Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

Réponse de

Vidéo- Réponse de Seydou Bocoum de Pastef à l’édito de Cheikh Yérim Seck sur Sonko

Réponse de Madické Niang à la lettre d’apaisement de Wade

A Maitre Abdoulaye WADE

Ancien Président de la République

Secrétaire général national du Parti Démocratique sénégalais (PDS)

 

Monsieur le Président, cher frère et ami

Je prends acte de votre lettre de ce jour parue dans la presse et vous en remercie vivement.

Je rends grâce à Allah, au Prophète Mouhamed (SAW), à notre vénéré Guide Cheikh Ahmadou Bamba et à tous les Saints du Sénégal en raison du fait que ma prière, par laquelle j’ai demandé au Tout Puissant de vous éclairer sur mon compte, a été exaucée.

Soyez sûr que je considère, comme vous, que ce regrettable incident est derrière nous.

Je profite de l’occasion pour exprimer toute ma gratitude et ma compassion à l’endroit de ces nombreux sénégalais qui ont été profondément meurtris par cet incident malheureux.




Dakar le 12 septembre 2018

Maître Madicke NIANG

Avocat à la Cour

Président du Groupe parlementaire Liberté et Démocratie

 

 

De mon soutien inconditionnel à la candidature de Macky Sall (Réponse de Cissé Kane Ndao à ses pourfendeurs)

A Monsieur Massamba Ndiaye, et ceux qui pensent comme lui

Il nous faut comprendre une bonne fois pour toutes que nous ne faisons pas de la politique avec de bons sentiments.

La politique est une question d’opportunité, de bons sens, de patience, de lucidité et de raison.

Toute situation mérite d’être étudiée avec objectivité sans céder aux sentiments ou aux élans irrédentistes d’une certaine élite virtuelle qui croit détenir la clé de la solution aux problèmes des sénégalais, s’érige en donneur de leçons et devient en conséquence objecteur de consciences et maitre à penser jugeant de la pertinence ou non des choix de la classe politique digne de son attention.




Je ne suis pas au service de ces gens. Je les connais d’ailleurs très bien.

Je me rappelle encore avec un sourire dépité la levée de boucliers médiatiques que souleva ma convocation devant les tribunaux lors de la première affaire qui m’opposa à Abdoulaye Sylla. Les soutiens affichés sur Facebook, les promesses de m’accompagner jusqu’au tribunal furent innombrables. Je suis arrivé au tribunal certain de trouver une foule prête à mourir avec moi, car nous avions la même conviction.

Je fus seul au tribunal. Jusqu’à 5 heures du matin. Ousmane Sonko fut l’unique leader de l’opposition qui tiendra promesse et viendra me marquer sa solidarité fraternelle.

Les convictions de papier, l’opposition facebookienne n’ont jamais contribué à améliorer les conditions de vie de nos populations ou renforcer l’Etat de droit.

Mon attachement fondamental aux principes éthiques et déontologiques qui ont jalonné ma vie politique est immaculé.

J’ai serré la main du Premier Ministre pour lui marquer mon accord d’aider le régime à relever les défis urgents qui ont capté mon attention et nourri mon engagement patriotique sans aucune condition, sans aucun marchandage.

Parce que je ne sers qu’une cause. Celle du Sénégal. Et pour elle, je boirai le calice jusqu’à la lie.

Je ne renonce à rien. Je ne renie rien.

En politique encore une fois, quel est l’objectif ? Conquérir le pouvoir.

Il n’y a pas un chemin droit et rectiligne jusqu’à l’atteinte de cet objectif.

Je l’ai dit par ailleurs : après 2024, notre génération fera face à son histoire, et sera au rendez-vous avec son destin.

J’y serai. Inch Allah.

Et pour être sûr de bien y figurer je préfère être du bon côté de l’Histoire. Celui de la stabilité politique et sociale. Celui de la paix. Celui d’un cheminement vers le renforcement de l’Etat de droit, du processus démocratique et de la marche vers le développement.

Le bilan du Président Macky Sall est suffisamment éloquent, pour ne pas avoir besoin de prêche pour en convaincre quiconque. Je m’épargnerai d’ailleurs cet exercice, il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir !

J’ai choisi de soutenir le Président Macky Sall car son second mandat consacrera la fin de carrière de tous ces dinosaures revanchards et autres politiciens professionnels avides de pouvoir et qui n’ont d’autres programmes que leur obsession de revanche personnelle pour leur accomplissement individuel, et une détermination enragée de nous imposer un règlement de comptes contre un régime qu’ils rejettent tout en bloc, comme un bébé avec l’eau du bain.

Je ne suis pas nihiliste.

Je préfère un quinquennat de Macky Sall qui permettra à ma génération de gagner l’expérience et la sagesse nécessaires à l’exercice du pouvoir avant d’aller à sa conquête, à une promesse d’aventure sur dix ans sans vision claire, ni projet sociétal.

Mon soutien à Macky Sall est inconditionnel.  Je n’ai rien demandé. Rien exigé.

Je suis pleinement engagé à le faire car ma conviction profonde est que lui donner l’opportunité d’avoir un second mandat est ce qu’il y a de mieux, face à une opposition divisée, incapable de se réunir autour de l’essentiel, portée par un seul mot d’ordre : faire la fête à Macky Sall, et à son régime.

Et le Sénégal dans tout cela ?




Je préfère et ma génération avec moi, hériter en 2024 d’un pays en paix, plutôt que de tenter l’aventure d’une alternance qui ne nous promet que chasse aux sorcières, sanctions, vengeance revanche et j’en passe.

Nous sommes des acteurs politiques. Nous avons nos ambitions politiques.

Et nous savons clairement quelle stratégie nous permettra de parvenir à la réalisation de notre objectif.

Aujourd’hui, concernant le rendez-vous électoral de 2019, cela passe par un soutien sans failles à la candidature du Président Macky Sall.

Nous l’élirons. Dès le premier tour.

Cissé Kane NDAO

Président A.DE.R

Les non-dits de la lettre d’Idy (Réponse de Mamadou Thiam à Idrissa Seck)

Après ses sorties médiatiques directes et non maîtrisées, Idrissa Seck a choisi de revenir à une forme de communication plus prudente, plus facile, car sans interaction ni relances, sans élans non rattrapables, sans « folie passagère » ni rire déplacé: la lettre. Ecrite et réécrite comme une langue que l’on tournerait 7 fois dans sa bouche, avant que de laisser des mots s’échapper.

Ça c’est dans le format.




Côté contenu, Idrissa Seck semble se dire que la meilleure manière de se défendre, c’est d’attaquer. Alors, il nous présente son plan d’attaque depuis les Lieux Saints de l’Islam. Être à la Mecque en plein ramadan et déclarer la guerre à ses adversaires! Il faut être sec de cœur pour oser le faire. Idy l’a fait. Dommage.

Côté « ethos » Idrissa Seck fragilise une fois encore le peu de CRÉDIT qui lui restait. N’est-ce pas lui qui soutenait qu’il ne dirait plus rien sur rien avant la Korité? Alors qu’on attend sa réaction promise post- Korité suite à ses sorties « révisionnistes » sur la Mecque, voilà qu’il veut changer l’agenda convenu avec le peuple par lui- même, pour plutôt nous demander de braquer les projecteurs sur Macky, son épouse et ses dames de compagnies.

Sacré Idy. La stratégie du contrefeu est connue depuis longtemps.

Nous, nous voulons autre chose: qu’il réponde comme promis aux interpellations de Bamba NDiaye et de Sidy Lamine Niasse.

Nous voulons qu’il éclaire notre lanterne sur ses supposées liens avec les milieux juif et franc-maçonnique.

Nous voulons qu’il nous dise si, comme évoqué par la presse, certaines de ses sorties seraient dictées ou pas par Jacques Attali en contrepartie d’un soutien politique et financier?

Nous voulons surtout qu’il prie pour lui à la Mecque et pour nous musulmans afin que nous passions une bonne fin de ramadan. Nous voulons qu’il puisse passer une bonne fête de Korité avec sa famille et qu’il invite à la concorde et à la paix des cœurs et des âmes; qu’il émette des vœux de bonheurs et de paix pour tous les sénégalais en ce mois béni.




Nous souhaitons qu’il se repente et qu’il revienne à plus de modestie et d’humilité. Car nous savons qu’il est un homme porteur de qualités. Un homme qui peut sévir son pays au mieux. Si seulement il parvient à lutter contre l’ambition démesurée, l’ego surdimensionné et l’impatience dévorante qui poussent à l’erreur.

Que vos prières soient acceptées Idy. Puisse Le Seigneur vous pardonner et vous mettre sur la bonne voie: celle d’un homme politique mature et structuré qui évitera à l’avenir de jouer à diviser ses compatriotes sur des questions aussi sensibles que la confrérie ou l’orientation de la prière.

Je sais que vous avez des ressources infinies pour rebondir. Mais de grâce, pensez d’abord à regagner l’estime de vous-même que vous avez évidemment perdue avant que de songer à regagner le cœur des sénégalais.

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR