Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

nouvelle

Nouvelle série policière lancée hier: Canal Plus accusée de plagiat par le réalisateur-rappeur Mass Seck

YERIMPOST.COM Avec des documents à l’appui, le réalisateur Mass Seck, responsable artistique de la TFM, a accusé hier Canal de lui avoir piqué son concept qu’il leur avait proposé sous le nom Division X-Dakar. Selon Mass, la nouvelle série de Canal « Sakho et Mangane » est juste un plagiat de son projet qu’il va défendre coûte que coûte.

Nouvelle hausse du prix du tabac

 

Ligue sénégalaise contre le tabac (LISTAB)

 

Communiqué de presse

 

Nouvelle hausse du prix du tabac

 

L’Etat du Sénégal vient de décider une hausse de 20% sur les droits d’accises applicables aux tabacs. Cette hausse est consécutive à l’adoption de la nouvelle directive n°01/2017/CM/UEMOA du 22 décembre 2017 de l’UEMOA portant harmonisation des législations en matière droits d’accises applicables aux tabacs par les huit pays membres de l’UEMOA.   Avec cette hausse le taux de taxation applicable aux tabacs vendus au Sénégal passe de 45% à 65%. Cette forte hausse a eu un impact significatif sur les prix de cigarettes d’où le changement des prix note sur le marché depuis ce matin du 16 juillet 2018.





La Ligue sénégalaise contre le tabac (LISTAB) salue cette décision, et encourage le gouvernement à toujours aller dans le sens de corser d’avantage les mesures qui peuvent avoir des impacts significatifs dans la baisse de la consommation du tabac dans notre pays.

 

Ainsi, nous demandons au Ministère de l’Economie et des Finances de prendre toute mesure règlementaire idoine visant à préserver cette hausse du prix pour éviter que les industriels du tabac ne puissent l’absorber dans leurs marges bénéficiaires comme ils ont eu à le faire dans le passé.

 

Nous encourageons le Gouvernement du Sénégal à aller encore plus loin dans sa politique de taxation du tabac en appliquant aussi la Directive de la CEDEAO qui comporte une taxe spécifique en plus de la taxe ad valorem.

 

Nous savons tous que la meilleure mesure pour faire baisser la prévalence du tabac est d’augmenter les taxes, et que pour avoir un impact réel sur la baisse de consommation toute augmentation doit être basée sur les prix de ventes.

 

Nous constatons tous pour le déplorer que dans les pays de la CEDEAO, le total des taxes, hors Tva, ne représente que 30 % du prix moyen de vente des cigarettes, alors qu’il est de 62% en moyenne dans les pays de l’Union européenne (UE). Ce qui est en deçà du taux d’au moins 70% fixé par la Convention cadre de lutte contre le tabac de l’OMS.

 

Dans l’espace CEDEAO le taux de taxation est très faible d’où l’urgence pour les Etats membres de mettre en application la nouvelle directive de la CEDEAO, qui il faut le dire rencontre de fortes pressions pour qu’elle ne soit pas appliqué.

 

Les taxes qui sont appliqués sur les produits du tabac doivent représenter 70% ou plus de la valeur des produits, et que pour que cela ait un sens il faut nécessairement une application conjointe des deux directives de la CEDEAO et de l’UEMOA.

 

Une étude récente menée par le Consortium pour la Recherche Economique et Social (CRES) a démontré que le tabagisme coute près de 122 milliards de F Cfa à l’Etat du Sénégal et aux familles des victimes du tabagisme. Alors que l’industrie du tabac récolte et ne reverse à l’état du Sénégal que 24 milliards de FCFA taxes comme aurait pu le faire n’importe quel percepteur, qu’elle reverse à l’état.

 

Si on fait le rapport l’on se rend compte que les revenus tirés de la consommation du tabac sont de 24 milliards de FCFA, dont 20 milliards de recettes fiscales et 4 milliards de revenus d’activité (salaires, bénéfices commerciaux). Comparé aux 122 milliards de coût annuel, le tabagisme coûte finalement 98 milliards à la société sénégalaise. Les ménages supportent 71 milliards de FCFA des coûts par an et l’Etat dépense 51 milliards FCFA pour le traitement des patients souffrant des maladies liées à la consommation des produits du tabac. Le traitement des maladies non transmissibles imputables à la consommation des produits du tabac absorbe ainsi 17 % du budget que le Sénégal alloue annuellement au secteur de la santé.

 

Toute politique fiscale sur le tabac pour être efficace devra être basée sur l’instauration obligatoire au niveau de tous les pays sur l’instauration de taxes spécifiques, car nous savons tous que l’industrie absorbe l’augmentation du prix du tabac et les répercutent les hausses sur leurs marges bénéficiaires plutôt que sur le prix de vente.

 

La Ligue sénégalaise contre le tabac (LISTAB) tout en saluant la mesure d’augmentation des prix du tabac, demande à la société civile sénégalaise et africaine qui luttent contre le tabac à rester mobilisées, et à s’inscrire dans une dynamique de plaidoyer et de vulgarisation au niveau des états, et des décideurs afin de les convaincre à s’engager dans l’harmonisation et l’application des directives de la CEDEAO et de l’UEMOA.





La LISTAB compte mener le plaidoyer au plus haut niveau afin qu’une partie des taxes tirées du tabac puisse servir à la promotion de la santé notamment la lutte contre le tabac.

 

 

Amadou Moustapha GAYE

Président de la Ligue sénégalaise contre le tabac LISTAB

 

Djibril WELE

Secrétaire Exécutif de la LISTAB

listabsecretariat@gmail.com

 

 

 

Nouvelle prorogation de la validé des cartes d’identité

YERIMPOST.COM Les citoyens ont jusqu’au 30 août prochain pour renouveler leurs anciennes cartes d’identité. Une nouvelle prorogation de la validité des cartes d’identité décidée par les autorités.



Le Collectif non à la franc-maçonnerie réagit à la nouvelle décision du préfet de Dakar

YERIMPOST.COM Le Collectif non à la franc-maçonnerie n’entend pas rester de marbre face à l’arrêté préfectoral abrogeant celui du 31 janvier dernier. Ababacar Mboup, coordonnateur dudit collectif, fait noter que le Grand Orient de France avait proféré des menaces lorsque des voix s’étaient élevées pour dénoncer la tenue du séminaire des Rehfram. Ababacar Mboup est d’avis que le préfet de Dakar a agi sous pression et que ceci explique son virage à 180°. Mais son organisation ne compte pas se laisser faire.



Mame Diarra Fam, la nouvelle terreur de la majorité parlementaire

YERIMPOST.COM A la 12ème législature, l’Assemblée a eu droit à Me Elhadj Diouf et, pour cette 13ème, c’est Mame Diarra Fam. Retenez bien son nom car, à coup sûr, elle marquera fortement de sa présence. Dans un match de football, on désigne un « homme du match ». Pour le vote du projet de loi sur le parrainage ce jour, jeudi 19 avril, Mame Diarra Fam était, sans risque de nous tromper, la « femme du jour ». Comme en atteste cette vidéo et elle n’en était qu’à sa première prise de parole. La « Leonessa de Milano » a du répondant.




Bonne nouvelle pour les fans de Ngaka Blindé

YERIMPOST.COM En détention depuis décembre dernier, en même temps que quatre autres de ses présumés complices, le rappeur Ngaka Blindé voit la charge de co-auteur totalement levé. Le doyen des juges a décidé, selon le quotidien Libération, de retenir contre l’artiste le délit de complicité dans la confection de faux billets de banque. Pour rappel, cinq (5) millions de francs de faux billets avaient été trouvés par devers ces présumés faussaires. Lors de leur interpellation, ils avaient soutenu que cet « argent » était destiné au tournage d’un clip.


Une nouvelle commission rogatoire vise Karim Wade

YERIMPOST.COM De nouvelles charges pèsent contre Karim Wade. Les juges du pôle financier de Paris ont sollicité Dakar dans le cadre d’une commission rogatoire internationale concernant la location du Falcon 50 que Wade-Fils utilisait entre 2005 et 2010. Dans sa livraison du jour, Libération révèle que la juge Claire Thépaut a demandé au Sénégal l’exécution de cette commission rogatoire dont le but est d’entendre un certain nombre de personnes au Sénégal. Elle investiguera sur les conditions dans lesquelles ce contrat a été signé, les montants décaissés… Il en a décidément des casseroles, Karim Wade !

Nouvelle réglementation sur l’autoroute à péage: Abdoulaye Daouda Diallo se range du côté d’Eiffage contre la population

YERIMPOST.COM La nouvelle réglementation sur l’exploitation de l’autoroute à péage fait jaser. Elle consiste à imposer aux usagers qui empruntent les voies Rapido, sans avoir assez de crédit, de payer la somme de 5000 F Cfa comme sanction. L’Etat était attendu comme arbitre.

Mais, dans sa livraison du jour, L’Observateur nous renseigne que le gouvernement a approuvé cette décision de l’entreprise Eiffage imposée aux usagers. « Une sanction, c’est une sanction. Les gens ne doivent pas se mettre dans les situation de faute », a déclaré le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, Abdoulaye Daouda Diallo.

Contribution: La nouvelle vision stratégique de Macky Sall

Historique ! Voilà, à défaut de trouver mieux, le terme qui sied pour qualifier la Conférence  du Financement sur le partenariat mondial pour l’Education tenue à Dakar le 02 février 2018. En effet dix(10) chefs d’Etat en exercice et trois(03) anciens, plus de soixante (60) ministres et près de 1000 personnalités, notamment des responsables de l’UNESCO, de l’UNICEF, de la Banque mondiale, de la société civile, des fondations à vocation philanthropique et du secteur privé ont pris part à cette conférence co-présidée par un dirigeant d’un pays du G7, le Président français, Emmanuel MACRON et un président d’un pays en développement, hôte de ladite conférence, le Président Macky SALL. Ce fut un moment fort dans le renforcement de la volonté de la politique mondiale pour assurer à chaque enfant, quels que soient son pays, ses conditions matérielles d’existence, un enseignement de qualité. En termes de retombées 2,3 milliards de dollars,  soit une augmentation substantielle du financement, comparé aux 1,3 milliards de dollars contribués au cours des trois dernières années. Par ailleurs, plusieurs pays donateurs ont indiqué leur intention de contribuer pour d’autres fonds au cours de la période de financement. La plus importante source de financement de l’éducation demeure les pays en développement eux-mêmes. Plus de 50 pays en développement ont ainsi annoncé qu’ils augmenteraient leurs dépenses publiques consacrées à l’éducation pour la période 2018 – 2020 pour atteindre un montant total de 110 milliards de dollars, comparé à 80 milliards de dollars entre 2015 et 2017. C’est toute l’importance de cette conférence qui consacre ainsi un changement de paradigme dans nos relations avec les pays du nord qui finançaient la plus grande partie du financement de notre éducation. Ce changement est révélateur de l’état d’esprit du Chef de l’Etat, son Excellence le Président Macky SALL, qui connait l’importance de l’éducation et de la formation auxquelles il accorde plus de 40 % du budget de notre pays. C’est ce secteur qui portera l’émergence du Sénégal aux horizons 2035 ou même bien avant avec la découverte récente de ressources naturelles telles que le pétrole et le gaz qui seront à coup sûr des facteurs d’accélération de cette émergence que le Président Macky SALL et tous les Sénégalais appellent de tous leurs vœux. Ce n’est nullement un projet chimérique si l’on se fie aux  importantes réalisations qui jalonnent le bilan à mi-parcours ô combien élogieux du Président. Je n’en citerai que :

  • L’aéroport international Blaise DIAGNE de Diass qui a été inauguré grâce l’ingéniosité du Président Macky SALL ;
  • Le Train Express régional qui va desservir cet aéroport à partir de Dakar ;
  • Les nombreuses pistes et forages réalisées dans le monde rural avec l’appui du PUDC ;
  • Les bourses de solidarité familiale pour venir en aide aux populations les plus démunis ;
  • La Couverture Maladie universelle pour un accès aux soins de santé de nos couches les plus défavorisées par un système de solidarité largement subventionné par l’Etat du Sénégal ;
  • Les nombreuses réalisations en termes d’infrastructures scolaires et universitaires qui ont d’une part permis à plusieurs communes de disposer de lycées et de collèges de proximité et d’autre part d’améliorer sensiblement les conditions d’existence des étudiants dans les universités et les campus sociaux par la construction d’amphithéâtres, de salles de conférence et de pavillons pour augmenter la capacité d’accueil en lits des campus universitaires ;
  • L’autoroute à péage qui va aller jusqu’ à l’aéroport pour continuer sur Thies et aller jusqu’à Touba ;
  • L’arène de lutte, vieille doléance des sportifs, qui sera étrennée au mois de juillet prochain, etc. etc.

Ceci n’est pas du verbiage et le  quatrième président du Sénégal, Macky SALL, est dans le temps de l’action et comme le disent les wolofs : « Weddi guiss bokku ci ». Pour ceux qui se trompent de moment, je voudrais dire que nous ne sommes pas en campagne électorale. Ils savent qu’ils ont perdu tout crédit auprès des populations et cherchent à redorer leur blason dans ces vociférations puériles qui ne peuvent tromper personne. Tout croyant devrait accepter que Macky SALL a été élu quatrième président de la République et le restera jusqu’en 2019 et si Dieu le veut bien il sera élu par son bilan à une majorité écrasante au premier tour pour gouverner le Sénégal jusqu’en 2024. D’ici 2019, continuons à travailler pour conforter le bilan et  laisser les perroquets, en quête d’une nouvelle virginité politique qu’ils ont perdue à jamais, pérorer pour essayer de distraire les Sénégalais qui ont déjà fait la différence entre le bon grain et l’ivraie. Travaillons et laissons les parler,  ils sont en train de rêver, mais quelle que soit la longueur de la nuit, il arrivera un moment où le soleil se lèvera !                                                                                                                                           Ibrahima Baba SALL                                                                                                                                        Député Maire de Bakel  

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR