Blog de Cheikh Yerim Seck

Tag archive

victime

Vidéo- Condetto Niang: « J’ai été victime d’un règlement de comptes. Je vais me venger! »

YERIMPOST.COM Aphone depuis cinq (5) ans, c’est avec l’équipe de Yerimpost que l’ancien président du Conseil d’administration de la Lonase a brisé le silence. Ibrahima Condetto Niang a été blanchi par la Justice sénégalaise des soupçons de détournement de fonds publics en complicité avec son directeur de l’époque, Baïla Wane. Une accusation qui lui avait valu 10 mois de prison avant d’obtenir un non-lieu total. Condetto Niang s’était, depuis, emmuré dans un silence qui en dit long sur ses ressentiments. Dans cet entretien à bâtons rompus, le non moins membre du comité directeur du Parti démocratique sénégalais s’est totalement lâché.









Vidéo- Condetto Niang: "J'ai été victime d'un règlement de comptes. Je vais me venger!"

YERIMPOST.COM Aphone depuis cinq (5) ans, c’est avec l’équipe de Yerimpost que l’ancien président du Conseil d’administration de la Lonase a brisé le silence. Ibrahima Condetto Niang a été blanchi par la Justice sénégalaise des soupçons de détournement de fonds publics en complicité avec son directeur de l’époque, Baïla Wane. Une accusation qui lui avait valu 10 mois de prison avant d’obtenir un non-lieu total. Condetto Niang s’était, depuis, emmuré dans un silence qui en dit long sur ses ressentiments. Dans cet entretien à bâtons rompus, le non moins membre du comité directeur du Parti démocratique sénégalais s’est totalement lâché.








Un candidat au bac victime d’une crise cardiaque sur un terrain de foot

YERIMPOST.COM Vendredi 20 juillet, un élève répondant au nom de Pape Hanne Diop a été victime d’une crise cardiaque sur un terrain de foot à Malika. Le jeune homme est décédé sur le coup, nous rapporte le quotidien L’As. Ce qui a attiré notre attention dans cette triste affaire c’est que le lendemain, les résultats du baccalauréat sortaient et le nom de Pape Hanne Diop figurait sur la liste des admis.



URGENT: Yakham Mbaye victime d’une agression à l’arme blanche

YERIMPOST.COM Le patron de la SSPP a été visé par une attaque à l’arme blanche. Yakham Mbaye s’en est sorti saint et sauf. Des informations reçues font état de nombreux blessés parmi les jeunes qui se sont opposés aux agresseurs de l’ancien ministre. Fallou Dione, un des responsables du Cojer, a été identifié comme le meneur de cette agression. Il est actuellement recherché par la police du 4e qui a fini de prendre la déposition de Yakham Mbaye.



Quand un tortueux devient victime de la tortuosité !

Idrissa Séck est connu au Sénégal comme étant un homme politique à la démarche tortueuse. Mais ces derniers jours, ironie du sort, c’est lui-même qui a été victime de la tortuosité. En effet, ses déclarations sur l’origine du conflit israélo-palestinien ont été tordues dans tous les sens, par ceux qui, visiblement, attendaient avec impatience la survenue d’un tel « télescopage » du président Idrissa Séck pour le lyncher médiatiquement.

Les principaux points de sa déclaration sur lesquels il a fait l’objet de multiples et virulentes attaques sont: la vulgarité des termes utilisés en parlant des prophètes Ibrahim et Mohamed (PSL) et son « doute » sur le lieu exact du pèlerinage.




I/ Vulgarité des termes utilisés en parlant des prophètes Ibrahim et Mohamed (PSL):

Dans les propos du président Idrissa Séck, trois termes ont été jugés vulgaires par ses détracteurs. Il s’agit de « fou amoureux », d’ « ensemencer » et de « bédouin ». En ce qui concerne les deux premiers termes, ça me rappelle juste ce que disait oustaz Iran Ndao, lorsqu’on lui reprochait d’être vulgaire dans ses enseignements. Il s’était défendu, en disant qu’en réalité, ce n’est pas lui qui est vulgaire, mais la langue wolof elle-même. Pour le prouver, il avait pris l’exemple des mots « awra » et « zak’kara » que les wolofs utilisent et qui signifient respectivement sexe et pénis. Pourtant ces mots empruntés à la langue arabe ont bel et bien des synonymes en wolof, mais pour ne pas prendre le risque d’être taxé de vulgaire, on préfère appeler les choses sous leurs noms arabes. Dès lors, il devient légitime de se demander pourquoi lorsqu’on appelle une chose sous un nom étranger, ça ne dérange personne et que lorsqu’elle est appelée sous un vocable local, tout le monde crie à la vulgarité. La réponse c’Est-ce qu’a dit oustaz Iran Ndao, c’est notre langue qui est vulgaire. Je mettrai ma main au feu que si ces déclarations avaient été faites par un français, en France, l’usage des termes « fou amoureux » et « ensemencer » n’aurait choqué personne. Il n’y a que la qualification du prophète Mohamed (PSL) de « bédouin », qui peut légitimement susciter une polémique. Et même l’usage de ce mot, si l’on fait la part des choses entre le moment où le président Idrissa Séck parle lui-même et le moment où il ne fait que rapporter des propos d’autrui ou tente d’imiter la réaction qui pourrait être celle d’autrui, ne devrait pas poser problème. Lorsque le président Idrissa Séck parle, dans sa déclaration, d’ « un bédouin arabe qui débarque un jour …. », il ne faisait que raconter la version juive de l’histoire du prophète Mohamed (PSL). Mais lui, en tant que musulman, il ne partage évidemment pas cette version juive de l’histoire de notre prophète (PSL). C’est comme lorsqu’il disait: « Haram! haram », il ne faisait que rapporter les propos de l’imam avec qui il discutait à la Mecque. Donc la distinction entre ces deux moments (celui où c’est le président Idrissa Séck lui-même qui parle et celui où il imite ou rapporte les propos d’autrui) est incontournable si l’on veut vraiment comprendre la déclaration du président Idrissa Séck, dans son intégralité.

II/Doute sur le lieu exact du pèlerinage:

On peut tolérer que ceux qui ne comprennent pas le français puissent, de bonne foi, mal interpréter les déclarations du président Idrissa Séck. Mais quand des intellectuels francophones qui ont une assez solide maîtrise de la langue de Molière déforment sciemment ou font semblant de ne pas comprendre les propos du président Idrissa Séck, on entre de plain-pied dans le champ de l’hypocrisie et de la malhonnêteté intellectuelle. Contrairement à ce que racontent ses détracteurs, le président Idrissa Séck n’a jamais affirmé que le lieu de pèlerinage c’est Jérusalem et non la Mecque. Il a juste fait ce qu’on appelle en dissertation UNE PROBLÉMATISATION et que les philosophes appellent LE DOUTE CARTÉSIEN ou SOCRATIQUE.

Tout ceux qui ont fréquenté l’école française, savent que pour répondre à un sujet, un des points fondamentaux de la méthodologie enseignée en la matière, c’est la problématisation du sujet.




Qu’est-ce que c’est que?

La problématisation est définie comme l’action de poser un problème en vue de son analyse. Et c ‘est exactement ce que le président Idrissa Séck a fait en posant la question suivante:

Pourquoi est-ce qu’on croirait que le lieu de pèlerinage c’est la Mecque et non Jérusalem?

On ne peut pas, sur la base, uniquement, de cette interrogation, connaître le point de vue de son auteur. Sinon les professeurs peuvent, dès la lecture de l’introduction d’une dissertation, connaître la position de l’élève ou de l’étudiant sur le sujet qui lui a été soumis. Or cela n’est pas possible. Les wolofs disent souvent « Bala ngay fèl guéminiou sam’m, dangay xam limouy woliss ».

Chez les philosophes, cette démarche du président Idrissa Séck est appelée « doute cartésien » ou socratique, par opposition au doute sceptique. Le doute cartésien ou socratique est qualifié, en philosophie, de doute méthodologique en ce sens qu’il a pour finalité de dénicher « la chose en soi », donc la vérité. Ce doute n’est donc qu’un outil pour parvenir à la vérité. Par contre, le doute sceptique, lui, consiste à une suspension radicale et définitive du jugement.

Donc, tout cela, pour dire qu’en réalité, il n’y a pas de quoi fouetter un chat. C’est juste que le président Idrissa Séck a adopté, à tort, une démarche scientifique dans un champ dont les règles, selon les sénégalais, reposent exclusivement sur le dogme. Même si on les entend dire assez souvent « Yallah borom xelyi lay wakhal ».

L’Etudiant Fallou, victime des incongruités du régime actuel! 

Haro à ces flibustiers, ces pyromanes pompiers, ceux-là même qui embrasent et ensuite ont l’outrecuidance de feindre d’avoir éteint le feu devant les médias. Vous vous attirez toute ma foudre. En décimant un étudiant aux portes de la réussite, vous ensevelisez ses rêves et l’espoir de sa famille en même temps que lui. Fallou est un cadavre de plus dans vos sordides placards. Parce que simplement il exigeait un dû, il a été houspillé et bâillonné. Au soir de notre vécu, nous répondrons de nos actes devant le Maître suprême. Et ces exactions commises de manière sporadique sur les étudiants mettent à nu tout le sadisme d’un gouvernement dont le porte-étendard n’a ni le coeur ni la tête pour mener le Sénégal à bon port. Il n’a point les épaules assez larges pour supporter de façon convenante les charges qui lui sont confiées.




Ce pays bat de l’aile dans tous secteurs et l’étau se resserre depuis son accession à la magistrature suprême. Son magistère virevolte entre bain de sang et bain de larmes. J’en lui veux à ce guenon, dont personne n’avait vu venir les agissements cruels et ubuesques. Il sied après ce forfait commis sur personne de Fallou, de faire fissa puis diligenter une enquête sobre et transparente. Dame justice en ressortira grandie; Et pour une fois, je pourrai peut-être croire que nous avons d’honorables magistrats à la cour; Des juges qui brandissent le glaive de la justice et ne se montrent guère frileux devant l’indélicatesse de la situation. Thémis exulterait alors que les poids tenus entre ses deux mains sveltes n’aient pas flanché et que les mesures ne soient pas à géométrie variable. Puisse aussi la décision de punir être prophylactique afin que quelque chose de tel ne soit rebâché à l’avenir. Dans une autre mesure, j’espère qu’après cette facheuse situation, les forces du désordre comprendront enfin que les étudiants ne sont pas des guérilleros ennemis contre lesquels ils doivent combattre. Sous ce prisme, ce pays a besoin de requiem pour les heures sombres qu’il vit. A cet effet, adjurons que la ribambelle d’épisodes malheureux qui le prend au collet depuis une révolution, soit à son épilogue avec la mort de Fallou, tombé sur le champ d’honneur. #Dieu_bénisse_le_Sénégal_!

Youssouph Guéye, Master 1 sciences juridiques, UGB

Vidéo- La presse victime des gaz lacrymogènes





Mbappé victime d’un choc violent au cours du match PSG-Lyon

Sorti sur une civière face à Lyon à la suite d’un choc très violent, l’attaquant parisien n’est finalement pas gravement blessé, comme les images pouvaient le laisser redouter.

Glaçante. L’image d’un Kylian Mbappé immobile, emmitouflé sous une mince couverture, sur une civière. Hors de question, évidemment, d’évoquer une quelconque simulation. A la demi-heure de jeu du choc entre Lyon et le Paris SG, l’attaquant parisien a été victime d’un choc extrêmement violent avec le gardien rhodanien Anthony Lopes. Sur un ballon en profondeur de Marco Verratti, Mbappé, avec sa pointe de vitesse habituelle, fonçait vers le but adverse mais dans la surface, au moment de tendre la jambe, il s’avérait un brin trop court. Sauf que dans son élan, il était alors percuté par Lopes, sorti à sa rencontre et qui venait de détourner le ballon. A vitesse réelle, les images s’avéraient terribles. Immédiatement, l’arbitre arrêtait la rencontre pour s’enquérir de l’état de santé de l’attaquant parisien, qui restait au sol…

Faute ou pas du portier lyonnais ? M. Turpin optait pour un non catégorique, a priori à juste titre même si la sortie du gardien de l’OL paraissait pour le moins engagée. Mais comme il jouait clairement le ballon et que Mbappé était trop court, difficile de siffler à l’encontre de Lopes. Toujours est-il qu’au-delà de ce débat qui ne manquera pas d’animer la Twittosphère, c’est surtout la gravité de la blessure de l’international français qui interrogeait. Touché à la fois à la hanche et aux cervicales, Mbappé risquait-il de manquer le 8e de finale de Ligue des champions contre le Real Madrid qui se profile le 14 février prochain à Bernabeu ? Sur l’antenne de Canal +, le médecin du Paris SG se chargeait de rassurer tout le monde en affirmant que le joueur allait rester en observation, par précaution après un tel choc, mais qu’a priori il n’y avait aucun caractère de gravité dans sa sortie. Plus de peur que de mal, donc, pour Mbappé, qui aura vécu une douloureuse soirée à Lyon.

° Top
YerimPost

GRATUIT
VOIR