Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

médinatoul salam

Un samedi pour 2: test grandeur nature chez les Thiantas

YERIMPOST.COM   Les deux camps qui se sont opposés dès l’annonce du décès de Cheikh Bethio Thioune, vont mesurer leurs forces. A Médinatoul Salam, Aïda Diallo a demandé aux thiantacounes de la retrouver ce samedi 25 mai. Ce même samedi 25 mai, une autre mobilisation est convoquée par le guide intronisé par Touba, Serigne Saliou Thioune dit « Serigne Saliou Gueule Tapée », à Mermoz. Malgré le ndigueul du khalif général des mourides, beaucoup de thiantacounes voient en l’une des veuves de leur défunt guide son successeur désigné et légitime. Aïda Diallo, puisque c’est d’elle dont on parle, a le soutien de ses deux dernières coépouses qui lui ont d’ailleurs fait allégeance.

Les détails de l’inhumation de Cheikh Béthio

YERIMPOST.COM La dépouille de Cheikh Béthio Thioune attendue à Dakar ce vendredi 10 mai. Le guide des Thiantacounes sera ensuite inhumé à Médinatoul Salam, comme il en avait exprimé le souhait de son vivant. Son décès annoncé dans l’après-midi du mardi 7 mai, sa famille s’active depuis pour le rapatriement du corps.

Eclairage sur le verdict de Médinatoul Salam: Quand les journalistes entretiennent la confusion

Un juriste ne doit jamais s’aventurer à interpréter une décision de justice sur la base des recoupements de presse. A la lecture de la décision du Tribunal de grande instance de Mbour il n’apparaît nullement que le cheikh ne doit aucunement purger sa condamnation de 10 ans sur la base des articles 45 et 46; 289 et 295 code pénal. Ceci est un faux débat. Les articles 45 et 46 instituant la complicité et le régime général de l’emprunt de criminalité. Certes poursuivi pour complicité de meurtre et autres le juge pénal n’a pas manqué de faire état de l’application de telles dispositions précitées le complice est puni des mêmes peines que l’auteur principal le tout en application des sanctions fixées par les articles 289 sur le mettre et 295 sur les coups et blessures volontaires. En somme le juge pénal de la chambre criminelle de mbour n’a nullement fait de dispense ni mitigation ou ajournement de peine. Certains journalistes méconnaissent l’intérêt rattaché à la contrainte par cour d’où la confusion délibérément entretenue ce matin par une partie de la presse. Le juge de mbour dispense le cheikh des conséquences néfastes liées de la non exécution des dommages et intérêts. La contrainte par corp concerne les intérêts civils et consiste à une faculté reconnue à la victime ou ses ayants droits de maintenir en prison le condamné qui ne s’exécute pas pour le paiement des dommages. Sur ce le juge en application de l’article 711 code procédure pénale a accordé une faveur ou dispense au cheikh compte tenu de don âge de se voit appliquer la contrainte par corp en cas de non paiement des dommages et intérêts. Mais cela ne veut pas dire que cette dispense a des répercussions sur la décision rendue quant à l’action publique. La décision de condamnation est pour le moment réputée ferme et exécutoire il appartient au cheikh conformément aux articles 307;311 du code de procédure penal d’exercer son droit de se faire rejugé en se constituant prisonnier avant la prescription de la peine qui est de 20 ans en matière criminelle. Pour ce qui est de la confiscation de ses biens sous le régime séquestre ceci n’est qu’une application de l’article 310 code procédure pénale. La personne condamnée sous contumace verra ses biens placés sous séquestre.

Abdoulaye Ndao, juriste

Double meurtre de Médinatoul Salam: La sentence prononcée aujourd’hui

YERIMPOST.COM Jour de délivrance pour les familles des victimes mais aussi pour les accusés. Sauf par extraordinaire, le président de la Chambre criminelle du Tribunal de Grande instance de Mbour va prononcer le verdict du procès du double meurtre de Keur Samba Laobé. Cheikh Béthio Thioune et ses 19 coaccusés seront fixés sous peu, sur le sort que la justice du Sénégal leur réserve. Lors de son réquisitoire, le procureur avait requis des peines  de travaux forcés à perpétuité. Sera-t-il suivi par le tribunal ?

Tgi Mbour: le sort de Cheikh Béthio entre les mains de l’accusation

YERIMPPOST.COM Le procès du double meurtre de Keur Samba Laobé tire à sa fin. Demain, mardi 30 avril, les avocats de la défense tenteront de démonter les accusations qui pèsent sur leurs clients. En attendant ces prises de parole de Me Moustapha Dieng et cie, place aux avocats des parties civiles et au procureur.

Après avoir ajourné les débats à l’issue des auditions des témoins jeudi dernier, la Chambre criminelle de Mbour consacre cette journée du lundi 29 avril à l’accusation qui tentera de prouver la culpabilité des prévenus et obtenir que justice soit rendue à Bara Sow et Ababacar Diagne lâchement tués et ensevelis le 22 avril 2012. Tout au long de ce procès, parties civiles et défense se sont succédé à la barre pour livrer leur part de vérité. La seule constance des faits est que Bara Sow était méconnaissable pour avoir reçu des coups sur la tête qui ont complètement réduit sa boîte crânienne en bouillie. Quant à Ababacar Diagne qui, selon le certificat de genre de mort, respirait encore lorsqu’il a été enterré, il avait reçu une balle de calibre 12 au thorax.

Double-meurtre de Médinatoul Salam: « Qu’est-ce que ça fait d’enterrer des musulmans comme des chiens ? »

YERIMPOST.COM Au deuxième jour du procès des présumés meurtriers de Bara Sow et Ababacar Diagne, les prévenus ont tous été entendus par le tribunal. Des 13 auditions enregistrées ce mercredi 24 avril, celle de Khadim Seck, identifié comme le tireur, retient les attentions. L’homme a lui-même avoué être l’auteur des coups de feu entendus ce jour du 22 avril 2012 dans la concession du Cheikh. Il dira devant le tribunal avoir tiré 3 coups de sommation et qu’au quatrième tir, avec la rapidité de l’action, la balle a atteint Ababacar Diagne. Khadim Seck nie avoir volontairement provoqué la mort de la victime. Une énième version démontée par les preuves qui disent le contraire. Déjà, depuis les premières heures de cette affaire, le sieur Seck a changé plusieurs fois de versions de l’histoire. A cela s’ajoutent des témoins qui ont toujours soutenu que Khadim Seck visait la foule avec son arme sous les encouragements de sa bande. Interpellé sur sa nouvelle version, l’accusé dit avoir attendu tout ce temps parce que c’est devant le tribunal que ça a un sens. « Fii la saffé! », a-t-il proclamé.

Un autre prévenu, Demba Kébé, durant son audition, a estomaqué la salle. Cité comme le plus va-t-en guerre durant cette folle journée à Médinatoul Salam, l’homme qui s’était acharné sur une dame en état de grossesse avancé se dédouane. « Je l’ai plaquée au sol et lui ai administré une paire de claques. C’était pour la sauver parce qu’elle tenait un couteau entre ses mains », a-t-il déclaré au tribunal. Interrogé à propos du sang trouvé sur le tee-shirt qu’il portait ce fameux jour, il dira que c’était le sang de la femme enceinte qui s’était blessée au moment de tomber.

Mame Balla Diouf est tout aussi impliqué que les autres pour avoir participé à creuser la tombe et d’avoir enterré les corps des victimes. « Qu’est-ce que ça fait dans la conscience d’un homme, d’enterrer des frères musulmans comme des chiens ? », lui a demandé le président de la Cour. Mame Balla Diouf a rétorqué: « Ma conscience m’a dit que j’avais fait quelque chose de mal. Dans la même soirée, j’ai essayé de rencontrer le Cheikh en vain. Le lendemain, lorsque les gendarmes sont venus, je me suis livré moi-même à eux. »

Les chauffeurs du guide des thiantacounes, Mamadou Hann, Samba Ngom et Aziz Mbacké Ndour, eux, ont adopté la même ligne de défense, soutenant mordicus que le sang trouvé sur le véhicule que conduisait le premier cité était du sang animal. La veille, Pape Hann, comme on le surnomme, dit avoir transporté des carcasses de moutons. Une thèse soutenue par ses comparses. Les analyses réalisées sur le véhicule en question n’ont pu déterminer s’il s’agissait de sang humain ou animal. A noter que le lendemain du drame, ce véhicule de type pick’up a reçu un lavage en profondeur…

De 2012 à maintenant, l’on nous a servi la thèse d’un drame suite à des affrontements. Dans des affrontements aussi violents que ceux de Keur Samba Laobé, les seules victimes étaient Bara Sow, Ababacar Diagne et leurs compagnons, eux, n’ont dû leur salut qu’à leur instinct de survie. Pour dire qu’aucun blessé n’a été noté chez les « commandos de Cheikh Bethio ».

Double-meurtre de Médinatoul Salam: Du « Barkélou » sur les cadavres des victimes

YERIMPOST.COM C’était le 22 avril 2012, lorsque Ababacar Diagne et Bara Sow trouvaient la mort sous les coups d’un « commando » au domicile du guide des thiantacounes, Cheikh Bethio Thioune. Ce mardi 23 avril 2019, s’est ouvert le procès des présumés coupables de ce double-meurtre devant la chambre criminelle de Mbour. A l’exception de Cheikh Bethio Thioune qui a été inculpé, placé sous mandat de dépôt avant de bénéficier d’une liberté provisoire et actuellement en France pour des soins médicaux, les 19 autres accusés se succèdent pour raconter leur version de cette sordide histoire. Le président de la Chambre criminelle, Thierno Niang, a décidé de juger le guide religieux par contumace après avoir reçu un dossier médical de ce dernier expliquant sa présence depuis le mois de janvier au pays de Marianne. Un dossier médical évasif réfuté par l’avocat des parties civiles, Me Khassimou Touré, qui parle même de dossier médical de complaisance.

Dans la même lancée, la robe noire s’est offusquée de voir que, depuis le début de cette affaire, le débat est focalisé sur les présumés coupables en oubliant parfois qu’il y a des victimes. « Ababacar Diagne et Bara Sow ont été tués et ensevelis dans des conditions atroces », a rappelé Me Touré. C’est ce moment que le procureur a choisi pour diffuser les images des cadavres des deux victimes découverts dans la fosse commune où ils étaient enterrés. Une scène d’horreur qui a fait craquer toute l’assistance. Mais le summum de la barbarie a été narré par les premiers accusés appelés à la barre. Sur les corps sans vie d’Ababacar Diagne et de Bara Sow, certains de ces présumés coupables se sont acharnés pour faire du « Barkélou ». Ce mercredi 24 avril coïncidant au 2e jour du procès, les travaux se poursuivent et on n’en a pas fini avec des révélations à retourner l’estomac des durs à cuire.

Double-meurtre de Médinatoul Salam: Ouverture d’un procès attendu

YERIMPOST.COM  Au nom de la justice pour Ababacar Diagne et Bara Sow, le procès du double-meurtre de Médinatoul Salam est inscrit au rôle ce mardi 23 avril devant le Tgi de Mbour. 21 présumés coupables seront édifiés sur le sort que leur réserve la justice. Excepté Cheikh Béthio Thioune qui, par son avocat, a avancé des raisons médicales qui l’obligent à séjourner en France et donc sera jugé par contumace, ses coaccusés, eux, défileront devant la barre pour répondre des chefs d’accusation qui pèsent contre eux.

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR