Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

Sénégal

Affaire Kharagne Lô: Cissé Lô sert une réplique insultante à Me Moussa Diop

« Monsieur Moussa Diop vous êtes coupable
Oui !Le vin est innocent, l’ivrogne seul est coupable.
-Vous êtes coupable de sortir des inepties aussi gros que votre égo surdimensionné.
-vous êtes coupable d’être l’avocat qui n’a jamais gagné de procès.
-Vous êtes coupable d’être le boulet de la coalition qui produit plus de déchets ( vos ITW) que les égouts de Dakar
*Vos avis n’intéressent personne .
*Vous vous donnez de l’importance alors que votre poids politique équivaut à votre quotient intellectuel, il est inexistant.
PS : Quand Moustapha Cissé Lo se battait pour son pays, vous vous battiez pour une bouteille de vin .
Un proverbe dit « Tout oiseau se tait en voyant l’épervier. »
Une autre citation
« La mouche têtue termine sa course dans la tombe d’un cadavre. »
A bon entendeur !« 

Chef de l’opposition: Des jeunes de l’opposition contre le choix porté sur Idy

Idrissa Seck ne devrait pas accepter le choix porté sur lui au poste du chef de l’opposition. Tel est l’avis d’une dizaine de jeunes de l’opposition qui ont écrit une lettre ouverte au leader de Rewmi pour lui demander de ne pas l’accepter dans le souci de sauvegarder l’unité de l’opposition.

« M. Le Président ces temps-ci, l’actualité politique sénégalaise est marquée par la question du choix d’un chef de l’opposition.

Certains analystes, journalistes et politiciens de tous acabits estiment que ce poste de Chef de l’opposition vous revient de droit, car arrivé en seconde position lors de l’élection présidentielle de février 2019. Et pendant ce temps, par presse interposée, les jeunes des différents partis se livrent à une bataille sans merci sur l’opportunité, la légitimité et la légalité pour vous d’accéder à ce poste.

M. Le Président, vous conviendrez avec nous que ces temps-ci, la diversion est gravissime.
L’extrapolation qui sévit autour de cette question révèle de la mauvaise foi de certains politiciens dont le but ultime est d’enterrer le soldat Idrissa Seck vivant et d’anéantir cet engouement populaire qui a voulu faire l’homme qui doit présider aux destinées de ce peuple. Mais nous pensons, à raison, que l’homme politique que vous êtes, ayant marqué l’histoire politique de ce pays, ne va point se laisser enrôler par un plan habilement ourdi par Macky Sall.

M. le Président, l’homme politique brillant que vous êtes, connait certainement cette phrase de Nelson Mandela: « aucun de nous, en agissant seul, ne peut atteindre le succès ». Aujourd’hui notre pays est à la croisée des chemins, et la personne qui le dirige n’est pas à la hauteur des enjeux. Nul besoin de vous dire que vous avez su incarner le point focal de l’opposition politique lors de l’élection présidentielle de février 2019.

Entre les discours dits de continuité pour certains et de rupture pour d’autres, nous avons adhéré et fait adhérer à votre discours que nous jugeons modéré et fédérateur. Nous avons trouvé en vous un homme capable de rassembler les filles et les fils de ce pays et d’apaiser les esprits. Nous vous connaissons libéral, partisan de la culture de l’excellence,
patriote et rigoureux vous avez été le choix d’une jeunesse responsable et consciente.

Cette jeunesse n’a pas hésité à braver froid et chaleur, océans et fleuves, moqueries et insultes etc. Pour faire triompher votre projet et idéaux à l’égard du peuple sénégalais.

M. Le Président sous nos cieux, en toute solidarité, l’opposition doit relever le noble défi de la sauvegarde de nos ressources naturelles, se battre pour la liberté du prisonnier politique Khalifa Sall, du prisonnier Adama Gaye et de tous ceux qui sont emprisonnés par la volonté et désire de Macky Sall.

Depuis 2012, l’année d’accession de Macky Sall au pouvoir, l’opposition se bat bec et ongle pour restaurer les valeurs démocratiques que nous perdons progressivement.

Le leader que vous êtes, conscient de la situation actuelle du Sénégal, ne saura jamais accepter de légitimer un poste de chef de l’opposition constituant une entorse à notre démocratie.
On dit souvent que «ce n’est pas à vieux
singe qu’on apprend à faire des grimaces », mais il est de notre devoir et au nom de notre
engagement à vos côtés en faveur de votre programme politique de février 2019, de vous faire part de notre opinion.

M. Le Président, au nom de la démocratie et du multipartisme, nous refusons le statut de chef de l’opposition et vous demandons de récuser ce poste au cas où il vous sera proposé. En effet, l’heure n’est pas à spéculer sur le leader qui doit être le chef de l’opposition.
Ce débat, suscité pour étouffer les nombreux scandales qui secouent Macky Sall et son clan, a pour objectif de diviser l’opposition qui est dans une dynamique de lutte pour la protection de nos ressources naturelles.

M. Le Président nous vous demandons de récuser ce poste car la politique ne serait être réduite à un partage de rente entre Pouvoir et opposition.

M. Le Président, comme vous le savez, en cette période hivernale nos concitoyens sont confrontés à d’énormes difficultés et un bon nombre parmi eux adhèrent peu aux discours politiques. Il est de notre devoir de remobiliser pour faire face à ces brigands au pouvoir.

M. Le Président, il est impératif d’obliger le gouvernement de Macky Sall à faire face aux citoyens pour s’expliquer sur l’affaire Petrotim qui reste toujours une nébuleuse et le plus gros scandale que notre pays ait connu. Pire, le bradage du fer de la Falémé, qui secoue la toile actuellement, est un autre scandale qui démontre que nous avons affaire à un État délinquant.

M. Le Président, au nom de l’injustice que Khalifa Sall est en train de subir, au nom de cette alliance entre libéraux, socialistes, responsabilistes et travaillistes, au nom de la confiscation des suffrages du peuple par Macky Sall, au nom de la mascarade électorale, au nom de l’élimination volontaire des
candidats par un Conseil Constitutionnel illégitime, au nom des mensonges d’État sur la gestion de nos ressources humaines, au nom des principes de bonne gouvernance, nous vous redisons que le statut de chef de l’opposition est une disposition inacceptable et nous vous renouvelons notre appel
à le récuser.

Recevez, M. Le Président, l’expression de notre considération distinguée. »

Signataires  : Kemo Cisse Tekki – France
El hadji Omar Massaly – PDS
Moustapha Sadio – ACT Paris
Mamadou Lamine Biaye – GP Sédhiou
Fanta Diaby – SUD Lyon
Mouhamed Sagna – Eternel Wadiste de Malicka
Elhadji Kaoussou Cisse – Asskaw Mbour
Khady Cisse – Citoyenne sénégalaise de Paris
Samba Leye – Tekki France
Adia Tida Diakhité -Citoyenne sénégalaise de
Mulhouse

900 jours: Khalifa Sall en prison depuis 30 mois

YERIMPOST.COM Déjà 900 jours, soit 30 mois, depuis que Khalifa Ababacar Sall est en prison dans ce dossier dit de la Caisse d’avance de la mairie de Dakar. En prison depuis le 7 mars 2017, l’ex-maire a été condamné à cinq ans de prison ferme et à une amende de 5 millions de francs CFA pour «faux et usage de faux» et «escroquerie portant sur des fonds publics». A l’occasion de ces 900 jours, ses partisans toujours fidèles et convaincus de son innocence promettent de se rassembler au fief de l’ex-maire, à Grand-Yoff, pour de nouveau dénoncer ce qu’il appellent « la liquidation d’un opposant« .

« Macky était chez Wade la soirée de la Tabaski », révèle Cheikh Seck

YERIMPOST.COM « Macky Sall a été à la résidence de Wade la soirée de la Tabaski »: c‘est la révélation faite par le président de la Fédération nationale des cadres libéraux (Fncl), membre éminent du Parti démocratique sénégalais (Pds).

Selon Chekh Seck, « c’est peut-être parce qu’il n’a pas eu l’accueil espéré que Macky n’a pas communiqué là-dessus. » Alors que Souleymane Ndéné Ndiaye annonce une rencontre prochaine entre Wade et Macky, voici qu’une autre voix autorisée déclare que c’est déjà fait.

Barreau du Sénégal: Un avocat du diable

YERIMPOST.COM Abdoulaye Kandé Kamara, le nom de cet homme a été « balancé » par l’Ordre des avocats du Sénégal pour prévenir les citoyens de ses agissements, notamment des tentatives de fraude et d’escroquerie. Dans une note transmise à la presse, l’Ordre signale que cet individu, qui se fait passer pour un avocat, n’a jamais prêté serment et n’est nullement inscrit au barreau. L’alerte est donc lancée.

Le président Sall propose une récompense mensuelle à la ville la plus propre du Sénégal

YERIMPOST.COM Une formule toute trouvée du président de la République pour lutter efficacement contre l’insalubrité sous nos cieux. La campagne nationale de promotion de la propreté au Sénégal, lancée ce jeudi 8 août au Centre international de conférence Abdou Diouf, a été l’occasion pour le chef de l’Etat de proposer une récompense mensuelle à la ville la plus propre au Sénégal.

 

Sénégal: Ô République de l’injustice !

La justice est un des biens les plus précieux d’une société. Sans elle, les citoyens ne peuvent pas
entretenir la confiance avec leurs élites. C’est la pierre angulaire qui permet aux acteurs de la
politique et à chacun de considérer que les lois sont légales et justes. C’est elle qui inspire confiance
dans le système politique.
Trop souvent, les politiciens pensent que parce qu’ils ont voté une loi, celle-ci, par un acte magique,
est appliquée universellement et aveuglement. Cela est bien faux. Le pouvoir des politiciens ne peut
que s’exercer s’il a la confiance du peuple. Sans cette confiance, les parlementaires votent des lois
que les gens ignoreront et le Gouvernement se heurtera à un mur de silence quand il donnera des
ordres.
Rien n’est plus terrifiant que le moment où le Président de la République prend le téléphone et qu’il
n’y a plus personne pour prendre l’appel. Rien plus effrayant que quand il voit des jeunes soldats
arriver dans son bureau, le pouce à la détente, prêt à en finir avec le tyran. C’est pourquoi la
confiance du Peuple est vital ; c’est pourquoi il ne faut jamais abuser du système judiciaire d’un pays.
Manipuler la justice à des buts politiques, c’est le début de la fin. C’est arracher la pierre angulaire du
système politique. Quand les juges sont considérés comme à la solde d’un clan ou d’un homme ; tous
leurs jugements portent la tâche et l’odeur pestilente de l’infâmie et l’illégalité. Les juges ne sont plus
vus comme les gardiens du temple, mais les complices des pilleurs. Il n’y a alors plus rien qui donne
aux lois ce manteau de légalité si vital. Une fois cela fait, plus personne ne considéra les institutions
du pays comme légitimes.
Je crains que la République du Sénégal soit sur la route de sa destruction. Les élites politiques ont
commis le méfait suprême, à savoir mettre la justice au service de leurs ambitions les plus sombres
et infâmes. Nous pouvons d’ores et déjà sentir l’odeur de la putréfaction de nos institutions. La
condamnation de Guy Marius Sagna, dont le seul crime fut un post sur Facebook et la condamnation
arbitraire de Khalifa Sall en témoignent.
Cette destruction ne sera pas spectaculaire. Comme toutes les tragédies, personne ne verra la
décomposition de notre pays avant des années, mais elle a débuté. Quand les institutions
tomberont, elles ne le feront pas de manière dramatique. Ce sera une matinée comme tant d’autres,
mais après des années voire de décennies de corruption, de justice abusée, de lois manipulées ; les
portes du Parlement resteront fermées. La démocratie sera morte sous un souffle de soulagement,
car elle aura été tuée par ceux qui devaient la défendre. A force de penser qu’à leurs intérêts, leurs
comptes bancaires et leurs familles, ils auront mis à terre une nation.
La corruption de la justice, la mise sous tutelle des parlementaires et la gestion arbitraire et
clientéliste du Gouvernement sont les trois cavaliers de la fin d’un pays. Une fois que ce Mal a débuté
d’infecter le corps politique, il n’y a presque rien qui puisse être fait. L’infection se répand à travers
chaque aspect de la société jusqu’au point que le corps social meurt.
Peut-on croire que nos politiciens comprendront cela ? Non. Ils sont aveuglés par leur avidité et leur
soif de pouvoir pour se rendre compte que les bénéfices qu’ils obtiennent aujourd’hui vont
condamner le pays de leurs petits-enfants. Ils s’enfichent en vérité. Pourquoi ? Car ils n’aiment pas
leurs enfants et leurs petits-enfants. Leur amour pour l’autre n’est que superficiel. Ce qu’ils aiment,
c’est eux-mêmes. Ils vendraient leurs enfants sur le marché d’esclaves si cela leur donnait un mandat
de plus ou un million de dollars. Ils tueraient leurs mères si cela pouvait leur assurer dix ans à la tête
de la Nation.

Ils regardent les paysans de haut et rigolent des gens honnêtes. Ils les considèrent comme bêtes et
naïfs. Ils corrompent les juges, menacent les parlementaires et soudoient les ministres avec des
cadeaux sans en ressentir la moindre hésitation.
La Religion ? Une chose bonne pour les gens stupides selon eux. Ils rigolent de Dieu. Rien n’est sacré,
rien méritant leur respect, l’humilité absente depuis bien longtemps de leurs cœurs. Ils ne voient pas
que non seulement ils conduisent la Nation au désastre, mais qu’ils damnent leurs âmes.
Leur sort sera à la hauteur de leurs crimes. Ils se tiendront devant Dieu, un astre dont la lumière
omniprésente usuellement si douce et reposante, sera pour eux flammes et douleurs atroces. Les
Prophètes se tiendront là, à droite, leurs cœurs remplis de colères face à ceux qui ont causé tant de
ruines. Parmi les Saints à gauche, un homme nait dans notre pays, pleura le désastre.

El Aboubacar Sylla

Sénégal: La folie du régime

« Ce qu’il y a de plus exécrable au monde, ce sont les bouffonneries d’un tyran » Pierre Edouard Lémontey
Le régime moribond et corrompu de Macky Sall a encore sévi. Après Khalifa Sall, l’artiste Amy Colé »
Dieng, la journaliste Ouléye Mané, l’activiste Guy Marius Sagna, etc…. C’est maintenant au tour du
consultant Adama GAYE de subir les agissements exécrables d’un régime honni, qui, jour après jour,
sombre dans le népotisme, la tyrannie et la démence.
L’ignoble interpellation d’Adama GAYE par la Division des Investigations Criminelles, devenue une
police politique, et le bras armé du palais prouve que le Sénégal a basculé dans l’univers des Etats
délinquants. De fait, le Sénégal, sous le magistère de Macky Sall est devenu un pays sans foi, ni loi, où
règne une seule loi : la loi du Prince Sall. Disons-le clairement : l’arrestation arbitraire du consultant
Adama GAYE relève d’un détournement de la loi qu’Il convient de condamner avec la plus grande
vigueur. L’invocation de l’article 256 du code pénal pour tenter de « justifier » du point de vue
juridique l’interpellation d’Adama Gaye est un motif fallacieux et constitue un scandale absolu. La
notion d’écrits « contraires aux bonnes mœurs » est une notion dont la qualification juridique est
floue, extrêmement difficile à prouver dans le cas d’Adama GAYE. Car, si Adama GAYE a mis en avant
une « situation » dans son post, il n’a publié aucune image ou photo relative à cette situation qui
serait contraire aux bonnes mœurs. Les bonnes mœurs sont définies comme « les usages conformes
à la moralité, à la religion et à la culture d'un pays ». Si l’article 256 du code pénal devait être
appliqué au Sénégal, de nombreuses séries ou émissions de télévision ou de radio ne seraient plus
diffusées puisque non conformes aux valeurs sénégalaises, de même que de nombreuses boutiques
magnifiant la beauté et le corps de la femme mettraient la clé sous le paillasson au Sénégal, car la
culture sénégalaise insiste sur la notion de SUTURA (sans oublier les modes vestimentaires des
jeunes qui seraient quasi censurés). On le voit donc, l’invocation de l’article 256 concernant Adama
GAYE est un argument juridique pour le moins léger, qui ne peut prospérer devant aucun tribunal
sérieux. Le pouvoir connaissant parfaitement les failles liées au recours à l’article 256 du code pénal,
il ne serait pas étonnant que de nouvelles infractions soient créées et notifiées à Adama GAYE pour
assurer coute que coute son incarcération (une stratégie de multiplication des infractions « une
pratique totalement illégale »).
Etrange fonctionnement de la justice sénégalaise totalement soumise et inerte lorsque les infractions
concernent les membres du régime, et d’une incroyable célérité lorsqu’il s’agit d’emprisonner des
opposants au régime, sur des motifs fallacieux. Lorsque le griot attitré de Macky Sall, Farba N’Gom a
avoué publiquement avec arrogance et désinvolture lors de l’émission télévisée « FACE TO FACE –
TFM », devant des millions de téléspectateurs, médusés, qu’il était un porteur de mallettes,
corrompu jusqu’à la moelle des os, l’hypocrite Procureur de la République (procureur du pouvoir),
Bassirou Gueye n’a pas bougé d’un iota. Plus grave, lorsque le boulimique frère du Président Aliou
Sall, profiteur et voleur de deniers publics, dans l’énorme carnage financier PETROTIM a créé une
société privée en violation totale de la loi, le Procureur de la République est totalement aux abonnés
absents.
Atteint du syndrome d’Hubris (maladie du pouvoir), Macky Sall, saccage les institutions, vassalise
certains magistrats (qui lui doivent tout, y compris une prolongation d’activité lorsqu’ils sont atteints
par la limite d’âge), et met au pas un Procureur à tout faire. L’ignominie n’a plus de limite au Sénégal.
Dans un ouvrage intitulé « Le Droit contre les démons de la politique », l’avocat pénaliste François
Saint Pierre invite les acteurs de la justice à « maintenir fermement les principes du droit et les opposer
au pouvoir politique qui voudrait les enfreindre ». De 2012 à 2019, Macky Sall a usé et abusé du pouvoir,
violé la Constitution et les droits fondamentaux de millions de sénégalais et fait incarcérer des

milliers d’opposants. Libérez Adama GAYE pendant qu’il est temps et gare au retour de la
manivelle !
Seybani SOUGOU – E-mail : sougouparis@yahoo.fr

Affaire Wally Seck / Imam Kanté: Pourquoi JAMRA était chez Thione Seck ?

JAMRA n’était pas au courant de l’initiative de «l’Association des Imams et des
Oulémas», comme on le prétend à tort. Nous les avons fortuitement trouvés sur
place, alors que JAMRA était venue pour rencontrer, d’abord, la partie plaignante; et
comptait, aussitôt après, aller discuter avec le mise-en-cause. Ayant ainsi obtenu
l'accord des deux protagonistes, comme il se doit dans toute médiation qui se veut
crédible, le président exécutif de JAMRA, Imam Massamba Diop, devait boucler ce
processus en présidant, avec l’accord des intééssés, une rencontre finale, que
JAMRA avait prévue de tenir ce 19 juillet, à l’occasion de la «Salatul Jumah», à la
Mosquée de la Cité Gazelle de Pikine, où Imam Massamba Diop officie depuis 25
ans. Et où il a eu, à maintes reprises, à réconcilier des musulmans en divergence,
selon les préceptes de la «Chariatul islamiya».
À cet effet, il avait déjà acquis deux «Kaamil Qurane» tout neufs, qu’il comptait remettre
aux deux ex-parties en conflit, pour officialiser leur réconciliation. Tel était le plan concocté
par JAMRA, pour contribuer modestement à la résolution de ce pénible contentieux
sociétal qui indisposait tout le monde. D’autant que des informations confidentielles nous
étaient parvenues, faisant état de la volonté de certains partisans, des deux camps, mais
surtout de groupuscules incontrôlés, déterminés à en découdre, notamment le jour du
Procès, avec toutes les graves conséquences qui pouvaient en découler.
Je précise que bien avant l’épilogue de cette triste affaire, JAMRA, par la voix de son
trésorier national, El Hadji Moustapha Sy, avait eu, en direct du plateau de la 7TV, qu’il
partageait justement avec Imam Kanté, le jeudi 11 juillet 2019, à lui exprimer, prenant à
témoin des milliers de téléspectateurs, le soutien sans réserve de JAMRA, dans cette
épreuve. Propos que notre représentant à ce débat télévisé a d’ailleurs réitérés de vive
voix, après l’émission, à Imam Kanté, en insistant particulièrement sur un point, à savoir:
«de ne JAMAIS commettre l’erreur de présenter des excuses, même si l’avocat du
plaignant avait dit publiquement que c’était à cette seule condition que la plainte
pouvait être retirée». Ce qui serait, pensions-nous, un coup dur pour la Oummah
islamique et les Imams du Sénégal en particulier.
Mais, arrivée chez Thione Seck (comme convenu avec Imam Massamba Diop, qui devait,
rappelons-le, boucler le processus, lorsque les parties auront été séparément consultées),
El Hadji Moustapha Sy et moi-même avons trouvé une situation inédite, que personne à
JAMRA n’avait prévue: Thione Seck était en pleine conférence de presse avec
l’Association des Imams et des Oulémas, laquelle avait déjà entamé sa propre médiation!
Mise ainsi devant le fait accompli, JAMRA se garda de faire preuve de maladresse en
donnant l'impression d’être en concurrence avec l’Association des Imams et des Oulémas.
Et a alors accepté l’invite faite, séance tenante, par Thione Seck à Mame Mactar Guéye
de prendre la parole. C’est alors que celui-ci a délivré le message que tout le monde sait,
et dont la substance était de :
– Rappeler l’ancienneté de nos relations avec Thione Seck, datant notamment de
1995, alors qu’il était venu solliciter que JAMRA lui prêtât ses locaux, pour les

besoins du tournage de son clip (Rassoul) consacré aux louanges du Prophète
Mouhamed (psl);
– Rappeler à Waly et à l’opinion la précédente déclaration de JAMRA, fustigeant, en
janvier 2016, la nouvelle mode de «sac-de-femme-porté-par-un-homme», qui avait
valu à Waly Seck un tollé de désapprobations ;
– Alerter sur les dangers du mimétisme des sous-cultures occidentales, qui vaut
aujourd’hui à Waly Seck d’être au cœur de cette vive polémique du «tee-shirt-arc-
en-ciel»; que Waly avait porté, lors de son dernier concert à la Place de la Nation
pour, disait-on, «célébrer la victoire des Lions du Sénégal contre l’Ouganda»; alors
que ce tee-shirt est réputé être un signe de reconnaissance et symbole par
excellence de ralliement à la cause LGBT mondiale;
– Et nous avions clôturé le message de JAMRA en sermonnant Waly de faire
désormais très attention à son port vestimentaire et à ses tenues de scène; et que
JAMRA était même disposée à demander à un des nôtres de lui prodiguer des
conseils dans ce sens (il s’agit d’un styliste, metteur en scène de pièces de théâtre
islamique).
Voilà ce qui s’est réellement passé. Et JAMRA, au demeurant, rend grâce à Dieu que son
objectif ait été doublement atteint :
1) La plainte a été retirée sans que Imam Ahmadou Makhtar Kanté n’ait eu à
présenter ses excuses publiques, comme l’exigeait l’avocat de Waly Seck, comme unique
condition pour le retrait de la plainte ;
2) La paix civile a été préservée, car l’herbe avait été ainsi coupé sous les pieds
d’éléments incontrôlés qui voulaient profiter de ce différent privé pour se livrer à des actes,
dont les dommages collatéraux risquaient d’être inimaginables (le Ministre de l’Intérieur
sait parfaitement de quoi nous parlons).
Cette salutaire mesure d’apaisement a naturellement suscité un déchaînement de
passions dans les réseaux sociaux. Et aura même valu à JAMRA des tirs à boulets
rouges, pour des motivations diverses.
Mais si la préservation de la Paix sociale est à ce prix, nous acceptons volontiers
d’en encaisser ces contrecoups, avec philosophie. Et, surtout, de pardonner tous les
excès de langages de tous ceux qui avaient notamment «décrété», avec une légèreté
déconcertante, que c’est «Jamra qui a mis en scène tout ça, en complicité avec El hadji
Oumar Diéne, secrétaire général de l’Association des Imams et des Oulémas» ! Alors que
Dieu sait que nous avions perdu ce dernier de vu depuis 2013, à l’occasion des
investitures des deux Grands Serigne de Dakar. Bref, nous pardonnons tous les
dérapages. Au nom de l »Omniscient et Miséricordieux qui Voit tout. Et qui rappelle à juste
titre aux croyants, que nous sommes tous, dans Son Livre Saint: «Je suis plus proche de
vous que votre veine jugulaire». Et que le Messager d’Allah (psl) réaffirme dans un de ses
sublimes Hadiths: «Le croyant doit éviter de témoigner de ce dont il n’est pas sûr de
science certaine».
Le combat continue.
MAME MACTAR GUEYE
Vice-président de
l’ONG Islamique JAMRA,
Chargé de la Communication.
ongjamra@hotmail.com

Le 22 juillet, Wally Seck va être jugé pour une dette

YERIMPOST.COM Le chanteur Wally Seck sera encore à la barre le 22 juillet prochain, dans le cadre d’un différend autour de l’achat d’une villa à Nord-Foire. Le sieur Hassan Cissé, propriétaire de la maison en question, lui réclame 11 millions qu’il avait reconnus par une reconnaissance de dette.

Les faits remontent à 2014. Wally avait pris sur lui la décision d’acheter la maison à 100 millions cash, alors que le proprio voulait vendre sa villa à 140 millions par paiement en dollars.

Alors qu’il doit à Hassan Cissé un reliquat, Wally ne compte plus payer la dette de 11 millions et nie avoir signé une reconnaissance de dette.

Sénégal, le pays des grands hommes

Quelques soient leurs divergences, quelques soient leurs positions radicales les hommes
politiques se retrouvent toujours quand il s’agit du décret d’Allah stipulant à un des leurs de
LE rejoindre. Ils n’hésitent jamais à se rappeler de toutes les bonnes actions du défunt lors
de son vivant, comme pour dire aux anges de plaider auprès d’Allah que cet homme mérite
sa MISÉRICORDE. Cela constitue la marque de fabrique des grands hommes. Le plus grand et
le plus important jour de tout homme sans exception est le jour où devant le peuple, les
djinns, les anges et toute la création d’Allah l’on s’allonge draper de sept pièces de percale
d’une valeur n’excédant pas trois mille franc cfa pour aller répondre à l’UNIQUE en passant
dans une tombe où tout ce qui ne fait pas parti de l’âme subira le processus de
décomposition et retournera à ses origines et laissant l’âme remonter les sept cieux avec en
bandoulière toutes œuvres et actions pour aller rejoindre le grand MAGISTRAT DU SIEGE qui
connaît jusqu’au fin fond de nos pensées et intentions qui ont motivé tous nos actes du
berceau au cercueil. L’adage dit « lou gnepp wakh moy deug » ce qui veut dire que l’homme
de son vivant doit œuvrer de tout son être quelque soit l’opinion qu’on fait de lui de son
vivant pour mériter une pléthore de bons témoignages. Dans ce  monde existent des
hommes qui se sacrifient de jour comme de nuit pour la stabilité et le bien être de leur
peuple. Ils traversent des nuits entières pour réfléchir sur des solutions concernant la bonne
marche de leur société. Ils se sacrifient, ils sacrifient leurs familles, parents et proches au
service de leur peuple. Ils se livrent parfois même aux vindictes populaires pour défendre
leur peuple sur plusieurs questions que ces derniers ignorent. Certes le plus difficile dans ce
monde est de porter le combat des pauvres parce que la misère rend ingrat les gens. C’est
pourquoi il ne faut pas se battre pour le peuple mais pour ses convictions parce qu’à ce
moment tout votre être vous y pousse; incidemment, le peuple profite de votre combat. Il
ne faut s’attendre à aucune reconnaissance du peuple lorsque votre combat échoue car vous
serez taxé de tout sauf que Dieu sait mesurer le niveau d’intention de tout être humain. Les
hommes politiques sénégalais, opposition comme pouvoir se livrent à un jeu de dame dont
les pions constituent le peuple. Quelque soit le gagnant ou le perdant ils se retrouveront
quelques part pour échanger des civilités. Le peuple doit les imiter en sachant que ce qui
nous rassemble (le Sénégal) est mille fois plus important que ce qui nous divise. Le Sénégal
est plus important que nos différences religieuses, ethniques, idéologiques, etc. Sa stabilité,
son unité et son intégrité doivent être l’objectif premier de tout combat. Ousmane Tanor
Dieng a quitté ce pays en nous laissant cette stabilité, cette unicité et cette intégrité même si
des menaces se signalent de temps à autre pour écorner ce trio qui constitue les piliers
fondamentaux de toute nation. Tanor a joué et de belle manière sa partition, il appartiendra
donc à toute la classe politique sénégalaise de sauvegarder intact ce trio qui ne le sera que
dans la transparence, l’équité, la justice de tout ce qui concerne les affaires de la cité.

Qu’Allah arme de courage tous ceux qui s’adonnent à la lutte et aux sacrifices pour soulager
et éclairer ces sinueux chemins de la vie qu’arpente leur peuple.
Modou Fatma MBOW
Ingénieur
Kébémer

Dernière minute: Les élections locales officiellement reportées

YERIMPOST.COM Au cours de la réunion de la commission du dialogue politique, tenue ce matin du 16 juillet, il a été décidé, à l’unanimité des participants, que les élections locales, qui devaient se tenir en décembre 2019, ont été reportées.

Tout est parti d’une intervention de Déthié Fall. Le plénipotentiaire de Rewmi a déclaré qu’aucun scrutin ne peut plus se tenir sans qu’il y ait, au préalable, un audit du fichier électoral, du parrainage et du processus électoral en général. Pour ce faire, le député rewmiste a demandé un recours à des cabinets d’audit indépendants. Avant d’ajouter que tout cela ne peut se faire que dans un délai minimal de quatre mois.

Déthié Faye des Non-alignés a pris la parole pour, au vu du temps requis par ces exigences, proposer le report des élections locales, appuyé par Serigne Mbacké Ndiaye, plénipotentiaire de Benno Bokk Yaakaar.

Au cours de la suspension de séance qui s’en est suivie, aiguillonné par ce dernier, le président de la commission cellulaire, le général Mamadou Niang, a concocté une synthèse qu’il a lue à la reprise des travaux. La synthèse, qui préconise le report des locales à une date qui sera ultérieurement discutée, a été adoptée à l’unanimité, en l’absence de la moindre objection contraire.

 

Affaire du Tee-shirt LGBT: Wally Seck et Imam Kanté devant le juge

YERIMPOST.COM « Oui, je confirme avoir reçu, hier, une citation directe de l’avocat de Wally Seck. Mes avocats vont s’en occuper », a de nouveau écrit l’Imam Ahmadou Makhtar Kanté sur son compte Facebook, ce matin. Le jeune chanteur Wally Seck est donc formellement passé à l’acte. Il a porté plainte contre celui qui l’a accusé de porter la cause des lobbies homosexuels. Ainsi, Wally Seck et l’Imam de la mosquée du point E feront donc face au juge si les propos du religieux sont maintenus.

 

Affaire du T-shirt LGBT: Wally porte plainte contre Imam Kanté

YERIMPOST.COM L’imam Ahmadou Mokhtar Kanté accuse le fils de Thione Seck de militer pour la cause LGBT en faisant la promotion des homos… En effet, depuis le lendemain de la soirée de Wally seck sur la chaîne nationale, où le jeune chanteur avait porté un T-shirt aux couleurs du LGBT, l’imam de la mosquée du point E, à travers son compte Facebook et dans plusieurs sites d’information, a ouvertement et nommément accusé Wally de supporter les homosexuels. L’artiste outré a décidé de porter l’affaire devant les juridictions avec l’annonce d’une plainte contre l’imam.

 

Diplomatie: « A part Bordeaux, aucun autre consulat ne sera fermé en France », dixit le MAESE

YERIMPOST.COM   « Aucune fermeture de consulat général en France n’est envisagée, à part celui à Bordeaux». Précision est d’ailleurs faite que, pour ce poste, les dispositions habituelles en termes de prise en charge de nos compatriotes établis dans la juridiction et d’accompagnement des personnels diplomatique et local sont en cours. Cette fermeture entre dans le cadre des mesures de rationalisation initiées par le ministère et visant le double objectif, d’une part, d’amélioration des conditions de travail et de vie des diplomates sénégalais et, d’autre part, de renforcement de l’efficacité du réseau diplomatique du Sénégal, en particulier dans ses fonctions de diplomatie économique et d’assistance consulaire.

Pour ce qui est des Bureaux économiques, leurs missions seront désormais exécutées par les premiers conseillers en charge des questions économiques au niveau des Ambassades dont les moyens d’intervention seront de ce fait renforcés.

Tel est le communiqué de presse transmis par les services du ministère de Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur pour apporter des précisions concernant la fermeture annoncée de plusieurs consulats, notamment en France.

Rencontre à huis clos entre Me Wade et MLD

YERIMPOST.COM Me Abdoulaye Wade et Mamadou Lamine Diallo ont eu un tête-à-tête ce mercredi 3 juillet. Si pas grand chose n’a filtré de cette rencontre, Vox Populi, qui rapporte l’information, croit savoir que les discussions portaient essentiellement sur le pétrole sénégalais qui défraie la chronique avec le scandale déclenché par la BBC. Invité par Mamoudou Ibra Kane au Jury du dimanche, ce 30 juin, le président du mouvement Tekki confessait que l’ancien chef de l’Etat devrait être entendu par les enquêteurs sur ce dossier. Le lendemain, Mamadou Lamine Diallo se rétractait, écrivant sur sa page Facebook qu’il n’avait jamais demandé l’audition de Me Wade.

Ce mercredi, dans ces colonnes, nous écrivions que Me Abdoulaye Wade allait tenir incessamment une conférence de presse, sur demande des cadres libéraux, sur le pétrole. Est-ce pour préparer son exposé que le secrétaire général du PDS a convié MLD à cette rencontre ?

Elections locales: une forte caution exigée aux candidats

YERIMPOST.COM Le ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, a signé, ce mercredi 3 juillet, l’arrêté fixant le montant de la caution pour les locales. Le montant est de 20 millions pour chaque candidat répartis comme suit: 10 millions pour les municipales et 10 millions pour les départementales. Ces élections doivent se tenir en décembre prochain.

Taux du sida à Kolda: Froide révélation de la ministre Néné Fatoumata Tall

YERIMPOST.COM Au Sénégal, la prévalence au sein de la population générale est passée certes de 0,7 à 0,5%. Cependant, cette baisse notée dans le pays n’est nullement observée à Kolda. Selon la ministre de la Jeunesse, « malgré ce faible taux de prévalence chez les jeunes, nous notons des disparités au niveau des régions. Ainsi, à Kolda, nous avons un taux de prévalence de 2,4% avec, comme point d’orgue, le marché hebdomadaire de Diaobé, polarisant toute la sous-région, qui serait un facteur important dans la transmission ». Pour Néné Fatoumata Tall, qui intervenait à Kolda lors de la 17e édition de la Semaine Jeunesse Sida, « avec une prise de conscience collective et responsable, on peut arriver à avoir 0% de taux de prévalence chez les jeunes”.

Possible interdiction du 4e rassemblement: Réaction énergique de Aar Li Nu Bokk

YERIMPOST.COM Les membres de la plateforme Aar Li Nu Bokk sont formels, ils n’accepteront nullement une interdiction de leur rassemblement prévu cette-fois non pas le vendredi, mais plutôt le samedi, toujours à la place de l’obélisque. « La plateforme Aar Li Nu Bokk tient à rappeler au Préfet de Dakar que tout arrêté d’interdiction de son rassemblement, sous quelque motif que ce soit, sera rejeté. Nous prenons l’opinion nationale et internationale à témoin. Aucun sabotage ne sera plus toléré. Nous comprenons ses manœuvres et ses manipulations. (…) S’il choisit et persiste dans la voie de la déraison, il sera tenu pour responsable de tout ce qui pourrait découler de ses actes« , a affirmé l’un des porte-paroles du jour, Babacar Diop du mouvement des Forces démocratiques du Sénégal (FDS).

Dans la même veine, Guy Marius Sagna de France Dégage a voulu signaler au président de la République, Macky Sall, et autres autorités du pays que les membres du mouvement Aar Li Nu Bokk ne vont jamais fléchir devant les menaces et autres pressions.

 

Rapport 2019: Human Rights Watch enfonce les maîtres coraniques

YERIMPOST.COM Human Rights Watch a sorti un rapport ce mardi 2 juillet sur la situation des talibés au Sénégal. Dans la note rendue publique, l’Organisation non-gouvernementale maintient ses accusations contre les maîtres coraniques qui, selon elle, maltraitent les talibés. Toujours dans le rapport, HRW fait état de 16 cas de talibés tués par leurs maîtres et exige des autorités des poursuites judiciaires.

Elections locales et hausse du coût de la vie: Le PDS prêt à l’action

YERIMPOST.COM Ci-dessous son communiqué…

 

Le Parti Démocratique Sénégalais a désigné une délégation pour participer à la rencontre initiée par le Ministre de l’Intérieur, dans le cadre de la préparation des élections territoriales du 1er décembre 2019. A cette occasion, le PDS voudrait rappeler à l’ensemble de ses militants et aux sénégalais ce qui suit :
1°) Les mandats des conseillers territoriaux échus le 29 juin 2019 ont été prorogés de manière illégitime par le Président Macky Sall. Le PDS exige du Gouvernement le respect de la nouvelle date du 1er décembre 2019 pour l’organisation des prochaines élections territoriales et s’oppose à toute forme de confiscation du suffrage des électeurs, même par le biais d’un nouveau report des élections ou par l’installation de délégations spéciales.
2°) En dépit de l’opposition quasi-unanime de nos partis, Macky Sall avait maintenu le système du parrainage citoyen à la présidentielle, pour éliminer, de manière illégitime des candidats bien ciblés.
Le PDS prend acte du maintien du système de parrainages pour les prochaines élections locales et exige du Gouvernement de prendre toutes les dispositions nécessaires pour que les partis puissent suivre et évaluer le processus de parrainages au niveau des préfectures et sous-préfectures, conformément aux dispositions pertinentes de la loi, en incluant les listes concernées dans l’ensemble du processus.
3°) Le PDS dénonce les récentes mesures d’augmentation des prix des produits pétroliers qui engendreront une cascade d’augmentations de ceux des denrées de premières nécessités, du transport et de l’électricité. Suite à ces mesures qui consacrent la faillite de la gestion de Macky SALL et qui vont plonger dans la pauvreté des millions de sénégalais, le PDS appelle tous ses militants et tous les sénégalais à s’organiser et à se mobiliser massivement derrière ses listes pour sanctionner l’incompétence de Macky Sall et les dérives mafieuses de son régime, la mal gouvernance chronique.

Pour le Secrétaire Général National du PDS,
Me Abdoulaye Wade

Dr. Cheikh Dieng,
Secrétaire National
chargé des élections

Banque Mondiale: Le Sénégal réintègre le Middle income contries

YERIMPOST.COM « Le Sénégal a perdu sa qualification de «Pays à revenus intermédiaires» (MIC – Middle income contry) en 2016. Depuis, il était classifié comme Pays à faible revenu (LIC, Lower income country) ». Grâce à la croissance récente et au changement de l’année de base des Comptes Nationaux pour le calcul de son PIB qui a été publié en 2018, le Sénégal  a été re-classifié, à nouveau, comme « Pays à revenu intermédiaire » ce 1er juillet. Ainsi, le revenu national brut (RNB) par habitant  passe de 1026 dollars US à 3995 dollars US.

Hausse du carburant: les nouveaux prix en vigueur

YERIMPOST.COM La semaine dernière, nous prévoyions dans ces colonnes l’augmentation prochaine du prix du carburant. La mesure sera effective à compter de ce samedi 29 juin à 18 heures. « Dans le souci de limiter les impacts des hausses des cours mondiaux sur les consommateurs sénégalais, le gouvernement avait alors décidé de bloquer les prix des produits tels que le supercarburant, l’essence ordinaire, l’essence pirogue, le gasoil, le pétrole lampant, le gaz butane et le diesel oil. Tenant compte du renchérissement des cours du baril qui pèse sur la facture pétrolière et sur la collectivité, l’Etat a décidé de répercuter une partie de la hausse sur les prix à la pompe du supercarburant et du gasoil », lit-on dans le communiqué transmis à la presse. Ainsi, comme indiqué dans ce tableau ci-dessous, le Super passe de 695 F à 775 F le litre, soit une hausse de 80 francs. Et le Gasoil quitte 595 F pour 655 F, soit 60 francs de plus.

 

Révélations sur le contenu de ce colis d’Ousmane Sonko qui a fort surpris les enquêteurs !!!

YERIMPOST.COM En date du 25 juin, les enquêteurs de la Division des investigations criminelles (DIC), chargés de faire la lumière sur le scandale dit des 10 milliards de dollars déclenché par le reportage de la BBC, ont reçu un colis émanant d’Ousmane Sonko, leader de Pastef/Les Patriotes.

Lorsqu’ils l’ont ouvert, Yerimpost est en mesure d’écrire qu’ils n’y ont trouvé, à leur grande surprise, que deux pièces: une lettre de Sonko datée du 24 juin 2019 et un exemplaire de son ouvrage Pétrole et gaz au Sénégal: Chronique d’une spoliation, pamphlet paru en mai 2017.

Dans sa lettre à l’écriture fine, longue d’une bonne page, Ousmane Sonko a expliqué les raisons pour lesquelles il a décidé de ne pas déférer à la convocation de la DIC. Le leader de Pastef a évoqué un entretien téléphonique qu’il aurait eu avec le chef des enquêteurs au cours duquel ce dernier lui aurait dit qu’il n’est pas convoqué mais « invité » à apporter des éléments de nature à contribuer à la manifestation de la vérité. Assurant qu’il se serait présenté s’il avait été convoqué, Sonko a poliment décliné « l’invitation ».

Poursuivant sa lettre écrite dans des termes en quelques endroits corrosifs, Ousmane Sonko a ajouté qu’il ne peut pas se déplacer pour les besoins d’une enquête diligentée par un procureur dénué de sérieux dans sa démarche, qui fait dans le dilatoire, et ayant opté pour une posture à décharge qui transparaîtrait dans les propos tenus lors de sa conférence de presse du mercredi 12 juin 2019.

Fort de ces arguments, Sonko a terminé par dire qu’il attend une enquête sérieuse, diligentée par un parquet impartial, pour distraire son temps à y participer.

En conclusion, il a indiqué aux enquêteurs qu’il tenait à leur disposition l’exemplaire de son livre joint au courrier. Non sans indiquer qu’il y a décrit la spoliation du Sénégal orchestrée par, dit-il, Macky Sall, Aliou Sall, Aly Ngouille Ndiaye, et des sociétés étrangères.

Après réception du colis, les enquêteurs de la DIC sont restés sur leur faim. Au vu du positionnement d’Ousmane Sonko dans le débat autour de la gestion du pétrole et du gaz, ils s’attendaient à recevoir de lui des documents ou éléments de nature à définitivement faire éclater la vérité dans ce scandale qui tient le Sénégal en haleine depuis plusieurs semaines.

Cheikh Yérim Seck

Instances de l’APR: Macky Sall éjecte Ndéye Marième Badiane et Thérèse Faye Diouf

C O M M U N I Q U E

Dakar, le 24 juin 2019

Le Président Macky SALL, Président de l’Alliance Pour la République (APR) vient de procéder
à des changements à la tête du Mouvement National des Femmes de l’APR et de la
Convergence des Jeunesses Républicaines (Cojer).
1 Madame Ndèye Sally Diop DIENG, Ministre de la Femme et de la Famille, est
nommée Présidente du Mouvement National des Femmes de l’APR en remplacement de
Madame Ndèye Marième Badiane, qui a présidé aux destinées dudit Mouvement depuis
2009.
2 Monsieur Moussa SOW, Responsable Jeune du département de Linguère, remplace
Madame Thérèse Faye DIOUF qui dirigeait la Convergence de Jeunesses Républicaines
(COJER) depuis 2015.
Ainsi, le Président Macky SALL leur adresse ses vifs remerciements pour les bons et loyaux
services rendus à leurs différentes structures ainsi qu’à l’Alliance Pour la République. Il salue
également, leur engagement dans notre cause commune, le développement et l’émergence
du Sénégal.

Le Porte-parole national
Seydou GUEYE

Démission de Aliou Sall: un acte historique, selon Ousmane Faye

Ousmane Faye salue l’acte qu’il juge historique, demande aux détracteurs du maire de Guédiawaye d’en faire autant s’ils croient au Coran, et interpelle le chef de l’Etat pour siffler la fin de la récréation

Comme un couperet, la nouvelle vient de tomber en ce début d’après-midi du lundi 24 juin 2019 : Aliou Sall rend le tablier et n’est plus, désormais, le Directeur général de la Caisse des Dépôts et des Consignations (CDC). Cette information a fait réagir plus d’un, notamment le leader de Manko Wattu Sénégal qui juge cet acte historique dès lors qu’il met à l’aise le chef de l’Etat et le l’ensemble du gouvernement. Mieux, Ousmane Faye invite l’opposition et l’ensemble des détracteurs du maire de Guédiawaye d’imiter le geste en posant la main sur le Coran s’ils sont véridiques dans leurs déclarations incendiaires, avant d’interpeler le Président de la République pour mettre fin à cette farce qui a trop duré selon lui.

Aliou Sall vient de poser un acte très fort en démissionnant de la Direction Générale de la Caisse des Dépôts et des Consignations. Du moins, selon Ousmane Faye, « pour tout musulman imbu de hautes qualités et des bonnes valeurs sénégalaises, cette démission est véritablement une preuve des bonnes intentions qui laisseront éclater la vérité dans cette affaire où il s’est senti offensé jusque dans sa chair. D’ailleurs, l’élan de soutien des populations de Guédiawaye pour dire NON à cette démission en témoigne longuement sur l’homme », a reconnu le leader de MWS. Réagissant à cette démission, Me Faye ajoute : « nous le félicitons pour le courage et la sincérité qui l’animaient en posant cet acte historique, même si on avait jugé qu’il ne devait en arriver là. Mais, nous apprécions à sa juste valeur qu’il veuille mettre à l’aise son frère et le régime en posant cet acte très noble devant ce que nous appelons des ‘’tiakhaneries’’ (élucubrations et des amusements) ». D’ailleurs, poursuit Ousmane Faye, « nous demandons aux détracteurs du maire de Guédiawaye d’en faire autant, c’est-à-dire, de jurer sur le Coran s’ils sont sincères dans leurs propos qui laissent entendre que Aliou Sall est fautif ». En tout cas, le débat est clos et l’affaire est entre les mains de la justice qui a les coudées franches pour éclairer la lanterne des sénégalais sur la véracité des propos des uns et des autres. « Nous demandons enfin au chef de l’Etat de siffler la fin de la récréation et d’agir en toute responsabilité devant n’importe quelle personne qui s’aventurerait à donner de fausses informations pour induire en erreur les sénégalais. Rien ne sera plus jamais toléré dans cette affaire », décrète Ousmane Faye.

Cellule de com d’Ousmane Faye

Affaire Aliou Sall: Le Grand Parti prend enfin position

Le Bureau politique du Grand Parti (BP/GP) s’est réuni ce 19/06/2019, afin d’examiner  les points inscrits à son ordre du jour :

– La situation nationale ;

– La vie du Parti.

A l’entame des travaux, le BP/GP a entendu une importante communication du Président Malick GAKOU sur la situation économique et sociale du pays.

A cet égard, le Président Malick GAKOU n’a pas manqué d’insister sur l’approfondissement de nouvelles politiques alternatives pour arrimer notre pays au rang des Nations avec une croissance inclusive, porteuse de bien-être social pour les populations.

Face à cet encrage, il a exhorté les cadres à s’approprier davantage  et à diffuser largement le Programme Alternatif Suxxali Senegaal (PASS).

Abordant le premier point de l’ordre du jour, le BP/GP a réaffirmé l’impérieuse nécessité d’une gestion transparente et efficiente des ressources naturelles au service exclusif des intérêts supérieurs du peuple sénégalais.

A cet égard, il en appelle à la responsabilité du gouvernement de prendre les dispositions idoines afin de faire bénéficier à notre pays les meilleurs avantages comparatifs d’une utilisation judicieuse des contrats gaziers et pétroliers pour son développement harmonieux et en l’engageant dans la voie de son industrialisation.

Face à cette situation, le BP/GP dénonce, avec la dernière énergie, l’interdiction et la répression de la marche organisée par le mouvement « Aar li ñu bokk », la liberté de marche étant un principe garanti par notre Constitution.

Le BP/GP appelle les militants du Grand Parti à participer massivement à toutes les manifestations de nature à garantir à notre pays les gages d’une démocratie moderne avec une vive expression des libertés.

Le BP/GP a aussi fait état de la situation économique inquiétante du pays marquée par le poids de la dette qui s’alourdit de jour en jour et qui constitue une sérieuse menace pour l’équilibre des finances publiques mais aussi une entrave à la mise en exergue d’une croissance inclusive seul gage de développement humain durable.

Cela appelle une réduction du train de vie de l’Etat et une gestion optimale des finances publiques.

Pour ce qui concerne le dialogue national lancé par le Président de la République, M. Macky SALL, le BP/GP a réaffirmé sa volonté d’y participer avec les principales forces de l’opposition réunies dans le cadre du FRN afin de discuter des questions d’intérêt national ayant trait au développement économique et social, au renforcement de la démocratie et de l’Etat de droit, à l’indépendance de la justice, à la gestion efficiente de nos ressources naturelles etc.

Avec le démarrage prochain de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), le BP/GP manifeste sa confiance totale et entière à nos Lions de la Téranga pour une brillante victoire lors de cette compétition phare regroupant la crème du football africain.

Ce faisant, le BP/GP appelle à la cohésion et à la solidarité du peuple sénégalais afin de supporter, dans l’union des cœurs, notre vaillante équipe nationale.

Au demeurant, le BP/GP félicite le Ministère des Sports, la Fédération Sénégalaise de Football et le staff technique pour la qualité de la préparation de nos Lions en perspective de cette CAN Egypte 2019.

Abordant la vie du parti, le BP/GP s’est réjoui du regain de mobilisation des militants à la base qui s’activent au quotidien pour la massification en vue de porter haut le flambeau du Grand Parti lors des échéances politiques à venir.

Une tournée nationale dirigée par le Président Malick GAKOU sera organisée après le démarrage de la nouvelle vente des cartes prévu le 01er juillet 2019.

Dans cette perspective, le BP/GP a instruit l’honorable député Malick GUEYE  de proposer, dans les meilleurs délais,  un planning à cet effet.

Le BP/GP a aussi rappelé l’organisation, à l’occasion de la célébration du quatrième anniversaire du Parti, de l’Université d’été du Grand Parti les 16, 17 et 18 août 2019 afin de mener, avec les Forces vives de la Nation une large réflexion sur les grandes orientations économiques, sociales, culturelles et environnementales de notre pays autour de deux thèmes centraux :

1-         « Société, développement et progrès social. »

2-         « Gestion des ressources naturelles et croissance inclusive »

Pour une bonne préparation de ces importantes assises, un comité d’organisation, dirigé par le Dr Bérouba GUISSE, Secrétaire politique national, a été mis en place.

 

Fait à Dakar, le 19 juin 2019

Le Bureau politique du Grand Parti

Porte-Parole du Jour

El Hadji Abdou WADE

Et s’il s’expliquait !

Décidément, il apparaît de plus en plus clairement qu’on prend le peuple pour moins que rien. Et il n’a droit qu’à entendre des salinités sur ceux qui le gouvernent. Et des contre-vérités, aussi. Il n’a pas droit à l’explication après interpellation. Il est trop immature pour ça.

Alors qu’il s’attendait, puisqu’il a saisi sa plume, lui l’interpelé, à sa réaction.

Mais rien. NADA, TOUSS.

Nous avons eu droit à des refrains philosophiques et de prospectives futuristes.

Alors, qu’il est question du réel concret. Une accusation clairement portée contre sa personne pour avoir bénéficié de commissions du fait de sa responsabilité d’alors.

C’EST DE ÇA DONT T’IL S’AGIT !

Pour porter les aspirations du peuple à une gestion transparente de ses ressources, il faut soi-même, leurs donner réalité et les incarner à tout moment, en toutes circonstances.

Pas seulement, quand on n’est plus aux affaires. Pas seulement quand on cherche par la nuisance à éroder la crédibilité d’une personnalité légitimée par le suffrage universel.

Pas seulement, quand on convoite une posture politique que son aura rend difficile à obtenir.

Ne nous positionnons pas sur des questions pour lesquelles, tout notre parcours durant. D’adolescent à adulte, d’élève à vie active, nous nous en sommes écartés, soucieux qu’on était de s’occuper de notre « avenir «.

Lui et l’autre ! Étaient-ils dans les barricades de l’époque quand il s’agit de conquérir nos droits, démocratiques comme sociaux.

Et lors des combats pour un processus électoral clean ? Et les derniers mouvements, à la base de la deuxième alternance de 2012, notre conquête.

Deux explications attendues.

D’abord, sur les accusations de corruption pour crédibiliser la nouvelle posture recherchée. A défaut, arrêtez de nous tympaniser.

Ensuite, nous édifier sur vos parcours de contributeurs à la construction de notre démocratie.

A défaut, arrêtez de nous tympaniser.

Harouna Hanne

Citoyen sénégalais.

 

Le serment de Sonko devant le peuple

YERIMPOST.COM   Prenant la parole devant les manifestants aux allées du Centenaire, Ousmane Sonko a porté un message. Un message de pardon, c’est ce que le leader de Pastef/Les Patriotes a adressé au président Macky Sall. Mais un pardon non sans conditions. Ousmane Sonko exige du chef de l’Etat de revoir tous les contrats concernant les ressources naturelles du Sénégal. Mais aussi que le président Sall répare ces inégalités économiques et sociales que vivent certains Sénégalais.

Sans quoi l’ancien inspecteur des impôts jure devant le peuple que les tenants du régime actuel seront traduits tôt ou tard devant la justice.

Charge contre Aliou Sall: Elhadji Kassé récidive sur Africa Nº1 !

YERIMPOST.COM Diantre ! Ce séjour d’Elhadj Hamidou Kassé au pays de Marianne ! Alors que sa sortie de ce mercredi 19 juin sur TV5 continue de faire des ravages, le ministre-conseiller du chef de l’Etat a récidivé. Cette fois, Elhadj Kassé passait sur Africa Nº1 pour apporter « encore » des éclairages sur le scandale des contrats pétroliers révélé par la BBC et dans lequel Aliou Sall est cité.

Dans cette nouvelle sortie qui risque de sceller définitivement la rupture entre le chef de l’Etat et son « monsieur com », Elhadji Kassé fait une révélation détonante sur la nomination d’Aliou Sall à la Caisse des dépôts et des consignations (CDC). A l’en croire, le président de la République, qui avait promis de ne jamais signer un décret nommant un membre de sa famille, a été mis dos au mur pour nommer son frère à la tête de la CDC. Par qui ? Pourquoi ? Elhadj Hamidou Kassé ne s’avancera pas plus loin, mais souligne qu’Aliou Sall est un haut fonctionnaire parfaitement capable de diriger la Caisse de dépôts et de consignations.

Sonko appelle les Sénégalais a s’armer du même courage que le peuple égyptien

YERIMPOST.COM Le peuple sénégalais ne doit accepter d’être moins courageux que le peuple égyptien qui a su prendre son avenir en main. C’est l’avis de Ousmane Sonko sur la question de la lutte contre la nébuleuse qui entoure la signature des contrats pétroliers au Sénégal. Pour lui, les Sénégalais doivent sortir dans les rues, manifester pacifiquement afin de dicter leur volonté au président Macky Sall pour une prise de décision idoine au règlement du scandale Petrotim Aliou Sall. Sonko animait une conférence de presse pour se prononcer derechef sur l’actualité.

Rachat de parts à Frank Timis: Sonko traduit BP en justice

YERIMPOST.COM Ousmane Sonko ne se limite plus à s’attaquer aux agissements de Aliou Sall ainsi que du gouvernement dans la gestion du pétrole et du gaz. Selon le leader de Pastef, l’entreprise BP est aussi responsable de la situation, car sachant depuis 2017 qu’il y a eu une nébuleuse dans la signature des contrats et que les parts antérieurement détenues par Frank Timis et achetées par BP lui-même appartenaient au peuple du Sénégal….

 

Pape Samba Mboup sur le meurtre de Me Sèye: « Je veux confesser tout ce qui s’est passé ce jour-là! »

YERIMPOST.COM « Je veux confesser tout ce que je sais de cette affaire avant de mourir! » Pape Samba Mboup demande la réouverture du procès Me Babacar Sèye. L’ancien chef de cabinet du président Abdoulaye Wade estime que le moment est arrivé où  les Sénégalais doivent savoir toute la vérité sur l’assassinat de l’ancien vice-président du Conseil constitutionnel. Selon lui, c’est le moment ou jamais pour la justice, puisque des témoins de ce jour sombre du 15 mai 1993 sont encore en vie. Pape Samba Mboup veut participer à la manifestation de la vérité sur ce meurtre. Une requête qui intervient au moment où l’un des principaux accusés de cet assassinat, amnistié bien des années plus tard, se positionne comme l’expert parmi les experts du débat pétro-gazier.

Dialogue politique: le FNR menace de quitter pour un motif lié à l’actualité

YERIMPOST.COM A ce rythme, le chef de l’Etat va certainement regretter d’avoir initié ce dialogue politique. Au sein de l’opposition, toutes les occasions sont désormais bonnes pour menacer de quitter la table des négociations. Après la demande d’un terrain neutre, la dernière de l’opposition présente au dialogue date de ce mercredi 19 juin. Dans le communiqué transmis à la presse, le Front de résistance national dénonce la manifestation réprimée de vendredi dernier de Aar li nu bokk pour exiger la transparence dans la gestion des ressources pétrolières et gazières. Mamadou Diop Decroix et cie mettent en garde qu’une telle situation ne saurait être acceptée…

Aar li nu bokk envoie un courrier salé au préfet de Dakar

Monsieur le préfet,

La plateforme AAR LI NU BOKK dénonce énergiquement votre posture anti-démocratique dans le traitement des demandes de manifestation des citoyens sénégalais.

Vous avez attendu jusqu’au 14 juin à 09h30 pour nous donner l’arrêté d’interdiction alors que notre manifestation était prévue pour 15h soit 05h30 avant.
Cette attitude est scandaleuse et inacceptable en République. Le préfet que vous êtes, payé par le contribuable sénégalais se doit de respecter et de faire respecter la loi fondamentale avec la hauteur qui sied à la fonction.

Monsieur le préfet, comment se fait-il que dans la soirée du 13 juin des radios sachent avant AAR LI NU BOKK, organisatrice, que notre manifestation était interdite ? Comment la presse écrite sortie le lendemain a pu être informée de cette interdiction avant la plateforme ?

Monsieur le préfet, pour notre manifestation prévue le vendredi 21 juin, AAR LI NU BOKK vous a adressé, depuis le 17 juin une lettre d’information. Jusqu’au moment où les citoyens sénégalais lisent ces lignes, en même temps que vous, nos camarades signataires de la déclaration de manifestation n’ont pas été convoqués par la police pour les formalités d’usage. Pourquoi ?

Pourtant, M. le préfet depuis le 17 janvier 2017, vous le savez sans doute, toute interdiction d’une manifestation qui ne permet pas au juge de se prononcer dans les délais de 48 heures, est une violation de la loi.

AAR LI NU BOKK vous invite à respecter la loi et la Constitution du Sénégal pour une fois, en prenant toutes les dispositions requises pour encadrer la manifestation pacifique prévue le 21 juin, comme la loi vous l’impose. Au cas contraire, l’opinion nationale et internationale vous tiendra responsable d’éventuels troubles à l’ordre public.

Le comité d’initiative de la plateforme citoyenne « AAR LI NU BOKK »

Dossier Petrotim: Elhadji a « Kassé » Aliou Sall sur TV5

YERIMPOST.COM Il est censé être du camp d’Aliou Sall et, pourtant, ce mercredi 19 juin, le ministre-conseiller auprès du président de la République a pris le contre-pied de la version qui était jusque-là défendue. L’on peut même parler de sortie malencontreuse d’Elhadj Hamidou Kassé. Sur le plateau de TV5, il dit donner une « information »: la société Agritrans a bel et bien reçu le montant de 250 000 dollars de Timis pour… une consultance dans le secteur agricole. « C’est l’explication que vous donnez…? », a martelé la journaliste. Réponse d’Elhadji Hamidou Kassé: « Ce n’est pas une explication, c’est de l’information! » Pareille avait été jusqu’ici rejetée par le principal concerné, Aliou Sall himself, depuis le lendemain de la diffusion du reportage de BBC. Plus dévastatrice que la dévastation, cette affirmation du « monsieur com » de la Présidence vient mettre à nu le malaise du camp du pouvoir dans cette affaire.

Affaire Petrotim: Abdoul Mbaye se glisse sur la liste des « témoins »

YERIMPOST.COM Ses déboires avec son ex-épouse ne le détournent pas de son combat. Serigne Bassirou Guèye lançait un « appel à témoins » à ceux qui détiennent des informations susceptibles de faire bouger les lignes de cette enquête sur le scandale à 10 milliards de dollars. Il faut dire que l’ancien Premier ministre de Macky Sall aime le formel. Abdoul Mbaye détient des preuves et ne demande qu’à être entendu par les limiers chargés d’enquêter. Il a de la matière pour éclairer la lanterne des Sénégalais. Dans cette correspondance ci-dessous à l’attention du directeur de la Division des investigation criminelles (DIC), il réitère sa disponibilité à se faire auditionner et attend qu’un rendez-vous lui soit fixé.

Démission de l’AMS: Barthélémy Dias acte son départ

YERIMPOST.COM La semaine dernière, au cours de sa conférence de presse, il manifestait sa volonté de démissionner. La chose est actée ! Barthélémy Dias n’est officiellement plus membre de l’Association des maires du Sénégal (AMS). Il proteste ainsi au soutien de l’AMS contre Aliou Sall, président de ladite association cité dans ce scandale des contrats pétroliers. Barthélémy Dias, qui aurait souhaité le même soutien au moment de l’interpellation de Khalifa Sall, dit refuser de continuer à être membre d’une association partisane

Aar li nu bokk: Imam Kanté démissionne

YERIMPOST.COM Il en était membre fondateur, il a décidé de quitter la plateforme. Imam Ahmadou Makhtar Kanté vient d’annoncer son retrait de Aar li nu bokk. Logique, quand on sait que, vendredi dernier déjà, l’Imam de la mosquée du Point E avait boycotté la manifestation, suite au refus du préfet de Dakar d’autoriser ce rassemblement. Au cours de la conférence de presse du mardi 18 juin de ladite plateforme annonçant un nouveau rassemblement vendredi prochain, Imam Kanté n’était pas présent. Cependant, il annonce poursuivre ce combat de citoyenneté active.

Les nominations en Conseil des ministres du 19 juin 2019

Le Président de la République a présidé ce mercredi 19 juin, à 15 heures au Palais de la République la séance hebdomadaire du conseil des Ministres.

Au titre des mesures individuelles, le Chef de l’État a pris les mesures suivantes :

Monsieur Alyoune Badara DIOP, Administrateur civil principal, est nommé Secrétaire Général Adjoint du Gouvernement.

Monsieur Cheikh Ahmed Tidiane Dieng, gestionnaire de projets, est nommé président du Conseil d’Orientation du Programme National des Domaines Agricoles (PRODAC).

Monsieur Mousse Bar FAYE, Conseiller en Travail Social ; est nommé Directeur General du Développement Communautaire et de l’Equité au Ministère du Développement Communautaire ; de l’Equité Territoriale et Sociale.

Docteur Arame Top SENE, Sociologue, précédemment Directeur de l’Encadrement de l’Economie sociale et solidaire, est nommée Directeur général de l’Action sociale au ministère de la Santé et de l’Action sociale, en remplacement du Docteur Khadissatou GAYE ALAINCHAR, appelée à d’autres fonctions ;

Docteur Fatou Mbaye SYLLA, Médecin de Santé publique, matricule de solde n° 603 253/I, précédemment Directeur de l’Hôpital pour Enfants de Diamniadio au ministère de la santé et de l’Action sociale, est nommée Directeur Général des Etablissements de Santé ;

Professeur Amadou Moctar DIEYE, Professeur titulaire des Universités en Pharmacologie, matricule de solde n°403 618/F, précédemment Directeur de la Pharmacie et du Médicament, est nommé Directeur des Laboratoires au ministère de la Santé et de l’Action sociale, en remplacement du Professeur Ahmad Iyane SOW, appelé à d’autres fonctions ;

Docteur Mor DIAW, Médecin de Santé publique, matricule de solde n° 603 223/F, précédemment Directeur des Etablissements de Santé, est nommé Directeur des Etablissements publics de Santé à la Direction générale des Etablissements de Santé au ministère de la Santé et de l’Action sociale ;

Madame Mame Fama DIENG, Cadre de Gestion, matricule de solde n° 620 965/D, précédemment Chef des Services administratifs et financiers du Centre hospitalier national universitaire de Fann, est nommée Directeur de l’Hôpital pour enfants de Diamniadio au ministère de la Santé et de l’Action sociale, en remplacement du Docteur Fatou Mbaye SYLLA, appelée à d’autres fonctions ;

Madame Khady SAMBA, conseillère en planification, est nommée Directrice de l’Encadrement de l’Economie sociale et solidaire, au ministère de la Microfinance et de l’Economie sociale et solidaire, en remplacement de Madame Arame Top appelée à d’autres fonctions.

Monsieur Cheikh Abdoul Ahad Mbacké SARR, Planificateur, matricule de solde n° 610 987/C, est nommé Directeur de l’Administration générale et de l’Equipement du ministère des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, en remplacement de Monsieur Amadou Tidiane FALL, appelé à d’autres fonctions ;

Madame Fatoumata Diouf, titulaire du Diplôme d’études supérieures spécialisées en décentralisation et aménagement du territoire, est nommée Directrice des Stratégies et du Suivi évaluation, au ministère de la Microfinance et de l’Economie sociale et solidaire, en remplacement de Madame Khady samba appelée à ‘autres fonctions.

Monsieur Mamour Ousmane BA, Conseiller en Planification de Classe exceptionnelle, matricule de solde 509 572/N, précédemment Chef de la Division de la Coopération et des Financements à la Direction de la Coopération et des Financements Extérieurs, est nommé Directeur de la Coopération Economique et Financière à la Direction générale de la Coopération et des Financements Extérieurs au Ministère de l’Economie, du Plan et de la Coopération.

Monsieur Djibril DIONE, Ingénieur Statisticien Economiste, précédemment Economiste principal à l’Unité de Formulation et de Coordination du second programme MCA-Sénégal, est nommé Directeur de la Prévision et des Etudes économiques à la Direction générale de la Planification et des Politiques économiques du Ministère de l’Economie, du Plan et de la Coopération.

Madame Maguette DIOP, Economiste, précédemment Contrôleur interne à la Direction générale de la Planification et des Politiques Economiques du Ministère de l’Economie, du Plan et de la Coopération, est nommé Inspecteur des Affaires Administratives et Financières au Ministère de l’Economie, du Plan et de la Coopération.

Monsieur Ibrahima DIENG, Inspecteur du Travail et de la Sécurité Sociale, matricule de solde n°515 700/B, précédemment Chef de la Division des Ressources Humaines et de l’Action sociale à la Direction de l’Administration et du Personnel de la Direction Générale de la Comptabilité Publique et du Trésor, est nommé Directeur des Ressources Humaines au Ministère de l’Economie, du Plan et de la Coopération.

 

Monsieur Maxime Jean Simon NDIAYE,

Ministre, Secrétaire Général du Gouvernement

Samuel Sarr aux enquêteurs: « Nafi Ngom Keïta est capable de tout! »

YERIMPOST.COM Le rapport de l’Inspection générale d’Etat sur Petrotim, qui s’est retrouvé sur la toile, c’est l’oeuvre de l’ancienne patronne de l’Office nationale de lutte contre la fraude et la corruption (OFNAC). Face aux enquêteurs de la Section de recherches de la gendarmerie de Colobane, Samuel Sarr a réitéré ses accusations contre Nafi Ngom Keïta qui, selon lui, « est capable de tout ». Persistant, l’ancien ministre de l’Energie sous Wade a dirigé le regard des gendarmes vers ces contrats pétroliers signés par l’Etat du Sénégal qui se sont retrouvés entre les mains d’une organisation américaine…

1 2 3 149
° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR