Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

psychose

Contribution: Rapts d’enfants: au-delà de l’indignation, la psychose s’en mêle !

 

Nous savons que nous ne pouvons pas toujours être présents physiquement pour protéger nos enfants de tout […] Mais nous pouvons les responsabiliser et leur donner confiance en eux en leur enseignant comment agir dans ce genre de situation. »  d’une maman dont l’enfant a réussi à  s’échapper de peu à un kidnapping grâce aux conseils de cette dernière.

 

Devenus pratiques courantes à l’approche d’échéances politiques importantes, les enlèvements suivis de sacrifices perpétrés depuis quelques temps sur les enfants commencent vraiment à poser un énorme casse – tête pour nos autorités et leurs administrés que nous sommes à tel point que l’occulter serait complice et l’ignorer suicidaire ; d’où cet intérêt vital de voir comment aider nos enfants à s’en échapper.

 

En effet, bien que l’on puisse penser et réclamer urbi et orbi, à juste titre d’ailleurs que, l’un des rôles régaliens de l’État est d’assurer la sécurité des personnes et des biens en prenant en compte tous les phénomènes, risques et menaces susceptibles de porter atteinte à la vie de la nation, cela ne dédouane aucunement la responsabilité qui incombe chaque  société et ses composantes de parents de protéger leurs enfants des dangers jusqu’à leur majorité. Donc, inutile de faire porter le chapeau à qui que ce soit puisque le faire serait presque utopique surtout qu’il est réellement démontré que la majorité des cas d’enlèvements et des agressions envers les enfants est souvent  orchestrée avec la participation directe ou indirecte  d’une personne que l’enfant connaît bien ou a appris à connaître dans un environnement donné et en qui il a fini par avoir confiance et non pas par un « étranger » comme nous l’appréhendons. De plus, ce n’est plus l’oeuvre de dangereux malades mentaux comme on avait l’habitude de voir à l’époque. Aujourd’hui, on est arrivé à un niveau où pour assouvir ses penchants pouvoiresques, l’être humain est capable du pire. Qu’importe l’ampleur du crime odieux et macabreux qui sera commis, l’essentiel est d’y parvenir à tout-va par le primat de la fin sur les moyens.

 

Ainsi, à l’instar de beaucoup de pays africains qui sont en veille de joutes électorales d’envergure comme la Côte d’Ivoire avec son cas Aboubakar Sidick Traoré dit “Bouba” parmi les huit cas de disparitions d’enfants répertoriés à la date du 7 mars courant, le Sénégal, avec son “Serigne Fallou Diop” est sur le point de boucler la dizaine, si l’on prend en compte les 6 enfants retrouvés le 26 février dernier, séquestrer à Touba dans une maison auprès du Garage-Darou pendant 72 heures. Et pour cause, d’aucuns de nos “no limit” aspirants et/ou gouvernants sont prêts à tout pour arpenter les marches du pouvoir et goûter à ses délices et/ou à les conserver à vie ; quitte à avoir recours à des pratiques occultes et immorales.

 

Face à de telles monstruosités, qu’il soit l’enfant ou le parent, chacun se retrouve dans le désarroi total. Les parents sont si angoissés que le simple fait d’aller et de venir de leurs enfants, sans déconvenue à raconter en retour constitue un véritable exploit ! Quant aux enfants, à force d’entendre constamment parler dans les médias télévisés, écrits ou parlés, ou par leurs amis à l’école et autres, de la recrudescence des cas d’enlèvements, sont, à leur tour rendus   anxieux et paranoïaques au point que, sortir et revenir indemne devient un challenge chez eux.

 

Vu que les principaux acteurs et suspects sont parmi nous en chair et en os et peuvent être des proches, des voisins, des connaissances ou même des inconnus ; disons nous à présent qu’aucun d’entre nos enfants n’est à l’abri de ces ignobles actes. Alors, le seul comportement qui vaille est de  faire de telle sorte qu’ils parviennent à minimiser les risques y afférents.

 

Certes le monde évolue dans des directions de plus en plus dangereuses, mais en bons parents, nous avons également pour rôle de les conscientiser sur les risques auxquels ils seront amenés à être quotidiennement  confrontés et/ou souvent exposés ; comme nous leur avons appris à regarder des deux côtés de la route avant de la traverser. Qu’ils soient d’enlèvements, accidents ou autres, nous devons toujours, en tant que parents veiller à ce qu’ils soient bien imprégnés avant ce jour fatidique. En ce qui concerne les risques d’enlèvements qui polluent l’actualité, il nous faut dans un premier temps leur apprendre à amoindrir les risques qu’ils se fassent enlever. Surtout que les enfants sont vulnérables car en parfaite incarnation de l’ignorance,  ils ne sauraient reconnaître immédiatement le danger venir et ne voient pas le mal : leur vision du monde et des gens est toujours confiante. La méfiance n’est pas automatique chez eux. Raison pour laquelle, ils peuvent, en toute inconscience  suivre un étranger pour des bonbons, monter dans une voiture inconnue pour servir de guide à un soit disant “chauffard” perdu, ou  s’éloigner pour tenter d’aider une personne dans le besoin. Toujours est-il que  protéger son enfant des enlèvements repose sur vous mais aussi en grande partie sur lui. Il faut donc AGIR pour PRÉVENIR l’enlèvement en sensibilisant au maximum.

 

A travers cette modeste contribution basée sur des analyses de grands psychologues, nous essayons de fournir aux parents ainsi qu’aux enfants des renseignements factuels adaptés à leur niveau de connaissance pour compenser l’anxiété causée par ces effrayantes histoires.

 

Selon certains spécialistes en la matière, les trois étapes suivantes  sont cruciales pour une prévention porteuse de fruits :

 

 

 

 

  • étape 1 : Apprendre à connaître les faits ;

 

Annoncés à grande échelle dans les médias, ces événements choquants nourrissent la peur de l’enlèvement par souvent des “étrangers” dans l’esprit de tous les parents. Â cela s’ajoute la hantise perpétuelle de voir leurs enfants figurer parmi ceux déjà enlevés et maltraités. Ainsi, les parents se sentent naturellement responsables de tout ce qui pourrait arriver de mal. Pour se faciliter la tâche, certains parents se limitent à les intimider ou à tout simplement leur prodiguer des conseils du genre « ne parlez pas aux étrangers » en omettant le plus important à savoir essayer de “trouver l’équilibre entre communiquer assez de renseignements et de stratégies aux enfants pour les garder en sécurité et ne pas donner trop de renseignements qui les effrayeront et qui augmenteront leur niveau d’anxiété” sans les protéger contre les dangers réels ;

 

  • Étape 2 : Apprendre à connaître les dangers que votre enfant ignore ;

 

A l’ère des nouvelles technologies où nous sommes, nous n’avons plus besoin de SUPPOSER que nos enfants sauraient reconnaître le danger car nous avons maintenant la possibilité de LE VÉRIFIER grâce aux jeux de simulation disponibles gratuitement sur internet (Ex: les aventures de Sima, le chien). Pour une meilleure appropriation de l’enseignement dispensé, l’enfant doit se sentir investi d’une mission qu’est de vous rendre fier pour pouvoir appliquer convenablement les règles édictées. Protéger son enfant des enlèvements et du reste, d’une manière générale repose essentiellement sur la psychologie et la confiance que vous construisez mutuellement. Alors, il est du ressort du parent de trouver les mots justes susceptibles de toucher la sensibilité et l’intéressement de l’enfant ;

 

  • Étape 3 : Enseigner

Après avoir découvert les différentes situations auxquelles votre enfant ne saurait  reconnaître le danger ou ne réagirait pas face à ce dernier, reste maintenant à lui enseigner ce qu’il doit savoir et comment il doit se comporter. Pour ce faire, jouer au méchant et à l’enfant ciblé est l’un des meilleurs moyens de lui faire appréhender la situation au moment de la pratique car cela lui permettrait de s’en rappeler le jour où il serait confronté. Bien évidemment que pour la réussite d’un tel exercice, l’âge de l’enfant sera forcément un facteur déterminant pour sa bonne application. N’hésitez pas à  apprendre à son enfant à ne pas se laisser faire en cas de tentative d’enlèvement. Travailler “aux réflexes de survie” est souvent recommandé pour faire prendre conscience à l’enfant de sa force physique et de sa capacité à résister à un adulte. La confrontation est toujours payante dans de telle situation car même s’il est évident qu’un gamin de 6 ans par exemple ne pourrait pas résister longtemps à un adulte, il va de soi que les gesticulations et empoignades parsemées de cris peuvent bel et bien empêcher un éventuel agresseur de  l’attraper plus facilement et par ricochet ralentir et faire gagner de précieuses secondes à des tiers d’intervenir pour éviter le pire. Pour finir, il ne faut jamais perdre de vue que l’enfant a toujours besoin d’être rassuré et est un bon interprète des sentiments.  Si votre enfant sait que vous êtes prêt à tout pour le protéger, il aura plus de facilité à crier et à se débattre que s’il s’interroge sur la réaction que vous auriez.

 

Donc, n’oublions pas de leur faire sentir, en tant que parents que nous serons toujours là pour les protéger. Tel est notre premier rôle.

 

Vivement que les nouvelles  mesures prises par les autorités pour éradiquer ce fléau soient pérennes et que tels actes ne se reproduisent plus jamais.

 

Qu’Allah SWT veille sur NOTRE CHER Sénégal … Amen

 

Par Elhadji Daniel SO,

Président d’En Mouvement ! Défar Sénégal

Ensemble, Construisons le Sénégal ! Eldasso@yahoo.fr

Contribution: La psychose des enfants, qui pour en parler ?

Depuis presque deux mois, les enfants écoliers du Sénégal passent beaucoup plus de leur temps à arpenter les rues pour dénoncer les grèves cycliques des enseignants et exiger leur arrêt immédiat afin de reprendre les chemins de l’école. La clameur des enfants semblerait tomber dans les oreilles d’un sourd au regard du mutisme et de l’inaction insolites de beaucoup d’entre nous.
Devant cette situation d’indifférence constante et face à la détermination grandissante des enseignants à poursuivre leur combat au grand dam des élèves et du système éducatif, il y a lieu de se rendre compte que l’enjeu de taille est la priorité qu’il faut accorder à l’éducation. Comme toute cette atmosphère délétère, dévastatrice et démotivante qui prend tout le système éducatif en otage ne suffisait pas, les écoles et universités sont transformées en de véritables foyers de tension et d’affrontements, d’agressions physiques, d’actes de sauvagerie de toute sorte entre les « forces du désordre » et les apprenants.
L’Ecole Primaire Adja Mame Yacine Diagne suffit comme parfaite illustration quand deux grenades lacrymogènes ont suffit pour perturber la quiétude des élèves pour la plupart âgés entre 9 et 14 ans transformant ainsi des minutes de leur vie à des moments cauchemardesques dont ils se souviendront pour toujours. Ce regrettable incident de jets de lacrymogènes dans ce temple du savoir n’a fait qu’allonger la longue liste des évènements tragiques dont sont victimes cette couche vulnérable, sans défense, source de bonheur inestimable, trésor inespéré souvent recherché et porteur d’avenir radieux que constituent nos enfants.
Nos jeunes sœurs, nos jeunes frères, nos onéreux fils, nos filles chéries, nos petits fils choyés et nos petites filles capricieuses et innocentes son sans relâche guettés, chassés, pourchassés et finis le plus souvent par être pris en piège et victimes de crime odieux, abominable et impitoyable aux images et récits terrifiants à des fins justement et simplement de pratiques occultes, de sacrifices funestes et de satisfaction de pulsion sexuelle animale. Tout ceci se passe sous le regard spectateur de beaucoup d’observateurs. Faudra-t-il attendre combien d’enfants volés, d’enfants violés, d’enfants mutilés, d’enfants égorgés, d’enfants sacrifiés ou disparus avant d’agir ?




Tous ces malheureux, funèbres et impunis évènements finissent d’installer un climat de psychose généralisée, de quiétude perturbée, de peur constante, d’indignation inaudible et d’aveu d’impuissance ineffable et de sentiment alarmant de désespoir chez toute la société.
La République ne semble pas être ébranlée, pourtant nous avons un Ministre de la Femme, de la Famille et du Genre, nous avons aussi un Ministre de la Bonne Gouvernance et de la Protection de l’Enfance et sans compter les Ministres de l’Education, de l’Intérieur, le Premier Ministre et le Président de la République. Mais, permettez moi d’insister sur les deux

premières pour remarquer et faire remarquer cette ironie du sort : elles sont toutes deux des « NDEYE ». Elles sont des « MAMAN » qui jusqu’ici ont fait preuve d’un silencieux bavardage ! Il faut rompre ce silence insolite et presque complice pour conjuguer efforts et moyens pour traquer, persécuter, percuter et mettre aux arrêts tous ces pervers, criminels et déchets de la société.
Cependant, et pour finir, nous ne désespérons pas. Nous ne lâcherons pas les armes pour laisser notre progéniture désacralisée, nos enfants assassinés, nos familles disloquées et notre bonheur familial déchanté. A l’instar du collectif « Silence On Tue Nos Enfants », nous allons nous lever comme un seul frère, un seul père, une seule sœur et une seule mère non pas pour dénoncer mais combattre et éradiquer cette tragédie sociétale d’où qu’elle puise se trouver et peu importe la force obscure qui l’incite, l’alimente et l’attise. En attendant, nous demandons à l’Etat en concordance avec ces ministres de la femme, de la famille et de la protection de l’enfance d’agir et de sévir afin de SERVIR.

Khassoum DIOP
Khassito2016@hotmail.com

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR