Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

Ousmane Tanor Dieng

Me Moussa Bocar Thiam va quitter le PS

YERIMPOST.COM Au Parti socialiste, le silence qui règne cache un malaise qui risque d’éclater ce samedi 27 avril. Me Moussa Bocar Thiam, porte-parole adjoint dudit parti, va incessamment annoncer sa démission et son ralliement à l’Alliance pour la République. Pour plus de « sécurité », afin de conserver son poste de maire de Ourossogui aux prochaines locales, semble dire le quotidien l’AS. Mais Me Moussa Bocar Thiam a des raisons autres que celle avancée. L’on se rappelle de cette passe d’armes avec Wilane lorsque ce dernier, dans le communiqué final sanctionnant la réunion du bureau politique du Ps, exprimait la volonté du secrétaire général de voir revenir Khalifa Sall, Barthélémy Dias et autres. Me Moussa Bocar Thiam s’inscrivait en faux contre cette déclaration qui, selon lui, n’a jamais été soulevée au cours de la fameuse rencontre. La goutte d’eau qui fait déborder le vase vient de la formation du nouveau gouvernement. L’entêtement d’Ousmane Tanor Dieng à maintenir Serigne Mbaye Thiam et Aminata Mbengue Ndiaye dans l’attelage gouvernemental est une pilule indigeste pour certains de leurs camarades de parti dont Me Moussa Bocar Thiam.

 

Ousmane Tanor Dieng se retire en France pour se soigner

YERIMPOST.COM Son absence lors du défilé du 4 avril dernier avait fait jaser. Pendant que les uns racontaient que le protocole présidentiel avait refusé l’accès à la tribune officielle au président du Haut conseil des collectivités territoriales arrivé sur les lieux après le chef de l’Etat, d’autres disaient qu’il n’avait pas fait le déplacement du fait qu’il était alité. Plusieurs jours plus tard, le temps semble donner raison aux seconds. A en croire Les Echos, Ousmane Tanor Dieng est présentement en France pour des soins. Le coup de fatigue dont semblait souffrir le secrétaire général du Parti socialiste est bien plus aigu. Prompt rétablissement à Tanor.

Ousmane Tanor Dieng se déclare meurtri par la situation de Khalifa Sall

YERIMPOST.COM Wilane n’avait pas tort de défier ses camarades qui refusaient l’idée des retrouvailles souhaitées par le secrétaire général du Parti socialiste. Cette fois, c’est Ousmane Tanor Dieng lui-même qui a parlé aux dissidents, en citant nommément Khalifa Sall. Le secrétaire général du Ps a déclaré que le dialogue est ouvert à tous les niveaux, y compris au sein de son parti. « L’histoire de notre parti est faite de scissions et de retrouvailles et, malgré cela, le noyau dur reste toujours en place », a soutenu le non moins président du HCCT qui, dans la foulée, s’est adressé à Khalifa Sall comme jamais il ne l’avait fait depuis que ce dernier a des démêlés avec la justice. « Je ne souhaite à personne la prison, surtout à quelqu’un avec qui on a cheminé aussi longtemps. Khalifa Sall, c’est le président Abdou Diouf lui-même qui me l’a confié. C’est avec déchirement que je le vois dans cette situation-là. »

Vidéo- Ousmane Tanor Dieng, à Louga, vante les avantages de son candidat

Nunc dimittis servuum tuum -« Mission accomplie, je me retire »- (Ousmane Tanor Dieng)

Impassible devant la mort, je ne peux, tout comme je ne saurai me résoudre à te dire adieu, cher ami, dans les sillons du vent triste et anonyme de ce Vendredi 21 Septembre 2018. N’est-ce pas Christine de Suède qui affirmait, avec justesse, que « Tout homme qui craint la mort, n’est capable de rien de grand. » ? Et tu as vécu en homme de foi et de dignité, la prévoyant, mais sans crainte de la grande faucheuse collée à l’existence humaine.
Mon cher Bruno,
En te rendant hommage, nous rendons les honneurs à tes parents et à tes fleurs semées.
En te rendant hommage, nous rendons les honneurs à la nation sénégalaise dont tu portas brillamment et fièrement l’étendard, au-delà même de nos frontières.
En te rendant hommage, nous rendons les honneurs à l’homme des éloquentes facettes : bon et simple, courtois et discret, serein et pudique, humble et chaleureux, loyal mais chevillé à des principes. Tu les incarnas, immuablement, au recto et verso des années.



En te rendant hommage, nous rendons les honneurs au patriote, à l’inlassable serviteur de l’État mais également à Leurs Excellences les Présidents Léopold Sédar SENGHOR, Abdou DIOUF, Abdoulaye WADE et Macky SALL, dont tu as été le Chef du Protocole d’État. Tout le monde peut imaginer combien il a pu être délicat d’être le Chef du Protocole de Léopold Sédar SENGHOR ou de Abdoulaye WADE. Pour des raisons différentes, d’ailleurs.
Mon cher Bruno,
Tu m’as accueilli à la Présidence de la République en 1978. Je m’en souviens. C’était l’ère de la chemise blanche, du nœud papillon et du pantalon rayé, avec la redingote au-dessus. Nous nous en rappelions occasionnellement avec amusement. À ton poste, tu marchas sur les beaux pas d’illustres devanciers comme André COULBARY, Amadou CISSÉ « Ndiarmew » et le distingué Cheikh LEYE. Je salue respectueusement leur mémoire.
J’ai eu le plaisir, cher ami, de te côtoyer et de servir, avec toi, les Présidents Léopold Sédar SENGHOR et Abdou DIOUF. Tu étais un homme passionné, avec une maîtrise parfaite de la grammaire protocolaire et qui avait pleine conscience des obligations de son métier. Tu composais avec tout le monde et jamais ne te plaignais de rien ni de personne. Tu rendais en permanence des services sans jamais être demandeur de quoi que ce soit. Seul bien accomplir ta tâche t’importait, quel que soit l’imprévisible caractère de ton interlocuteur. C’était là ton crédo, ta légendaire recette à succès.
Excellence ! Oui Excellence ! Car telles étaient ta pratique et ta tenue quotidiennes, quarante ans durant, plus même que ton titre de Conseiller des Affaires étrangères de Classe exceptionnelle donc de diplomate de haut rang. Tu avais, solidement ancrés en toi, le sens et la culture de l’État.
Je te salue, je te nomme avec respect, avec amitié, en souvenir vivace des moments ensemble vécus. Je me le permets, une dernière fois, bienheureux « Diatta Marie Père ».
De toi, cher Bruno, les générations présentes et futures retiendront, entre autres, que les bavards sont ceux qui, peu, savent. Oui, tu connaissais, voyais et entendais beaucoup, trop et énormément de choses mais tu ne pipais mot. Dans ta poitrine tu gardais et portais tout, au nom de l’État et de la République, tel ce cœur amoureux en qui palpite le permanent souci du bien-être de sa dulcinée. Et pourtant, il faut le savoir, le Chef du Protocole d’État est un collaborateur précieux et particulier du Chef de l’État, dépendant uniquement et directement de ce dernier. Tu avais là de quoi bomber le torse mais tel ne fut jamais ton comportement.



De toi, cher Bruno, les Sénégalais retiendront que l’exemplarité est la marque du bon maître. Constant, écouté et pourtant si effacé, tu gérais de main de maître l’agenda du Président de la République et mettais en branle le cérémonial présidentiel à chaque fois que de besoin. Voyages officiels, visites, déplacements à l’interne, déjeuners, diners et réceptions, lettres de créance, remise de décorations, cérémonies publiques, cadeaux échangés avec des personnalités étrangères, etc. Rien ne se faisait ou ne se mouvait sans ton avis voire ton implication. Mission accomplie, tu te retirais à l’ombre, satisfait et silencieux. Et tu recommençais, alerte, l’instant d’après.
Chef d’orchestre et multitâches, c’est avec doigté, grandeur et professionnalisme avéré que tu t’intéressais à tout ce qui se passe dans la « grande maison », du cabinet du Président de la République au Secrétariat Général de la Présidence en passant par le service de presse, l’état-major particulier, le commandement militaire, etc. pour que mythique et respectée demeure la Présidence de la République. Ta vivacité d’esprit et ta naturelle simplicité te donnaient solution à presque tout. Tu avais le tact et l’intelligence des situations.
Non ! Je ne saurai te pleurer comme un inconnu ni apprécier la grandeur de tes œuvres tel un néophyte. La diplomatie étant un art tout d’exécution, le protocole en demeure la branche la plus complexe et seuls les meilleurs y réussissent. Tu y brillas de mille et un feux, cher Bruno.
Repose en paix, grand serviteur de l’État. Nous suivrons tes pas, ici-bas et un jour dans l’au-delà, car il est une vérité, celle courageusement inscrite à l’entrée du cimetière chrétien Saint-Lazare de Béthanie : « Aux portes du paradis, nous avons été ce que vous êtes et vous serez ce que nous sommes. »

Mes condoléances, une fois encore, à Son Excellence le Président Macky SALL, à toute ta famille, aux diplomates de carrière, au peuple sénégalais et loin de nos murs, au monde. Éternellement tu resteras le bien de tous.
Que Dieu ait pitié de ton humanité, cher ami.




Ousmane Tanor DIENG
Conseiller des Affaires étrangères.

Ousmane Tanor Dieng répond à ses détracteurs

YERIMPOST.COM Ousmane Tanor Dieng réplique. Le secrétaire général du Parti socialiste (Ps) dit n’avoir être mêlé ni de près ni de loin à l’affaire Khalifa Sall. Selon lui, ceux qui disent que c’est le Ps qui est derrière cette affaire ignorent bien la réalité des faits. «Le Ps et moi n’y sont pour rien. C’est une affaire banale de gestion. Il faudrait laisser la justice la régler», a-t-il répondu à Mamoudou Ibra Kane.


Audio– Ousmane Tanor Dieng: «Macky Sall nous l’avons entre les mains…»





Ousmane Tanor Dieng favorable à une «amnistie» ou une «grâce» pour Khalifa Sall

YERIMPOST.COM Comme à l’accoutumée, Ousmane Tanor Dieng a participé à la prière de Tabaski à la mosquée  omarienne, ce mardi. Interpellé par la presse à la fin de la prière, le secrétaire général du Parti socialiste (Ps) a prié pour un Sénégal de paix. Par conséquent, il a souhaité l’élargissement de prison de tous les prisonniers, y compris de son « ex » camarade de parti, Khalifa Ababacar Sall. « Je suis favorable que tous les prisonniers puissent avoir une grâce ou une amnistie parce que je souhaite la prison à personne, surtout pas à Khalifa Sall», a-t-il dit, précisant, toutefois, que la grâce appartient au président de la République, Macky Sall.


Ousmane Tanor Dieng lance un message solennel à l’opposition

YERIMPOST.COM Pour Ousmane Tanor Dieng, l’opposition doit répondre au dialogue sur les ressources naturelles. « C’est un dialogue particulièrement important et il s’agit de questions sur lesquelles on doit construire un consensus. Car, jusqu’à présent, il n’y a pas d’exploitation de ces ressources », a déclaré le président du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct). Seulement, son appel risque de tomber dans l’oreille d’un sourd. Parce que l’opposition dite significative a déjà déclaré son boycott.



Contribution: Ousmane Tanor désavoué par les socialistes français ?

Ousmane Tanor Dieng n’a-t-il pas été désavoué par ses camarades socialistes français ? Tout porte à le croire. L’invite de Khalifa Ababacar Sall, au 78ème congrès du Parti socialiste français, qui s’est tenu ce weekend dans la capitale française, alors que le maire de Dakar est officiellement exclu du Parti socialiste sénégalais, peut être considérée comme un cinglant désaveu de l’actuel président de l’HCCT. Une manière de dire aux Socialistes sénégalais que Khalifa Sall reste socialiste. Et, à coup sûr, le député-maire socialiste est une personnalité avec qui les Socialistes peuvent compter pour le triomphe de leur idéologie.

Le maire socialiste de la capitale sénégalaise doit purger une peine d’emprisonnement de 5 ans  ferme. Mais, dès les premières heures de son interpellation, il avait reçu le soutien du maire de Paris, Anne Hidalgo. Un calibre dans les rangs du Parti socialiste français. Durant toute la procédure judiciaire, Anne Hidalgo a pesé de tout son poids pour sortir son homologue des mailles de la justice sénégalaise. Seulement, les raisons de la non-ingérence l’ont poussé à ne pas franchir certaines limites. Toutefois, Anne Hidalgo avait commis des avocats pour assurer la défense de Khalifa Ababacar Sall, là où les responsables du Ps sénégalais ne se sont même pas autorisés une visite au maire de Dakar prison.

Lâché par les Socialistes sénégalais, Khalifa Ababacar Sall reste le bienvenu chez ses camarades français. Dans les liens de la détention, le désormais ex-Chargé de la vie politique du Ps a été représenté à ce congrès par son conseiller politique, Moussa Taye.

À souligner qu’à l’issue de ce congrès, Oliver Faure a été élu nouveau Premier secrétaire.

Babacar FALL




Le Hcct au secours de Tanor suite aux accusations de non-assistance au motard décédé

YERIMPOST.COM La une du journal Source À de ce vendredi 23 fevrier faisait état de la colère de la gendarmerie contre le président du Haut conseil des collectivités territoriales pour non-assistance suite à l’accident qui a coûté la vie à  Massar Diop, motard qui escortait le cortège d’Ousmane Tanor Dieng à Porokhane. Une information fausse, si l’on en croit les membres de ladite institution. En conférence de presse, Me Ousmane Sèye et cie ont dénoncé avec véhémence cet article qui, selon eux, a pour objectif de porter atteinte aux institutions de la République. À cet égard, les membres du Haut conseil des collectivités territoriales se réservent le droit d’user des voies et moyens légaux appropriés en de telles circonstances.
 
 
 
 
 

Porokhane: accident mortel du cortège d’Ousmane Tanor Dieng

YERIMPOST.COM Le cortège qui accompagnait le président du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct) a été victime d’un accident de circulation sur la route de Porokhane. Le motard de l’escorte d’Ousmane Tanor Dieng est décédé sur le coup. Un choc violent avec un bus de type minicar en est la cause.

Ces graves révélations de Moussa Sy sur la Caisse d’avance

YERIMPOST.COM Cité comme témoin dans le procès de Khalifa Sall, Moussa Sy va comparaître et compte faire de grosses révélations. Il a annoncé les couleurs sur la Rfm. Invité de l’émission Yoon Wi, le maire des Parcelles Assainies a blanchi Khalifa Sall. Selon lui, la Caisse d’avance de la mairie de Dakar a toujours fonctionné à la manière d’une caisse noire. Cela, depuis la création de cette caisse qui a toujours été considérée comme un fonds d’aide depuis le règne du président Senghor.



Pour l’adjoint du maire de la ville de Dakar, l’usage de la Caisse a toujours été fondé sur un accord tacite entre le président de la République et le maire. À l’en croire, même Macky Sall a bénéficié de cette Caisse. «Me Abdoulaye Wade a toujours envoyé ses ministres, Macky Sall y compris, aller voir Pape Diop, alors maire de Dakar, pour bénéficier de la Caisse d’avance et aller organiser des meetings », a-t-il révélé. Et Moussa Sy d’ajouter : « Moi-même je suis venu, à plusieurs reprises, voir Pape Diop pour bénéficier de la Caisse d’avance. Qui de Ousmane Tanor Dieng et de nombreux autres socialistes peut jurer n’en avoir pas bénéficié ?».

Babacar FALL, bfallyerimpost.com

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR