Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

pds

PDS: le calme avant la tempête de l’implosion

YERIMPOST.COM  Au moment où il se vide de son monde, le Parti démocratique sénégalais pose des actes qui ne vont vraisemblablement rien arranger. Le mythique parti de Me Abdoulaye Wade est au bord de l’implosion. Une campagne de liquidation du secrétaire général adjoint serait en gestation, nous dit l’Observateur qui croit savoir que le modus operandi sera la réorganisation des structures du parti. La création d’un poste de numéro 2 est ainsi programmée, taillée sur mesure pour Bara Gaye, maire PDS de Yeumbeul Sud. Tout ceci, à en croire le journal, dans l’unique objectif de « karimiser » la direction du parti. Depuis son exil doré, Wade fils serait lui-même le maître d’ouvrage de cette machination qui vise Oumar Sarr sous le regard complice de son père.

PDS: Karim Wade… Encore lui…

YERIMPOST.COM Décidément, Karim Wade est la gangrène du Parti démocratique sénégalais (PDS). Informé de la participation du PDS à la réunion de concertation prévue ce jour, l’exilé a convaincu son père, par on ne sait quel moyen, de revenir sur cette décision. Pourtant, Me Wade semblait être dans de bonnes dispositions pour dialoguer, nous dit Libération qui révèle que le Pape du Sopi avait même désigné les représentants du PDS à savoir Oumar Sarr et Cheikh Dieng. A la dernière minute, le secrétaire général national du Parti démocratique sénégalais s’est fendu d’un communiqué refusant de participer à une concertation dont le maître de séance est Aly Ngouille Ndiaye. Me Abdoulaye Wade ne s’en est pas limité là puisqu’en interne, il a sommé les députées de son parti de ne plus participer à la conférence religieuse des femmes de l’Assemblée nationale. C’était la goutte de trop ! Encore Karim Wade…

Suppression du poste de PM: le Pds sert une réaction surprenante

YERIMPOST.COM La réforme portant suppression du poste de Premier ministre, qui interpelle toutes les forces vives de la nation, est sans intérêt pour le Parti démocratique sénégalais (Pds). C’est le parti dirigé par Me Abdoulaye Wade qui  fait cette déclaration dans un communiqué. « Une réforme de cette nature volontairement dissimulée pendant la campagne électorale, et délibérément détachée du champ du dialogue national tant évoqué par le chef de l’Etat, est sans intérêt pour le Pds », lit-on dans la note signée du coordonnateur et secrétaire général adjoint dudit parti. Le Parti démocratique sénégalais, qui se refuse à participer à l’actualité nationale depuis le rejet de la candidature de Karim Wade à la présidentielle marque son retour.

PDS: Me Wade change de porte-parole

YERIMPOST.COM Babacar Gaye, qui était le porte-parole d’Abdoulaye Wade et celui du Parti démocratique sénégalais (PDS), a été remplacé. Le Pape du Sopi a désigné Me Elhadj Amadou Sall pour lui succéder à ce poste qu’il occupait depuis 13 ans. C’est Babacar Gaye himself qui en fait la révélation à travers sa page Facebook. Dans son message que nous reproduisons in extenso, le désormais ex-porte-parole de l’ancien chef de l’Etat semble prendre cette décision avec beaucoup de philosophie.

« Alhamdoulilahi

Par décision administrative en date du 23 avril 2019, Me Abdoulaye Wade vient de nommer Me Elhadj Amadou Sall Porte-parole du Secrétaire général national du Pds, en mon remplacement.

D’abord, je voudrais le remercier très sincèrement de m’avoir fait confiance à ce poste pendant 13 ans, mais surtout de m’avoir donné autant d’opportunités de participer à des niveaux aussi stratégiques, à la gestion d’un parti aussi complexe que le Pds.

Ensuite, je le remercie très franchement de m’avoir indiqué dorénavant, la source pour l’extinction de ma soif de liberté et mon désir ardent d’entretenir la pensée positive et le devoir d’agir.

Enfin, je voudrais signifier qu’aucune machination, aucune incompréhension ne pourrait altérer notre compagnonnage que je trouve mutuellement enrichissant.

Tomorrow is another day. »

PDS: Me Madické Niang extermine le parti de Me Wade

YERIMPOST.COM  Le départ de Me Madické Niang du Parti démocratique sénégalais (Pds) ne sera pas sans conséquence. Après qu’il a annoncé sa démission du Pds, ce sont 26 responsables dudit parti qui ont claqué la porte. Parmi eux, des membres éminents du Comité directeur. Le parti d’Abdoulaye Wade se décime et, à ce rythme, il ne restera plus rien de cette formation politique. La réaction de Me Wade, dont le silence depuis la présidentielle du 24 février devient inquiétant, est plus qu’un impératif.

Assemblée nationale: Aboul Aziz Diop fait son entrée

YERIMPOST.COM  Madické Niang n’est plus député. C’est acté mais il lui faut bien un remplaçant. Suite à la lettre de démission qui a été réceptionnée par la secrétaire de Moustapha Niasse, le départ de Me Niang va être constaté par la conférence des présidents avant d’être rendu officiel. Abdoul Aziz Diop, secrétaire général de la Fédération nationale des cadres libéraux, sera, dans la foulée, désigné comme le successeur.

Assemblée nationale: Me Madické Niang se « débarrasse » du PDS

YERIMPOST.COM Me Madické Niang coupe le dernier fil qui le reliait au Parti démocratique sénégalais (Pds). Le poste de député qu’il avait obtenu par la grâce du parti, il le lui rend. Même si certains de son entourage soutiennent que cet acte était programmé depuis longtemps par l’intéressé, la lettre de Serigne Cheikh Bara Dolly est venue donner un coup d’accélérateur à la démission. Une question d’heure pour que Me Madické Niang soit désormais « ancien député ». En fervent disciple, il semblerait qu’il a d’abord recueilli l’accord du khalife général des mourides avant de déposer la lettre au secrétariat du président de l’Assemblée nationale. Serigne Mountakha Bassirou, qui est actuellement en retraite spirituelle, n’a pas encore reçu l’émissaire de l’ex-candidat à la présidentielle qui tient à ce que son guide soit le premier informé. Ensuite, Me Madické Niang s’en ouvrira à qui voudra l’entendre.

Khossanto: le corps sans vie de Wally Kanouté retrouvé en état de putréfaction

YERIMPOST.COM  Wally Kanouté, un orpailleur de 29 ans, a été tué à coups de gourdins dans la commune de Khossanto. Le corps sans vie du jeune homme, qui était également un politicien, a été découvert tôt le matin du mardi 12 mars. Wally Kanouté était visiblement mort depuis plusieurs heures du fait de l’état de son corps. A en croire l’Observateur, dans l’impossibilité de transporter la dépouille, le procureur de la République de Kolda a ordonné l’inhumation sur place. Ses proches signalent que le défunt avait quitté les siens le samedi précédent et, depuis, il était resté introuvable jusqu’à la découverte macabre. Une enquête a été ouverte par les hommes du Commandant Lô pour élucider cette affaire. A noter que les affaires de la victime (son téléphone portable, sa moto, sa pièce d’identité…) ont été retrouvées sur les lieux, ainsi que deux gourdins tachetés de sang. Le journal signale que Wally Kanouté avait quitté les rangs du PDS la veille de la présidentielle pour rallier l’APR.

Couplage des élections, dissolution de l’Assemblée: Babacar Gaye intraitable

YERIMPOST.COM Un avis tout tranché sur le débat du couplage des élections locales et législatives. Babacar Gaye, le porte-parole du Parti démocratique sénégalais soutient mordicus qu’il s’agit d’une stratégie du camp présidentiel pour distraire l’opposition et tenter ainsi de faire oublier la présidentielle qu’il qualifie de frauduleuse, gagnée par le président Macky Sall. « Ces déclarations de Me Aïssata Tall Sall et Aymérou Gningue ne sont que des ballons de sonde envoyés par le camp présidentiel qui applique le théorème de Pasqua en ajoutant à l’affaire de la réélection frauduleuse de Macky Sall, une autre affaire pour distraire l’opposition. Ils tentent par ces incongruités de faire oublier le traumatisme post-électoral », souligne t-il. Avant d’ajouter: « Même si le président de la République a des pouvoirs constitutionnels de dissoudre l’Assemblée nationale après 2 ans de législature, ou lorsque celle-ci adopte un motion de censure contre le gouvernement, rien ne justifie une telle décision politique ». Et Babacar Gaye de s’expliquer davantage  dans Vox Populi: « D’abord, le président élu dispose d’une très confortable majorité qui n’est pas prête à se saborder. Ensuite, Macky Sall ne prendrait jamais de risque de cohabiter avec son opposition 1 an après sa réélection… Enfin, aucune élection ne devrait plus se tenir dans ce pays, sans une réforme en profondeur du système électoral. C’est d’ailleurs les raisons qui me font croire que même les locales ne pourraient se tenir en décembre 2019, si l’appel au dialogue du président de la République procède d’une réelle volonté de décrispation… Attendons l’offre de dialogue du président et la réaction de la classe politique significative au lieu de scruter le sexe des anges. »

Démissionnaire du PDS, Me Madické Niang perd de facto son siège de député

YERIMPPOST.COM  Passée l’étape de la présidentielle, l’heure est au règlement des comptes pour le candidat malheureux Madické Niang avec le Parti démocratique sénégalais (Pds). Ce dimanche, il a annoncé qu’il quitte définitivement cette formation politique. Une décision à laquelle il fallait s’attendre mais qui n’est pas sans conséquence. En effet, son mandat de député obtenu sous la bannière du PDS est aujourd’hui en jeu. Me Madické Niang va incessamment perdre son poste au profit d’Abdoul Aziz Diop, secrétaire général de la Fédération des cadres libéraux.

Départ de Massaly du PDS: ses ex-camarades jubilent

YERIMPOST.COM Mouhamadou Lamine Massaly quitte le Parti démocratique sénégalais (Pds), c’est un ouf de soulagement que poussent ses désormais ex-camarades de parti à Thiès. Selon eux, le jeune libéral n’a apporté que frustrations et découragements au parti. Lors de la collecte des parrainages, Massaly n’a pu collecter que 50 signatures au Pds et, lors de la présidentielle, il a obtenu pour son candidat 3 voix dans son propre bureau de vote, martèlent ces militants. A la permanence du Pds à Thiès, tous les hommes et femmes qui avaient boudé pour cause de son insolence sont revenus à l’annonce de son départ, soutient l’une des responsables dudit parti. « Massaly a fait preuve d’ingratitude envers Me Abdoulaye Wade qui l’a tiré du néant pour faire de lui la personne qu’il est aujourd’hui ! Il a tout obtenu par la grâce de Me Wade et non par ses compétences, encore moins son niveau intellectuel. Donc, le départ d’une telle personne ne peut en aucun cas ébranler le parti », dixit Ndeye Amy Dioum, militante du PDS à Thiès-Ouest.

Pds: Massaly annonce sa démission et tire sur Abdoulaye Wade

YERIMPOST.COM  Après que le Conseil constitutionnel a déclaré la réélection de Macky Sall au premier tour de la présidentielle, Mamadou Lamine Massaly de la coalition Madické 2019 a été câblé par nos confrères de la RFM pour recueillir son appréciation. Le jeune libéral avait défié son mentor, Me Abdoulaye Wade, qui avait demandé aux militants du Parti démocratique sénégalais (Pds) de boycotter l’élection. Le journaliste a eu le temps de formuler sa question que Massaly s’est lâché comme jamais. Il a dit à qui voulait l’entendre qu’il démissionne du PDS. Le tonitruant Mamadou Lamine Massaly, qui vouait à Abdoulaye Wade une considération inconditionnelle, s’est acharné sur le Pape du Sopi. Allant jusqu’à présenter ses excuses à ceux-là qui avaient quitté la barque du PDS pour rejoindre la mouvance présidentielle. Massaly a poursuivi à l’excès sa diatribe contre Me Wade et promet une sortie sous peu pour faire des révélations.

Kaolack: 08 sections du Pds décident de porter la candidature de Idrissa Seck

PDS: le comité directeur se réunit dans un contexte compliqué

YERIMPOST.COM L’heure de la grande offensive est arrivée. Me Abdoulaye Wade qui, jusque-là, s’est plus ou moins fondu dans la masse, va bander les muscles. Il commence par une réunion du comité directeur du Parti démocratique sénégalais (PDS) qu’il a convoquée cet après-midi du mercredi 13 février à 17 heures. Le boycott de la présidentielle évoqué par l’ancien chef de l’Etat sera assurément au coeur des débats. L’on sait d’ores et déjà que ça risque de partir dans tous les sens au sein du Pds…

Présidentielle: pas de consigne de vote pour Aïda Mbodj

YERIMPOST.COM Elle aura entretenu le flou jusqu’au bout pour finalement annoncer qu’elle préfère rester neutre. Nous parlons bien entendu de l’ex-mairesse de Bambey, Aïda Mbodj, qui, courtisée par les candidats en lice, notamment Macky Sall et Idrissa Seck, a décidé de ne donner aucune consigne de vote à ses militants.
Nous y reviendrons…

PDS: Me Moustapha Dieng claque la porte pour rejoindre Macky

YERIMPOST.COM « Après analyse de la situation politique nationale en général et celle de mon parti, le Pds, en particulier, j’entends résolument soutenir et faire voter massivement en faveur du président Macky Sall le 24 février. » Voici le message on ne peut plus précis de Me Moustapha Dieng, avocat au barreau de Dakar et responsable politique à Guédiawaye. Ce membre du comité directeur du Parti démocratique sénégalais vient ainsi de claquer la porte de cette formation pour rejoindre le président sortant. Une décision motivée par le fait qu’il refuse, selon ses dires, d’être un mouton de Panurge.

Vidéo- Élimination de Karim Wade: Lamine Ba du PDS se prononce

Vidéo- Pape Samba Mboup: « Mes parrains pour Macky sall viennent du PDS









PDS: Victor Diouf, secrétaire général du Meel, lâche le morceau

YERIMPOST.COM La saignée continue au Parti démocratique sénégalais (Pds). Ce jeudi, c’est le secrétaire général du Mouvement des élèves et étudiants libéraux (Meel), qui a annoncé sa démission du parti. Victor Sadio Diouf justifie ce choix par le fait que le Pds est passé d’un parti de militants à un parti de clients. A l’en croire, le clientélisme bat son plein et les responsabilités sont distribuées avec une dose de subjectivité. Frustré donc, le sieur Diouf a, dans la foulée, annoncé la création de son mouvement dénommé Mouvement des forces de l’avenir/Sénégal Laniou Bokk. Victor Sadio Diouf avouera également que ce n »est pas de gaieté de coeur qu’il quitte les rangs du parti mais se dit outré, notamment par le refus du Pds de prendre part au congrès de l’Internationale libérale uniquement pour satisfaire les caprices d’une seule personne (Karim Wade, Ndlr) qui, selon lui, est en train de sacrifier toute une génération.







Me Madické Niang s’auto-exclut du Pds (Pds)

YERIMPOST.COM Me Madické Niang n’est plus du Parti démocratique Sénégalais (Pds). Il s’est auto-exclu. C’est la principale information ressortie du comité directeur du Pds qui s’est réunie hier après-midi. Selon le porte-parole du jour, «Me Madické Niang maîtrise mieux que quiconque les textes et les règlements du parti». Alors, «s’il décide de se présenter contre le candidat choisi par le parti, c’est parce que, tout simplement, il n’est plus du parti».

Sur la même lancée, le Pds persiste sur la candidature de Karim Wade. D’ailleurs, les libéraux disent avoir collecté le nombre de parrains nécessaires pour sa candidature.








Pds: Qui est l’auteur de la lettre qui brocarde Madické Niang ?

YERIMPOST.COM Au Parti démocratique sénégalais (Pds), la question sur toutes les lèvres est liée à la provenance de la lettre. La dernière sortie attribuée au secrétaire général du parti est vivement contestée. Mamadou Lamine Massaly, responsable du Pds, est convaincu que la lettre n’est pas de Me Abdoulaye Wade, mais de gens tapis dans l’ombre qui ne sont animés que par des intérêts personnels. Sinon, comment expliquer que la lettre en question soit datée de Dakar alors que les précédentes sont signées de Doha où séjourne le Pape du Sopi ? Alors, si Me Abdoulaye Wade n’est pas l’auteur de la lettre, pourquoi reste-t-il dans ce mutisme au moment où son parti est en train de se scinder en deux ? A moins qu’il l’ait dictée à quelqu’un qui réside à Dakar…







Pds: Qui est l'auteur de la lettre qui brocarde Madické Niang ?

YERIMPOST.COM Au Parti démocratique sénégalais (Pds), la question sur toutes les lèvres est liée à la provenance de la lettre. La dernière sortie attribuée au secrétaire général du parti est vivement contestée. Mamadou Lamine Massaly, responsable du Pds, est convaincu que la lettre n’est pas de Me Abdoulaye Wade, mais de gens tapis dans l’ombre qui ne sont animés que par des intérêts personnels. Sinon, comment expliquer que la lettre en question soit datée de Dakar alors que les précédentes sont signées de Doha où séjourne le Pape du Sopi ? Alors, si Me Abdoulaye Wade n’est pas l’auteur de la lettre, pourquoi reste-t-il dans ce mutisme au moment où son parti est en train de se scinder en deux ? A moins qu’il l’ait dictée à quelqu’un qui réside à Dakar…







L’hommage de Babacar Gaye (PDS) à Bruno Diatta

C’est avec consternation que j’ai appris le rappel à Dieu de l’ambassadeur Bruno Diatta.

Quarante cinq durant, il a été au service de la République et de l’Etat. De Senghor à Sall en passant par Diouf et Wade, Bruno a incarné la toute permanence de l’Etat dont il a été un commis discret,compétent, loyal et intemporel. De 2007 à 2010, Bruno et moi avons travaillé en parfaite harmonie au service de la République. Lui, Chef du protocole de la Présidence de la République; moi, Ministre puis Ministre d’État dans le cabinet du Président de la République. Il ne m’a jamais été donné de remarquer que l’expression d’un agacement ou d’un état d’âme même dissimulé, ait assombri son angélique faciès. Avec sa courtoisie légendaire et son professionnalisme sans ride, Bruno a su accompagner avec délicatesse et rigueur les errements que tout nouveau locataire de ce sanctuaire de l’état a tendance à commettre par ignorance. Que serait la Présidence de République si Bruno n’existait pas? Il a été l’archétype du grand commis de l’Etat.




Il est entré en fonction comme conseiller aux affaires étrangères, grand commis de l’Etat; il est rappelé à Dieu en homme d’État accompli. La Nation lui doit beaucoup; j’allais dire tout. Son esprit républicain devrait être enseigné dans les écoles préparatoires à la fonction publique et donné en exemple aux agents de l’Etat pour une administration républicaine à l’émergence de laquelle le Sénégal tout entier appelle de ses voeux. Je ne lui connais de richesse que les valeurs de cette République à réinventer et qu’il chérissait tant.

Bruno Diatta mérite tous les honneurs de la Nation. Pour honorer la mémoire de ses grands serviteurs, la France a souvent ouvert le Panthéon à ses héros. Je pense qu’un édifice ou une avenue symbolisant l’administration, devrait porter le nom du très valeureux Bruno Diatta, à titre posthume.




A sa famille, à ses amis et au Président de la République, garant de l’unité nationale et de notre commune volonté de vie commune, je présente mes sincères condoléances et prie Dieu, le Très Miséricordieux d’accorder à mon cher Bruno, Son Paradis Éternel.

Allahouma ghfir lahu wa rhamhu.

Adieu Excellence.

Pds: Madické fait taire les rumeurs

Le Magal de Serigne Abdou Khadre Mbacké était la parfaite occasion pour Me Madické Niang de rassurer les militants du Pds qu’il ne garde aucune rancune vis-à-vis de Me Wade. Ce jeudi 13 septembre, le président du groupe parlementaire Liberté et démocratie a conduit la délégation du Parti démocratique sénégalais (Pds) à Touba. Preuve que les nuages sur la relation avec son camarade et secrétaire général de parti se dissipe. La page est donc tournée…



Ameth Fall Braya déterminé aux côtés du Pds

YERIMPOST.COM Ameth Fall Braya met fin aux supputations sur son ralliement à l’Alliance pour la République. Présent au meeting des libéraux de ce week-end à Saint-Louis, il a tenu à rassurer ses camarades de parti qu’il n’a nullement l’intention de rejoindre le camp présidentiel. Braya croit dur que le Parti démocratique sénégalais va reconquérir le pouvoir. A l’entendre, « le Pds aura son candidat et survivra. Si ce n’est pas Karim Wade, le candidat sera un autre parmi nous… »



Pds: Pape Samba Mboup révèle les sournoiseries de certains responsables

YERIMPOST.COM Ce n’est pas l’ambition qui manque aux caciques du Parti démocratique sénégalais (Pds) qui rêvent de porter les couleurs du parti pour briguer les suffrages des Sénégalais. Ce qui fait défaut, c’est un peu de cran à ces responsables. A l’exemple de Me Madické Niang qui, selon Pape Samba Mboup, lui a même proposé de véhiculer son nom afin de tâter le terrain sans que personne ne se doute qu’il en est l’instigateur. Leur projet ayant capoté, l’ancien ministre des Affaires étrangères s’est débiné, rejetant toute accusation. Pape Samba Mboup, dans cet entretien qu’il a accordé à nos confrères de Source A, a soutenu que beaucoup de responsables du parti du Pape du Sopi ne croient pas aux chances du candidat déclaré du Pds.



Pds: Pourquoi la convocation du comité directeur pour cet après-midi ?

YERIMPOST.COM Le coordonnateur du parti l’avait annoncé au cours de la conférence de presse en début de semaine. Le Parti démocratique sénégalais (Pds) a convoqué les membres de son Comité directeur pour ce vendredi 6 juillet à la permanence sise sur la Vdn. D’ores et déjà, on peut se douter que le rejet de l’inscription de Karim Wade des listes électorales mais aussi le grand rassemblement du 13 juillet prochain seront au coeur des débats.



Dispute autour de la candidature de Karim Wade: Ibra Diouf Niokhobaye et Oumar Sarr ont failli se battre

YERIMPOST.COM Yerimpost écrivait que la réunion du comité directeur du 27 juin 2018 du Parti démocratique sénégalais (PDS) était celle de tous les dangers. Le blog ne croyait pas si bien dire. Hier, les échanges ont été houleux au siège de l’ex-parti au pouvoir.




D’entrée de jeu, Ibra Diouf Niokhobaye, leader de la tendance Andou Nawlé, a sonné la charge: « Ecoutez, nous ne sommes ni des gamins ni des moutons de Panurge. Nous ne pouvons pas être des suiveurs sans voir celui que nous sommes censés suivre. Il faut que la question de la candidature de Karim Wade soit tranchée. Nous ne pouvons pas nous ranger derrière un candidat-fantôme qui ne cesse de marteler qu’il vient sans jamais venir. Il faut que nous sachions une bonne fois pour toutes s’il est candidat. Et, s’il ne l’est pas, qui le sera… »

Coordonnateur du PDS, Oumar Sarr, qui a tenté d’interrompre M. Diouf, a été engueulé par les partisans de ce dernier qui ont martelé en choeur que le débat devait être posé.

Reprenant la parole sous le brouhaha, Oumar Sarr a répliqué à Ibra Diouf Niokhobaye: « Vous n’avez pas le droit de tenir de pareils propos. Karim sera candidat et sera à Dakar. Le débat sur sa candidature n’a donc pas lieu d’être posé. Il ne faut pas installer la polémique pour je ne sais quels calculs. Le type de débat que vous posez sème la discorde dans les rangs et affaiblit le parti. Vous n’avez pas le droit de poser de tels actes. »

Cet échange aigre-doux a été aggravé par les chahuts et protestations des partisans des deux hommes. Le comité directeur du PDS s’est déroulé dans une ambiance de guerre ouverte. Les PDS a échappé de peu à une bataille rangée entre deux factions qui aurait pu produire des effets désastreux.



PDS: le comité directeur de tous les dangers

YERIMPOST.COM Le siège du Parti démocratique sénégalais (Pds) va vibrer cet après-midi du 27 juin au rythme du comité directeur. Après des vacances bien méritées, les membres dudit comité vont se réunir pour parler des questions d’actualité du pays. Mais, déjà, le quotidien Les Echos renseigne que la réunion risque de se terminer en queue de poisson. Pour cause, une frustration de part et d’autre des militants. Le journal souligne que ce mardi, des jeunes ont fait une sortie pour fustiger la gestion du parti qu’ils qualifient de parti fantôme. L’un des karimistes les plus en vue sur la scène médiatique avait d’ailleurs tenté, il y a quelques jours, de faire une sortie incendiaire contre les responsables du parti, mais son projet a été tué dans l’oeuf.



PDS: Bassirou Kébé répond par des déballages à Cheikh Sadibou Fall

YERIMPOST.COM Ci-dessous son texte…
« Dans une interview parue ce mercredi 09 mai 2018, mon grand frère Cheikh Sadibou Fall affirme que  » le problème du PDS c’est plutôt Bass Kébé » et qu’il est « un personnage flottant ».  Plus rigolo et peureux que Cheikh Sadibou Fall, tu meurs. Je lui rappelle sa fronde avec Abdou Fall et consorts en 2001 contre Abdoulaye Wade. Je lui rappelle également sa démission fracassante et hâtive de la direction du PDS au mois de juin 2017 après la publication des listes aux législatives. Toute la presse en avait parlé. Heureusement que les archives sont encore là. Je rappelle à Monsieur le ministre ses confidences dans un café sis à Mermoz sur l’Ancienne piste sur Karim et la direction du parti. Last but not least, je rappelle à mon grand-frère qu’il m’avait murmuré à l’oreille a l’issue d’un Comité directeur que notre problème c’est Karim et qu’il se préparait, il y’a moins de deux mois, à une fronde à cause de sa déception née des législatives. Il est plus flottant q’un drapeau. Ma stature d’homme d’État tenant à la discrétion ne me permet pas de dévoiler le nom de la personne qui l’avait appelé devant moi pour lui dire que Bassirou Kébé épouse le principe du combat pour donner aux anciens leur dignité et leur place. Grand Cheikh, tu t’es toujours attaqué en coulisses à Karim et aux karimistes. Sois plus courageux way. Demain fera jour.
Fraternellement. »
Bassirou Kébé, Secrétaire National adjoint chargé des cadres du PDS
Membre du Comité directeur du PDS 

Oumar Sarr annonce le retour de Karim Wade

YERIMPOST.COM Karim Wade va participer à l’élection présidentielle de 2019. C’est la ferme conviction du Coordonnateur du Parti démocratique Sénégalais (Pds). Oumar Sarr, en compagnie des membres du directoire nationale dudit parti, était en tournée à Saint Louis. Occasion saisie par les Libéraux de remobiliser  dans la vieille ville. Mais aussi réaffirmer la candidature de Karim Wade. «Je le répète, puisque tous ceux qui m’ont précédé l’ont dit. C’est Karim Meïssa Wade qui est notre candidat. Il n’y a pas de plan B pour nous. Et par A ou B, il sera de la partie en 2019. Il viendra et battra campagne pour le Pds. Nous y travaillons et au moment opportun, il sera parmi nous », a martelé le maire de Dagana.




PDS: Un remplaçant pour Babacar Gaye !

YERIMPOST.COM La présidentielle approche à grands pas et plus question de perdre du temps pour les partis. Ce que semble comprendre le Parti démocratique sénégalais (PDS) qui a vite fait de trouver un remplaçant à son porte-parole démissionnaire de la commission vente des cartes. Tafsir Thioye est désormais le patron de ladite commission en remplacement de Babacar Gaye. En en croire le quotidien Les Echos qui donne l’info, en plus de cette nomination, Tafsir Thioye est le chef de délégation dans la tournée que le PDS prépare sur toute l’étendue du territoire.


Babacar Gaye démissionne d’instances stratégiques du PDS

YERIMPOST.COM Des remous au Parti démocratique sénégalais ? C’est le cas de s’interroger. Babacar Gaye vient d’annoncer sur sa page Facebook son retrait de la commission nationale chargée de la vente des cartes et du renouvellement des structures dudit parti. Le porte-parole du parti du pape du Sopi a également notifié qu’il décroche de la Délégation de la tournée nationale. Motif ? Babacar Gaye déclare que c’est pour convenance personnelle mais, dans la presse, il était relaté une violente dispute au cours de la réunion du comité directeur entre le président du Conseil régional de Kaffrine et le coordonnateur national du PDS, Oumar Sarr.

Malgré cette décision qui intervient au mauvais moment pour le parti, Babacar Gaye reste membre du Parti démocratique sénégalais comme en témoigne ce message qui accompagne sa déclaration : « Me Wade, un patrimoine qu’il faut sauvegarder. »




Le Parti démocratique sénégalais (PDS) se radicalise

YERIMPOST.COM En atteste ce communiqué du comité directeur du parti…

 

Le Comité Directeur du Parti Démocratique Sénégalais (PDS), s’est réuni le mardi 03 avril 2018 à la permanence nationale Oumar Lamine BADJI sous la présidence du frère Oumar Sarr, secrétaire général national adjoint et coordonnateur, à l’effet d’examiner l’ordre du jour unique suivant : situation nationale et vie du parti.

La situation nationale a été marquée cette semaine par deux événements majeurs :
– la condamnation de Khalifa SALL
– l’adoption par le Conseil des Ministres des projets lois portant révision de la constitution et modification de la loi électorale.

Le Comité Directeur a dénoncé le procès en sorcellerie intenté contre Khalifa SALL qui a été condamné à une peine injuste dans le seul but de l’empêcher de se présenter à la prochaine élection présidentielle. A l’image de ce qui a été fait à Karim Meissa Wade, candidat du PDS, la justice a été instrumentalisée pour éliminer une candidature à l’élection présidentielle. Le comité directeur met en garde le pouvoir qui s’est soumis des pans entiers de la justice pour un règlement de compte politique et demande aux juges de prendre leurs responsabilités. Le PDS apporte son soutien à Khalifa SALL et l’assure de son engagement à ses côtés et à côtés de ses sympathisants pour les luttes communes contre les violations répétées des libertés, pour l’exercice sans entrave des droits et pour le droit de chaque parti de présenter librement un candidat à l’élection présidentielle.

Analysant le projet de loi portant révision de la constitution imposant un parrainage de 1% des électeurs inscrits, le Comité Directeur fustige la décision inique du gouvernement qui, après avoir fait voter des modifications de la constitution par référendum, tente encore de nouvelles modifications qu’il soumet à sa majorité mécanique dans l’unique but de contrôler les candidatures à l’élection présidentielle.

Dans la manipulation envisagée pour contrôler les candidatures, Macky SALL, introduit :

– la centralisation de toutes les opérations électorales par le Ministère de l’Intérieur tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays
– l’interdiction d’utiliser l’effigie d’une personne
– la modification des conditions de recevabilité des candidatures à l’élection présidentielle. Ainsi, l’inscription sur les listes électorales devient une condition substantielle de recevabilité d’une candidature, ce que la loi en vigueur actuellement n’impose pas. L’objectif caché est d’empêcher la candidature de Karim WADE en contestant son inscription sur les listes électorales alors pourtant qu’il n’a jamais été privé de l’un quelconque de ses droits civils, civiques et politiques

Le comité directeur demande au peuple sénégalais de s’opposer par tous les moyens à cette inacceptable tentative de Macky Sall de se soumettre les institutions en transformant notre démocratie en un système autoritaire au service exclusif de la famille, du clan, des amis et d’obtenir par la force un improbable second mandat.

Le comité directeur rappelle à Macky Sall, que lorsque le gouvernement, les députés et les juges exercent les pouvoirs qui leur sont délégués en violation des droits du peuple, celui-ci se donne le devoir sacré de s’y opposer par tous les moyens prévus par la constitution de la république.

Le comité directeur dénonce le manque de volonté du gouvernement qui organise à nouveau le chaos pour empêcher l’inscription des sénégalais sur les listes électorales, particulièrement les jeunes qui pourtant en masse se pressent en vain devant les commissions d’inscription. En effet, la révision exceptionnelle des listes qui devait durer six mois a été limité à deux. Dans les communes, les commissions d’inscription ont été remplacées par des commissions de révision qui n’ont compétence que pour procéder à des modifications ou transferts d’électeurs déjà inscrits. Manifestement tout est fait pour que les jeunes, qui font si peur à Macky SALL, ne soient pas inscrits. Pour cela le gouvernement n’hésite pas à travestir la loi pour ne pas l’appliquer.

Le comité directeur du PDS appelle les partis politiques, tous les partis politiques de l’opposition, la société civile, les syndicats et les citoyens à unir leurs forces, taire les querelles et dans un seul élan se mobiliser et se battre contre les tentatives de Macky SALL de passer en force en se donnant le droit exclusif de choisir ses adversaires en détournant par ce fait la souveraineté du peuple.

Le comité directeur appelle toutes les forces de sécurité à la retenue et les invite à être du côté du peuple qui exerce ses droits constitutionnels à la marche pacifique. Il demande également aux juges qui rendent la justice au nom du peuple de prendre leur responsabilité et d’exercer les devoirs de leurs charges dans le strict respect du peuple et de la loi au lieu d’être le bras armé d’un pouvoir politique en phase terminale .

Dakar, le 03 avril 2018

Election présidentielle 2019: Pourquoi pas Samuel Sarr comme candidat du consensus pour le PDS et les anciens du PDS ?

Pourquoi la nécessité d’une candidature de droite libérale et sociale ou du Wadiste éternel ?

Aujourd’hui qu’il y’a une bipolarisation, et une volonté de rationalisation de la scène politique, il demeure important d’avoir une nouvelle personnalité libérale convaincu avec un grand cœur qui à travers ces actions sociales  va au cœur d’un projet libéral et social pour en saisir la cohérence et les visées fondamentales. Le PDS en manque de leader à besoin d’un digne héritier pour continuer l’oeuvre du père.

La grande question des Sénégalais c’est pourquoi pas un homme financièrement bien assis pour sauver le Sénégal ?

Les élections présidentielles de 2019 sont un tournant décisif pour le Sénégal, avec la mise à l’écart de Khalifa Sall et Karim Wade, pour des présomptions de détournement de deniers publics les sénégalais ont commencé à se poser la question de savoir s’il faut aussi donner mandat à un homme qui a été accusé de détournement pour diriger le pays et mettre en danger la nation.

Dès lors un ensemble de leaders de partis et de mouvements politiques cherchent à trouver une solution pour faire du Sénégal la première place financière africaineet leur choix qui se précise de jour en jour.

Ce choix pourrait porter sur le Golden Boy de la scène politique.

L’homme de la situation pour les membres du PDS.

Dans une dynamique de rassemblement par-delà les identités, les clivages sociaux, les appartenances religieuses, politiques, idéologiques ou culturelles.  Un ensemble de personnalités politiques du PDS et ancien du PDS et de la société civile veulent d’un homme courageux, généreux et capable de mettre le  Sénégal en mouvement, aujourd’hui un seul homme est porteur de ces valeurs et il s’agit de l’ancien ministre d’état Samuel Sarr.

Pourquoi cette nouvelle donne pourrait faire peur ?

Le Golden boy de la politique sénégalaise est un candidat sérieux, qui ferait très mal, au regard de l’énorme travail qu’il est en train d’abattre, des moyens financiers dont il dispose  et des soutiens d’un réseau de personnalités mondiales dont lui seul à le secret.

Nul doute que d’autres leaders de grands partis vont officialiser leur adhésion à son  nouveau mouvement qu’il va mettre en place pour ratisser large dans le landerneau politique pour bâtir ensemble un projet de société ouvert, moderne et innovateur.

Aujourd’hui le PDS et les Sénégalais sont en attente d’un candidat crédible pour faire partir Macky Sall à l’horizon de l’année 2020 qui doit augurer d’un espoir renouvelé, avec un dirigeant qui n’a plus pour seul ambition de s’enrichir mais de permettre à chaque sénégalais de s’épanouir, d’assurer et d’assumer son destin personnel.

Abdoul Aziz Thiaw

Les propositions de Farba Senghor au PDS

YERIMPOST.COM Il a trois conseils à donner à son ex-formation politique. Primo, le Parti démocratique sénégalais (PDS) doit se choisir un autre candidat pour la présidentielle prochaine. Et pour cause, Farba Senghor estime que le candidat choisi par le parti du Pape du Sopi n’est pas présidentiable. Condamné par la justice, Karim Wade sait, selon le leader de Mbollo Askanwi, qu’il ne peut pas être candidat.

Deuxio, dans cet entretien avec le journal La Cloche, Farba Senghor préconise que le PDS dialogue avec le président Macky Sall, comme il l’avait fait pour sortir Karim Wade de prison et l’exfiltrer nuitamment du pays à destination du Qatar.

Tertio, l’ancien ministre sous Wade propose au PDS de savoir souffler le chaud et le froid. Farba Senghor pense que Karim Wade devait faire comme lui, se battre pour ne pas être jugé par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei).




Révision de la Constitution: le PDS prépare un 23 juin bis

YERIMPOST.COM Un 23 juin bis, le Parti démocratique sénégalais s’y prépare. En réunion de comité directeur, le porte-parole du jour, Cheikh Sadibou Fall, a appelé les militants et autres Sénégalais à garder l’œil sur l’hémicycle. A la tentative du président de la République de « tripatouiller » la Constitution, en faisant voter le système de parrainage pour tous partis désirant présenter un candidat pour la présidentielle prochaine, le Pds oppose son veto et est prêt à en découdre quel qu’en soit le prix. Un combat de « salut public » que le parti de Me Abdoulaye Wade porte et n’entend pas abandonner.



Encore un sit-in devant le ministère de l’Intérieur

YERIMPOST.COM L’opposition sera à nouveau devant le ministère de l’Intérieur ce vendredi 23 mars. Le sit-in avorté du 9 mars dernier n’a pas dissuadé les partisans du Parti démocratique sénégalais ainsi que ses sympathisants et alliés. Les populations sont conviées au sit-in prévu ce vendredi devant le ministère de l’Intérieur pour exiger le départ d’Aly Ngouille Ndiaye entre autres revendications. Avant cela, le Parti démocratique sénégalais appelle à une mobilisation générale pour ce jeudi 22 mars à Pikine et Guédiawaye dans un méga-meeting qu’il organise « pour accentuer la pression sur le régime actuel et ainsi précipiter sa chute. »




Cheikh Sadibou Fall: «Macky Sall veut un nouveau palais pour des raisons mystiques et de corruption»

YERIMPOST.COM Le « Palais Bis de Diamniadio» est toujours d’actualité. Si le chef de l’Etat veut construire cette annexe, c’est pour des raisons mystiques et de corruption. C’est du moins la conviction des libéraux qui se réunissaient ce mercredi 21 mars à la permanence de leur parti dans le cadre de leur comité directeur. Porte-parole du jour du Parti démocratique sénégalais, l’ancien ministre de la Justice, Cheikh Sadibou Fall, n’y est pas allé de main morte pour critiquer la nouvelle infrastructure envisagée par Macky Sall.




Série de meurtres d’enfants: la demande du PDS à Macky Sall

YERIMPOST.COM Les rapts d’enfants, en cours depuis quelque temps au Sénégal, ne laissent personne indifférent. En réunion du comité directeur, le Parti démocratique sénégalais (PDS) a demandé au gouvernement d’instruire le procureur de la République d’ouvrir une information judiciaire et ainsi traquer les auteurs de ces actes barbares.




Le Comité directeur du PDS tire à boulets rouges sur Macky Sall

Macky SALL a cessé de surprendre les sénégalais et chaque jour montre son vrai visage : le visage hideux de l’incompétent, de l’apprenti-dictateur violent et revanchard, fossoyeur de notre démocratie et tricheur pour espérer se maintenir illégalement au pouvoir et continuer de piller les ressources de notre pays en enrichissant sa famille et son clan.
Alors que la manifestation pacifique est un droit absolu proclamé et garanti par la Constitution, Macky Sall et son régime ont décidé de s’asseoir sur le pacte fondamental, socle d’une démocratie apaisée, pour interdire et réprimer les manifestations de l’opposition démocratique.
Le Parti Démocratique Sénégalais condamne, proteste et dénonce vigoureusement contre les violences exercées sur de paisibles citoyens venus exprimer pacifiquement leur opinion, en se gardant de poser quelque acte portant atteinte à la sécurité publique. Les éléments de la police, en tenue comme en civil, sortis nombreux quadrillant pratiquement toutes les artères menant au centre-ville auraient parfaitement pu encadrer la manifestation prévue qui se serait déroulée sans aucun incident. Notre parti tient Macky Sall et son gouvernement seuls et exclusivement responsables de tout ce qui pourrait advenir à la suite des interdictions d’exercice des libertés publiques. ll les tient responsables politiquement et pénalement  des conséquences de la barbarie et de la furie entretenues contre les citoyens.
Notre parti dénonce la sauvagerie et l’irresponsabilité de la police qui a pris d’assaut une école primaire et y ont balancé une pluie de grenades lacrymogènes installant le désarroi, la panique, la frayeur et des blessures inacceptables chez des garçons et des filles, tous en très bas âge. Tout le monde peut le constater à présent. Macky SALL installe progressivement la terreur pour pouvoir obtenir un second mandat. Le PDS demandera une enquête parlementaire pour situer les responsabilités de ces actes graves et répugnants.
Macky SALL et Aly Ngouille NDIAYE seront personnellement et directement tenus responsables de toutes conséquences qui pourraient résulter d’une telle irresponsabilité.
Le PDS félicite tous ceux et toutes celles qui se sont mobilisés pour répondre à l’appel de l’Initiative pour des Élections Démocratiques pour un processus électoral transparent, le départ de Aly Ngouille NDIAYE disqualifié pour organiser des élections transparentes . La manifestation de ce jour est incontestablement une réussite et peut constituer un tournant majeur dans le combat pour l’approfondissement de notre démocratie et l’élargissement des espaces de liberté. La jeunesse et les populations de notre pays doivent s’appuyer sur ce succès pour obtenir des élections justes et transparentes.
A l’heure où nous rédigeons cette déclaration, plus d’une vingtaine de manifestants de différents partis sont retenus à la police dont deux députés du Groupe parlementaire Liberté et Démocratie. Notre parti exige la libération immédiate et sans condition de tous ceux qui ont été interpellés et marque sa détermination à porsuivre le combat sur toute l’étendue du territoire national, et invite les citoyens, les partis politiques, la société civile et tous ceux qui se préoccupent de l’avenir de notre démocratie à venir se joindre à ce combat qui ne s’arrêtera que lorsque seront obtenues la transparence du processus électoral et la paix civile.
Fait à Dakar, le 9 Mars 2018 à 16h
Pour le Comité Directeur
Oumar SARR
° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR