Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

people

Affaire Wally Seck / Imam Kanté: Pourquoi JAMRA était chez Thione Seck ?

JAMRA n’était pas au courant de l’initiative de «l’Association des Imams et des
Oulémas», comme on le prétend à tort. Nous les avons fortuitement trouvés sur
place, alors que JAMRA était venue pour rencontrer, d’abord, la partie plaignante; et
comptait, aussitôt après, aller discuter avec le mise-en-cause. Ayant ainsi obtenu
l'accord des deux protagonistes, comme il se doit dans toute médiation qui se veut
crédible, le président exécutif de JAMRA, Imam Massamba Diop, devait boucler ce
processus en présidant, avec l’accord des intééssés, une rencontre finale, que
JAMRA avait prévue de tenir ce 19 juillet, à l’occasion de la «Salatul Jumah», à la
Mosquée de la Cité Gazelle de Pikine, où Imam Massamba Diop officie depuis 25
ans. Et où il a eu, à maintes reprises, à réconcilier des musulmans en divergence,
selon les préceptes de la «Chariatul islamiya».
À cet effet, il avait déjà acquis deux «Kaamil Qurane» tout neufs, qu’il comptait remettre
aux deux ex-parties en conflit, pour officialiser leur réconciliation. Tel était le plan concocté
par JAMRA, pour contribuer modestement à la résolution de ce pénible contentieux
sociétal qui indisposait tout le monde. D’autant que des informations confidentielles nous
étaient parvenues, faisant état de la volonté de certains partisans, des deux camps, mais
surtout de groupuscules incontrôlés, déterminés à en découdre, notamment le jour du
Procès, avec toutes les graves conséquences qui pouvaient en découler.
Je précise que bien avant l’épilogue de cette triste affaire, JAMRA, par la voix de son
trésorier national, El Hadji Moustapha Sy, avait eu, en direct du plateau de la 7TV, qu’il
partageait justement avec Imam Kanté, le jeudi 11 juillet 2019, à lui exprimer, prenant à
témoin des milliers de téléspectateurs, le soutien sans réserve de JAMRA, dans cette
épreuve. Propos que notre représentant à ce débat télévisé a d’ailleurs réitérés de vive
voix, après l’émission, à Imam Kanté, en insistant particulièrement sur un point, à savoir:
«de ne JAMAIS commettre l’erreur de présenter des excuses, même si l’avocat du
plaignant avait dit publiquement que c’était à cette seule condition que la plainte
pouvait être retirée». Ce qui serait, pensions-nous, un coup dur pour la Oummah
islamique et les Imams du Sénégal en particulier.
Mais, arrivée chez Thione Seck (comme convenu avec Imam Massamba Diop, qui devait,
rappelons-le, boucler le processus, lorsque les parties auront été séparément consultées),
El Hadji Moustapha Sy et moi-même avons trouvé une situation inédite, que personne à
JAMRA n’avait prévue: Thione Seck était en pleine conférence de presse avec
l’Association des Imams et des Oulémas, laquelle avait déjà entamé sa propre médiation!
Mise ainsi devant le fait accompli, JAMRA se garda de faire preuve de maladresse en
donnant l'impression d’être en concurrence avec l’Association des Imams et des Oulémas.
Et a alors accepté l’invite faite, séance tenante, par Thione Seck à Mame Mactar Guéye
de prendre la parole. C’est alors que celui-ci a délivré le message que tout le monde sait,
et dont la substance était de :
– Rappeler l’ancienneté de nos relations avec Thione Seck, datant notamment de
1995, alors qu’il était venu solliciter que JAMRA lui prêtât ses locaux, pour les

besoins du tournage de son clip (Rassoul) consacré aux louanges du Prophète
Mouhamed (psl);
– Rappeler à Waly et à l’opinion la précédente déclaration de JAMRA, fustigeant, en
janvier 2016, la nouvelle mode de «sac-de-femme-porté-par-un-homme», qui avait
valu à Waly Seck un tollé de désapprobations ;
– Alerter sur les dangers du mimétisme des sous-cultures occidentales, qui vaut
aujourd’hui à Waly Seck d’être au cœur de cette vive polémique du «tee-shirt-arc-
en-ciel»; que Waly avait porté, lors de son dernier concert à la Place de la Nation
pour, disait-on, «célébrer la victoire des Lions du Sénégal contre l’Ouganda»; alors
que ce tee-shirt est réputé être un signe de reconnaissance et symbole par
excellence de ralliement à la cause LGBT mondiale;
– Et nous avions clôturé le message de JAMRA en sermonnant Waly de faire
désormais très attention à son port vestimentaire et à ses tenues de scène; et que
JAMRA était même disposée à demander à un des nôtres de lui prodiguer des
conseils dans ce sens (il s’agit d’un styliste, metteur en scène de pièces de théâtre
islamique).
Voilà ce qui s’est réellement passé. Et JAMRA, au demeurant, rend grâce à Dieu que son
objectif ait été doublement atteint :
1) La plainte a été retirée sans que Imam Ahmadou Makhtar Kanté n’ait eu à
présenter ses excuses publiques, comme l’exigeait l’avocat de Waly Seck, comme unique
condition pour le retrait de la plainte ;
2) La paix civile a été préservée, car l’herbe avait été ainsi coupé sous les pieds
d’éléments incontrôlés qui voulaient profiter de ce différent privé pour se livrer à des actes,
dont les dommages collatéraux risquaient d’être inimaginables (le Ministre de l’Intérieur
sait parfaitement de quoi nous parlons).
Cette salutaire mesure d’apaisement a naturellement suscité un déchaînement de
passions dans les réseaux sociaux. Et aura même valu à JAMRA des tirs à boulets
rouges, pour des motivations diverses.
Mais si la préservation de la Paix sociale est à ce prix, nous acceptons volontiers
d’en encaisser ces contrecoups, avec philosophie. Et, surtout, de pardonner tous les
excès de langages de tous ceux qui avaient notamment «décrété», avec une légèreté
déconcertante, que c’est «Jamra qui a mis en scène tout ça, en complicité avec El hadji
Oumar Diéne, secrétaire général de l’Association des Imams et des Oulémas» ! Alors que
Dieu sait que nous avions perdu ce dernier de vu depuis 2013, à l’occasion des
investitures des deux Grands Serigne de Dakar. Bref, nous pardonnons tous les
dérapages. Au nom de l »Omniscient et Miséricordieux qui Voit tout. Et qui rappelle à juste
titre aux croyants, que nous sommes tous, dans Son Livre Saint: «Je suis plus proche de
vous que votre veine jugulaire». Et que le Messager d’Allah (psl) réaffirme dans un de ses
sublimes Hadiths: «Le croyant doit éviter de témoigner de ce dont il n’est pas sûr de
science certaine».
Le combat continue.
MAME MACTAR GUEYE
Vice-président de
l’ONG Islamique JAMRA,
Chargé de la Communication.
ongjamra@hotmail.com

Le 22 juillet, Wally Seck va être jugé pour une dette

YERIMPOST.COM Le chanteur Wally Seck sera encore à la barre le 22 juillet prochain, dans le cadre d’un différend autour de l’achat d’une villa à Nord-Foire. Le sieur Hassan Cissé, propriétaire de la maison en question, lui réclame 11 millions qu’il avait reconnus par une reconnaissance de dette.

Les faits remontent à 2014. Wally avait pris sur lui la décision d’acheter la maison à 100 millions cash, alors que le proprio voulait vendre sa villa à 140 millions par paiement en dollars.

Alors qu’il doit à Hassan Cissé un reliquat, Wally ne compte plus payer la dette de 11 millions et nie avoir signé une reconnaissance de dette.

Soutiens à Wally Seck: Une soirée aux couleurs LGBT aux Almadies

YERIMPOST.COM  « Challenge Wally », dans des séquences vidéos où de jeunes hommes s’affichent, habillés du t-shirt polémique de Wally Seck, inonde les réseaux sociaux. Mais ces souteneurs de l’artiste du label « Faramareen Music » ont décidé de passer à la vitesse supérieure. Une soirée de solidarité à leur chanteur serait en gestation et où le « dress code » est le fameux t-shirt pour tous les hommes. C’est ce dimanche 14 juillet que la soirée doit avoir lieu dans un célèbre dancing des Almadies. Les autorités sont averties…

Vidéo- « Tégui Touma » de Khalifa rappeur

Affaire du Tee-shirt LGBT: Wally Seck et Imam Kanté devant le juge

YERIMPOST.COM « Oui, je confirme avoir reçu, hier, une citation directe de l’avocat de Wally Seck. Mes avocats vont s’en occuper », a de nouveau écrit l’Imam Ahmadou Makhtar Kanté sur son compte Facebook, ce matin. Le jeune chanteur Wally Seck est donc formellement passé à l’acte. Il a porté plainte contre celui qui l’a accusé de porter la cause des lobbies homosexuels. Ainsi, Wally Seck et l’Imam de la mosquée du point E feront donc face au juge si les propos du religieux sont maintenus.

 

Affaire du T-shirt LGBT: Wally porte plainte contre Imam Kanté

YERIMPOST.COM L’imam Ahmadou Mokhtar Kanté accuse le fils de Thione Seck de militer pour la cause LGBT en faisant la promotion des homos… En effet, depuis le lendemain de la soirée de Wally seck sur la chaîne nationale, où le jeune chanteur avait porté un T-shirt aux couleurs du LGBT, l’imam de la mosquée du point E, à travers son compte Facebook et dans plusieurs sites d’information, a ouvertement et nommément accusé Wally de supporter les homosexuels. L’artiste outré a décidé de porter l’affaire devant les juridictions avec l’annonce d’une plainte contre l’imam.

 

Photos: le président Erdogan au mariage du joueur Mesut Özil…

Naomi Campbell reçu au Palais

Mon point de vue sur l’annulation de la procédure contre Thione Seck

YERIMPOST.COM Le droit est une science. La science juridique fonctionne suivant des textes issus des lois, de l’interprétation des juges et de la doctrine des juristes chevronnés.

En droit pénal, la forme lie le fond. En clair, la fiabilité de la décision tient au respect des règles de la procédure de poursuite.

Dans le cas d’espèce, celui de Thione Seck, la non-présence des avocats de ce dernier dès la garde-à-vue est un vice de forme. Ce vice vicie tout le reste de la procédure, et donc justifie son annulation. C’est cela la loi, en dépit des états d’âme de ceux qui ne comprendraient pas que ce vice empêche d’aller au fond d’une affaire dont les faits accablent gravement le chanteur.

Dura lex sed lex…

Cheikh Yérim Seck

Un mariage forcé endeuille la série «Maîtresse d’un homme marié»

YERIMPOST.COM L’actrice Halima Gadji se sent anéantie par le suicide de sa protégée. « Je n’ai malheureusement rien pu faire, je suis tellement déçue. Je viens de perdre la moitié de ma vie. La jeune Mariama Diallo, victime de mariage précoce et forcé, se suicide après seulement 10 jours dans son foyer », a –t-elle révélé hier. Elle avait lancé un appel à Jamra pour sauver la petite Mariama âgée de 10 ans.

Maîtresse d’un homme marié: JAMRA salue le patriotisme culturel du CNRA

Donnant droit à la plainte collective de JAMRA et du «Comité de défense des valeurs morales», contre la série «Maîtresse d’un homme marié», l’organe de régulation de l’audiovisuel, le CNRA, en livrant ce 29 mars 2019 son verdict a été on ne peut plus clair. Confirmant l’intégralité des griefs formulés par les plaignants, le CNRA a effectivement précisé que: «L’instruction du dossier par les services du monitoring du CNRA a apporté la preuve que dans le téléfilm sont régulièrement notés des propos, comportements et images jugés choquants, indécents, obscènes ou injurieux; des scènes de grande violence ou susceptibles de nuire à la préservation des identités culturelles».

Et l’arbitre de l’audiovisuel d’ajouter, sans équivoque, que: «La non prise en compte des remarques du CNRA, faites ci-dessus, notamment en révisant le contenu, pourrait avoir comme conséquence le retardement de l’heure de diffusion de la série ou son interdiction, par le CNRA». Par conséquent, il est inexact de dire que le producteur de cette série, tant décriée, MARODI-TV «a reçu les encouragements du Conseil National de Régulation de l’Audiovisuel (CNRA)… ». Quand on a commis d’inqualifiables bourdes, qui ont heurté la sensibilité de nombre de nos compatriotes, écorché la conscience de beaucoup d’éducateurs, pères et mères de famille, et agressé de nombreux croyants de ce pays dans ce qu’ils ont de plus cher , leur Foi, on doit avoir la modestie de faire amende honorable, en s’engageant à opérer les corrections ci-dessus énumérées par le CNRA. Plutôt que, dans un dépit de mauvais perdant, de ruer dans les brancards, par le biais d’un baroud d’honneur épistolaire qui frise l’arrogance, sévèrement «sanctionné» d’ailleurs par les internautes, dans les réseaux sociaux.

Précisions en passant que JAMRA n’a jamais demandé à être associée à la rédaction d’un quelconque scénario. Cette idée a été plutôt émise, en toute souveraineté, par les tenants du «triumvirat» de cette série à polémique, lorsque le vice-président de l’ONG islamique JAMRA les recevait, à leur demande, à son domicile, le lundi 25 mars 2019, en présence de deux témoins. Lesquels, Dieu merci, n’ont pas manqué d’immortaliser la «scène» avec leurs smartphones, en prenant notamment des clichés, que nous nous sommes, jusque-là, gardé de publier dans les médias, par respect. Idem pour les sms.

Qu’on ne se mette donc pas fanfaronner en soutenant que «MARODI se donnera la liberté de poursuivre son œuvre sans avoir à associer qui que ce soit dans l’écriture de ses scénarii», après en avoir, sciemment et de vive voix, fait la proposition contraire à JAMRA ! Qui, en tout état de cause, ne leur tiendra pas rigueur de s’être débinés, dans les heures suivantes, par un pitoyable «wax-waxéét», suite à cet engagement moral, auquel personne ne les avait contraints !

Cela dit, «comment JAMRA a fait pour connaître le contenu» de cette série qui défraie la chronique – et dont le CNRA reconnaît qu’elle comporte bel et bien des «propos, images, comportements choquants, obscènes, injurieux...»? En procédant comme le Service du monitoring du CNRA: en la visionnant, tout simplement ! Mais surtout en mettant en œuvre cette sage recommandation du Prophète Mouhamed (psl), qui enseigne dans un sublime Hadith que «le croyant doit éviter de témoigner de ce dont il n’est pas sûr de science certaine»! Autrement, si JAMRA s’était contenté de rumeurs, du genre «il paraît que…», «on dit que… », pour porter plainte, nous aurions assurément commis un grand péché. En effet, comment aurions-nous pu savoir que cette série faisait (entre autres dérives) l’apologie de l’adultère et de la fornication, condamnés par toutes les religions révélées, si nous ne l’avions pas visionnée?

A ceux qui ont tenté, laborieusement, de faire accréditer l’idée d’une quelconque «indignation sélective», par rapport à ces séries sud-américaines bas-de-gamme qui inondent notre paysage audiovisuel, nous leur répétons ceci: Puisqu’ils reconnaissent tacitement que ces «télénovelas» sont porteuses de perversité, pourquoi alors vouloir en rajouter avec des «copies-collées», qui ne sont souvent que de déplorables mimétismes des sous-cultures occidentales? «Dou mann rék, bokou ma ci moo ko gueun» (je ne suis pas le seul à avoir failli à ses responsabilités), dit le sage adage de Koth Barma ! Il convient, certes, comme JAMRA l’a du reste toujours plaidé, d’encourager, de soutenir la production audiovisuelle locale, mais à la condition fondamentale qu’elle vise une finalité humaine et sociale positive. À l’instar de ces illustres productions télés de jadis, comme «Daaray-koth» ou «Jamonoy-tey», etc. Les parents s’en délectaient volontiers dans les chaumières, en compagnie de leurs enfants. Lesquels ne manquaient d’ailleurs pas d’en tirer de hautes vertus morales et citoyennes. Contrairement à la plupart des séries d’aujourd’hui, qui n’éduquent plus nos enfants mais les pervertissent!

JAMRA continuera, en partenariat avec ses 22 partenaires du «Comité de défense des valeurs morales», regroupant 22 associations religieuses et de la Société civile – et managé avec brio par l’honorable Serigne Bassirou Mbacké Cheikh Astou Fall (neveu du Khalife de Touba et arrière-petit-fils de Mame Cheikh Ibra) – à faire preuve de la même extrême vigilance, en se dressant systématiquement contre tout affairiste qui entreprend de répandre la perversion et d’encourager la débauche dans notre société, pour des profits bassement financiers et égoïstes. Ces 22 structures de notre Comité (qui avaient décidé d’organiser chaque Vendredi des Marches de protestation, si leurs griefs n’avaient pas été pris en compte par le CNRA), animées par des patriotes émérites, acquis au noble credo décliné dans le préambule de la Constitution du Sénégal – qui stipule que «le peuple sénégalais souverain est fortement attaché à ses valeurs culturels, qui fondent le ciment de son unité nationale» -, sont plus que jamais déterminées à ne laisser prospérer aucune basse manœuvre de lobbies, fussent-ils maçonniques ou homosexuels, qui, par le biais de l’audiovisuel public ou privé, entreprendraient de porter atteinte aux nobles valeurs qui nous été généreusement léguées par nos vaillants ancêtres, ainsi que les grandes figures religieuses qui reposent en terre sénégalaise.

Enfin, l’ONG islamique JAMRA, l’Observatoire de veille et de défense des valeurs culturelles et religieuses, MBAÑ GACCE, et le Comité de défense des valeurs morales, essentiellement soucieux de la protection de la santé mentale et morale de nos enfants, avenir de toute Nation, saluent le patriotisme culturel dont font constamment preuve les éminents membres du CNRA, en se dressant en sentinelle vigilante dans la sauvegarde de nos valeurs culturelles ancestrales, gage de la consolidation de notre unité nationale.

Le combat continue!

Dakar, 30 mars 2019

Les Bureaux exécutifs de

JAMRA et MBAÑ GACCE

 

Nouvelle série policière lancée hier: Canal Plus accusée de plagiat par le réalisateur-rappeur Mass Seck

YERIMPOST.COM Avec des documents à l’appui, le réalisateur Mass Seck, responsable artistique de la TFM, a accusé hier Canal de lui avoir piqué son concept qu’il leur avait proposé sous le nom Division X-Dakar. Selon Mass, la nouvelle série de Canal « Sakho et Mangane » est juste un plagiat de son projet qu’il va défendre coûte que coûte.

PencMi: Thione Seck menacé de quitter les lieux plus tôt

YERIMPOST.COM  Alors qu’il se préparait peu à peu au déménagement prévu en mai prochain, Thione Ballago Seck risque de devoir quitter le Penc Mi plus tôt. Le propriétaire des murs qui abritent le dancing a saisi de nouveau le juge en charge du dossier pour annulation des délais. En termes plus précis, il veut que le tribunal ordonne le déménagement immédiat du lead vocal du Ram Daan, selon Les Echos. Saliou Diagne, propriétaire des lieux, a de nouveau saisi le tribunal au motif que Thione Seck, malgré le fait d’avoir été sommé par le tribunal de verser une indemnité d’occupation à défaut d’un loyer, ne s’est jamais exécuté. Le face-à-face avec le juge est prévu le 15 mars prochain.

8 mars: Job Sa Brain et Cherifou souhaitent bonne fête aux femmes

Guin Thieuss parle de la tentative d’assassinat, de Wally Seck, de Thione Seck et de Racine Talla

Aston Francis Barett alias Family Man Barett, merci pour services rendus à l’Humanité

Depuis le jeudi 29 novembre 2018, la musique reggae jamaïcaine fait partie du Patrimoine Immatériel de l’Humanité de l’UNESCO.

L’ONU l’a reconnu pour « sa contribution à la réflexion internationale sur des questions comme l’injustice, la résistance, l’amour et la condition humaine ».

Le Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO indique par ailleurs que le Reggae “met en avant la force intellectuelle, socio-politique, spirituelle et sensuelle de cet élément du patrimoine mondial”.

Une des plus belles occasions de rendre hommage posthume à Bob Marley et aux Waillers qui, s’ils n’ont pas inventé le reggae, ont largement contribué à le canoniser et à l’imposer sur la scène internationale. D’ailleurs la délégation jamaïcaine présente à l’UNESCO avait déroulé une banderole à l’effigie de Bob Marley et à la fin de son discours la cheffe de la délégation a invité toute la salle à entonner One love de Bob et les Wailers. Ce fut un moment très émouvant.

Si Bob Marley est considéré à juste titre comme la figure de proue du reggae ; Family Man peut être considéré sans exagération aucune comme son épine dorsale.

Pour répondre à une question qu’on lui a une fois posé : « pensez vous pour que le reggae revienne vraiment au top, il faudra une autre personne aussi charismatique que Bob ? ». Family Man répond : « Comme vous le savez, Bob Marley était très positif, une grande force, mais il n’y arriverait pas sans la musique. (…)nous créons les paroles, à partir de l’environnement, ce qui se passe et se fait entendre (…) Nous le décomposons simplement afin que même un enfant puisse comprendre. Ensuite, nous déplaçons la musique dans certains appels et certains tempos et certains riffs. Un riff est ce qui donne la vraie sensation. Cela ne peut pas être écrit en musique. Lorsque vous écrivez de la musique, vous ne pouvez écrire que dans les mesures et le temps, mais vous ne pouvez pas écrire la sensation, le riff. C’est la magie. C’est la « musique du roi », la musique de Jah Jah ».

Ainsi parlait Aston ‘’Family Man’’ Barett qui définit le reggae comme « une musique qui a le tambour africain comme racine et le jazz comme pinacle ».

A défaut de toucher ses royalties et ses droits d’auteur après quelques procès intentés à Universal/Island et la Famille Marley ; il peut savourer l’immense plaisir de voir par cette initiative de l’ONU son travail être reconnu par toute l’humanité et pour toujours.  « Bob était mon meilleur ami et mon partenaire, je l’ai beaucoup aimé. Ensemble, nous avons écrit et produit des chansons qui touchent encore le cœur et l’âme dans tous les coins du monde. Nous avons travaillé ensemble sur la musique et, ensemble, nous avons partagé notre succès. »

Roger Steffens, grand spécialiste de Marley et du reggae, a dit à propos de Aston Barrett : « Tant qu’il y a Family Man à la basse, le groupe peut s’appeler les Wailers ».

« Familyman » ou « Fams« , et son frère  le batteur Carlton « Carlie » Barrett, ont commencé à accompagner The Wailers devenu Bob Marley & The Wailers après le départ de Peter Tosh et Bunny Wailer du groupe. Ils n’ont jamais arrêté de jouer avec Bob Marley en studio comme en tournée jusqu’à sa mort.

Il a joué pour d’innombrables mythes du reggae allant  Burning Spear, à Alpha Blondy en passant par Max RomeoHorace AndyThe Heptones… et bien sûr pour Peter Tosh et Bunny Wailer même après leur départ des Wailers.

La légende et le sensationnel retiendront que l’homme a 42 enfants, ce qui lui a valu le surnom de Family Man. Mais il faut noter qu’avant même d’être père ce pseudonyme l’avait déjà collé grâce à son grand sens de l’organisation. Ce qu’il mettra au service des waillers qui deviendra au fil des années une grande machine de fabrication de tubes provenant de studio ou de concerts live.

 

Aston Barrett a écrit la plupart des lignes de basse des chansons de Bob Marley. Ses lignes de basse sont un soutien essentiel au groove et s’adaptent parfaitement à la structure rythmique du reggae.

 

 « Bob avait passé quelque temps aux États-Unis avec sa mère au Delaware. Il a entendu un concept différent de musique sortant de la Jamaïque. Il a donc décidé de retourner en Jamaïque et de se préparer…

Nous nous sommes rencontrés dans un bar et il a dit :« Est-ce vraiment toi qui s’appelle Family Man qui joue ces lignes de basse ? » J’ai dit « oui ». Il était surpris car il pensait qu’ils venaient d’un joueur plus âgé et ne savait pas que c’était quelqu’un qui avait un an de moins que lui. Il m’a regardé et a dit : « Si c’est vraiment toi, alors tout va bien mec …». C’était la première fois que j’ai rencontré Bob, c’est la musique qui nous a réunis. Après nous être rencontrés, nous ne nous sommes jamais quittés avant que Bob ne nous quitte ».

Pourtant rien ne prédestinait cet autodidacte, ancien enfant des quartiers pauvres de Kingston a contribué à côté se Bob Marley et les wailers à placer la Jamaique sur la carte du monde par le biais de la musique.

Il a commencé par faire de la soudure et de la mécanique vélo. C’est dans l’atelier qu’il travaillait qu’il a lui-même fabriqué son premier instrument. Son premier orchestre était composé de lui et de son frère qui se procurait des pots de peinture vides de différentes tailles pour obtenir des sons de batterie différents.

« Vous savez que le reggae est le cœur du peuple. C’est le langage universel. Peu importe quelle culture. La musique reggae porte le message de la culture des racines et de la réalité. » Le talent de cet homme qui se considère comme un éternel apprenti n’a d’égal que son humilité et sa passion pour la musique.

 

Mustafaa Saitque Poète

Après France 24, Coumba Gawlo explose le plateau de TV5 monde









Coumba Gawlo: Une nouvelle consécration avec Sony Music Rockstar

L’annonce de la signature avec SONY MUSIC ROCKSTAR fut un des temps forts de la soirée de présentation du nouvel album TERROU WAAR de Coumba GAWLO, le samedi 19 janvier, au GRAND THEATRE.
Venu spécialement d’Afrique du Sud, Jandre LOUW, Président fondateur du Groupe ROCKSTAR et Rokhaya KEBE, Représentant en Afrique de l’ouest du Groupe ROCKSTAR et de SONY MUSIC, ont rejoint l’artiste sur scène pour annoncer la bonne nouvelle au public ravi, aussi bien par le spectacle riche en sons, en couleurs et en lumière, par la présentation originale des titres de l’album, sur fond de chorégraphie et de décor reflétant la richesse et la diversité du patimoine culturel national, que par l’annonce de cette signature qui s’inscrit en droiite ligne d’une carrière jalonnée de distinctions et nominations: Voix d’or, Disque d’or et de platine, Meilleure artiste féminin etc.
Par cette signature, Coumba Gawlo confirme ainsi son talent, à l’instar de grands noms de la musique qui ont eu à signer avec ce label, parmi lesquels Michel JACKSON, BEYONCE, DAVIDO etc.
Jandre LOUW s’est dit fier de travailler avec une artiste de la dimension de Coumba GAWLO qu’il considère comme la meilleure chanteuse africaine et dont le dernier album TERROU WAAR confirme le talent.
Ce label va donc cheminer avec la Diva à la voix d’or, Coumba GAWLO, qui a pour sa part salué cette initiative et assuré de sa détermination à maintenir son option pour la qualité, l’originalité et le professionnalisme.







Terrou Waar sur l’International: Coumba Gawlo crève l’écran sur France 24 , TV5 et RFI

Dans la foulée de son succès au Grand Théâtre de Dakar où l’artiste, Coumba Gawlo, présentant son nouvel album, a séduit le public par des tableaux colorés mêlant cultures et parures traditionnelles, la Diva est l’invitée spéciale des grandes chaines de télévision. D’abord sur France 24 face à Amobe Mavegue aujourd’hui, ensuite demain sur TV5 et, pour finir, sur le plateau de RFI, la chanteuse sénégalaise décortiquera avec passion ce produit exceptionnel qui a convaincu le label Sony Music Rockstar de signer avec le disque d’or sénégalais. D’ailleurs, l’album, qui caracole au sommet des hits, s’est propulsé, en l’espace d’un mois, dans le top 10 de Itunes des meilleurs produits du monde.








Revivez en images la soirée très colorée de Coumba Gawlo Seck au Grand Théâtre









iTunes vient de classer l’album #TerrouWaar dans le top des meilleurs albums









Coumba Gawlo- SIYO (Clip Officiel)

Un Café Avec… revient ! Voici la bande-annonce de la Saison 4

Thiat précise: «Nous ne sommes pas encore convoqués de façon officielle»

YERIMPOST.COM La convocation par la police du groupe « Keur Gui », qui vient de sortir le clip « Saï-saï », avait vite été relayée par une certaine presse. Elle vient d’être démentie par Oumar Touré dit Thiat, un des membres du groupe de rap kaolackois. «Nous l’avons appris à travers les rumeurs. Mais nous n’avons pas encore reçu de convocation de façon officielle», fait savoir le rappeur, joint au téléphone. Thiat ne veut toutefois pas donner de détails supplémentaires.







Nouveau clip de Nabousha, la star de la banlieue









Face à la presse, Coumba Gawlo définit son nouvel album « Terrou Waar »

Vidéo- Séance d’écoute « TER WAAR »: Coumba Gawlo interpelle nos dirigeants









Séance d’écoute: « Tekk Gui » (Hommage à son père): Coumba Gawlo verse de chaudes larmes









Tekk Gui: Hommage émouvant de Coumba Gawlo à son père dans l’album Terrou Waar

Dans une émission que la TFM lui a consacrée, Coumba Gawlo a ému des milliers de personnes. L’éducation militaire, avec constance et rigueur, surtout quand il s’est agi, pour elle, sa fille, de chanter, Laye Bamba Seck n’a pas été tendre avec Coumba Gawlo. Dans cet extrait de l’émission à elle consacrée, pour la promotion de son nouvel album, Terrou Waar , la chanteuse s’est longuement arrêtée sur les liens et la proximité toujours entretenus avec celui qui a façonné sa carrière lui permettant, par ailleurs, de connaitre ses origines et sa valeur. «Tekk Gui» (https://youtu.be/aF2ZLtP0-xg), bien plus qu’un hommage, est une reconnaissance et un témoignage sur l’être cher qu’elle pleure toujours… en silence.








Voici Khalifa, le discret fils aîné de Sidy Lamine Niasse. Qui est-il ?

YERIMPOST.COM Sa mère est de Koungheul. Il est l’aîné de Sidy Lamine Niasse mais n’a jamais vécu avec lui. Il entretenait avec son père des rapports minimaux. Ils ne se voyaient pas beaucoup…

Carnet rose: Fada est devenu « capitaine »

YERIMPOST.COM Samedi 1er décembre, on voyait un Modou Diagne Fada tout sourire au congrès d’investiture de Macky Sall. Heureux d’être là aux côtés de son « ami » et participant d’une potentielle victoire ? Pas que ça ! Si le leader du Ldr/Yessal était aux anges, c’est parce que, le lendemain, il allait prendre une troisième femme. Une dame du nom de Maïmouna Wade est devenue la « fada » de son Modou Diagne. Heureux ménage tout de même.







Hommage à Samba Diabaré Samb

Quand nous étions écoliers il n’y avait que Radio Sénégal comme médium de presse parlée et moyen d’expression de notre culture sous toutes ses formes. Des noms et des sons se bousculent dans ma mémoire mais je m’arrête aujourd’hui une icône, une des mémoires vivantes de notre culture, de nos traditions, de nos valeurs :
SAMBA DIABARE SAMB
Sa voix retentit au-dessus des sons qu’il égrène
Avec une dextérité rare
Maitre parmi les Maitres
Baignant le Sénégal dans la tradition
Aisance et maitrise de son Art
Dans une galaxie peuplée de ténors
Il exerce, il s’exerce
Avec dignité, avec assurance
Bonheur et responsabilité il transmet
Avec la générosité d’un sage
Rareté parmi les raretés
Elégant parmi les élégants








Wagane Faye
Professeur d’Anglais
ngenbale@hotmail.fr

Nécrologie: Youssou et Birane Ndour en deuil…

YERIMPOST.COM Le PDG du Groupe futurs médias (Gfm), Youssou Ndour, est endeuillé. Son fils, Birane Ndour, directeur général du groupe, a perdu sa mère, Cathy Cissé. La défunte était internée à la Clinique de la Madeleine. La levée du corps sera suivie de son enterrement à Darou Mousty.
Yerimpost présente ses sincères condoléances à la famille Ndour…

Vidéo- Pourquoi Bécaye Mbaye a quitté 2Stv









Dj Boubs en deuil

L’animateur et Directeur marketing et de la production du groupe E Media Invest est en deuil. Boubacar Diallo, plus connu sous le nom de Dj Boubs, a perdu sa belle-mère, Adja Aminata Ndiaye, mère de son épouse, Mame Diarra Faye. Le décès est survenu le dimanche 18 novembre 2018, à la Clinique Cheikh Anta de Dakar.

La levée du corps aura lieu ce lundi 19 novembre à 17 heures à la Mosquée de Liberté 6. L’inhumation est prévue le même jour au cimetière musulman de Yoff. Les condoléances seront reçues chez sa sœur Daba Ndiaye à Liberté 6, près du terrain.

Mamoudou Ibra Kane, Président directeur général (PDG) du groupe e media Invest, Alassane Samba Diop, Directeur de iRadio, Mamadou Ndiaye, Directeur du Numérique et l’ensemble du personnel présente ses condoléances à la famille.

E-media Invest








Emedia

Vidéo- La diva à la voix d’or Coumba Gawlo vous parle






 

Penc Mi: Thione Seck sommé de quitter

YERIMPOST.COM Entre Thione Seck et son bailleur, le juge a tranché. Le Penc Mi sera vidé en mai 2019. C’est la décision qui a été rendue par le tribunal. Contrairement donc à la volonté du propriétaire des murs qui demandait une expulsion immédiate sans délai.







Présidentielle: Kouthia candidat, son patronyme en bandoulière pour obtenir les parrainages…

YERIMPOST.COM Sacré Kouthia ! Ce mardi, l’humoriste a fait face à la presse pour annoncer sa candidature à la présidentielle de février prochain. Samba Sine, de son vrai nom, a fait savoir qu’il participe à ces joutes électorales sous la bannière du mouvement dénommé Fall ak sénégalais yi dont il est le secrétaire général. Le nouveau concurrent de l’actuel locataire du palais de la République est certain qu’au soir du 24 février, il sera le successeur de Macky Sall. La condition sine qua non pour participer à la présidentielle étant le parrainage, Samba Sine ne se fait aucun souci quant’à l’obtention du quota requis pour valider sa candidature. Pour cela, il compte sur son patronyme Sine qu’il partage, selon lui, avec 65 000 Sénégalais.







Vidéo- Magal 2018: Le mari de Viviane Ndour, Tapha Dieng, en mode Bayefall









Vidéo- Touba: Yawou Dial prie pour Karim Wade et Abdoulaye Wade









° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR