Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

Peuple sénégalais

Étonnant et reposant peuple sénégalais ! (Amadou Lamine Sall)

 

Les Sénégalais ont voté ce dimanche 24 février 2019 !

 

Finalement, le plus impressionnant, n’est ni la campagne électorale, ni les programmes des candidats, ni la mobilisation des médias, mais la posture du peuple sénégalais. Un peuple serein, souriant, apaisé, flegmatique même. L’on pourrait dire que tout le vacarme des camps politiques et les commentaires interminables des organes de presse, sont bien loin des préoccupations du peuple Sénégalais. Chaque Sénégalaise, chaque sénégalais, sait d’avance pour qui voter.  C’est une intime conviction. Reste la sincérité du scrutin. Nous espérons qu’il l’est, hormis des impairs constatés çà et là. Ces impairs doivent d’ailleurs complètement disparaître de notre processus électoral. Notre démocratie doit être tolérance zéro.  La suite du processus électoral et les résultats promulgués par la Cour constitutionnelle nous édifierons sous peu sur le choix des Sénégalais. La vigilance doit être de rigueur. Les contestations encadrées par la loi soigneusement prises en contact et éthiquement traitées. Nous devons aller vers le sans faute. Ne rien banaliser. Ne rien mettre à pertes et profits comme notre culture nous y pousse souvent, en laissant tout à Dieu ! Nous devons être exigeants ! La victoire finale du candidat devrait être sans tache et reconnue par tous. L ‘élégance et le fair-play sont notre viatique ! Un grand pas est déjà accompli au Sénégal comparé à ce qui se passe en Afrique : nos tendances sont visibles dès le jour du scrutin, avant minuit.

 

Notre longue tradition de la pratique du vote, installe notre pays parmi les plus sûrs, les plus respectés. Nous souhaitons, pour notre part, que cette tradition démocratique se perpétue et s’accélère au point de nous libérer de milliers d’observateurs venus du monde entier nous « scruter » et « veiller », dit-on, à la fiabilité du scrutin. Nous sommes de ceux qui souhaitons que dans les prochaines années à venir, nos élections se déroulent sans observateurs étrangers. C’est cela le signe d’une vraie souveraineté. Nous devons assumer notre démocratie et dire aux autres de nous faire confiance. Nous n’avons pas besoin de baby-sitters pour valider la sincérité de nos élections. Nous sommes nombreux, les hommes politiques compris, à appeler à la libération de nos pays, c’est à dire à gouverner nous-mêmes nos ressources, à protéger notre économie, à donner la priorité à nos entreprises nationales. Dans la même lancée, nous devons nous passer d’observateurs internationaux pour venir nous accompagner dans notre suffrage universel pour le valider face au monde. Pour certains, c’est une blessure ! Le peuple sénégalais est assez majeur, responsable, digne, pour s’assumer et assumer la sincérité de son vote. Que nous sachions, l’Union Africaine n’a été jamais conviée nulle part en Europe pour être observatrice dans une élection européenne ? Cela ferait même rire !

 

En allant voter ce dimanche 24 février 2019, nous nous sommes de nouveau rendu compte que nous étions un grand peuple. Accompagné de mon épouse et de ma maman vieille de plus 90 ans et qui a tenu à voter, je me suis retrouvé fier, si fier de mon pays. Ceux qui siégeaient dans le bureau de vote étaient d’une touchante courtoisie. Autre fait admirable : une maman sénégalaise qui dans la cour du centre de vote, rit avec sa fille en lui disant : « Tu n’as pas accepté de voter pour mon candidat ! Alors, tu t’assumes et ne viens pas demain me demander de te rendre un quelconque service. Vas plutôt le demander à celui pour qui tu as voté » ! C’est cela mon beau pays : un pays de paix et de cœur !

 

Que Dieu veille sur le Sénégal !

Amadou Lamine Sall

Poète

 

Peuple sénégalais: De l’ingratitude à l’hypocrisie ????

Le peuple sénégalais est souverain. Il a ainsi la grande chance de pouvoir s’exprimer librement par les urnes. Le Sénégal, par cette magie, est parmi les rares pays africains à ignorer le cycle vicieux et meurtrier des coups d’état militaire. Pendant qu’ailleurs on tuait pour arriver au pouvoir, au Sénégal, c’est toujours dans la lucidité des urnes que les dirigeants sont choisis. Ainsi le citoyen sénégalais a eu plusieurs fois l’occasion de sanctionner positivement ou négativement des candidats.

Voilà un peuple qui, entre l’hypocrisie, l’ingratitude et l’ignorance se veut exigeant sur la trajectoire des hommes politiques. Les choix de ces derniers doivent impérativementêtre calquées sur les « prétendues demandes populaires » En d’autres termes, le peuple s‘arroge le droit inaliénable de tracer la trajectoire de tout homme politique. Celui qui agitautrement se voit insulté et déclaré traitre par ce grand peuple.

Le grand peuple qui lui agit toujours dans l’ingratitude la plus déconcertante soit par ignorance, soit par hypocrisie.

L’histoire politique du Sénégal a mis les citoyens au contact d’hommes que beaucoup de Sénégalais ont apprécié. Théoriquement tout au moins. Voilà l’homo-senegalensis ! Celui-là qui insulte le politicien tout l’été et vote pour lui à l’automne ; celui-là qui loue les valeurs cardinales d’une personnalité politique et lui refuse sa voix dans les urnes.

Pour illustration nous nous limiterons  à M Iba Der Thiam , à Cheikh Abdoullahi Dièye, à Momar Samb, à Ibrahima Fall, à Me El hadji Diouf et à Mme Aissata Tall Sall et au magistrat I Hamidou Deme.

Plusieurs de ces hommes politiques ont porté le sublime qualificatif de grand patriote, de député du peuple, d’homme de valeur et de je ne sais quoi de vertueux. Et pourtant, à chaque élection, le peuple leur a systématiquement déboutécomme s’ils étaient l’incarnation du mal. Ce peuple souverain a estimé que la valeur de leur valeur ne vaut pas plus que 1% de l’électorat !

Me El Hadji Diouf, député adulé de la législature passée est renvoyé de l’hémicycle par les citoyens. Aissata Tall Sall, la dame admirée et respectée par ses positions et aussi recalée au parrainage parce que le peuple qui la trouve extraordinaire n’a pas jugé opportun de lui accorder ces parrains.

Avant eux, Ibrahima FALL a incarné la droiture et la compétence et on connaît la suite de son « bakk présidentiel ».Ce sera le même scenario du magistrat dont tout le monde chante à tort ou à raison le patriotisme. Le peuple n’a pas jugé opportun de leur offrir le minimum requis pour passer le parrainage.

Le peuple rendrait il mal les services ou serait-il tout simplement ingrat ? Ces personnalités n’ont-elles pas le droit de se demander à un moment ou à un autre si ce peuple mérite leur sacrifice ? Gageons que le problème du Sénégal, ce n’est pas le politicien mais le sénégalais !

Et après avoir recalé un candidat, le peuple, dans une perfide mauvaise foi, a le toupet de vouloir décider de l’avenir de ce dernier. Quand un peuple vomit un homme qu’il arrête de se soucier de sa destination. Mais non ce peuple se présente blessé, meurtri, trahi par un fils qu’il n’a jamais porté si ce dernier décide de rejoindre ceux que le peuple a plébiscité. Moi peuple sénégalais je plébiscite toujours le politicien, il est à mon image, nous avons le même sang : honni soit qui mal y pense !








Ousmane Si, lycée de Mboumba

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR