Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

Scandale

Scandale: Une histoire de 3,6 milliards de FCFA secoue la mairie de Dakar !

YERIMPOST.COM C’est une rocambolesque affaire de 3,6 milliards de FCFA qui est l’origine de la divergence entre la mairie de Dakar et l’homme d’affaire sénégalais, Pape Abdoul Ba, et sa société Corfitex.

En effet, la mairie de Dakar a porté plainte contre le sieur Ba. Celui qui avait fait un emprunt pour construire un centre commercial avait donné ses titres fonciers comme garantie. Mais, avant le terme du délai de remboursement, Pape Abdoul Ba aurait fait intervenir d’autre de ses sociétés dans la transaction, dont Sci ama Invest et Oldrich International Limited. Ainsi, la société Oldrich aurait injecté 6 millions d’euros (3,6 milliards Fcfa) dans les comptes de Corfitex et permis de racheter les titres fonciers qui avaient pourtant été donnés comme garantie, à un prix majoré en plus. Une pratique qui lui aurait donc permis de dépouiller la mairie de 3,6 milliards de nos francs.

Macky Sall a persisté à violer la loi depuis 2012 dans le scandale du gaz de 6000 milliards de FCFA (MLD, Tekki)

Le scandale du gaz au Sénégal devenu mondial depuis la vidéo de la BBC  est ainsi  un passage obligé pour imposer la bonne gouvernance des ressources naturelles et nous éviter la malédiction des matières premières. On nous signale déjà l’acquisition par la Mauritanie pour surveiller la production gazière d’un navire de 35 milliards auprès de la Chine. La paix que nous voulons passe par le respect de la loi et de la constitution par Macky Sall himself d’abord, ensuite par la justice pour le peuple. Or Macky Sall a persisté dans la violation de la loi dans cette affaire.

Dans la lettre de Mankoo Wattu Sénégal d’octobre 2016 signée par l’ancien ministre de Macky Sall, Malick Gakou de Guediawaye, les questions posées au Président de la République sont restées sans réponse. Par exemple, pourquoi le Cos Petrogaz apte à donner des leçons au peuple a caché au Comité National ITIE les 250 millions de dollars payés à Timis Corporation par BP en 2017 alors que le transfert des parts de Timis Corporation à BP a été approuvé par le gouvernement par arrêté ministériel numéro 14912 en date du 17 août 2017 ?

Dossier nouveau : Selon la BBC, 6000 milliards pour Franck Timis et ses amis  provenant du gaz du peuple alors que le peuple doit rembourser 7000 milliards de dettes contactées par Macky Sall

Ce scandale du gaz à y regarder de près est franchement inacceptable. El Hadj Kassé de BBY ne va pas me contredire, on a toujours raison de se révolter. En effet, selon les chiffres du gouvernement, la dette publique s’élève à près de 7000 milliards de francs et le service annuel à 863 milliards de nos francs.

Tout le monde  sait que cette dette est lourde puisqu’elle ne génère pas la croissance nécessaire pour créer des emplois et augmenter les recettes fiscales. Alors pourquoi devons nous  accepter, au nom d’un principe imaginaire de défense des investisseurs étrangers, (Franck Timis n’en est pas un), que cet aventurier irrespectueux de notre peuple se partage à partir de notre gaz naturel plus de 6150 milliards avec ses amis sans doute. Pourquoi il a fallu le reportage de la BBC pour que le gouvernement admette le paiement déjà de 150 milliards à Timis en 2017 ?

6000 milliards pour Franck Timis et ses amis  provenant du gaz du peuple alors que le peuple doit rembourser 7000 milliards de dettes contactées par Macky Sall

Pourquoi des membres de Mankoo Wattu de 2016 qui ont dénoncé et marché contre ce scandale ferment les yeux sur les 150 milliards et vont dialoguer avec Macky Sall sans même le préalable du respect des libertés? Guy Marius Sagna en prison ainsi que Khalifa Sall.

On le sait, Famara Ibrahima Sagna, a l’expérience ministérielle des mines et de l’énergie, de l’intérieur et des finances et des tractations pour former des majorités élargies. La répétition de l’histoire est soit une tragédie ou une comédie. A son âge, il ne mérite ni l’une, ni l’autre. Lui qui connaît la loi et son importance pour la paix et la sécurité ne devrait pas accepter d’aider un Président qui viole son serment constitutionnel.

Mamadou Lamine Diallo, Tekki

Affaire Petrotim: Aliou Sall pourchassé jusque dans ses comptes bancaires…

YERIMPOST.COM Les avoirs d’Aliou Sall dans ses comptes bancaires n’auront plus de secret pour les enquêteurs chargés de l’affaire Petrotim. La Division des investigations criminelles (DIC) a, selon l’Observateur, demandé des réquisitions à une dizaine de banques où le nom du maire de Guédiawaye est répertorié. Aliou Sall, cité dans ce scandale pétrolier par la BBC, est désormais épié après ses déclarations face aux limiers. Agritrans est également visée. Cette société, qui aurait perçu la rondelette somme de 250 000 dollars US de Franck Timis, voit ses mouvements bancaires scrutés à la loupe.

Brigade des affaires générales: Mamadou Lamine Diallo, le témoin-clé passe

YERIMPOST.COM La Brigade des affaires générales (BAG) a un nouveau client ce matin du jeudi 18 juillet. L’honorable Mamadou Lamine Diallo est arrivé au palais de justice de Dakar peu avant 10 heures, horaire fixé par les enquêteurs pour l’entendre dans le cadre du scandale Petrotim. Visiblement mieux informé que le commun des Sénégalais dans ce dossier qui concerne nos ressources pétrolières et gazières, le leader de Tekki devrait être un « témoin-clé » comme les aime le proc’.

TAS à la DIC: Ce qu’il a dit aux enquêteurs

YERIMPOST.COM Rechignant au départ à l’idée de répondre à l’appel à témoins du procureur de la République, il aura fallu une convocation de la redoutée Division des investigations criminelles (DIC) pour que Thierno Alassane Sall y défère. Ce mercredi 17 juillet, le patron de la République des valeurs a fait face aux enquêteurs.

Au sortir de ce face à face, TAS confie aux journalistes avoir signifié aux responsables de l’enquête son refus de s’associer à ce qu’il qualifie, depuis le départ, de farce.  Aujourd’hui plus que jamais, l’ancien ministre de l’Energie exige une procédure crédible qui aboutira à la manifestation de la lumière dans cette affaire. Comme par exemple une commission d’enquête parlementaire avec une diffusion en direct des auditions des témoins. Thierno Alassane Sall dira qu’il se fera un plaisir d’y répondre. En attendant, rien n’a filtré de cette séance d’explications de ce jour.

DIC: Aliou Sall, soulagé après son audition, réagit

YERIMPOST.COM C’est dix (10) tours d’horloge plus tard que Aliou Sall est ressorti de son audition chez les enquêteurs de la Division des investigations criminelles (DIC). Très attendu à sa sortie par les militants, sympathisants et la presse, le maire de Guédiawaye s’est offert un bain de foule. Le désormais ex-patron de la Caisse des dépôts et consignations a, comme il le souligne, livré sa version des faits dans le scandale qui l’éclabousse depuis le reportage de la BBC concernant Petrotim. Tentés de lui tirer les vers du nez sur ce face-à-face avec les autorités judiciaires, Aliou Sall a lancé sur un ton moqueur: « Désolé pour mes confrères de la presse, car, tous les scoops que j’avais sur ce dossier, je les ai donné à la police. Donc il n’y a plus de scoop! » Le frère du chef de l’Etat Macky Sall a également manifesté un soulagement d’avoir été entendu par les enquêteurs.

Affaire Petrotim: Abdoul Mbaye révèle les détails de sa déposition à la Dic

YERIMPOST.COM Sept (7) tours d’horloge, c’est le temps que l’ancien Premier ministre a passé avec les enquêteurs de la Division des investigations criminelles (DIC). A la fin de cette longue journée, Abdoul Mbaye a encore trouvé la force de s’adresser aux journalistes qui l’attendaient à la sortie de ces locaux. Sur un ton taquin, il confesse qu’en quittant son domicile, il avait à l’esprit que ce face-à-face allait être tendu, que les limiers allaient le mettre dans un endroit étouffant pour recueillir sa déposition. « Mais, cela s’est déroulé dans un assez bonne atmosphère! », a t-il dit. Quid de la quintessence de cette audition ? Abdoul Mbaye souligne avoir été soumis à une vingtaine de questions auxquelles il a répondu. Non sans indiquer avoir remis aux enquêteurs un dossier de 100 pages susceptible d’apporter des éléments de réponse aux questions de l’enquête en cours. L’ancien premier ministre n’a pas manqué de pointer un doigt accusateur sur Kosmos Energy et BP. Deux sociétés qui, selon lui, sont tout aussi coupables que toutes les personnes citées dans ce scandale pour avoir été au courant du caractère illégal des transactions entre Timis corporation et l’Etat du Sénégal.

Corruption: Vers un procès de Lamine Diack et cie

YERIMPOST.COM Lamine Diack sera bientôt jugé pour corruption active et passive, blanchiment en bande organisée. C’est ce lundi 24 juin que l’Agence France presse en a fait la révélation. L’ancien président de l’IAAF et cinq (5) autres personnes inculpées pour les mêmes faits seront prochainement fixés sur leur sort. Son fils, Papa Massata Diack, également impliqué dans cette affaire, n’a toujours pas été entendu par la justice française qui, à plusieurs reprises, l’a tenté, en vain. Le juge d’instruction en charge du dossier a ordonné l’ouverture d’un procès devant le tribunal correctionnel de Paris.

Ce que pense Ould Abdel Aziz du scandale des 10 milliards de dollars

YERIMPOST.COM Alors que son pays, la Mauritanie, va élire son successeur ce 22 juin, le président sortant, Ould Abdel Aziz, vient de s’engouffrer dans le débat qui domine l’actualité sénégalaise. Selon ses dires, « c’est du n’importe quoi ce reportage de la BBC » qui dévoile un deal de 10 milliards de dollars entre Timis et BP. « L’exploitation du Grand Tortue Ahmeyim ne rapportera même pas 10 milliards à BP. Alors, comment la société peut payer ces montants à Timis ? », s’interroge  l’homme qui présidait aux destinées des Mauritaniens depuis 2009. Il a été interpellé sur la situation du Sénégal alors qu’il faisait face à la presse ce jeudi 20 juin. Et Mohamed Ould Abdel Aziz de clore ce sujet en ces termes: « Les Sénégalais doivent savoir la vérité et cette vérité est que Macky Sall a gagné la présidentielle du 24 février dernier de manière transparente… C’est faux et archi-faux ces accusations, du n’importe quoi! »

Saisine du procureur de la République: Abdoul Mbaye prêt a déférer à la convocation

YERIMPOST.COM Interpellé sur la saisine du procureur dans le dossier du pétrole et du gaz sénégalais, Abdoul Mbaye s’est dit prêt à déférer à la convocation du parquet. Il se déclare disposé à apporter toutes les réponses nécessaires aux questions du procureur de la République, pour édifier les Sénégalais sur la nébuleuse autour de la signature du contrat pétrolier entre l’Etat du Sénégal et Aliou Sall à travers Petro Tim. Abdoul Mbaye était en conférence de presse avec d’autres leaders pour apporter leur version des faits, suite à l’enquête réalisée par la BBC.

Scandale: Ciments du Sahel s’offre 236 hectares à la forêt classée de Bandia

YERIMPOST.COM Pour une exploitation de sa deuxième carrière, 236 hectares de terre ont été octroyés à la forêt classée de Bandia aux Ciments du Sahel. Une mesure prise en catimini qui soulève la colère des populations.

D’ailleurs, la rencontre organisée il y’a quelques jours à Bandia entre ces populations, les autorités des Ciments du Sahel et la municipalité n’a pas encore permis d’arrondir les angles. Les habitants en appellent à l’intervention du président de la République.

 

Scandale révélé par la BBC: Le CRD propose « un front pour la récupération des fonds détournés »

Une enquête indépendante et neutre de la BBC diffusée le 03 Juin 2019 apporte un éclairage nouveau sur le scandale inqualifiable que représente l’immixtion du « parrain »Frank Timis dans le secteur pétrolier sénégalais en complicité avec les plus hautes autorités du pays de 2012 à nos jours en particulier le Président de la République, MackySall.
Cette enquête confirme que:
1. Frank Timis,condamné par la justice et sans aucune compétence ni expérience dans le domaine des hydrocarbures, a été introduit au Sénégal par des hommes de réseau proche du pouvoir de l’ancien Président Abdoulaye Wade et conforté par les services de AliouSall. Ce dernier a, selon la BBC, reçu des payements substantielspour obtenir la signature de son frère, le Président de la RépubliqueMackySall.
2. Il ressort que la société Agritranssarlqui aurait reçu une partie de ces montants a pour gérant Abdoulaye Timbo, oncle de Macky et AliouSall. En définitive ces attributions privent le Sénégal sur les 40 prochaines années d’environ 6 000 milliards de francs cfa.
3. Aly NgouilleNdiaye a délibérément présenté au conseil des ministres un faux rapport pour établir les deux décrets qui ont permis l’entrée en vigueur des contratsliant le groupe de Frank Timis à l’État du Sénégal.
4. Le Président de la République, MackySall a signé lesdits décrets malgré l’opposition de l’Inspection Générale d’État qu’il avait lui-même chargé d’enquêter sur les conditions d’obtention par Frank Timis des permis entre les deux tours de l’élection présidentielle de 2012.

En définitive, nous sommes en présence d’un cas manifeste d’association de malfaiteurs où se mêlent corruption, concussion, et non transparence qui n’aurait jamais existé n’eut été l’implication directe et personnelle de MackySall, de Aly NgouilleNdiaye et de hauts fonctionnaires de l’État. La responsabilité ultime de MackySall est flagrante.
Dés lors le Congrès de la Renaissance Démocratique, en raison des grands torts causés au peuple sénégalais estime que :
1. Le procureur de la République doit engager les actions les plus immédiates pour dénouer les contrats frauduleux et générateurs de corruption et faire prendre les sanctions les plus sévères envers les auteurs et complices de ce crime d’État.
2. L’assemblée nationale doit en relation avec le procureur engager les mesures nécessaires pour présenter devant la Haute Cour de Justice les responsables de ce crime d’État ;
Pour sa part, et au stade actuel de développement de ce scandale, sans précédent dans l’histoire du Sénégal, le CRD appelle à un large front de toutes les forces politiques et sociales du pays pour la récupération de ces énormes ressources détournées à titre privées au détriment des intérêts et des priorités du Sénégal.

Par ailleurs, le Congrès approuve la démarche du FDRS et la cohésion de l’opposition pour la reconstruction du Sénégal. Le CRD salue et approuve à cet égard les efforts des organisations socioprofessionnelles et des mouvements citoyens en lutte pour le respect de leurs droits légitimes et la satisfaction de leurs aspirations.

Dakar, le 03 Juin 2019
Signé,
• Mouvement Tekki, Parti de l’Émergence Citoyenne
• Mouvement pour la République des Valeurs
• Alliance pour la Citoyenneté et le Travail,
• LD Debout
• TaxawTemm
• Ensemble

Grâce d’un condamné à perpét’: révélation sur un scandale judiciaire

YERIMPOST.COM  Existerait-il une mafia dans l’octroi de la grâce présidentielle, comme le soutenait Me Ousmane Sèye ? Avec cette nouvelle révélation, le petit nuage de doute est définitivement dissipé. Sinon, comment expliquer qu’un condamné à perpétuité puisse bénéficier de cette clémence ? C’est ce qui est arrivé pourtant avec Pape Abdoulaye Fall alias Palaye. Cet homme, à quatre (4) reprises, a été condamné par la justice à la prison à vie pour avoir été mêlé à chaque fois à des affaires d’homicides. Alors que le débat a été ouvert par le surprenant élargissement du trafiquant de faux médicaments, Amadou Oury Diallo, en voilà une preuve que, parfois, la liberté se monnaie sous nos cieux.

Palaye a été gracié. Cette mafia doit être démantelée.

Scandale des cigarettes toxiques fabriquées en Suisse: La LISTAB accuse Philip Morris

 

 

                                           Communiqué de presse

 

 

 

Scandale sur les cigarettes toxiques fabriquées en Suisse

 

 

Philip Morris impose la double peine de mort aux fumeurs africains

 

Le journal Libération dans sa livraison du mercredi 23 janvier 2019 a fait des révélations gravissimes sur les pratiques de Philip Morris concernant le surdosage des cigarettes importées de Suisse et qui sont vendues au Sénégal et en Afrique

 

Mais cela pose tout simplement le respect, et la non-application des lois antitabac qui sont votées dans nos pays, et l’absence de moyens qui devraient être mobilisés pour faire face aux pratiques monstrueuses et mortifères de l’industrie du tabac qui pratique un véritable génocide envers les populations africaines.

 

Car Loi antitabac du Sénégal relative à la fabrication, au conditionnement, à l’étiquetage, à la vente et à l’usage du tabac dans son chapitre premier sur la composition, et en son article 4 dit clairement que les produits du tabac, de quelque nature qu’ils soient, doivent dans leur composition être conformes aux normes définies par voie légale ou réglementaire en vigueur.

 

Et que l’état doit prendre les mesures relatives aux tests et à l’analyse de la composition et des émissions des produits du tabac et met en place un organe de contrôle des normes. Ce qui n’est pas le cas.

 

Le rapport de l’Ong Public Eye montre que l’industrie du tabac applique un double standard sur les cigarettes produites, et celle vendues en Afrique sont plus toxiques que celles fumées en Europe.

 

 

 

Les résultats sont clairs : les cigarettes fabriquées sur sol helvétique et vendues en Afrique sont bien plus fortes, plus addictives et plus toxiques que celles que l’on trouve en Suisse ou en France.

 

Les niveaux détectés révèlent l’existence d’un double standard : les africains fument des cigarettes plus nocives que les Européens. Pour chacun des trois paramètres testés, la quasi-totalité des cigarettes produites en Suisse et consommées en Afrique enregistrent une teneur supérieure à celle observée dans les cigarettes suisses et françaises.

 

Un échantillon de la marque Winston, par exemple, comporte plus de 16.31 milligrammes de particules totales par cigarette, contre 10.5 pour des Winston Classic achetées à Lausanne. Pour la nicotine, la différence entre les cigarettes commercialisées au Maroc et en Suisse est particulièrement frappante : 1.28 milligramme par cigarette pour des Camel «Swiss made» vendues au Maroc, selon les résultats de l’IST, contre à peine 0.75 milligrammes pour des Camel Filters vendues en Suisse. Pour le monoxyde de carbone, qui a pour effet de réduire la quantité d’oxygène circulant dans le sang, les valeurs sont aussi très différentes selon qu’on fume une Winston Blue en afrique (9.62 milligrammes par cigarette) ou en Suisse (5.45 milligrammes). Malgré l’appellation rassurante, fumer des Camel light à Casablanca revient à consommer des cigarettes plus nocives que des Camel Filters à Lausanne.

’industrie du tabac triche aussi affichés par les marques sur leurs paquets.

 

 

« Et qui dit plus de dépendance, dit plus de difficulté à s’en passer, et donc plus de toxicité.»

 

Jacques Cornuz, directeur de la Policlinique médicale universitaire de Lausanne, épidémiologiste et spécialiste du tabac, et qui a dirigé la Commission fédérale de prévention du tabagisme de 2007 à 2014 ne prend aucun détour : « On peut légitimement dire qu’on passe d’un camion de 20 tonnes à un 40 tonnes. »

 

Pourquoi les Marlboro vendues en Afrique contiennent-elles plus de goudron que celles fumées en Suisse ?

 

Il y’a donc des défaillances sur des contrôles qui devraient être fait à plusieurs niveaux, mais aussi et surtout sur le laxisme coupable de la suisse qui à cause d’un système volontairement complaisant avec l’industrie du tabac laisse produire sur son territoire un produit dont les effets sont scientifiquement certifiés comme doublement mortels. 

 

La Confédération suisse promeut ainsi et profite de l’existence d’un double standard, quitte à aggraver les problèmes de santé publique dans les pays importateurs.

 

La LISTAB interpelle l’Etat du Sénégal pour une application rigoureuse de la loi 2014-14 du 28 mars 2014 en son article 4 et 5 afin de surveiller la composition et des émissions sur les produits du tabac.

 

Il est donc impératif de se doter de laboratoires qui analysent systématiquement les cigarettes importées, et selon l’OMS, le Burkina Faso est le seul pays d’Afrique à le faire. 

 

Sources : Une enquête de Marie Maurisse journaliste d’investigation indépendante,

réalisée en collaboration avec Théa Qlivier , journaliste à journaliste à Casablanca . Public Eye.

 

 

Amadou Moustapha GAYE

Président de la Ligue Sénégalaise Contre le Tabac LISTAB

Email : listabsecretariat@gmail.com

 

 

Scandale: Une cinquantaine de millions emportés chez Cheikh Béthio

YERIMPOST.COM Jusque-là, l’affaire a été gérée dans la plus grande discrétion dans la localité de Médinatoul Salam, dans le département de Mbour.

Des bijoux d’une valeur de 50 millions de FCfa ont été volés durant le mois de décembre, à la troisième femme Sokhna Aïda Diallo. Une affaire qui a, jusque-là, été gérée, révèle Les Échos, dans la plus grande discrétion. L’enquête ouverte par la gendarmerie a permis de mettre la main sur quatre disciples de Cheikh Béthio (O. Touré, M. Touré, M. H. Niasse et O. Hanne). Évoquée hier devant le tribunal de Mbour, cette affaire est renvoyée au 24 janvier prochain.







Scandale des 94 milliards: Ce qu’il faut retenir des aveux d’Ousmane Sonko

YERIMPOST.COM Cet auditeur attentif a commenté l’audio de la réunion de Sonko avec les héritiers et évalué les propos du leader du Pastef et sa responsabilité dans le scandale dit des 94 milliards…

 

J’ai fini de réécouter pour la deuxième fois l’audio. Surtout les parties concernant Sonko. Mais, c’est pathétique et gravissime à la fois. Non seulement, c’est dans l’exercice de ses fonctions de député cumulées à ses accointances d’ex-inspecteur des impôts qu’il a été amené à détenir des informations privilégiées sur ce dossier, mais aussi c’est grâce à elles qu’il s’est imposé en toute influence en sauveur pour le conserver par sa démonstration sur les vraies valeurs réelles du TF ; tout en espérant pouvoir empocher plus tard – il faut le dire – le jackpot. Une attitude que l’on pourrait facilement qualifier de conflit d’intérêts notoire. À l’écouter, je comprends mieux pourquoi il n’a pas daigné répondre aux accusations graves depuis lors. Déjà, il a défendu tout le contraire de sa déclaration sur 2STV, à sa première prise de parole, à partir de 5mn 20. Il a bien déclaré agir pour le compte de Atlas groupe, en collaboration avec son associé Ismaïla Ba qui s’occupe du cabinet. Ensuite, à partir de 30mn 08s, il n’a pas hésité à appâter la famille pour qu’elle lui confie le dossier du fait du plus qu’il pourrait apporter en terme d’influence médiatique et autres… C’est du vrai gangstérisme politique. Enfin, il s’est flingué tout seul à partir de 1h 29mn jusqu’à 1h 45mn en démontrant inconsciemment son modus operandi qui consiste -oh c’est triste- à menacer les autres « à 6 mois d’une élection » afin de négocier la hausse du montant alloué pour qu’il y trouve son compte à travers sa commission… Une pratique qu’il a l’air de très bien maîtriser…

Scandale: Nouvelles révélations sur les connexions dangereuses entre Ousmane Sonko et Tullow Oil

YERIMPOST.COM Ousmane Sonko est dans l’oeil du cyclone. L’affaire Tullow Oil révélée ce jeudi 10 janvier par Les Echos a été disséquée par le quotidien l’Observateur qui soutient détenir des copies d’un rapport de la société pétrolière et gazière. Environ 100 millions de francs CFA que Tullow Oil mentionne avoir donnés au leader de Pastef/Les Patriotes dans ce fameux rapport. Dans le détail, Tullow Oil souligne que Ousmane Sonko lui a été recommandé par sa filiale au Ghana. Selon le journal, Tullow met cette « assistance » sous le compte de « la promotion de la démocratie et de la transparence en Afrique » qui figure en bonne place dans sa politique d’aide financière. Le rapport parcouru par l’Obs estampillé « Confidentiel » et signé par le directeur financier de Tullow Oil, Les Wood, il est cité les intentions à peine voilées de Tullow pour le Sénégal. « La nécessité d’avoir une nouvelle approche politique au Sénégal a conclu à une collaboration étroite et de confiance avec un adversaire sérieux du Président actuel (Macky Sall) », lit-on dans le document. Affaire à suivre…







Corruption: le commandant de la gendarmerie territoriale, Moussa Fall, adresse une note incendiaire à ses subordonnés

YERIMPOST.COM Le commandant de la Gendarmerie territoriale Moussa Fall est en croisade contre le racket organisé auquel les gendarmes s’adonnent. Aussi incroyable que cela puisse paraître, le commandant a signé une note datée du 28 novembre dernier dans laquelle il dénonce ces « caisses illicites » logées dans les brigades. « Il m’a été donné de constater que, dans les brigades de gendarmerie, des caisses sont ouvertes au nom de l’unité sans aucun fondement légal… Il en existe trois dont les raisons qui ont amené à leur instauration sont invraisemblables d’un cas à un autre… Il y a d’abord la caisse journalière du commandant de brigade tenue à hauteur de 10 000 francs et plus, selon l’importance du réseau routier et des services effectués. Ensuite, il y a la caisse hebdomadaire établie à 15 000 francs/jour sous prétexte de subvenir aux besoins et problèmes liés à l’entretien du matériel de l’unité, au paiement du planton, au paiement du décodeur… Et enfin, il y a la caisse spéciale du commandant de brigade instaurée au profit de ce dernier avec des versements d’une ou deux fois par semaine de 100 000 francs à plus en fonction de la densité du réseau routier… Toutes ces caisses sont alimentées à chaque retour de service par un racket organisé par les commandants de brigade et leurs adjoints. C’est le cas de trois brigades décelées aux Légions de gendarmerie Sud, Centre et Centre-ouest… Les investigations se poursuivent et les résultats révèlent que c’est une pratique à l’échelle nationale… De telles pratiques, scandaleuses, qui n’honorent point l’institution, encore moins la valeur incarnée du gendarme, méritent d’être dénoncées comme les commanditaires. Les commandants de Légions et de compagnies sont invités à s’investir et faire cesser définitivement de tels agissements! »







Scandale au ministère de la Santé: le comptable du Projet de renforcement du système de santé certifié escroc

YERIMPOST.COM Détournement de deniers publics, faux et usage de faux, blanchiment de capitaux… Les chefs d’accusation s’accumulent contre le sieur Ousmane Diop, qui était, jusque dans un passé récent, comptable du Projet pour le Renforcement du système de santé (Rss) du ministère de la Santé et de l’Action sociale. Les services du ministère ayant flairé des malversations, ont saisi la Division des investigations criminelles (Dic) qui a fini par interpeller M. Diop. Selon Libération, des résultats de leurs enquêtes, les hommes de tenue ont conclu à un détournement de 74 millions perpétré par Ousmane Diop qui a bénéficié de l’aide d’au moins 2 personnes.

L’histoire démarre en 2016 lorsque, dans le cadre de sa politique de Renforcement du système de santé, le ministère de la Santé bénéficie du soutien du Fonds mondial à hauteur de 2,8 milliards de francs cfa. Désigné comptable du programme, Ousmane Diop a trouvé l’ingénieuse idée de créer une société dénommée « Ipressa Léonie Dieng ». Un nom mûrement réfléchi selon le journal qui signale que, lorsque Ousmane Diop recevait du Dage du ministère des chèques à l’ordre de… l’Ipres, il y ajoutait « sa Léonie Dieng » et le tour était joué. Dans son plan crapuleux, il a impliqué un chauffeur du ministère à qui il demandait d’aller encaisser les chèques falsifiés. Le chauffeur, qui a été placé en garde-à-vue, a nié toute implication et soutenu ne s’être pas douté de la fraude. Il a été blanchi par le principal mis en cause. Ousmane Diop, qui a visiblement les yeux plus gros que le ventre, a également puisé des fonds qui étaient destinés à d’autres dépenses avec l’entremise d’une société, Tropical Cash, dont le propriétaire est son ami. Ce dernier est d’ailleurs activement recherché.







Scandale à la BHS: comment le chef d’agence de Matam est devenu chef de la mafia

YERIMPOST.COM Un peu plus sur ce détournement de fonds débusqué à la Banque de l’Habitat du Sénégal (BHS). Le principal suspect, O. Kane, était le chef d’agence à Matam. De 2016 à maintenant, il a effectué 198 virements avec la complicité d’agents de la banque, mais aussi de sa soeur et de deux de ses amis. Le modus operandi de ce banquier véreux était d’ouvrir des comptes pour des tiers, d’y placer frauduleusement de l’argent, avant de le retirer. Ses présumés complices percevaient une commission et le plus gros lui revenait. L’enquête effectuée par la Section de recherches de la gendarmerie de Dakar a permis de chiffrer provisoirement les montants dérobés à 100 millions de francs. O. Kane, qui a été cueilli au siège de la BHS, n’a opposé aucune résistance et, à en croire Libération, il est passé très rapidement à table. Une information judiciaire a été ouverte.







Vidéo- Thierno Alassane Sall: « Le plus gros scandale de l’histoire du Sénégal est celui des permis… »









Scandale des grossesses précoces en milieu scolaire: Le RDS félicite Human Rights Watch d’avoir brisé une détestable omerta!

Le drame au Sénégal c’est quand un scandale est mis à nu, on cherche ridiculement à se cacher derrière son petit doigt! Larguons au diable ce rapport de Human Rigths Watch et posons-nous froidement et sans complaisance cette question: hormis les enseignants qui s’acquittent dignement de leur sacerdoce, existe-t-il OUI ou NON dans ce noble corps de métier des éléments qui pervertissent et engrossent des élèves adolescentes, détruisant ainsi leur carrière et les traumatisant durablement, au point que l’État (comme le reconnaît le communiqué du ministère de l’Éducation) soit parfois amené à prendre des mesures disciplinaires, pouvant aller jusqu’à la radiation, contre ces enseignants pédophiles?







C’est là où doit se circonscrire le débat, et non sur la fixation maladive sur un quelconque rapport. Ce n’est pas en traitant de tous les noms d’oiseaux les auteurs de ce rapport que ce fléau des grossesses précoces en milieu scolaire sera résolu comme par enchantement! Prenons le taureau par les cornes, sans jeter l’opprobre sur qui que ce soit. C’est plus courageux. Car, toutes les alertes sont utiles. De plus, il est injuste de dire que «le rapport jette en pâture les enseignants». Ceux qui se sont donné la peine de le lire savent pertinemment qu’il n’y a aucune volonté de généralisation encore moins de stigmatisation. Il n’a jamais été mentionné dans le rapport qu’il s’agissait de «tous les enseignants», mais plutôt de certains d’entre-eux qui ternissent l’image de l’Ecole sénégalaise. Il y a nuance ! Des « brebis galeuses » il y en a dans toutes les corporations!
Au demeurant, pourquoi il n’y a pas eu tout ce raffut lorsque, le 25 juin 2015, le Groupe pour l’Etude et l’Enseignement de la Population (GEEP), en collaboration avec le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), rendaient publique une étude qui renseignait que «1.971 grossesses, concernant des filles âgées de 13 à 19 ans, étaient survenues en milieu scolaire, entre 2010 et 2014» ? Sans compter les alertes pertinentes des organisations féministes, comme le «Réseau siggil jigguéén», l’AJS, etc., relatives aux déperditions scolaires consécutives aux grossesses précoces ?
Comment peut-on raisonner en termes «d’échantillonnage peu représentatif», comme s’en est offusqué à juste raison dans les réseaux sociaux le jeune juriste Pierre Dieng, qui trouve «abject et macabre qu’un État civilisé raisonne en termes d’excès pour prendre en compte les fillettes engrossées et traumatisées par des enseignants prédateurs sexuels» ? Il est plus que temps de briser cette inadmissible « omerta » qui préoccupent les parents d’élèves, après avoir compromis la carrière de nombreuses jeunes filles, qui n’ont eu que le tort de se retrouver face à des enseignants à la libido turbulente, qui détruisent allégrement des vies et brisent des familles, au lieu de dispenser à ces frêles adolescentes un enseignement de qualité et de leur inculquer les bases morales préformatrices du Citoyen de demain ! C’est malheureusement une habitude bien sénégalaise, chaque fois qu’un rapport d’ONG nous épingle, de ruer dans les brancards au lieu de chercher à en tirer des enseignements idoines.

Quand un rapport de TRANSPARENCY INTERNATIONAL indexe notre pays sur la corruption endémique, on parle de « manipulation malveillante des chiffres ». Quand un rapport d’AMNESTY épingle le Sénégal sur la mort suspecte de prévenus lors de leur garde-à-vue, on parle « d’exagération ». Quand HUMAN RIGTHS WATCH dénonce (sans aucune volonté de généralisation encore moins de stigmatisation, comme on le prétend à tort) le comportement odieux de certains enseignants-pédophiles, qui compromettent la carrière scolaire d’adolescentes enceintes de leurs œuvres, jetant ainsi l’opprobre sur ce noble corps de métier, on parle de « contrevérités »… Etc. Pourquoi diable nos gouvernants (tous régimes politiques confondus) sont si allergiques à la critique? Pourquoi ne saisissent-ils pas ces opportunités pour améliorer leur gouvernance ? A moins que – sans que nous « baadolas » en soyons conscients – le Sénégal flotte sur un nuage de Vertus !
Vivement alors que ces nihilistes tous azimuts aient la bienveillance de nous pincer (dompatt) énergiquement, pour nous forcer à nous réveiller! Car, il semble que certains ignares de notre acabit dorment encore et ne savent toujours pas qu’ils vivent dans un pays plus-que-parfait, un Sénégal paradisiaque en somme, où tout est «hyper-cool» comme dans le meilleur des mondes! Les Amnesty international et consorts sont donc prévenues : elles sont indésirables chez nous ! Et n’ont qu’à circuler, car il n’y a absolument rien à dénoncer ici, au Sénégal, nouveau paradis terrestre… Que paradoxalement les jeunes continuent de déserter par milliers, préférant aller affronter les houles mortelles de l’Océan Atlantique et de la Méditerranée, pour espérer trouver une meilleure qualité de vie ailleurs ! Mais, ils ne savent pas que c’est peine perdu. Car, le paradis terrestre ce n’est pas là-bas, mais ici, au «paradisenegalensi» !








NB : Quant à ceux qui, pour discréditer ce rapport, prennent prétexte de la volonté inavouée de Human Rigths Watch de faire introduire dans nos écoles, dès l’âge de cinq ans, un programme d’éducation sexuelle (dont le contenu déviant n’est plus à démontrer), ils savent parfaitement que ce combat de cette Ong occidentale est perdu d’avance. Et que JAMRA, et les 34 organisations regroupées dans la coalition «And sammeu jikko yi», attendent Human Rigths Watch et ses bailleurs de pied ferme !

Dakar, le 20/10/2018
Le Secrétaire général du RDS
Mame Mactar Guéye
mamemactar@yahoo.fr

Scandale à l’ASECNA: des malversations et détournements à hauteur de 364 millions

YERIMPOST.COM Deux plaintes devant le procureur de la République de Dakar ont été déposées par Mouhamed Moussa, directeur général de l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA). 150 millions de francs ont été détournés à ERNAM (Ecole régionale de navigation aérienne et du management) et le reste, soit 240 millions de francs, s’est volatilisé à l’ASECNA. De janvier 2016 à juin 2017, une délinquance financière s’est opérée au sein des deux institutions. Une mission de la direction des ressources financières a permis de dénicher cette vaste escroquerie.




Corruption IAAF: Lamine Diack mouillé dans un nouveau scandale

YERIMPOST.COM Mis en examen dans un scandale de corruption pour couvrir des athlètes russes, Lamine Diack ne semble pas voir de si tôt le bout du tunnel. Une nouvelle affaire vient, tel un couperet, s’abattre sur l’ancien patron de l’Iaaf. Cette fois, Lamine Diack est soupçonné d’abus de confiance. Selon Jeune Afrique, il a été mis en examen depuis le 26 juin dernier pour avoir facilité à son fils Papa Massata Diack de toucher des recettes de sponsoring et de droits télévisés qui étaient destinées à l’Association internationale des fédérations d’athlétisme. L’Agence France-presse (AFP), qui a parcouru le procès -verbal de son interrogatoire, a révélé les noms des sociétés qui sont « passées à la caisse » telles que Samsung, la société chinoise Sinopec, Abu Dhabi Cooperation, la chaîne de télévision CCTV et la banque d’Etat russe VTB.



Scandale: le Sénégal vend son sang à la Gambie

YERIMPOST.COM Alors que la vaste campagne de solidarité des Sénégalais suite à l’appel au don de sang sur l’ensemble du territoire continue, la Gambie attend d’être livrée d’une commande de poches de sang de son voisin le plus proche. C’est ce lundi 6 août que la livraison devait être faite, comme le dit Momoudou Lamin Jammeh, porte-parole de l’hôpital Edward Francis de Banjul. Suite à une révélation d’un journal gambien sur une pénurie de sang qui sévit dans le pays, les autorités gambiennes avaient déclaré qu’une commande avait été passée au Sénégal afin de combler le vide. Le Sénégal, à travers le Centre national de transfusion sanguine (Cnts), a négocié cette commande à coup de billets de banque, selon le quotidien Les Echos.



PRODACisation du Fonds touristique: Mame Mbaye Niang sur un autre scandale

Le projet de domiciliation du fonds touristique dans le cabinet de Mame Mbaye Niang n’agrée pas Leral Askan Wi. Il n’est pas question de remettre ce fonds au ministre du Tourisme alors qu’il est actuellement empêtré dans le scandale du Prodac dont les Sénégalais attendent toujours des éclaircissements. Comme le fonds de promotion génère des milliards, Mbaye Prodac veut tout faire par la mise en place d’un nouveau code, capturer cette manne financière. Ce que les Sénégalais n’accepteront pas et particulièrement les acteurs du secteur qui sont sur le pied de guerre. Voudrait on confier de la viande à Bouki l’hyène que l’on ne s’y prendrait pas.autrement. Trop c’est trop, dans un vrai pays de droit, Mbaye Prodac serait devant les tribunaux pour s’expliquer sur ce scandale de 29 milliards qui n’a pas encore livré tous ses secrets. Ce qui est inexplicable dans cette situation est le fait que les voleurs de poule et de bétail sont traqués et sévèrement châties par la Justice alors qu’au même moment des voleurs de milliards sont célébrés, chouchoutés et protégés. C ‘est inacceptable ! Dans quel pays sommes nous finalement ? De mémoire de Sénégalais, il n y a jamais eu un ministre aussi incompétent, ignorant et arrogant. Son seul mérite est d’être un insulteur public. Il est loin d’être un modèle pour la jeunesse de ce pays. Ace rythme, il sera incontestablement l’un des fossoyeurs de ce régime car son image ne passe plus au sein d’une bonne frange des populations indignées par l’impunité dont jouit cet individu. Finalement c’est à se demander si le chef de l’État et son Pm n’auraient pas de Mbaye Prodac. Connaît il des secrets qui, dévoilés éclabousseraient la République ? Parce que la logique voudrait qu’un ministre accusé soit demis et traduit devant les tribunaux. Non seulement il n’a pas été demis mais il a été reconduit dans ses fonctions après sa vrai fausse démission, déposée un dimanche pour amuser la galerie. D’ailleurs une pétition est en gestation avec toutes les forces vives de ce pays pour faire la lumière sur la destination des 29 milliards du Prodac ainsi que la publication des noms des bénéficiaires de cet argent destiné aux jeunes du Sénégal. Au delà de la décision de la Cedeao, le rapport qui accable Mame Mbaye Niang suffit à relâcher Khalifa Sall emprisonné pour moins que cela le




LE PRESIDENT

OMAR FAYE

Scandale: le site Igfm au centre des débats du procès de Khalifa Sall

YERIMPOST.COM Le procès en appel de Khalifa Ababacar Sall et de ses coaccusés se déroule en ce moment au tribunal de Dakar. La parole a été donnée à l’avocate de la défense, Me Ndeye Fatou Touré qui, d’emblée, a interpellé le juge sur un fait curieux. « M. le président, hier, avant l’énoncé du verdict de l’arrêt de la Cedeao, le document qui était entre vos mains était déjà publié sur le site de Igfm. M. le président, vous vous devez de nous rassurer », a lâché l’avocate devant un tribunal ébahi.

Aussitôt, le juge Demba Kandji a repris la parole: « Je suis au courant et nous sommes en train de vérifier la source de cette fuite. »


Scandale: Envol Immobilier exempté de fiscalité

YERIMPOST.COM Le constructeur de la « Maison des Nations unies » à Diamniadio refait parler de lui. Ce qui arrive à Envol Immo relève plus de la « bénédiction divine ». Si non, comment expliquer qu’en plus d’avoir décroché le marché des Sphères ministérielles de Diamniadio et celui de la construction de la « Maison des Nations unies », les termes du contrat révélés par Libération vont faire empocher à la société de Madany Tall 10,6 milliards annuel sur 180 mois ? Dans sa parution du jour, le journal livre une autre information qui laisse pantois. Envol Immo bénéficie d’un régime fiscal particulier. Le journal, qui a publié in extenso l’annexe du contrat que la Cité des nations unies a accordé à Envol et ses sous-traitants, souligne toutefois que le redressement fiscal dont il était question a tout bonnement été annulé.



Scandale du Prodac: Le temps des pilleurs de deniers publics

« Dans le scandale du PRODAC, les conclusions du rapport officiel de l’Inspection Générale des Finances sont définitives : l’Inspection Générale d’Etat n’est pas une Cour d’appel »




L’affaire PRODAC révèle au grand jour l’incroyable laxisme des autorités face aux agissements d’une bande de malfrats, et prouve que la gouvernance sobre et vertueuse, sous le magistère de Macky est synonyme de pillage des deniers publics. Le rapport fouillé et circonstancié de l’Inspection Générale des Finances a fait l’objet d’une large publication et ne laisse place à aucun doute sur la réalité du carnage financier opéré, en violation totale du code des marchés publics et des règles qui régissent la comptabilité publique. Il ne s’agit pas d’insister sur la responsabilité des coordonnateurs du PRODAC (seconds couteaux) ou de LOCAFRIQUE qui est réelle, mais de situer clairement le rôle des principaux acteurs, dont la responsabilité est première dans cette affaire. Partons des faits.

  1. La Direction Centrale des Marchés Publics, garante du bon usage des deniers publics

Saisi par les services de Mame Mbaye Niang, Ministre de la jeunesse, à l’époque, pour la conclusion d’un marché de gré à gré sous le fondement du Droit d’exclusivité, avec la société GREEN 2000, la Direction Centrale des Marchés Publics a rendu le 02 avril 2015, un avis défavorable parfaitement fondé en Droit, en arguant qu’aucun élément ne permettait de justifier d’établir l’existence d’un monopole de fait détenu par le prestataire GREEN pour ce type de prestations.  Les marchés de gré à gré (ou marchés par entente directe) sont régis par l’article 76 du décret n°2014-1212 du 22 septembre 2014 portant code des marchés publics. Cette catégorie de marchés constitue une dérogation au principe de passation de l’appel d’offre ouvert, qui est la règle en matière d’achats publics. Pour les besoins tenant à la détention d’un droit d’exclusivité, aucun marché par entente directe ne peut être passé sans l’Autorisation préalable de la Direction Centrale des Marchés Publics. Tout en écartant fermement la possibilité de passation d’un marché de gré à gré, la DCMP a proposé au Ministère de la Jeunesse une solution appropriée, en l’occurrence une procédure d’urgence, sur la base des articles 63 et 73 du code des marchés publics, qui ramènerait le délai de dépôt des offres à 15 jours, dans le cadre d’un appel d’offre ouvert international. Un délai qui aurait permis, en l’absence de toute offre concurrente, de prouver le monopole de fait détenu par le prestataire GREEN 2000. Dans l’affaire PRODAC, la Direction Centrale des Marchés Publics a parfaitement rempli son rôle de garante du bon usage des deniers publics et de respect des principes qui fondent la commande publique : liberté d’accès, égalité de traitement et transparence des procédures. Passant outre les prescriptions de la DCMP (organe de contrôle à priori des procédures de passation des marchés), l’autorité contractante a saisi, par lettre en date du 10 juillet 2015 (soit plus 3 mois après l’avis de la DCMP), le Comité de Règlement des Différends de l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP), pour contourner l’avis de la Direction Centrale des Marchés Publics. Alors qu’elle disposait de 15 jours pour lancer une procédure d’urgence suggérée par la DCMP, l’autorité contractante a préféré perdre plus 3 mois, dans l’unique but d’atteindre l’objectif visé : la passation d’un marché par entente directe. En réalité, il y a eu dès le début, une volonté manifeste du Ministre de la jeunesse de l’époque, de passer vaille que vaille un marché de gré à gré, avec la société GREEN 2000.

  1. L’ARMP, caution du Ministère de la Jeunesse, dans le détournement de la procédure

L’ARMP est une autorité administrative rattachée à la Primature, dont une des missions est de réguler le système de passation des marchés publics. Lorsqu’une autorité contractante souhaite invalider un avis défavorable rendu par la DCMP, elle peut introduire une requête auprès de l’ARMP. Saisi le 10 juillet 2015 par le Ministère de la Jeunesse, le Comité de Règlement des Différends (ARMP) statuant en Commission des litiges, a rendu le 15 juillet 2015, contre toute attente, une décision exécutoire annulant l’avis de la DCMP. Tout en estimant que l’autorité contractante n’a pas apporté la preuve que la société GREEN est la seule à développer le concept des Domaines agricoles communautaires, l’ARMP a « autorisé à titre exceptionnel, l’autorité contractante à signer le marché pour les DAC communautaires de SEFA (Sédhiou), Keur Samba Kane (Diourbel), Keur Momar Sarr (Louga) et Kédougou (Itato). Par cette décision (à contrecourant de l’avis de la DCMP), l’ARMP a cautionné le détournement de la procédure par le Ministère de la Jeunesse. Ce n’est pas la première fois que l’ARMP assure la couverture juridique de certaines autorités contractantes, qui en profitent pour détourner les règles, piller les deniers publics, et s’enrichir illégalement sur le dos du contribuable sénégalais.




On se souvient qu’en 2016, la Direction de l’Automatisation des Fichiers avait sollicité l’autorisation de la Direction Centrale des Marchés publics, pour conclure par entente directe, 10 marchés dans le cadre d’opérations liées à la confection de la nouvelle carte d’identité biométrique, invoquant l’urgence liée à l’imminence de la clôture des engagements budgétaires, la pression due aux longues files d’attente pour l’obtention des cartes d’identité biométriques, et le respect du calendrier électoral. Malgré l’avis négatif de la DCMP, l’ARMP avait validé la passation des 10 marchés de gré à gré. On connait la suite : à ce jour, des millions de citoyens n’ont toujours pas reçu leur pièce d’identité. Dans l’affaire PRODAC, comme dans d’autres, l’ARMP est instrumentalisée par les pouvoirs publics (caution juridique pour les marchés de gré à gré). Récemment, l’ARMP a failli être embarquée dans une sale affaire par le Ministère de l’Energie et des pétroles, qui a fait preuve d’une incroyable audace, en introduisant une requête, le 05 avril 2018, auprès du Comité de Règlement des Différends, pour soustraire la SENELEC aux obligations du code des marchés publics. Au moment où le Macky Sall clame sous tous les cieux la transparence sur l’exploitation du pétrole et appelle à une concertation sur un sujet majeur qui concerne l’avenir des sénégalais, il entreprend une démarche totale inverse pour soustraire des centaines de milliards de F CFA aux règles de la commande publique. Tous ceux qui, de bonne foi, ont cru à l’appel du Chef de L’Etat doivent être stupéfaits. La tromperie est une seconde nature chez Macky Sall, qui dit une chose le matin, et fait le contraire, le soir. Sentant le piège tendu par le pouvoir, et dans un ultime élan de sursaut, l’ARMP (pour une fois), par sa décision N°058/18/ARMP/DEF du 25 avril 2018 a rejeté la requête du Ministère du pétrole et de l’Energie, précisant que les activités liées à l’exploitation de la SENELEC ne pouvaient déroger au code des marchés publics. Si le scandale du PRODAC porte sur environ 29 milliards de F CFA, celui de la SENELEC a failli exploser tous les compteurs en matière de pillage des deniers publics (des centaines de milliards). Les citoyens sénégalais sont en droit d’exiger de Macky Sall, des réponses sur cette demande inédite visant à soustraire la SENELEC des obligations liées au code des marchés publics, pour permettre à cette structure de conclure des marchés de gré à gré, en toute impunité, et ce, pour des montants faramineux.

  1. La responsabilité des 2 Ministres, Mame M’Baye Niang et Amadou Bâ est établie

L’article 27 du code des marchés publics dispose que la procédure de passation du marché est conduite par la Personne responsable du marché, seule habilitée à signer le marché. L’article 28 (alinéa a) dudit code définit clairement l’identité de la personne responsable du marché en ces termes : « Les Personnes responsables des marchés sont pour les marchés de l’État et dans chaque Département ministériel, le ministre chargé du département concerné… ». Mame Mbaye Niang étant Ministre de la Jeunesse à l’époque, et Ministre de tutelle de la structure assurant la gestion du PRODAC, sa responsabilité est directement et pleinement engagée. L’ordre de service N°000151MJECC/SG/CAB/SP (injonction faite à GREEN 2000 de débuter les prestations alors que le marché n’a pas été notifié) constitue une circonstance aggravante puisqu’il a permis le décaissement des fonds, avant le service fait. S’agissant du Ministre de l’Economie et des Finances, Amadou Bâ, sa responsabilité est établie en sa qualité d’autorité chargée de l’approbation. En effet, l’article 29, alinéa 1 du code des marchés publics précise que « Les marchés de l’État sont approuvés par le ministre chargé des Finances lorsque le montant est égal ou supérieur à 300.000.000 FCFA ». Ledit article précise que les fonctions d’autorité signataire et d’autorité approbatrice ne peuvent être cumulées, et souligne que l’acte d’approbation est une formalité obligatoire pour donner effet au marché public. Au vu de tout ce qui précède, la responsabilité des 2 Ministres Mame Mbaye Niang et Amadou Bâ est engagée dans l’affaire « PRODAC ». Dans le scandale du PRODAC, la Direction Centrale des Marchés Publics est la seule entité exempte de reproche, car ayant parfaitement rempli sa mission de contrôle du bon usage des deniers publics. L’ARMP a servi de « caution juridique » au Ministre de la jeunesse qui a détourné la procédure, pour la passation d’un marché de gré à gré, en lieu et place d’un appel d’offre. In fine, Amadou Bâ, en sa qualité d’autorité approbatrice a validé la démarche.  La demande loufoque de Mame Mbaye Niang relative à un 2éme audit est d’une absurdité confondante : d’une part, les attributions de l’Inspection Générale d’Etat ne sont pas celles d’une Cour d’Appel, et d’autre part, l’IGE se décrédibiliserait totalement en participant à une telle mascarade. Rappelons que c’est sur la base d’un seul rapport de l’IGE N°12/2016 que le Maire de Dakar, Khalifa Sall a été emprisonné et condamné à 5 ans de prison ferme pour, entre autres « détournement présumé de deniers publics ». A l’époque, Mame M’Baye Niang se félicitait du rapport de l’IGE qui n’incriminait nullement Khalifa Sall, mais recommandait une réforme du fonctionnement de la caisse d’avance. Alors qu’elle fait preuve de célérité pour traquer les opposants, la Justice brille par son inertie dans l’affaire Fallou SENE. Dans l’affaire PRODAC où les responsabilités sont situées, la justice doit engager une action contre les 2 Ministres précités. Sa crédibilité est en jeu.

Seybani SOUGOU – E-mail : sougouparis@yahoo.fr

Scandale Prodac: Green 2000 déballe

YERIMPOST.COM Daniel Pinhassi, coordonnateur de Green 2000 par qui le scandale de Prodac est arrivé, brise le silence sur cette affaire qui a fini de polluer les airs de la République. Dans une interview accordée au quotidien l’Observateur, le représentant de Green 2000 démonte pièce par pièce les conclusions du rapport de l’Inspection générale des finances. Daniel Pinhassi, qui répondait à la question de savoir comment Green 2000 a déjoué cette règle qui exigeait qu’une caution égale au montant du marché soit versée, a répondu: « Quand on présentait la facture, personne ne nous avait demandé de mettre la facture à l’avance. Et, si on me l’avait demandé, je n’aurais pas signé ce contrat… Il y a deux types de garanties dans le contrat. Une garantie d’avance de 100% du marché et l’autre de 5% des 25 milliards, c’est cette dernière que nous avons déposée… »

La mise en place de 4 Domaines agricoles communautaires (Dac), dont le contrat est fixé à 25 milliards de nos francs, devait, selon Daniel Pinhassi, être payée avant la prestation. « C’est sur la base de ces paiements que nous exécutons le marché. Nous avons reçu 57% de la valeur totale… Actuellement, il y a deux factures qui ne sont pas encore payées mais je continue le projet à 100%. Le paiement, c’est 77% après la dernière facture payée cette semaine… Le contrat d’élève à 25 milliards qui doivent être mobilisés en 14 mois pour que nous terminions le projet dans douze mois… C’est un contrat de financement extraordinaire. Je trouve ça bizarre puis que le ministre des Finances a signé sur les deux contrats… Pour mon contrat, c’est la Dcmp et moi. De l’autre côté, il y a le ministère des Finances et Locafrique qui ont signé un autre contrat… Tous les financements n’ont pas été corrects… Il y a un contrat en bonne et due forme signé par le ministère des Finances. Comment Prodac a choisi Green 2000 sans appel d’offres ? Il y a des explications, mais c’est le ministre des Finances qui a signé le contrat. Il l’ont lu et approuvé! »



Scandale: Marché nébuleux à l’OMVS: l’ARMP se dit incompétente

YERIMPOST.COM Qui l’eût cru ? L’Autorité de régulation des marchés publics (Armp) se déclare incompétente dans une nébuleuse à gros sous et ce, après avoir gelé l’attribution du marché à la société Sinohydro dans le cadre du projet d’aménagement hydro-électrique de Koukoutamba lancé par l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS). Libération, qui avait la primeur de l’information, est revenue dans sa livraison du jour pour en dévoiler un peu plus sur ce scandale. « L’Omvs est dotée de ses propres règles de passation de marchés publics communément appelées « législation des marchés de l’Omvs » a déclaré l’Armp dans sa conclusion. La société qui avait saisi l’Armp, China Gezhouba Group Co Ltd, avait motivé sa requête par le fait que la société attributaire de ce marché de 999 millions de dollars avait été exclue de l’appel d’offres pour défaut de garantie bancaire. Après ce rejet, un Etat membre de l’organisation a demandé la réintroduction de Sinohydro dans l’avis d’appel d’offres. Là où le bât blesse, c’est que la concurrence proposait 7 millions de moins que la société Sinohydro et pourtant, le marché ne lui a pas été octroyé. Des incongruités qui font grincer biens des dents au sein même de l’Omvs.



Scandale: Les élèves et étudiants républicains souillent le Palais !

YERIMPOST.COM C’est en chiffonniers que les éléments du Mouvement des élèves et étudiants républicains (Meer) ont répondu à l’invitation de Macky Sall, au palais de la République, en cet après-midi du 30 mai 2018. Certains d’entre eux, qui prétendent avoir été filtrés de la liste d’entrée par une responsable de l’Alliance pour la République (APR, au pouvoir), ont semé la pagaille devant les grilles de la présidence de la République. Il s’est ensuivi une bagarre rangée, obligeant les gendarmes à intervenir. Il y aurait plusieurs blessés graves, selon certaines sources.

Pendant ce temps, ceux qui étaient à l’intérieur s’échangeaient des coups de poing. Les gendarmes, qui se sont intercalés, en ont d’ailleurs arrêté certains…

Vous avez bien lu: c’est au Palais, accueillant cette chienlit politicienne à l’image du siège d’un parti politique, qu’a eu lieu cette grosse pagaille ! Dans le rôle du chef de coterie, Macky Sall est le seul coupable, coupable de cette confusion des genres digne d’une République bananière.

Le Meer a souillé cette grosse bâtisse blanche immaculée qui abrite la première institution du pays.

Scandale: Pratiques corruptrices et évasion fiscale du groupe Wari

YERIMPOST.COM Lu sur warileaks.com. Si Wari se livre à des pratiques pareilles au Togo, que fait-elle au Sénégal ? Le fisc sénégalais doit s’intéresser à la réponse…




 




 

 




 

 




 

 

 

Scandale à la Sar: les sanctions commencent à tomber

YERIMPOST.COM Le scandale du contrat de gré à gré de 400 milliards de FCfa à la Société africaine de raffinage (Sar) continue d’entraîner des vagues de départs. Le directeur financier Ibrahima Ngom, rétrogradé comme conseiller sans portefeuille ni bureau, a rendu le tablier. L’As nous informe que d’autres têtes vont tomber dans les prochains jours.



De nouvelles révélations accablent la famille Diack

YERIMPOST.COM Ce n’est pas encore le bout du tunnel pour Lamine Diack et son fils Massata. De nouvelles révélations accablantes pèsent sur leurs épaules. Elles sont l’œuvre de l’un des cerveaux de l’affaire dite des pots-de-vin, Carlos Miranda. Arrêté par la justice brésilienne, Miranda a affirmé que le pourboire versé à Lamine Diack a servi à acheter quatre (4) voix au Comité international olympique (Cio). Il a précisé en effet que le montant du pot-de-vin était plus élevé que celui révélé. «Les paiements totalisaient environ 2,5 millions de dollars (un peu plus de 1,374 milliards de Fcfa)», a-t-il révélé devant les juges brésiliens.



Scandale: La mort de Papis Gelongal provoquée par l’obscurité et des bœufs sur l’autoroute à péage

YERIMPOST.COM Gérard Sénac est directement interpellé. Il dirige l’autoroute la plus chère au monde et n’a même pas daigné la clôturer pour la sécurité des usagers. Hier, aux environs de 23h 50 mn, Papis Baba Diallo, qui roulait sur l’autoroute dans le sens Aibd-Dakar, à hauteur de Toglou 2, a brutalement buté sur un troupeau de boeufs qui coupait la chaussée. Tentant d’éviter les bêtes, il a perdu le contrôle de son véhicule qui a fait des tonneaux. Papis a perdu la vie sur le coup. Moussa Mballo, l’un de ses frères qu’il transportait, a eu le bras fracturé. L’autre, Youssou Mballo, a subi des contusions.

Circonstance aggravante, l’accident a eu lieu sur un tronçon de l’autoroute non éclairé, plongé dans une obscurité totale. Nous y reviendrons…



Vidéo- Yerimpost révèle le scandale des écoutes téléphoniques au Sénégal





Un ancien de la DST pour épier les Sénégalais: le scandale des écoutes téléphoniques

YERIMPOST.COM Votre blog préféré est en mesure d’écrire que le pouvoir en place au Sénégal a recouru aux services d’un Français, ancien de la Division de la sécurité du territoire (DST, les renseignements intérieurs hexagonaux), dont nous taisons le nom par sens de la responsabilité et par égard à sa sécurité, pour muscler le dispositif qui épie les communications téléphoniques des Sénégalais.

Parmi ceux de nos concitoyens qui comptent, quiconque est vigilant se rend compte qu’il y a quelque chose qui ne va pas dans la qualité de ses coups de fil. S’il est peut-être efficace, le dispositif technique mis en place n’est pas discret. Il n’est pas totalement maîtrisé par les « grandes oreilles », comme le suggère cette source qui nous apprend qu’il s’agit d’une technologie israélienne dernier cri en cours d’acclimatation chez nous.




Il y a aussi là les effets pervers du comportement pour le moins écrasant et solitaire des agents des services secrets qui, munis de réquisitions, accèdent directement aux serveurs des sociétés de téléphonie mobile, y opèrent en solo, snobent les ingénieurs-maison qui connaissent les installations certainement mieux qu’eux… C’est ce qui explique des dérèglements comme ces vents violents et intempestifs qui se glissent dans les communications écoutées.

Mais tout cela n’est pas la question. La question ici n’est technique que pour ceux qui se mêlent de ce qui ne les regarde pas. Elle est surtout d’ordre éthique. Dans une société civilisée, un Etat démocratique, les communications sont protégées par le secret. La confidentialité est une composante essentielle du droit à l’intimité de la vie privée. Il ne doit être porté atteinte à ce droit que dans des cas et des séquences limités et si et seulement si il y a une menace sur la sécurité collective.

Au Sénégal, on est trop loin de cette préoccupation d’ordre public. On confond sécurité publique de l’Etat et intérêts politiciens d’un régime qui épie ses adversaires ainsi que les pôles d’influence comme les médias, les syndicats et les familles religieuses. Au nom de quel principe peut-on épier des Sénégalais qui ne complotent pas contre la sûreté de l’Etat et pénétrer jusqu’aux profondeurs de leur intimité ? Doit-on dépenser des quantités importantes de deniers publics pour acquérir des technologies chères dans le but de violer les droits des citoyens ?

Aujourd’hui, la prégnance des écoutes et la psychose qu’elles suscitent ont fini de faire de Whatsapp le véhicule le plus répandu des communications entre les Sénégalais qui comptent. Avec toutes les contraintes liées à la mauvaise qualité de l’Internet et à ce risque de déposer des  données stratégiques sur la plateforme d’une entreprise privée américaine.

En un mot comme en mille, les écoutes téléphoniques tous azimuts, appelées à s’intensifier au fur et à mesure qu’approche l’élection présidentielle de février 2019, constituent un gros désastre humain et un énorme scandale démocratique.

Cheikh Yérim Seck



Vidéo- Yerimpost décrypte le scandale des enfants sacrifiés




Palais bis à Diamniadio: un scandale qui prend forme

YERIMPOST.COM 100 milliards de francs cfa, c’est le coût de l’annexe du palais prévu à Diamniadio. La construction a été confiée à l’architecte franco-ivoirien Pierre Fakhoury. Il est l’artisan du « palais de bordure de mer » de l’ancien chef de l’Etat gabonais Oumar Bongo, du Mémorial Houphouët Boigny, du projet de la nouvelle capitale ivoirienne à Yamoussoukro entre autres. Cette révélation faite par le quotidien Dakar Times, qui cite une source au cœur de l’Etat, risque de faire couler beaucoup d’encre et de salive. Le summum de l’indécence, nous dit le journal, c’est ce deal que l’architecte a proposé à l’Etat du Sénégal. Du pétrole en échange du financement du projet, rien que ça. Une information qui peut être avérée quand on sait que l’homme avait reçu trois cargaisons de pétrole de l’Etat ivoirien qui lui devait plus de 27 milliards de francs. Pierre Fakhoury ou le scandale de l’annexe de Diamniadio… affaire à suivre…




Scandale des audiences fictives à la Cour d’appel: Du nouveau pour Mbaye et ses coaccusés

YERIMPOST.COM Ancien greffier, Amadou Lamine Mbaye s’était reconverti en escroc dans ce domaine qu’il maîtrise. Ebruitée, son affaire avait scandalisé le pays et mouillé la justice. C’est l’affaire des audiences fictives à la Cour d’Appel de Dakar. Le doyen des juges a suivi le réquisitoire du procureur et a rendu une ordonnance de renvoi en correctionnelle. C’est le quotidien Libération qui file la der. Le journal rapporte que les avocats de la défense ont été informés ce vendredi 9 mars que le procureur de la République va programmer la date du procès.

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR