Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

Oumar Sarr

Dagana : Oumar Sarr traite Karim Wade de poltron

YERIMPOST.COM La bataille est lancée au Parti démocratique sénégalais (PDS), avec cette fronde animée par la bande à Oumar Sarr qui ne cesse de lancer des piques à Karim Wade. Lors d’un meeting à Dagana, l’ancien secrétaire adjoint du PDS s’est attaqué à Karim Wade.

« Nous voulons la paix, mais que personne ne se fout de nous. On ne peut pas passer des années à travailler et, un beau jour, on nous dit: poussez, on va tout donner à un poltron qui ne sait même pas ni où il est, ni où il va. Nous ne l’accepterons pas. Personne ne va se foutre de nous ou faire de nous ses esclaves », a lancé un Oumar Sarr visiblement furieux dans son fief.

Sarr, dans le cadre d’une tournée nationale dans le nord du Sénégal, informe que la fronde ne s’arrête pas et décline ses ambitions présidentielles. « Le Pds authentique est debout pour aller à la conquête du pays », dit-il.

Brouille avec Wade: Oumar Sarr crée son propre parti politique

YERIMPOST.COM Oumar Sarr n’a pas attendu que les choses s’enveniment au Parti démocratique sénégalais (PDS) pour sortir du créneau imposé par Abdoulaye Wade avec la formation d’un nouveau Secrétariat exécutif national dominé par des responsables de la Génération du Concret de Karim Wade. En effet, l’ex-coordonnateur national du PDS est, depuis 2018, dans la dynamique de créer sa propre formation politique. Selon nos informations, le futur parti du maire de Dagana va s’appeler « Parel Song Dan » (PSD). Oumar Sarr avait été aperçu il y’a quelques semaines à la préfecture de Dakar puis à la gouvernance pour les formalités d’usage.

Actuellement, l’on nous apprend que le dossier est à la Brigade nationale de sécurité de l’Etat (BNSE).

Urgent! Oumar Sarr réagit à son renvoi du secrétariat national du PDS

YERIMPOST.COM «Pour l’instant, personne n’est rien. Seul Wade détient tout. Et il va décider dans la semaine de qui sera quoi. Ce qui est sûr, nous sommes tous virés pour le moment et il faut s’attendre à de grands changements», a dit le désormais ex-secrétaire national adjoint du Parti démocratique sénégalais (PDS), Oumar Sarr.

En effet, dans un communiqué publié tard dans la soirée d’hier, Me Abdoulaye Wade a dissous le secrétariat exécutif national (Sen) de son parti.

Karim Wade brandit une plainte contre Macky Sall

YERIMPOST.COM Karim Wade est toujours en ordre de bataille, même après l’invalidation de sa candidature et la proclamation des résultats de la présidentielle. Depuis Qatar où il se trouve, il va porter plainte contre Macky Sall. Selon le quotidien Libération qui donne l’information, sans préciser le contenu réel de la plainte, les derniers développements de l’actualité, avec la participation de Oumar Sarr au dialogue national appelé par le président de la République, motivent cette décision.

A la place d’Abdoulaye Wade, qui serait souffrant, Karim Wade gère le Parti de Démocratique Sénégalais depuis un bon bout de temps.

 

Laaylatoul Khadr à Touba: le PDS se passe d’Oumar Sarr

YERIMPOST.COM Laylatoul Khadr (la nuit du destin) a été célébrée cette nuit du jeudi 30 au vendredi 31 mai à Touba. A la cérémonie officielle, tous les secteurs se sont faits représenter, y compris les politiques. Pour l’occasion, le Parti démocratique sénégalais (PDS) a dépêché une délégation dirigée par le président du groupe parlementaire Liberté et démocratie, Serigne Cheikh Bara Dolly. Le dialogue national initié par le président Macky Sall est encore passé par là. Le secrétaire général du PDS, Me Abdoulaye Wade, ne décolère toujours pas de la participation de son second à la rencontre au palais. Le premier acte d’une sanction posé, Oumar Sarr a désormais un pied en dehors du PDS.

Oumar Sarr: “Le Sénégal est au devant de tout et j’assume ma position”

Cette signature est-elle de Me Abdoulaye Wade ?

YERIMPOST.COM La question est sur toutes les lèvres des caciques du Parti démocratique sénégalais. Ce lundi 27 au soir, un communiqué envoyé à la presse fait état de la non-participation de la formation libérale au dialogue. Une décision qui, selon certains, ne reflète pas la volonté du secrétaire général dudit parti. La signature de Me Abdoulaye Wade a été imitée, diront certains qui pointent du doigt Karim Wade. Une hypothèse dont l’argumentaire est fondé sur le manque de précision dans la signature attribuée à l’ancien chef de l’Etat, mais aussi sur le détail de l’heure indiquée dans le communiqué…

Le coordonnateur du Parti démocratique sénégalais, lui, est bel et bien présent dans la salle des banquets du palais de la République pour prendre part à la journée nationale du dialogue. Oumar Sarr, a t-il fait le déplacement avec l’accord de Me Wade ? Les heures qui viennent seront déterminantes pour le PDS.

PDS: le calme avant la tempête de l’implosion

YERIMPOST.COM  Au moment où il se vide de son monde, le Parti démocratique sénégalais pose des actes qui ne vont vraisemblablement rien arranger. Le mythique parti de Me Abdoulaye Wade est au bord de l’implosion. Une campagne de liquidation du secrétaire général adjoint serait en gestation, nous dit l’Observateur qui croit savoir que le modus operandi sera la réorganisation des structures du parti. La création d’un poste de numéro 2 est ainsi programmée, taillée sur mesure pour Bara Gaye, maire PDS de Yeumbeul Sud. Tout ceci, à en croire le journal, dans l’unique objectif de « karimiser » la direction du parti. Depuis son exil doré, Wade fils serait lui-même le maître d’ouvrage de cette machination qui vise Oumar Sarr sous le regard complice de son père.

Oumar Sarr: « C’est un signal fort, un dernier avertissement pour le régime! »

YERIMPOST.COM Dans les rues de la capitale, ce vendredi 28 décembre, pour exiger la transparence de l’élection présidentielle prochaine, les opposants ont réussi le pari de la mobilisation. Galvanisé par cette marée humaine, le coordonnateur du Parti démocratique sénégalais s’est montré menaçant vis-à-vis du régime actuel: « C’est le dernier avertissement ! Nous sommes engagés, nous avons montré que nous voulons une élection transparente dans la paix. Mais, à l’impossible, nul n’est tenu… »

Mon cher Oumar Sarr, Karim Wade ne peut pas être candidat à l’élection présidentielle

Selon vous, « même sans carte d’électeur, Karim M. Wade peut être candidat ». Votre fondement juridique est la nouvelle loi électorale qui dispose en son article L. 57 que « Tous Sénégalais peut faire acte de candidature et être élu, sous réserve des conditions et des cas d’incapacité et d’inéligibilité prévues par la loi ». Et plus loin, vous affirmez par déduction, que « pour être candidat, il faut juste être électeur », ce qui implique l’absence de lien entre la détention d’une carte d’électeur et la qualité d’électeur.



Cette argumentation ne saurait prospérer en droit, surtout en droit électoral puisque la qualité d’électeur comme la nationalité d’un pays ne se proclament pas, elles se prouvent. L’expression « Tout Sénégalais électeur » de l’article L. 57, que vous citez, exige la production et la présentation d’une pièce prouvant d’une part, que l’on est sénégalais ; et d’autre part, que l’on est électeur. Or, aucun des deux ne se lit au faciès. L’article L.27 de la loi électorale qui définit ce qu’est un électeur ne dit pas autre chose puisqu’il soutient que « sont électeurs, les sénégalais des deux sexes, âgés de 18 ans accomplis, jouissant de leurs droits civils et politiques et n’étant dans aucun des cas d’incapacité prévu par la loi ».
A cet effet, comment prouve-t-on qu’on est sénégalais et qu’on est âgé de 18 ans révolus ? Ce n’est ni par l’aveu, ni par le témoignage encore moins par la clameur populaire. Mais, le justificatif requis est un document administratif régulier (ici carte électeur). Qui plus est, les articles L.115 et L.116 de la nouvelle loi électorale vont dans le sens de disqualifier Karim WADE en tant qu’électeur et candidat.
Selon le premier texte, la candidature à la présidentielle de la République doit comporter entre autres, « le numéro de la carte d’électeur ». C’est une condition obligatoire déterminée par le verbe devoir utilisé ici (doit). Or, comment produire le numéro d’une carte qu’on ne détient pas ? Pour l’avoir, il faudrait s’inscrire sur les listes électorales, ce que la loi prive à Karim WADE parce que condamné à une peine de 6 ans d’emprisonnement par la CREI. Cette sanction le rend inéligible en vertu de l’article L.31.



L’autre texte qui est l’article L.116 va plus loin puisqu’il estime que « la déclaration de candidature doit être accompagnée des pièces suivantes (…), une photocopie légalisée de la carte d’identité biométrique CDEAO faisant office de carte d’électeur (ce que n’a pas Karim WADE), un bulletin n° 3 du casier judiciaire datant de moins de 3 mois ( celui de Karim WADE n’étant pas vierge).
Pour toutes ces raisons, M. Karim WADE ne peut pas être candidat à l’élection présidentielle parce qu’il n’est pas inscrit sur les listes électorales et ne détient aucune carte prouvant qu’il est électeur. Ces deux faits étant opérants et établis, il est disqualifié d’office.
Le droit électoral a sa réalité juridique que la réalité politique ignore. Monsieur SARR, vous devez mettre à nu votre plan B pour trouver un autre candidat puisque le plan A qu’est Karim WADE ne prospère ni politiquement ; ni juridiquement. Sinon, au lendemain de la proclamation de la liste des candidats à l’élection présidentielle par le Conseil constitutionnel, le PDS sera forclos et tout autre dépôt ultérieur déclaré irrecevable.
Donc cher Oumar, retenez la leçon de Sénèque : « l’erreur est humaine, mais l’entêtement dans son erreur est diabolique ».




Mouhamadou Mounirou SY
Maitre de Conférences en Droit public
Conseiller du Premier Ministre

Oumar Sarr, ancien de Rewmi, reçoit une sucette de Macky Sall

YERIMPOST.COM Oumar Sarr, ancien de Rewmi d’Idrissa Seck, a été nommé, à l’issue du Conseil des ministres du 09 mai 2018, président du Conseil d’administration de la Société sénégalaise de réassurance (SEN-RE). Une nomination du président de la nouvelle formation politique Parti africain du renouveau libéral (Parel/Song daan) qui intervient à quelques 10 mois de la présidentielle. Un placement stratégique peut-être payant pour le chef de l’Etat ?




Oumar Sarr annonce le retour de Karim Wade

YERIMPOST.COM Karim Wade va participer à l’élection présidentielle de 2019. C’est la ferme conviction du Coordonnateur du Parti démocratique Sénégalais (Pds). Oumar Sarr, en compagnie des membres du directoire nationale dudit parti, était en tournée à Saint Louis. Occasion saisie par les Libéraux de remobiliser  dans la vieille ville. Mais aussi réaffirmer la candidature de Karim Wade. «Je le répète, puisque tous ceux qui m’ont précédé l’ont dit. C’est Karim Meïssa Wade qui est notre candidat. Il n’y a pas de plan B pour nous. Et par A ou B, il sera de la partie en 2019. Il viendra et battra campagne pour le Pds. Nous y travaillons et au moment opportun, il sera parmi nous », a martelé le maire de Dagana.




Idy, Oumar Sarr, Oumar Gueye, Pape Diouf: les vraies raisons d’un clash

Beaucoup de Sénégalais ont ét$é certainement surpris lorsqu’ils ont entendu Idrissa Seck, lors du séminaire des cadres de Rewmi à Saly, demander « pardon » à toutes les personnes qu’il a eu à « offenser » un jour.  Si ce « geste d’humilité » a été salué par les militants de Rewmi, pas si sûr que les excuses soient acceptées  par certains anciens compagnons de Idy, comme Oumar Sarr, Oumar Gueye, ou encore Pape Diouf.




Oumar Sarr et l’humiliation de sa vie

Membres fondateurs de Rewmi, ces trois anciens lieutenants de Idrissa Seck se sont séparés avec ce dernier de manière inattendue tant leurs relations étaient étroites. Mais au delà des raisons invoquées par uns et les autres, beaucoup de choses ont été occultées. Dakar7 est en mesure  de dire que la blessure était plus profonde qu’on ne l’imagine.

Commençons par Oumar Sarr. Entre ce dernier et Idy, c’est une affaire d’ego. Malgré ses nombreux sacrifices pour le Rewmi, Oumar Sarr s’était senti « sous estimé ». Et Oumar Sarr n’oubliera jamais le voyage que Idy lui a privé pour la Suède

e.

Que s’est-il passé ? Selon des sources dignes de foi, Oumar Sarr devait conduire la délégation de Rewmi qui devait se rendre en Suède pour une rencontre politique. Mais quand la liste des membres de la délégation a été remise à  Idy, ce dernier a tout bonnement barré son nom de la liste sans que Oumar Sarr ne comprenne les raisons. Puisque les décisions du « chef » ne se discutent pas, Oumar Sarr s’est alors plié. Se sentant « humilié », Oumar Sarr va prendre sa « revanche » lors qu’il s’est agi de se rendre au siège de la commission nationale pour la réforme des institutions (CNRI )dirigée Amadou Mokhtar Mbow. « Ce jour là, Idrissa Seck a  demandé à Oumar Sarr d’accompagner la délégation qui devait aller rencontrer les membres de CNRI, mais Omar Sarr a carrément décliné. Il a défié Idrissa Seck devant tout le monde. », confie une source très au fait de la vie politique de Rewmi.

Ce fut le début de la  disgrâce  de Oumar Sarr au sein de Rewmi jusqu’au moment où il décide de claquer la porte et rejoindre la mouvance présidentielle

Idrissa Seck, Oumar Gueye et la chaise…

Quant à Oumar Gueye, maire de Sangalkam, il n’a pas attendu d’être humilié par Idrissa Seck pour quitter le Rewmi. Le ministre de la Pêche est entré en conflit avec son mentor pour des questions de positionnement dans le parti. Car, Oumar Gueye, qui est l’un des rares responsables gagner  sa base, se voyait comme le numéro 2 naturel de Rewmi, alors que Idrissa Seck, lui, a déjà porté son choix sur Dethier Fall, à l’époque le secrétaire national des cadres de Rewmi. Un choix que le président du conseil départemental de Thiès   assumait en réunion.  Cette anecdote est édifiante.  » Un jour, Idy avait convoqué  une réunion au cyber campus de Thiès dans le cadre de la vente des cartes de Rewmi., on avait alors disposé les  chaises côte à cote. Lorsque Idrissa Seck est entré dans la salle de réunion, il a changé la disposition des chaises. Celle qui était réservée à Oumar Sarr a été éloignée. Il était assis seul à côté de Dethier Fall face aux autres. On a compris qu’il voulait imposer Dethier Fall. », raconte une source ayant pris part à cette rencontre. « Quand Oumar Gueye est rentré dans la salle , il a constaté que sa chaise a été déplacée, il a tout simplement boudé la rencontre. Des responsables  ont tenté de le rattraper, en vain. Oumar Gueye était déjà rentré chez lui », poursuit notre interlocuteur.

Et la sortie médiatique du Dr. Abdourahmane Diouf, alors directeur général de la Sde, contre Oumar Gueye va exacerber la situation. La suite, on l’a connait. Le ministre de la pêche fera limoger Abdourahmane Diouf.

Pape Diouf et l’agent de la vente des cartes. 

Contrairement aux autres, Pape Diouf et Idrissa Seck ont eu un différend d’ordre pécuniaire. Selon nos sources, l’ancien secrétaire national chargé de la vie du parti Rewmi, a été accusé par Idrissa Seck de « détournement de plus de 50 millions f cfa, » provenant de la vente des cartes entre 2008 et 2012. Ces accusations ont rejetées par Pape Diouf qui s’est senti atteint dans son orgueil. « Quand Idrissa Seck a demandé à Pap Diouf  de lui faire l’état financier, il s’est rendu compte qu’il y avait un déficit de plus de 50 millions f cfa. Alors, Idrissa l’a accusé de l’avoir détourné. Mais Pape  s’est défendu en expliquant que l’argent a servi à financer les activités du parti pendant son absence. », a confié une autre source.  Mais cette version n’a pas convaincu Idy qui a tout simplement retiré la gestion des finances de Pape Diouf pour les confier à l’ancien gouverneur de Thiès, feu Idrissa Camara.

Dakar7.com

Oumar Sarr arrêté

YERIMPOST.COM Le coordonnateur du Parti démocratique sénégalais, Oumar Sarr, a également été interpellé par les forces de l’ordre. Venu prendre part à la manifestation contre le parrainage, le maire de Dagana a été alpagué par les policiers qui, certainement, l’acheminent vers le Commissariat central.



(URGENT) Sit-in de l’IED: Decroix et Oumar Sarr interpellés ! 

YERIMPOST.COM L’initiative pour des élections démocratiques (IED) avait du mal à dérouler son projet de sit-in à la place Washington. Le préfet de Dakar ne s’est pas limité à interdire ce sit in. Il a aussi pris toutes les dispositions pour faire capoter ce projet des leaders de l’opposition. Le centre-ville de Dakar avait été quadrillé par les Forces de l’ordre dès les premières heures de la matinée. La Rfm nous apprend que Mamadou Diop Decroix et Oumar Sarr, qui tentaient de braver l’interdiction de l’autorité administrative, ont été interpellés.

Oumar Sarr et Aziz Diop peuvent-ils quitter le PDS ?

YERIMPOST.COM A la faveur d’une guerre interne au Parti démocratique sénégalais (PDS), des informations fusent de toutes parts. Les uns accusent les autres de tous les péchés d’Israël et vice versa. Dans cette atmosphère de suspicions, de dénigrements et d’intoxications, tous les coups sont permis. Accusé par ses adversaires de « dealer » avec Mahmoud Saleh pour transhumer vers le pouvoir, Oumar Sarr, coordonnateur et numéro deux officieux, « ne quittera jamais le PDS », à entendre un de ses proches. Il discute avec Mahmoud Saleh parce qu’il entretient des rapports anciens avec lui, depuis leurs années de militantisme dans les organisations de gauche. Il est également en contact avec le Premier ministre, Mahammad Boun Abdallah Dione, qui fut son cadet à l’école supérieure à Paris où ils ont tous les deux fait leurs études.

Ceci étant, la position politique d’Oumar Sarr est constante et il la martèle à qui veut l’entendre: « Pour ce qui reste de la carrière politique de Me Wade, je ne vais pas me brouiller avec lui. » N’empêche, lorsque Abdoulaye Wade a voulu lui ravir la position de numéro 2 au profit de Madické Niang, il l’a rencontré et lui a dit: « Si la hiérarchie en haut du parti change, je quitte. » Il a visiblement été entendu.

Quant à Aziz Diop, poulain connu d’Oumar Sarr, président des cadres du PDS, soupçonné d’être de connivence avec le Palais où il irait régulièrement, il refuse de démentir d’avoir été reçu par Macky Sall. Et assène: « Pour publier un démenti, j’attends que ceux qui me le demandent, qui n’ont ni formation ni qualification, publient les lettres qu’ils ont envoyées à Macky Sall pour lui proposer leurs services. » Avant d’ajouter, répondant à ceux qui le soupçonnent de vouloir transhumer: « Jamais je n’irai à l’APR. Il est vrai que je fréquente Abdou Mbow, un ami de très longue date. Mais nos discussions n’ont rien à voir avec ce qui se suppute. Nous avons des rapports personnels déconnectés de la politique. »

www.yerimpost.com

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR