les utilisent pour ne pas être oubliés.
Effectivement il s’agit bien de spectacle digne d’une pièce de théâtre et non d’information. Scotchés aux médias, les leaders politiques s’attendent à la faute de l’un, l’attaque de l’autre, comme si le champ politique était subitement devenu une arène romaine.







Dans une société qui se respecte, la politique doit se garder de ressembler à un spectacle. Sa place doit être limitée mais éminente. Limitée car l’envahissement ou l’accaparement de la société globale par la politique conduit à une sorte de tyrannie qui ne dit pas son nom. S’il doit rester limité, le rôle des acteurs politiques n’en est pas moins éminent car notre société très complexe doit trouver des compromis pour exister ou évoluer
Il ne suffit pas pour choisir un candidat à une élection présidentielle de se limiter à magnifier les beaux discours des prétendants. Il ne suffit pas non plus d’examiner minutieusement les programmes de chacun et de les comparer, exercice utile mais insuffisant. Il faut répondre à quelques questions simples, très générales mais essentielles :
– Quel est le candidat le plus apte à nous diriger ? Comme indicateur il devra évidement maîtriser non seulement tous les sujets politiques et économiques mais aura aussi une expérience de l’exercice du pouvoir ou plus exactement le savoir faire.
– Quel est le candidat qui devant une situation grave et imprévue sera capable de faire face ? Il y’a pas mieux indicateur que son action passée.
– Faut-il voter utile ? Faut-il, au contraire, voter pour protester ou se faire plaisir ? Pour cette question essentielle faut se dire que certains candidats n’ont aucune chance de devenir président. Dés lors voter pour eux, c’est se confiner dans une influence négative.
Ces questions sont certainement pas suffisants, mais elles permettent de faire un tri efficace. Les notions d’expérience, de culture politique, de capacité de réaction face à l’imprévu sont essentielles pour pouvoir diriger un pays.







Partant de tous ces constats il est nécessaire et impératif que le président qui devra diriger ce pays en pleine mutation ait une vision globale et synthétique claire, mais aussi une expérience qui ne s’acquiert qu’avec le temps et la pratique gouvernementale.

Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Macky et Wade, deux hommes à réconcilier !!!

Le différend qui oppose l’ancien Président Me Abdoulaye Wade à son Excellence Monsieur Macky sall Président de la République a fait couler beaucoup d’encre et de salive. Peu importe ce qui les oppose, ou qui les divise mais cela a assez duré.
Depuis l’accession à la magistrature suprême de Monsieur Macky Sall, les relations entre les deux présidents ne sont plus au beau fixe. Tout citoyen épris de paix devrait être préoccupé par cette situation de conflit entre deux compagnons de longue date qui ont à un moment donné construit ce pays ensemble jusqu’à ce que l’un succède à l’autre. Tous devraient se préoccuper à essayer de les rapprocher et les amener à taire leur divergence pour le plus grand bien être de ce pays.
Une fois au pouvoir, Wade a beaucoup contribuer à l’ascension fulgurante du Président Macky Sall, même si cette ascension était basée sur sa compétence, sur son engagement militant et sur sa loyauté envers son protecteur. En définitive ce sont deux hommes qui se sont rendus service au grand bénéfice de ce pays. Bien que le creusé entre les deux hommes soit grand ou que beaucoup d’eaux ait coulé sous les ponts l’idéal aurait été qu’ils se réconcilient.
Quand certains ont des avis contraires sur cette question, c’est comme s’ils ne savaient pas ce que ces deux hommes ont partagé. Il est temps, grand temps, plus que temps que Wade et le Président Macky fassent des concessions mutuelles. Que chacun y mette du sien pour le grand bonheur des sénégalaises et des sénégalais.
Il faut que tous prennent leur bâton de pèlerin pour aider les deux hommes à se retrouver autour d’une table et se réconcilier parce qu’en dehors de la politique il y’a aussi les relations humaines. Peu importe sous quelle forme cette réconciliation tant souhaitée sera formalisée parce que le temps nous est compté.
Effectivement le temps nous est compté parce que dans ce bas monde, il y’a la vie et il y’a la mort. Et seul Dieu sait quand, ou et comment. Du moment que nul ne sait ni pour soi ni pour l’autre quand se sera le moment, alors aidons les deux hommes à se demander pardon et se réconcilier.
Je suis conscient que parler de cette réconciliation à un moment préélectoral peut être perçu politiquement pour certains comme quelque chose d’inopportune et pour d’autres comme une preuve d’affolement de la majorité que je soutiens et défends. Faut juste comprendre que c’est le citoyen et musulman, qui est simplement préoccupé par cette situation de conflit et d’incompréhension entre deux hommes qui ont eu à partager énormément de choses. Et je sais que cette préoccupation est partagée par beaucoup de sénégalais qui ne souhaitent que la paix entre ces deux hommes.
Longue vie et santé aux présidents Wade et Macky

Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Le Train Express Régional (TER) est pertinent, réaliste et nécessaire

Lancé le 14 Décembre 2016 par le Président Macky Sall, Le Train Express Régional (TER) présenté comme le plus grand projet du Sénégal depuis l’indépendance à nos jours pourrait non seulement révolutionner le transport urbain à Dakar mais verra aussi prés de 10 000 personnes sur le chantier pendant les phases travaux et exploitation.
En effet dès janvier 2019, 15 trains d’une capacité de transport de 115 000 passagers par jour, desserviront la ligne, à raison d’un départ toutes les 15 minutes. En desservant 14 gares depuis Dakar jusqu’à l’Aéroport international Blaise-Diagne (AIBD), en passant par toute la proche banlieue, Rufisque et le pôle urbain de Diamniadio, le TER va, assurément, soulager le quotidien des Dakarois. Désormais, il sera possible de rallier Dakar à sa banlieue en 20 minutes et Dakar à l’AIBD en 35 minutes avec une fourchette de tarifs comprise entre 350 et 500 F.CFA au grand bonheur de tous les Sénégalais, qu’ils soient riches ou pauvres, .
Le coût du TER, est de 568 milliards de F.CFA, rien que pour la première phase Dakar-Diamniadio (36 km), dont 110 milliards de F.CFA pour l’État et 458 milliards pour les partenaires techniques et financiers. Mais si on additionne tous les lots et le dédommagement des personnes affectées par le projet (PAP), le chiffre pourrait avoisiner 656 milliards de FCFA.
La rentabilité financière du projet ne fait aucun doute parce que estimée entre 18 % et 19 %, sans compter l’impact social et économique. Le TER permettra au gouvernement d’économiser 74 milliards de F.CFA par an, quand l’on sait que les effets négatifs induits par l’absence de transport de masse entraînent une perte de plus de 100 milliards de F.CFA par an pour l’économie sénégalaise.Le gouvernement sénégalais met en perspective les 26 milliards de F.CFA qu’il va décaisser par an, pendant 25 ans, afin de rembourser les 458 milliards de FCFA empruntés auprès de partenaires comme la BAD ou la BID (Banque islamique de développement), et les 100 milliards de F.CFA de pertes pour l’économie.








Le Train Express Régional (TER) sera à coût sûr une valeur ajoutée au bilan du Président Macky Sall qui valide son mérite incontestablement d’avoir un deuxième mandat lors des présidentielles de 2019 au grand bonheur des populations Sénégalaises et Sénégalais.

Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Et si nous dépassionnions le débat politique ?

Chers amis, par ces temps qui courent où toutes les attentions sont focalisées sur le parrainage et la présidentielle de 2019, force est de constater que la passion politique, souvent synonyme de déraison,
d’analyse violente, partisane, semble au rendez-vous dans nos prises de position et commentaires au sein de nos posts respectifs.
Est ce la conséquence des échecs récurrents des leaders politiques dans l’encadrement et la formations politique des militants ou alors le rêve passionnel d’une prise de pouvoir qui fonde ces analyses passionnelles ?
Les deux peut être, l’un nourrissant l’autre, peu importe du moment que c’est malsain.
Evitons d’être piégé voire manipulé avant que l’irréparable ne se produise. Essayons d’abord de comprendre le pourquoi, avant de nous taper dessus comme des chiffonniers, à la satisfaction générale de ceux qui nous ont tendu ce piège, et qui nous observe.

Nous sommes donc en partie comptables de certains carences politiques de nos dirigeants respectifs.
De fait, nous sommes loin d’être maîtres de notre destin, puisque nous jeunes leaders politiques, qui auront demain la lourde charge de diriger cette jeune République, sommes a peine matures, pourvus d’expérience, de repère, et d’expertise, quand nous avons dû faire face brutalement, sans transition aucune, à ce défi majeure d’animer le débat politique pour le grand bénéfice de notre très cher pays . Ceux qui avaient la lourde tâche de nous former, forger voire préparer l’ont voulu ainsi et savaient ce qu’ils faisaient, puisqu’ils connaissaient, mieux que quiconque, l’état réel de nos capacités.
Attention donc aux dérives contestataires excessifs qui minent le respect du Chef, des autorités politiques, et qui commencent a forger des réflexes populaires de dérision incivique, des messages qui souvent tancent de nombreux leaders.
Cependant, ne nous y complaisons pas.
Méditons avec sérénité, et gardons nous d’ajouter de l’huile sur le feu. Surtout ne faisons pas le jeu de nos détracteurs et relevons la tête dans la dignité et le respect mutuel.
Alors, un peu de fierté nationale, malgré les défis de l’heure, ayons confiance en nous, et apprenons a nous aimer et a aimer notre beau pays

Meilleures salutations patriotiques.








Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Quand les programmes et projets du président Macky impactent le vécu quotidien des Sénégalais !!!

A quelques mois de la présidentielle, l’évaluation rétrospective de l’action du gouvernement sera assurément un facteur déterminant pour la réélection du président en exercice . Nous proposons ici d’évaluer les projets et programmes pour vérifier si effectivement ils ont un impact réel sur les populations.
Sur le plan social qu’il agisse du PUDC qui a su créer les conditions d’une nouvelle économie locale grâce à un investissement massif au profit des populations rurales, longtemps confinées à la périphérie des politiques publiques ; des Bourses de sécurité familiale qui ont permis de dérouler un filet de protection sociale au profit de 300.000 ménages étendu à 400 000 vulnérables ; ou encore de la Couverture maladie universelle qui vise à doter le Sénégal d’un système de protection sociale universelle à la fois performant et pérenne par une prise en charge médicale efficace des populations. Au 31 décembre 2017, le défi de la CMU est d’assurer un taux de couverture de 75% ; soit près de 11 millions de personnes.




L’ambitieux programme de 221 km d’autoroute à l’horizon 2019 adossé au projet de Train Express Régional (TER) va révolutionner la mobilité interurbaine. Les Pôles urbains qui participent d’une dynamique de renouveau territorial, devront élargir les bases d’un développement centré sur la modernité infrastructurelle.
Avec le PUMA, PROMOVILLES, le Programme de modernisation des cités religieuses, le relèvement des plateaux techniques des hôpitaux, le Président Macky Sall est en train de dessiner la nouvelle identité d’un Sénégal équitable et solidaire, entreprenant et résolument tourné vers l’émergence. Cet engagement au profit du Sénégal a permis de corriger les inégalités sociales et de révéler un horizon de possibilités pour tous les Sénégalais. La volonté inébranlable du Président Macky Sall de trouver des réponses efficientes et durables à la demande sociale, est traçable dans le budget 2017 arrêté à 3360 milliards de FCFA dont 1200 milliards mobilisés pour financer les investissements structurants annoncés lors des conseils des ministres délocalisés. L’objectif ultime réside dans la correction des déséquilibres socio-économiques. Les impressionnants progrès dans le secteur de l’énergie viennent renforcer cette dynamique de compétitivité économique. Son ambition de consacrer le maximum de ressources à l’investissement, est soutenue par le Programme Triennal d’Investissements Publics (PTIP) 2017-2019 d’un coût global de 4 792 milliards de francs CFA. Ce plan comme l’a rappelé le Président Macky Sall va renforcer les performances du PSE à travers 772 projets. La mobilisation de son financement traduit la confiance des partenaires techniques.
Force est de reconnaitre que le modèle de développement pensé par le Président Macky Sall et décliné à travers des projets et programmes innovants, ouvre de nouvelles perspectives à tous les échelons de la société sénégalaise.








Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Et si le bilan reluisant du président Macky Sall condamnait notre opposition à être nihiliste pour exister politiquement ?

A quelques mois de la présidentielle, l’opposition sénégalaise passe tout son temps à critiquer le président Macky Sall. Celui-ci pendant ce temps répond par des actes concrets qui prennent en charge l’aspiration des populations surtout des plus démunies. Parmi ceux ci on peut citer :
– La modernisation des Cités religieuses
Le président Macky sall dés 2013 a conçu un programme spécifique pour répondre aux besoins particuliers des cités religieuses, de Touba, Tivaouane, Médina Baye, Ndiassane, Léona Niassène. Il entreprend la modernisation de ces villes religieuses dans le pays, transformant peu à peu ses localités pour le grand bonheur de ces familles religieuses.
– La carte d’égalité des chances et les Bourses de sécurité Familiale
Le président Macky sall a instauré pour les personnes vivantes avec un handicap la carte d’égalité des chances. Il donne à travers cet acte l’opportunité à ces derniers de vivres dans la dignité sans pour autant demander l’aumône. Pour les démunis, il met en place les bourses de sécurité familiale pour les soulager de certaines dépenses quotidiennes.
– La Délégation générale à l’entrepreneuriat rapide pour les femmes et les jeunes (DER/FJ)
Le président Macky Sall crée la DER/FJ en la dotant d’un budget de 30 Milliards pour la définition et la mise en œuvre de stratégies de promotion de l’auto-emploi des jeunes et des femmes ; la mobilisation des ressources et le financement de projets de création d’entreprises et d’activités génératrices de revenus ; le renforcement des capacités techniques et managériales des bénéficiaires ainsi que l’encadrement et le suivi-évaluation des projets et activités financés.
– le Programme d`Urgence de Développement Communautaire(PUDC)
Le président Macky sall, soucieux du développement véritablement national et inclusif, crée le PUDC, qui devra permettre à tous les sénégalais, où qu’ils se trouvent, de bénéficier des ressources nationales pour de meilleures conditions de vie, en développant leurs propres potentialités locales et en accédant aux services sociaux de base. Doté pour la première phase d’un budget de 113 Milliards, le PUDC aura permis de construire et réhabiliter 3050 km kilomètres de pistes rurales ; de construire et réhabiliter 250 forages et châteaux d’eau, pour desservir 1016 villages ; d’électrifier 325 villages et de mettre à disposition 5000 équipements ruraux, notamment des décortiqueuses et des batteuses, pour l’allègement des travaux en milieu rural.
– Le mix énergique avec les panneaux photovoltaïques
Le président Macky sall lance l’ère du mix énergique qui vise à assurer la couverture des besoins du pays et l’accessibilité d’un plus grand nombre de foyers à l’électricité surtout en zone rurale, à faire baisser les coûts de production et d’achat du kilowattheure (kWh). En terme de résultats, la capacité électrique installée est passée d’environ 660 MW en 2010 à 1 000 MW à la mi-2017 (avec un objectif de 1 260 MW en 2019). Sévèrement déficitaire jusqu’en 2014, la SENELEC exporte désormais son excédent au Mali, et le coût de production est passé de 97 F CFA/kWh en 2012 à 44 F CFA/kWh en 2016. Mieux, l’augmentation de la production d’électricité et en particulier de celle d’origine photovoltaïque a permis au gouvernement d’honorer la promesse faite par Macky Sall dans ses vœux aux Sénégalais pour 2017 de baisser le prix de l’électricité de 10 % pour les usagers de la Senelec.

– Subventions des moteurs de pirogues
Le président Macky Sall et son gouvernement, ont octroyé aux pêcheurs pour l’année 2015, une subvention de 05 milliards de francs CFA, pour l’achat de 5000 moteurs hors-bords, pour équiper des pirogues de pêche. Pour couvrir la totalité des 20.000 pirogues dénombrées, l’Etat du Sénégal prévoit une subvention de 15 Milliards répartie comme suit : 10 Milliards de FCFA dans le budget de 2018 et 5 milliards dans celui de 2019.

Au vu de toutes ces réalisations qui prennent en compte l’aspiration des populations surtout les plus démunies, le président Macky Sall est parti pour remporter la présidentielle de 2019 forçant notre opposition à être nihiliste devant le bilan reluisant de celui-ci.








Mame Ousmane diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

L’intimidation et les menaces de mort ne peuvent prospérer dans ce pays (Mame Ousmane Diop)

C’est avec amertume et désolation que nous avons eu vent des menaces de mort proférées par des éléments de PASTEF à l’endroit de notre camarade de parti Raki Kane suite à un de ses posts sur le leader de cette formation politique dans les réseaux sociaux.
Même si je ne partage pas totalement le post de notre soeur Raki Kane force est de reconnaitre que menacer de mort son fils et elle même en précisant son adresse et celle de l’école de son fils est une chose inadmissible pour des personnes qui aspirent diriger ce pays.
Nous avons tout entendu dans ce pays sur la personne du président Macky Sall mais nous avons toujours privilégié de répliquer par des arguments solides.
Nous demandons à l’Etat du Sénégal de prendre toutes ses responsabilités face à cette forme d’intimidation à l’endroit de notre soeur Raki Kane et de son fils pour que ceux là qui pensent que ces pratiques malsaines peuvent prospérer dans ce pays se ressaisissent.
Ce pays ne s’aurait retourner au période de ces pratiques malsaines dans l’arène politique






Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Et si nous soumettions tous les candidats à des critères de sélections objectives pour y voir plus clair ?

Et si nous soumettions tous les candidats à des critères de sélections objectifs pour y voir plus clair ?
A quelques mois de la présidentielle, tous les nombreux candidats à la candidature sont en plein dans la collecte de parrains pour faire partie du scrutin du 24 février 2019.



Cependant il serait bien à pareil moment que nous nous penchions sur les critères qui font qu’un candidat soit bon donc apte à présider aux destinées de notre cher pays. Cela évidement permettra aux populations de pouvoir approximativement avoir une idée sur les critères de choix du bon président pour pouvoir éliminer les candidats fantoches et se faire une idée exacte sur celui qui est apte à diriger ce pays.
Un bon candidat à la présidentielle est une personnalité charismatique capable de réunir autour de ses idées ou des positions de sa formation politique, des potentiels électeurs issus de toutes les franges de la population. Bien entendu cela suppose un certain talent dans le domaine de la communication au sens positif. En effet ce talent oratoire ne doit pas être utilisé pour maquiller ses tares, son manque de vision ou calomnier ses adversaires politiques. Celui ci doit aussi créer ce fameux lien entre un homme et la nation en se montrant tout en gardant de la hauteur, prés à donner de l’épaisseur à sa personnalité.
Un bon présidentiable doit maitriser ses dossiers, avoir de l’expérience dans plusieurs domaines et cela suppose avoir exercer des mandats électifs. Le candidat doit montrer qu’il mesure les conséquences de ses propositions et qu’il sera capable de les mettre en œuvre. Pour faire sérieux le bon candidat doit avoir un programme clair, un projet politique consistant, cohérent, sans contradiction qu’il doit bien vendre, mais de façon crédible, mais aussi il doit annoncer des mesures concrètes. Donc il est indispensable qu’il ait une vraie culture économique, une idée de la réalité concrète du terrain, du bon sens.
Un bon candidat doit être honnête c’est à dire avoir le courage de dire la vérité, cesser de faire des promesses intenables, en sachant en âme et conscience qu’elles sont irréalistes.
En réalité quand on n’est pas charismatique, honnête, compétent, crédible, ou un homme de raison , disposant d’une vision d’avenir du Sénégal et de sa place dans le monde, on se doit d’éviter soigneusement la présidence car en ces lieux, seuls ceux qui sont forts, courageux et pugnaces tiennent debout.
N’oublions pas que nous sommes au sud du Sahara dans une géopolitique très instable et en même temps futur pays pétrolier avec toutes les insécurités qui lui sont liées, alors choisir l’expérience la continuité dans la stabilité et la gestion dans la sécurité sont les enjeux du choix du premier des sénégalais en charge de notre destiné.
Maintenant, après avoir minutieusement soumis tous les candidats à la candidature à ces critères de sélection objectifs, difficile sera de trouver un prétexte ou motif pour ne pas donner un deuxième mandat au candidat Macky Sall.



Mame Ousmane Diop

Responsable APR

Pourquoi devons-nous parrainer Macky ?

A quelques mois de la compétition pour l’élection présidentielle, le brouhaha orchestré par les nombreux candidats à la candidature ne laissent malheureusement pas apparaitre une très bonne clairvoyance de l’offre politique. De tous ces innombrables candidats au fauteuil présidentiel, le candidat Macky sall est de loin le meilleur au vu de son parcours politique mais aussi de ses réalisations durant son magistère. Partant de ce constat nous allons donner quelques raisons parmi tant d’autres qui font que nous devons parrainer le candidat Macky Sall




– Nous devons parrainer la candidature de Macky Sall pour le sponsoriser afin qu’il puisse poser sa candidature et faire un deuxième mandat.
– Nous devons parrainer la candidature de Macky Sall parce que c’est le candidat de la coalition Benno Bokk Yakaar qui est différente des coalitions de circonstances qui se forment et se disloquent pendant et après les périodes électorales.
– Nous devons parrainer la candidature de Macky Sall parce que c’est lui le géniteur du PSE qui vise la promotion du capital humain, passant par une amélioration significative des conditions de vie des populations, une lutte plus soutenue contre les inégalités sociales tout en préservant la base de ressources et en favorisant l’émergence de territoires viables à l’horizon 2035.
– Nous devons parrainer la candidature de Macky Sall parce qu’il y’a nécessité de poursuivre ses programmes sociaux tels que les Bourses de sécurité familiales, la Couverture Maladie Universelle (CMU), les cartes d’égalité des chances, la gratuité des soins pour les enfants de moins de 5 ans, la gratuité de l’hémodialyse et de la césarienne.
– Nous devons parrainer le candidat Macky parce qu’il est impératif de continuer à combattre les disparités entre le monde urbain et le monde rural à travers les programmes structurants de créations d’opportunités comme le PUDC PROMOVILLE, PRODAC, PRACAS, PUMA, DER/FJ.

– Nous devons parrainer la candidature de Macky Sall parce qu’il a plongé ce pays dans l’ère de la modernité avec des infrastructures de dernière génération comme AIDB, l’autoroute Ila Touba, la ville neuve de Diamniadio, Dakar Arena, Palais des sports, le Pont Transgambien, le Train Express Régional (TER).
– Nous devons parrainer la candidature de Macky Sall, parce que c’est sous son magistère qu’on a vu une baisse considérable des prix de l’électricité, de l’Internet et des denrées de première nécessité.
– Nous devons parrainer la candidature de Macky Sall parce que c’est sous son magistère que la question de l’Energie a été réglée avec la réalisation des centrales solaires et éoliennes ,
– Nous devons parrainer la candidature de Macky Sall pour maintenir la croissance économique soutenue qui est passée de 1,7% en 2012 à 7, 2% en 2018.
– Nous devons parrainer la candidature de Macky Sall parce que c’est sous son magistère qu’on a assisté à la modernisation et la réhabilitation de toutes les cités religieuses
– Nous devons parrainer la candidature de Macky Sall parce que c’est sous son magistère que pour la première fois dans l’histoire du Sénégal la diaspora est représentée par 15 députés à l’Assemblée Nationale
– Nous devons parrainer la candidature de Macky SALL pour le réélire au premier tour en 2019 et lui donner un second mandat pour la stabilité du Sénégal.




Vu toutes ces raisons, il devient un impératif de parrainer la candidature de Macky Sall qui est par ailleurs le meilleur choix et lui permettre de réaliser son ambition pour le Sénégal.

Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

S’organiser dans les réseaux sociaux vaut mieux que d’y faire la Police !

La campagne présidentielle de 2019 au Sénégal est en phase d’être très virulente sur internet et les réseaux sociaux. De plus en plus on assiste dans le monde à un changement radical sur la façon de faire de la politique.
Au Sénégal comme partout ailleurs, l’Internet et les réseaux sociaux sont un espace de débats, de discussions où les opinions et les positions politiques peuvent être posées ou défendues au grand bénéfice des populations qui pourront être mieux outillées au moment de choisir un président. Donc le virtuel est le meilleur alliés des candidats et formations politiques avant et pendant la présidentielle de 2019. Et cela apparemment tous l’ont bien compris. Dés lors remporter la bataille de l’internet et des réseaux sociaux est une exigence pour tout candidat voulant remporter cette présidentielle.



Par conséquent il devient urgent voire même impératif pour la nouvelle majorité présidentielle de s’appuyer sur ses forces existantes sur l’Internet et les réseaux sociaux pour mettre en marche un nouveau appareil essentiellement organisé et efficient pour renforcer sa capacité réactive sur le virtuel. Cela passera bien entendu par une compilation de données, la mobilisation et l’organisation de toute la crème militante ou sympathisante de la cause Macky sur les réseaux sociaux.
Travaillons à nous organiser à encore rapprocher d’avantage notre candidat à son peuple en vulgarisant ses réalisations sur l’Internet et les réseaux sociaux au lieu de chercher à priver les sénégalais de cet espace virtuel.
N’oublions pas que c’est en partie par la puissance du clic que nous sommes arrivés au pouvoir alors nous devons être normalement en mesure de savoir que c’est utopique de vouloir faire la police ou de bâillonner les réseaux sociaux.
Une chose est irréfutable, si l’Internet et les réseaux sociaux ne permettent pas à eux seuls de faire passer un candidat force est de reconnaitre que c’est en grande partie sur l’Internet et les réseaux sociaux que vont se jouer l’élection présidentielle Sénégalaise.
A bon entendeur salut !




Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Quand l’opposition prépare déjà sa défaite !!!

Au moment où tous les candidats à la candidature sont en plein dans le parrainage force est de reconnaitre que l’opposition sénégalaise prépare déjà sa défaite à l’élection présidentielle du 24 février 2019.
Au regard de toutes les réalisations de la gouvernance du président Macky Sall, de la pertinence du PSE et de sa concrétisation à travers le PUDC, CMU, PUMA, PROMOVILLES, PRACAS, PACASEN, PPDC, PRODAC, DER/FJ, TER, PNBSF, TER, la Nouvelle Ville de Diamnadio avec son Parc Industriel, l’Arène Nationale, l’Arena Dakar, Air Sénégal SA avec ses 04 avions, l’autoroute ILA Touba et Diamniadio- Saly, le Pont de l’Emergence de Foundiougne et de la Transgambien, le prolongement de la VDN, la stabilisation de l’Economie, un taux de croissance de plus de 7%, la réduction du coût de la vie, pour ne citer que celles ci, l’opposition sait qu’il n’y a plus rien à faire, les carottes sont cuites.



Dés lors la seule alternative pour l’opposition c’est de commencer à entacher la victoire éclatante au premier tour du Président macky Sall en essayant de faire croire aux sénégalais que le parrainage est une manière d’éliminer des candidats, que la justice est au solde de l’exécutif ou encore l’existence de trois fichiers électoraux que seul Macky Sall détiendrait pour préparer un hold up électoral.
Les principaux leaders de l’opposition, au lieu de mener le vrai combat du terrain comme l’avait fait le candidat Macky sall à travers des tournées dans toutes les localités du pays, optent pour la facilité en se focalisant sur des nullités, des discours ou lives fallacieux à travers les médias ou réseaux sociaux.
Tous ceux qui avaient initié des tournées à travers le pays ont vite déchanté au vu des innombrables réalisations du président macky sall dans le monde rural. La tournée brusquement écourtée de monsieur Idrissa Seck dans le monde rural pour montrer aux sénégalais que ce pays va mal peut en attester.
Pas un seul des candidats à la candidature ne nous a proposé un programme alternatif crédible en atteste le PASS de monsieur Malick gackou qui est un vaste programme chimérique parce qu’étant avant tout électoraliste.

Cette opposition a toujours dans ses prédictions souhaité voir le président Macky Sall échouer lamentablement.
Elle lui prédisait un magistère pénible, mais il a su apporter des solutions aux préoccupations des populations surtout les plus démunies durant les six ans de gestion du pouvoir.
Elle lui prédisait aussi un référendum remporté par le NON après avoir déroulé un vaste campagne de calomnie sur un certain pouvoir qu’il voulait donner aux homosexuels, il a gagné le pari avec un OUI massif.
Elle lui prédisait encore de perdre les législatives et de cohabiter avec l’opposition pour ouvrir d’éventuelles négociations en vu d’amnistier Karim Wade mais au finish il aura une majorité plus que confortable à l’Assemblée Nationale.
Elle lui prédisait toujours qu’il y’aura pas de parrainage mais plutôt un 23 Juin bis, il l’a fait adopté pour assainir l’espace politique sans tambour ni trompette.
Aujourd’hui, elle lui prédit comme à l’accoutumée qu’il ne sera même pas au premier tour de la présidentielle, il va passer au premier tour parce que nous avons un peuple mûr qui sait faire la distinction, entre celui qui travaille pour lui et ceux qui ne sont préoccupés que par leurs propres interêts ou carrières politiques.
Le président macky sall est une aubaine pour ce pays et l’opposition en est consciente alors inutile pour elle d’essayer d’atténuer sa défaite car elle sera cuisante




Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Macky parrainé par ses ambitieux projets et programmes !!!

A l’heure du parrainage, moment ne pouvait être mieux indiqué pour revisiter la pertinence des projets et programmes du président Macky Sall articulés autour du Plan Senegal Emergent (PSE) horizon 2035.
Ces projets et programmes vulgarisés voire expliqués aux populations comme il se doit sont une raison valable pour le président Macky Sall de se prévaloir de toutes les garanties d’atteindre l’objectif des 02 Millions de parrains fixé par la nouvelle majorité présidentielle.
Le modèle de développement pensé par le Président Macky Sall et décliné à travers des projets et programmes innovants, ouvre de nouvelles perspectives à tous les échelons de la société sénégalaise. Qu’il s’agisse du PUDC qui a su créer les conditions d’une nouvelle économie locale grâce à un investissement massif au profit des populations rurales, longtemps confinées à la périphérie des politiques publiques ; des Bourses de Sécurité Familiale qui ont permis de dérouler un filet de protection sociale au profit de 300.000 ménages étendu à 400 000 vulnérables ; ou encore de la Couverture Maladie Universelle qui vise à doter le Sénégal d’un système de protection sociale universelle à la fois performant et pérenne par une prise en charge médicale efficace des populations. Au 31 décembre 2017, le défi de la CMU était d’assurer un taux de couverture de 75% ; soit près de 11 millions de personnes.



Au regard des grands projets du septennat, le bilan d’étape est largement positif. Les réformes majeures ont abouti à des performances inédites et permis de mettre en œuvre des politiques sociales efficaces. L’ambitieux programme de 221 km d’autoroute à l’horizon 2019 adossé au projet de Train Express Régional (TER) va révolutionner la mobilité interurbaine. Les Pôles urbains qui participent d’une dynamique de renouveau territorial, devront élargir les bases d’un développement centré sur la modernité infrastructurelle. Avec le PUMA, PROMOVILLES, le Programme de modernisation des cités religieuses, le relèvement des plateaux techniques des hôpitaux, le Président Macky Sall est en train de dessiner la nouvelle identité d’un Sénégal équitable et solidaire, entreprenant et résolument tourné vers l’émergence.
Cet engagement au profit du Sénégal a permis de corriger les inégalités sociales et de révéler un horizon de possibilités pour tous les Sénégalais. La volonté inébranlable du Président Macky Sall de trouver des réponses efficientes et durables à la demande sociale, est traçable dans le budget 2017 arrêté à 3360 milliards de FCFA dont 1200 milliards mobilisés pour financer les investissements structurants annoncés lors des conseils des ministres délocalisés. L’objectif ultime réside dans la correction des déséquilibres socio-économiques.
Les impressionnants progrès dans le secteur de l’énergie viennent renforcer cette dynamique de compétitivité économique. Son ambition de consacrer le maximum de ressources à l’investissement, est soutenue par le Programme Triennal d’Investissements Publics (PTIP) 2017-2019 d’un coût global de 4 792 milliards de francs CFA. Ce plan comme l’a rappelé le Président Macky Sall va renforcer les performances du PSE à travers 772 projets. La mobilisation de son financement traduit la confiance des partenaires techniques. En cinq ans, le Gouvernement du Président Macky Sall a pu mobiliser 5 000 milliards de FCFA auprès des bailleurs de fonds contre 3 400 milliards en douze ans. C’est la preuve par quatre que le Sénégal est résolument sur la rampe de l’émergence.
Le président Macky Sall a un bilan élogieux qui augure des lendemains meilleur pour ce pays.
Au vu de tous ces projets et programmes innovants, le Président Macky Sall ne peut être que réélu en 2019 si l’on tient compte de son bilan. Il sera réélu pour les avancées significatives que le pays a connues ces sept dernières années. Il sera élu car confronté à une opposition qui n’a ni projet alternatif, ni propositions concrètes.




Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Macky passe au premier tour !!!

Le président Macky Sall, très sincèrement et en toute objectivité, dépassera largement au soir de la présidentielle de 2019 tous ses adversaires politiques avec un pourcentage de victoire jamais égalé depuis l’avénement de la première alternance à nos jours pour les raisons évidentes simples que voici:




– Le président Macky Sall sera candidat en 2019 avec un bilan visible et palpable et des perspectives claires que la majorité des Sénégalais voient et apprécient.
– Le Président Macky Sall de par la puissance de ses réalisations, l’efficacité de ses actions, son dynamisme interne et son degrés d’adaptation aux réalités du temps, aura inéluctablement un second mandat.
– Le président Macky Sall sait, de toute évidence, comment gagner une élection. Depuis la première Alternance à nos jours, Macky Sall n’a jamais enregistré une seule petite défaite électorale. Il a la baraka de la chose électorale.
– Le Président Macky et son régime en 07 ans de gestion du pouvoir ne faiblissent jamais en termes d’élections. Ils sont sur une pente ascendante. En atteste, la victoire sans bavure au soir du référendum constitutionnel de 2016 et la démonstration de force de 2017 pour la reconquête de l’Assemblée nationale.
– Le Président Macky Sall sera réélu car confronté à une opposition dispersée qui n’a que la calomnie à la bouche ni projet alternatif, ni propositions concrètes.
Nous avons un peuple intelligent mûr qui sait reconnaitre les efforts énormes que le président Macky Sall est entrain de consentir pour ce Sénégal en chantier.
Il s’agira, pour la nouvelle majorité présidentielle d’ici la présidentielle de faire bloc pour mieux faire comprendre le bilan et les perspectives qui sont deux choses qu’une opposition largement minoritaire essaiera de saper par des opérations occasionnelles de communication agressive et décalée dans le vide.
Chaque jour, les opposants rivaliseront dans le buzz et le vide. Chaque jour le Président Macky sera dans l’action, dans les réalisations et les perspectives pour hisser ce pays au rang des pays émergents avec son Programme Sénégal Émergent (PSE) horizon 2035.
En démocratie on compte les voix même si chacun peut élever trop la voix. L’opposition continuera à élever la voix au-delà de son poids réel. C’est son rôle.




La mission de la nouvelle majorité présidentielle est de porter le débat concret sur les réalisations palpables et les perspectives clairement en vue. Quelle que soit l’excitation des opposants chercheurs de buzz, la nouvelle majorité présidentielle mais plus particulièrement l’Alliance Pour la République (APR) qui est l’épine dorsale de cette nouvelle majorité doit imprimer la marque et rester sur le fil conducteur du débat concret, cet axe qui déconcerte les opposants frontaux.

Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Macky parrainé par sa politique sociale !!!

Le parrainage, passage obligé vers la présidentielle de 2019, est un moment bien choisi pour affirmer avec certitude que seule la politique sociale du président Macky Sall, expliquée comme elle se doit aux populations peut faciliter la collecte des 02 millions de parrains, objectif que s’est fixé la nouvelle majorité présidentielle.
Pour argumenter cette analyse voici quelques exemples parmi tant d’autres qui prouvent à suffisance que le président Macky Sall à considérablement amélioré les conditions de vie des populations dans toutes leurs diversités.



– Un budget de 120 milliards de francs CFA alloué au plan de solidarité national pour contribuer à la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale des ménages vulnérables depuis 2015.
– Les bourses de sécurité familiale ont permis de prendre en charge des milliers de familles vulnérables. Aujourd’hui plus de 400 000 familles bénéficient d’une allocation annuelle de 100.000 FCFA et d’une couverture médicale, avec des effets positifs sur l’éducation et la prise en charge sanitaire des enfants des familles bénéficiaires.
– La délivrance de 50.000 cartes d’égalités des chances par année á des personnes souffrant le handicap.
– La couverture maladie universelle avec la gratuité des soins pour les enfants de zéro á cinq ans, les porteurs de maladies chroniques et le plan sésame pour les personnes âgées et la gratuité de la césarienne ;
– Allocation dans le budget 2013 de 10 milliards FCFA pour la mise en place de la Caisse Autonome de Protection Sociale Universelle (CAPSU) dont les premiers transferts sont effectifs depuis 2013 ;
– 29 milliards de FCFA investis par l’Etat pour l’allégement de l’impôt sur le revenu des Sénégalais pour accroître leur pouvoir d’achat.
– Diminution des prix des denrées, du loyer et de l’électricité ;
– Bonification de la retraite : Revalorisation de 10% des pensions de retraite ;
– Nouveaux programmes comme le PUDC, le PRACAS pour améliorer les conditions de vie du monde rural ;
– 40.000 logements sociaux seront réalisés á long terme á Diamniadio pour faciliter l’accès à la propriété immobilière à toutes les populations.
– Modernisation des cités religieuses par la construction d’infrastructures nécessaires à leur rayonnement : Touba, Tivaoune, Medina Baye, Yoff, Popenguine et d’autres localités du pays.
– Dotation budgétaire annuelle de 27 milliards FCFA du Fonds de Soutien au secteur de l´Energie (FSE) pour soutenir les prix de l’électricité.



– Réduction sensible du billet d’avion pour le pèlerinage aux lieux Saints de l’Islam de 1.235.000FCFA en 2011 á 990.000 FCFA en 2012, soit une baisse de prés de 20%
– Baisse puis maintien du prix du gaz sur une longue période malgré une hausse continue des cours sur le marché international.
Au vu de toutes ces réalisations dans le volet social, on peut dire sans risque de se tromper, avec des chiffres à l’appui, que la consultation, l’hospitalisation et la vaccination des enfants de zéro à cinq ans sont effectives et gratuites dans les quatorze régions du pays.
Ainsi, parrainer le candidat Macky Sall signifie qu’à l’horizon 2022, 90% des Sénégalais auront une couverture maladie universelle, mais aussi que la bonification retraite s’acheminera progressivement vers une pension universelle.
Alors parrainons et faisons parrainer le candidat Macky Sall pour intensifier sa politique sociale qui a fini de faire tâche d’huile sur le vécu quotidien des sénégalaises et sénégalais




Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Quand le Club des frustrés courtise nos parrainages !!!

Il serait bien à l’heure du parrainage qui est un passage obligé vers la présidentielle de 2019 d’essayer de comprendre comment certains leaders politiques sont comme par enchantement devenus des opposants au régime du président Macky Sall. Beaucoup d’entre eux ont tous mal digéré le fait d’avoir quitté ou tout simplement d’avoir été larguéS du gouvernement et de l’administration du Sénégal pour incompétence, indiscipline et égo surdimensionnée. Parmi ceux ci ont peut citer Abdoul Mbaye, Malick Gackou, Thierno Alassane Sall et Ousmane Sonko.
Abdoul Mbaye promu comme Premier Ministre par le président Macky Sall n’a aucune référence aux valeurs lui qui, après avoir consigné les décrets d’approbation des contrats pétroliers, se dédit avec autant de légèreté aveuglé par les projecteurs de la haine parce qu’ayant simplement été démis du gouvernement par ce dernier qui a la prérogative constitutionnelle de nommer qui il veut aux postes civils et militaires. Abdoul Mbaye, un homme que la politique et les Sénégalais n’ont jamais intéressé, et qui a attendu ses 64 ans pour exprimer son patriotisme et son engagement, ce qui est une honte pour tout citoyen qui aime son pays Il se devait s’il était lucide et pas aveuglé par cette haine viscérale contre le président Macky Sall quitter le Landerneau politique au vu de son score ridicule de 0,02% aux législatives passées.



El Hadji Malick Gackou lui aussi un ancien ministre, du gouvernement de Abdoul Mbaye, envers qui il a montré une ferme opposition en démissionnant de son gouvernement, lorsqu’il s’est senti trop riche. Qui ne se souvient pas du feuilleton des meuniers où Malick Gackou au lieu de suivre les instructions du président, était plutôt plus proche de ceux ci. D’ailleurs, il serait même allé jusqu’à défendre les meuniers lors d’un Conseil des ministres poussant Abdoul Mbaye à le freiner. Gackou reçoit les meuniers et leur fait parvenir la décision de l’Etat qui est d’homologuer le prix de la farine. Ce qui n’agrée pas Gackou encore moins ses amis meuniers. Forcé de se plier à la volonté du Président il signe l’arrêté portant homologation des prix pour ensuite balancer sa lettre de démission du gouvernement, qu’il adresse au président Macky Sall et non au Premier Ministre Abdoul Mbaye par mépris. Gackou a poussé sa haine au président Macky Sall jusqu’à organiser une farouche résistance au sein de sa formation politique l’AFP, en divisant ce parti qui lui a tout donné. Il finira par trahir son leader Moustapha Niasse qu’il avait traité de tous les noms d’oiseaux. Aujourd’hui, par manque de conviction et pour sauvegarder leurs intérêts crypto-personnels, Gackou et Abdoul Mbaye ont comme par magie oublié leur différent pour s’opposer au régime qu’ils ont servi, et quitté après avoir bénéficié de tous les égards et privilèges.
Thierno Alassane Sall, dont l’envergure locale ne dépasse pas son quartier a du mal à se déployer dans sa propre localité à Thiés depuis qu’il a été démis de ses fonction de ministre. Cela se comprend parce qu’il était ministre de la République, il a bénéficié à un moment donné de la confiance du président de la République, et justement il a abusé de cette confiance parce que dans ses négociations avec les compagnies pétrolières, il a pris des engagements qu’il ne pouvait pas honorer. Et puisque maintenant, il n’est plus dans le gouvernement, il est aigris haineux et fait feu de tout bois.



Ousmane Sonko, est un apprenti politique
avec une inexpérience qui n’a d’égal que son ego démesuré. La preuve il pense que pour exister politiquement, il faut insulter, il faut être insolent. Mais il ignore qu’on ne peut pas aspirer à occuper certaines fonctions et être aussi incorrect. Ousmane Sonko est toujours dans ses habits d’étudiant et d’inspecteur des impôts démis de ses fonctions cause de cette farouche haine envers le président Macky Sall.
Ces quatre prétentieux en fait nous demande de les parrainer pour pouvoir se présenter comme candidat dans l’unique but de marchander leur intégration dans le gouvernement en cas de deuxième tour pour retrouver leurs prébendes perdues jadis si l’on sait qu’aucun d’entre eux ne pourra dépasser les 03% au soir de la présidentielle. Mais c’est peine perdue parce que cette présidentielle se limitera à un tour avec une victoire éclatante du président Macky Sall




Mame Ousmane Diop
Responsable Politique
Email : emodiop@gmail.com

Pour un avenir radieux, parrainons Macky !!!

Et si nous arrêtions ne serait ce qu’un petit instant la politique politicienne pour réfléchir sur les défis de l’heure qui nous interpellent tous à savoir l’emploi des jeunes, les contraintes de l’économie mondiale et la lutte contre la pauvreté. Nous gagnerons plus à nous concentrer sur ces problématiques de développement que de perdre toute notre énergie sur des questions qui sont loin d’intéresser le commun des sénégalais.
En 2013, le taux de croissance était de 3.5%, 4.3% en 2014 ; 6.5% en 2015 ; 6.6% en 2016; 6.8% en 2017 et projeté à 7,2% en 2018. C’est une tendance progressive voire satisfaisante. Malgré les lourdes contraintes liées à l’environnement international en 2015, le Sénégal a fourni des efforts considérables pour relancer les activités socioéconomiques.



Le président Macky Sall a très vite compris sur quels leviers il fallait s’appuyer pour assurer un avenir radieux à la génération future. Il est le géniteur de cette nouvelle stratégie de croissance qu’est le Plan Sénégal émergent 2035. Les 1.225,2 milliards de FCFA injectés en 2017 dans les dépenses d’investissement pour accélérer la transformation structurelle de l’économie auront dans trois ans au maximum un impact réel sur le vécu quotidien des populations surtout celles du monde rural. A cela s’ajoutent les investissements sur la santé, l’éducation, l’environnement, l’agriculture, la recherche, la formation professionnelle et la protection sociale.
Le Sénégal est sécurisé pour de bon si le président Macky Sall est réélu en 2019.
Il est impératif dés lors que tous se mobilisent pour accompagner voire renforcer les orientations du président Macky Sall pour voir venir les résultats escomptés. L’accès à l’eau potable sera définitivement réglé dans deux ans au plus tard avec des investissements à hauteur de 500 Milliards pour la construction d’une usine de dessalement d’eau de mer sur les mamelles d’une capacité de 100.000 mètres cubes jour d’une usine de traitement des eaux venant du lac de Guiers.
Si tous cette efforts sont maintenus à partir de 2024, le Sénégal sera capable de s’autofinancer à hauteur de 2.000 milliards, commencer à créer plus d’un million d’emplois directs et indirects, atteindre l’autosuffisance alimentaire et avoir une industrialisation compétitive et moderne.
C’est conscient de tout cela que les populations doivent s’approprier la vision du président Macky sall articulée autour du Plan Sénégal Emergent (PSE) pour concourir à travailler à préserver ces acquis.
C’est fort de ces constats que les sénégalaises et sénégalais doivent dans leur majorité parrainer le président Macky Sall pour se prémunir d’un Sénégal promu à un avenir radieux avec le PSE horizon 2035




Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Macky imbattable à la présidentielle de 2019 !!!

A quelques mois de la présidentielle, une certaine opposition clame, qu’elle est majoritaire, basant cette théorie sur les résultats des élections législatives de juillet 2017. Cette même opposition, comme pour essayer de se faire une raison dit à qui veut l’entendre que le président Macky Sall ira inéluctablement vers un deuxième tour à la prochaine élection présidentielle de février 2019. Même si c’est sa certitude à elle, il n’en demeure pas moins que cette théorie fallacieuse de l’opposition n’existe que dans la tête de ceux qui politiquement n’influent sur absolument rien.



Il serait bien de préciser que rares sont les leaders de l’opposition qui contrôlent ne serait-ce qu’une collectivité. Et leur envergure ne dépasse guère les limites de leur territoire communal. Et pourtant certains membres de l’opposition gagneraient plus à être réalistes ou même modestes par rapport à leurs candidatures en évitant de se présenter uniquement pour se faire connaitre par les sénégalaises et sénégalais. Tous dans leurs démarches pensent qu’il suffit de mettre les pieds dans quelques localités du pays pour se décréter majoritaires aux yeux des populations. Il est clair qu’il y’a une pénurie de candidats sérieux pouvant faire mal au sein de l’opposition en 2019. L’opposition devait depuis longtemps revoir sa copie pour avoir une participation respectable à la présidentielle. La bataille de 2019 se prépare sur le terrain politique et non dans les réseaux sociaux ou supports audiovisuels.Et cela va s’en dire que la majorité a fini de s’approprier le terrain politique à travers des séries de mobilisations dans toutes les différentes localités du pays. Non content d’occuper l’espace politique et médiatique la majorité a un bilan élogieux à présenter aux sénégalaises et sénégalais. Elle n’a pas de problème de candidat. Du côté de l’opposition, ils ont accusé un retard que les délais ne peuvent pas combler. En dehors d’Idrissa Seck qui s’est un peu remué dernièrement à travers une tournée nationale vite écourtée par l’ampleur des réalisations du président Macky sall dans le monde rural, faut le dire, les autres candidats prétentieux trainent les pieds en se limitant à faire du théâtre ou cinéma à l’hémicycle ou des lives dans les réseaux sociaux substituant le terrain politique au buzz médiatique . Et ce n’est pas comme ça qu’ils parviendront à créer des difficultés à la majorité. Ils risquent d’avoir au sein de l’opposition de grosses déceptions ou pour certains d’anticiper leurs retraites politiques, au soir de cette présidentielle.
La participation du candidat de BBY, en l’occurrence le président Macky Sall, apporte une nouvelle donne à cette présidentielle. Et cette nouveauté est très à prendre au sérieux si l’on sait que les qualités du candidat Macky seront déterminantes pour beaucoup d’électeurs quand il s’agira de choisir un président de la République.
Les qualités telles que la capacité d’écoute, la pondération, le respect d’autrui, la bonne éducation, le leadership et l’expérience du candidat Macky capteront beaucoup d’électeurs parce qu’ils exprimeront leurs votes en fonction des qualités qu’un candidat incarne.
Il faut dire aussi que d’autres électeurs choisissent leurs candidats en privilégiant l’expérience.
Sous ce rapport, osons le dire le candidat Macky est bien loti et cela le positionne bien pour capter des voix parmi les indécis, et quand bien même dans l’opposition. Le candidat Macky bénéficie, aussi, de l’avantage d’un candidat à sa propre réélection. Cela va s’en dire qu’il maitrise le processus d’une élection présidentielle pour avoir gagné la présidentielle en 2007, en tant que directeur de campagne et, celle de 2012, en tant que candidat. Quelques uns de ses challengers pourraient s’aventurer à se prévaloir de ce parcours mais faut aussi préciser que Macky fut ministre de l’intérieur donc maitrise parfaitement la cartographie électorale. Donc, il est clair qu’il connait la bonne formule qui mène vers la présidence.
Dans cette foire d’empoignade où les challengers s’évertuent à paraitre devant le peuple comme des candidats idéals pour la magistrature suprême il y’a bien un favori qui ne peut être que le candidat Macky.
Effectivement en astreignant tous les candidats déclarés à cette fourchette de critères telle que l’expérience de la gestion de l’Etat, l’intégrité morale, la courtoisie et la fermeté sur les principes, le sens de la mesure, l’âge idéal, il est évident qu’il émergera du lot le candidat Macky au détriment de cette meute de challengers qui pour la plupart sont des hommes du serial à coté d’illustre inconnus New Comers et novices en la matière qui constituent la majorité des ténors de l’opposition.
Osons le dire dans cette bataille pour la présidentielle de 2019, le candidat Macky est imbattable à tout point de vue.




Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Sur le plan social, Macky dépasse Wade et Diouf !

Pendant les deux mandats du président Wade, le gouvernement avait attiré des capitaux de la part de nouveaux donateurs, mais malheureusement la transparence et la bonne gouvernance avaient toutefois connu un déclin significatif. Les secteurs de l’éducation, de l’énergie battaient de l’aile, et les prix des produits de base, avaient augmenté d’année en année.

Effectivement c’est à partir de 2008, que le prix des céréales, les prix de l’eau, de l’électricité, du gaz de cuisine, de l’essence, des transports et des loyers en ville avaient tous augmenté et les Sénégalais avaient de plus en plus de difficulté à joindre les deux bouts.




Le plan énergétique TAAKAL de Karim Wade devait en principe permettre de mettre un terme à ces coupures d’électricité, mais malheureusement force est de reconnaitre qu’il n’a jamais été viable, qu’il a absorbé les ressources financières d’autres ministères pour être finalement obsolète, car il n’avait pas du tout mis l’accent sur les énergies renouvelables.

Les coupures de courant incessantes et les prix variables et exorbitants pour beaucoup de sénégalais avaient conduit à des pillages dans l’ensemble du pays. Des bâtiments de la SENELEC avaient par ailleurs été incendiés par les populations qui souffraient de ces coupures intempestives d’électricité en juin 2011.

Le 25 mars 2012, le Sénégal a vécu sa seconde alternance politique au pouvoir, en élisant Macky SALL Six ans après son accession au pouvoir, le président Macky Sall a fait beaucoup plus dans le domaine social que ses trois prédécesseurs qui ont été à la tête du pays de 1960 à 2012. Ces progressions dans le domaine social ont directement impacté la condition de vie des populations à fortiori les couches les plus vulnérables de la société sénégalaise. Parmi ses avancées significatives dans le social on peut noter :

– Couverture maladie universelle et bourses de sécurité familiale
Le développement des mutuelles de santé a permis de porter le taux de couverture maladie de 6,8 % en 2013, à près de 20%, en 2016. En 2017 plus de 300 000 familles au Sénégal bénéficient d’une allocation annuelle de 100.000 FCFA et d’une couverture médicale dans le cadre des bourses de sécurité familiale. Présentement, 671 mutuelles de santé sont opérationnelles avec 2,3 millions d’adhérents. Faut préciser que les 300 000 ménages bénéficiaires de la bourse de sécurité familiale sont pris en charge dans le cadre de la Couverture Maladie Universelle. De même que les 17 000 personnes en situation d’handicap, titulaires de la carte d’égalité des chances. En réalité, plus de 5,3 millions d’enfants âgés de 0 à 5 ans sont pris en charge depuis 2013 dans le cadre des initiatives de gratuité des soins. Dans le même ordre d’idées, sur le plan de la protection sociale, les bourses de sécurité familiale ont permis de prendre en charge des milliers de familles vulnérables, avec des effets positifs sur l’éducation et la prise en charge sanitaire des enfants des familles bénéficiaires. Avec les 10 milliards ajoutés au budget de la protection sociale, les bourses de sécurité familiale pour l’année 2018 passeront de 300 mille à 400 mille bénéficiaires de définitive, c’est plus de 58,5 milliards de FCFA au total entre 2012 et 2016 qui ont été mobilisés pour les différentes régions.

– Baisse de la facture l’électricité de 15% du tarif
La compagnie en charge de la fourniture électrique (SENELEC), applique une baisse de 15 % pour les clients qui consomment moins de 150 kilowatt-heures. Ces derniers paient donc désormais 90,47 francs CFA le kilowatt-heure et non plus 106,44 francs. Concernant l’éclairage public et les concessionnaires d’électrification rurale, la baisse est de 10 % sur les tarifs et les primes fixes.
Cette baisse représente un gain de 30 milliards de FCFA en faveur des consommateurs. Et il est prévu d’autres baisses substantielles dans le futur.

– Réduction des loyers, du gaz et des prix des denrées alimentaires.
Le président Macky Sall a promulgué la loi prévoyant des baisses du prix des loyers de 4 à 29 % dans le pays. Cette loi sur la baisse des loyers permettra d’améliorer le pouvoir d’achat des Sénégalais. Les prix des denrées alimentaires diminués : le kilo de riz est á 280 FCFA au lieu de 325 FCFA. Le kilo du riz parfumé est à 435 FCFA au lieu de 475 FCFA, le kilo du sucre se vend à 580 CFA au lieu de 690 FCFA, alors que le litre d’huile est à 960 FCFA contre 1 200 FCFA ;

– Gratuité de la transformation des titres précaires en titres fonciers

Le Président Macky sall a pris une importante décision, le mercredi 22 février 2017, à l’occasion du Conseil des ministres, relative à la délivrance aux populations des titres de propriété sur des terrains à usage d’habitation relevant du domaine privé de l’Etat. Le Président de la République a demande au Gouvernement de diligenter la transformation gratuite des titres précaires en titres fonciers, par la simplification des procédures et la sécurisation des transactions. A travers cette résolution concernant 122.206 titres fonciers recensés au Sénégal, le président Macky Sall indique la nécessité et l’urgence de corriger ces anomalies qui freinent la dynamique de croissance et de progrès social, afin de permettre à toutes les personnes concernées d’accéder facilement et de manière gratuite, à la pleine propriété foncière.

– Renonciation de recettes fiscales de plus de 40 Milliards impliquant une hausse des salaires
Le gouvernement du président Macky sall a procédé à une renonciation consistante de recettes fiscales avec l’entrée en vigueur de la loi 2012-31 portant Code général des impôts, le 1er janvier 2013 avec la baisse de l’impôt sur le revenu des personnes physiques. Les prévisions initiales de baisses de recettes étaient de 29 milliards de FCFA. A l’arrivée, les renonciations de recettes fiscales ont dépassé 40 milliards de FCFA affirmant l’ampleur de l’effort consenti par le gouvernement qui de fait à redistribuer ainsi un important pouvoir d’achat aux travailleurs.

– Augmentation des pensions de retraite de 10%
Le président Macky Sall dés Juin 2012 a revaloriser les pensions de retraite, avec une augmentation de 10%, et fait passer la valeur annuelle du point, de 88,83 francs CFA à 174,90 francs CFA, au régime général de retraite et, au régime complémentaire des cadres, de 58,80 francs CFA à 115,80 francs CFA contre une revalorisation équivalent de 96,9% des pensions au cours entre 2000 et 2012
Ainsi l’augmentation des pensions de 10% estimée à 5,1 milliards de francs CFA, améliore le pouvoir d’achat des retraités donc est socialement justifiée

– Lancement de la première phase des financements de la DER
Le président Macky Sall l’avait dit dans son message à la Nation du 31 décembre 2017. Huit mois après, il a procédé à la remise symbolique pour 15000 femmes et jeunes venant des 45 départements du Sénégal, des premiers financements de la Délégation à l’Entrepreunariat Rapide Femmes et Jeunes (DER/FJ) chiffrés à 10 milliards francs CFA . Faut souligner que les 20 milliards restants sur les 30 prévus, seront donnés d’ici la fin de l’année.En réalité, ces financements permettront de donner du pouvoir aux femmes et aux jeunes, de libérer leurs énergies et leurs talents, tout en préservant la dignité de chaque famille, mais c’est aussi bien entendu investir dans l’entreprenariat, donc investir dans l’avenir.

– Réalisation à terme de 40 000 Logements sociaux à Diamnadio
Un projet de 40.000 logements sociaux seront réalisés á long terme á Diamniadio prés de Dakar. Ces logements sociaux visent à faciliter l’accès à la propriété immobilière à toutes les populations. Il s’agit ici de 40.000 logements de toutes catégories: habitat social, moyen standing et haut de gamme, dans l’esprit d’une mixité harmonieuse. Sur ces 40.000 logements, 15.000 sont déjà réalisés.

– Nouveaux programmes comme le PUDC, PRACAS, pour améliorer les conditions de vie du monde rural

Le président Macky Sall, avant même son arrivée au pouvoir, avait déjà une vision très claire de la situation du monde rural. Il avait compris que 55% des Séné­galais vivent en zone rurale où la pauvreté atteint une proportion de 57%. Le Président Sall croit fermement à la sécurité nutritionnelle et alimentaire et motive à travers le Programme d’accélération de la cadence de l’agriculture sénégalaise (PRACAS) à construire une agriculture compétitive, diversifiée et durable. Le PRACAS, est en train de transformer et de redynamiser l’économie rurale par l’augmentation des revenus, la création d’emplois et l’amélioration de la vie nutritionnelle des ruraux. Aujourd’hui, le riz, l’oignon, l’arachide, les fruits et légumes de contre-saison ont connu des rendements exponentiels exceptionnels.
Le Programme d’urgence pour le développement communautaire (PUDC) a réalisé à l’intérieur du Sénégal des infrastructures permettant l’accès aux services socioéconomiques de base où les femmes et les jeunes sont visiblement les plus affectés. Le PUDC devra à terme investir un coût global de 522 milliards entre juillet 2015 et 2019 pour construire et réhabiliter 3 048 km de pistes de production et 250 forages et châteaux d’eau, électrifier plus de 325 villages et installer au moins 5 000 équipements de transformation ( décortiqueuses, moulins, batteuses etc.).




Ces performances sur le plan social enregistrées sous le magistère du président Macky sall ont été possibles grâce au PSE qui a amplifié la mobilisation des ressources internes et externes. Faut préciser aussi que des marges budgétaires se sont dégagées grâce à la gouvernance sobre et vertueuse qui s’est traduite par une rationalisation des dépenses courantes et une augmentation des dépenses d’investissement.
Au vu de toutes ses progressions significatives dans le domaine social sous le magistère du président Macky Sall force est de reconnaitre que sur le plan social Macky dépasse de loin Wade et Diouf.

Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

En fait, Macky en a fait son combat depuis !

Force est de reconnaitre qu’il a fallu que quelques jours au président Macky Sall pour rendre aphone cette opposition qui n’a que seul viatique le verbiage. Effectivement le président Macky sall et son gouvernement ont non seulement posé des actes majeurs qui montrent à suffisance que seules les préoccupations des populations sont leurs priorités mais ils ont aussi inéluctablement plongé ce pays dans la modernité. Parmi ces actes on peut noter :
– La mise en service d’ouvrages de production d’eau potable à Bayakh
Mis en service par Le Premier ministre, Mahammad Boun Abdallah Dionne ces ouvrages sont composés d’une station de pompage d’un réservoir de 15 000 m3 par jour d’une conduite de 18,6 Km entre Bayakh et Rufisque . Ces ouvrages hydrauliques entrent dans le cadre de la première phase du Programme spécial de renforcement de l’alimentation en eau potable de Dakar (PSDAK). Un programme dont l’objectif principal est de mobiliser 94 000 mètres cube d’eau supplémentaire par jour. Ce, pour résorber le déficit de 54 000 mètres cube/jour et faire face à la période de pointe de cette année. Son coût global est de 27,5 milliards de francs Cfa dont 13 milliards pour les ouvrages de Bayakh.



– Lancement de la première phase des financements de la DER/FJ.

Le président Macky Sall l’avait dit dans son message à la Nation du 31 décembre 2017. Huit mois après, il a procédé à la remise symbolique pour 15000 femmes et jeunes venant des 45 départements du Sénégal, des premiers financements de la Délégation à l’Entrepreunariat Rapide Femmes et Jeunes (DER/FJ) chiffrés à 10 milliards francs CFA . Faut souligner que les 20 milliards restants sur les 30 prévus, seront donnés d’ici la fin de l’année.En réalité, ces financements permettront de donner du pouvoir aux femmes et aux jeunes, de libérer leurs énergies et leurs talents, tout en préservant la dignité de chaque famille, mais c’est aussi bien entendu investir dans l’entreprenariat, dons investir dans l’avenir.

– L’inauguration de l’arène Nationale de lutte

Ce complexe multifonctionnel est à même d’accueillir tous les sports de combats et même des compétitions de hand-ball. Cette arène nationale d’un coût de 32 milliards de FCFA a une capacité de 22 000 places a un centre d’hébergement, une salle de musculation, des vestiaires, un parking intérieur de 450 places et un parking extérieur de plus de 1.000 places.

– L’inauguration du complexe sportif Dakar Arena
Le président de la République, Macky Sall, a inauguré, Dakar Arena, une infrastructure de basket de dernière génération. La construction de ce complexe sportif modulable et polyvalent de 15 000 places fait suite à un engagement que le chef de l’Etat avait pris en 2015 alors qu’il recevait les lionnes du Basket. Dakar Arena offre toutes les garanties pour accueillir des événements d’envergure qu’ils soient sportifs ou culturels, avec la même efficacité. Répondant aux normes internationales, il bénéficie d’équipements de dernière génération adaptés aux activités ciblées. Dakar Aréna, est le stade emblématique d’un Sénégal ambitieux, un stade qui devra contribuer au rayonnement du pays à travers les valeurs sportives et culturelles. Le président Macky Sall offre ce phénoménal complexe multisports flambant neuf et donne rendez-vous en 2020 pour l’inauguration d’un stade de football de 50 000 places.

Osons le dire, le président Macky Sall, en trouvant un début de solutions aux pénuries d’eau, en favorisant l’entreprenariat rapide des jeunes et des femmes, en dotant ce pays d’infrastructures sportives de dernières générations a montré à la face du monde que seules les priorités des populations fondent sa démarche. Cette prise en charge au quotidien des priorités et doléances de l’ensembles des populations montre à suffisance que sa réélection au premier tour a été en fait son combat de tous les jours. Et force est de reconnaitre que son deuxième mandat est dans sa poche.





Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop&gmail.com

La Diaspora au coeur des préoccupations de Macky !

En 2012, les sénégalais dans leur majorité se sont librement choisis le candidat Macky Sall pour présider aux destinées de leur pays. En six ans de gestion du pouvoir, force est de reconnaitre que les réalisations du président Macky sall pour la Diaspora sont immenses. Pour prouver cette assertion voici quelques réalisations parmi tant d’autres qui montrent à suffisance que le président Macky Sall met au coeur de ses préoccupations la Diapora.
Démarrage d’études sur l’évaluation des conventions bilatérales et multilatérales pour la sécurité sociale de nos compatriotes émigrés ;



Etude pour la création d’un fonds pour le rapatriement des dépouilles des sénégalais décédés á l’étranger, l’aide aux familles endeuillées, les malades nécessitant une intervention chirurgicale lourde et le rapatriement des sénégalais en situation de détresse grave avec un budget de 800 millions de francs CFA en 2015;
Saisine de postes diplomatiques et consulaires pour le recensement de tous les sénégalais détenus dans leur juridiction, á l’effet de leur fournir l’assistance consulaire nécessaire ;
Politique sociale permettant aux sénégalais de l’Extérieur de bénéficier des logements ;
Quota de 30 % sur tout aménagement de terrains au profit exclusif des émigres
Entre 2014, date de son début de mise en œuvre et Octobre 2016, le FFD a décaissé 2.495.997.313 de francs CFA dans 23 pays pour booster et soutenir les efforts des Sénégalaises.
Plus de 3000 femmes ont été accompagnées pour consolider ou démarrer une activité génératrice à travers le monde : Cote d’Ivoire, Mali, Gambie, Mauritanie, Burkina-Faso, Gabon, Congo Brazzaville, Maroc, Guinée Conakry, Guinée Bissau, Togo, Italie, France, Espagne, Belgique, Allemagne, Turquie, Portugal, Arabie Saoudite, Dubaï, Chine, Etats-Unis et Canada.
En 2014, une enveloppe d’investissement de 602 780 958 francs CFA sur le budget du FAISE a servi à financer 122 projets de Sénégalais de l’extérieur.
En 2015, 800 millions FCFA avaient été affectés à 116 demandes de financements concernant des secteurs aussi divers que variés tels l’élevage, la pêche, les Tics, l’artisanat, les services et l’agriculture.
Pour la présente campagne, 850 millions FCFA serviront à appuyer 170 projets jugés innovants et porteurs de croissance.

Financement des projets par le Fonds d´Appui á l´Investissement des Sénégalais de l´Extérieur (FAISES) de 340 millions en 2012 á 1 milliards Cinq cent millions de FCFA en 2015 ;
Prise de mesures de baisse des prix sur les tarifs des appels téléphoniques entrants, á la suite de la suppression surtaxe qui y étaient appliqués ;
Décret 2012-444 du 12 avril 2012 relevant l’âge de l’importation des véhicules qui passe de 5 á 8 ans;
Modification du code de nationalité sénégalaise pour permettre aux femmes sénégalaises de transmettre la nationalité sénégalaise á leurs enfants ;
Election de 15 députés de la Diaspora ;
Création d’un guichet unique spécialement dédié é la Diaspora au niveau de l’APIX. Ce guichet unique a pour missions principales de partager, avec les sénégalais de la diaspora, les projets et les opportunités d’affaires existantes dans les différents secteurs porteurs et au niveau des différentes régions du Sénégal.




Au vu de toutes les grandes réalisations du président Macky Sall pour la Diaspora, force est de reconnaitre que la prise en charge des priorités de nos compatriotes est au coeur de ses préoccupations. Et ne serait ce que pour cela toutes les populations au premier plan desquelles la Diaspora doivent se mobiliser comme un seul homme pour lui donner un deuxième mandat bien mérité.

Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email: emodiop@gmail.com

Vivement que cette présidentielle se tienne !

S’aurait été tellement inespéré si les présidentielles qui pointent à l’horizon étaient organisées maintenant pour que les troubles fêtes qui n’existent que parce qu’ils sont dans les supports audiovisuels ou réseaux sociaux puissent se rendre compte de la réalité du terrain.
Ceux là qui simplifient leurs activités politiques à débattre des questions du cout dit exorbitant du TER, de la dette dite exhaustive ou des caisses de l’Etat qui sont prétendues vides ou encore de nos ressources naturelles supposées bradées à la France pour ses beaux yeux ne savent pas pour la plupart que ces questions intéressent une infirme minorité.



La réalité des faits est tronquée par les acteurs politiques sans aucune base affective qui occupent l’espace médiatique comme les militants qui passent leur temps à vociférer au sein de leurs partis politiques. Ces supposés acteurs politiques se trompent de mauvaise foi de cible parce qu’ils ignorent royalement que le vrai pouvoir est inéluctablement entre les mains des populations qui sont seules détentrices de la légitimité populaire.
Le président Macky Sall a travaillé pour des sénégalais qui pour la plupart, ne lisent pas les journaux, n’écoutent pas ce dont vous débattez à longueur de journée tellement obnubilés par seulement l’amélioration de leur vécu quotidien ni plus ni moins. Ces populations presque toutes laissées à elles mêmes durant des décennies parce qu’ayant comme seul tord leurs choix de vivre en monde rural, savent, reconnaitre, et remercier celui qui leur a construit des routes, des pistes rurales, des forages, des châteaux d’eau, diminué les prix des denrées de première nécessité ou facilité l’accès à l’électrification rurales ou encore augmenté leurs productions agricoles.
Alors messieurs vous feriez mieux de vous préparez psychologiquement à votre défaire cuisante parce que jamais dans l’histoire de ce pays les populations ne se sont trompées dans leurs choix et c’est pas aujourd’hui qu’elles vont commencer à le faire.
Un homme avertit en vaut deux !




Mame Ousmane Diop
Responsable APR

Macky excellent dans la modernisation de la pêche !

Le président Macky Sall, dans le cadre de la mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent (PSE), s’est engagé à réaliser d’importants investissements pour moderniser le secteur de la pêche. L’objectif cherché est d’accroître sa compétitivité relativement au rôle important de l’économie maritime dans le renforcement de la sécurité alimentaire, la création de richesses et d’emplois.
Dans le cadre de la modernisation des infrastructures et équipements dans le secteur de la pêche, les investissements ont porté sur :
– La subvention d’un montant de 5 000 000 000 de francs CFA accordée aux pêcheurs pour l’acquisition de 1152 moteurs où chaque bénéficiaire à reçu une subvention de 1 000 0000 de francs CFA
– La dotation de véhicules aux services régionaux de la Pêche et de la Surveillance
– La constitution d’un stock de 20 000 gilets de sauvetage et la réduction du prix unitaire de cession à 2 500 francs CFA pour relever le défi de l’accessibilité et renforcer la sécurité en mer des pêcheurs artisans pour réduire les pertes en vies humaines



– La mise en service des navires « Aguène » et « Diambogne» pour renforcer la liaison maritime Dakar –Ziguinchor et la baisse du coût du billet de 12 500 francs CFA à 5 000 francs CFA
– La construction des quais de débarquement des produits de la pêche de Ngaparou, Pointe Sarène, Potou et Bargny
– L’aménagement des aires de transformation à Dakar, Mbao, Potou et Kafountine
– La construction du marché central au poisson de Fatick ;
La construction des sièges des services régionaux de Fatick, Thiès et Sédhiou
– La réhabilitation du débarcadère et de l’aire de transformation des produits halieutiques du Centre de pêche de Goudomp
– La mise aux normes de sécurité et de sûreté des Ports secondaires de Ziguinchor et Ndakhonga
– L’extension du Port de commerce de Ziguinchor et la construction d’un Port de pêche à Boudody
– La construction et modernisation des quais de débarquement de Soumbédioune, Yoff, Ngaparou, et Pointe Sarène
– L’aménagement d’aires de traitement et de transformation des produits de la pêche à Fass Boye et Gooxu Mbathe
– La réalisation de 19 complexes frigorifiques équipés et de 76 camions frigorifiques pour la conservation, la congélation et le stockage des produits halieutique
– La construction du Port d’escale de Ndakhonga – Foundiougne
– Le dragage du fleuve Saloum pour un montant de 2 500 000 000 de francs CFA, ainsi que celui du fleuve Casamance d’un montant 10 Milliards de francs CFA, pour faciliter la navigation de jour comme de nuit
Ces efforts consentis par le gouvernement du président Macky Sall ont donné des résultats forts encourageants pour le secteur de la pêche.
Pour la pêche artisanale il a été enregistré un total de débarquements de 372 548 tonnes de produits pour une valeur commerciale estimée à 119,69 milliards de FCFA. Ces chiffres rendent compte d’une baisse de 3% du volume de débarquement de 2015 en comparaison de 2014, avec, en revanche une hausse de 28% sur les valeurs commerciales. Faut aussi noter que 37142 tonnes de produits ont été transformés, dont 66 % ont été exportés principalement vers les pays de la sous-région ouest-africaine.
Même son de cloche pour la pêche industrielle qui enregistre 49 565 de tonnes de produits débarquées pour une valeur de 41,3 milliards de FCFA dont 39 344 tonnes par des navires sénégalais, 7 703 tonnes par des navires européens et 2 518 tonnes par des navires capverdiens.



En 2015, le secteur de la Pêche a occupé la première place des exportations avec prés de 195,6 milliards de FCFA, soit 20,87% des recettes d’exportation totales et participe à hauteur de 3,2% du PIB.
La pêche artisanale au Sénégal représente 83% des débarquements en 2017 et pourvoit 400.000 emplois sur les 600.000 que compte ce secteur
La pêche artisanale constitue aussi un levier important dans la satisfaction de la demande en produits halieutiques, dans la création d’emplois. Le secteur de la pêche participe à hauteur de 3,2% du produit intérieur brut (PIB) et joue un rôle « clé » dans la nutrition et la sécurité. Il assure près de 70% des apports en protéines d’origine animale.
Au vu de tous ces investissements colossaux et retombées économiques on peut dire sans se tromper que le président Macky sall a modernisé à plus d’un titre le secteur de la pêche.

Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Ce que je retiens de la sortie de Robert Bourgi !

Maitre Robert Bourgi est un homme très influent mais aussi très reseauté. Les mystères de la politique française et africaines lui sont connues. Le Sénégal en l’occurence, est son pays de naissance et d’adoption. A 73 ans, son point de vue est à égale distance des acteurs politiques par le regard neutre et objectif qu’il porte sur les faits. Maitre Bourgi nous confirme que le leadership du président Macky Sall n’est plus à démontrer sur l’international, parce que la place du Sénégal dans le concert des nations est sans commune mesure par rapport à sa superficie. Point n’est besoin pour s’en convaincre que lui qui préside aux destinées du pays soit respecté par ses pairs dans le monde entier. Pas étonnant que ses politiques publiques majeures autant que ses options de gouvernance soient inscrits sous le sceau de l’ouverture et de la performance. Macky a déjà gagné. C’est ce que Maitre Bourgi nous dit. Il ne nous dit pas que Macky lui convient. Il nous dit que Macky convient au Sénégal. Le rapide survol des candidats en lice lui permet de faire un tri sur du connu. Il a travaillé avec Diouf collaboré avec Wade et Idrissa et rencontré Macky et Karim plusieurs fois. Ce franco sénégalais nous donne un visage humain de Macky sall et nous prévient de toute errance dans des candidatures que porteraient des lobbys étrangers. En atteste pour Maitre Bourgi celle de Monsieur Idrissa Seck qui s’égare dans son intelligence en pensant qu’il peut gagner les présidentielles qui pointent à l’horizon, en passant par des intermédiaires ou lobbies extérieurs au point de parler de MAAKA BAAKA pour un homme qui se dit pieux. D’après Bourgi la façon dont Monsieur Idrissa Seck veut aborder les présidentielles ne correspond pas à la réalité du monde d’aujourd’hui. Il est dans une dynamique archaïque parce que basant une grande partie de sa stratégie politique sur l’extérieur faisant abstraction du fait que ce sont les voix des sénégalais qui compteront en 2019. Ce n’est pas la France qui élit un candidat. Monsieur Idrissa Seck sera battu en 2019 par le candidat Macky sall nous dit Maitre Bourgi. Karim Wade selon lui serait le fils de son père Wade sans être sénégalais en atteste la fait qu’il ne soit pas en mesure de manier la langue nationale ou plus exactement le Wolof. Donc un frein à sa candidature qui est selon Bourgi utopique. Objectivement Maitre Bourgi plaide pour la pacification parce que le deuxième mandat de Macky est une adhésion du peuple sénégalais. L’ingérence de la France Afrique est révolue. Très réservé sur le procès en cours il n’en a pas moins appréhendé tout le sens le dernier mot revenant à la justice. De tous Khalifa Sall aurait eu le meilleur profil point de vue que nous ne partageons pas. Il est clair que ce dernier est célèbre par le procès qui porte son nom mais pas par son aura auprès des sénégalais. Il semble que Bourgi a opté comme la majorité des sénégalais : Macky gagnant au premier tours.




Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Politiquement, Macky dépasse Wade et Diouf !

Au fur et à mesure que l’on s’approche des présidentielles de février 2019, toutes les attentions sont braquées vers un seul homme. Un président sortant, qui veut rempiler face à tous ses adversaires aux prochaines échéances électorales.
Macky, non content d’être sorti major de la promotion de l’école Wade est un génie politique. Le Pape du Sopi ou plus exactement maitre Wade a vu plus fort que lui en la personne de l’élève Macky. L’homme a très tôt pu déceler contrairement à Diouf quand et comment il fallait parler ou ignorer Wade . Qui aurait pu penser que Macky parviendrait à déboulonner Wade à la présidentielle de 2012, trois ans seulement après avoir créé son mouvement APR.
Une fois élu à la tête de ce pays, le président Macky Sall a par finesse politique et à plusieurs fois étouffer voire déjouer toutes les tentatives de Wade tendant à déstabiliser son régime.
Conscient que son parti l’APR ne peut pas diriger ce pays à lui seul, le président Macky Sall n’y va pas par quatre chemins pour priver certains membres de sa formation politique à certains postes stratégiques dans les institutions comme l’Assemblée Nationale et le Haut Conseil des Collectivités Territoriales.
Ces deux institutions seront confiées respectivement à Moustapha Niass et Ousmane Tanor Dieng. Qui aurait pu penser un jour que ces deux ténors socialistes, se jetteraient des fleurs sur le perron du Palais présidentiel ou encore voir ces deux ennemis politiques depuis longtemps s’asseoir ensemble autour d’une table pour contribuer à maintenir voire renforcer la cohésion da la majorité présidentielle . Seul Macky Sall pouvait réussir un tel fait avec brio. Faut préciser que même Diouf n’a pas réussi à concilier les deux hommes. Qu’est ce que Macky a de plus que Wade n’a pas, si l’on sait que ce dernier est pourtant décrit comme l’homme le plus généreux de tous ceux qui ont eu l’insigne honneur de diriger ce pays. La réponse semble être la sincérité dans sa promesse de gagner ensemble et gouverner ensemble.




Jamais dans l’histoire politique du Sénégal, une coalition aussi forte que BBY n’a pu tenir pendant aussi longtemps. Macky Sall, en homme de parole fédérateur mais aussi en fin politique, a su surmonter les humeurs des uns et des autres pour mettre à profit la survie de la dite coalition pour l’intérêt et la stabilité du pays. Car, malgré les soubresauts politiques, il ne fait aucun doute que la coalition BBY prouve aujourd’hui qu’elle est une addition de volontés sincèrement orientées vers un compagnonnage durable pour l’émergence de ce pays.
Le génie politique Macky ayant compris, la vulnérabilité de la presse, la précarité des journalistes, son accaparement par des hommes d’affaires qui ne sont mus que par les interêts de leurs propres business, réussit à nouveau à se passer de la méthode Wade pour museler la presse. Pas besoin pour Macky de distribuer des mallettes d’argent ou de créer des groupes de presse estampillés proche du Palais ou de la Primature. Il phagocyte certains d’entre eux par une méthode douce en les ignorant royalement. Il ne restait plus à certains que de se rabattre sur des lives ou posts à travers les réseaux sociaux. Et là aussi faut le reconnaitre les Marrons Beiges ou plus exactement les Mackystes ont rendu quasi inexistant les opposants et les activistes sur la toile.
Le président Macky Sall en bon ancien trotskyste et bon élève de Wade est loin d’être « un lion qui dort » en terme de stratégies politiques malgré ses discours taquins voire sympathiques qui peuvent le faire paraitre comme une personne qui n’a pas l’initiative politique.
C’est plutôt un lion vigilant et offensif qui ne laisse presque rien passer.
Force est de reconnaitre que Macky dépasse politiquement parlant Wade et Diouf pour avoir su maintenir intact la grande coalition BBY tout en conciliant les principaux ténors de la majorité présidentielle mais aussi en déjouant à temps tous les plans orchestrés par une certaine opposition visant à déstabiliser son régime




Mame Ousmane Diop
Responsable APR

Economiquement parlant, MACKY dépasse WADE !

A quelques mois des présidentielles moment ne pouvait être mieux choisi pour se pencher sur les performances économiques des deux derniers régimes de ce pays.

Au moment de la passation de pouvoirs le 02 avril 2012 entre les Présidents Abdoulaye WADE et Macky SALL, la situation économique du pays se présentait comme suit :

Malgré les allègements et annulations de dettes au titre des Initiatives Pays Pauvres Très Endettés (PPTE) et de l’Allègement de la Dette Multilatérale (IADM), le taux d’endettement du Sénégal était de 21,3% du PIB en 2006. Ce taux a plus que doublé six ans plus tard passant à 42,9% du PIB en 2012
Une croissance économique de 1,8% en 2011, inférieure au croît démographique ;
Le service de la dette totale rapporté aux recettes budgétaires était de 46,8% en 2012.
Un déficit public de 6,7% du PIB en 2011 mais aussi une inflation de 3,4% en 2011 ;
Un solde du Trésorier général de 20,969 milliards ;
Un solde négatif du compte courant de la balance des paiements qui avait atteint 10% du PIB ;
Une circulation fiduciaire qui est passée de 588,1 milliards de FCFA en 2010 à 584,6 milliards de FCFA en 2011, soit un repli de 3,5 milliards de FCFA ;
Un excédent de dettes de 166 Milliards de FCFA caractérisé par une Position Nette du Gouvernement (PNG)
Le Président Macky sall une fois au pouvoir a réalisé des performances économiques reconnues par l’ensemble des acteurs de la vie économique nationale comme internationale. A titre d’exemple voici quelques indicateurs macro-économique




Une reprise de l’activité économique dès 2012, avec un taux de croissance réel de 4,4%, un taux d’inflation de 1,4% et un déficit public ramené à 5,8% ;
Une croissance économique de 3,6% en 2013, établissant un déficit public en baisse à 5,5% du PIB, une inflation quasi nulle ;
Pour la première fois depuis 40 ans, le Sénégal a enregistré un taux de croissance supérieur à 6% trois années consécutives.
Le PSE a permis à l’activité économique de se revigorer avec une croissance économique de 4,3% en 2014 et un déficit budgétaire poursuivant sa tendance baissière pour se contenir à 5,1%. Il faut préciser également un accroissement de la circulation fiduciaire de 65 milliards en 2014, malgré les mesures prises par les autorités monétaires pour renforcer la bancarisation ;
Le Sénégal a enregistré en 2015 une série de records économiques et financiers, le taux de croissance a dépassé pendant trois années consécutives, la barre des 6% : 6,5% en 2015 ; 6,7% en 2016 et 6,8% en 2017.
Cette croissance s’est faite dans un contexte de maîtrise de l’inflation et de réduction constante du déficit budgétaire qui a été ramené à 4,2% en 2016 et 3,7% en 2017 ;
Le déficit du compte courant de la balance des paiements a continué à suivre sa baisse pour passer à 5,3% du PIB en 2015 et 4,4% du PIB en 2016.
Le service de la dette totale rapporté aux recettes budgétaires se situe à 33,7% en 2017 pour un déficit public de 3,7% en 2017
Le PSE initié par le Président Macky SALL a permis la mobilisation en 5 ans de 6851 milliards de FCFA, contre 3789 milliards mobilisés en 12 ans sous le magistère du Président Wade.
Confiance totale des partenaires internationaux confortée par le succès de l’Eurobond d’environ 250 milliards de FCFA émis en 2014 à un taux de 6,25%, contre 8,75% pour le précédent eurobond de 2011 sur une période de 10 ans. Le dernier Eurobond émis en 2017 a permis de lever un montant d’environ 660 milliards de FCFA, au taux de 6,25% sur une durée de 16 ans.
Ces performances économiques enregistrées sous le magistère du président Macky sall ont été possibles grâce au PSE qui a amplifié la mobilisation des ressources internes et externes. Faut préciser aussi que des marges budgétaires se sont dégagées grâce à la gouvernance sobre et vertueuse qui s’est traduite par une rationalisation des dépenses courantes et une augmentation des dépenses d’investissement.




Au vu de toutes ses performances économiques enregistrées par le régime du président Macky Sall force est de reconnaitre qu’économiquement parlant Macky dépasse Wade.

Mame Ousmane Diop

Responsable APR

Email : emodiop@gmail.com

Et si nous nous limitions seulement à respecter l’arrêt de la Cour de Justice de la Cedeao ?

Ces temps ci l’actualité politique est surtout dominée par l’arrêt de la Cour de Justice de la CEDEAO . Depuis la publication de l’arrêt une confusion totale est entretenue par une certaine presse manipulée ou une opposition en manque de prétexte pour exister. Et dire que la Cour a clairement défini ses attributs en précisant qu’elle n’est ni juge d’appel, ni juge de cassation des décisions rendues par les juridictions nationales.
Tout cela pour dire que la Cour de Justice de la CEDEAO s’est juste limitée à des considérations relatives au respect des droits humains et n’a en aucun cas demandé la liberté ou le maintien en détention de monsieur Khalifa Sall ou encore moins à l’annulation de la décision prise par la justice sénégalaise.
Voila ce que dit textuellement la cour de la justice de la CEDEAO :
– Qu’il n y a pas eu de violation pour Khalifa SALL et autres de leur droits à présenter des témoins et à demander une expertise pour leur défense ;



– Que la preuve d’une atteinte au droit à l’égalité des citoyens devant la loi et la justice n’était pas établie ;
– Que les droits politiques de Monsieur Khalifa SALL n’ont pas été violés ;
– Que la procédure de levée de l’immunité parlementaire de Monsieur Khalifa SALL n’a pas été violée
Ainsi La Cour a purement et simplement :
– rejeté la demande de libération immédiate formulée par les requérants.
Ces précisions faites, la Cour de Justice de la CEDEAO a constaté les manquements suivants :
– Le droit à l’assistance d’un conseil a été violé ;
– L’Etat du Sénégal a violé son obligation de faire respecter le droit à la présomption d’innocence ;
– L’Etat du Sénégal à travers son service public de la justice a violé son obligation de garantir un procès équitable
– Le caractère arbitraire de la détention de Monsieur Khalifa SALL pendant la période qui a suivi son élection en tant que député (14 Août 2017) jusqu’à la date de levée de son immunité parlementaire (25 Novembre 2017)
La Cour a par ailleurs demandé :
– La réparation du préjudice né de la violation de tous ces droits précités en condamnant l’Etat du Sénégal à payer à tous les requérants la somme de 35 000 000 FCFA.
Nous gagnerons tous à nous limiter strictement au respect de l’arrêt de la cour de justice de la CEDEAO parce que toute autre interprétation n’est que affabulation




Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

Macky imbattable en promesses respectées !

Le président Macky sall est souvent présenté par l’opposition ou une certaine presse comme une personne qui ne respecte pas ses promesses. A quelques mois des présidentielles moment ne pouvait être mieux choisi pour se pencher sur les promesses du président Macky Sall.
– Macky avait promis 2998,745 milliards d’investissement dans les régions à travers les conseils des ministres décentralisés, il l’a fait parce que le taux d’exécution global d’investissement est de 82% chiffré à 2450,913 milliards excepté la région de Dakar. Les niveaux d’exécution par régions sont pour Saint Louis (111%), Matam (145%), Thiès (115%), Kolda (101%), Ziguinchor (86%), Louga (79%), Tambacounda (73%), Fatick (50%), Sédhiou (36%), Kaffrine (39%) Kédougou (46%).



– Macky avait promis la fin des délestages , il l’a fait en faisant passé les coupures d’électricité de plus de 900 heures en 2011 à 66 heures en 2017, avec un taux de disponibilité de l’électricité de 99% dans les maisons, soit 5,5 heures de coupure/mois, 1h/semaine, 19 minutes/jour sur toute l’étendue du territoire national.
– Macky avait promis d’acheter 3 machines de radiothérapie neuves, Il l’a fait parce que l’une est installée et fonctionnelle à l’hôpital LeDantec et les deux autres installées à Dalal Jaam sont en attente des réglages nécessaires pour leur mise en route.
– Macky avait promis un programme massif d’électrification rurale, il l’a fait en raccordant 283 villages au réseau MT/BT, en implantant 3641 poteaux électriques MT et 5743 poteaux BT, mais aussi le tirage de 234 Km de ligne BT, 393 km de ligne MT. Pour l’électrification par voie solaire, 09 centrales photovoltaïques ont été installées pour une puissance totale de 200 KVA.
– Macky avait promis 500 000 emplois durant son magistère, il l’a fait en créant en six ans 411 000 emplois nets mise à part les emplois non-salariés et emplois de l’informel. Et pour cette dernière année de mandat du président Macky sall la création de 80 000 emplois est attendu avec la DER
– Macky avait promis de verrouiller la constitution de façon à ramener le mandat présidentiel à cinq ans renouvelable une seule fois, il l’a fait
– Macky avait promis une gestion sobre et vertueuse, Il l’a fait en annulant des dépenses jugées non prioritaires d’un montant de 61,2 milliards FCFA diminuant ainsi le train de vie de l’Etat.
– Macky avait promis une agriculture compétitive diversifiée et durable, il l’a fait à travers le PRACAS avec des rendements records de l’arachide (1 411 574 tonnes), du riz (1 015 334 tonnes) du maïs (417 259 tonnes) du coton (20 000 tonnes), de la pastèque (801 417 tonnes) et du sésame (14 033 tonnes)
– Macky avait promis la Construction de logements sociaux, il l’a fait en réalisant 40.000 logements sociaux á long terme á Diamniadio pour faciliter l’accès à la propriété immobilière à toutes les populations
– Macky avait promis de ramener l’interdiction de l’importation des véhicule de cinq ans à huit ans, il l’a fait
– Macky avait promis de renforcer le pouvoir de la femme il l’a fait en modifiant le code de la nationalité, pour permettre à celle ci de donner la nationalité sénégalaise à son mari.
– Macky avait promis la représentation des Sénégalais de l’extérieur à l’assemblée nationale, il l’a fait
– Macky avait promis le Bac Arabe, il l’a fait en instituant le baccalauréat arabo-islamique, une doléance de plus de 50 ans
– Macky avait promis de baisser les prix des denrées de première nécessité, il l’a fait
– Macky avait promis d’augmenter la pension de retraite, il l’a fait en la revalorisant à 10 %
– Macky avait promis d’annuler définitivement la surtaxe des appels internationaux il l’a fait
– Macky avait promis de mettre fin aux inondations dans les banlieues, il l’a fait en investissant 39,5 Milliards pour la restructuration des quartiers inondables.
– Macky avait promis la construction du Pont de ROSSO et la reconstruction du Pont Emile Badiane il l’a fait
– Macky avait promis le désenclavement du Sénégal par la modernisation des principales routes, il l’a fait car il a réalisé un linéaire de 217 kilomètres d’autoroute, 2000 km de routes, 1000 km de pistes rurales et 12 ponts
– Macky avait promis la réhabilitation et modernisation des aéroports secondaires, il l’a fait
– Macky avait promis la rationalisation du voyage en 1er Classe pour les membres du gouvernement ainsi que des logements conventionnés, il l’a fait.
– Macky avait promis la rationalisation des Agences nationales, il l’a fait en supprimant 65 agences inutiles et budgétivores.



– Macky avait promis la déclaration du patrimoine des membres du gouvernement, des directeurs généraux et la rationalisation des salaires des dirigeants publics, il l’a fait.
– Macky SALL avait promis le désenclavement de la Casamance Il l’a fait en créant pour plus de 300 milliards de nouveaux réseaux de communication routiers dans la région.
Au vu de toutes ses promesses tenues, force est de reconnaitre que le président Macky Sall est un homme de parole contrairement à ce que veut véhiculer une certaine opposition pour essayer de le discréditer au yeux des populations.

Mame Ousmane Diop
Responsable APR
Email : emodiop@gmail.com

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR