Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

pape gorgui ndong

Passation de service: Pape Gorgui Ndong donne des conseils à Néné Fatoumata Tall

Le ministre sortant, Pape Gorgui Ndong, a prodigué des conseils à celle qui lui succède à la tête du département de la Jeunesse: «Ne jamais avoir peur de cette jeunesse. Toujours aller à la rencontre de la jeunesse. Ecouter la jeunesse. Partager avec la jeunesse.»

La nouvelle ministre de la Jeunesse, Néné Fatoumata Tall, entend placer ’’l’écoute des jeunes’’ au cœur de son action à la tête de ce département ministériel.

’’Je vais écouter les conseils, les remarques et suggestions de mes compatriotes, notamment les jeunes. C’est en écoutant les jeunes que je parviendrai à mener à bien ma mission’’, a-t-elle déclaré.

Après son limogeage, Pape Gorgui Ndong écrit à Macky Sall

Monsieur le Président de la République,
Nous, jeunesse du Sénégal et de la banlieue en particulier, vous remercions infiniment, de nous avoir accordé le privilège de servir le Sénégal sous votre très haute autorité.
C’est en ces moments, Excellence, qu’on attend le mieux, d’un homme d’Etat la loyauté et le patriotisme. Nous Vous renouvelons ainsi notre engagement, sans faille, pour relever les défis du deuxième mandat pour un Sénégal de tous et un Sénégal pour tous.
A travers vous,Excellence, nous adressons nos sincères félicitations à Monsieur le Premier ministre et à tous nos collègues de l’équipe sortante.
Conscients de la pertinence de vos choix, nous adressons des encouragements sincères et appuyés à Madame la Ministre de la Jeunesse, Néné Fatoumata Tall Mbaye,une camarade et fidèle militante de la première heure.Nous lui manifestons toute notre disponibilité pour la réussite de sa mission.
Vous souhaitant plein succès, nous avons confiance en l’actuelle équipe gouvernementale, qui donnera sans nul doute corps à la haute vision que vous avez déclinée dans le Plan d’actions prioritaires (PAP2) du Plan Sénégal émergent. Vision qui réserve une place privilégiée à notre vaillante jeunesse.

Pape Gorgui Ndong
ministre de la jeunesse, de la Construction Citoyenne et de la Promotion du Volontariat sortant.

Vidéo- Touba: Pape Gorgui Ndong réagit au discours du chef de l’Etat

















Réponse aux niaiseries adressées par Pape Gorgui Ndong à Sonko

Lettre ouverte à Pape Gorgui NDON

 

Cher Pape,

 

J’ai pris connaissance du courrier que tu as adressé ce jour au Président Ousmane SONKO, Président de PASTEF, afin de soi-disant lui rappeler les fondements de notre pays.

 

Le Président SONKO, très occupé à réconforter les sénégalais qui vivent un calvaire du fait de l’échec de votre régime, ne peut naturellement pas s’attarder sur tes niaiseries.

 

Par ailleurs, les personnes qui liront la présente seront peut-être heurtées par le caractère un peut familier de cette missive.

 

Je les comprendrais, puisque j’ai moi-même était initialement interpelée par la familiarité avec laquelle tu t’es adressé au Président SONKO.

 

Puis, j’ai compris le choix de ton style. Tu as, en effet, voulu t’adresser à un frère, et non à un homme politique, leader de l’opposition, député à l’assemblée nationale sénégalaise, et en qui des milliers de sénégalais ont placé leur confiance.









Aussi, puisque nous parlons du Sénégal, le vouvoiement ne fait pas partie de notre culture.

Donc, je te tutoie.

 

Pape, la première fois que je t’ai vue, c’était devant chez moi, à Saint-Louis. Tes amis et toi aviez rejoint la capitale du Nord dans le cadre des vacances citoyennes, que je considère personnellement comme étant une diversion face à l’incapacité de nos dirigeants à trouver de véritables solutions pour aider cette jeunesse dépassée par le reste du monde. Qu’à cela ne tienne !

 

J’ai souvenir d’un groupe de jeunes vêtus en costumes sombres, portables de dernière génération à la main, et une montre scintillante à la poignée.

 

A première vue, j’ai cru que vous étiez des acteurs ou artistes. Puis, il m’a été indiqué que vous étiez « les jeunes de Macky ». Comment se faisait-il que tes amis et toi soyez restés très loin de la foule ? Vous ne vous mêlez pas à la populace ?

 

Je t’avoue que je n’avais pas pu m’empêcher de m’esclaffer devant un tel spectacle. Tu me pardonneras cet écart.

 

Bref, revenons à ce qui nous intéresse en l’occurrence : ton courrier de ce jour dans lequel, sans rire, tu as cru pouvoir donner des leçons au Président Ousmane SONKO.

Serait-ce discourtois de ma part d’écrire : « quelle prétention ! » ?

 

Tu y confesses que les propos tenus par le Président consistant à dénoncer l’échec de nos politiciens menaceraient « la cohésion sociale ».

 

Cher Pape, en parlant de cohésion sociale où étais-tu lorsque ton entourage se servait de ce que nous avons de plus intime, la foi et la famille, pour tenter de déstabiliser un adversaire politique ?

 

Pourquoi tu n’as pas rappelé cette cohésion lorsque le Président SONKO était taxé de terroriste parce qu’il est polygame, porte une barbe, pieux, et que ses épouses porteraient le voile ?

 

Te soucies-tu de la cohésion nationale lorsque tu enseignes à nos enfants qu’ils sont des terroristes ou sous citoyens parce que nés de famille polygame et/ou de père pratiquant sa foi ?

 

Elle est où cette cohésion sociale lorsqu’on exclut toutes les femmes voilées des sphères politiques et qu’on leur prive le droit d’être premières dames ? En quoi les faux cheveux de Marième Faye SALL seraient-ils plus dignes de notre pays ?

 

Le parti auquel tu appartiens stigmatisme les porteurs de barbes. Dois-je te rappeler mes souvenirs encore frais, que tu en as certainement aussi, d’un cahier d’un écolier sur lequel il y avait la photo du vénéré résistant El hadj Oumar TALL ? Te souviens-tu de cette lumineuse et inspirante photo sur laquelle nous voyions sa longue barbe blanche, son chapelet à la main, signe de vertu et de piété ?

 

Et voilà qu’aujourd’hui toi et tes semblables voulez ruiner tous ces acquis en taxant de terroristes des personnes pieuses. Cohésion sociale tu dis ?

 

De qui crois-tu que Pastef se soit inspiré lorsqu’il choisit comme slogan : « le don de soi pour la patrie » ?

 

Ensuite, tu écris « que ces papas et mamans de l’indépendance se sont battus, parfois au risque de leur vie, pour faire de ce pays ce qu’il est aujourd’hui ».

 

Je suis très heureuse que tu te souviennes de ce passé hautement patriotique du Sénégal, et en même temps profondément attristée par le fait que ni toi, ni le gouvernement auquel tu appartiens, ne puissiez quotidiennement vous en souvenir dans vos actes au quotidien.

 

En effet, tu crois pouvoir donner des leçons de patriotisme alors que vous vendez quotidiennement le Sénégal au rabais aux indiens, aux turcs et aux français.

 

Je te rappelle que le président de ton parti a remué ciel et terre pour ne pas avoir à subir une journée de garde à vue. On se doute bien qu’il n’est pas prêt à faire don de lui-même pour notre Sénégal.

 

Par ailleurs, tu qualifies le Sénégal de pays « stable, de paix et de concorde ».

 

Le Sénégal est certes un pays de paix, mais ce n’est certainement pas aux politiciens de ton calibre qu’il le doit. Le Sénégal doit cette stabilité et cette sérénité à ses sages, particulièrement à ces chefs religieux, ceux-là que vous pensez pouvoir bâillonner avec votre fameux « thiompal ». Chantage éhonté !

 

Visiblement Pape, tu as la mémoire très courte. Je te rappelle que le 19 avril dernier, ton mentor était prêt à mettre ce pays en feu et en sang, juste pour avoir le privilège d’éliminer des adversaires politiques avec le système du parrainage.

 

N’est-ce pas lui qui a mis Fann en état de siège pour simplement inaugurer des lits à l’Université Cheikh Anta DIOP ?

 

Tu qualifies, certainement par maladresse, le comportement du Président SONKO d’anti modèle.

 

Excuses-moi frère, mais qu’est-ce que tu peux être de mauvaise foi !!!

 

Les leçons que tu semblais vouloir donner étaient hautement importantes. J’ai voulu donc vérifier, par simple curiosité bien entendu, si tu te les appliquais.

 

Devines quoi ? Je suis tombée sur ton élogieux parcours publié au journal « LE SOLEIL » en date du 9 novembre 2016. Je commençais à être admirative…









Puis, je suis tombée sur un autre article publié sur le site internet « DAKARACTU » le 30 octobre 2017. L’article nous apprend que tu t’es attribué des diplômes que tu n’avais certainement pas ; que depuis fort longtemps tu cherchais à percer en politique et c’est d’ailleurs pour cela que tu cherchais en vain à te frayer un chemin tant au PDS, qu’à la génération du concret ; que tu voulais rejoindre le parti de Cheikh Bamba DIEYE pour avoir plus rapidement une visibilité.

 

Toutes tes tentatives se sont soldées par un échec. Tu as certainement démenti ces graves accusations, mais je n’en ai pas eu connaissance. Diffusion sélective des informations par les moteurs de recherche ? De toute façon, ce n’est pas très urgent. Tu pourras toujours faire un démenti plus tard.

 

Je me demande tout de même, dans l’attente de ce démenti, quelles sont tes convictions politiques dans tout ça.

 

Enfin, tu termines ta littérature en t’adressant à la jeunesse.

 

C’est quand même curieux que tu te souviennes de cette jeunesse que lorsque cela t’arrange.

 

Pape, dis-moi, qu’as-tu fait pour empêcher que les jeunes sénégalais meurent dans le désert ou soient réduits en esclaves en Libye.

Dis-moi, où étais-tu lorsque les jeunes de ce pays exprimaient leur chagrin après la mort de Fallou SENE ?

 

Ou en es-tu avec la réduction du chômage qui frappe particulièrement les jeunes ?

 

La seule fois où je t’ai entendu t’adresser à ces jeunes, c’était lorsque tu leur promettais, non pas 2 millions d’emplois, mais 2 millions de parrains pour le leader de ton parti.

Bien-sûr, je peux continuer à égrener tes échecs, mais tu les connais mieux que moi. N’est-ce pas ?

 

Pape, cher frère, les jeunes de ce pays souffrent. Mets-toi donc au travail !

 

PS : il se murmure dans les coulisses que ton ascension fulgurante ne serait due qu’à tes liens de parenté avec la première dame, et c’est d’ailleurs pour cela que d’autres frères de ton parti seraient lésés par tes nominations. Je suis sure que ce sont des rumeurs sans fondement. Qu’est-ce nos compatriotes peuvent être de mauvaises langues…

Babacar Touré

Sonko, c’est ton comportement qu’il faut fusiller (Pape Gorgui Ndong)

Ousmane Sonko, sans entrée en matière, permets moi au nom de la cohésion sociale de notre pays de retirer immédiatement en ton nom tes propos desobligeants et outrageants tenus à l’endroit de nos pères fondateurs. Dois-je te rappeler que ces papas et mamans de l’indépendance se sont battus , parfois au risque de leurs vies, pour faire de ce pays ce qu’il est aujourd’hui. Un pays stable, de paix , de concorde et oú il est bien possible de faire des études sans soucis jusqu’à devenir un cadre des impots et domaines. Est ce que si ces personnes que vous détestez tant, n’avaient aucune vision ni ambition ,tout cela serait possible. Je ne le pense pas. Ce qui vous arrive et c ‘est malheureux de le constater , c’est ce qu’ un autre grand monsieur (à fusiller surement) à appeler  » l’aventure ambiguë ». Changez de cap cher compatriote. Sortez de votre bulle illisoire. Ce pays a toujours été habité par des valeureux et on en compte énormément parmi nous. Ces hommes politiques , que vous voulez amener au peloton d’exécution, ont toujours été epaulé et soutenu par les plus grandes confréries du Sénégal. Que vas tu faire de ces vaillantes personnalités? Ce qu’il faut fusiller ?c’est ton arrongance déconcertante.
Ce qu’il faut fusiller?
C’est ton comportement anti-modèle comme fonctionnaire.
Ce qu’il faut fusiller?
C’est ta volontè malheureuse d’induire une certaine jeunesse en erreur, d’instrumentaliser une jeunesse à des fins occultes au lieu de les aider à deplacer le curseur sur les veritables enjeux de notre époque et enfin ce qu’il faut fusiller c’est ton manque de reconnaissance et de gratitude à lendroit de ceux qui ont bati le système dont tu demeures un pur produit.
Jeunesse du Sénégal, Fusillons de tels comportements.







Pape Gorgui NDONG
Ministre de la Jeunesse de la Construction Citoyenne et de la Promotion du Volontariat

Vidéo- Khalifa, Karim, parrainage, présidentielle: Pape Gorgui Ndong dit tout









Vidéo- Promesses de Macky Sall en emplois: Pape Gorgui Ndong répond à Yerimpost









Vidéo- Pape Gorgui Ndong réagit à la non-défense de Macky Sall par ses proches









Vacances citoyennes édition 2018: le dernier test pour Pape Gorgui Ndong

YERIMPOST.COM L’édition 2018 des Vacances citoyennes sera officiellement lancée ce dimanche 12 août à Ziguinchor. Ayant tiré les leçons de l’année dernière, le ministre de la Jeunesse compte s’y prendre autrement. Pape Gorgui Ndong, au cours de la conférence de presse qu’il animait ce vendredi, a fait appel à toute la jeunesse sénégalaise à participer à la réussite de cet événement. Pour ce faire, il a d’emblée indiqué que ces Vacances citoyennes ne sont pas un prétexte de campagne. « Nous allons mener des activités républicaines qui impliquent toute la jeunesse sans distinction », a lancé le ministre. Avant de poursuive: « Soyez rassurés, la politique ne s’invitera pas aux Vacances citoyennes. Je suis un leader politique mais je sais faire la part des choses. »

Prévue du 12 août au 30 septembre, l’édition de cette année a un budget de 300 millions et se passera sous le thème « engagement citoyen et volontaire pour un Sénégal de tous ». Pour cette année, Pape Gorgui Ndong compte également sur l’implication de grosses pointures comme Youssou Ndour qu’il invite solennellement à participer. « J’irai personnellement chez lui pour l’inviter à nous rejoindre comme il l’a toujours fait. Et à l’image de Youssou Ndour, j’invite tous les acteurs à apporter leur contribution pour la réussite de l’événement. »


APR Pikine: Macky Sall rude avec Abdoulaye Thimbo, Abdou Karim Sall, Pape Gorgui Ndong…

YERIMPOST.COM Peu satisfait voir même déçu de la mobilisation de ses partisans à Pikine lors de la cérémonie de remise des clés de l’arène nationale, le président Sall a convoqué une réunion pour dire ses quatre vérités aux responsables de son parti dans la zone. Avec Abdoulaye Thimbo, Abdou Karim Sall et Pape Gorgui Ndong, pour ne citer que ceux-là, le journal l’AS nous informe que Macky Sall n’a pas du tout été tendre. Un tête-à-tête a eu lieu au palais entre le chef de l’Etat et son coordonnateur départemental. Séance d’explications au cours de laquelle Abdoulaye Thimbo, après avoir livré sa version des faits, a demandé à son mentor de le décharger de sa fonction de coordonnateur de l’Alliance pour la République. Une démission qui n’a pas été acceptée par Macky Sall qui, selon le journal, a indiqué à son invité que tout ceci est le résultat des querelles auxquelles tous les responsables du département se livrent. Le lendemain, c’était au tour du ministre Pape Gorgui Ndong et du directeur de l’Artp de passer au salon du président et d’écouter ce qu’il avait à leur dire.



Pape Gorgui Ndong donne une leçon de tenue à Mame Mbaye Niang

YERIMPOST.COM Le ministre de la Jeunesse, de la Construction citoyenne et de la Promotion du volontariat ne croit pas à un 23 juin bis avec le projet de loi instituant le parrainage. Pape Gorgui Ndong faisait face à la presse hier. Interrogé sur la réponse à apporter face à la menace de l’opposition qui veut empêcher le vote de cette loi en investissant l’Assemblée le 19 avril, le ministre prend à contre-pied son homologue du Tourisme. « Ma posture de ministre m’empêche de faire des déclarations incendiaires. Je suis et je demeure républicain. Chaque citoyen a le droit de montrer sa désapprobation. Mais qu’il le fasse dans les règle de l’art», a-t-il déclaré, donnant une leçon de tenue à Mame Mbaye Niang.



° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR