Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

mauvaise

500 millions par mois engloutis par les « blindés » de la présidence !!!

YERIMPOST.COM Sa politique de bonne gouvernance passera, s’il est élu président de la République, par la vente des 4 véhicules blindés de l’escorte présidentielle. Ngouda Fall Kane ne voit pas l’utilité pour le chef de l’Etat d’être si lourdement escorté à chacun de ses déplacements. D’autant que, selon l’ancien patron de la Centif, ces bolides coûtent à l’Etat 500 millions de francs de frais divers par mois. « Deux motards suffisent pour escorter le président qui n’est pas un roi », assène Ngouda Fall Kane, candidat à la prochaine présidentielle, qui  promet de réduire le budget de fonctionnement de l’Etat une fois aux commandes de la République.



Exclusif! Karim Wade a trop vite exulté: il va au-devant d’une mauvaise surprise

YERIMPOST.COM Après la décision du 14 mars de la cour d’appel de Paris, qui a confirmé que ses biens ne pouvaient être saisis en France en vertu de l’arrêt de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) du Sénégal, Karim Wade et ses avocats ont eu le triomphe bruyant.

Après le communiqué au vitriol du pool de ses défenseurs, le fils de l’ancien chef de l’Etat, Abdoulaye Wade, s’est lui-même fendu d’une déclaration dans laquelle il nargue les juges du Sénégal, raille Macky Sall et le défie dans les urnes. Il ne se doutait sans doute pas qu’il a gagné une bataille mais que la guerre allait continuer.

Yerimpost tient de bonne source que le parquet général de Paris va incessamment introduire un pourvoi en cassation contre la décision de la cour d’appel de céans favorable au candidat déclaré du Parti démocratique sénégalais à l’élection présidentielle de 2019.




En clair, l’affaire va être réexaminée par la cour de cassation française qui a la latitude de casser l’arrêt rendu en appel et donc de faire rejuger la cause. C’est donc une nouvelle procédure qui commence. Tout est à refaire pour celui qui, il y a quelques jours, exultait et criait victoire à tue-tête.

La traque des biens mal acquis colle décidément à la peau de Karim Meïssa Wade.

Réfection du Building administratif: illustration la plus achevée de la mauvaise gouvernance

YERIMPOST.COM Lorsque les Sénégalais passent devant cette grosse bâtisse en réfection qui a abrité la primature et de nombreux ministères depuis l’indépendance, ils n’imaginent pas la quantité d’argent engloutie dans les interminables travaux. Quand il va être livré, le Building administratif aura subi un lifting qui aura coûté pas moins de… 39 milliards de nos francs. A titre de comparaison, la Cité de l’Emergence de Diamniadio, qui va abriter 17 tours de 10 étages chacune, est estimée à 21 milliards. Ce coût inclut la construction de toute la Cité depuis les fondements jusqu’à la livraison des immeubles et des aménagements de toutes sortes (éclairage public, routes, équipements sportifs, sociaux, religieux…). Tandis que le prix de la remise à neuf du Building Administratif couvre la seule réfection d’un bâtiment existant.




Attribué après un appel d’offres restreint, expression douce pour désigner un gré-à-gré de facto, ce marché a suscité une vive polémique dès le départ. Pour se défendre à l’époque, le gouvernement avait avancé le chiffre de 17 milliards comme coût du lifting. En 2013, le marché, référencé T1431/13, a été attribué à Bamba Ndiaye SA avec un coût initial de 30,04 milliards de francs cfa. Puis, sans qu’on ne sache trop pourquoi, un avenant immatriculé T0717/16-Dk d’avril 2016 est venu alourdir la facture de 2,04 milliards supplémentaires.

Au cours du premier trimestre de 2017, un deuxième avenant a été signé entre le Premier ministre et l’adjudicataire du marché Bamba Ndiaye pour ajouter une rallonge de 6,4 milliards de francs cfa. Ce qui porte le coût global de la réfection à 39 milliards de francs cfa.

Quel Etat au monde aurait mis, pour rafistoler un seul building, ce montant qui aurait pu lui permettre d’avoir 39 immeubles à 1 milliard pièce ? Quelle idée, alors que l’heure est au décongestionnement de Dakar, avec le déménagement de certains ministères sur Diamniadio, de reconstituer un building au centre-ville de la capitale ? Doit-on payer si cher pour aggraver les embouteillages qui, chaque jour davantage, compliquent l’accès au coeur de Dakar ? Qui a orchestré ce projet, illustration achevée de la mauvaise gouvernance ?

Sous tous les angles d’attaque, la réfection du Building administratif est un gâchis monumental, sans doute la plus grosse affaire de gaspillage de deniers publics depuis l’indépendance. Il est curieux qu’elle soit intervenue à l’ère de « la gouvernance sobre et vertueuse », sous le magistère de Macky Sall qui, les premiers moments suivant son élection, s’est attaqué à toutes les niches de dilapidation de l’argent public.

Cheikh Yérim Seck




Humeur: Mauvaise communication: Macky, j’ai pitié!

A en croire Walf quotidien, le président Macky fait appel à un toubab pour sa communication! Regrettable! Si au Sénégal de 2018, nos dirigeants appellent toujours la France pour se sauver! Pourtant le problème saute à l’œil nu. En effet, la première erreur du Président c’est de s’être entouré de journalistes à la place de vrais communicants. Je l’ai toujours dit! Je vais le réitérer, le journalisme n’est pas la communication. Etre journaliste ne veut jamais dire être un bon communicant. Juste un exemple: imaginez quand le débat de la scène politique, au lieu de nous venir d’en haut (le palais ou le pouvoir), ce dernier est souvent provoqué par quelqu’un d’en bas, un certain Idrissa Seck. Première grosse faute de la part des « communicants » du pouvoir, c’est de laisser l’opposition diriger le débat. Pourtant, ils ont quelque chose à dire. Ils ont bien de la matière pour mener et les discussions et les relances au niveau du débat public. Il serait trop facile, par exemple, pour le camp de Macky de vendre le PSE et ses projets qui le composent, surtout de dire l’impact que cette politique de référence a chez les populations, et le débat est gagné! En d’autres termes, devenir tout simplement un bon agent marketing du PSE. Malheureusement pour ce président « yaakaar », ses partisans attendent toujours les pics d’Idy ou de Sonko pour répondre et là aussi, ils la font trop mal!
Je n’ai rien contre un expert blanc pour sauver notre président dans sa communication, mais je suis convaincu qu’il existe des Sénégalais communicants qui connaissent mieux nos réalités sénégalaises qu’un autre venant de l’étranger. Ndakh Katt, pour communiquer et bien communiquer, il faut inévitablement prendre en compte les réalités socioculturelles du cadre spatio-temporel dans le lequel on communique.
Macky, j’ai pitié!!!!!!!!!!

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR