Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

Sédhiou

Revivez en images l’arrivée du candidat Macky Sall à Sédhiou

Vidéo- Discours du candidat Macky Sall à son meeting de Sédhiou

(Vidéo) Accident mortel à Sédhiou: les condoléances attristées du président Sall

Sédhiou, de la promesse à la désillusion

Arrivée en 2014, l’équipe municipale de Sédhiou se caractérise par sa mixité tant sur les profils des personnes qui la composent que sur leurs provenances.

Pour les profils, il s’agit des corps de métiers dont elles font partie, mais surtout l’âge des conseillers municipaux (des vieux et des jeunes qui restent majoritaires).

Pour les provenances, il s’agit de l’appartenance politique des individus qui forment cette équipe municipale. La plupart sont d’anciens collaborateurs du Maire sortant qui ont fini de faire le tour des formations politiques (AJ PADS, PDS, PS, JEF JEUL de talla sylla etc), d’autres sont des membres de la société civile convertis en politiques souteneurs d’un candidat qu’ils présentaient désormais comme l’homme providentiel (homme de la situation pour certains). D’autres sont tout simplement des membres des listes adverses qui ont récolté quelques sièges au conseil municipal à l’issue des élections municipales de 2014. Une mixité qui devrait impliquer et permettre une cristallisation des efforts, conséquence directe du maillage des expériences diverses qu’apporterait chaque individu.

Mais c’est avec de forts regrets que nous découvrons et assistons aux échecs cycliques de cette équipe municipales qui n’a pas réussi cette addition d’expériences et la conjugaison d’efforts qu’on attendait d’elle, mais, elle a plutôt réussi à installer un antagonisme qui dénote de l’adversité politicienne qui a prévalu tout au long des 5 ans de mandat. Laissant de côté les préoccupations premières des populations qui ne demandent qu’à bénéficier des efforts de la municipalité afin d’améliorer leur qualité de vie. La capacité d’attirer les investisseurs, la créativité que l’on nous avait pourtant vendue n’ont existé que de nom avec bien sûr l’aide des beaux parleurs recrutés pour l’occasion.










Cet espoir est finalement devenu la source principale de nos souffrances depuis 5 ans. Impuissante devant la situation, la municipalité brandit des œuvres du gouvernement central comme des réalisations municipales et s’approprie les moindres installations administratives. Ses souteneurs vont jusqu’à inclure la police, et d’autres structures étatiques (accompagnant l’érection d’une région) comme des éléments de bilan.

Ce qui est spectaculaire dans cette affaire, c’est le mutisme du Maire ; il est resté des années sans ou presque s’adresser aux populations sédhioises, envoyant toujours des collaborateurs le faire à sa place. Maire seulement de nom, il ne s’attarde nullement à Sédhiou car occupé par des fonctions supposées plus intéressantes, dans la direction d’un des plus gros appareils économiques du pays : COSEC (conseil sénégalais des chargeurs). Une direction qu’il a occupée 7 ans dont 2 sous Wade et 5 sous Macky. A noter qu’il a transhumé du PDS à l’APR entre les deux tours de la présidentielle de 2012 juste pour conserver la précieuse direction du COSEC. Direction pour laquelle il respire. Logique pour logique, il fit tout pour devenir Maire de Sédhiou pour ainsi rendre la monnaie à Macky SALL, son nouveau patron. On comprend pourquoi la Mairie : Un instrument qui sert de tremplin pour atteindre des stations élevées mais aussi pour conserver des privilèges. Cette attitude rentre dans une logique ou une pratique généralisée : faire de tous les directeurs généraux des agences et direction d’Etat, des maires pour servir la politique alimentaire désormais érigée en règle au Sénégal.

Le résultat est désastreux : un Maire absentéiste, des conseillers dispersés qui ne tirent plus dans le même sens (celui de l’amélioration de la qualité de vies des sédhiois), des conseillers municipaux devenus des figurants, un éclairage public inexistant, une ville insalubre et non assainie, un boulimie foncière aux scandales sans précédent, des tombes éventrées dans une cimetière sans protection à Julecounda, un sport populaire (« Navétanes ») moribond pour ne pas dire mort, des artistes non assistés, des artisans (menuisiers, mécaniciens cordonniers etc) laissés pour compte, une jeunesse abandonnée et abonnée au chômage, des étudiants trahis, des femmes précarisées qui s’en tiennent à de petits boulots et leurs fameuses « tontines » traditionnelles, des activités culturelles (festivals, journées culturelles) qui ne s’organisent plus etc. Bref, le minimum rudimentaire pour une population épanouie n’est plus là !









Face à cette situation, on nous parle d’une quelconque capacité d’influence qu’aurait le Maire sur Macky sall qui l’a pourtant éjecté du COSEC pour un poste ministériel ridicule de par l’appellation et par son contenu. Comme le dit un proverbe Africain : « on ne jette pas des cailloux sur l’arbre qui nous donne des fruits » Mais Puisque « Tout ce qu’est atteint est détruit », les conséquences sont d’un « feeback négatif » inexpliqué.

 

En haut bas des échantillons de petits sentiers inachevés: l’ENO à gauche et le stade municipal à droite.

 

#Débattons sereinement !

 

Sedhiou: Vif échange entre un lieutenant de Malick Gackou et Macky Sall

YERIMPOST.COM Simbandi Brassou, dans le département de Sédhiou, a un maire teigneux et le président Macky Sall ne nous démentira pas. Dans une salle pleine à craquer et acquise à sa cause, le chef de l’Etat a mis à profit son séjour dans cette partie du sud du pays pour massifier les rangs de son parti. Malamine Cissé a pris la parole pour asséner: « J’étais venu répondre à l’appel du chef de l’Etat et non à un chef de parti ! Je suis déçu d’entendre dire que j’ai transhumé. Je suis du Grand parti et j’y reste ! Je reste fidèle à Malick Gackou qui est le meilleur candidat à la présidentielle. » Cette audace a laissé toute l’assistance estomaquée. Sauf le président Sall qui, face à cet affront, a répliqué en ces termes: « Je salue votre courage, M. Cissé ! Vous êtes un vrai républicain car vous m’avez dit la vérité. Mais, puisque vous n’avez pas besoin de nous, laissez-moi vous dire que nous aussi nous n’avons pas besoin de vous ! Vous pouvez sortir de la salle ! » Ambiance…







M. Matar Bâ, Sédhiou réclame la livraison de son stade municipal

Objet : SÉDHIOU réclame la livraison de son stade municipal

Monsieur Le Ministre Matar BÂ,

A l’issue du conseil des ministres délocalisé à Sédhiou le 25 février 2015, sur demande de l’ETAT du Sénégal, votre ministère a entamé des travaux au niveau du stade municipal de Sédhiou pour une livraison fin 2015 début 2016.




Malheureusement, les travaux sur ce chantier ont été interrompus quelques mois plus tard pour des raisons inexpliquées ou du moins pas convaincantes. Depuis ce temps, la jeunesse de Sédhiou ne cesse de multiplier les appels pour que cette infrastructure importante leur soit enfin livrée.

Malgré nos sit-ins, nos communiqués de presse, les prières des imams et de nos parents aucune solution n’est proposée et le Stade municipal reste toujours un chantier abandonné.

Pourtant Monsieur le Ministre, lors de votre visite à Sédhiou vous avez déclaré que :

la construction du stade de Sédhiou est pour vous « un engagement personnel à court terme »,

le problème du stade vous tient à coeur et que vous allez en faire un combat personnel,

il faut une discrimination positive par rapport aux régions qui sont dépourvues de tout et que Sédhiou est la première région qui n’a rien.

Aujourd’hui, nous jeunes de la région de Sédhiou commençons sérieusement à nous poser des questions sur votre engagement et celui de l’ÉTAT pour finir notre seul terrain de foot jadis « praticable ».

Car Monsieur le Ministre, nous n’avons plus rien à vous expliquer sur les besoins de Sédhiou en terme d’infrastructures sportives. Nos besoins sont vitaux et vous êtes sans savoir que la jeunesse de Sédhiou pendant l’hivernage n’a d’autre occupation pour se divertir que le football, alors pourquoi ne pas mettre les moyens pour nous livrer ce stade?

D’ailleurs cette année pendant que le reste des jeunes du Sénégal profitent des vacances à travers les Navetanes, la jeunesse de Sédhiou est divisée (15 ASC veulent boycotter les Navetanes) à cause des travaux de ce stade qui tardent à finir. Nous sommes tous d’accord que votre devoir en tant que Ministre des sports et d’offrir un cadre de vie favorable à la pratique du sport en général, donc pourquoi ne mobilisez-vous pas les moyens pour nous?

Le début des travaux du stade était-il de la poudre de perlimpinpin pour amadouer un clientèle politique? Car selon votre collègue Ministre de l’Emploi et Maire de Sédhiou, les travaux du stade municipal ont démarré avec des fonds de caisse du ministère, en gros il n’y avait pas de budget prévu pour ces travaux. Certains ont aussi avancé le fait que les travaux sont bloqués à cause d’un avenant lié aux surcoûts du projet.

Quoi qu’il en soit Monsieur le Ministre, nous ne comprenons pas qu’en trois ans, l’Etat du Sénégal ne parvient pas à trouver un budget pour finir des travaux aussi dérisoires que ceux du stade de Sédhiou.

Est-ce un manque de volonté politique ou un manque de considération à l’égard des jeunes de la région de Sédhiou ?

En tout état de cause, Monsieur le Ministre, Sédhiou à l’instar des autres régions du Sénégal mérite d’avoir son stade municipal avec des équipements complets y compris pelouse et projecteurs.




Je vous prie, Monsieur le Ministre d’agréer l’expressions de nos sentiments distingués,

Dr. Mamadou CISSE,

Coordonateur des Jeunes de la Région de Sédhiou (JRS)

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR