Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

nouveau

Senelec: Pape Demba Bitèye remplaçant de Makhtar Cissé

YERIMPOST.COM   La direction générale de la Société sénégalaise d’électricité (SENELEC) a un nouveau directeur. Pape Demba Bitèye vient remplacer Mahamadou Makhtar Cissé qui a été nommé ministre de l’Energie. Secrétaire permanent dudit ministère, Pape Demba Bitèye est un homme du sérail, coopté pour renforcer les acquis de son prédécesseur.

Exclusivité Yerimpost: Ibrahima Kane, nouveau directeur d’Air Sénégal SA

YERIMPOST.COM   Aussitôt viré, aussitôt remplacé. Les faits graves révélés ce vendredi par Cheikh Yerim Seck dans son édito ont-ils précipité le limogeage de Philippe Bohn ? Toujours est-il que la direction d’Air Sénégal SA a un nouvel occupant. Après le licenciement de Philippe Bohn, la nouvelle compagnie aérienne sénégalaise sera désormais pilotée par Ibrahima Kane. Jusque-là, il occupait les fonctions de Directeur du Fond souverain d’investissements stratégiques (FONSIS), Ibrahima Kane remplaçait à ce poste Amadou Hott, le tout nouveau ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération. Ibrahima Kane est un polytechnicien, ingénieur des Ponts et chaussées diplômé du collège Génie industriel de Paris.

Arrêt sur image: voici la photo officielle du nouveau gouvernement

Mouhamadou Makhtar Cissé, nouveau ministre de l’Energie, formule une généreuse demande

YERIMPOST.COM Mouhamadou Makhtar Cissé, nouveau ministre de l’Energie, demande aux agents de la Senelec de ne plus couper le courant dans les familles le weekend. Pour permettre aux familles de s’organiser pour payer leurs factures d’électricité après le weekend, le désormais ex-DG de la Senelec propose de ne plus couper le jus à partir du jeudi soir jusqu’au lundi. Il a aussi offert l’électricité gratuite à 200 familles démunies de Joal…

Macky Sall se cherche un homo senegalensis nouveau (Pathé Mbodje)

Macky Sall aura besoin de plus de dix mandats de cinq ans pour voir se réaliser ses vœux du 3 avril dernier : la naissance du Sénégalais nouveau, respectueux de l’autorité et du bien commun.

 

Devant les menaces de déstructuration de la société sénégalaise, Macky Sall a visité les pères fondateurs de la sociologie pour essayer de retrouver la paix perdue, sa paix intérieure qui devrait passer par la naissance d’un nouvel Homo Senegalensis, respectueux de l’ordre et du bien-être collectif.

 

 

Le thème choisi fort opportunément est ainsi une réponse à l’effritement observé depuis les années 80 et qui s’est exacerbé avec la dernière présidentielle du 24 février : à l’effondrement de quelques bastions s’est ajoutée une dévalorisation morale de l’homme, dans sa valeur générique, par la diffusion de fausses informations, pour accélérer volontairement la césure entre les populations. Dans un excès de désespoir, le président de la République a malencontreusement forcé la sauce militaire : « Forces de défenses et de sécurité  dans l’éducation à la citoyenneté et l’unité nationale » renvoie à une solution d’autant plus d’autorité que l’expérience se vérifie déjà dans la formation universitaire. L’éducation n’étant pas la socialisation, Macky Sall essaie de se rattraper par le noyau de base, la famille, oubliant l’enseignement de Michel Crozier : On ne change pas la société par décret.

 

Des majors comme Karl Marx (esclavage et colonialisme) à Rousseau (le contrat social) en passant par le solidariste Emile Durkheim pour l’entente favorable au développement (De la division du travail social), le président de la République a essayé, dans son discours à la Nation de 3 avril dernier, detrouver l’idéal-type wébérien : le rappel d’une citoyenneté faite de devoirs et de droits est consubstantiel à tous ses discours tenus à date, du 3 avril 2012, au dernier de ce mercredi ; il rejoint le civisme d’Abdou Diouf, dans des moments de troubles sérieux de fragile équilibre social. Dans un premier temps, c’est le clou de la négligence qui a été fatal au royaume de Ndoumbélane quand le forgeron, par négligence, cupidité ou paresse, a mal ferré la monture du roi qui perd ainsi son pays.

Sans se soucier de la cause, Macky Sall déplore les effets d’une mauvaise citoyenneté qui se veut sans responsabilités ou ingratitude envers l’autorité et l’absence du souci de la collectivité.

Macky Sall invite à un retour aux sources à un moment où  l’autorité (parentale, politique) perd tout son poids quand elle n’a plus le pouvoir qui faisait sa force : l’argent ; la paupérisation continue de populations de plus en plus démunies a eu des effets jusque dans l’environnement physique, moral, mental avec un relâchement préjudiciable. D’habitude, la justesse d’une décision vise à assurer la sécurité du citoyen qui en reconnaît la nécessité et l’opportunité. L’évolution a démontré le délitement des sociétés sénégalaises depuis les années 80 et l’accélération de la pauvreté devenue arme de propagande électorale (Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté, yoonu yokute, par exemple). Aujourd’hui que l’individuel prime sur le collectif, le regard sur le passé avec l’histoire du Sénégal traduit également une recherche désespérée de repères quand l’individu social refuse toute autorité.

 

Le président de la République n’en est pas la cause. Un certain empirisme renseigne sur les cycles d’entropie économique favorables aux troubles sociaux :1929 qui donnera Hitler des années 1939-45, les guerres de libération de peuples sous domination demandant plus de dignité culturelle, la crise pétrolière des années 70 et les difficultés de cohabitation actuelles ayant conduit à un extrémisme préjudiciable à la détente internationale ; ce cercle vicieux détériore les conditions économiques et les droits individuels et collectifs, comme depuis les attentats contre les Tours jumelles.

 

Au Sénégal, les dures années Diouf ont fait la richesse de Wade et, conséquemment, le pays « Macky » du début des années 2010 : sous le conseil des institutions internationales, les pays du Tiers-Monde se sont lancés dans des plans d’ajustement qui ont accentué la déstructuration des populations africaines face à des élites montantes de plus en plus riches.

 

Macky Sall se propose ainsi d’inverser la tendance dans son discours du 3 avril d’autant mieux apprécié qu’il est sorti des sentiers politiques. Il lui faudrait plus de deux générations pour assister à la réalisation de son rêve : la naissance d’un homo senegalensis nouveau, respectueux de l’autorité et ayant le souci de son prochain et de la collectivité. Cinq ans d’y suffiraient pas.

 

Pathé MBODJE, M. Sc,
Journaliste, sociologue
Parcelles assainies, Unité 10, Villa N° 276, Dakar, Sénégal, tél (+ 221) 775952161

URGENT -Vidéo: Voici la liste du nouveau gouvernement du Sénégal

Suivez en Direct: Formation du nouveau Gouvernement

Le Président Macky Sall est arrivé au Palais de la république aux environs de 16 h 30 pour la publication de la liste du nouveau gouvernement. Il s’est retiré dans son bureau pour les derniers réglages. D’un moment à l’autre, on aura enfin les noms des nouveaux ministres qui vont l’accompagner pour son dernier quinquennat.

Dernière minute: Mahammed Boun Abdallah Dionne, nouveau Premier ministre et..

YERIMPOST.COM L’attente a été longue mais le suspense est levé. A l’entame de son second mandat, le président de la République a décidé de faire de Mahammed Boun Abdallah Dionne son Premier ministre. Dionne est également nommé ministre d’Etat, secrétaire général de la Présidence. Il mène la réforme pour la suppression du poste de Premier ministre.

A suivre…

 

 

4 Avril- Autopsie d’un discours: Macky Sall se cherche un homo senegalensis nouveau

Macky Sall aura besoin de plus de dix mandats de cinq ans pour voir se réaliser ses vœux du 3 avril dernier : la naissance du Sénégalais nouveau, respectueux de l’autorité et du bien commun.

Devant les menaces de déstructuration de la société sénégalaise, Macky Sall a visité les pères fondateurs de la sociologie pour essayer de retrouver la paix perdue, sa paix intérieure qui devrait passer par la naissance d’un nouvel Homo Senegalensis, respectueux de l’ordre et du bien-être collectif.

Le thème choisi fort opportunément est ainsi une réponse à l’effritement observé depuis les années 80 et qui s’est exacerbé avec la dernière présidentielle du 24 février : à l’effondrement de quelques bastions s’est ajoutée une dévalorisation morale de l’homme, dans sa valeur générique, par la diffusion de fausses informations, pour accélérer volontairement la césure entre les populations. Dans un excès de désespoir, le président de la République a malencontreusement forcé la sauce militaire : « Forces de défenses et de sécurité  dans l’éducation à la citoyenneté et l’unité nationale » renvoie à une solution d’autant plus d’autorité que l’expérience se vérifie déjà dans la formation universitaire. L’éducation n’étant pas la socialisation, Macky Sall essaie de se rattraper par le noyau de base, la famille, oubliant l’enseignement de Michel Crozier : On ne change pas la société par décret.

Des majors comme Karl Marx (esclavage et colonialisme) à Rousseau (le contrat social) en passant par le solidariste Emile Durkheim pour l’entente favorable au développement (De la division du travail social), le président de la République a essayé, dans son discours à la Nation de 3 avril dernier, detrouver l’idéal-type wébérien : le rappel d’une citoyenneté faite de devoirs et de droits est consubstantiel à tous ses discours tenus à date, du 3 avril 2012, au dernier de ce mercredi ; il rejoint le civisme d’Abdou Diouf, dans des moments de troubles sérieux de fragile équilibre social. Dans un premier temps, c’est le clou de la négligence qui a été fatal au royaume de Ndoumbélane quand le forgeron, par négligence, cupidité ou paresse, a mal ferré la monture du roi qui perd ainsi son pays.

Sans se soucier de la cause, Macky Sall déplore les effets d’une mauvaise citoyenneté qui se veut sans responsabilités ou ingratitude envers l’autorité et l’absence du souci de la collectivité.

Macky Sall invite à un retour aux sources à un moment où  l’autorité (parentale, politique) perd tout son poids quand elle n’a plus le pouvoir qui faisait sa force : l’argent ; la paupérisation continue de populations de plus en plus démunies a eu des effets jusque dans l’environnement physique, moral, mental avec un relâchement préjudiciable. D’habitude, la justesse d’une décision vise à assurer la sécurité du citoyen qui en reconnaît la nécessité et l’opportunité. L’évolution a démontré le délitement des sociétés sénégalaises depuis les années 80 et l’accélération de la pauvreté devenue arme de propagande électorale (Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté, yoonu yokute, par exemple). Aujourd’hui que l’individuel prime sur le collectif, le regard sur le passé avec l’histoire du Sénégal traduit également une recherche désespérée de repères quand l’individu social refuse toute autorité.

 

Le président de la République n’en est pas la cause. Un certain empirisme renseigne sur les cycles d’entropie économique favorables aux troubles sociaux :1929 qui donnera Hitler des années 1939-45, les guerres de libération de peuples sous domination demandant plus de dignité culturelle, la crise pétrolière des années 70 et les difficultés de cohabitation actuelles ayant conduit à un extrémisme préjudiciable à la détente internationale ; ce cercle vicieux détériore les conditions économiques et les droits individuels et collectifs, comme depuis les attentats contre les Tours jumelles.

 

Au Sénégal, les dures années Diouf ont fait la richesse de Wade et, conséquemment, le pays « Macky » du début des années 2010 : sous le conseil des institutions internationales, les pays du Tiers-Monde se sont lancés dans des plans d’ajustement qui ont accentué la déstructuration des populations africaines face à des élites montantes de plus en plus riches.

 

Macky Sall se propose ainsi d’inverser la tendance dans son discours du 3 avril d’autant mieux apprécié qu’il est sorti des sentiers politiques. Il lui faudrait plus de deux générations pour assister à la réalisation de son rêve : la naissance d’un homo senegalensis nouveau, respectueux de l’autorité et ayant le souci de son prochain et de la collectivité. Cinq ans d’y suffiraient pas.

Pathé MBODJE, M. Sc,
Journaliste, sociologue

Nouveau gouvernement: ce que veut le président Macky Sall

 La nouvelle équipe gouvernementale sera constituée incessamment, a annoncé le Secrétaire générale de la présidence de la République, parlant d’un gouvernement resserré et recentré autour des priorités.
L’équipe qui sera constituée de femmes, d’hommes et de jeunes sera marquée par un ‘’resserrement organique’’ et un recentrage des missions essentielles, au tour des priorités du nouveau quinquennat, a dit Maxime Jean Simon Ndiaye.

Le Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne a présenté vendredi au président de la République sa démission et celle de son gouvernement, trois jours après la prestation de serment de Macky Sall.

Le chef de l’Etat, qui a salué le travail accompli par le PM a annoncé qu’il fera des consultations d’ici samedi pour la formation d’une nouvelle équipe gouvernementale.
Mahammed Boun Abdallah Dionne assume les fonctions de Premier ministre depuis le 6 juillet 2014 lorsqu’il a remplacé à ce poste Aminata Touré.
Source: Aps

Remaniement: à l’heure où la peur change de camp

YERIMPOST.COM  Messieurs-Dames, faites vos jeux, rien ne va plus ! On empreinte l’expression des croupiers de casino pour décrire l’ambiance de ce vendredi 5 avril du gouvernement. Et effet, c’est aujourd’hui que le Premier ministre va rendre sa démission et celle de ses ministres au chef de l’Etat. La journée risque d’être la plus longue de l’année pour certains collaborateurs du président de la République. Si aucune pression ne se dégage du visage de Mahammed Boun Abdallah Dionne dont il se susurre qu’il sera reconduit à son poste, ce n’est pas le cas de tous. Les ministres du dernier gouvernement du premier mandat de Macky Sall doivent se ronger les ongles puis qu’à l’heure où ces lignes sont écrites, seul le président de la République sait qui sera maintenu ou pas. En revanche, ce qu’on peut se risquer à écrire, c’est que le Premier ministre du premier gouvernement de Macky 2 sera nommé cet après-midi.

A tout à l’heure….

Meeting de clôture: la gorge nouée d’émotion, Macky Sall s’engage à nouveau pour un avenir meilleur

L’apothéose au stade Léopold Sédar Senghor ! Tel un match de l’équipe nationale de football, le stade était plein à craquer en cette dernière journée de campagne électorale. A 48 heures de la présidentielle, le meeting de clôture du candidat de la coalition Benno Bokk Yakaar était au complet. 65 mille places du stade Léopold Sédar Senghor, la pelouse, toute l’espace était envahie. Difficile de ne pas admettre à Macky Sall sa capacité à mobiliser. En ce dernier jour d’avant présidentielle, le président sortant s’est rappelé des trois (3) semaines passées à l’intérieur du pays. L’accueil des populations partout où il est passé, reste gravé dans la mémoire de Macky Sall qui a profité de l’occasion pour saluer la mobilisation des jeunes, femmes, personnes du 3e âge bref, le Sénégal dans sa globalité. Espérant que cette sympathie que les populations lui ont témoigné va se traduire dans les urnes ce 24 février dès midi. Il a un bilan, une vision pour le Sénégal, contrairement aux autres comme il le soutient non sans souligner que le temps est à l’action et non aux détails. Ce Sénégal qu’il porte au coeur, Macky Sall promet de redoubler d’efforts ces cinq (5) prochaines années et que le meilleur reste à venir.

Nouveau ralliement à la Coalition Idy 2019

COMMUNIQUE

 

Serigne Abdou Samath Mbacké leader du Parti Salam, membre de la Coalition Benno Bokk Yakkar, fera face à la presse pour marquer son adhésion à la Coalition Idy2019.

Il sera reçu par le Secrétaire général du parti Rewmi le Dr Lamine Ba.

A cet égard, toute la presse, nationale et internationale, est conviée à la rencontre qui se tiendra cet après à 17 heures à la Permanence de M. Adjibou Soumaré sise à Nord Foire, route de l’aéroport Léopold Sédar Senghor.

Nous vous saurions gré des dispositions que vous voudrez bien faire prendre pour la couverture de cette manifestation.

Contact Presse

778421897

Zone contenant les pièces jointes

Synpics: Ahmadou Bamba Kassé nouveau « boss »

YERIMPOST.COM Ahmadou Bamba Kassé, notre confrère de l’Agence de presse sénégalaise (APS), a été élu nouveau secrétaire général du Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (Synpics). Il vient remplacer Ibrahima Khaliloulah Ndiaye qui était en poste depuis 2012. Le frais émoulu secrétaire général invite à la mobilisation de la profession afin de renforcer les acquis. A noter que Bamba Kassé a été élu lors du 10e congrès du Synpics avec 24 voix contre 23 pour Khaly Nar Fall de la Rts.







(Vidéo) Podor: « La Nouvelle Dynamique », nouveau socle de l’Apr…

YERIMPOST.COM Le département de Podor, avec ses 212 500 électeurs, constitue un enjeu important pour la présidentielle de 2019. « La Nouvelle Dynamique », sous la houlette de Cheikh Oumar Anne, veut mobiliser fortement cet électorat pour la réélection du président Macky Sall au premier tour, en 2019.  » L’Adn de La Nouvelle Dynamique est de peaufiner des stratégies pour la réélection du président de la République. Il est l’élégance et la représentativité », a déclaré le Dg du Coud qui présidait l’assemblée générale de cette nouvelle structure de l’Apr dans le département de Podor, ce dimanche 30 décembre 2018.

France: Christophe Castaner, nouveau ministre de l’Intérieur

Christophe Castaner, actuel secrétaire d’Etat français aux relations avec le Parlement, a été nommé ministre de l’Intérieur pour succéder à Gérard Collomb, selon France 24. Âgé de 52 ans, Christoph Castener est un ancien élu local. Militant de la première heure, aujourd’hui il se voit récompenser d’un poste très stratégique.







Guirassy 2019 ou l’incarnation d’un leadership nouveau qui assure et rassure! (Sokhna Aïcha Thiam)

Moustapha Mamba Guirassy est loin des polémiques politiciennes et l’homme se positionne de plus en plus comme une force de propositions qui sait faire bouger les lignes. Entendre Guirassy parler est un vrai régal. Le leader de la coalition SET (Senegal en Tête) sait dérouler son argumentaire, asséner ses vérités avec beaucoup de courtoisie et d’élégance dans le verbe, il sait utiliser les mots justes.




Guirassy n’est pas un adepte de la politique spectacle, il est plutôt du genre posé et réfléchi. Il sait faire les bons diagnostiques pour ensuite proposer les meilleures solutions. Ses sorties médiatiques sont toujours très attendues et bien suivies.

Et ce n’est pas un hasard si une bonne partie de la jeunesse s’identifie à lui, n’est ce pas Mouhamadou Habibou Fall qui disait et à juste titre : « Guirassy candidat naturel de la jeunesse pour un leadership nouveau ».

Guirassy est simplement une force tranquille dont le pays a besoin. Mais l’homme est aussi et surtout un scientifique qui sait bosser. Sans tambour ni trompette, Guirassy est entrain de réussir un important travail de massification. Guirassy reçoit des centaines de sénégalais par jour et fait installer des centaines de cellules et cela dans les coins les plus reculés du Sénégal. Aujourd’hui ce sont des milliers de cadres anonymes, des personnes qui n’ont jamais fait la politique qui entourent le président Guirassy et parmi lesquels l’auteure de cette tribune.

Très présent sur les réseaux sociaux, en particulier sur facebook, Guirassy a – sans aucun doute ,parmi les hommes politiques – la page facebook la plus professionnelle, avec des publications régulières qui accrochent.

Mais Guirassy c’est aussi un programme crédible avec des propositions fortes. Il a par exemple pris prétexte de la journée mondiale du tourisme pour proposer « la mobilisation et l’engagement de l’écosystème des startups « tech Sen » dans une transformation digitale profonde du secteur du tourisme pour un choc de compétitivité ». « Tech Sen », il faudra retenir l’expression. Le président Guirassy compte mettre toutes les chances du coté du jeune sénégalais pour qu’il devienne un mark zuckerberg. Avec Guirassy au pouvoir, TECH SEN sera une réalité et le Sénégal comptera en matière technologique. Et le « new deal éducatif » est une proposition forte de Moustapha Guirassy pour la transformation de l’école sénégalaise.




Enfin, le président Guirassy attend avec impatience les débats entre candidats pour une meilleure information des sénégalais. Espérons que la presse va relever le défi et que les candidats accepteront de se soumettre à cet exercice démocratique et républicain.

Sokhna Aïcha THIAM

Citoyenne Sénégalaise, membre de la Coalition Sénégal en Tête avec Guirassy

Forum civil: Birahim Seck élu nouveau coordonnateur

YERIMPOST.COM Birahim Seck à la tête du Forum civil ! Son élection est passée comme lettre à la poste. Tel dans un consensus, le bureau a été formé à l’issue d’une assemblée générale tenue du 14 au 16 septembre. Me Moussa Félix Sow, qui était pressenti au même titre que Birahim Seck, dira qu’il n’a jamais été candidat à ce poste. Si d’aucuns soutiennent que le réputé avocat a abdiqué au dernier moment, lui déclarera: « C’est dans la presse que j’ai appris ma candidature… Le comité de pilotage et d’organisation dont je suis le président a pu organiser une AG ordinaire et extraordinaire… » Me Moussa Félix Sow a cependant été désigné par ses pairs président d’honneur du Forum civil. De même que Mouhamadou Mbodj à titre posthume.



Que contient Solutions pour un Sénégal nouveau, le livre-programme de Sonko ?

YERIMPOST.COM Ci-dessous les axes développés par le leader de Pastef…

Ousmane Sonko sort un livre-programme: Solutions pour un Sénégal nouveau

YERIMPOST.COM Ousmane Sonko sort un livre-programme qui va être présenté à l’occasion d’un show à l’américaine, le 16 septembre 2018…

Nouveau développement dans le dossier d’Aziz Ndiaye

YERIMPOST.COM Son défèrement ayant été prévu ce jeudi 12 juillet, Aziz Ndiaye s’est vu notifier une prolongation de sa garde-à-vue par les éléments de la Section de recherches de la gendarmerie de Colobane. L’ex-promoteur de lutte pourrait être présenté au procureur ce vendredi une fois que les hommes en bleu auront bouclé leur enquête. C’est dire que l’opérateur économique et patron de la société Aziz Business compagnie n’est pas sorti de l’auberge. Ce jeudi encore, alors qu’il est toujours à la gendarmerie pour une affaire d’huile, son nom a été évoqué au tribunal où il est poursuivi par ailleurs dans une histoire de recel de riz.







Qui est ce proche de Yérim Sow devenu le nouveau boss de Tigo ?

YERIMPOST.COM Tigo a un nouveau boss en la personne de Mass Thiam. Il était jusqu’ici le président du Conseil d’administration de Teyliom Logistic, du groupe Teyliom. Il a été porté à la tête de Sentel Gsm Sa qui exploite Tigo. Une décision prise par le Conseil d’administration de l’entreprise qui s’est réuni sous la direction de son nouveau président, Yérim Sow.



Viviane se la coule douce avec son nouveau mari à Miami

YERIMPOST.COM Viviane et son nouveau mari ont choisi la paisible ville de la Floride, Miami, pour se la couler douce. Lune de miel oblige ! C’est la place au bon temps après leur mariage qui a fait le buzz sur la toile. Dans le pays de l’oncle Sam, Viviane va profiter de son séjour pour présenter son nouveau prince charmant, Tapha Dieng, à ses enfants qui vivent là-bas, selon L’Observateur.




Du nouveau dans l’affaire des enfants de Yeumbeul

YERIMPOST.COM L’affaire des deux enfants de Yeumbeul, victimes de sévices corporels, a connu un rebondissement. Un des mis en cause présumé a été appréhendé par la police. Il habite dans le même quartier que les enfants. Le suspect, qui a été confondu par les gosses, s’est livré à des aveux stupéfiants. Tout juste âgé de 15 ans, il a juré  qu’il s’amusait avec les gosses, en compagnie de son complice présumé qui est activement recherché.




Urgent: Sékou Dramé nommé nouveau DG de Sonatel. Qui est-il ?

Lors de sa session tenue ce 17 avril 2018 à Dakar, le Conseil d’Administration a pris acte du départ de Monsieur Alioune NDIAYE, promu comme Directeur Exécutif de Orange Middle-East and Africa (OMEA), siégeant au Comité Exécutif du Groupe Orange.

Le Conseil d’Administration a ainsi nommé Monsieur Alioune NDIAYE comme nouveau Président du Conseil d’Administration de Sonatel.

Le Conseil d’Administration le remercie et lui adresse ses chaleureuses félicitations pour les bons résultats obtenus depuis sa nomination en octobre 2012. Il lui souhaite plein succès dans ses nouvelles fonctions et responsabilités.

Lors de cette même session du 17 avril 2018 à Dakar, le Conseil d’Administration a nommé Monsieur Sékou DRAME en qualité de Directeur Général de Sonatel.

Agé de 45 ans, Monsieur Sékou DRAME est un Ingénieur Télécoms Diplômé  de l’Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications (Télécom Paristech), option Réseaux de Télécommunications et Téléinformatique, qui a rejoint le Groupe Sonatel depuis 15 ans.

Il était, depuis juillet 2016, le Directeur Général de Orange Sierra Léone.

Il a occupé d’autres hautes fonctions au sein du Groupe Sonatel dont notamment celles de :

  • Directeur des Entreprises à Sonatel (2014 à 2016),
  • Directeur Général Adjoint et Directeur des Services aux Entreprises et Opérateurs à Orange Mali (2012 à 2014),
  • Directeur du Pôle Exploitation des Réseaux et du SI à Sonatel (2008 à 2012),
  • Directeur du Pôle Opérations et Maintenance des Réseaux à Sonatel (2008 à 2009),
  • Directeur Résidentiels, Professionnels et Entreprises (2006 à 2007).

Le Conseil d’Administration félicite Monsieur Sékou DRAME pour sa nomination et lui souhaite une réussite totale dans sa mission de poursuivre la croissance de l’entreprise.

Il pourra bien entendu compter sur l’appui du Conseil d’Administration pour que Sonatel reste un acteur clé du développement de l’économie numérique et de la transformation digitale en Afrique de l’Ouest.

Le Conseil d’Administration remercie et félicite également les femmes et les hommes de toutes les sociétés du Groupe Sonatel situées dans les cinq pays de présence pour les bonnes performances réalisées et leur réitère tous ses encouragements pour les nouveaux défis à venir.

Le Conseil d’Administration de Sonatel

contacts presse

e-mail : ServicePresse.SONATEL@orange-sonatel.com

Noumbé Bâ Soumaré

Tél. 33 839 12 16 (bureau)

e-mail : noumbe.soumare@orange-sonatel.com

Cheikh Diallo

Tél. 33 839 13 88 (bureau)/ 77 529 82 79 (mobile)

e-mail : cheikh.diallo@orange-sonatel.com

Les coulisses du nouveau clip de Viviane

 

YERIMPOST.COM A voir !

 

 

 

 

 




 

 

 

 




 

 

 

 

 

 




 

 

 

 

 

 

Le secrétariat exécutif national de l’APR a un nouveau membre

YERIMPOST.COM Présidentielle oblige, même les discrets retroussent les manches. A l’Alliance pour la République, la réélection de Macky Sall fait bouger. Le directeur général du Port Autonome de Dakar qui, jusque-là, s’était fait très discret dans les rangs de l’APR, a rejoint l’équipe choc du secrétariat exécutif national. Aboubacar Sadikh Bèye, renseigne le quotidien l’AS, est désormais l’adjoint de Mimi Touré au pôle mobilisation et parrainage.



Du nouveau à propos du drame du stade Demba Diop

YERIMPOST.COM Bara Fall, qui avait été poursuivi par le Procureur pour apologie à la violence, vient de recouvrer la liberté. Il a été relaxé par la chambre criminelle de la Cour Suprême. Après les événements douloureux qui étaient survenus au stade Demba Diop, au mois de juillet 2017, on avait vu le jeune Bara Fall tenir des propos violents sur les réseaux sociaux, alors qu’il n’était même pas venu au stade le jour de cette fameuse finale qui opposait l’Uso au Stade de Mbour. Ce qui avait obligé le procureur à s’auto-saisir. Le jeune supporter de l’Uso avait été condamné en première instance. Mais la chance vient de lui sourire avec cette décision de la Cour Suprême. Ce qui est un soulagement, selon son avocat, Me Moussa Sarr.



Idy décroche un nouveau gros calibre

YERIMPOST.COM Lamine Bâ, ancien ministre sous Abdoulaye Wade et président du Parti pour la liberté et la citoyenneté defar djiko yi, discute avec le président de Rewmi, Idrissa Seck. Ils ont été aperçus, samedi, dans un restaurant à Saly, en train d’échanger. Les radars renseignent que ces deux libéraux de souche ont presque noué une alliance. Rappelons que le compagnonnage entre ces deux hommes n’est pas nouveau. En 2012, Lamine Bâ avait soutenu Idrissa Seck à l’élection présidentielle.




Du nouveau pour Cheikh Mbacké Gadiaga et cie !

YERIMPOST.COM Le dossier Cheikh Gadiaga a été enrôlé. Le journal Libération nous renseigne, dans sa livraison du jour, que Cheikh Mbacké Gadiaga et Moïse Rampino seront entendus dans le fond par le doyen des juges ce 12 avril. Il est poursuivi pour des délits de chantage, extorsion de fonds, calomnie sur des personnalités. Dans ce dossier, le nom du promoteur Gaston Mbengue est revenu à plusieurs reprises. Il a même été entendu pour les besoins de l’enquête.




Ce que les travailleurs de la SDE n’ont pas dit sur le nouveau contrat d’affermage envisagé par l’Etat 

YERIMPOST.COM Les syndicalistes de la SDE avaient initié une marche, vendredi dernier, pour réclamer de meilleures conditions de travail. Durant leur marche, ils ont réclamé une augmentation généralisée des salaires, des promotions internes en plus d’une représentation dans le conseil d’administration et des actions qui tournent autour de 15% au sein de la société.

Ces revendications sont celles que les syndicalistes peuvent dire à haute voix. En réalité, les travailleurs de la SDE ne veulent plus de cette société. En clair, ils souhaitent un autre preneur pour la distribution d’eau aux Sénégalais. «Notre intérêt est que la SDE saute», nous siffle un membre de l’intersyndicale de la société. Selon lui, les travailleurs de SDE sont dans une situation très précaire. Et elle perdure. « Peux-tu imaginer que dans une entreprise comme la SDE les travailleurs n’aient aucun plan de carrière ?», se désole notre interlocuteur.
Le contrat qui lie l’Etat du Sénégal à la SDE est arrivé à son terme. Le régime en place a décidé de changer les règles du jeu en lançant un appel public à candidatures qui sera ficelé en septembre prochain. De vrais concurrents, en l’occurrence Veolia et Suez, se sont signalés pour tenter de remporter le contrat d’affermage.
Pour rappel, la réforme du secteur de l’eau en 1996 avait consacré 5% du capital à l’Etat, 5% aux agents du secteur (Sones, Sde, et Onas), 57,83 à la SDE et 32,17% aux privés sénégalais.




Cheikh Sadibou Fall: «Macky Sall veut un nouveau palais pour des raisons mystiques et de corruption»

YERIMPOST.COM Le « Palais Bis de Diamniadio» est toujours d’actualité. Si le chef de l’Etat veut construire cette annexe, c’est pour des raisons mystiques et de corruption. C’est du moins la conviction des libéraux qui se réunissaient ce mercredi 21 mars à la permanence de leur parti dans le cadre de leur comité directeur. Porte-parole du jour du Parti démocratique sénégalais, l’ancien ministre de la Justice, Cheikh Sadibou Fall, n’y est pas allé de main morte pour critiquer la nouvelle infrastructure envisagée par Macky Sall.




Du tout nouveau sur le crash de l’hélico de l’armée

YERIMPOST.COM La liste des décédés du crash s’est rallongée avec le décès d’une dame qui faisait partie des blessés évacués à l’hôpital Principal. Ce qui porte à 9 le nombre de morts de cette tragédie.




Urgent: Du nouveau sur le crash de l’hélicoptère

YERIMPOST.COM De sept à huit, ce jeudi matin. Le bilan des morts dans le crash de l’hélicoptère de l’armée à Missirah s’est encore alourdi. C’est l’Agence de presse sénégalaise qui nous en informe. Il s’agit d’un des évacués à l’hôpital régional de Kaolack. Grièvement blessé, l’individu a succombé à ses blessures dans la matinée de ce jeudi 15 mars. Pour l’heure, son identité n’est pas encore révélée.




Contribution: Avons-nous vraiment besoin de construire un nouveau Palais ?

Le constat sur la situation socioéconomique  du pays exclue d’éventuelles investissements de prestiges vu que les priorités nous acculent avec une tension sociale de plus en plus exacerbée .

On félicite et encourage les initiatives sociales surtout dans le monde rural , des infrastructures ,des couches défavorisées  et d’autres.
Mais actuellement toutes dépenses de prestiges produiraient autant d’irritations que la construction du monument de la renaissance africaine qui jadis le contexte l’écartait d’office mais pour l’initiateur fort de son engagement africain en faisait un priorité tout à fait personnelle .

Les priorités sont là assez saillantes pour être occulter .
Nous assistons à des crises sociales assez profondes avec beaucoup de fronts en ébullitions qui méritent toutes les attestations et un engagement ferme à trouver des solutions tant pour l’éducation ,la santé et d’autres .

Nous demandons à Monsieur le Président de la République avec le respect et les honneurs requises en son endroit de taire ce projet pour qu’il finisse aux oubliettes …

Les prestiges n’existent que pour rendre visible nos inégalités et  le nivellement n’est possible que la où vous avez commencé et qui mérite une insistance constante . Je veux dire  le monde rural , l’éducation et la formation mais surtout la stabilité institutionnelle vu que l’économie dans son ensemble continue de faire des pas malgré un manque d’engouement endogène qui mérite d’être rechercher pour rendre plus soutenable notre croissance vers l’émergence et retenir ses bénéficier départ nos populations …

Vive un Sénégal de tous et un Sénégal pour tous …#if

Talibé Bamba

Le nouveau président de la Cour des comptes décline de grandes ambitions

YERIMPOST.COM Le nouveau président de la Cour des Comptes a pris officiellement fonction. Après avoir prêté serment, ce lundi, le juge Mamadou Faye a décliné ses ambitions. « Le nombre de rapports produits par la Cour des comptes doit être augmenté; il faut qu’on améliore la qualité des rapports sans compter la production des rapports à bonne date, parce que ça ne sert à rien d’attendre des années pour produire des rapports», a-t-il déclaré en marge de la cérémonie de son installation. M. Faye a promis de doter l’institution d’un nouveau siège, mais aussi d’organiser une collaboration parfaite avec les différents acteurs comme les professionnels des médias.

Scandale des audiences fictives à la Cour d’appel: Du nouveau pour Mbaye et ses coaccusés

YERIMPOST.COM Ancien greffier, Amadou Lamine Mbaye s’était reconverti en escroc dans ce domaine qu’il maîtrise. Ebruitée, son affaire avait scandalisé le pays et mouillé la justice. C’est l’affaire des audiences fictives à la Cour d’Appel de Dakar. Le doyen des juges a suivi le réquisitoire du procureur et a rendu une ordonnance de renvoi en correctionnelle. C’est le quotidien Libération qui file la der. Le journal rapporte que les avocats de la défense ont été informés ce vendredi 9 mars que le procureur de la République va programmer la date du procès.

Du nouveau sur la tuerie de Boffa-Boyotte !

YERIMPOST.COM L’enquête relative à la tuerie de Boffa-Boyotte prend une nouvelle tournure. Jusque-là détenus à Ziguinchor depuis leur arrestation, Omar Ampoin Bodian, chargé de mission du chef rebelle du MFDC, et le prétendu journaliste René Capain Bassène ont été transférés ce dimanche 25 février 2018 à Dakar.

Un nouveau développement qui a suscité, selon Enquête, une angoisse au sein des familles de ces prévenus qui déclarent ne pas avoir été mis au courant du transfèrement.




Contribution: Nana Akufo Addo, nouveau Sankara

Après le Togo où il a calmé le jeu pendant que Faure Gnassingbe se cachait sous son lit, le chef d’État ghanéen préside aujourd’hui une réunion stratégique pour la création effective d’une monnaie unique en Afrique noire en passant par la CEDEAO. Alassane Ouattara et les autres bambins préfets français sont convoqués à Accra pour aller prendre les cours d’économie et d’autonomie.

Le chef d’ État ghanéen Nana Akufo Addo est sur tous les fronts de l’actualité. C’est lui qui est allé au Togo pour aller descendre les poubelles de Faure Gnassingbe dans son pays transformé en sacré bordel avec des manifestations qui se succèdent comme dans un moulin à vent. À peine revenu de sa mission de pompier de service, c’est encore lui qui préside ce mercredi 21 février la réunion de la CEDEAO à Accra sur le processus de la création de la monnaie unique. Contrairement aux autres chefs d’États africains réduits aux rôles subalternes de concierges de comptoir de la monnaie coloniale qu’ est le franc CFA, le chef d’État ghanéen, lui, a une feuille de route pour la création effective d’une monnaie commune d’ici à 2020.

Il a convoqué à Accra Ouattara et ses frères Dalton, enfants de choeur de la France à temps plein. Après Kwame N’Krumah, inspirateur du panafricanisme, le Ghana retrouve un dirigeant charismatique qui peut porter la voix du continent noir devant. À la manière d’un seul rayon de soleil au milieu d’une salle noire et moisie, Nana Akufo Addo avait fait un discours époustouflant devant Macron à Dakar, avec un talent oratoire et gestuel à la hauteur de son ancêtre ghanéen Kwame Nkrumah, de Thomas Sankara, voire Kadhafi.

Contrairement aux dirigeants africains qui vont s’aligner tels des préadolescents pour demander la charité et des prêts aux roublards occidentaux, Nana Akufo Addo a plutôt décidé de dire non au FMI. L’Afrique ne fait pas pitié, mais doit être respectée, tel est le credo de la dignité du continent berceau de l’humanité que veut restaurer ce vrai panafricaniste sorti des urnes du Ghana, si différent de ces panafricons non élus de l’ Afrique francophone, agents secrets de leurs ancêtres Gaulois, qui se meuvent dans les vestes-cravates tels de gringalets chimpanzés au milieu de la faune, et qui maintiennent l’Afrique dans la position d’un continent d’esclaves incapables de s’affranchir des chaînes d’une monnaie de singes. Comme le disait I. Silone,《le dirigeant qui lutte pour ce qu’il croit juste est un homme libre. On ne va pas mendier la liberté aux autres. La liberté, il faut la prendre.

J. RÉMY NGONO

Exclusif! Qui est le porte-parole du nouveau khalife des mourides ?

YERIMPOST.COM La question est sur toutes les lèvres: Qui est le porte-parole désigné de Serigne Mountakha Mbacké, le nouveau khalife des mourides ? Institution nouvelle dans le mouridisme, le porte-parole a été institué par Serigne Bara Mbacké, le premier des petits-fils de Cheikh ahmadou Bamba à avoir accédé au khalifat. Il a été reconduit par son successeur, Serigne Sidy Moukhtar Mbacké, décédé le 9 janvier dernier.

Yerimpost est en mesure de dire que le tout nouveau khalife, Serigne Mountakha Mbacké, a décidé de maintenir l’institution. Pour l’incarner, il a jeté son dévolu sur celui qui a exercé la fonction depuis sa création, Serigne Bassirou Abdou Khadre Mbacké. La décision sera rendue publique après les obsèques de Serigne Sidy Moukhtar Mbacké à travers une déclaration de Serigne Mountakha Mbacké.

www.yerimpost.com

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR