Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

mbaye touré

Grâce du 3 avril: pourquoi Khalifa Sall et cie n’en ont pas bénéficié ?

YERIMPOST.COM Beaucoup se demandent pourquoi Khalifa Ababacar Sall et cie n’ont pas bénéficié de la grâce présidentielle le 3 avril dernier au moment où le chef de l’Etat signait l’élargissement de 1066 détenus des différentes prisons du pays. Même si cette mesure est une prérogative du président de la République, un citoyen peut, par écrit, en formuler la demande. Ce que l’ancien édile de Dakar s’est refusé de faire, contrairement à ses coaccusés Mbaye Touré et Yaya Bodian. A en croire Les Echos, ces derniers avaient sollicité la clémence du président Macky Sall et, pourtant, ils ne l’ont pas obtenue. La veille de la célébration de l’indépendance, l’ancien directeur administratif et financier et l’ancien comptable de la Ville de Dakar ont espéré jusqu’au bout. Ceci étant, l’espoir est toujours permis pour ces condamnés dans l’affaire de la Caisse d’avance de la mairie de Dakar.

Procès caisse d’avance: l’aveu de Mbaye Touré qui crée une onde de choc.

YERIMPOST.COM De sa genèse sur la caisse d’avance devant la barre du tribunal ce jeudi 26 juillet, Mbaye Touré a trouvé une excellente occasion de desserrer les noeuds. D’entrée de jeu, le directeur administratif et financier de la mairie déclarera: « Si je suis là, c’est parce que je suis victime de ce que le président Senghor appelait les risques du métier… Aujourd’hui, mon cursus est entaché… Ce qui m’emmène ici ne date pas d’aujourd’hui. La caisse d’avance était une décision de mandatement de 280 millions de francs remis au maire qui n’avait pas de base légale… De cette déclaration, certains diront que je commence à souffrir des 17 mois de prison. Mais si vous allez au fond du dossier, l’Ige Samba Diallo disait qu’il s’agissait de fonds remis directement au maire par le receveur-percepteur municipal. Il disait aussi que l’utilisation de ces fonds n’entrait pas dans le cadre du fonctionnement… »

La bombe est lâchée ouvrant un boulevard au président de la Cour qui veut en savoir un peu plus. « A votre arrivée en tant que gérant de la caisse, ne pouviez-vous pas signaler le problème de la base légale de ces fonds ? Vu votre niveau intellectuel, vus receviez chaque mois 30 millions que vous remettiez au maire tout en sachant qu’il n’y a pas de base légale », l’a interpellé Demba Kandji qui se verra répondre: « Après les accusations, j’ai fait des recherches qui m’ont permis de savoir que cette caisse d’avance pose un problème de légalité. Il y avait un décret de 2003 qui avait abrogé toutes les caisses d’avance. C’est le décret 657 du 14 août 2003… Aucun texte ne prouve la légalité de cette caisse d’avance… » Mbaye Touré de conclure ce chapitre en ces termes: « J’ai payé trop cher dans cette histoire ! »

C’était sans compter sur un agent judiciaire de l’Etat qui lui rétorque: « Pourquoi, malgré ce problème de légalité, vous avez continué de recevoir les fonds ? » « J’ai bien aimé la question posée au percepteur lui demandant s’il avait vérifié la légalité. La vérification lui incombe plus à lui qu’à qui que ce soit… J’ai trouvé une pratique à mon arrivée à la mairie, je n’ai pas vérifié et c’est après que j’ai fait des recherches sur la légalité ou pas », a répondu le Daf de la Ville de Dakar.
Au cours de sa plaidoirie, l’avocat de l’Etat, Me Baboucar Cissé, qui n’a pas dévié de son objectif principal de faire condamner les prévenus et de bouter la mairie de Dakar hors de ce procès, a vivement salué le courage de Mbaye Touré qui, selon lui, malgré l’absence de ses avocats, s’est présenté à la barre pour se défendre tout seul. La lignée des « Touré » a été convoquée par Me Cissé qui, à la limite de chanter des louanges, a magnifié ce courage légendaire qu’on lui connait .


Echos du palais de justice: Yaya Bodian refuse de parler, Mbaye Touré fait la genèse du dossier

YERIMPOST.COM Malgré l’absence très remarquée du maire de Dakar, le président de la Cour a déclaré l’audience ouverte. Appelé à la barre, le prévenu Yaya Bodian, qui n’est pas assisté par ses avocats, a refusé de répondre aux questions du tribunal. Le Directeur administratif et financier de la mairie, Mbaye Touré, s’est déclaré prêt à répondre aux accusations qui pèsent contre lui. Au juge Demba Kandji, Mbaye Touré a demandé s’il peut faire la genèse des faits qui lui valent sa détention.



Affaire Khalifa Sall: L’autre négociation pour sauver Mbaye Touré

YERIMPOST.COM Yerimpost est en mesure d’écrire que Mbaye Touré, directeur administratif et financier de la mairie de Dakar, emprisonné et jugé en même temps que le maire Khalifa Sall, fait l’objet d’initiatives hardies de Touba pour le tirer d’affaire.

Une importante autorité de la confrérie mouride, grand dignitaire de la ville de Serigne Touba, négocie très serré avec le pouvoir, à un niveau très élevé, pour obtenir la libération de Mbaye Touré. Protégé du nouveau khalife général des mourides, Serigne Mountakha Mbacké, qui lui a d’ailleurs rendu visite en prison, Touré est très lié, de par son père, aux plus hautes autorités du mouridisme.

La négociation entamée dans son intérêt va-t-elle rencontrer un succès ? Seul Dieu, le maître des jours à venir, Sait…



Comment le pouvoir instrumentalise Mbaye Touré pour enfoncer Khalifa Sall

YERIMPOST.COM Dans le groupe des prévenus du procès dit de la caisse d’avance de la mairie de Dakar, il y a un maillon faible. Supportant mal la prison et obsédé par le désir d’en sortir, Mbaye Touré, directeur administratif et financier (DAF) de la mairie, a très vite accepté un deal: être libéré s’il mouille Khalifa Sall.

De prime abord, l’action engagée contre ce dernier s’est fondée sur une information fournie à l’IGE par Mbaye Touré selon laquelle c’est à Khalifa Sall qu’il remettait, main à main, chaque mois, les 30 millions tirés de la caisse d’avance. Autrement, le maire, dont la signature et des traces de manipulation d’argent n’existent nulle part, n’aurait pas pu être poursuivi.

Entré dans le procès avec la stratégie claire de se décharger sur son patron, Mbaye Touré est le seul des prévenus à ne pas s’être satisfait des avocats commis par Khalifa Sall pour les défendre tous. Il a commis, pour sa défense à lui seul, Leyti Ndiaye, Bamba Cissé et Youssou Camara qui ont clairement adopté comme ligne de dire que leur client n’est plus responsable de rien dès lors qu’il a remis les fonds au maire.

Mais, si Khalifa Sall a concédé au tribunal que les fonds étaient mis à sa disposition, il a contesté qu’ils lui aient été remis. Et puis, aux termes du décret 62-195 qui régit la fonction des comptables publics, le DAF engage au contraire sa responsabilité pour avoir remis des deniers publics sans y être juridiquement autorisé.

Soutenu par une importante autorité maraboutique mouride, Mbaye Touré, qui remplit à merveille sa part du contrat avec le pouvoir, à savoir mouiller jusqu’au cou Khalifa Sall, devrait être libéré aux termes du procès. Mais, à quel prix ? Il doit méditer cette phrase que lui a lancée un autre prévenu, Mamadou Oumar Bocoum: « Il y a une vie après ce procès. » 


Khalifa Sall se fâche contre Mbaye Touré et Ibrahima Touré qui l’enfoncent

YERIMPOST.COM Au fil du procès dit de la caisse d’avance de la mairie de Dakar, la sainte alliance entre les prévenus se fissure. Dans une sorte de sauve-qui-peut, chacun cherche à sortir la tête hors de l’eau. Quitte à enfoncer les autres. Mbaye Touré et Ibrahima Touré, les deux percepteurs avec lesquels a travaillé le maire de Dakar, ont fait à la barre des déclarations qui contredisent la thèse sur laquelle se fonde la défense du maire et qui consiste à soutenir que les fonds de la caisse d’avance sont des fonds politiques. La suite à lire dans les minutes du procès qui suivent et qui ont été reproduites in extenso par Yerimpost…
*18h00 : Khalifa Sall devant la barre pour la dernière fois de la journée*
 *Juge* : « Vous avez entendu les deux percepteurs avec qui vous avez travaillé… »
 *Khalifa Sall*: « Ce qui me gêne, c’est que je ne pensais pas que des gens pouvaient changer aussi rapidement. Je viens de m’apercevoir que je ne les connaissais pas. ‘Malène Makk Douma Nangou Nioumaye Kékanetu’ (« je suis leur aîné, je n’accepterai pas qu’ils se jouent de moi »
 *Juge* : « Quelle est votre réponse ? »
 *Khalifa Sall*: « Moi, je ne les arbitrerai pas. Je regarde Mbaye Touré dans les yeux et je regarde Ibrahima Touré dans les yeux. S’ils osent mentir, c’est leur affaire ».
Ambiance… L’affaire se corse…




° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR